La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Accompagner la vie, accueillir la mort Une soirée film/rencontre avec Bernard Martino, cinéaste et ralisateur du film « Une mort partagée » et Elisabeth.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Accompagner la vie, accueillir la mort Une soirée film/rencontre avec Bernard Martino, cinéaste et ralisateur du film « Une mort partagée » et Elisabeth."— Transcription de la présentation:

1 Accompagner la vie, accueillir la mort Une soirée film/rencontre avec Bernard Martino, cinéaste et ralisateur du film « Une mort partagée » et Elisabeth Martineau, journaliste et auteure de « Surmonter la mort de lenfant attendu – Dialogue autour du deuil périnatal » Le samedi 22 novembre à 20h30 Au restaurant scolaire de lensemble scolaire Notre Dame de Lourdes Civrieux dAzergues Effervescence présente Accompagner la vie, accueillir la mort Une soirée film/rencontre avec Bernard Martino, cinéaste et réalisateur du film « Une mort partagée » et Elisabeth Martineau, journaliste et auteure de « Surmonter la mort de lenfant attendu – Dialogue autour du deuil périnatal » Le samedi 22 novembre à 20h30 Au restaurant scolaire de lensemble scolaire Notre Dame de Lourdes Civrieux dAzergues

2 Dix ans après la mort in utero de son premier bébé, Elisabeth Martineau, Sévérienne à lépoque, écrit son histoire et ouvre un dialogue entre parents et professionnels sur le deuil périnatal. Inspirée par le travail de Bernard Martino, elle lui demande décrire la préface de son livre : parce que ce cinéaste a su révéler la grandeur des plus faibles en traquant continuellement la vie ! Bernard Martino : « Avant la mort, la vie jusquau bout. Après la mort, la vie qui reste. Celle qui passe au travers de la mort comme cette herbe qui finit toujours par traverser la dalle de béton la plus épaisse. » Présentation du livre : « Surmonter la mort de lenfant attendu » avec la possibilité dacheter louvrage sur place. (Lauteur et le préfacier seront disponibles dès 20h pour les dédicaces)

3 Dans « Une mort partagée », nous rencontrons une femme, victime dun accident cardio-vasculaire, et sa famille. Leurs questionnements deviennent les nôtres. Quest-ce que la vie lorsque la communication nest plus possible ? Peut-on éviter lacharnement thérapeutique et accompagner la vie jusquà lépreuve ultime quest la mort ? Une mort partagée film documentaire de Bernard Martino (Spirale Production et Mano et Mano, 2007). Débat : Quelle place pour les personnes en fin de vie dans notre société actuelle ? Comment accompagner toute vie humaine jusquà la mort… ?

4 Bernard Martino Auteur de nombreuses enquêtes cultes, dont les plus célèbres, - Le bébé est une personne, -Voyage au bout de la vie, - Les chants de l'invisible furent des évènements télévisuels et des succès de librairie. Bernard Martino est un franc-tireur apprécié des critiques et du public, ayant toujours réussi à imposer une télévision de réflexion. Interview de Bernard Martino, par Jaqueline Thibaudeau – Cliquer sur :

5 La mort nest pas excluepas Bernard Martino Pour en savoir plus, cliquer sur un livre. Pour revenir au générique de début : Pour mettre fin au diaporama: Supplément :

6 D'abord repoussée de la maison vers l'hôpital où se produisent 70% des décès, la mort a ensuite été refusée par les soignants qui se sont retranchés derrière leurs priorités de "techniciens de la santé" pour ne pas avoir à faire avec elle. L'acharnement est devenu la seule alternative à l'abandon. Mais depuis quelques années, certains soignants essaient de "réinvestir" cette mort qu'ils côtoient quotidiennement en insufflant dans leur service "le souci de l'autre". Le Professeur Jean-Michel Bolse dirige à Brest un service de réanimation médicale d'un nouveau genre où les équipes s'occupent du patient jusqu'au bout. La mort nest pas exclue Bernard Martino Le lancement du film : Revenir

7 Revenir:

8 " Des centaines de fois, à la question rituelle: "Quel est le thème de votre prochain travail?", je me suis entendu répondre toujours avec une certaine gêne, une légère appréhension, mais aussi avec une bonne dose de provocation: l'Irrationnel. Ce sentiment de gêne, je réalise seulement aujourd'hui que je ne l'avais jamais éprouvé auparavant, professionnellement s'entend. Ce qui semble signifier que pour la première fois je m'attaque à un sujet plus que difficile, plus que tabou, illégitime. L'Irrationnel, un sujet illégitime ? Certainement pas pour ce qu'il est convenu d'appeler le grand public chez qui le seul énoncé du mot "Irrationnel" semble provoquer une sorte de déclic, des associations en cascade, tout un remue-ménage intérieur, comme si d'emblée quelque chose qui touche au jardin secret, à l'intime, pouvait, à cette occasion, être mis en lumière. Par contre, le sujet l'est à l'évidence pour certains représentants de l'intelligentsia dont j'ai vu le visage se fermer à la simple évocation de phénomènes paranormaux. J'ai senti planer autour de mon travail un subtil rappel à l'ordre émanant de ceux de ma "caste", comme si je m'apprêtais à commettre un crime contre l'intelligence ou tout simplement une impardonnable faute de goût, tant l'expression de l'Irrationnel est perçue comme vulgaire. Alors pourquoi s'obstiner? Peut-être parce que, fondamentalement, je suis convaincu qu'à côté de la démarche classique de vulgarisation scientifique, légitime par excellence, il fallait tenter une autre approche presqu'inverse qui consisterait, sinon à rendre scientifique le vulgaire, du moins à le reconnaître, à l'explorer. Bernard Martino est l'auteur de Voyage au bout de la vie et de Le bébé est une personne qui, en son temps, provoqua un véritable débat de société. Ecrivain et réalisateur de télévision, Bernard Martino a, cette fois-ci, parcouru différentes régions du monde, les Etats-Unis, l'Union soviétique, le Brésil et le Japon durant trois ans, pour chasser, et souvent capturer, notre goût pour le merveilleux, l'insolite et l'irrationnel. Revenir :

9 Il existe un endroit ignoré du grand public où l'on détient les vraies réponses à ces questions. Depuis plus de cinquante ans, la pouponnière hongroise de Lóczy, sur la colline des roses, à Budapest, réussit magnifiquement avec les enfants abandonnés là où d'autres institutions échouent trop souvent. C'est cette expérience unique que révèle ici, dans toutes ses dimensions, Bernard Martino. Il en raconte l'histoire courageuse, de la Vienne des Habsbourg à la répression communiste, sans oublier les difficultés d'aujourd'hui. Il montre en quoi Emmi Pikler, sa géniale fondatrice, aussi adulée que controversée, est de la famille des Bruno Bettelheim et A.S. Neill. Il en dévoile surtout le fonctionnement, nous faisant partager l'intimité quotidienne de Sabina ou Ferko, petits orphelins, et de Vali ou Erika, leurs nurses admirables. Une enquête hors du commun, aux leçons universelles, nous invitant toutes et tous à reconsidérer notre regard sur l'enfance. Comment le monde vient-il aux bébés ? De quoi les enfants ont-ils vraiment besoin pour grandir ? Et si l'amour ne suffisait pas ? Et si le respect était aussi important? Comment, surtout, les adultes peuvent-ils dépasser l'instinct, apprendre la relation, la vivre en toute conscience ? Revenir :

10 Revenir aux oeuvres de Bernard Martino :

11 Lorsque le bébé naît, il a déjà une histoire : dans le ventre de sa mère, il voit, il entend, il réagit, et ces neuf mois le marqueront pour la vie. À peine né, le bébé est capable de communiquer, et si le dialogue nous paraît impossible, c'est que nous ne savons pas interpréter son langage. Ce malentendu se poursuivra jusqu'à ce que l'enfant se plie aux règles du monde adulte. À travers une enquête passionnante, Bernard Martino nous apprend à créer ce lien intense avec l'enfant pendant la grossesse et à le faire perdurer au moment de son entrée dans la vie. Revenir aux œuvres de Bernard Martino

12 " Depuis que nous sommes nés, c'est fantastique d'être sur terre, en ne sachant pas ce qu'il y a après ! Vous n'êtes pas comme moi, avec une curiosité extraordinaire ? Non ? Moi, si ! J'ai une curiosité vraiment extraordinaire de ce que cela sera, comme si j'étais un fœtus qui attend de naître. J'ai toujours été très pressée de savoir. Et c'est la même chose pour la mort : savoir ce qu'il y a après. " Rertour Mettre fin au diaporama


Télécharger ppt "Accompagner la vie, accueillir la mort Une soirée film/rencontre avec Bernard Martino, cinéaste et ralisateur du film « Une mort partagée » et Elisabeth."

Présentations similaires


Annonces Google