La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Autonomie en recycleur à circuit semi-fermé alimenté par débit massique Gérard DOMINÉ – IR / CTR Corse - © 2005.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Autonomie en recycleur à circuit semi-fermé alimenté par débit massique Gérard DOMINÉ – IR / CTR Corse - © 2005."— Transcription de la présentation:

1 Autonomie en recycleur à circuit semi-fermé alimenté par débit massique Gérard DOMINÉ – IR / CTR Corse - © 2005

2 Sommaire -Rappels -Changements -Alimentation en gaz -Filtration de la boucle -Résumé

3 Rappels 1 – Comme en circuit ouvert, un plongeur en recycleur planifie sa plongée en fonction de la profondeur maximale envisagée et la durée dimmersion prévue, par lemport : * dun volume de mélange suroxygéné suffisant + réserve * dune capacité de filtration du CO 2 supérieure à la durée dimmersion prévue. 2 – Comme en circuit ouvert, il dispose : * dun moyen de contrôle de sa décompression * dune seconde source de gaz respiratoire (circuit ouvert en secours).

4 Changements Par rapport au scaphandre autonome en « circuit ouvert », le principe de fonctionnement dun recycleur à « circuit semi- fermé » modifie les éléments habituels du calcul de son autonomie en immersion : moins de gaz respiratoire rejeté et perdu dans leau, donc moins de volume à embarquer. 1) lautonomie nest donc plus liée uniquement au volume des gaz consommés par le plongeur : les bouteilles de mélange Nitrox sont généralement de 3 à 4 fois plus petites (2 / 3 / 4 ou 5 litres), et le système dalimentation est différent (débit constant); 2) un système dépuration du gaz produit par le plongeur (CO 2 ) dans la boucle respiratoire est indispensable : cest le rôle du réservoir dabsorbant (la chaux sodée), dune capacité de filtration supérieure à la durée de limmersion.

5 1) Lalimentation en mélange respiratoire. – le Nitrox est injecté dans la boucle respiratoire de manière constante avec un débit en litre par minute non modifiable en immersion, on parlera de « débit massique constant », – le gicleur (ou injecteur, ou buse dinjection) qui alimente la boucle respiratoire est choisi en fonction du Nitrox prévu pour limmersion, et dont le % doxygène impose de manière conventionnelle une profondeur maximale dévolution (MOD), – le principe général de fonctionnement étant que, quelque soit la valeur du débit massique, il y ait toujours un pourcentage doxygène dans la boucle supérieur à ce que métabolise le plongeur.

6 Le principe de lalimentation dun recycleur à circuit semi- fermé modifie les éléments de calcul habituels de lautonomie en immersion, peu de gaz emporté mais mieux exploité : – à chaque mélange Nitrox correspond son injecteur, plus le pourcentage doxygène est élevé, et plus le débit massique constant est faible, (données Dräger arrondies à titre dexemple) : * Nitrox 100 % = 1 litre / minute * Nitrox 60/40 = 5 litres / minute * Nitrox 50/50 = 7,5 litres / minute * Nitrox 40/60 = 10 litres / minute * Nitrox 32/68 = 15 litres / minute 1) Lalimentation en mélange respiratoire.

7 Lautonomie en gaz respiratoire, pour une bouteille de 5 litres à 200 bars (1000 litres comprimés) est facile à calculer : 1000:15= 66 (1h06 à 40m)Nx32 = 15 litres / minute 1000:10=100 (1h40 à 30m)Nx40 = 10 litres / minute 1000:7,5= 133 (2h13 à 22m)Nx50 = 7,5 litres / minute 1000:5= 200 (3h20 à 18m)Nx60 = 5 litres / minute 1000:1= 1000 (16h00 à 6m)Nx100 = 1 litre / minute 1) Lalimentation en mélange respiratoire. La sécurité imposant une source de secours de gaz respiratoire en circuit ouvert, lalimentation dun octopus peut provenir du bloc principal (Drager RAY) ou dun second bloc embarqué sur le scaphandre (Drager DOLPHIN).

8 En complément du système dalimentation en gaz respiratoire, lautonomie en recycleur dépend directement de son système dépuration du CO 2 dans la boucle respiratoire. - Quelque soit la forme ou la contenance du réservoir dabsorbant, le principe est de forcer le passage des gaz expirés au travers de la chaux sodée (qui fixe le gaz carbonique par réaction chimique) de manière sûre et efficace. - La durée de filtration dépend de plusieurs facteurs : * forme ou type de filtre (diffusion radiale ou axiale), * capacité de remplissage (volume utile), * qualité de la chaux, température demploi * production de CO 2 (activité du plongeur). 2) La cartouche de filtration (canister)

9 En complément du système dalimentation en gaz respiratoire, lautonomie en recycleur dépend directement de son système dépuration du CO 2 dans la boucle respiratoire. - En « circuit ouvert » comme en « recycleur semi-fermé » lutilisation de mélange suroxygéné entraîne un risque dhyperoxie. La prévention et la conduite à tenir sont identiques (Code du Sport : PpO 2 jamais > à 1,6 bar).. - Contrairement au « circuit ouvert », en « recycleur » sajoute un risque supplémentaire (commun à tous types de machines) lhypoxie guette le plongeur en cas de disfonctionnement du système de filtration, ou du système dalimentation en Nitrox (Code du Sport : PpO 2 jamais < à 0,16 bar). 2) La cartouche de filtration (canister)

10 Résumé 1 – le débit massique constant de linjecteur détermine lautonomie en gaz respiratoire, 2 – La quantité de chaux sodée détermine la durée de filtration

11 Prochain cours Les procédures durgence en recycleur à circuit semi-fermé Gérard DOMINÉ – IR / CTR Corse - © 2005


Télécharger ppt "Autonomie en recycleur à circuit semi-fermé alimenté par débit massique Gérard DOMINÉ – IR / CTR Corse - © 2005."

Présentations similaires


Annonces Google