La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La Chine et la crise mondiale: un tournant? Bruno Jetin, CEPN.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La Chine et la crise mondiale: un tournant? Bruno Jetin, CEPN."— Transcription de la présentation:

1 La Chine et la crise mondiale: un tournant? Bruno Jetin, CEPN

2 Plan 1.Introduction: La Chine et lAsie ont bien résisté à la première récession. 2.La thèse érronée du découplage et le débat sur le rééquilibrage de la croissance. 3.Les conséquences négatives du plan de relance 4.Conclusion: Comment la Chine peut-elle résister à une nouvelle récession?

3 1. La Chine et lAsie ont bien résisté à la première récession

4 Linfluence mondiale de la Chine En 2010, la Chine est devenue le premier producteur manufacturier mondial avec 19.8% de la production manufacturière mondiale, dépassant les USA (19.4%), et mettant fin à 110 années de domination américaine (IHS Globlal Insight, cité dans le Financial times, 13/03/2011). La Chine exporte ses produits industriels non seulement aux pays riches mais aussi aux pays en développement dAmérique latine, dAfrique et dAsie et importe des matières premières de ces pays….. Au point que lon parle de tendance à la reprimarisation de certains pays dAmérique latine: dépendance au Soja » « dépendance à la Chine ».

5 Linfluence mondiale de la Chine Cela donne à la Chine une position de force et une grande influence sur les relations internationale La Chine est le premier client du Japon, de la Corée du sud, de la Thaïlande, et compte parmi les premiers clients de beaucoup dautres pays dAsie. Ce qui est plus surprenant est quelle est aussi le premier client du Brésil, et du Chili, le deuxième de lArgentine, du Pérou et du Venezuela.

6 2. La thèse erronée du découplage et le débat sur le rééquilibrage de la croissance Avant la crise actuelle, la « thèse du découplage» est apparue. La région de lAsie de lest serait devenue une entité auto-suffisante avec le potentiel de maintenir son dynamisme de croissance propre indépendemment des perspectives économiques du reste du monde. Cela correspondait bien avec les revendications de la Chine et lInde à occuper une place plus importante dans les institutions internationales. Sa base empirique repose sur la tendance croissante du commerce interne de lAsie de lest.

7 2. La thèse érronée du découplage La crise actuelle a révélé la fragilité de cette thèse. Premièrement, il ny a pas de tendance généralisée à la croissance du commerce entre pays de lAsie de lest et du sud est. Deuxièmement, Les exportations asiatiques ont été fortement affectées par la première récession aux USA et en Europe, même les exportations chinoises. Cela montre que les exportations des pays dAsie ne sont pas invulnérables à la crise même si elles sont les premières à avoir profité de la reprise du commerce mondial à partir du printemps 2009.

8 2. Les exportations de la Chine ont reculé de 80 milliards de US$ durant la première récession, mais la balance commerciale est positive.

9 Le commerce intraregional est important pour certains pays dAsie mais pas tellement pour la Chine

10 De plus, il ny a pas dintégration commerciale croissante entre la Chine et lAsie de lest et du sud-est

11 2. La thèse du découplage est erronée Laugmentation rapide du partage international de la production, appelée aussi « chaîne de production internationale » constituée et dirigée par les firmes multinationales en Asie de lest et du sud-est a renforcé la dépendance de lAsie envers les marchés du reste du monde. Les pays dAsie de lest et du sud-est exportent des biens intermédiaires vers la Chine qui les assemblent puis exporte les produits finis vers le reste du monde. On peut juger de limportance du phénomène en observant le poids des biens intermédiaires dans le commerce des biens manufacturiers.

12 2. La thèse du découplage est erronée La part des composants et pièces détachées dans les importations des pays dAsie de lest et du sud-est (commerce intra-régional) représentait 51,7% en … … alors que pour lAccord de Libre-échange de lAmérique du Nord (ALENA) elle est de 36,3% et pour lUnion Européenne à 15 de 22,1% seulement. Cela explique pourquoi quand les exportations manufacturière de la Chine chutent, les exportations de lAsie de lest et du sud-est sont immédiatement affectées. Par conséquent, il ny a pas encore de découplage, et pour quil y en ait un, un rééquilibrage massif de la croissance de long- terme de la Chine est nécessaire. Source: Prema-Chandra Athukorala and Archanun Kohpaiboon (2010).

13 2. Le débat sur le rééquilibrage de la croissance Dans ce qui va suivre, on va se concentrer sur la Chine, du fait de son importance, mais nos conclusions pourraient aussi sappliquer à plusieurs pays dAsie dont la croissance est tirée par les exportations La croissance de la Chine est très déséquilibrée en faveur de linvestissement et des exportations nettes et aux dépens de la consommation des ménages. La part de la consommation dans le PIB de la Chine est très faible et la part de linvestissement est extrêmement élevée (voir les graphiques).

14

15

16 La très faible part de la consommation des ménages sexplique par le déclin de la part des revenus du travail dans le revenu national

17 Les inégalités de revenus aggravent le problème Source: National Bureau of Statistics, China Statistical Yearbook, Beijing,

18 Les inégalités de revenus seraient en réalité bien plus élevées Une recherche indépendante réalisée par Wang Xiaolu de la « Fondation pour la réforme de la Chine » commandée par le Crédit Suisse montre pour lannée 2008 que le revenu disponible des 10% des ménages les plus riches serait trois fois plus élevé que lestimation officielle. En zone urbaine, lécart entre le revenu des ménages les plus riches et le revenu des ménages les plus faibles serait de 26 contre 9 selon lestimation officielle. En zone urbain et rurale, lécart serait de 65 contre 23 selon lestimation officielle.

19 Les inégalités de revenus seraient en réalité bien plus élevées Les « revenus de lombre » proviendraient principalement de la corruption et du détournement des ressources publiques. Ces « revenus de lombre » pourraient représenter jusquà 15% du PIB selon létude du Crédit Suisse. Même sils ne représentaient que la moitié, 7,5% du PIB, cela révèlerait une répartition du revenu national beaucoup plus inégale que ne lindique les chiffres officiels.

20 Les inégalités de revenus aggravent le problème Quelles conséquences pour la consommation? Les riches ont une propension à consommer beaucoup plus faible que les pauvres. Selon Wang Xiaolu, les ménages qui gagnent plus de RMB épargnent 63% de leur revenu. Ceux qui gagnent entre RMB épargnent seulement 9% de leur revenu, et ceux qui gagnent moins empruntent. Or, lessentiel des revenus de lombre vont aux riches qui épargnent beaucoup. Cela signifie aussi que le taux dépargne est probablement plus élevé et la part de la consommation dans le PIB plus faible que le montrent les statistiques officielles, peut être 31% selon Wang Xiaolu, ce qui est extrêmement faible.


Télécharger ppt "La Chine et la crise mondiale: un tournant? Bruno Jetin, CEPN."

Présentations similaires


Annonces Google