La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Etude Altivis Professeurs J. Gaucher & G. Ribes Projet réalisé avec le soutien de la communauté européenne dans le cadre du programme Leader + Etude cofinancée.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Etude Altivis Professeurs J. Gaucher & G. Ribes Projet réalisé avec le soutien de la communauté européenne dans le cadre du programme Leader + Etude cofinancée."— Transcription de la présentation:

1 Etude Altivis Professeurs J. Gaucher & G. Ribes Projet réalisé avec le soutien de la communauté européenne dans le cadre du programme Leader + Etude cofinancée par la caisse des dépôts

2 2 Préalables Il est question didentifier par cette étude les besoins des personnes âgées vivant à leur domicile et dimaginer les réponses par les nouvelles technologies qui leur permettraient daméliorer leur qualité de vie et favoriser leur autonomie à domicile. Laide à domicile sest considérablement développée ces dernières années mais implique des moyens humains importants dont les ressources peuvent sépuiser rapidement au risque de mettre un terme rapide, voire brutal, au maintien à domicile. Cette étude a concerné quatre cantons du département du Rhône, trois ruraux (Amplepuis, Monsols et Thizy) et un urbain (Givors/Grigny).

3 La population de létude

4 4 Ont été réalisées les rencontres suivantes : 82Total 9Monsols 13Givors 19Thizy 41Amplepuis Nombre de personnesCantons

5 5 Les différents cantons nous ont permis de rencontrer 82 personnes et selon des répartitions qui rendent ces populations très hétérogènes. Ainsi, ont été rencontrées globalement : 100%82Total 2,40%2Voisins 7,30%6Familles 12,20%10Bénévoles 14,60%12Professionnels 30,50%25Personnes âgées en établissement 32,90%27Personnes âgées à domicile Qui a répondu ?

6 6 Parmi les personnes âgées rencontrées, les femmes ont été plus nombreuses que les hommes, mais selon des proportions habituelles et répondant de la distribution démographique dans cette classe dâge. 52Total 11Hommes 41Femmes Répartition Hommes / Femmes

7 7 Lâge des personnes âgées répondantes La répartition par classe dâges des personnes âgées rencontrées se présente comme suit : 52Total 391 ans et > 2581 à 90 ans 1271 à 80 ans 1270 ans et < Nombres Classes d'âges La catégorie dominante (81 à 90) correspond à lâge moyen dentrée en établissement Voir histogramme « Croisements âges / lieux de vie » P.5

8 Le lien social :

9 9 Situation maritale / Lieu de vie La dépendance est très significative. Chi2 = 11,58, ddl = 3, 1-p = 99,10%. Pourcentage de variance expliquée (V de Cramer) : 14,12%

10 10 Le sentiment disolement est certainement un critère de premier ordre pour justifier un placement en établissement. Labsence de lien social, familial ou amical est une condition cruelle des personnes âgées de notre société. La question se pose de comprendre la quantité de « non réponse ». La pudeur des personnes âgées % à leur entourage est peut-être une réponse.

11 11 Qui rend visite aux personnes âgées ? A la question de savoir qui rend visite aux personnes âgées interviewées, les réponses sont rassemblées dans le tableau suivant : 3Non réponse 1 Divers bénévoles 7Commerçants 21Voisins 29Amis 44Famille - La famille est la dimension principale de ce que représentent les visites pour une personne âgée, quelle soit à son domicile ou quelle vive en établissement. Les amis viennent en deuxième position et sont suivis de très près par les voisins. -Ceci démontre que les liens de sang, de coeur et de proximité sont beaucoup plus efficaces que les liens institués par une démarche bénévole, toute généreuse et fondée quelle puisse être. -On peut noter quil y a peu de « non réponse ».

12 Les peurs des personnes âgées & Les soucis des accompagnants

13 13 Le sentiment disolement et les peurs dans la vie quotidienne :

14 14 Légende : 1 = peurs des personnes âgées par auto évaluation, 2 =Soucis des familles évalués par les personnes âgées, 3 = Soucis des autres accompagnants évalués par les personnes âgées, 4 = Peurs des personnes âgées évaluées par les accompagnants, 5 = Soucis des familles évalués par les familles et les accompagnants 6 = Soucis des autres accompagnants évalués parles familles et les accompagnants

15 15 Les peurs et soucis dominants

16 16 Les peurs et les soucis moindres

17 17 Lieu de vie / Peur de la chute La dépendance est peu significative. Chi2 = 7,13, ddl = 4, 1-p = 87,08%. Pourcentage de variance expliquée (V de Cramer) : 8,69%.

18 18 72,2584,582, ,7593,75moyenne Les représentations des appréciations des autres Légende : 1 = peurs des personnes âgées par auto évaluation, 2 =Soucis des familles évalués par les personnes âgées, 3 = Soucis des autres accompagnants évalués par les personnes âgées, 4 = Peurs des personnes âgées évaluées par les accompagnants, 5 = Soucis des familles évalués par les familles et les accompagnants 6 = Soucis des autres accompagnants évalués parles familles et les accompagnants Il est à noter que les personnes âgées surestiment, dans leurs peurs, les différents risques et quelles prêtent souvent à leurs familles plus de soucis que les familles auto évaluent elles-mêmes. Ces écarts ses retrouvent bien dans les moyennes générales :

19 19 Les compétences des personnes âgées

20 20 Nous avons procédé de façon identique aux évaluations précédentes pour identifier les zones et niveaux de compétences des personnes âgées. Leur auto évaluation, dabord, et lévaluation de ces supposées compétences par les familles et les autres accompagnants des personnes âgées concernées. Les correspondances ou, à linverse, les oppositions dappréciations des personnes âgées et des personnes qui les accompagnent au quotidien pourront nous conduire à interroger les insuffisances du contexte de cet accompagnement.

21 21 15 questions leur ont été posées auxquelles elles pouvaient répondre par des notes graduées de 0 à 4, ce qui donne un score maximum de 20 points. Il ny a aucune « non réponse », ce qui déjà signifie le niveau dimplication dans une série de questions jugées pertinentes. Etagement des scores : 1 à 20 points. Moyenne : 11,55 Ecart-type : 3,13. Les résultats montrent donc que lévaluation des compétences a été plutôt positive puisque la moyenne est supérieure à la médiane. Les accompagnants ont aussi bien répondus puisquils donnent les résultats suivants : Etagement des scores : 3 à 20 points Moyenne : 12,67 Ecart-type : 3,70 Les accompagnants ont donc une capacité élevée à identifier et à faire confiance aux compétences des personnes âgées. Ce qui est plutôt un élément favorable à la qualité de cet accompagnement selon les indications données précédemment.

22 22 Q1 : « La personne âgée se sent-elle responsable delle- même ? » Q2 : « La personne âgée apprécie-t-elle les changements dans ses habitudes ? » Q3 : « La personne âgée pense-t-elle que son entourage se substitue à elle ? » Q4 : « La personne âgée a-t-elle confiance en lavenir ? » Q5 : « La personne âgée a-t-elle connu, au cours de sa vie, dimportantes difficultés dont elle a su se débrouiller par elle-même ? » Q6 : « La famille de la personne âgée est-elle essentielle à sa vie quotidienne ? »

23 23 Q7 : « Pourrait-on faire plus confiance en la famille dans laide quelle apporte ? » Q8 : « La famille prend-elle des initiatives pour améliorer la vie quotidienne de la personne âgée ? » Q9 : « La famille avait-elle imaginé faire ce quelle fait pour la personne âgée ? » Q10 : « La famille est-elle à laise avec les nouvelles technologies ? » Q11 : « La compétence des autres accompagnants est- elle indispensable à la vie quotidienne de la personne âgée ? » Q12 : « La personne âgée laisse-t-elle les autres accompagnants prendre des initiatives à sa place ? »

24 24 Q13 : « La vie personnelle des autres accompagnants leur a-t-elle servi à apporter de laide aux autres ? » Q14 : « Les autres accompagnants sont-ils reconnus à leur juste valeur ? » Q15 : « Les autres accompagnants sont-ils à laise avec les nouvelles technologies ? »

25 25 Q3Groupe 4 Q2, Q7, Q8, Q9, Q12, Q13Groupe 3 Q4, Q5, Q6, Q10, Q11, Q14, Q15Groupe 2 Q1Groupe 1 Nous pouvons regrouper les questions par catégories de scores et constituer ainsi des groupes de questions afin de comprendre, dun point de vue qualitatif, la distribution.

26 26 Louverture des personnes âgées et de leurs accompagnants au projet Altivis

27 27 La flexibilité mentale On entend par « flexibilité mentale » la capacité à se dégager des automatismes de perception, de réaction et donc de réponse aux nouvelles technologies est un facilitateur dacceptation des personnes âgées Cette courbe témoigne dune solide orientation des réponses en direction des niveaux supérieurs de la flexibilité mentale des personnes âgées rencontrées au cours de létude. La légère réserve

28 28 Acceptation du projet La courbe reste très basse sur les petits niveaux dévaluation de lacceptation. En revanche, elle monte dès le niveau 5 qui est la valeur médiane et la remontée est très significative au niveau 8 et bien entendu au niveau 9 qui est le score dominant avec 41,5% de la totalité des réponses.

29 29 Niveau dintérêt des personnes âgées pour les scenarii proposés par Altivis en rouge, les scenarii S1, S7, S8, S9 et S11 qui obtiennent des scores supérieurs. en bleu, les scenarii S2, S4, S6 qui obtiennent des scores autour de la moyenne. en violet, les scenarii S3, S5 et S10 qui obtiennent des scores inférieurs.

30 30 Les 3 clusters se caractérisent de la façon suivante : Le cluster 1 :. Les scenarii rassemblés dans ce cluster sont donc en mesure de répondre aux besoins et attentes des personnes âgées vivant à leur domicile et les personnes âgées elles-mêmes lont a priori bien saisi. Le cluster 2. Ces scenarii sont en mesure de constituer un potentiel de sécurité pour les personnes âgées concernées. Le cluster 3. Il rassemble des scenarii de confort qui, bien que nétant pas inutiles, peuvent apparaître comme une forme de luxe quasi secondaire au regard des nécessités que les personnes âgées ont perçues dans les scenarii précédents.

31 31 Il serait intéressant de compléter cette partie de létude pour affiner la suite de son déroulement. En ce sens, il serait judicieux de vérifier auprès de quelques groupes de paroles en milieu urbain ainsi quauprès daccompagnants professionnels dont le nombre est quelque peu insuffisant les résultats déjà obtenus afin que ceux-ci soient statistiquement valides.


Télécharger ppt "Etude Altivis Professeurs J. Gaucher & G. Ribes Projet réalisé avec le soutien de la communauté européenne dans le cadre du programme Leader + Etude cofinancée."

Présentations similaires


Annonces Google