La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

fonctions. * donne au corps sa forme, * supporte le poids ; * point d ancrage aux muscles, * l ensemble muscles-squelette formant un syst è me de leviers.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "fonctions. * donne au corps sa forme, * supporte le poids ; * point d ancrage aux muscles, * l ensemble muscles-squelette formant un syst è me de leviers."— Transcription de la présentation:

1

2 fonctions. * donne au corps sa forme, * supporte le poids ; * point d ancrage aux muscles, * l ensemble muscles-squelette formant un syst è me de leviers permettant le mouvement ; * prot è ge les parties plus fragiles des organismes (moelle é pini è re, enc é phale, poumons).

3 Du point de vue anatomique, 1/ le squelette c é phalique 2/ le squelette axial (corde ou colonne vert é brale) 3 / le squelette appendiculaire (membres) associ é au squelette zonal (ceintures) * Ceinture pectorale * Ceinture pelvienne

4

5 Du point de vue histologique trois types de tissus squelettiques : le tissu conjonctif, le tissu cartilagineux le tissu osseux. Les tissus squelettiques sont des tissus m é senchymateux form é s de cellules anastomos é es et s é par é es par une matrice extracellulaire. Cette matrice extracellulaire est compos é e des fibres conjonctives (collag è ne et fibres é lastiques notamment) et d une substance fondamentale amorphe.

6 ossification Les tissus osseux se forment à partir des tissus conjonctifs, et non à partir des tissus cartilagineux. Cette ossification peut se r é aliser de 2 fa ç ons :

7 ossification enchondrale, responsable de la formation des os profonds. Dans ce cas, le tissu cartilagineux est tout d abord d é truit et remplac é par un tissu conjonctif d invasion. Puis ce tissu conjonctif s ossifie.

8 ossification dermique responsable de la formation des os dermiques. Le tissu osseux n est pas pr é c é d é par un tissu cartilagineux. L ossification se fait directement à partir de tissu conjonctif.

9 Du point de vue embryologique, * le mésenchyme à partir duquel se différencient les tissus squelettiques est pour lessentiel dorigine mésoblastique. Il sy ajoute un mésenchyme dorigine ectoblastique, issu des crêtes neurales, participant à la formation dune partie importante du neurocrâne et de la quasi-totalité du splanchnocrâne.

10 Squelette céphalique Le squelette c é phalique se subdivise en 2 parties: - le neurocrâne qui entoure et prot è ge l enc é phale et les organes sensoriels pairs ; -le splanchnocrâne entourant les cavités buccale et pharyngienne. Primitivement il a une fonction respiratoire mais dans la plupart des lignées, il va perdre cette fonction et entrer dans la constitution du squelette des mâchoires, du palais, de loreille moyenne, de la face, du cou, de la langue, du larynx et du neurocrâne

11

12

13 Histologiquement,, le crâne des Vert é br é s peut passer par deux stades successifs - un stade cartilagineux ou chondrocrâne qui se forme par chondrification du m é senchyme. Ce crâne est d é finitif chez les P é tromyzontides et les Chondrichthyens. - Un crâne osseux ou ost é ocrâne qui succ è de au chondrocrâne chez l adulte de tous les Vert é br é s Ost é ichthyens.

14 Le chondrocrâne on retrouve toujours quatre r é gions : - une r é gion é thmo ï dienne ant é rieure et les capsules olfactives associ é es - une r é gion orbitaire avec les cavit é s orbitaires - une r é gion otique - une r é gion occipitale avec le foramen magnum

15

16

17 Le chondrocrâne Chez les Lamproies, le chondrocrâne se r é duit à la plaque basilaire Le toit de la boite crânienne est form é de tissu conjonctif. Chez les Chondrichthyens, la plaque basilaire s é tend, se recourbe dorsalement pour former la bo î te crânienne cartilagineuse. Cette bo î te crânienne est perc é e par une fontanelle ant é ro-dorsale, par de nombreux foramens permettant le passage des nerfs et des vaisseaux sanguins et post é rieurement par le foramen magnum pour le passage de la moelle é pini è re..

18 Le splanchnocrâne De l avant vers l arri è re on distingue : - 1er arc visc é ral ou arc pr é mandibulaire - 2 è me arc visc é ral ou arc mandibulaire - 3 è me arc visc é ral ou arc hyo ï de - 4 è me arc visc é ral ou 1er arc branchial …….

19

20 Le splanchnocrâne

21 arc mandibulaire diff é renci é en mâchoires. Il est form é par deux é l é ments pairs : * le palato- ou pt é rygo-carr é dorsal qui constitue la mâchoire sup é rieure et est reli é au neurocrâne par le processus orbitaire ant é rieur * le cartilage de Meckel ventral qui constitue la mâchoire inf é rieure ou mandibule.

22 Le splanchnocrâne

23 arc hyoïde form é de deux é l é ments qui portent ext é rieurement les rayons hyo ï diens o ù s ins è rent les lames branchiales. Ces deux é l é ments sont : * le hyomandibulaire dorsal qui renforce la suspension des mâchoires en s appuyant sur la capsule otique dorsalement et sur la mandibule ventralement. * Le c é rato-hyal ventral uni ventralement à son sym é trique par un cartilage impair, le basihyal.

24 Le splanchnocrâne

25 arcs branchiaux Ces arcs sont form é s de 4 pi è ces paires : le pharyngo-branchial dorsal, lé pibranchial, le c é ratobranchial et l hypobranchial. Un basi-branchial r é unit ces pi è ces à leur sym é trique. L é pi- et le c é rato-branchial des 4 premiers arcs portent les rayons branchiaux. Les arcs post é rieurs sont souvent incomplets. Les 1ers arcs sont en relation avec la r é gion occipitale du neurocrâne, les post é rieurs avec les 1 è res vert è bres.

26 Le splanchnocrâne

27 Ostéocrâne Le neurocrâne se compose de deux parties s ossifiant selon 2 processus diff é rents : - L endocrâne se compose d os de remplacement form é s par ossification enchondrale. Cet endocrâne correspond au plancher de la boite crânienne, form é e à partir de la plaque basilaire. - Le dermatocrâne ou toit dermique est compos é d os dermique et forme la vo û te du crâne.

28

29

30 L endocrâne Les principaux os endocrâniens dont on retrouve les homologues chez les Vert é br é s sont : - en r é gion ethmo ï dienne, le sph é nethmo ï de - en r é gion orbitaire : le basisph é no ï de - en r é gion otique : 5 os otiques. Chez les Mammif è res, trois de ces os fusionnent pour former le rocher. - en r é gion occipitale : supra-, basi-, et deux exo- occipitaux

31

32 Le dermatocrâne ou toit dermique Formé dos dermiques, il recouvre latéralement et dorsalement lendocrâne. Parmi ses principaux constituants on peut citer : le nasal, le lacrymal, lorbitaire, le squamosal, le frontal et le pariétal

33

34 Chez les Poissons le dermatocrâne constitue un revêtement complet, continu, perc é seulement par la bouche, les narines, les yeux, les ou ï es et l oeil pari é tal.

35 Chez les Tétrapodes des fenestrations apparaissent : 1. l encoche otique logeant la membrane du tympan (oreille moyenne). Cette encoche est situ é e au niveau de l emplacement de la 1 è re fente branchiale des Poissons (qui n ont pas d oreille moyenne mais seulement une oreille interne). 2. Les fosses temporales. La présence ou labsence de ces fosses ainsi que leur nombre et leur position permet de distinguer plusieurs types de crânes

36

37 Type anapside. Amphibiens, certains Reptiles fossiles, Chéloniens pr é sente une disposition primitive sans fosse temporale, les os des joues restant jointifs. Dans ce type de crâne les muscles des mâchoires s ins è rent sur le neurocrâne.

38

39 A partir des Reptiles actuels (sauf Ch é loniens), l é cartement des os jugaux entra î nent une fenestration du toit dermique en arri è re de la cavit é orbitaire, les fosses temporales o ù viennent se fixer les muscles des mâchoires. Cette fenestration é volue dans deux directions principales :

40

41 Les crânes de la lignée des diapsides ont deux fosses temporales, une fosse supérieure séparée dune fosse inférieure par une barre post-orbito- squamosal

42 chez les lézards la fosse inférieure souvre ventralement par rupture de la barre inférieure (quadrato- jugal).

43 Chez les Ophidiens il y a rupture de la barre moyenne (post-orbito- temporal) et de la barre inf é rieure (quadrato-jugal)

44 Chez les Oiseaux il y rupture de la barre post- orbito-temporal et de la barre orbitaire ce qui entra î ne la fusion des deux fosses et de la cavit é orbitaire.

45 Le crâne des Mammifères type synapside présente quune seule fosse qui est lhomologue de la fosse inférieure des diapsides Reptiles mammaliens Mammifères

46 Type euryapside. Une seule fosse temporale homologue de la fosses sup é rieure du type diapside. Ex Ichthyosaures

47 splanchnocâne Arc mandibulaire : le palato-carr é est progressivement remplac é ext é rieurement par un arc osseux dermique qui forme la mâchoire secondaire. Trois os composent cet arc : pr é maxillaire, maxillaire et jugal. La partie post é rieure du palato-carr é s ossifie par ossification enchondrale formant deux os : le carr é é troitement associ é à la partie post é rieure du neurocrâne et le m é tapt é rygo ï de. La partie ant é rieure du cartilage de Meckel est remplac é e par des os de membrane dont le dentaire et l angulaire. Sa partie post é rieure s ossifie en articulaire.

48 splanchnocâne

49 Arc hyo ï de : Deux os se forment par ossification enchondrale, le hyomandibulaire et le symplectique.

50 splanchnocâne 5 arcs branchiaux formés des 4 os pairs ossifiées par ossification enchondrale et des 4 os dermiques, les os operculaires

51 Articulation des mâchoires au neurocrâne - suspension autostylique (Placodermes fossiles). L arc hyo ï de n intervient pas dans la suspension. Le palato-carr é est soud é ou articul é au neurocrâne par deux processus. - Suspension amphistylique (Chondrichthyens primitifs et quelques actuels, quelques Osteichthyens). Le pt é rygo-carr é est suspendu au neurocrâne par des ligaments au niveau de 2 processus (processus orbitaire ant é rieur et processus carr é post é rieur) et par le hyomandibulaire auquel il est reli é par un ligament.

52

53

54 Suspension hyostylique Requins actuels, Poissons Osteichthyens à lexception des Dipneustes) Le pt é rygo-carr é n est plus soud é au crâne que par le processus ant é rieur et le hyomandibulaire devient le suspenseur principal. Un é l é ment nouveau, le symplectique, participe dans certains cas à cette articulation. Ce mode de suspension rend les mâchoires tr è s mobiles

55

56 suspension métaustylique Amphibiens et les Sauropsides (Reptiles et Oiseaux), la mâchoire supérieure est soudée au neurocrâne. Larticulation de la mandibule se fait entre le carré et articulaire (articulation reptilienne).

57

58 La suspension crâniostylique Mammifères, l articulation de la mandibule se fait entre le dentaire et un os du neurocrâne, le squamosal. La suspension est dit crâniostylique (ou articulation mammalienne)

59


Télécharger ppt "fonctions. * donne au corps sa forme, * supporte le poids ; * point d ancrage aux muscles, * l ensemble muscles-squelette formant un syst è me de leviers."

Présentations similaires


Annonces Google