La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Quel est le rôle dun Sauveteur Secouriste du Travail ? Formation SST Un sauveteur-secouriste du travail (SST) est un membre du personnel volontaire.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Quel est le rôle dun Sauveteur Secouriste du Travail ? Formation SST Un sauveteur-secouriste du travail (SST) est un membre du personnel volontaire."— Transcription de la présentation:

1

2

3 Quel est le rôle dun Sauveteur Secouriste du Travail ? Formation SST Un sauveteur-secouriste du travail (SST) est un membre du personnel volontaire ou désigné pour porter secours en cas daccident. Il doit être capable de porter secours à tout moment au sein de son entreprise à toute victime dun accident du travail, dans lattente de larrivée des secours spécialisés. Le code du travail rend obligatoire la présence dun membre du personnel ayant reçu les premiers secours en cas durgence, dans chaque atelier où sont effectués des travaux dangereux et sur chaque chantier occupant 20 personnes au moins pendant plus de 15 jours où sont effectués des travaux dangereux. Il vaut mieux disposer de plusieurs sauveteurs-secouristes du travail, surtout dans les lieux où les risques daccident sont les plus élevés et les plus graves.

4 Formation SST La loi N° du 11 Décembre 1991 complète la loi de 1976 et place la formation parmi les principes généraux de Prévention. Former à la sécurité constitue non seulement une obligation légale du chef dentreprise mais fait partie intégrante de la politique de prévention quil doit mettre en œuvre. Il incombe aux chefs dentreprises de fournir aux salariés les informations nécessaires pour assurer leur sécurité et protéger leur santé (art. L du Code du Travail)

5 Programme de Formation des SAUVETEURS-SECOURISTES DU TRAVAIL La formation sadresse à un groupe de 4 à 10 personnes et sa durée est de 12 heures auxquelles il faut ajouter, si nécessaire, le temps pour traiter les risques spécifiques de lentreprise et de la profession. Les temps indiqués sont des temps de face à face pédagogique effectif. Aucune formation avec un nombre de participants inférieur à 4 ne sera acceptée. Si la formation sadresse à un groupe de plus de 10 personnes, la durée de cette formation est majorée dune heure par personne supplémentaire. A partir de 15 participants, la session est dédoublée et 2 formateurs sont nécessaires.

6 1-/ Le Sauvetage Secourisme du Travail Les accidents du travail dans létablissement ou dans la profession Intérêt de la prévention des risques professionnels Le programme de la Formation : Protéger De protéger à prévenir Examiner Faire alerter De faire alerter à informer secourir

7 Constats de la CNAM Les jeunes salariés de moins de 25 ans représentent : 11% des effectifs des salariés 24% des accidents du travail

8 Constats de la CNAMTS Caisse Nationale dAssurance Maladie des Travailleurs Salariés Données de 2006 Fréquence des accidents : 39,4 Accidents pour salariés 537 DECES de Journées perdues Pour des incapacités temporaires Les accidents mortels ont progressé de 13,3 % par rapport 2005 Accidents dus aux chutes de hauteur, de manutentions manuelles, et à lélectricité.

9 Diminution des décès dus aux véhicules accidents en 2006 :Stable / 2005 Baisse de 7,7 % des accidents de trajet avec Incapacité permanente / décès reculent de 12,7 %

10 Les Maladies Professionnelles En 2006 : Maladies Professionnelles Nombre en hausse de 2,3 % Affections Périarticulaires Epaule Coude Poignet Main Doigt Genou Cheville pied Rachis Lombaire Les Poussières dAmiante

11 Evolution du Nombre dAccidents du Travail et de Maladies Professionnelles Evolution Effectifs salaries ,5 % ACCIDENTS TRAVAIL AVEC ARRET ,2% AVEC I.P ,3 % DECES ,3 % JOURS DI.T ,4 % DUREE MOYENNE I.T.47,649,6 FREQUENCE/ 1000 SAL39,139,4+ 0,8 %

12 Evolution du Nombre dAccidents du Travail et de Maladies Professionnelles Evolution Effectifs salaries ,5 % MALADIES PROFESSIONNELLES MP REGLEES ,3 % MP AVEC I.P ,8 % DECES ,3 % JOURS DI.T ,9 %

13 Evolution du Nombre dAccidents du Travail et de Maladies Professionnelles ACCIDENTS DU TRAJET Evolution Effectifs salaries ,5 % ACCIDENTS TRAJET AVEC ARRET ,1% AVEC I.P ,7 % DECES ,7 % JOURS DI.T ,2 % DUREE MOYENNE I.T.60,864

14 RISQUES DACCIDENTS PAR SECTEUR DACTIVITE SALARIESAT-ARRETAT-IPJOURS ITDECES METALLURGIE BTP TRANSPORT, EGE, COMMUNICATION,LIVRE ALIMENTATION CHIMIE, CAOUTCHOUC, PLASTURGIE BOIS, AMEUBLEMENT, PAPIER, CARTON, TEXTILE, … COMMERCE SERVICES // BANQUES ET ASSURANCES SERVICES // SANTE ET TRAVAIL TEMPORAIRE BUREAUX ET CATEGORIES PARTICULIERES FRANCE

15 PRINCIPALES CAUSES DACCIDENTS : CAUSEAT-ARRETAT- IPDECESJOURS IT ACCIDENT DE PLAIN PIED CHUTE DE HAUTEUR MANUTENTION MANUELLE MASSE EN MOUVEMENT LEVAGE VEHICULES MACHINES ENGINS DE TERRASSEMENT OUTILS ELECTRICITE APPAREILS DIVERS ,13/H1,21/H0,055/J16,56/MN 9,89/H0,906/H0,18/J11,88/MN 27,47H1,63/H0,0468/J20,948/MN 4,68/H0,239/H0,0798/J2,657MN 2,807/H0,188/H0,0495/J2,363/MN 2,502/H0,294/H0,319/J2,920/MN 2,505/H0,274/H0,044/H1,723/MN 0,11/H0,344/H0,03/J0,157/MN 5,31/H0,226/H2,176/MN 0,095/H0,0849/H0,03/H0,09/MN 1,216/H0,0479/H0,0247/H 0,51/MN

16 Constats de la CNAM données de 1999 Coût des accidents du travail : FréquenceCoût moyen Accident du travail avec arrêtToutes les 10 Secondes 2135 Accident du travail grave (Incapacité Permanente) Toutes les 2 minutes DécèsToutes les 90 minutes Maladie professionnelle Coûts dus au : Temps perdu, Embauche de remplacement, Diminution du rendement, Dommages matériels, Retards des livraisons, …

17

18 Pour les besoins de la formation, Jaccepte : De mettre en pratique sur mes collègues les différents gestes et postures enseignés, De les mettre en pratique sur moi-même, De simuler des accidents, « de faire le comédien », Les gestes déplacés sont bien entendus prohibés.

19

20

21 PROGRESSION ENVISAGEE PREMIERE SEANCE : PRISE DE CONTACT,PRESENTATION DE LA FORMATION,DEVOIRS DU CE, RÔLE DU SST,LES CHIFFRES DE LA CNAM ET DE LA CNAMTS, EVALUATION,CONSIGNES,… DEUXIEME SEANCE : QUE DOIT FAIRE LE SST?PRESENTATION DES ACTEURS, LAVANT ACCIDENT: LES CAUSES DE CELUI-CI DETERMINATION DES 4 RISQUES PERSISTANTS PROTEGER ET ISOLER (EXTRACTION) TROISIEME SEANCE: LEXAMEN DE LA VICTIME RETOURNEMENT POUR LES VICTIMES SUR LE VENTRE EXTRACTION LALERTE QUATRIEME SEANCE LES SAIGNEMENTS LETOUFFEMENT RCP ET DEFIBRILLATION CINQUIEME SEANCE: MISE SUR LE COTE ET BRULURES BOBOLOGIE !!! ENSUITE EVALUATION (A DETERMINER) CES HORAIRES SONT SUSCEPTIBLES DE MODIFICATIONS SELON LAVANCEMENT DANS LE PARCOURS

22 1.ANALYSER 2.PROTEGER 3.DE PROTEGER A PREVENIR 4.EXAMINER 5.FAIRE ALERTER OU ALERTER 6.FAIRE ALERTER A INFORMER 7.SECOURIR

23 Présentation des acteurs.

24

25 Face à une situation daccident, un Sauveteur Secouriste du Travail, Quelle doit-être la première réaction ?

26 Face à une situation daccident, un Sauveteur Secouriste du Travail, Le Sauveteur Secouriste doit: ANALYSER LA SITUATION.

27 Retour sur lavant ACCIDENT.

28 PROCESSUS DAPPARITION DUN DOMMAGE Situation de travail TRAVAIL RÉEL

29 Phénomène dangereux n°1 Phénomène dangereux n°2 Phénomène dangereux n°x Personne Situation de travail PROCESSUS DAPPARITION DUN DOMMAGE

30 Personne Situation de travail Situation dangereuse Phénomène dangereux n°2 Phénomène dangereux n°x Phénomène dangereux n°1 PROCESSUS DAPPARITION DUN DOMMAGE

31 VIDEO

32 PROCESSUS DAPPARITION DUN DOMMAGE Phénomène dangereux Personne Évènement dangereux Dommage Blessure superficielle sans arrêt Blessure grave avec arrêt de travail Blessure avec séquelles Décès Lévénement dangereux est caractérisé par sa probabilité dapparition Le dommage est caractérisé par sa gravité Une ou plusieurs personnes

33 LE TRAVAIL EN HAUTEUR SANS RISQUES ????

34 PROCESSUS DAPPARITION DUN DOMMAGE Phénomène dangereux Personne GLISSE BRIS DE MEMBRES, COUP DU LAPIN, … DECES, Travail SUR UNE TOITURE AVEC UNE MAUVAISE PROTECTION

35 LE TRAVAIL EN HAUTEUR SANS RISQUES ????

36 PROCESSUS DAPPARITION DUN DOMMAGE Différence de niveau Personne Perte déquilibre Fracture,... Travail en hauteur

37 Le Guide du parfait installateur dantennes

38 PROCESSUS DAPPARITION DUN DOMMAGE Énergie électrique Personne Électrisation, électrocution

39 Le Guide du Parfait MECANICIEN ????

40 PROCESSUS DAPPARITION DUN DOMMAGE Phénomène dangereux Personne

41 Le Guide du Parfait BUCHERON ????

42 PROCESSUS DAPPARITION DUN DOMMAGE Énergie emmagasinée Personne Descente intempestive de la masse Écrasement,...

43 Eviter un accident ??? Est-ce possible ?

44

45

46

47 Imbattables ??

48

49

50

51

52

53 CHAQUE SITUATION DOIT-ETRE ANALYSEE.

54 ANALYSER CEST: RECONNAÎTRE LES RISQUES PERSISTANTS.

55 LES RISQUES PERSISTANTS: L ECRASEMENT.

56

57

58 LES RISQUES PERSISTANTS: L ELECTRISATION.

59

60

61 LES RISQUES PERSISTANTS: LINCENDIE ou LEXPLOSION.

62

63

64 LES RISQUES PERSISTANTS: L ASPHYXIE.

65

66

67 Face à une situation daccident, un Sauveteur Secouriste du Travail, Le Sauveteur Secouriste doit: ANALYSER LA SITUATION. POURQUOI ?

68 Face à une situation daccident, un Sauveteur Secouriste du Travail, Le Sauveteur Secouriste doit analyser la situation pour: PROTEGER OU FAIRE PROTEGER.

69 PROTEGER CEST: Supprimer de façon permanente les risques persistants

70

71 PROTEGER CEST: Isoler le risque de façon permanente et sans risque. Sil nest pas possible de supprimer le risque:

72

73 PROTEGER CEST: Soustraire la victime sans risque Sil nest pas possible de supprimer ni disoler le risque: Si non, interdire laccès à la zone dangereuse.

74

75 Technique de Dégagement dUrgence La victime est exposée à un DANGER. Ce danger ne peut être supprimé. La situation et/ou le matériel présent permet au SST de soustraire la victime du danger Sans placer le secouriste dans une situation dangereuse. Que faire ? Faire baliser la zone de danger en utilisant un témoin Se renseigner auprés des témoins Accéder à la victime Effectuer un dégagement durgence Comment ? Choisir la technique de dégagement en tenant compte de sa force physique. Eventuellement se faire aider. Saisir solidement la victime par les poignets ou les chevilles. La tirer sur le sol quelle que soit sa position.

76 Face à une situation daccident, un Sauveteur Secouriste du Travail, Le Sauveteur Secouriste doit: ANALYSER LA SITUATION. PROTEGER ET ENSUITE ?

77 Face à une situation daccident, un Sauveteur Secouriste du Travail, Le Sauveteur Secouriste doit: ANALYSER LA SITUATION. PROTEGER EXAMINER

78 C EST QUOI ?

79 EXAMINER C EST RECHERCHER LES SIGNES QUI INDIQUENT QUE LA VIE DE LA VICTIME EST MENACEE.

80

81 EXAMINER La victime saigne-t-elle abondamment ?

82

83 EXAMINER La victime sétouffe-elle ?

84

85 EXAMINER La victime répond-elle aux questions, se plaint-elle?

86

87 EXAMINER La victime ne répond pas, respire-t-elle ?

88

89 Si la victime est sur le Ventre : Mettre la victime sur le dos pour liberer les voies respiratoires et vérifier la respiration : Le retournement seffectue du côté opposé au regard de la victime. Placer le bras de la victime du côté du retournement au dessus de sa tête et lautre le long de son corps Se placer ensuite dans une position stable du côté du retournement à une distance suffisante pour ne pas gêner le retournement de la victime. Saisir la victime par lépaule et par la hanche du côté opposé au retournement Retourner doucement la victime au sol jusquà ce quelle se retrouve sur le côté Lorsque la victime se trouve sur le côté, la main qui était à lépaule vient saisir la nuque de la victime alors que lavant bras prend appui sur le dos de la victime. Terminer le mouvement en tirant sur la hanche. La main qui maintient la nuque accompagne le mouvement Retirer délicatement la main sous la nuque.

90 Face à une situation daccident, un Sauveteur Secouriste du Travail, Le Sauveteur Secouriste doit: ANALYSER LA SITUATION. PROTEGER. EXAMINER. ET ENSUITE ?

91 Face à une situation daccident, un Sauveteur Secouriste du Travail, Le Sauveteur Secouriste doit: ANALYSER LA SITUATION. PROTEGER. EXAMINER. FAIRE ALERTER.

92 Cest transmettre aux moyens et aux personnes prévus dans lorganisation des secours de létablissement, les informations nécessaires pour quils puissent organiser leur intervention.

93 FAIRE ALERTER. QUI ?

94 Appel durgence européen Pompiers SAMUPolice ALERTE

95 Le Service dAide Médicale Urgente (SAMU) assure, au moyen du centre 15, trois missions principales. Régulation de lensemble des situations médicales durgence et veille sanitaire Gestion de lensemble des moyens sanitaires départementaux Participation au réseau de soins régional Le centre 15 est le Centre de Réception et de Régulation des Appels (CRRA). SAMU MISSIONS

96 Un numéro de téléphone durgence unique européen En France, il a été décidé que le 112 aboutit dans chaque département, soit comme le 18 au centre de traitement des appels de sapeurs-pompiers (CTA), soit comme le 15 au standard du SAMU. La police nationale et la gendarmerie (17) nont pas été retenus pour le traitement des appels du 112. Comme les autres numéros dappel durgence, lappel au 112 est gratuit. Dossier 112

97 Sur les téléphones mobiles, le 112 permet, dans les mêmes conditions quavec un téléphone fixe, de joindre les urgences. Initialement, avant la création du 112 fixe, le 112 des mobiles pouvait être routé soit vers la police (17), soit vers les pompiers (18). Depuis 1997, ce numéro doit normalement avoir la même destination que le 112 fixe, cest à dire les pompiers (18) ou le SAMU (15). Dossier 112

98 Le 112 mobile est prioritaire sur tous les autres appels, cest pourquoi il est normalement possible de lappeler même lorsque le réseau est saturé. De plus, le 112 est acheminé par le premier réseau disponible dans la zone dappel, même si vous êtes abonné à un autre opérateur. Enfin, le 112 fonctionne même sans carte SIM ou téléphone bloqué. Vous pouvez donc garder votre vieux téléphone et vous en servir comme téléphone de secours. Dossier 112

99 Il faut noter que le 15 et le 18 peuvent également être appelés dun portable, à condition que le réseau ne soit pas saturé, que la carte SIM soit en place et que le portable ne soit pas bloqué.

100 Dans quelles situations utiliser le 112 ? Il sagit bien entendu de situations durgence. Le n° 112 ne se substitue pas au 15 ni au 18, que lon doit continuer à utiliser pour obtenir une réponse adaptée à la situation. En revanche le 112 a vocation à être utilisé : Par les voyageurs étrangers qui ne connaissent pas les n° durgence du pays européen où ils se trouvent. Par les utilisateur dun portable dont le réseau est saturé, ou dun portable bloqué ou sans carte SIM.

101 L'alerte est destinée à prévenir la population de l'imminence d'une catastrophe ou d'une agression, et permet de prendre immédiatement les mesures de protection adaptées. Elle signale la présence : d'un risque naturel prévisible (inondation, avalanche...) d'un risque technologique (nuage toxique, explosif...) Autre ALERTE

102 L'alerte est donnée par la sirène de la ville, de certains sites industriels ou à l'aide de véhicules équipés de haut parleur. Signal national d'alerte : signal sonore modulé montant et descendant (3 fois 1 minute) Signal de fin d'alerte : signal sonore continu (30 secondes) 1 min. 5 s1 min. 5 s 1 min. 30 s ALERTE SIGNAL

103 Se mettre à labri: C'est la protection immédiate la plus efficace face aux principales menaces (sauf consignes particulières : s'informer en mairie). Pour cela : senfermer dans un local clos calfeutrer ouvertures et aérations arrêter la ventilation, réduire le chauffage Éteindre toutes flammes et cigarettes Ne pas téléphoner : Le réseau téléphonique doit rester libre pour les secours. S'informer : Se mettre à l'écoute de France Inter (GO 162 kHz) ou à défaut sur les radios locales. ALERTE CONSIGNES

104 QUI ? Nbre de victimes avec bilans de leurs examens OU ? Lieu aussi précis que possible QUOI ? Nature de laccident, risques persistants, QUAND ? Quand cet accident sest-il produit COMMENT ? Actions faites par le SST ALERTE Contenu du message Alerter ou faire alerter Qui alerter ? Transmettre lalerte Demander aux personnes qui ont transmis lalerte de revenir donner la réponse Ne jamais raccrocher le premier Ne plus utiliser le téléphone après avoir passé lalerte. Et enfin, organiser les secours : Dégager les entrées, envoyer des guides pour orienter les secours,eloigner les spectateurs, surveiller les biens des victimes et les regrouper, suivre létat de celles-ci et les rassurer.

105

106 Face à une situation daccident, un Sauveteur Secouriste du Travail, Le Sauveteur Secouriste doit: ANALYSER LA SITUATION. PROTEGER. EXAMINER. FAIRE PROTEGER. ET ENFIN SECOURIR…

107 La victime saigne abondamment. Résultat à atteindre: Arrêter le saignement.

108 La victime saigne abondamment. 1.LALLONGER 2.SURELEVER LE MEMBRE TOUCHE SI POSSIBLE 3.SURELEVER LES JAMBES SI POSSIBLE 4.RECOUVRIR LA VICTIME 5.SECOURIR Pour éviter une chute de la victime Pour faciliter larrêt du saignement (vidéo lever)vidéo lever Pour palier une défaillance de la circulation sanguine (vidéo allonger//surélever)vidéo allongersurélever Pour lui conserver sa chaleur (vidéo couvrir)vidéo couvrir

109 La victime saigne abondamment. Sil y a Absence de corps étranger ou de fracture ouverte, BOUCHER LA PLAIE Comprimer lendroit qui saigne jusquà la prise en charge par les secours spécialisés. Prendre si possible toutes les précautions nécessaires pour éviter le contact sanguin : Si le secouriste porte des gants de travail, il les garde pour intervenir Si le secouriste ne porte pas de gants mais quil peut se protéger avant dintervenir sans augmenter son délai dintervention, il le fait. Si le secouriste ne porte pas de gants, il doit agir immédiatement et se faire remplacer dès que possible par une personne protégée par des gants, feuille de plastique, ou tout autre matériau capable de lisoler du contact sanguin. Si et seulement si le secouriste ne peut se protéger ou se faire remplacer par une autre personne protégée et si la victime est en état de le faire, il peut alors lui demander dappuyer elle-même sur sa plaie.

110 La victime saigne abondamment. Sil y a Absence de corps étranger ou de fracture ouverte, BOUCHER LA PLAIE Pour remplacer dès que possible, la compression manuelle si le secouriste doit se libérer pour réaliser une autre action. Maintenir par un lien large le tampon improvisé avec du tissu ou mouchoir plié. Ne pas serrer fort les premiers tours du lien, mais seulement le dernier, juste ce qui est nécessaire pour arrêter le saignement.

111 La victime saigne abondamment. CAS PARTICULIERS La victime présente un saignement de nez spontané: Faire asseoir la victime, tête penchée en avant. Lui demander de comprimer la narine avec un doigt pendant 10 minutes. Si le saignement persiste, demander lavis dun médecin. La victime présente un saignement de nez suite à une chute ou à un coup : Alerter les secours médicalisés : 15 Et surveiller la conscience de la victime

112 La victime saigne abondamment. CAS PARTICULIERS La victime perd du sang par un autre orifice naturel, vomit ou crache du sang: Mettre la victime au repos, Si possible conserver dans un récipient les crachats, les vomissements,.. Alerter immédiatement le SAMU : 15

113

114 La victime sétouffe. Résultat à atteindre: Désobstruer les voies aériennes.

115 La victime sétouffe. 1.Identifier le type dobstruction des voies aériennes chez ladulte, lenfant et le nourrisson. 2.Faire allonger la victime 3.Couvrir la victime 4.Réconforter la victime 5.Demander un avis médical Identifier si lobstruction est totale ou partielle (Part: mettre au repos et appeler les secours) Pour éviter une chute consécutive à létat de la victime Pour éviter qu elle se refroidisse et lisoler de son environnement Pour rassurer la victime, laction ayant pu être traumatisante Sassurer de létat de la victime.

116 Obstruction totale chez un adulte ou un enfant de plus de 1 an La victime sétouffe. La victime se présente le plus souvent assise ou debout: Se placer sur le côté et légèrement en arrière de la victime, Soutenir son thorax avec une main et la pencher en avant, Donner 1 à 5 claques vigoureuses dans le dos entre les deux omoplates, avec le plat de lautre main ouverte, Arrêter les tapes dans le dos dés la désobstruction obtenue Si les claques dans le dos sont inefficaces, réaliser les compressions abdominales: METHODE DHEIMLICH

117 La victime sétouffe. Se placer derrière la victime, debout ou accroupi, Placer une main, poing fermé en position horizontale, dos de la main tourné vers le haut, juste au dessus du nombril et au dessous du sternum, Lautre main enveloppe la première, les avant-bras nappuyant pas sur les côtes, Tirer franchement en ramenant le poing en direction de vos épaules Exécuter jusquà 5 fois la manœuvre si nécessaire. Si lobstruction persiste malgré tout: Réaliser à nouveau 1 à 5 claques vigoureuses dans le dos puis 1 à 5 compressions abdominales et ainsi de suite.

118 Obstruction totale chez un enfant de moins de 1 an La victime sétouffe. Les claques dans le dos peuvent provoquer une toux réflexe capable de débloquer le corps étranger. Coucher le nourrisson la tête penchée en avant, à califourchon sur lavant-bras. Maintenir la tête avec les doigts de part et dautre de la bouche, sans appuyer sur sa gorge. Donner 1 à 5 claques dans le dos, entre les deux omoplates, avec le plat de la main ouverte. SI LES CLAQUES DANS LE DOS SONT INEFFICACES: REALISER DES COMPRESSIONS THORACIQUES

119 La victime sétouffe. Placer lavant-bras contre le dos de lenfant et votre main sur sa tête; le nourrisson est alors entre vos deux avant-bras et vos deux mains. Retourner le nourrisson sur le dos tout en le maintenant fermement. Lallonger tête basse sur votre avant-bras et votre cuisse. Effectuer 1 à 5 compressions sur le devant du thorax, avec deux doigts, au milieu de la poitrine, sur la moitié inférieure du sternum, sans appuyer sur son extrémité inférieure. Après chaque claque dans le dos et chaque compression thoracique, vérifier lintérieur de la bouche. Retirer calmement le corps étranger sil est visible et accessible. Si le corps étranger est expulsé, parler régulièrement au nourrisson.

120

121 La victime ne répond pas, respire-t-elle? Elle ne respire pas. Résultat à atteindre: Assurer la réanimation cardio-pulmonaire jusquà larrivée des secours.

122 Libérer les voies respiratoires et Déterminer si la victime respire ? La victime ne répond pas, respire-t-elle? Desserrer ce qui entoure : le cou, la taille, … les 3C : Cravate, Col, Ceinture Puis, basculer prudemment la tête en arrière La sauveteur place : La main côté tête à plat sur le front, 2 ou 3 doigts de lautre main sur la partie de la pointe du menton Basculer prudemment la tête en linclinant vers larrière et simultanément, élever le menton pour le faire avancer. Ouvrir la bouche avec la main qui tient le menton Retirer tout corps étranger visibles à lintérieur de la bouche de la victime avec la main qui était sur le front.

123 La victime ne répond pas, respire-t-elle?

124 Déterminer si la victime respire ou pas et Libérer les voies respiratoires Suite La victime ne répond pas, respire-t-elle? La tête basculée, il faut impérativement vérifier avant de commencer quoi que ce soit Si la victime respire ou non Pour cela, Agenouillez-vous prés de la tête de la victime, Penchez-vous de la manière suivante et vérifiez pendant 10 secondes si le ventre monte ou pas Au bout de 10 secondes, sans mouvements de celui-ci, nous pouvons conclure que la victime ne respire pas.

125 Souffler de lair dans les poumons La victime ne répond pas, respire-t-elle? Elle ne respire pas La tête est en position de libération des voies respiratoires. Après avoir inspiré sans excès, appliquer sa bouche largement ouverte sur celle de la victime. Boucher le nez en pinçant les narines avec deux doigts, la paume de la main restant sur le front. Souffler progressivement et sans excès pendant 2 secondes jusquà ce que la poitrine de la victime se soulève. Se redresser en regardant la poitrine saffaisser. Réaliser 2 insufflations pour ladulte, 5 pour lenfant, si pas de mouvements thoraciques, RCP et DEFIBRILLATION.

126 Souffler de lair dans les poumons La victime ne répond pas, respire-t-elle? Elle ne respire pas Le sauveteur englobe avec sa bouche à la fois la bouche et le nez du nourrisson. Le volume des insufflations est plus faible que chez les adultes. Réaliser 5 insufflations, si pas de mouvements thoraciques, RCP.

127 Compresser le cœur et souffler de lair dans les poumons La victime ne répond pas, respire-t-elle? Elle ne respire pas

128 Compresser le cœur et souffler de lair dans les poumons La victime ne répond pas, respire-t-elle? Elle ne respire pas MASSAGE CARDIAQUE SUR UN ADULTE OU UN ENFANT DE PLUS DE 8 ANS : La victime étant allongée sur le dos, sur un plan dur : Agenouillez-vous à ses côtés et, dans la mesure du possible, dénudez sa poitrine. Déterminez la zone d'appui de la façon suivante : repérez, de l'extrêmité du majeur, le creux situé en haut du sternum à la base du cou, repérez, du majeur de l'autre main, le creux où les côtes se rejoignent (en bas du sternum) déterminez le milieu du sternum. Placez le talon d'une main juste en dessous du milieu repéré (c'est-à-dire sur le haut de la moitié inférieure du sternum). Cet appui doit se faire sur la ligne médiane, jamais sur les côtes. Placez l'autre main au-dessus de la première, en entrecroisant les doigts des deux mains. On peut aussi placer la seconde main à plat sur la première, mais en veillant à bien relever les doigts sans les laisser au contact du thorax. Poussez vos mains rapidement vers le bas, les bras bien tendus, les coudes bloqués (vos mains doivent descendre de 4 à 5 centimètres), puis laissez-les remonter. Veillez pendant toute la manoeuvre à rester bien vertical par rapport au sol et à ne pas balancer votre tronc d'avant en arrière. Les mains doivent rester en contact avec le sternum entre chaque compression. La durée de compression doit être égale à celle du relâchement de la pression sur le thorax. Le thorax doit reprendre ses dimensions initiales après chaque compression (pour que l'efficacité des compressions thoraciques soit maximale). Toutes les 30 compressions, intercalez 2 insufflations. Le passage des insufflations aux compressions et des compressions aux insufflations doit être effectué aussi rapidement que possible, sous peine de diminuer l'efficacité de la réanimation cardio-pulmonaire

129 Compresser le cœur et souffler de lair dans les poumons La victime ne répond pas, respire-t-elle? Elle ne respire pas MASSAGE CARDIAQUE SUR UN ENFANT DE 1 A 8 ANS : Le massage cardiaque va être réalisé avec un seul bras. La victime étant allongée sur le dos, sur un plan dur : Pratiquer 5 insufflations Agenouillez-vous à ses côtés et, dans la mesure du possible, dénudez sa poitrine. Déterminez la zone d'appui de la façon suivante : repérez, de l'extrêmité du majeur, le creux situé en haut du sternum à la base du cou, repérez, du majeur de l'autre main, le creux où les côtes se rejoignent (en bas du sternum) déterminez le milieu du sternum. Placez le talon d'une main juste en dessous du milieu repéré (c'est-à-dire sur le haut de la moitié inférieure du sternum). Cet appui doit se faire sur la ligne médiane, jamais sur les côtes. Relevez bien les doigts pour ne pas appuyer sur les côtes. Placez-vous bien au dessus de l'enfant, à la verticale de sa poitrine. Poussez votre main rapidement vers le bas, le bras bien tendu, le coudes bloqué (votre main doit descendre de 3 à 4 centimètres), puis laissez-la remonter. Veillez pendant toute la manoeuvre à rester bien vertical par rapport au sol et à ne pas balancer votre tronc d'avant en arrière. La main doit rester en contact avec le sternum entre chaque compression. Renouvelez les compressions thoraciques à une fréquence d'environ 100 par minute. Toutes les 30 compressions, intercalez 2 insufflations. Le passage des insufflations aux compression et des compressions aux insufflations doit être effectué aussi rapidement que possible, sous peine de diminuer l'efficacité de la réanimation cardio-pulmonaire.

130 Compresser le cœur et souffler de lair dans les poumons La victime ne répond pas, respire-t-elle? Elle ne respire pas MASSAGE CARDIAQUE SUR UN NOURRISSON (ENFANT DE MOINS DE 1 AN) : La victime étant allongée sur le dos, sur un plan dur : Pratiquer 5 insufflations Localisez le sternum du nourrisson et placez la pulpe de deux doigts d'une main dans l'axe du sternum, une largeur de doigt en dessous d'une ligne droite imaginaire réunissant les mamelons de l'enfant. Comprimez régulièrement le sternum avec la pulpe des deux doigts, d'environ 2 à 3 cm et à une fréquence de 100 par minute. Le thorax doit reprendre ses dimensions initiales après chaque compression (pour que l'efficacité des compressions thoraciques soit maximale). Toutes les 30 compressions, intercalez 2 insufflations. Le passage des insufflations aux compression et des compressions aux insufflations doit être effectué aussi rapidement que possible, sous peine de diminuer l'efficacité de la réanimation cardio-pulmonaire

131 ASSURER UNE DEFIBRILLATION CARDIAQUE LES MANŒUVRES DE RCP ont une efficacité limitée dans le temps. Si larrêt cardiaque est lié à une anomalie du fonctionnement électrique du cœur, lapplication dun choc électrique au travers de la poitrine peut être capable de rétablir une activité cardiaque normale et déviter ainsi la mort de la victime. Avant de mettre en œuvre le DAE, le SST réalisera 5 cycles de RCP Le DAE ADULTE CHEZ LENFANT : Dans le cas dutilisation dun DAE adulte chez lenfant, le SST placera une électrode en avant au milieu du Thorax et lautre au milieu du dos.

132

133 La victime ne répond pas, respire-t-elle? Elle respire. Résultat à atteindre: Lui permettre de continuer à respirer.

134 La victime ne répond pas, respire-t-elle? Elle respire. Libérer les voies respiratoires et Déterminer si la victime respire ? Desserrer ce qui entoure : le cou, la taille, … les 3C : Cravate, Col, Ceinture Puis, basculer prudemment la tête en arrière La sauveteur place : La main côté tête à plat sur le front, 2 ou 3 doigts de lautre main sur la partie de la pointe du menton Basculer prudemment la tête en linclinant vers larrière et simultanément, élever le menton pour le faire avancer. Ouvrir la bouche avec la main qui tient le menton Retirer tout corps étranger visibles à lintérieur de la bouche de la victime avec la main qui était sur le front.

135 La victime ne répond pas, respire-t-elle? Elle respire. Mise sur le côté // Quelle que soit lorigine de laccident, y compris chute de hauteur ou victime éjectée dans un accident de la circulation. Agenouillez-vous à coté de la victime (au niveau de sa taille), desserrez sa cravate, son col, sa ceinture et retirez-lui ses lunettes. Assurez-vous que ses jambes sont allongés côte à côte. Si ce n'est pas le cas, rapprochez-les délicatement l'une de l'autre, dans l'axe du corps de la victime. Placez le bras de la victime le plus proche de vous, à angle droit de son corps. Pliez ensuite son coude tout en gardant la paume de sa main tournée vers le haut. Placez-vous à genoux à côté de la victime. Saisissez d'une main le bras opposé de la victime et placez le dos de sa main contre son oreille côté sauveteur. Maintenez la main de la victime pressée contre son oreille, paume contre paume.

136 La victime ne répond pas, respire-t-elle? Elle respire. Mise sur le côté // Quelle que soit lorigine de laccident, y compris chute de hauteur ou victime éjectée dans un accident de la circulation. Tirez sur la jambe pliée afin de faire rouler la victime vers vous jusqu'à ce que le genou touche le sol. Le mouvement de retournement doit être fait sans brusquerie, en un seul temps. Le maintien de la main de la victime contre sa joue permet de respecter l'axe de la colonne vertébrale cervicale. Si les épaules de la victime ne tournent pas complètement, coincez le genou de la victime avec votre propre genou, pour éviter que le corps de la victime ne retombe en arrière sur le sol, puis saisissez l'épaule de la victime avec la main qui tenait le genou pour achever la rotation.

137 La victime ne répond pas, respire-t-elle? Elle respire. Fléchissez la jambe du dessus pour que la hanche et le genou soient à angle droit (de façon à stabiliser le corps de la victime). Ouvrez la bouche de la victime avec le pouce et l'index d'une main, sans mobiliser la tête, afin de permettre l'écoulement des liquides vers l'extérieur. Cas particuliers : Nourrisson et enfant : La conduite à tenir devant un nourrisson ou un enfant qui ne réagit pas à la stimulation et qui respire normalement est identique à celle de l'adulte. Femme enceinte : Toute femme enceinte est, de principe, couchée sur le coté gauche, pour éviter l'apparition d'une détresse, par compression de certains vaisseaux sanguins de l'abdomen. Victime Traumatisée : En cas de lésion thoracique, du membre supérieur ou du membre inférieur, le blessé est couché autant que possible sur le côté atteint. Victime retrouvée couchée sur le ventre : POUR FAIRE LEXAMEN : RETOURNER LA VICTIME.

138

139 La victime se plaint de sensations pénibles et/ou présente des signes anormaux. Résultat à atteindre: Mettre au repos, écouter, questionner, apprécier létat de la victime en vue de prendre un un avis médical.

140

141 La victime se plaint de brûlures. Résultat à atteindre: Éviter une aggravation de la brûlure.

142 La victime se plaint de brûlures. Définition de la brûlure Les brûlures sont des lésions du revêtement cutané provoquées par le contact avec des flammes, un liquide bouillant ou un objet chaud (dans 85% des cas), par le passage de courant électrique dans le corps (dans 7% des cas), par le contact avec des produits chimiques (dans 7% des cas) et par le froid et les radiations (dans 1% des cas).Les brûlures sont malheureusement des accidents courants de la vie quotidienne, qui se produisent le plus souvent à la maison et touchent principalement les plus jeunes (Un brûlé sur trois est un enfant ou un nourrisson).La gravité des brûlures dépend de leur profondeur et de leur étendue ainsi que de la zone touchée et de l'âge de la victime. Cependant aucune brûlure, même légère ne doit être traitée à la légère car les complications possibles sont nombreuses.

143 La victime se plaint de brûlures. Arroser pour éteindre et refroidir Pour empêcher la chaleur de pénétrer plus profondément dans le tissus et pour calmer la douleur. Sans perdre de temps, profiter si possible de la mobilité de la victime pour la mener à un point deau courante, à défaut utiliser un récipient adapté contenant de leau froide. Arroser à leau froide, courante et à faible pression la partie brûlée ou immerger la partie brûlée dans le récipient contenant de leau froide, … La durée de larrosage durera jusquà larrivée des secours

144 La victime se plaint de brûlures. Arroser pour Rincer et Déshabiller Rincer en arrosant la partie mouillée ou imprégnée de produit chimique et déshabiller pour empêcher celui-ci de pénétrer plus profondément dans les tissus. Idem : brûlures thermiques Déshabiller immédiatement la victime des vêtements et sous- vêtements imprégnés de produit ainsi que tous ceux qui sont imbibés par leau de rinçage tout en continuant larrosage. Ne pas oublier de retires les chaussures Larrosage sera dans tous les cas poursuivi jusquà la durée des secours..

145 La victime se plaint de brûlures.

146 Mettre la victime au repos // Arroser les manifestations thermiques de la brûlure Le choc électrique, sil na pas provoqué darrêt cardiorespiratoire, a sans doute perturbé momentanément son bon fonctionnement. Les arcs électriques ou des projections de métal en fusion ont pu provoquer des brûlures thermiques. Placer la victime en position demi assise si elle a du mal a respirer Alerter les secours médicalisés, leur donner si possible la nature du produit et suivre leurs conseils. Suivre scrupuleusement les conseils du médecin.

147

148 La victime se plaint dune douleur empêchant deffectuer certains mouvements. Résultat à atteindre: Éviter toute aggravation de la fracture supposée.

149 La victime se plaint dune douleur empêchant deffectuer certains mouvements. Déterminer le siège possible de la fracture ou de latteinte articulaire. Éviter toute manipulation intempestive. Respecter la position prise par la victime. Maintenir la tête.

150 La victime se plaint dune plaie qui ne saigne pas abondamment Déterminer lorigine et limportance de la plaie. Plaies graves : Mettre la victime en position dattente Section de membre / Conditionner le membre sectionné Plaies simples / nettoyer et protéger la plaie.

151 La victime se plaint dune plaie qui ne saigne pas abondamment Respecter la position prise par la victime si elle sy sent bien ou Mise en position demi assise. Le sauveteur aide la victime à se mettre en position demi assise. Le dos de la victime étant maintenu par : Les cuisses du sauveteur Une chaise Une couverture pliée et roulée

152 La victime se plaint dune plaie qui ne saigne pas abondamment Respecter la position prise par la victime si elle sy sent bien ou Mise en position à plat dos, cuisses relevées, jambes horizontales. Le sauveteur aide la victime à sallonger à plat dos, cuisses fléchies, jambes à lhorizontale sur les genoux du sauveteur ou dun témoin ou tout autre moyen.

153 La victime se plaint dune plaie qui ne saigne pas abondamment Pour augmenter les chances de succès dune réimplantation. Récupérer le segment sectionné: Le placer dans un sac plastique propre qui sera fermé de façon étanche. Déposer dans un récipient contenant des glaçons ou de leau froide Intercaler un linge entre le sac et les glaçons

154 La victime se plaint dune plaie qui ne saigne pas abondamment Nettoyer et Protéger la plaie Pour éviter linfection: Se laver les mains, Prendre toutes les mesures de protections efficaces pour éviter le contact sanguin Nettoyer la plaie en imbibant des compresses avec de leau et du savon ou sur conseil médical, utiliser un antiseptique non coloré. Le nettoyage de la plaie se fera de lintérieur vers lextèrieur en changeant chaque fois de compresse. Bien sécher la peau avant dappliquer le pansement. Appliquer un pansement adhesif tout prêt, une compresse ou un linge propre.

155

156

157 1) DEFINITION :COUP DE CHALEUR Un séjour prolongé dans une atmosphère surchauffée peut provoquer des troubles importants de la santé, allant de l'épuisement au coup de chaleur proprement dit.l'épuisement Un coup de chaleur correspond à une élévation de la température du corps au delà de 40°C. Il peut survenir très vite chez les nourrissons et les personnes âgées en période de grosse chaleur, mais aussi chez les sportifs qui ne compenseraient pas les pertes d'eau dues à leur transpiration. Le coup de chaleur (qui peut être mortel) doit être soigné rapidement pour qu'il ne persiste pas de séquelles neurologiques. 2) LES SYMPTÔMES : La victime souffre d'une forte fièvre et de pertes de conscience. Elle est sujette à des vomissements, des nausées, au délire, voire à des convulsions. Sa peau est chaude et sèche (elle ne transpire pas). Ses pupilles sont dilatées. 3) LE TRAITEMENT : Alertez ou faites alerter les secours (15 Samu ou 18 Pompiers). Amenez la victime dans un endroit frais et bien aéré. Déshabillez la ou desserrez ses vêtements. Immergez la dans de l'eau froide, pour faire baisser sa température corporelle ou appliquez lui sur la tête, la nuque et les bras des serviettes mouillées (veillez à les renouveler régulièrement). Si la victime est consciente, faites-lui boire de l'eau fraîche. Si la victime est inconsciente, mettez-la en position latérale de sécurité.position latérale de sécurité

158 1) DEFINITION :LA CRAMPE MUSCULAIRE Une crampe musculaire est une contraction involontaire, douloureuse et transitoire d'un muscle ou d'un groupe de muscles. Les crampes peuvent se produire par exemple *au cours d'un exercice physique si l'échauffement n'a pas été suffisant, ou si la transpiration est abondante et l'hydratation insuffisante, *après un exercice physique, si la période de récupération est trop courte, *au travail ou en déplacement suite à la répétition d'un même geste ou au maintien d'une même position pendant une longue période, *à la suite d'un mouvement brusque, *spontanément, même en l'absence de tout mouvement, spécialement dans les cas de carence en sels minéraux. 2) LES SYMPTÔMES : La victime ressent une douleur intense dans le muscle. Elle est sujette à des contractions voire des spasmes musculaires. 3) LE TRAITEMENT : Evitez les gestes brusques du membre touché. Massez doucement le muscle douloureux en étendant lentement le membre. Donnez à boire des boissons froides salées à la victime, ou donnez-lui de l'eau et des comprimés de sel.

159 QUE FAIRE FACE A UNE CRISE D'EPILEPSIE 1) DEFINITION :L'épilepsie est une maladie nerveuse chronique caractérisée par des crises de convulsions. Elle touche environ personnes en France. La plupart de ces malades peuvent suivre un traitement qui stabilisera leur état, mais des crises restent toujours possibles. Les facteurs déclenchant ces crises sont nombreux et peuvent être par exemple l'oubli du traitement, le manque de sommeil, l'ingestion d'alcool etc... Chaque année personnes font une première crise. 2) LES SYMPTÔMES :La victime perd brutalement connaissance en poussant souvent un cri. Ses muscles se contractent et son corps se raidit. Ensuite surviennent des convulsions qui affectent d'abord les membres, puis qui s'étendent au tronc et à la tête. Quand les convulsions cessent (généralement après quelques minutes), les muscles se relâchent (provoquant parfois une perte des urines). Après la crise proprement dite, la victime peut présenter un état de confusion et de somnolence et ne pas se souvenir des faits. 3) LE TRAITEMENT :Il faut protéger la victime des blessures que la crise pourrait provoquer et pour cela écarter d'elle tous les objets contre lesquels elle pourrait se cogner. Protégez sa tête à l'aide d'un coussin ou d'un vêtement roulé pour prévenir un éventuel traumatisme crânien (le mieux est si possible d'allonger la victime sur un lit ou un canapé).Tachez, si vous le pouvez, de lui mettre un bâillon (mouchoir roulé, tube de caoutchouc, etc...) entre les dents, pour éviter qu'elle ne se morde la langue pendant ses convulsions. Si cela s'avère trop difficile, n'insistez pas, car vous pourriez lui casser les dents. N'essayez pas de maîtriser la victime par la force ou de l'attacher, cela ne fait pas cesser les convulsions et peut se révéler dangereux pour vous comme pour la victime.Alertez ou faites alerter les secours (15 samu ou 18 pompiers) ou le médecin traitant. Une fois que les convulsions ont cessées, placez la victime en position latérale de sécurité si elle est inconsciente. Consultez systématiquement un médecin après une première crise.

160 1) DEFINITION :CRISE D'ASTHME L'asthme est une maladie caractérisée par des crises de suffocations intermittentes, une hypersécrétion des bronches et des spasmes au niveau des muscles respiratoires. Sa cause la plus fréquente est l'allergie. 2) LES SYMPTÔMES : La victime est angoissée. Elle présente une respiration difficile et sifflante. 3) LE TRAITEMENT : Desserrez ses vêtements pour faciliter sa respiration, puis rassurez la. Si la victime a ses médicaments sur elle, veillez à ce qu'elle les prenne bien (mettez les lui éventuellement dans la main). Si la victime a des difficultés à parler, si ses lèvres deviennent bleues ou si son pouls s'accélère Alertez ou faites alerter les secours ou son médecin traitant.

161 1) DEFINITION :CRISE DE NERFS Une crise de nerfs peut être un moyen de manifester une souffrance psychique et d'attirer l'attention sur soi. Avec des personnes particulièrement fragiles sur le plan psychologique ces crises ont tendance à se répéter ; il est alors recommandé de consulter un médecin. Une crise de nerfs peut également être une réaction exceptionnelle face à un choc émotionnel intense, une situation traumatisante ou une frustration. 2) LES SYMPTÔMES : La victime hurle et pleure, sa respiration est saccadée. Elle peut se rouler par terre et avoir un comportement violent. 3) LE TRAITEMENT : Restez calme et n'élevez pas la voix. Eloignez l'entourage, ou isoler la victime dans un endroit tranquille et si possible faiblement éclairé. Allongez la victime et lui parler pour la rassurer. Rafraîchissez la éventuellement en appliquant sur son front des compresses d'eau froide. Ne jamais agir par la force (pas de gifle, de douche froide, ni d'éclat de voix). Si la crise persiste après quelques minutes, appelez un médecin.

162

163 Article et 2 du code pénal : « sera puni de cinq ans demprisonnement et de franc damende quiconque sabstient volontairement de porter à une personne en péril lassistance que, sans risque pour lui ou pour les tiers, il pouvait lui prêter soit par son action personnelle, soit en provoquant un secours. »

164 LES CAS CONCRETS LES BRULURES: 1 victime (mannequin bébé) 1 parent très inquiet 1témoin 1 SST Materiel : video /ordi/ 1 carton representant le four/le mannequin bb

165

166

167 LES CAS CONCRETS LES BRULURES: 1 victime (mannequin bébé) 1 parent très inquiet 1témoin 1 SST Materiel : video /ordi/ 1 jeu de dinette/1 mannequin bb

168

169 LES CAS CONCRETS LES BRULURES: 1 victime 1témoin 1 SST Materiel : video /ordi/ 1 carton representant la gazinière/ flammes en papier ! Sparadrap rouge pour simuler les brulures

170

171

172 LES CAS CONCRETS LES BRULURES: 1 victime (mannequin bébé) 1 parent très inquiet 1témoin 1 SST Materiel : video /ordi/ 1 retroprojecteur representant la baignoire /le mannequin bb

173

174 LES CAS CONCRETS LES CHUTES : 1 victime 1témoin 1 SST Materiel : video /ordi/ 1 Chaise, 1 Spray vitres, 1 mannequin Adolescent ? Conscient, Respire

175

176 LES CAS CONCRETS LELECTRISATION: 1 victime 1témoin 1 SST Materiel : video /ordi/ 1 Disjoncteur, 1 fil électrique coupé,

177

178 LES CAS CONCRETS LELECTRISATION: 1 victime mannequin BB 1témoin, 1 parent 1 SST Materiel : video /ordi/ 1 prise volante avec fil électrique coupé,1 disjoncteur Le mannequin bb

179

180 LES CAS CONCRETS LElectrisation: 1 victime 1témoin 1 SST Materiel : video /ordi/ 1 disjoncteur, 1 dessin deau, un fil electrique coupé

181

182 LES CAS CONCRETS LASPYXIE: 1 victime 1témoin 1 SST Materiel : video /ordi/ 1 carton representant la gazinière Mannequins: 2 situations : ne respire pas et inconsciente respire et inconsciente

183

184 LES CAS CONCRETS LASPYXIE: 1 victime 1témoin 1 SST Materiel : video /ordi/ Mannequins: Victime ne respire pas et inconsciente

185

186 LES CAS CONCRETS Lintoxication: 1 victime 1témoin 1 SST Materiel : video /ordi/ Boites ou plaquettes de medicaments vides Mannequins: 2 situations : ne respire pas et inconsciente respire et inconsciente

187

188 LES CAS CONCRETS Lintoxication: 1 victime 1témoin 1 SST Materiel : video /ordi/ Bouteilles vides Mannequins: 2 situations : ne respire pas et inconsciente respire et inconsciente

189

190 LES CAS CONCRETS Lintoxication: Plusieurs victimes 1 SST Materiel : video /ordi/ Mannequins: 2 situations : ne respirent pas et inconscientes

191

192 LES CAS CONCRETS Les saignements : 1 victime 1témoin 1 SST Materiel : video /ordi/ Appareils permettant de simuler une coupure (en papier, hors détat de fonctionnement, taches de sang,sparadrap ou scotch, papier, marqueur rouge)

193 Corps étranger

194

195

196


Télécharger ppt "Quel est le rôle dun Sauveteur Secouriste du Travail ? Formation SST Un sauveteur-secouriste du travail (SST) est un membre du personnel volontaire."

Présentations similaires


Annonces Google