La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Etude de cas sur un milieu à valoriser et à ménager Site CRDP Rennes amiens.fr/textesofficielsedd/index.php/littoral/323.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Etude de cas sur un milieu à valoriser et à ménager Site CRDP Rennes amiens.fr/textesofficielsedd/index.php/littoral/323."— Transcription de la présentation:

1 Etude de cas sur un milieu à valoriser et à ménager Site CRDP Rennes amiens.fr/textesofficielsedd/index.php/littoral/323

2 Le Mont-Saint-Michel est le troisième site visité de France avec plus de trois millions deux cent mille personnes par an. La grande majorité des visiteurs viennent pendant lété mais ne sattardent pas dans la baie après la visite du Mont.

3

4

5 Un site associé à la ville-abbaye du Mont St-Michel et à sa merveille A la frontière entre Normandie et Bretagne, le monument le plus visité de France (hors de Paris) est aussi l'une des plus belles et étonnantes réussites de l'art médiéval. Menacé d'ensablement, il va bientôt connaître une transformation radicale de ses abords afin de pouvoir rester une île à marée haute. C'est en 708, il y a1293 ans, qu'un évêque d'Avranches, Saint Ambert, fonde une première église sur le mont Tombe. Il la consacre à Saint Michel, un archange qui va vite faire oublier aux populations environnantes les dieux celtes ou orientaux qu'ils y adoraient jusque-là. Les premiers ducs de Normandie au 10 e siècle y installent des moines bénédictins grâce auxquels le Mont va connaître essor et succès. Une grande abbaye romane est construite bientôt flanquée, quand la Normandie sera devenue française au 13e, par la « Merveille » gothique où viendront se reposer et conserver rois, grands et pèlerins. Après avoir résisté aux Anglais pendant la guerre de 100 ans le Mont résiste aux Huguenots pendant les guerres de religions. Mais le relâchement de la discipline monastique et le déclin des grands pèlerinages ternissent son éclat qui manque de disparaître quand la Révolution le transforme en prison dEtat. Ce nest quen 1863 que médiévistes et architectes obtiennent le départ des geôliers et le début dune campagne de restauration et de reconstruction qui na pas cessé depuis. Le Mont devient alors Partez à la découverte du Mont-Saint-Michel Ouest France 12 août 2001 A la frontière entre Normandie et Bretagne, le monument le plus visité de France (hors de Paris) est aussi l'une des plus belles et étonnantes réussites de l'art médiéval. Menacé d'ensablement, il va bientôt connaître une transformation radicale de ses abords afin de pouvoir rester une île à marée haute. C'est en 708, il y a1293 ans, qu'un évêque d'Avranches, Saint Ambert, fonde une première église sur le mont Tombe. Il la consacre à Saint Michel, un archange qui va vite faire oublier aux populations environnantes les dieux celtes ou orientaux qu'ils y adoraient jusque-là. Les premiers ducs de Normandie au 10e siècle y installent des moines bénédictins grâce auxquels le Mont va connaître essor et succès. Une grande abbaye romane est construite bientôt flanquée, quand la Normandie sera devenue française au 13e, par la « Merveille » gothique où viendront se reposer et conserver rois, grands et pèlerins. Après avoir résisté aux Anglais pendant la guerre de 100 ans le Mont résiste aux Huguenots pendant les guerres de religions. Mais le relâchement de la discipline monastique et le déclin des grands pèlerinages ternissent son éclat qui manque de disparaître quand la Révolution le transforme en prison dEtat. Ce nest quen 1863 que médiévistes et architectes obtiennent le départ des geôliers et le début dune campagne de restauration et de reconstruction qui na pas cessé depuis. Le Mont devient alors lattraction touristique majeure qui attend aujourdhui votre visite. La nef De style roman du 11e siècle, elle a été tronquée de trois travées au 18e siècle après un incendie. Cest à cette occasion que la façade du 12e siècle (à deux puis une tour) a été remplacée par la façade classique actuelle et le parvis agrandi. Le transept Originalement roman, il a été presque totalement rebâti au 19e siècle pour soutenir la nouvelle flèche. Cest là que se trouvait la pointe du rocher et le sanctuaire païen originel Le choeur La version romane bâtie au 11e siècle seffondre en Une version gothique flamboyante, plus haute, est édifiée en 1446 à Le Village Il sest peu à peu constitué au Moyen-âge sur le flanc sud à labri des intempéries. Les cryptes romanes. Elles font parties de l'immense socle construit par les Bénédictins normands du 11e siècle pour supporter léglise romane. Les chapelles Saint- Martin et Notre-Darne-des-Trentes Cierges supportaient les bras sud et nord du transept tandis que la crypte des gros piliers soutenait le choeur. Celle-ci sera fortement réaménagée au 15e siècle lors de la construction du choeur gothique Lhôtellerie de Robert de Torigni Cet abbé du 12e siècle fut un très brillant chroniqueur, organisateur et bâtisseur et aussi un conseiller très écouté de son suzerain, le roi d'Angleterre (et duc de Normandie) Henri Plantagenêt. La belle hôtellerie qu'il a édifiée Ici pour les pèlerins de marque seffondrera en Les fortifications La guerre de 100 ans fait du Mont une plate forte stratégique pour le roi de France. Une épaisse muraille, qui prend déjà en compte les progrès de l'artillerie, est bâtie sue le flanc sud au ras de l'eau. Les logis abbatiaux Du côté gauche du grand escalier en montant, ces bâtiments ont été construits de la fin du 14e siècle par les abbés pour y habiter, y travailler et aussi sy défendre car les temps étaient troublés. Laccès à labbaye Cest au 13e siècle que lentrée est transférée de louest à lest, peut-être afin de mieux fortifier lensemble. Cest là que sont salle des gardes et salle de justice (où labbé, un très puissant seigneur dont les terres et villages allaient de Cancale à Avranche, jugeait ses sujets). Châtelet, Barbacane et tour Perrine seront construits pendant la guerre de 100 ans

6

7 La merveille Pour se racheter, après l'incendie de l'abbaye par un de ses capitaines au cours de la conquête de la Normandie, le roi de France Philippe Auguste ordonne la construction dun bâtiment sur le flanc de léglise et qui comprend à lest (1)un réfectoire pour les moines en haut,(2 )une salle des hôtes pour les festins des grands seigneurs au milieu et(3)une aumônerie pour les gens de peu en bas, le tout résumant la conception médiévale des trois ordres. A l'ouest on trouve(4)un cloître pour la méditation des moines en haut, un «scriptorium »(5) pour leur instruction au milieu et un cellier(6)pour leur alimentation en bas, résumant là la hiérarchie des nourritures spirituelles, intellectuelles et matérielles résumant là la hiérarchie des nourritures spirituelles, intellectuelles et matérielles.

8 Lettre du 30 mai 1835 de VIOLLET-LE-DUC ( ). "Nous voilà établis au Mont Saint-Michel depuis hier matin. Nous avons un froid et un vent épouvantables comme au mois de Mars. Malgré cela, vive le mont Saint-Michel ! Rien n'est plus beau, rien n'est plus sauvage, rien n'est plus grandiose, rien n'est plus triste. Il faut voir ses tours de granit frappées par la mer, il faut entendre le vent qui, le soir, mugit dans les grands escaliers du château, le cri de l'hirondelle et le battement des fenêtres livrées à la tempête, pour se faire une idée de l'effet lugubre de cette masse de bâtiments, de ses effets variés, de son imposante majesté. Il faut en entrant ici quitter toute idée de civilisation, il faut, pour ainsi dire, s'identifier avec les monuments, avec cette immense tristesse qui semble ronger tout, pour bien comprendre ce qu'il y a de vraiment beau dans cet amas de pierres. Non, il nous est impossible à nous, hommes du XIXe siècle, de comprendre tout ce qu'il y a de beau ici, à nous, habitués au confortable, aux petitesses de la civilisation, de sentir autour de nous sans éprouver un frisson involontaire ces longs remparts battus de tous côtés par la mer, ces murailles percées de petites fenêtres sans vitres, ces rochers qui semblent s'être endormis après d'affreuses convulsions, ces maisons inhabitées, sans toit, noircies par la fumée et le temps... Mais tout cela est véritablement si grand, inspire une tristesse si belle et si pleine de pensée, que l'on ne peut détacher ses yeux de ce colosse"

9 C'est donc un territoire symbolique que l'on veut sauvegarder. Lensemble de la Baie est aussi vécu comme lieu patrimonial (lieu chargé d'histoire et réserve naturelle). Il est marqué par l'omniprésence du Mont-Saint- Michel. Cest aussi un espace tout à fait exceptionnel. Espace de transition entre la mer et la terre, la baie possède des écosystèmes aussi variés que précieux (La Baie, journal de l'opération juin 2000 ).écosystèmes aussi variés que précieux Les hommes ont aussi profondément marqué les paysages de cette baie et en ont utilisé très tôt toutes les possibilités de la Baie. Haut lieu historique devenu zone de tourisme, de détente et de loisirs, il est aussi un lieu de production agricole, conchylicole par exemple. Des points de vue différents sy confrontent.

10 BAIE DU MONT-SAINT-MICHEL : FONCTIONNEMENT DE L'ECOSYSTEME COTIER La richesse écologique est à lorigine de nombreuses activités économiques - mytiliculture - ostréiculture - élevage de moutons de prés salés, - pêche.

11 Un milieu dune richesse écologique capitale à léchelle du golfe normano-breton. limportance des apports par les rivières on estime sommairement à millions de m3 par an les apports deau douce à la baie. Mais les apports de matières organiques, de nutriments et de contaminants (métaux lourds, phytosanitaires) par les rivières sont insuffisamment connus. Or ces informations sont indispensables pour comprendre le fonctionnement de cet écosystème, évaluer ses potentialités trophiques, et les risques induits par les contaminations

12 Le mont et sa Baie sous haute surveillance : naissance de l'opération grand site Les mesures de classement Le Mont-Saint-Michel attire, surtout à partir du 19ème siècle, l'attention internationale. Délaissé au XVIII e siècle, servant de prison, ravagé par un incendie, le Mont est en très mauvais état, ce qui soulève bien des protestations et aboutit aux travaux dirigés par les Bâtiments de France. Le Mont devient site classé par la loi du 2 mai 1930

13 Formation et évolution Ces vastes espaces sont constitués de territoires spécifiques où l'eau joue un rôle prépondérant. Le fond de la dépression du Golfe Normand-Breton, constitué de schistes peu résistants a été érodé alors que les roches très dures, essentiellement des roches granitiques, ont résisté à lérosion. Ces roches dures correspondent au Mont-Saint-Michel, à Tombelaine et au Mont Dol. Au quaternaire les variations du niveau marin (liées aux variations climatiques) font alterner des périodes de transgression avec sédimentation active (dépôt de sable de couleur grisâtre, la tangue*) et des périodes de régression, la baisse du niveau de la mer permettant alors à la végétation de s'installer pour de longues périodes. Au VII e siècle, des cordons de sable se forment sur lesquels des pêcheurs s'installent. A partir de ce moment, les hommes vont renforcer l'évolution naturelle ; ils doivent trouver des solutions pour évacuer les eaux douces qui proviennent du « terrain » en organisant l'évacuation des eaux pluviales et fluviales et lutter également contre linvasion des eaux salées par la construction de digues et de portes à la mer. Ils vont par leurs travaux accélérer le comblement de la baie.La baie comprend deux parties :à Tombelaine La partie maritime et la partie exondée : c'est la digue qui fait la séparation entre la partie maritime et la partie exondée

14 La partie maritime Devant les digues, elle est régulièrement ou de temps en temps recouverte par la mer. La slikke : elle est formée de sables et de tangues, mélange de débris de coquillages et de fragments de granite et de schistes. Quand on s'éloigne du rivage on trouve les sablons, sables fins et perméables. Le schorre : Zone colonisée par des plantes halophiles. Les plantes fixent la tangue et on parle d'herbus ou prés-salés. A certains endroits, les cordons coquilliers, bancs fossiles ou actuels sont le résultat des courants et de la houle. Les coquilles se sont entassées formant des bancs dont la taille est variable ; en général, plus on s'approche du schorre, plus la hauteur s'accroît et les bancs peuvent ne plus être recouverts par la mer, ils sont alors fossilisés et envahis progressivement par la végétation halophile. Les sédiments sont de plus en plus fins du fond de la Baie vers le large. Les variations du niveau marin et les marées ont déposé au fond de la baie un sable de couleur grisâtre que lon appelle la tangue* Lestran* est constituée de deux zones : la slikke* et le schorre*

15 Les sables accumulés vont être colonisés par des plantes halophiles* et donner naissance aux herbus* On voit au fond les hangars des mytiliculteurs

16 La partie exondée La partie exondée qui se trouve derrière les digues est constituée des marais et des polders. Vers 8000 avant JC, la mer envahit la région comprise entre la pointe du Grouin et le Bec d'Andaine, elle arrive jusqu'aux côteaux de Dol, Châteauneuf, Saint Broladre et La Gouesnière ; les zones granitiques de Lillemer, du Mont Dol et du Mont Saint-Michel sont alors des îles. La mer dépose dans la baie des sédiments de couleur grise, la tangue, cest la formation des marais blancs. Derrière les cordons littoraux, la végétation se développe lentement au cours des siècles. Dans les marais d'eau douce ou saumâtre, des débris végétaux se décomposeront en couches noires, la tourbe, c'est la formation des marais noirs. Les périodes de refroidissement succédant aux périodes de réchauffement, couches grises et couches noires peuvent alterner. La partie exondée a été très profondément marquée par le travail des hommes. Couches de couleurs différentes dans les marais blancs. Elles correspondent à des périodes de variations des climats

17 Les travaux des hommes marais noir de Lillemer, la digue route Le Guyoult, porte à la mer, marée haute et marée basse.

18 Les polders, surtout à partir du 19ème siècle, ont vu se développer une agriculture intensive produisant légumes, céréales, bovins et ovins Les marais blancs constitués des sédiments calcaires déposés par la mer ont été protégés par des digues et constituent une riche région agricole. La troisième zone, celle des marais noirs aux sols tourbeux, est celle des zones humides périphériques (marais et basses vallées inondées Alors que la superficie des herbus et des polders progresse, celle des zones humides diminue. Elles sétendaient sur 3000 ha à lorigine. Aujourdhui, après les nombreux travaux dendiguement et dassèchement, les superficies ont considérablement diminué alors quil sagit de zones essentielles pour maintenir la richesse de lécosystème.

19

20 Les bassins versants sont essentiels car la qualité des eaux a des conséquences sensibles sur la qualité des écosystèmes dautant que louest de la Baie sest spécialisé depuis 1920 dans la production dhuîtres, production qui a pris un grand essor depuis La mytiliculture introduite vers 1960 est au premier rang français.

21 Le mont et sa Baie sous haute surveillance : naissance de l'opération grand site Les mesures de classement Le Mont-Saint-Michel attire, surtout à partir du 19ème siècle, l'attention internationale. Délaissé au XVIII e siècle, servant de prison, ravagé par un incendie, le Mont est en très mauvais état, ce qui soulève bien des protestations et aboutit aux travaux dirigés par les Bâtiments de France. Le Mont devient site classé par la loi du 2 mai 1930 Depuis, de nombreux classements et protections placent le Mont- Saint-Michel et sa baie sous haute surveillance : En 1979 pour son architecture et son site. Le mont est classé patrimoine mondial (UNESCO). En 1987 la zone classée s'étend à la plus grande partie du domaine public maritime de la Baie.

22 En 1989 le conservatoire du littoral et des rivages lacustres achète ses premiers terrains dans la Baie. La conférence de RAMSAR, 1971 (Réseau International de zones humides) pour la protection spéciale de la faune et la flore, est signée par la France en 1986 et appliquée à la baie à partir de La convention de Bonn en 1979 s'attache à conserver la faune migratoire des espèces sauvages. La convention de Berne en 1979 concerne la conservation de la vie sauvage. Dans l'Union Européenne, la directive du 12 avril 1979 réclame qu'un inventaire ornithologique soit réalisé dans le cadre des ZICO (zone d'importance communautaire pour les oiseaux) qui aboutira à la création d'une Zone Spéciale d'Intervention (ZPS) c'est-à-dire ha dans la baie du Mont et sera complété par la directive « Habitat ». Il ne s'agit plus seulement des oiseaux mais aussi de leur milieu de vie. La prolifération des textes n'aboutit ni à de réelles mesures de protection ni à une mise en valeur. Il s'agit d'avantage de labels. Il faut attendre les lois de décentralisation de 82 et 83 pour que les communes se voient confier l'organisation et la protection de leur territoire. En 1986, la loi relative à l'aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral, dite loi littoral, contribue à une meilleure protection de ces espaces fragiles et menacés.

23 Autres mesures de protection La loi sur l'eau de 1992 aboutit dans l'ensemble de la Baie à la création d'un SDAGE pour le secteur Seine - Normandie. Il fixe les grandes orientations reprises dans le SAGE Sélune. Le SDAGE Bretagne - Pays de Loire travaille avec son voisin Normand afin d'établir une politique cohérente sur l'ensemble des 5 bassins versants. Une commission de coordination interbassins sera créée en 1998, facilitant le travail entre les Normands et les Bretons Le site est inscrit au patrimoine mondial pour sa valeur naturelle (convention de Paris, UNESCO 1994), L'UNESCO (Man And Biosphère, MAB) crée des réserves de la biosphère pour l'acquisition de connaissances fondamentales et appliquées à la gestion et à la conservation des zones humides dans l'optique d'un développement durable. La baie du Mont Saint-Michel est territoire reconnu comme site atelier par le projet Environnement Vie et Société du CNRS. Il s'agit de comparer la biodiversité des marais littoraux à différentes étapes de leur évolution vers l'assèchement et la continentalisation et un site la baie du mont

24 Naissance de lOpération Grand Site En 1995 la volonté de restaurer le caractère maritime du Mont et de protéger l'ensemble de la zone, de « requalifier » la Baie, tout en cherchant avec l'ensemble des acteurs économiques les conditions pour un développement durable, a donné naissance à l'Opération Grand Site. Le label « Grand site de France » propriété du ministère de l'écologie et du développement durable, est attribué pour 6 ans renouvelables et peut être retiré au gestionnaire en cas de manquement aux engagements L' OGS dans la Baie du Mont a une architecture très complexe du fait de la multiplicité des financeurs et des maîtres d'ouvrages : le fonds européen, l'Agence de l'eau, l'Etat avec plusieurs ministères (environnement, équipement, transport, culture et tourisme) et de multiples lignes des collectivités territoriales (mairies, conseil général,conseil régional)

25 2 étapes dans une Opération Grand Site Dabord les études : diagnostic précis et détaillé, études spécifiques aboutissant à un programme précis, validation et signature dune convention entre les partenaires locaux et lEtat,Puis les travaux se font après autorisation ministérielle. La réalisation dune OGS répond à un triple objectif : Restaurer la qualité paysagère du site, Déterminer une structure pérenne responsable de la restauration et de la gestion du site, Permettre que les mesures adoptées bénéficient au développement local. Lensemble forme un projet de développement durable pour le site (retombées économiques, chantiers, emplois…).

26 Quatre objectifs spécifiques de l'OGS de la baie du Mont : Sécuriser les ressources en eau potable Améliorer la qualité des eaux et préserver les usages Protéger la diversité des milieux (notamment des zones humides) et du patrimoine Concilier cette protection avec le développement économique et touristique et donc réaliser les conditions pour un développement durable

27 Un exemple daction de municipalités Enfouissement des réseaux aériens de Saint-Georges-de-Gréhaigne La route littorale, de Saint-Georges-de-Gréhaigne à Cancale, offre des échappées visuelles très intéressantes sur le plan paysager : vues sur les polders, herbus, moulins... En revanche, l'itinéraire recèle des éléments discordants et dévalorisants importants, comme les réseaux électriques aériens. Ainsi, le Syndicat Intercommunal de la Baie du Mont-Saint-Michel (SIVU) a engagé une opération pluriannuelle d'enfouissement des réseaux avec la Direction Régionale de l'Environnement et le Service Départemental de l'Architecture et du Patrimoine. Au regard des enjeux paysagers, il a défini les secteurs prioritaires, et chargé le Syndicat Départemental d'Electrification d'Ille-et-Vilaine de mener une étude détaillée complète par zone (choix de dispositifs d'éclairage de qualité permettant la mise en valeur du secteur traversé, nature des travaux à réaliser et coût de l'opération). Un calendrier prévisionnel des travaux a ainsi été établi le long de cette route littorale. Les premières opérations vont débuter dès le printemps Vue sur Baie - La lettre de l'OGS – N° 3 - Janvier 2004

28 Les démarches de LÉtat et des Collectivités territoriales L'Etat et les Collectivités territoriales ont conçu une opération pour protéger, développer lensemble de la Baie, et rétablir en même temps le caractère maritime du Mont. La réflexion pour l'aménagement du site saccompagne dune évaluation de la situation actuelle avec une étude sur les évolutions possibles (en fonction de la sédimentation de la baie et de sa fréquentation touristique). Á partir de 1998, dix études d'environnement en fonction des aménagements ont été menées. Elles ont porté sur la qualité de l'eau, la nature des sédiments, les herbus, la faune benthique, les poissons et les phoques, les oiseaux et les paysages. Dautres études ont été également menées sur la fréquentation touristique de la Baie. Le Mont-Saint- Michel est le troisième site visité de France avec plus de trois millions deux cent mille personnes par an. La grande majorité des visiteurs viennent pendant lété mais ne sattardent pas dans la baie après la visite du Mont. Lamélioration et le maintien de la qualité de leau sur le bassin versant et dans la baie sont indispensables au développement durable des diverses activités qui sexercent dans la baie (conchyliculture et pêche) et sur le littoral (pêche à pied, baignade, loisirs touristiques et chasse). C'est le rôle de la commission de coordination interbassins. Les grandes orientations du projet de rétablissement du caractère maritime du Mont Saint - Michel ont donc été adoptées par le gouvernement français en CIADT (comité interministériel daménagement et développement du territoire) du 23 juillet Le 21 juillet 2003, après études et enquêtes, le projet de rétablissement du caractère maritime du Mont est reconnu dutilité publique par les préfets de la Manche et de lIlle-et-Vilaine.

29 Les partenaires Le Préfet de région Basse-Normandie est coordonnateur pour ce projet dont le financement implique l'intervention de la région Bretagne. L'opération de reconquête et de protection des écosystèmes, ainsi que l'objectif de gestion cohérente de l'eau sur les bassins versants alimentant la baie, nécessitent un effort collectif et impliquent la participation de nombreux organismes publics. Agence de l'Eau Loire-Bretagne Agence de l'Eau Seine-Normandie CSP (Conseil Supérieur de la Pêche) Section Régionale Conchylicole Nord-Normandie Muséum d'histoire naturelle Université de Caen Université de Rennes IFREMER Conseil général de la Manche Conseil général de l'Ille-et-Vilaine Conseil général de la Mayenne Conseil Régional de Bretagne Conseil Régional de Basse-Normandie Fédération de pêche et de protection du milieu naturel du Morbihan Mission de rétablissement du caractère maritime du Mont-Saint-Michel MISE 35, MISE 50, MISE 53 DDASS 35, DDASS 50, DDASS 53 L'opération demande un large consensus d'où les réunions à destination des élus et des citoyens

30 Aspects financiers Les financements viennent de : Agence de l'eau, FEDER, Autofinancement par un emprunt du syndicat mixte, Collectivités locales : Conseil Régional de Basse-Normandie, Conseil Général de la Manche, Conseil Régional de Bretagne, Conseil Général d'Ille-et-Vilaine, État : trois ministères, celui de lenvironnement, de léquipement et de la culture En 1982, une première étude avait estimé que 74 millions d'euros seraient nécessaires au désensablement de la baie. En 1995, lors du lancement officiel de l'opération, ce montant était passé à 134 millions d'euros, répartis entre les collectivités territoriales et l'État, avec les contributions de l'Union européenne et de l'Agence de l'eauAgence de l'eau

31 Quelles actions sont menées? Un exemple, le conservatoire et/ou le conseil général et les communes littorales ou les EPCI (Etablissements Publics de coopération inter-communale) interviennent pour acquérir les terrains naturels les plus sensibles. la Baie du Mont est entrée dans le réseau Natura 2000 : Les zones spéciales de conservation (ZSC) désignées par les Etats à partir de 1998 constituent avec les ZPS un réseau européen : Natura Le territoire concerné par Natura 2000 englobe toute la Baie, le littoral et une partie des marais.

32 Un espace très disputé Conflits entre agriculteurs et autres usagers sur les bandes enherbées : par exemple la protection du littoral oppose les usagers, les associations de défense de l'environnement, les élus et les différentes administrations de l'Etat. Déjà accusés de souiller l'eau de la Baie, les moutons sont de plus accusés de nuire aux herbus et aux bars Au sujet de La protection du domaine public maritime Conflit entre les usagers, les maires ou le préfet Conflit entre les associations, les professionnels ou les élus Conflit entre les différents usagers de la Baie

33 Conflit au sujet des pratiques sportives La DDE s'était par exemple opposée à la pratique du char à voile sur le DPM à Cherrueix. Aujourd'hui les autorités administratives ont accepté cette activité qui représente une ressource économique en pleine expansion, apportant à la commune des retombées importantes et une image forte. Il semblerait cependant que si cette activité devait être lancée aujourd'hui, elle ne serait pas autorisée. Faut-il donc accepter une certaine souplesse dans les mesures de protection de l'environnement ? La nécessité d'aménager le littoral quand il y a des enjeux économiques importants est-elle compatible avec la protection du DPM ? Le "gel" du littoral et de sa Baie est-il compatible avec le développement durable dans le sens où il est aussi question pour les populations d'activités économiques génératrices d'emplois stables à l'année ? lOGS constitue un outil très efficace de préservation de la baie car il sagit dun projet densemble qui fédère les différents acteurs et fait passer de la difficile gestion de multiples lois et règlements à la mobilisation de la majorité des acteurs pour des actions coordonnées et durables donnant tout leur sens à la protection et à la revalorisation de la Baie.

34 D é bat houleux sur le projet de parc naturel dans la baie Faut-il cr é er un Parc naturel r é gional (PNR) en baie du Mont-Saint-Michel ? Le sujet ne fait pas l'unanimit é si l'on en juge d'apr è s le d é bat houleux qui s'est d é roul é lundi soir, à la salle Couleur en musique. Une association, qui porte le nom d'Initiative citoyenne, proposait d'expliquer o ù en est le dossier et quelles sont ses chances d'aboutir. A sa tête, Pierre Le Calvez, militant PS connu dans la r é gion, qui a cr éé r é cemment le r é seau Vigibaie avec d'autres d é fenseurs de l'environnement. « Je travaille depuis trois ans sur ce projet. Ce parc naturel pourrait correspondre aux fronti è res historiques de la baie, de Cancale à Granville, en incluant le marais de Dol. » D è s le d é but de la r é union, la salle a é t é investie par une trentaine d'agriculteurs, bien d é cid é s à se faire entendre. Avec eux, Eug è ne Baratte, pr é sident d é partemental de la Coordination rurale. « Les parcs naturels g è lent l'activit é é conomique. L'agriculture g é n è re beaucoup d'emplois, elle participe à la sauvegarde de la faune et de la flore. On ne veut pas que la baie devienne une r é serve d'Indiens », clame le leader syndical, en prenant exemple sur le parc du Cantal « o ù il a fallu des ann é es de proc é dure pour qu'un jeune é leveur puisse agrandir sa porcherie. » Le ton est donn é. Les agriculteurs pr é sents ne veulent pas, mais alors pas du tout, entendre parler d'un parc naturel. Au risque de ne pas é couter les arguments des autres personnes pr é sentes dans la salle. « Qui te nourrit, toi ? Ce sont bien les paysans !, » r é pond s è chement un des opposants à un participant qui essaie de se faire entendre. Le d é bat tourne rapidement au dialogue de sourds. « Vous ne savez pas faire la diff é rence entre du pois et du ma ï s, vous voulez faire travailler des fonctionnaires, disent encore les agriculteurs. Nous n'avons pas confiance en vous, c'est aux é lus de s'occuper de ce dossier. » Face à l'avalanche de critiques, Pierre Le Calvez se sent bien seul. II tente tout de même de convaincre par tous les moyens, en diffusant même un petit film sur la biodiversit é. « Je suis rentr é en contact avec Michel David, le pr é sident de la Chambre d'agriculture d'Ille-et-Vilaine. On va mettre en place une association citoyenne, dans laquelle les agriculteurs auront aussi leur place. Dans ce projet, on est tous acteurs. Une ferme dispara î t toutes les vingt minutes en Europe. II faut penser à une autre mod è le, bas é sur le d é veloppement durable. » Malgr é ses efforts, chacun est rest é camp é sur ses positions. Pour l'instant, le projet a du mal à tracer son sillon... Olivier BERREZAI.

35 Site natur a2000 commune département région réseau routier zone urbaine zone boisée hydrographie

36 Controverse sur Natura 2000 Jean-Claude Lefeuvre, expert en biodiversit é : Natura 2000, le contraire d'une r é serve É cologue, Jean-Claude Leleuvre est une « pointure » qui se partage entre son laboratoire du CNRS, le Mus é um d'histoire naturelle, ses é tudiants de Rennes et le terrain. Cet orf è vre en biodiversit é a son mot à dire sur « Natura 2000 », ses malentendus, ses enjeux (lire notre é dition du 6 avril et dimanche Ouest France" d'hier), Interwiew Que vous inspire la lev é e de boucliers contre Natura 2000 ? Une erreur que j'ai commise moi-même en 1978 quand j'ai demand é au ministre de l'Environnement de l' é poque de cr é er cent r é serves naturelles et non pas dix. Il a cr éé ces r é serves, Je le regrette am è rement... Pourquoi ? Parce que la r é serve, c'est le contraire de la biodiversit é, c'est- à -dire de la vision que l'on doit avoir des é cosyst è mes qui fonctionnent ensemble, en syst è me ouvert o ù l'homme est central. La r é serve au sens fran ç ais du terme, c'est la mise sous cloche, l'aberration qui consiste à clore des espaces sans hommes Ce n'est pas Natura 2000 ? Au contraire, Natura 2000 consiste à consid é rer globalement les espaces; les esp è ces et les usages que l'on a de ces endroits. Et d'ouvrir au grand public qui a le droit de voir et de savoir. Ç a consiste à dire aux chasseurs, aux forestiers, aux pêcheurs, aux paysans : vous chassez, vous plantez, vous pêchez, vous cultivez ? Bravo. Vous êtes formidables. Grâce à à vos activit é s, à votre pr é sence, un espace a é t é model é et ces espaces sont d'int é rêt europ é en. Pourtant, les usagers des zones concern é es se sont sentis agress é s … La communication autour de Natura 2000 a é t é calamiteuse. Il n y avait qu une seule personne pour s'occuper d'un projet de cette envergure au minist è re. Et le malentendu, le gigantesque malentendu a pris sur tout le reste. L à o ù l'on aurait pu attendre une n é gociation, il y a eu confrontation au pire, é motion au mieux. Quel dommage ! Natura vise à bousculer la notion, de r é serve o ù tout é tait interdit. Pourtant, les usagers craignaient de se faire dire qu ils é taient en trop. Malentendu, encore. Natura peut nous faire passer d'un syst è me g é r é par l' É tat r é galien à la d é cision locale. C'est une petite r é volution, vous savez. On demande d é sormais aux gens de mieux conna î tre leur milieu, de regarder au-del à de sa parcelle, de son petit int é rêt particulier et d'envisager autre chose. Avec des emplois à la cl é car ces espaces pr é serv é s, il faudra les g é rer, les animer. En fait, cette directive europ é enne est une le ç on de nouvelle gouvernance. Dans bon nombre d oppositions, j ai cru entendre : nous sommes sur place, nous connaissons notre terrain. Bien. Mais la biodiversit é est aussi une le ç on d humilit é. Nous pensons conna î tre notre terrain. Et alors ? Et alors, nous devons conna î tre notre terrain comme Natura 2000 nous y incit é : d'ailleurs, pour ne prendre que l'exemple de la Bretagne, sur 52 sites retenus su d é part, 41 ont connu une issue favorable. Les scientifiques, les é lus et usagers n ont pas fait leur travail si mal que ç a … Recueilli par Fran ç ois SIMON

37 Localisation Régions : BASSE-NORMANDIE (2.00 %), BRETAGNE (1.00 %) Départements : Domaine maritime (97 %), Manche (2 %), Ille-et- Vilaine (1 %) Superficie : ha Altitude minimale : -12 m Altitude maximale : 68 m Région biogéographique : AtlantiqueBASSE-NORMANDIEBRETAGNEMancheIlle-et- Vilaine La surface de ce site intersecte les Zones de Protection Spéciale suivantes : FR Chausey FR Baie du Mont Saint Michel FR FR

38 Description du site La baie du Mont Saint-Michel constitue un site d'importance internationale abritant régulièrement plus de oiseaux d'eau. Les prés salés atlantiques, par la diversité des groupements qui les composent et la surface qu'ils occupent, constituent un ensemble phytocoenotique de valeur internationale. D'autre part, des concrétions biogéniques de Maërl, considérées comme les plus belles populations d'Europe ont été identifiées. Motivations pour la liste des autres espèces importantes de faune et de flore (rubrique 3.3) : - protections réglementaires au niveau national ou régional ; - populations remarquables et valeur patrimoniale. La baie du Mont-Saint-Michel abrite une population résidente de phoque veau-marin (Phoca vitulina) tout au long de l'année, avec reproduction annuelle. Enfin, une population de Grand dauphin est résidente dans le golfe normand-breton au sens large, dont ce SIC

39 Site inter-régional, la baie du Mont Saint-Michel correspond à un vaste écocomplexe de haute valeur paysagère découvrant, à marée basse, plusieurs dizaines de milliers d'hectares de grèves, de vasières et de bancs de sable. Les phénomènes de sédimentation et de géomorphologie marines de grande ampleur lui confèrent un intérêt majeur. Le substratum profond, constitué de schistes, est recouvert de plusieurs mètres de sédiments meubles. Les étendues maritimes sont associées à des secteurs terrestres (cordon dunaire, falaises granitiques, marais et bois périphériques) qui s'inscrivent dans le contexte géologique et paysager de la baie. La cartographie des habitats naturels de la directive n'étant réalisée que partiellement, leur évaluation surfacique demeure actuellement approximative. La part de DPM représente environ 94% de la superficie du site. Dans la liste des habitats d'intérêt communautaire, la part de l'habitat 1130, correspondant à "estuaire", ne représente volontairement que 1% de la superficie du site, afin d'éviter les doubles comptes avec les habitats 1110, 1140 & les habitats de prés salés

40 Composition du site : Mer, Bras de Mer 45 % Rivières et Estuaires soumis à la marée, Vasières et bancs de sable, Lagunes (incluant les bassins de production de sel) 45 % Marais salants, Prés salés, Steppes salées 5 % Dunes, Plages de sables, Machair 1 % Galets, Falaises maritimes, Ilots 1 % Eaux douces intérieures (Eaux stagnantes, Eaux courantes) 1 % Marais (vegetation de ceinture), Bas-marais, Tourbières, 1 % Forêts caducifoliées 1 %

41 SITE À CONSULTER

42 Sites Natura à différentes échelles

43 Habitats naturels présents % couv. Bancs de sable à faible couverture permanente d'eau marine 41 % Bancs de sable à faible couverture permanente d'eau marine Replats boueux ou sableux exondés à marée basse 32 % Replats boueux ou sableux exondés à marée basse Prés salés atlantiques (Glauco-Puccinellietalia maritimae) 10 % Prés salés atlantiques (Glauco-Puccinellietalia maritimae) Récifs 2 % Récifs Estuaires 1 % Estuaires Végétation annuelle des laissés de mer 1 % Végétation annuelle des laissés de mer Falaises avec végétation des côtes atlantiques et baltiques 1 % Falaises avec végétation des côtes atlantiques et baltiques Végétations pionnières à Salicornia et autres espèces annuelles des zones boueuses et sableuses 1 % Végétations pionnières à Salicornia et autres espèces annuelles des zones boueuses et sableuses Dunes mobiles embryonnaires 1 % Dunes mobiles embryonnaires Dunes mobiles du cordon littoral à Ammophila arenaria (dunes blanches) 1 % Dunes mobiles du cordon littoral à Ammophila arenaria (dunes blanches) Dunes côtières fixées à végétation herbacée (dunes grises) 1 % Dunes côtières fixées à végétation herbacée (dunes grises) Dunes à Salix repens ssp. argentea (Salicion arenariae) 1 % Dunes à Salix repens ssp. argentea (Salicion arenariae) Dépressions humides intradunales 1 % Dépressions humides intradunales Lacs eutrophes naturels avec végétation du Magnopotamion ou Hydrocharition 1 % Lacs eutrophes naturels avec végétation du Magnopotamion ou Hydrocharition Rivières des étages planitiaire à montagnard avec végétation du Ranunculion fluitantis et du Callitricho- Batrachion 1 % Rivières des étages planitiaire à montagnard avec végétation du Ranunculion fluitantis et du Callitricho- Batrachion

44 Espèces végétales et animales présentes Mammifères PR (2) Grand Dauphin (Tursiops truncatus) Reproduction. Hivernage. Etape migratoire.Grand Dauphin Grand Murin (Myotis myotis) Hivernage. Grand Murin Grand Rhinolophe (Rhinolophus ferrumequinum) Hivernage.Grand Rhinolophe Marsouin (Phocoena phocoena) Etape migratoire.Marsouin Petit Rhinolophe (Rhinolophus hipposideros) Hivernage. Petit Rhinolophe Phoque gris (Halichoerus grypus) Etape migratoire.Phoque gris Phoque veau marin (Phoca vitulina)Phoque veau marin Vespertilion à oreilles échancrées (Myotis emarginatus) Hivernage.Vespertilion à oreilles échancrées

45 POISSONS PR (2) Alose feinte (Alosa fallax) Etape migratoire.Alose feinte Chabot (Cottus gobio)Chabot Grande Alose (Alosa alosa) Etape migratoire. Grande Alose Lamproie de Planer (Lampetra planeri) Lamproie de Planer Lamproie de rivière (Lampetra fluviatilis) Etape migratoire.Lamproie de rivière Lamproie marine (Petromyzon marinus) Etape migratoire. Lamproie marine Saumon Atlantique (Salmo salar) Etape migratoire. Saumon Atlantique

46 Sites à consulter Journal de l' OGS en baie du mont saint Michel Site officiel du syndicat mixte pour le rétablissement du caractère maritime du Mont avec une page pour les enfants Commission Interbassins de la Baie du Mont Saint-Michel la Commission, la Lettre, les partenaires, la Baie, état des lieux, forum, galerie, liens,... La baie du Mont Saint-Michel Ce site est optimisé pour... Maison de la baie du Mont Saint-Michel mytiliculture et découverte... Découverte de la mytiliculture et randonnées nature guidées en baie du Mont saint-Michel. Expositions sur le patrimoine. Éducation à l'environnement. Le Mont-Saint-Michel : suivez le projet de désensablement avec... Le Mont-Saint-Michel a mené l'enquête. Pour ou contre la destruction de la digue-route ?... arrivée à l'abbaye du Mont-Saint-Michel le 24 juin 2001,... Natura 2000 : Fiche du site FR (BAIE DU MONT SAINT-MICHEL) Site inter-régional, la baie du Mont Saint-Michel correspond à un vaste écocomplexe de... Eaux douces intérieures (Eaux stagnantes, Eaux courantes), 1 %... Nature et artificialisation dans la baie du Mont-Saint-Michel Pourtant, le colmatage de la baie du Mont-Saint-Michel s'inscrit dans... naturel et mouvant d'eaux et de grèves dans un espace suffisant autour du Mont.... Ces échanges productifs entre herbus et eaux côtières participent à la... La Baie du Mont-Saint-Michel est une zone remarquablement riche au niveau... Le Mont Saint Michel La baie du Mont Saint Michel - Avranches la cité des manuscrits du Mont saint... La marée y est de très grande amplitude (15 m) et la montée des eaux à...

47 Journal de l' OGS en baie du mont saint Michel Valorisation de la baie du Mont Saint Michel - projet 21b... maritime du Mont-Saint-Michel, plusieurs actions de mise en valeur de la baie sont prévues :... Mont Saint-Michel - Wikipédia, l'encyclopédie libre et gratuite - 49k - L'architecture prodigieuse du mont Saint-Michel et sa baie en font le site touristique... Au fil des années, la baie du mont Saint-Michel fut sujette à la... Barre de navigation du ministère de l'Equipement - 16k 16 juin FR : Le Mont Saint-Michel et sa Baie - 21k - LE MONT SAINT-MICHEL ET SA BAIE... Le site de la Baie du Mont- Saint-Michel intéresse plusieurs communes (voir le dossier cartes et plan et le détail des... Abbaye du Mont Saint-Michel - des origines à l'arrivée des Bénédictins Saint Michel et le dragon, miniature des Très Riches Heures du Duc de Berry, k France 5 : Environnement - Dossier RIVAGES k vidéo +Carte de la baie du Mont-Saint-Michel Présentation du lieu sur le site du Conservatoire du littoral. Visualiser la carte. Lien complémentaire :... Dans la région du Mont Saint-Michel, ce sont surtout les sables et les vases k rôle des tangues dans l'agriculture Dans les polders de la baie du Mont Saint-Michel, créés à partir de 1856,...

48 Les zones humides lois et mesures Baie du Mont Saint-Michel : aménagements de la réserve de chasse maritime. veau marin en Baie du Mont Saint-Michel par l'examen de la stabilité des groupes, - 28k... Cette étude s'inscrit dans le projet de désenvasement de la Baie.... La surveillance de la qualité des eaux c i es l'IFREMER Format de fichier : PDF/Adobe Acrobat - Version HTML Désenvasement de ports, de baies. Assainissement. Aménagement... La qualité du milieu marin littoral normand du Tréport au Mont Saint Michel. R.INT. DEL... L'océan et le littoral : La Baie du Mont Saint Michel et ses Jean-Claude LEFEUVRE, Professeur au Muséum National d'Histoire Naturelle, Les ZONES ATELIERS : des Plateformes Interdisciplinaires de... Format de fichier: PDF/Adobe Acrobat - Version HTML... Jean-Claude Lefeuvre, Baie du Mt St Michel... La Zone-Atelier «la Baie du Mont Saint-Michel et ses bassins versants», est... Site de l'agence de l'eau Seine Basse Normandie

49 La Préfecture de Basse-Normandie OGS Baie du Mont Saint Michel : c'est une opération de mise en valeur, la protection et de développement économique de l'ensemble de la baie destinée à... OGS - Opération Grand Site... Paysages > Valorisation de la baie du Mont Saint Michel - projet 21b... L'opération Grand Site (OGS) a pour objet de requalifier et repenser les... Protection du littoral en France Opérations Grand Site (OGS). 4.3 Zones naturelles d'intérêt écologique,... C'est le cas notamment de la pointe du Raz, de la baie du Mont-Saint- Michel,... Bretagne Environnement Un portail de référence co-financé par l'Etat et la Région avec toutes les données sur l'environnement en Bretagne, l'actualité dans ce domaine, un annuaire des acteurs de l'environnement, des liens vers d'autres sites... La Direction Régionale de l'Environnement en Bretagne (DIREN) Les actions, les contacts des partenaires, des dossiers thématiques sur l'environnement. L'Ademe Une information complète sur les énergies renouvelables, la maîtrise de l'énergie, les déchets... Le syndicat des énergies renouvelables Une information générale sur les énergies solaire, éolienne et géothermique L'Agence de l'eau Loire-Bretagne De l'actualité, des infos pratiques, de la documentation complète y compris pour les plus jeunes. Bretagne Eau pure Une information complète sur le programme Bretagne Eau Pure pour la reconquête de la qualité de l'eau en Bretagne

50 Réseau d'Education à l'Environnement en Bretagne. Le réseau informe et favorise la mise en relation des personnes intéressées par l'environnement C'est un espace de réflexion, d'échanges d'expériences et d'actions.


Télécharger ppt "Etude de cas sur un milieu à valoriser et à ménager Site CRDP Rennes amiens.fr/textesofficielsedd/index.php/littoral/323."

Présentations similaires


Annonces Google