La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Transition vers une économie bas carbone : enjeux demploi et de transition dans lindustrie chimique Réseau Action Climat, 10 avril 2010.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Transition vers une économie bas carbone : enjeux demploi et de transition dans lindustrie chimique Réseau Action Climat, 10 avril 2010."— Transcription de la présentation:

1 Transition vers une économie bas carbone : enjeux demploi et de transition dans lindustrie chimique Réseau Action Climat, 10 avril 2010

2 Réseau Action Climat – 10 avril 2010 La chimie avec ses diverses composantes est le secteur industriel le plus énergétivore et le 3 e secteur industriel émetteur de CO 2 (2,4 Gt démissions CO 2 en 2005) Lindustrie chimique contribue de manière conséquente aux changements climatiques en étant responsable de 16 % des émissions mondiales de GES dorigine industrielle (4 % toutes origines confondues). Toutefois, sur le plan géographique les positions sont contrastées

3 Réseau Action Climat – 10 avril 2010 La chimie ouest-européenne occupe une place de leader sur le front de la réduction des émissions de GES La chimie européenne (concentrée aux ¾ dans 5 pays : Allemagne, France, Italie, UK, Benelux) a réduit de manière significative son intensité en carbone et affiche lempreinte la plus basse Les émissions de GES ont diminué de 32 % entre 1990 et 2007 alors que la production chimique de lUE a progressé de 67 % sur la même période Lécosystème européen a contribué à favoriser lorientation de lindustrie chimique vers ce positionnement

4 Réseau Action Climat – 10 avril 2010 Le secteur de la chimie représenterait un niveau démissions de 3,3 GtCO 2 à lhorizon 2030 Un scénario « amélioration de lefficience carbone » permettrait une réduction nette des émissions de GES à lhorizon 2030 de 23 % par rapport au BAU ; mais le niveau resterait nettement supérieur à celui de 2005 (+39 %) Linvestissement global nécessaire est évalué à 520 G entre 2010 et En contrepartie, 280 G seraient économisés par lamélioration de lefficacité énergétique Une réduction supplémentaire ne serait pas envisageable sans ruptures technologiques plus radicales, ce qui suppose quun ensemble de conditions supplémentaires soit rempli (renforcement et élargissement de leffort de R&D, stratégie industrielle globale,…)

5 Réseau Action Climat – 10 avril 2010 Dans ce contexte, relever les défis économiques et industriels requiert une nouvelle régulation à léchelle européenne et mondiale (1) La chimie est un acteur important (industrie intermédiaire) qui a un impact par ses produits et ses process sur les émissions de GES directement et indirectement à travers les domaines applicatifs Cependant, la faculté de lindustrie chimique à réduire les émissions de GES a été affaiblie, distendue depuis que cette industrie est engagée dans une phase de transition structurelle Lindustrie chimique (européenne en particulier) est fragilisée par lemprise dune mutation de nature financière se traduisant par : Une désintégration des filières, par des segmentations et des externalisations de plus en plus poussées Des modèles de profit qui ont plus servi les actionnaires et le redéploiement dans les zones émergentes quun projet de développement innovant en Europe : leffort dinvestissement en technologies et R&D a été réduit tendanciellement par rapport aux USA et au Japon

6 Réseau Action Climat – 10 avril 2010 Dans ce contexte, relever les défis économiques et industriels requiert une nouvelle régulation à léchelle européenne et mondiale (2) Dans ce contexte, la mise en œuvre dune politique offensive en matière de gaz à effet de serre est invoquée comme une source de fragilité supplémentaire (selon une argumentation proche de celle mobilisée dans le cadre du projet de règlement Reach) Or, la fragilité et la crise secouant de manière souterraine lindustrie chimique de lUE sont plus anciennes et résultent notamment des choix stratégiques opérés par les groupes industriels En fait, le bilan économique global est différent de celui que dressent les industriels : des enjeux forts et positifs pour lindustrie chimique ressortent aussi avec la problématique de la migration vers une économie bas carbone Mais, ils ne pourront se déployer quen sappuyant sur de véritables dispositifs de coordination et de régulation (politique industrielle) ce qui nécessite un travail sur plusieurs fronts

7 Réseau Action Climat – 10 avril Organiser la visibilité sur létat des lieux des capacités de lindustrie chimique à répondre aux objectifs de lUE en matière de GES grâce au benchmarking Le recours au benchmarking (plébiscité par les industriels) peut constituer un levier important à condition quil puisse être mobilisé dans une phase préalable de négociation Mieux mesurer le « risque carbone » pour mieux le traiter Organiser une meilleure visibilité sur la distribution de loutil industriel dans chaque branche par rapport aux meilleures technologies disponibles afin dévaluer lampleur des ajustements à opérer Les informations recensées dans les benchmarkings utilisés par les chimistes sont considérées comme confidentielles et ne peuvent donc être versées au débat public sur lévaluation des risques (études dimpact) de la transition à une économie bas carbone. Il faut lever cette limitation selon des modalités à définir

8 Réseau Action Climat – 10 avril Adapter et mobiliser de manière nouvelle les dispositifs existants pour promouvoir la mutualisation, favoriser la coopération sur 3 plans Créer, dans un système fragmenté, les bases dune mutualisation entre opérateurs de la chaîne de valeur de la chimie Articulation nouvelle des instruments réglementaires et économiques aptes à influencer le comportement des acteurs de la chimie, pour promouvoir plus de coopération et de mutualisation. Par exemple en mobilisant de manière articulée plusieurs mécanismes : signaux prix, allocation de quotas, taxe aux frontières, benchmarking, organisation de la R&D à long terme et diffusion de linnovation… Créer les mécanismes dune coordination de la chimie avec les domaines applicatifs Sappuyer sur la problématique des émissions de GES, évaluées dans lensemble du cycle dusage et de vie des substances chimiques, afin de stimuler la diffusion des innovations permettant de réduire lempreinte carbone Favoriser la coopération internationale visant à améliorer le bilan carbone global et à réduire les risques de délocalisation

9 Réseau Action Climat – 10 avril Relever le défi de lemploi et des compétences : la chimie a plutôt détruit de lemploi et continuera den détruire indépendamment des risques liées à la fuite carbone… Le processus de destruction demplois dans lindustrie chimique pourrait saccélérer dans les prochaines années selon les voies classiques : externalisation, consolidation des structures industrielles, globalisation et redéploiement géographique La crise actuelle est une aubaine pour accélérer le mouvement de restructuration Les risques identifiés de délocalisation liés à la fuite carbone sont à minorer et ne devraient pas modifier la donne de fond relevant des stratégies dacteurs ayant déjà contribué à fragiliser lindustrie chimique européenne (en développant de nouvelles bases hors de lUE, là où les marchés ont plus de croissance et les coûts sont inférieurs)

10 Réseau Action Climat – 10 avril Relever le défi de lemploi et des compétences : …mais une industrie qui transforme aussi les emplois A côté de ce mouvement de destruction demplois, il y a un mouvement plus qualitatif dévolution des métiers et des compétences, mouvement indexé notamment à la montée des enjeux environnementaux liés en particulier au règlement Reach et au facteur carbone Mais la transformation importante des métiers très divers de la chimie est mise en œuvre par des canaux qui ne permettent pas (a priori) de relever les défis de la grande transformation des métiers et des compétences : Déplacement des compétences vers laval, recentrage dans les industries de process sur les compétences de loptimisation et de la régulation, transformation du périmètre des métiers et des expertises par lexternalisation

11 Réseau Action Climat – 10 avril Relever le défi de lemploi et des compétences : il faudra aider à lavènement des mutations des métiers et des compétences liées au facteur carbone dans 3 directions principales Développement de lapport de la chimie dans la montée en puissance des éco-industries : par ses produits, services, solutions dans les domaines des traitements des eaux, de lair, de la captation du CO2,… Émergence et développement des filières de la chimie verte par le renforcement des compétences dans les domaines de la R&D et de lexpertise scientifique Consolidation de toutes les orientations en lien avec les autres problématiques environnementales (Reach) Linnovation et la R&D joueront un rôle central dans le développement de ces différents domaines

12 Réseau Action Climat – 10 avril Relever le défi de lemploi et des compétences : doù la nécessité de traiter centralement lenjeu de la « gestion des transitions » Lenjeu est celui dune gestion des transitions qui ne reporterait pas tous les risques et les coûts associés sur lemploi Il sagirait notamment détendre et de renforcer les dispositifs daccompagnement des mutations au champ du facteur carbone Il faudrait pour cela créer par exemple un fonds européen pour financer ces transitions avec des conditions déligibilité à définir et des règles (« droits et devoirs ») à construire de manière offensive


Télécharger ppt "Transition vers une économie bas carbone : enjeux demploi et de transition dans lindustrie chimique Réseau Action Climat, 10 avril 2010."

Présentations similaires


Annonces Google