La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 L'éthique au bureau Albert Davoine Séminaire pour les adjointes administratives et les secrétaires de direction www.davoine.ca.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 L'éthique au bureau Albert Davoine Séminaire pour les adjointes administratives et les secrétaires de direction www.davoine.ca."— Transcription de la présentation:

1 1 L'éthique au bureau Albert Davoine Séminaire pour les adjointes administratives et les secrétaires de direction

2 2 Mise en situation Vous êtes au courant de secrets. On vous met dans la confidence. Votre discrétion est mise à lépreuve. Vous observez des faits et gestes. Et vos valeurs personnelles là-dedans ? Remises en question et tensions… Que dire ? Que faire ?

3 3 Le but de latelier Pas de leçons de morale. Prendre de sages décisions. En paix avec notre conscience. Répondre à vos questions.

4 4 Les objectifs Distinguer entre la morale personnelle et celle de la société. Écouter avec empathie. Attendre et tolérer. Abaisser les tensions. Intervenir avec respect. Trouver des solutions.

5 5 Votre animateur Albert Davoine. Ingénieur de gestion (Belgique, 1968). Professeur au Collège Lionel-Groulx. Conseil de direction. Humaniste impliqué dans le développement social et économique. Un ami philosophe et poète.

6 6 Le plan de notre atelier Quelques définitions. Le dilemme entre le bien et le mal. Comment vivre ce dilemme ? Nos problèmes et nos solutions.

7 7 Quelques définitions Léthique, la morale et la déontologie. Le bien et le mal. Les valeurs morales, leur évolution. Les responsabilités morales et sociales de lentreprise.

8 8 Léthique Du grec ethos = les mœurs. Science de la morale. Art de diriger la conduite.

9 9 La morale Théorie raisonnée du bien et du mal. Les règles de vie quon se propose. Sentiment intuitif, lévidence intérieure et inconditionnelle du bien et du mal. Ensemble des mœurs dune époque ou dun groupe.

10 10 La déontologie Du grec deon et logos. Théorie des devoirs en morale. Code de déontologie, de conduite. –Les choses à faire –et à ne pas faire.

11 11 Le bien Ce qui est avantageux, agréable, favorable, profitable, utile à une fin donnée. Ce qui possède une valeur morale, ce qui est juste, honnête, louable. Ce qui donne du sens à la vie.

12 12 Le mal Ce qui cause la douleur, la peine, le malheur. Ce qui est mauvais, nuisible, pénible pour quelquun. Ce qui est contraire à la loi morale, à la vertu, au bien.

13 13 Les valeurs morales Convictions fondamentales ayant une importance significative de ce qui est vrai, beau, bien, selon un jugement personnel plus ou moins en accord avec celui de la société de lépoque.

14 14 Lévolution des valeurs Qualité de vie ou quantité produite ? Préservation ou gaspillage ? Interdépendance ou indépendance ? Participation ou autorité ? Pluralisme ou centralisation ? Responsabilité sociale ou intérêt personnel ? Gens ou argent ?

15 15 La responsabilité Obligation ou nécessité morale, intellectuelle, de réparer une faute, de remplir un devoir, un engagement. Le fait daccepter, de supporter, les conséquences de ses actes. Conscience dêtre lauteur incontestable dun acte : revendication logique des conséquences de notre liberté.

16 16 Les responsabilités de lentreprise Les contraintes économiques. Les obligations légales. Les codes de conduite morale. Les responsabilités discrétionnaires, celles qui démontrent une véritable orientation sociale.

17 17 Le dilemme entre le bien et le mal La morale objective. Léthique de lentreprise. La morale subjective. La conscience. Comment distinguer ?

18 18 La morale objective Celle qui est dictée par la société, les lois, les organisations, en fonction de ce que la plupart des individus considèrent comme des normes acceptables.

19 19 Léthique de lentreprise Politique et normes définissant la manière dont les personnes doivent se conduire au sein dune organisation. Normes morales applicables à la gestion.

20 20 Légalité ou moralité ? Les tribunaux interprètent ce que la société, par ses lois, juge conforme ou non aux principes moraux.

21 21 La morale subjective Celle quune personne adopte en fonction de ses connaissances, de son ouverture desprit, de son expérience, de sa formation, et de sa personnalité.

22 22 La conscience Connaissance immédiate de sa propre activité psychique. État du sujet qui se distingue de lobjet. Faculté de porter des jugements de valeur morale sur ses actes.

23 23 Trois principes de base Lêtre humain a des désirs et sait comment les satisfaire. Lêtre humain a le droit de satisfaire ses désirs. Le droit de satisfaire ses désirs ne doit pas empiéter sur le droit des autres à satisfaire les leurs.

24 24 Comment distinguer ? La règle de droit. La recherche honnête de la vérité et de la justice. Lempathie.

25 25 Lempathie Si lon croit quun comportement est susceptible de nuire à un tiers (employeur, collègue, concurrent, client...) il est important dévaluer ce comportement du point de vue de cette personne, donc dessayer de se mettre à la place de lautre.

26 26 Comment faire ? Écouter. Ramasser. Pétrir lobjectif. Attendre. Agir.

27 27 Écouter Faire silence en soi. Réduire le stress. Écouter avec les yeux et les oreilles. Le langage non verbal. Poser des questions, répéter.

28 28 Ramasser Ramener la personne à la prise de conscience de ses forces, de ses valeurs, de ses décisions, du sens quelle donne à sa vie.

29 29 La quête de sens La liberté. La découverte. La complicité. Le bonheur.

30 30 Pétrir lobjectif Quest-ce que je veux ? Quest-ce que cela veut dire pour moi ? En vue de quoi ? Est-ce que cest important pour moi ? Pourquoi est-ce si important pour moi ? Quels moyens ai-je pris à ce jour, et qui mont réussi, pour arriver à cela ?

31 31 Attendre Nous confondons souvent décision et action. Neuf pas sur dix ne sont que la moitié du chemin. Une fois ce chemin fait, quelle force intérieure, quelle énergie ne faut-il pas déployer quand le prochain pas est celui de lautre ? Le génie est lart consommé de la patience.

32 32 Agir Afficher ses couleurs : la loyauté. Appliquer la déontologie propre à notre fonction : le prolongement de la direction. Demander conseil. Faire silence, cest aussi agir. Exercer notre pouvoir.

33 33 Le pouvoir libérateur, révélateur et médiateur de lamour.

34 34 La question dAnnie. Cela fait bientôt trente ans que je suis au service du président. Il est négligeant et désorganisé. Je passe mon temps à prévenir et réparer ses gaffes. Je crois que je suis sa deuxième mère. Les plus jeunes secrétaires disent que je suis son esclave. Pourtant je ne me sens pas exploitée. Ont-elles raison ?

35 35 La question de Brigitte. Mon patron me demande dêtre loyale et franche. Mais lui ne me dit pas toute la vérité. Dois-je quand même lui dire tout ce que jentends ou que jobserve en son absence ?

36 36 La question de Carmen. Lentreprise pour laquelle je travaille ne respecte pas les normes environnementales. Certaines pratiques sont potentiellement dangereuses. Mon patron ferme les yeux. Mon gendre travaille au Ministère de lenvironnement. Que dois-je faire ?

37 37 La question de Diane. Le directeur des ventes présente des notes de frais exagérées. La semaine passée, je sais quil nétait pas à lhôtel pour lequel il a réclamé des frais de séjour. Dois-je le dire au président ?

38 38 La question dÉmilie. Mon patron a de graves lacunes, mais il manipule tellement bien son entourage quil est pressenti pour obtenir une promotion. Dautre part, si je continue à le couvrir, il va mentraîner avec lui dans un poste plus élevé. Est-ce moi qui deviens manipulatrice ?

39 39 La question de Francine. Je viens de changer demployeur. Le président ne cesse de me questionner sur mon ancien emploi. Je nétais pas bien considérée auparavant, mais mon nouveau patron semble vouloir me donner de limportance. Je suis au courant de bien des affaires de lautre compagnie. Comment laider sans trahir lancien patron ?

40 40 La question de Gisèle. Je suis tombée en amour avec mon patron. Une amie ma recommandé de faire limpossible pour changer de service. Dois-je suivre son conseil ?

41 41 La question dHélène. Un personne dans lentreprise ma confié sa souffrance. Elle est déprimée et je crois quelle pense parfois au suicide. Si elle perdait son emploi, ce serait catastrophique. Cette personne aurait besoin de repos et daide professionnelle. Mon patron est du genre à faire semblant dignorer ce type de problèmes. Comment dois-je intervenir ?

42 42 La question dIsabelle. Face à un grave problème déthique de la part dun des directeurs, je me suis déjà confiée à un autre cadre en qui je pensais pouvoir avoir confiance. Il en a parlé au grand patron. Bien sûr, le fautif a perdu son emploi. Mais maintenant, les autres cadres se méfient de moi. Jai rendu un grand service en disant la vérité, mais je me sens rejetée. Aurais-je mieux fait de me taire ? Dois-je rester dans cette entreprise ?

43 43 La question de Josée. Par les confidences de Karine, je suis au courant de la situation de son mari, qui est contremaître à lentrepôt. Il est en congé de maladie prolongé et il travaille ailleurs. Cest moi qui dois compléter et acheminer les formulaires dassurance-maladie. Je sais que ce sont de fausses déclarations. Ai-je raison de me sentir malhonnête de participer ainsi à une fraude ?

44 44 La question de Louise. Je suis au courant des bénéfices croissants que mon patron a retiré cette année. Malgré cela, après une coûteuse étude organisationnelle, il a engagé un « motivologue » pour convaincre le personnel de travailler plus, sans augmentation de salaire. Le président du syndicat, un vrai bon gars, ma demandé ce que jen pensais. Que dois-je lui répondre ?

45 45 Ma question Envoyez votre question à Albert Davoine

46 46 Références bibliographiques Blais, Martin, Philosophie du pouvoir, Éditions du Jour, Montréal, 1970, 157 p. Blais, Martin, L'œil de Caïn. Essai sur la justice, Fides, Montréal, 1994, 286 p. Bergeron, Pierre, La gestion moderne, Gaëtan Morin Éditeur, Montréal, p. Grand'Maison, Jacques, Les Tiers, volume 3, Pratiques sociales, Fides, Montréal, 1986, 243 p. Guindon, Jeannine, Vers l'autonomie psychique de la naissance à la mort, Collection Pédagogie psychosociale, Éditions Fleurus, Paris, 1982, 446 p. Légaut, Marcel, L'homme à la recherche de son humanité, Aubier, Paris, 1971, 283 p. Plamondon, Soldow, Thomas, La vente professionnelle, Éditions du Renouveau Pédagogique, Montréal, 1993, 626 p. Le Dictionnaire Robert pour les définitions.

47 47 Au revoir et merci ! Albert Davoine Conseil de direction Groupe Action-Conseil Ltée Téléphone (450)


Télécharger ppt "1 L'éthique au bureau Albert Davoine Séminaire pour les adjointes administratives et les secrétaires de direction www.davoine.ca."

Présentations similaires


Annonces Google