La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Jean Caelen. Un thème porteur depuis lannonce du « développement durable » (notamment à travers les économies dénergie et la protection de lenvironnement),

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Jean Caelen. Un thème porteur depuis lannonce du « développement durable » (notamment à travers les économies dénergie et la protection de lenvironnement),"— Transcription de la présentation:

1 Jean Caelen

2 Un thème porteur depuis lannonce du « développement durable » (notamment à travers les économies dénergie et la protection de lenvironnement), linsertion des personnes âgées ou handicapées, Riche dinnovations industrielles, large marché, Mis en avant par les instituts Carnot et Fraunhofer, les pôles de compétitivité Minalogic et Tennerdis, etc. La « domotique » a piétiné pendant des années mais… le bâtiment intelligent prend le relais…

3 Les objectifs du dispositif Carnot Ouvrir plus largement les compétences pluridisciplinaires de la recherche publique au profit du monde socio-économique. Développer et professionnaliser la recherche partenariale, au profit des acteurs socioéconomiques (entreprises, industriels, collectivités territoriales), Structurer une partie des acteurs de la recherche publique, visibilité et accessibilité, offre pluridisciplinaire (coopération inter-Carnot), Favoriser le ressourcement scientifique et technologique, vision « marché », excellence scientifique pour plus dattractivité.

4 33 instituts Carnot : Informations générales Technologies de linformation et de la communication, Microélectronique, Micro et nano technologies <= LSI (Logiciels et Systèmes intelligents Matériaux, mécanique, Energie et environnement, Moteurs, propulsion et carburants, Chimie, Sciences de la terre (gestion et exploitation des ress. naturelles, défense de lenvironnement), etc.

5 Cetim (Senlis) TIE (Compiègne) ARTS (Châlons-en-Champagne) TIE (Troyes) CIRIMAT (Toulouse) LAAS (Toulouse) M.I.N.E.S. (Albi) ONERA ISA (Toulouse) Cemagref (Montpellier) M.I.N.E.S. (Alès) CED2-Chimie (Montpellier) ARTS (Aix en Provence) Cemagref (Aix-en-Provence) CSTB (Sophia Antipolis) M.I.N.E.S. (Sophia Antipolis) Carnot Aix Marseille LISA (Marseille) FEMTO Innovation (Besançon) Cemagref (Rennes) GET (Brest) Ifremer-EDROME (Brest) C3S-Supelec-ECP (Rennes) ESP (Rouen) ARTS (Angers et Laval) Cetim (Nantes) CSTB (Nantes) M.I.N.E.S. (Nantes) VITRES (Nantes) brgm (Orléans) ARTS (Paris) brgm (Paris) Cémagref (Antony) CSTB (Paris, Marne la Vallée) GET (Paris, Evry) IFP-Moteurs (Rueil Malmaison) Voir et Entendre (Paris) Institut dOptique GS (Palaiseau) LIST (Saclay, Fontenay aux Roses) M.I.N.E.S. (Paris, Evry, Fontainebleau) C3S-Supelec-ECP (Chatenay Malabry, Gif sur Yvette) INRETS (Paris) Institut Pasteur (Paris) ONERA ISA (Paris) VITRES (Paris) ARTS (Bordeaux) Cemagref (Bordeaux) MIB (Bordeaux) LISA (Bordeaux) ARTS (Chambéry) Cemagref (Lyon, Grenoble) Cetim (Saint-Etienne) CSTB (Grenoble) IFP-Moteurs (Lyon-Solaize) LETI (Grenoble) M.I.N.E.S. (Saint-Etienne) Ingénierie Lyon INPG-LITEN Energies du futur(Grenoble) INRETS (Lyon) Institut Pasteur (Lyon) LISA (Lyon) Logiciels et systèmes intelligents (Grenoble) ARTS (Metz) C3S-Supelec-ECP (Metz) ICEEL (Nancy) Cemagref (Nogent-sur-Vernisson) XLIM (Limoges) Cemagref (Clermont-Ferrand) Localisation des 33 instituts Carnot ARTS (Lille) IEMN (Lille, Valenciennes) IFREMER-EDROME (Boulogne-sur- Mer) M.I.N.E.S. (Douai) INRETS (Lille) ARTS (Cluny, Chalon sur Saône)

6 Etre Institut Carnot, cest … Un nouvel état desprit, Un engagement sur des objectifs de progrès moyen et long termes,. Activité partenariale,. Ressourcement scientifique et technologique,. Professionnalisation, (Respect de la Charte, critères de sélection, objectifs de progrès, cycle de vie des projets, P.I., disponibilité, …),. Gouvernance et organisation interne,. Intégration et fonctionnement en réseau. Lappartenance à une communauté sengageant sur les mêmes objectifs/valeurs et organisée autour dune structure fédérative commune : AICarnot, Un soutien financier spécifique.

7 Missions de lAICarnot favoriser le professionnalisme des laboratoires de recherche impliqués dans la Recherche Partenariale, favoriser la visibilité et laccès à la Recherche Partenariale française à léchelon régional, national, européen et mondial par le monde socio-économique, soutenir la conduite dactions collectives entre les établissements membres de lAssociation en vue de répondre à son objet, assurer les liaisons avec les pouvoirs publics et les instances européennes. Tout en respectant le principe de subsidiarité des I.C.

8 Équipes du Carnot LSI Thèmes liés au bâtiment intelligent 1.Aménagement de bureau du futur (au domicile, dans lentreprise, en mobilité), continuité des SI 2.Murs dimage (vidéo, information, décor changeant), télésurveillance, éclairage 3.Économie et suivi de consommation dénergie, pilotage intelligent de la maison (systèmes multi-agents), automatismes embarqués 4.Systèmes dexploitation, interopérabilité 5.Interfaces tangibles (les objets usuels deviennent interactifs) et interfaces multimodales 6.Conception participative centrée utilisateurs

9 Équipes Carnot LSI Laboratoires VERIMAG et TIMA Équipes de TIMC et GIPSA Équipes du LIG : ADELE Jacky Estublier Ingénierie des logiciels industriels DRAKKAR Andrzej Duda Réseaux et services actifs IIHM Joëlle Coutaz Ingénierie de linteraction homme-machine MESCAL Bruno Gaujal Intergiciels multi-échelle MOAIS Jean-Louis Roch Multiprogrammation et ordonnancement sur ressources distribuées MULTICOM Jean Caelen Plate-forme de conception/évaluation des systèmes interactifs SARDES Jean-Bernard Stefani Architecture et construction dinfrastructures logicielles réparties VASCO Yves Ledru Spécification, validation et tests de logiciels

10 Le milieu du BI Les métiers : Maîtres dœuvre, architectes, maîtres douvrage, constructeurs, installateurs, métiers du bâtiment, services, etc. Les secteurs du bâtiment : –Industriel, –Hospitalier, –Tertiaire (grand, moyen, petit), –Habitat, résidentiel.

11 Les spécialités (cloisonnées) Lénergie : eau, gaz, électricité, –Consommation, gestion, –Contrôle, sécurité, Le chauffage, la climatisation, Léclairage et le confort (qualité de vie), La surveillance, la sécurité, la santé, Le multimédia (Internet, vidéo, TV, etc.).

12 La presse « Dans la cuisine, les rayons des placards en hauteur sont montés sur des pantographes permettant aux personnes de petite taille de sortir la vaisselle et les victuailles sans avoir à grimper sur un tabouret à leurs risques et périls. Des marches amovibles automatiques sont installées devant les éviers, plans de travail et lavabos pour hisser les enfants à bonne hauteur et leur permettre d'aider maman à éplucher les légumes en étant à bon niveau. Le lave-vaisselle dégraisse sans ingurgiter des litres d'eau ou de détergeant. Le réfrigérateur devrait lire les étiquettes radiofréquences (RFID) qui remplaceront les codes barres sur les produits du commerce, pour réguler le froid en fonction du nombre et du type de produits emmagasinés, et signaler automatiquement le dépassement des dates de péremption. Ces mêmes étiquettes servent à programmer le four à courant de vapeur pour les néophytes en cuisine pas très doués pour les temps de cuisson. L'autocuiseur à riz donne les instructions en parlant, pour faciliter l'emploi par les enfants. (…) »

13 Les usages « Les chambres de la maison Matsushita sont aussi pleines d'électronique et de capteurs : outre un téléviseur plasma et un ensemble hi-fi, celle des parents est dotée d'un système "dormez bien", avec lit articulé télécommandable, luminaire spécifique, ambiance sonore et olfactive au moment de s'endormir et de se réveiller et système d'analyse de la qualité du sommeil. Le matin en ouvrant les yeux on peut lire le diagnostic révélé sur l'écran plasma. En cas d'inquiétude, il est possible de pousser plus loin les examens… »

14 Définitions Système interactif dans le bâtiment Un système interactif est un système complexe dont le fonctionnement dépend d'informations fournies par un environnement externe (capteurs) et par des utilisateurs Linterface L'interface est l'ensemble des dispositifs matériels et logiciels qui permettent à un utilisateur de commander, contrôler, superviser un système interactif (en local ou à distance) Les utilisateurs Sont non seulement les utilisateurs « finaux » mais également les prestataires de service, les installateurs, etc.

15 Méthode participative centrée utilisateur Conception Evaluation Analyse Sociologues Designers Concepteurs Equipe Marketing Economistes Ergonomes

16 Les modus operandi Prendre en compte toute la chaîne des acteurs (très hétérogène) Tenir compte des normes et standards (un bâtiment a une durée de vie importante) Adresser les secteurs les plus porteurs du marché (le tertiaire) Ne pas oublier que le bâtiment est lié à lurbanisme, aux transports, etc. Et quil est multidisciplinaire…

17 Une norme réseau : KNX Linteropérabilité : 4 niveaux 1.Compatibilité (même support) 2.Inter fonctionnement (même protocole) 3.Interopérabilité des données (format de données commun) 4.Interopérabilité des équipements (même sémantique) Comment ça marche? Effecteur 0,1 Inter+ diode 0,1 Automaticien conseillé S-Mode E-Mode Installateur compétent Lien fonctionnel Inter+ diode Effecteur OO IOO Couche « sémantique

18 Exemple darchitecture KNX GTGT Un bus très basse tension relie tous les points de commande en topologie libre Chaque circuit commandé rejoint directement le tableau électrique (comme pour un circuit / télérupteur) Le fonctionnement de linstallation est déterminé par programmation de lien entre chaque bouton poussoir dentrée et une/des sortie(s)

19 Une norme middleware : OSGI OSGi est une association (IBM, Sun, Nokia, NTT, …) de standardisation Open Service Gateway initiative OSGi spécifie un middleware pour gérer de services dans lembarqué Initialement destiné au bâtiment (home automation) puis dans lautomobile, la téléphonie mobile, lIT Une passerelle entre lintérieur et lextérieur du bâtiment –Pilotage des bus de terrain –Utilisation des standards Internet Administration des applications –Organisation des liens entre applications –Gestion du cycle de vie des applications Pilotage via plateforme centralisée –Des services (téléchargement dapplis) –Des fournisseurs de services et utilisateurs Séparation des métiers => OSGi organise les services du bâtiment

20 Une norme middleware : OSGI

21 4 défis pour linformatique 1.Les économies dénergie par une gestion intelligente, 2.La santé par la télésurveillance et la mise en communication des personnes, 3.Le confort avec une consommation dénergie moindre par une intelligence du contexte, 4.Les interfaces entre le système (complexe) et les utilisateurs (les métiers, les usagers).

22 Les défis : (a) économie dénergie En 2002 lUnion Européen (UE) a décidé avec les pays membres de promouvoir une consommation plus efficace de l'énergie –Les conséquences pour les bâtiments tertiaires : 10% de réduction sur la totalité de la consommation énergétique Réduction annuelle de 15 Milliard sur le budget UE Réduction annuelle de 460 Millions de tonnes CO2 –Les conséquences pour les pays membres : Préparation de programmes pour la réduction de la consommation et de programmes de subventions pour les mesures consécutives –En France cest lADEME qui pilote laction Les collectivités et les régions jouent un rôle important en montrant lexemple –Le Passeport énergétique: Un programme a implémenter, avant 2009,par des pays membres pour tous les bâtiments de 1000m 2 et plus Cette certification sera basée sur le norme EN du CEN

23 Les défis : (a) économie dénergie LADEME lance une programme ambitieux pour réduire la consommation d'énergie pour le Tertiaire : « Factor 4 » Objectif : réduction par 4 de la totalité du CO 2 entre 2005 et 2050 –Le secteur du bâtiment est déjà reconnu comme acteur clef pour la réussite de cet objectif Consommation dénergie: 43% de la totalité de la consommation française 1/3 dans les bâtiments non résidentiels En totalité 860 Mm 2 sont chauffés –Objectifs pour 2050 Réduction totale en France de la consommation du combustible fossile de 70 Mtoe vers 17,5 Mtoe Réduction totale en France des émissions CO 2 du 120 Mt vers 30Mt Classes de bâtiments

24 Les défis : (a) économie dénergie Conséquences pour les régulations et les GTB dans les techniques du bâtiments Division de la GTB en 3 niveaux : Produits certifiés : eu.bacCERT selon des critères de performance énergétiques (EN 15500) KNX; selon des critères de compatibilités et de communication Systèmes : Utilisation des réseaux de communication ouverts et standardisés (ex. KNX) Services : (Applications doptimisation d'énergie et leurs conséquences) Méthodes de calcul pour limpact de la Régulation et GTB pour l'Amélioration de l'Efficacité énergétique de bâtiments (EN 15232) Systèmes en trois couches : Équipements, automatismes, gestion Gestion technique AutomatismeAutomatisme EquipementsEquipements

25 Les défis : (a) économie dénergie BUS Climatisation Chauffage Traitement d Air Ventilation ECS Sécurité technique Sécurité technique Éclairage Divers Intrusion Contrôle d accès Occultation Comptage L intelligence des équipements au service des performances énergétiques Lintelligence énergétique répartie La GTB, un dispositif global d optimisation de la demande et des sources d énergie Auto diagnostic Système expert intégré Tableaux de bord énergétiques Gestion des sources

26 Les défis : (b) santé Surveillance des personnes à distance, Intervention en cas durgence, Mise en relation à travers des services (soins, aide pratique, informations, cercle social), Suivi à distance des problèmes de santé (capteurs physiologiques, capteurs denvironnement), Accompagnement dactivités (promenade, sport, etc.), Guidage sensoriel des handicapés, Aménagement des locaux de vie et de travail.

27 Les défis : (c) confort La sensation de confort : quelques paramètres GRADIENT VERTICAL DE TEMPERATURE ASYMETRIE DE RAYONNEMENT LA TEMPERATURE DU SOL SENSATION DE COURANT DAIR Lactivité La tenue vestimentaire, etc. => Modèles thermiques du confort

28 Les défis : (d) interfaces Besoin : Paramétrage par lutilisateur ; Simplification du paramétrage avec un maximum de fonctionnalités; adaptation dynamique Réponse : Outils de mise en service de linstallation utilisable par tous sans avoir besoin de compétences informatiques particulières Affichage et modification des paramètres de nos régulateurs Besoin : Ajout de nouvelles fonctionnalités, intégration dans un système existant, ajout de nouveaux appareils, etc. Réponse : Interopérabilité, mobilité, souplesse (pas de pile, fixation par collage, etc.), interface tangible

29 Conclusion Faire le point sur les technologies disponibles et les normes dans le bâtiment du tertiaire pour la gestion de lenvironnement et de lénergie et se projeter à travers les usages et lergonomie sur les problèmes immédiats liés aux services, aux matériels et à leur distribution, installation, etc. chez les constructeurs Recherche : définir des priorités et des partenariats, Innovation : oui mais reposant sur des standards, des normes, des outils et des matériels pérennes, Diffusion : usage et utilisabilité (pour tous les acteurs),


Télécharger ppt "Jean Caelen. Un thème porteur depuis lannonce du « développement durable » (notamment à travers les économies dénergie et la protection de lenvironnement),"

Présentations similaires


Annonces Google