La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

WORLD INDIGENOUS NETWORK CONFERENCE AUSTRALIA, 26-31 May 2013 1.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "WORLD INDIGENOUS NETWORK CONFERENCE AUSTRALIA, 26-31 May 2013 1."— Transcription de la présentation:

1 WORLD INDIGENOUS NETWORK CONFERENCE AUSTRALIA, May

2 Thème: Ecotourisme: Une alternative pour la gestion durable de la Forêt Humide Hlanzoun et lamélioration des revenus des communautés locales? Patrice SAGBO/Benin 2

3 Plan de présentation Introduction I- Problématique et justification II- Présentation de la zone détude III- Objectifs IV- Potentialités V- Modes dutilisation des ressources VI –Degré dattachement des CAL à la Forêt VII-Contribution des populations à la protection de la forêt Conclusion-Perspectives 3

4 Introduction - Tourisme, secteur davenir pour léconomie béninoise; =2è pourvoyeur devises après coton; - PIB =3%. - Population active=7 à 8%. - 5è destination touristique après Ghana, Nigeria, Sénégal et Mali dans sous région Ouest Africaine. -Tourisme= peu développé. 4

5 Introduction ( suite et fin) - Textes réglementaires presque muets écotourisme ; - Mêmes lieux souvent proposés aux touristes; 5

6 I- Problématique et Justification Hlanzoun, riche en faune et flore particulières; Mais, développement des ressources forestières handicapé par déboisement, chasse illégale, recul de certaines règles traditionnelles favorables à sa conservation durable; Hlanzoun menacée par incursions de champs agricoles et surtout par lextinction inquiétante du raphia, importante et principale source de revenus pour populations locales; Manque de visibilité et de promotion sur marché écotouristique; 6

7 Problématique et justification(suite et fin) Micro expériences décotourisme, mais résultats mitigés; Plusieurs études réalisées sur RCH, mais pressions persistent ; Plusieurs projets dassistance en faveur des populations locales, mais objectifs de protection non atteints ; Crainte des populations de ne pouvoir accéder à dautres alternatives pour combler les pertes de revenus; Non mise en œuvre du PAP de la forêt. 7

8 II- Présentation de la zone détude 8

9 Réserve Communautaire Hlanzoun Sud-Bénin Carte administrative du Bénin Le Bénin en Afrique de lOuest Localisation de la Réserve Communautaire Hlanzoun au Bénin 9 BENIN: Superficie: Km2 Population: 9,1 millions en 2011

10 Dèmè Lokoli Koussoukpa Localisation des villages Dèmè, Lokoli et Koussoukpa par rapport à la forêt marécageuse/réserve communautaire Hlanzoun 10

11 Un aperçu de la réserve communautaire Hlanzoun à partir de lembarcadère principal 11

12 Présentation de la zone détude : Superficie et statut Hlanzoun=domaine protégé de lEtat, Arrondissement de Koussoukpa, commune de Zogbodomey, République du Bénin entre 7°02 et 7°05 de latitude Nord et 2°10 et 2°18 longitude Est; Superficie=1074 ha( IGN) ha ; Devenue Réserve Communautaire en septembre 2011 par arrêté communal. 12

13 Présentation de la zone détude: Climat, Sols Climat=tropical et humide; quatre saisons (2 saisons de pluies et 2 saisons sèches); Régime pluviométrique annuel= 1112 mm ; Température moyenne annuelle=26-28 °C; sols : Terres de barre Sols hydromorphes Sols argileux lourds 13

14 Présentation de la zone détude : Végétation Existence de la Forêt date de plus de 200 ans végétation à quatre faciès: *Forêt dense typique = 30, 8% superficie totale; recouvrement arborescent dau moins 70%; *Forêt dense peu dégradée = 47,6% superficie totale; recouvrement arborescent 10-30%; *Forêt dense dégradée= 21,2% superficie totale; recouvrement arborescent inférieur à 5%; *Mosaïques de champs et jachères= 0,4% superficie totale de la forêt. 14

15 Les différents types de végétations de la Réserve Communautaire Hlanzoun 15

16 Présentation de la zone détude: Population Lexistence de la population dans ces 3 localités autour de Hlanzoun date de plus de 400 ans; Population de Dèmè-Lokoli-Koussoukpa=2998 habitants (1413 hommes ;1585 femmes). Principales activités économiques menées hors forêt=agriculture, élevage, pêche, chasse, petit commerce, artisanat … etc. 16

17 III- Objectifs 17

18 Objectif global Contribuer à une conservation durable de la Réserve Communautaire Hlanzoun et lui conférer une référence écotouristique qualitative aux niveaux national, sous-régional et international. 18

19 Objectifs spécifiques Mettre en évidence les valeurs et potentialités de la RGH et montrer son importance pour le développement écotouristique du Bénin ; Proposer des moyens pour lamélioration de la stratégie dexploitation de la RCH ; Explorer la possibilité daméliorer significativement les revenus des communautés locales riveraines. 19

20 IV- Potentialités de lécosystème 125 espèces végétales, 106 genres et 55 familles (Rubiaceae, Leguminosae et Moraceae ) Produits forestiers non ligneux: raphia ( Raphia hookeri), plantes médicinales, feuilles demballage, escargots géants dAfrique Faune diversifiée, plusieurs espèces de mammifères, doiseaux, de reptiles, damphibiens, de poissons; dinsectes dont Ceriagrion citrinum. Champion, classée comme vulnérable sur la liste rouge de lUICN 20

21 V- Autres potentialités écotouristiques de Hlanzoun Sites des divinités ancestrales contribuant à la conservation de la forêt; Agbogbohonou=site sacré, source artésienne; Sozounmè=site originel des premiers occupants, situé au cœur même de la forêt; Dêdêzounkpa : fait suite à Sozounmè (noyau central), territoire dun important groupe de singes mona ( Cercopithecus mona ); Avadji =site de distillation artisanale du vin de raphia en alcool local « Sodabi » ou « dêhan ». 21

22 22 Divinités locales contribuant à la protection de Hlanzoun Une planche dinsectes (Papillons) de la réserve Insectes comestibles Distillation artisanale du vin de raphia à Avadji, sorte dîle dans la forêt Hlanzoun

23 23 Plantes médicinalesFeuilles demballage Rachis de raphia Fibres de raphia Témoin de la richesse de Hlanzoun en espèces fauniques. Témoin de la pression humaine sur les ressources. Dégustation du vin de raphia et restauration à Avadji( sorte dîle) à lintérieur de la forêt.

24 V- Modes dutilisation de la forêt par les populations locales Trois (03) grands groupes de ressources identifiés au niveau de Hlanzoun et exploités par les populations=Ressources de la Faune ( escargots, singes, oiseaux etc., Espèces Végétales ( raphia…), Terres de Bas-Fonds( agriculture). Ressources exploitées en mode d'accès libre. Disparition de certaines espèces animales ( panthère, antilope aquatique…) 24

25 Le Raphia et ses dérivés contribuent pour au moins 50% aux revenus des populations et sont les plus importantes sources de revenus pour populations locales. Viennent ensuite la cueillette et lagriculture de bas-fonds puis faiblement le bois de chauffe et la carbonisation. Raphia et dérivés et produits de cueillette contribuent pour près de 75% aux revenus des populations locales ; cela montre la forte dépendance des populations de ces ressources et la gravité des pressions et menaces anthropiques sur ces ressources naturelles de la forêt. 25

26 26 Croissance de la population au fil des ans; forte pression sur les ressources dont la tendance est à la baisse; baisse des revenus des populations. Si rien nest fait pour inverser ces tendances, ce serait une catastrophe tant pour la réserve communautaire Hlanzoun que pour les revenus des populations locales.

27 VI-Degré dattachement des communautés autochtones locales avec la forêt Hlanzoun A toutes les occasions denquête ou de sensibilisation sur la protection de la forêt marécageuse Hlanzoun, les populations de Dèmè, de Lokoli et de Koussoukpa ont limpression quun complot est en train dêtre ourdi contre elles pour leur interdire définitivement laccès à la forêt. Face à cette crainte permanente, voici quelques uns de leurs cris de cœur : 27

28 VII-Degré dattachement des CAL… (suite) « Moi, je suis venue voir cette forêt. Cest grâce à elle que mes parents ont pu nous élever, nous tous qui sommes leurs enfants. ; Cest pareil pour mon mari et moi aujourdhui ». « Grâce à cette forêt, jai pu construire ma chambre, doter ma femme et continuer à subvenir aux besoins de ma famille et à supporter les charges de scolarisation de mes enfants ». « La misère nous frappera tous sans exception ; aucune couche ne sera épargnée ». 28

29 Degré dattachement des CAL…. fin « Nous ne trouverons plus dargent pour nous nourrir, nous entretenir et éduquer nos enfants ». « Nous ne pourrons plus construire ou réparer nos habitations car ce sont les ressources de la forêt que nous utilisons pour faire tout cela ». « La forêt marécageuse Hlanzoun, représente tout pour nous ; cest toute notre vie, notre espoir ». « Sans elle, nous populations de Dèmè, de Lokoli et de Koussoukpa, ne saurions continuer à exister ». « Personne ne peut ni nous arracher cette forêt, ni nous en interdire laccès ; nous lavons héritée de nos aïeux ». 29

30 30 VIII- Contribution des communautés locales à la protection de Hlanzoun par des règles traditionnelles Nul na le droit de braconner ni les arbres ni les animaux de la forêt Hlanzoun ; Les clans Ayato ne mangent ni crocodile, ni akassa (pâte de maïs fermenté) emballée dans feuille de Toungoma (Cyrtosperma senegalensis) ; Les clans Adjanou ne consomment pas le crocodile ; Les clans Anannou ne mangent pas le héron garde-bœuf (Bulbucus ibis) ; Les clans Hounnon ne doivent pas toucher le singe (Chlorocebus aethiops) et lhyène tacheté (Crocuta crocuta) ;

31 31 Dans la tradition, tout porteur dune toile de couleur rouge ne peut accéder à la source du cours deau Hlan ; La femme en menstruation na pas le droit daccès à la rivière Hlan ; La tradition interdit à toute personne humaine, la défécation dans la rivière Hlan ; Il est formellement interdit de transporter un cadavre humain sur la rivière Hlan ; Lélevage de porc est formellement interdit dans toutes les localités riveraines de la forêt marécageuse Hlanzoun ………

32 Conclusion Hlanzoun: énormes ressources dont dépend la survie des populations riveraines qui en tirent lessentiel de leurs revenus. Ressources plus exploitées par les populations riveraines pour la satisfaction de leurs besoins et qui méritent une attention particulière : raphia et dérivés, produits forestiers non ligneux, bois dœuvre et de service, ressources halieutiques, faune, terres de bas-fonds. 32

33 Conclusion (suite) Croissance démographique, amenuisement des ressources = menace réelle dérosion des ressources = extinction de la forêt. Hlanzoun depuis 2010, dotée dun PAP non encore mis en oeuvre. bénéficie dun statut communautaire et jouit dune protection par des V.T.E. avec rites et interdits. initiatives pilotes de micro entreprises écotouristiques en cours autour de Hlanzoun : résultats mitigés, méritent dêtre évalués. Manque de visibilité sur le plan écotouristique 33

34 DILEMME Populations à démographie croissante dannée en année; Chute croissante des ressources biologiques/Pressions/ Revenus samenuisent; Vie des communautés locales toujours dépendante des ressources de la réserve; Les ressources doivent être impérativement gérées rationnellement; Les expériences pilotes décotourisme en cours nont donné que des résultats mitigés: 20 mois dexercice; 500 visiteurs; FCFA soit 763 Euros ou 1000 dollars US./??????? 34

35 Conclusion ( suite) Face à ce dilemme, Dans quelle mesure l écotourisme pourrait-il effectivement constituer à la fois une alternative concrète pour la sauvegarde de la réserve Hlanzun et lamélioration des revenus et conditions de vie des communautés locales? 35

36 Conclusion (fin) Discours et initiatives sur développement de lécotourisme au profit des communautés à revenus faibles seront de peu de valeur, si les réalités sur le terrain et les voix des populations locales riveraines des ressources, ne sont pas pleinement connues et prises en compte. Et ce serait dommage pour les ressources naturelles/biologiques. 36

37 Perspectives Informer, sensibiliser, éduquer, former et persuader les populations riveraines sur la nécessité de réduire les pressions anthropiques sur Hlanzoun afin dassurer sa conservation durable ; Rendre sans délai opérationnel le PAP de la RCH validé en 2010 par tous acteurs; Elaborer et mettre en oeuvre un plan et une stratégie de communication pour donner une bonne visibilité à la RCH afin de mieux la faire connaître aux plans national, sous- régional et international ; 37

38 Perspectives ( fin) Elaborer indicateurs et indices simples afin de mesurer les incidences de lécotourisme sur revenus et conditions de vie des populations ; Veiller à ce que écotourisme contribue effectivement à lamélioration des conditions de vie des communautés locales…. A VOUS MAINTENANT LA PAROLE, CHERS EXPERTS POUR VOS RICHES CONTRIBUTIONS. YOU HAVE THE FLOOR 38

39 39 MERCI DE VOTRE AIMABLE ATTENTION THANK YOU FOR YOUR ATTENTION


Télécharger ppt "WORLD INDIGENOUS NETWORK CONFERENCE AUSTRALIA, 26-31 May 2013 1."

Présentations similaires


Annonces Google