La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Le syndrome du poisson rouge Perspectives 2011-2012 pour léconomie mondiale Documents associés, disponibles sur www.ofce.sciences-po.frwww.ofce.sciences-po.fr.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Le syndrome du poisson rouge Perspectives 2011-2012 pour léconomie mondiale Documents associés, disponibles sur www.ofce.sciences-po.frwww.ofce.sciences-po.fr."— Transcription de la présentation:

1 Le syndrome du poisson rouge Perspectives pour léconomie mondiale Documents associés, disponibles sur Lettre de lOFCE n°327 Le syndrome du poisson rouge France : croissance austère, Revue de lOFCE n°115 Le syndrome du poisson rouge, Zone euro: Coupée en deux France: croissance austère Politique monétaire: à hue et à dia Pays émergents : la croisée des chemins Présentation presse Pour tous compléments

2 la Grande Récession nest pas finie 14 avril 2011 OFCE/Departement Analyse et Prévision

3 la Grande Récession nest pas finie 14 avril 2011 OFCE/Departement Analyse et Prévision

4 tewari ou comment juger de la situation ? En jugeant du point darrivée (par un autre chemin) On ne tient pas compte du redressement récent On est toujours dans la pire récession depuis la 2eme guerre mondiale Le chômage est largement involontaire Les surcapacités restent importantes (notamment dans lindustrie) La perte de mémoire fait faire un mauvais diagnostic Les dettes publiques sont des dettes privées socialisées parce quinsoutenables 14 avril 2011 OFCE/Departement Analyse et Prévision 2008q1 / 2010q4 FranceAllemagneItalieJaponUSARoyaume-UniEspagne PIB/habitant en % -3,1 %-1,1 %-6,8 %-4,1 %-2,4 %-6,1 %-8,1 % PIB en % -1,6 %-1,4 %-5,2 %-4,2 %+0,2 %-4,6 %-4,3 % Chômage en points +2,1-0,2 (0*)+2,0+1,2 %+4,6 %+2,2 %+10,8 % * : Pour lAllemagne, le chiffre entre parenthèses réintègre les effectifs en chômage partiel dans le chômage au pro rata du nombre dheures travaillées.

5 des prévisions en demi-teinte Un schéma de prévision « simple » Retour « spontané » à un taux de chômage bas Diminué par les politiques budgétaires, fortement restrictives Ainsi que par la hausse du prix des matières premières (pétrole) Les pays émergents sont à nouveau en forte croissance Rattrapage résistant, Relocalisation « opportune » 14 avril 2011 OFCE/Departement Analyse et Prévision Poids PIB monde Croissance du PIB en volume Monde Pays industriels Union européenne à Zone euro Royaume-Uni États-Unis Chine Autres pays dAsie Amérique latine

6 la zone euro néchappe pas à cette logique Pression forte sur le contrôle des déficits et les réductions de dette Crise des pays périphériques Sanction du marché par la hausse des taux la hausse du prix du pétrole Une perte de lordre de 1 point de PIB cumulé en 2011 et avril 2011 OFCE/Departement Analyse et Prévision Poids PIB monde PIB en volume Zone euro Allemagne France Italie Espagne Pays-Bas Belgique Autriche Finlande Portugal Grèce Irlande

7 la pression sur les déficits publics Forte dégradation des déficits publics Moins dactivité, moins de recettes fiscales Plans de relance Forte dégradation des dettes publiques Socialisation des dettes privées (directement ou indirectement) Aucun pays ny échappe Quelques bonnes surprises en 2010 Plus de potentiel quanticipé? 14 avril 2011 OFCE/Departement Analyse et Prévision Dette publique bruteSolde publicCrois. Pot. Nom. OCDE (en %) En % du PIB 2011 Variation Zone euro8620-0,6-4,24,32,1 Grèce ,4-7,65,62,4 Irlande ,65,31,0 Portugal8926-2,8-4,63,81,8 Espagne70341,9-7,46,80,4 Italie ,5-43,51,6 France8723-2,7-5,84,32,4 Allemagne76110,3-23,42,4 Japon ,4-8,100,1 Etats-Unis9836-2,8-9,55,33,0 Royaume-Uni8339-2,7-8,34,93,2

8 un effort budgétaire important en 2011 et en 2012 Par exemple, entre 2008 et 2012 La France aura toujours un écart de PIB par rapport à 2008q1: -0,8% Par rapport à la trajectoire de : -5% Et pourtant une politique budgétaire cumulée neutre 14 avril 2011 OFCE/Departement Analyse et Prévision 2008/ Cumul Allemagne1,01,4-0,7-0,31,4 France2,2-0,5-1,4-0,6-0,3 Italie-1,0-0,6 -2,8 Espagne3,7-2,7-1,8-0,7-1,5 UK3,8-1,8-2,6-1,8-2,4 USA4,20,3-1,2-1,12,2 Japon3,1-0,4-0,31,53,9

9 la situation peut paraître stabilisée Mais le chômage est au dessus de la « normale » ou de « léquilibre » Hausse du chômage de longue durée, Hausse du chômage non indemnisé la durée moyenne dindemnisation en Europe est de moins de 24 mois 14 avril 2011 OFCE/Departement Analyse et Prévision Evolution entre 2007 et 2009 All.EspagneFranceItalieRU chômage chômage de longue durée chômage non indemnisé * En pourcentage de la population active *Dans le cas du Royaume-Uni, les chiffres de chômage non indemnisés ne sont pas disponibles pour lannée 2009, et nos calculs sont réduits à la comparaison Source : Eurostat.

10 situation stabilisée ? Les surcapacités et linvestissement… Symétrique du chômage Faible investissement, Pas de reprise du crédit 14 avril 2011 OFCE/Departement Analyse et Prévision

11 situation stabilisée ? Les surcapacités et linvestissement… Symétrique du chômage Faible investissement, Pas de reprise du crédit 14 avril 2011 OFCE/Departement Analyse et Prévision

12 trois questions fondamentales Y-a-t-il des tensions inflationnistes ? Rareté ou coût de production/extraction de plus en plus élevé Modification des prix relatifs Ou processus inflationniste ? Quel est lécart de production ? La crise a-t-elle un impact permanent sur la trajectoire de croissance (new normal) ? En lien avec la question précédente : si lécart de production est nul, alors, les multiplicateurs sont faibles Que valent les multiplicateurs ? 0,5 ou 1,5 ? 14 avril 2011 OFCE/Departement Analyse et Prévision

13 inflation et inflation sous-jacente Le retour des prix du pétrole à 100$/b induit de linflation Après 150$/b en aout 2008 Les salaires ralentissent ! 14 avril 2011 OFCE/Departement Analyse et Prévision

14 lincertitude sur lécart de production Deux hypothèses sont possibles Pas ou faible impact de la crise sur lécart de production Pas de déficit structurel à moyen terme Croissance spontanée (et réduction du chômage) si pas de perturbations de cette croissance Ou: un impact permanent Déficit structurel, autant le résorber tout de suite Lente résorption du chômage (rigidité des prix) Savoir a une valeur Attendre permet de prendre la bonne décision Le coût ? Pour une année dattentisme entre 5 et 10 points de dette publique 14 avril 2011 OFCE/Departement Analyse et Prévision

15 les multiplicateurs 1 euro de restriction budgétaire induit x euro dactivité en moins moindre dépense, hausse des impôts A court terme, positifs A long terme, moins positifs, nuls voire négatifs Pour beaucoup (Commission, OCDE) ils sont inférieurs à 0,5 1 euro de restriction induit 0,5 euro de contraction Pour lOFCE Empiriquement, ils ressortent plus élevés Dautant que la politique monétaire ne mord pas Que les consolidations budgétaires sont simultanées Nous retenons 1.0 dans le scénario de prévision 1,5 à 2 est vraisemblable (FMI) 14 avril 2011 OFCE/Departement Analyse et Prévision

16 pour le même objectif, la stratégie est différente Si les multiplicateurs sont faibles, Alors, la stratégie de réduction est la bonne Faible impact sur le chômage, fort impact sur le ratio dette/PIB Si ils sont forts Limpact est plus fort sur lactivité et donc le chômage La consolidation budgétaire induit la force des multiplicateurs La bonne stratégie Sortir de la situation de multiplicateurs forts Consolider une fois la sortie assurée 14 avril 2011 OFCE/Departement Analyse et Prévision Déficit public k=0.55,84,13,2 k=1.65,84,43,8 Dette publique/PIB k=0.584,388,992,9 k=1.684,389,293,7 Taux de Chômage k=0.510,09,89,6 k=1.610,010,210,4 Inflation sous-jacente k=0.51,0 k=1.61,00,9

17 France : Croissance austère Perspectives pour léconomie française Documents associés, disponibles sur Lettre de lOFCE n°327 Le syndrome du poisson rouge France : croissance austère, Revue de lOFCE n°115 Le syndrome du poisson rouge, Zone euro: Coupée en deux France: croissance austère Politique monétaire: à hue et à dia Pays émergents : la croisée des chemins Présentation presse Pour tous compléments

18 Perspectives de croissance pour Confirmation de quelques signaux positifs apparus en 2010 quils soient externes reprise du commerce mondial permettant un redressement de la demande étrangère adressée à la France

19 Reprise du commerce mondiale En % Sources : INSEE, calculs et prévisions OFCE Cela a permis au commerce extérieur de contribuer positivement à la croissance de léconomie française en 2010 (0,4 point de PIB) pour la première fois depuis 10 ans.

20 Perspectives de croissance pour Confirmation de quelques signaux positifs apparus en 2010 quils soient externes reprise du commerce mondial permettant un redressement de la demande étrangère adressée à la France ou internes reprise des créations demploi et baisse du chômage,

21 Créations demplois et baisse du chômage au sens du BIT Source : DARES En milliers

22 Perspectives de croissance pour Confirmation de quelques signaux positifs apparus en 2010 quils soient externes reprise du commerce mondial permettant un redressement de la demande étrangère adressée à la France ou internes reprise des créations demploi et baisse du chômage, amélioration du moral des chefs dentreprises

23 Nette amélioration des enquêtes de conjoncture En % Sources : INSEE, calculs et prévisions OFCE

24 Perspectives de croissance pour Confirmation de quelques signaux positifs apparus en 2010 quils soient externes reprise du commerce mondial permettant un redressement de la demande étrangère adressée à la France ou internes reprise des créations demploi et baisse du chômage, amélioration du moral des chefs dentreprises Amorçage dune reprise par les stocks début 2011

25 Une reprise technique en cours Source : INSEE En % du PIB Centré réduit Potentiel de 1,5 point de PIB lié au ralentissement du déstockage.

26 Perspectives de croissance pour Confirmation de quelques signaux positifs apparus en 2010 quils soient externes reprise du commerce mondial permettant un redressement de la demande étrangère adressée à la France ou internes reprise des créations demploi et baisse du chômage, amélioration du moral des chefs dentreprises Amorçage dune reprise par les stocks début 2011 Plus largement, les soubassements de cette sortie de crise sont précaires Fragilité de ces bonnes nouvelles

27 Reprise du commerce mondiale En % Sources : INSEE, calculs et prévisions OFCE Après une contribution de 0,4 pt de PIB en 2010, le commerce extérieur contribuerait négativement en 2011 et 2012 (resp et -0.3 pt de PIB)

28 Variation de lemploi marchand et de lemploi intérimaire Sources : INSEE, DARES En milliers, glissement annuel

29 Une baisse du chômage due à un découragement des chômeurs… Source : INSEE En % de ans -0.2 pt -0.3 pt

30 … confirmée par les chiffres de pôle emploi Sources : INSEE, DARES En milliers

31 Progression de lancienneté au chômage Source : DARES En %, glissement annuel En variation annuelle

32 Une perte de pouvoir dachat des salariés français En %, glissement annuel Sources : INSEE, calculs OFCE

33 Une confiance des ménages toujours dégradée Sources : INSEE, calculs OFCE Centré réduit

34 Dépenses de consommation des ménages en produits manufacturés En milliards deuros, prix chaînés Source : INSEE

35 Immatriculation de véhicules de tourisme neufs En milliers, cvs Source : INSEE

36 Perspectives de croissance pour Confirmation de quelques signaux positifs apparus en 2010 quils soient externes reprise du commerce mondial permettant un redressement de la demande étrangère adressée à la France ou internes reprise des créations demploi et baisse du chômage, amélioration du moral des chefs dentreprises Amorçage dune reprise par les stocks début 2011 Plus largement, les soubassements de cette sortie de crise sont précaires Fragilité de ces bonnes nouvelles Les entreprises nont pas achevé lajustement de leurs capacités de production Sur linvestissement Existence de surcapacités (Demande) & taux de profit du capital faible (Offre)

37 Surcapacité de production et faiblesse du taux de profit du capital En % Taux de profit du capital = (EBE-CCF-IS-Charges dintérêts)/ Capital Sources : INSEE, calculs OFCE

38 Perspectives de croissance pour Confirmation de quelques signaux positifs apparus en 2010 quils soient externes reprise du commerce mondial permettant un redressement de la demande étrangère adressée à la France ou internes reprise des créations demploi et baisse du chômage, amélioration du moral des chefs dentreprises Amorçage dune reprise par les stocks début 2011 Plus largement, les soubassements de cette sortie de crise sont précaires Fragilité de ces bonnes nouvelles Les entreprises nont pas achevé lajustement de leurs capacités de production Sur linvestissement Existence de surcapacités (Demande) & taux de profit du capital faible (Offre) Conditions de financement toujours difficiles Interne : Taux dautofinancement faible

39 Taux dautofinancement des SNF faible : pas de financement interne Sources : INSEE, calculs OFCE En %, Epargne/Investissement En %, Epargne/VA

40 Perspectives de croissance pour Confirmation de quelques signaux positifs apparus en 2010 quils soient externes reprise du commerce mondial permettant un redressement de la demande étrangère adressée à la France ou internes reprise des créations demploi et baisse du chômage, amélioration du moral des chefs dentreprises Amorçage dune reprise par les stocks début 2011 Plus largement, les soubassements de cette sortie de crise sont précaires Fragilité de ces bonnes nouvelles Les entreprises nont pas achevé lajustement de leurs capacités de production Sur linvestissement Existence de surcapacités (Demande) & taux de profit du capital faible (Offre) Conditions de financement toujours difficiles Interne : Taux dautofinancement faible Externe : Résidus de la trappe à liquidité

41 Trappe à liquidité toujours présente : des conditions de financement externes difficiles Sources : Banque de France, calculs OFCE En points de %

42 Nouveaux crédits aux SNF en France Source : Banque de France

43 Perspectives de croissance pour Confirmation de quelques signaux positifs apparus en 2010 quils soient externes reprise du commerce mondial permettant un redressement de la demande étrangère adressée à la France ou internes reprise des créations demploi et baisse du chômage, amélioration du moral des chefs dentreprises Amorçage dune reprise par les stocks début 2011 Plus largement, les soubassements de cette sortie de crise sont précaires Fragilité de ces bonnes nouvelles Les entreprises nont pas achevé lajustement de leurs capacités de production Sur linvestissement Existence de surcapacités (Demande) & taux de profit du capital faible (Offre) Conditions de financement toujours difficiles Interne : Taux dautofinancement faible Externe : Résidus de la trappe à liquidité Sur lemploi (cycle de productivité)

44 Cycle de productivité du travail : un ajustement inachevé… Sources : INSEE, calculs OFCE Ecart à la tendance de long terme, en % emplois marchands moyenne Secteur marchand1,3-1,91,31,0 industrie3,5-5,61,34,7 services0,7-0,81,40,4 Productivité du travail en France

45 … provoquant une dégradation des marges des entreprises Sources : INSEE, calculs OFCE En %, EBE/VA

46 Perspectives de croissance pour Confirmation de quelques signaux positifs apparus en 2010 quils soient externes reprise du commerce mondial permettant un redressement de la demande étrangère adressée à la France ou internes reprise des créations demploi et baisse du chômage, amélioration du moral des chefs dentreprises Amorçage dune reprise par les stocks début 2011 Plus largement, les soubassements de cette sortie de crise sont précaires Fragilité de ces bonnes nouvelles Les entreprises nont pas achevé lajustement de leurs capacités de production Sur linvestissement Existence de surcapacités (Demande) & taux de profit du capital faible (Offre) Conditions de financement toujours difficiles Interne : Taux dautofinancement faible Externe : Résidus de la trappe à liquidité Sur lemploi (cycle de productivité) 2011 et 2012 porteront les séquelles dun double choc Un choc lié à lenvolée du prix des matières premières… …et la mise en place dune politique budgétaire restrictive

47 Les freins à la croissance en France *2012* Impact… … de lenvolée des prix des matières premières0,2-0,4-0,7 Effet direct sur l'économie française0,2-0,3-0,4 Effet via la demande adressée0,0-0,1-0,3 En point de % * Prévisions OFCE Sources : INSEE ; calculs OFCE e-mod.fr.

48 Les freins à la croissance en France *2012* Impact… … de lenvolée des prix des matières premières0,2-0,4-0,7 Effet direct sur l'économie française0,2-0,3-0,4 Effet via la demande adressée0,0-0,1-0,3 … des politiques de restrictions budgétaires-0,6-1,8-1,0 Effet direct sur l'économie française-0,5-1,4-0,6 Effet via la demande adressée-0,1-0,4 En point de % * Prévisions OFCE Sources : INSEE ; calculs OFCE e-mod.fr.

49 Les freins à la croissance en France *2012* Impact… … de lenvolée des prix des matières premières0,2-0,4-0,7 Effet direct sur l'économie française0,2-0,3-0,4 Effet via la demande adressée0,0-0,1-0,3 … des politiques de restrictions budgétaires-0,6-1,8-1,0 Effet direct sur l'économie française-0,5-1,4-0,6 Effet via la demande adressée-0,1-0,4 Impact total sur la croissance française-0,1-2,2-1,7 En point de % * Prévisions OFCE Sources : INSEE ; calculs OFCE e-mod.fr.

50 Investissement des SNF Sources : INSEE, calculs et prévisions OFCE Après -1,4 % en 2010, linvestissement des SNF devrait croître de 2,3 % en 2011 et 2,6 % en 2012 en moyenne annuelle En % de la VA En %, glissement annuel Le taux dinvestissement devrait retrouver son niveau de 2000 (18,7 %)

51 Une consommation atone En %, glissement annuel Sources : INSEE, calculs et prévisions OFCE Après 1,7 % en 2010, la consommation des ménages devrait croître de 1,5 % en 2011 et 1,9 % en 2012 en moyenne annuelle

52 Une fermeture progressive du cycle de productivité Sources : INSEE, calculs OFCE Ecart à la tendance de long terme, en %

53 Bouclage du marché du travail Note : * Prévisions Sources : INSEE ; prévisions OFCE 2011 et 2012, e-mod.fr. Variations annuelles, en fin dannée (en milliers) *2012* Population active observée Projection tendancielle Effet de flexion Effet retrait d'activité seniors Effet retraits d'activité CTP/CRP Effet réforme des retraites000048

54 Situation des APU *2012* Solde public – 7,5– 7,0– 5,8– 5,2 Dépenses publiques (DP) 56,2 56,155,7 Taux de croissance des DP **(vol)3,51,61,21,0 Prélèvements obligatoires 41,742,243,343,5 Dette publique***78,381,785,387,9 * Prévisions OFCE ** Déflatées par le prix du PIB Sources : MINEFI, OFCE En point de PIB

55 Impact des freins à la croissance sur le taux de chômage et les finances publiques En %, moyenne annuelle * Prévisions OFCE Sources : INSEE ; calculs OFCE e-mod.fr.

56 Quel écart de production ? Sources : INSEE, comptes trimestriels, calculs OFCE En écart de production

57 Une meilleure performance relative de la France par rapport à ses partenaires au cours de la crise Sources : INSEE, comptes trimestriels, calculs OFCE Indice 100 = 1997


Télécharger ppt "Le syndrome du poisson rouge Perspectives 2011-2012 pour léconomie mondiale Documents associés, disponibles sur www.ofce.sciences-po.frwww.ofce.sciences-po.fr."

Présentations similaires


Annonces Google