La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Niveau 2 2012 - 2013 Programme théorique de la formation.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Niveau 2 2012 - 2013 Programme théorique de la formation."— Transcription de la présentation:

1 Niveau Programme théorique de la formation

2 Programme des cours théoriques Théorie 1 (18/10/12) : Matériel (Lionel P.) et Règlementation (Olivier C.) Théorie 2 (22/11/12) : Physique (Sylvère S.) Théorie 3 (13/12/12) : Physiologie et Accident (Dominique L.) Théorie 4 (17/01/13) : Table I (Alan M. ou Gigi G.) Théorie 5 (31/01/13) : Table II (Gigi G. ou Alan M.) Révisions (21/03/13) Évaluation des connaissances : 28/03/13

3 Le matériel Lionel Pawlowski Club Subaquatique Lorientais – Formation N

4 Pourquoi un cours sur le matériel au N2 ? Approfondissement de vos connaissances N1 sur le matériel Le N2, premier niveau où vous serez assez souvent autonomes ! - Différents aspects de la plongée (temps, profondeur, orientation, paliers, retour en surface) à maitriser - Savoir réagir correctement en cas de problème Des équipements à maitriser davantage, pour certains nouveaux Comment fonctionnent-ils ? Quelles sont les pannes possibles ? Lautonomie va peut-être vous encourager à étendre votre activité sous leau -Dautres brevets en perspective (N3-4, Nitrox, Nitrox conf, Trimix, etc…) -Plongées en sécurité « hors structure » -Plongées ailleurs en structure où il faut éventuellement louer du matériel Vous allez finir par acheter votre propre matériel… Critères de choix ?

5 Ce que dit le code du sport… Extrait du code du sport 2012 Paragraphe 5 Equipement des plongeurs Art. A Chaque bouteille ou ensemble de bouteilles dun même gaz respirables est muni d'un manomètre ou dun système équivalent permettant d'indiquer la pression au cours de la plongée. En milieu naturel, chaque plongeur équipé dun appareil à circuit ouvert est muni dun système gonflable au moyen de gaz comprimé lui permettant de regagner la surface et de s'y maintenir. En milieu naturel, chaque plongeur encadré au-delà de 20 mètres et chaque plongeur en autonomie est muni : d'un équipement de plongée permettant d'alimenter en gaz respirable un équipier sans partage d'embout ; déquipements permettant de contrôler les caractéristiques personnelles de sa plongée et de sa remontée. […] En milieu naturel, chaque palanquée dispose dun parachute de palier. Art. A Les matériels subaquatiques et équipements nautiques utilisés par les plongeurs sont régulièrement vérifiés et correctement entretenus.

6 Plan du cours - La bouteille - Le détendeur - Le gilet stabilisateur - Lordinateur - Le matériel de sécurité (Boussole, Couteau, Parachute, divers) Pour chaque partie, - Principe - Caractéristiques, critères de choix - Pannes possibles, entretien

7 La bouteille Ils ont bon goût mais le truc jaune fait péter

8 La bouteille Marques obligatoires: - Pression de service (à 15°C). (max 300b sur certains blocs) - Date de la dernière épreuve. - Poinçon du service des mines (tête de cheval, sigle Européen) - Nom du fabricant. - Contenu de la bouteille (mélange exacte si autre que air). - Mois et Année de fabrication. - Volume en eau. - N° de la bouteille. -Pression d'épreuve. - Aluminium: fréquent hors Europe comme bloc principal, en Europe surtout utilisé comme bloc de décompression flottabilité plus importante + de plomb. Relativement peu sensible à la corrosion. 3 types de matériaux: - Acier: le plus courant, le plus lourd, sensible à la corrosion - Carbone: rare, très forte flottabilité, insensible à la corrosion, Applications spécifiques, jamais bloc principal

9 Blocs: Robinetterie Pannes possibles: Ouverture/fermeture impossible bouton de manoeuvre endommagé Fuite par lorifice siège du clapet endommagé Fuite par le col joint de col à changer Etrier (230b) DIN (230b/300b) M26 (230b)

10 Blocs : Entretien Inspection int/extérieure par un Technicien en Inspection Visuelle du club/magasin 1 fois/an: Réépreuve tous les 2 ans pour les blocs non inscrits au registre du club Réépreuve tous les 5 ans pour les blocs inscrits des membres (uniquement). Même sil ne sert pas, pour rester en service opérationnel, il doit être inspecté tous les ans. Pas de bricolage perso (matériel sous très haute pression, risques mortels). Conseil: Demander à un TIV dinspecter un bloc doccasion avant de finaliser lachat. Comme tout le matériel, la bouteille se rince. Avant gonflage, actionner les robinets pour chasser leau des orifices du robinet. Transport avec insert/bouchon en place. Eviter les chocs, écaillage de peinture. Usage de filet de protection. Stockage pas vide et debout.

11 Blocs : Le gonflage Système de pistons à 4 étages : pression atm 300b stockés dans des bouteilles « tampons » Pourquoi les tampons ? gonfler directement au compresseur prend plus de temps ! On gonfle la plupart du temps donc par transvasement des tampons vers les bouteilles. La pression dans les tampons doit être supérieure à celle du bloc. Pour limiter le gonflage des tampons et gagner du temps, on remplit dabord les blocs avec la rampe de tampons où la pression est la plus faible (2 rampes au local) ! Entre 2 passages au local, il faut penser à gonfler les tampons air ou nitrox (très lent) pour le retour ou la prochaine séance… et bien sûr gonfler tous les blocs avant de quitter le local.

12 Le détendeur

13 Le détendeur: Deux étages - Premier étage Celui qui est connecté à la bouteille par un étrier ou un support vissable (DIN) Abaisse la haute pression (HP) sortant du bloc de façon à une pression intermédiaire ou moyenne pression (MP) ce quil y ait 8-10 bars dans les flexibles qui vont au deuxième étage, inflateur, etc… Différents types: piston conventionnel/non compensé, piston compensé, à membrane… Des modèles avec tourelle rotative pour le confort Tourelle

14 Premier étage Piston (non compensé) Membrane Piston compensé : MP stable durant la plongée. Piston non compensé/conventionnel: MP diminuant avec la pression de la bouteille. Piston (compensé)

15 Le détendeur: Principe -Deuxième étage La partie que lon a en bouche A linspiration la membrane sapplique contre un levier qui laisse entrer lair via le clapet à la pression ambiante (press relative + press atmospherique) A lexpiration lair est évacué par une soupape dexpiration. Clapet Siège Soupape dexpiration Ressort Membrane Levier

16 Le détendeur: comment choisir ? - Membrane, piston « non compensé » / conventionnel ou piston compensé ? non compensé: mécanique simple, moins confortable en profondeur compensé: mécanique simple et MP constante avec la profondeur membrane: plus adapté aux milieux hostiles, mécanique plus complexe mais protection accrue, MP constante avec la profondeur A tourelle rotative ou pas ? - Deuxième étage résistance à linspiration réglable sur certains modèles au prix dune complexité accrue légèreté en bouche à considérer - Autres points: 4 sorties MP minimum : Det principal, Octopus, Direct System, Direct System pour combi étanche 1 sortie HP, idéalement 2 si possible bien espacées des sorties MP si utilisation prévue dune sonde de pression sans fil DIN ou Etrier selon lutilisation, DIN 300b peu développé, M26 uniquement sur les bouteilles de décompression

17 Compatibilités détendeurs/type de robinets AIR ou Nitrox (- de 40% oxygène) « Nitrox » M26 (>21% Oxygène) Etrier / INT / K-valve / Yoke DIN DIN comp O2 M26 (ressemble à DIN) + de 40% oxygène (bloc+det dégraissé) Etrier DINDIN comp O2 M26 / « Nitrox » M26 DINDIN M26

18 Compatibilités détendeurs/robinets/nitrox DIN: standard le plus sûr mais pas le plus répandu. Peut monter à 300bars. Standard pour la plongée profonde (« tek ») Det 300b => bouteille 230/300 b, Det 230b => bouteille 230b uniquement Etrier: standard le plus répandu mondialement. Monte jusque 232bars. Standard à privilégier pour ceux qui voyagent. Faire attention à la compatibilité bloc/détendeur, certains robinets étrier nont pas de système dinserts… Prévoir insert / adaptateur ! Un détendeur ou un bloc conçus pour lair peuvent être utilisés sans modification pour plonger avec de lair ou du nitrox jusquà 40% doxygène Le matériel vendu sous lappellation « détendeur/bouteille Nitrox » est en fait à la norme M26. Il nest pas conçu pour être utilisé sur du matériel air standard et nest utilisé quen Europe.

19 Le détendeur: les pannes Détendeur qui fuse en permanence Siège du 2eme étage usé, « marqué » Détendeur qui fuse qq instants après Problème au premier étage louverture de la bouteille De leau dans la bouche Problème au 2eme étage soit - à la membrane - à la soupape dexpiration - embout endommagé ou collier défectueux Hernie, craquelure importante sur flex Flexible à changer (DANGER) flexible poreux (bulles qui sortent) Bulles sortant des points de jonction des flex Joints internes à changer Amener son détendeur à réviser si les performances diminuent ou des anomalies apparaissent. Il sagit dune pièce déquipement dont le bon fonctionnement est vital. Après une révision, toujours effectuer une plongée dessai si un grand voyage est imminent. Rincer particulièrement le détendeur en veillant à ne pas mettre de leau à lintérieur du 1 er étage. On sèche uniquement le bouchon, pas le filtre !!

20 Le Gilet Stabilisateur

21 3 éléments à considérer: -Une enveloppe gonflable et dégonflable via un inflateur et des purges Equilibrage: doit permettre davoir une flottabilité neutre en plongée En surface: doit maintenir un plongeur en surface Assistance: doit permettre de remonter un binôme au besoin différentes tailles, différents designs - Un système de sanglage/harnais/dosseret qui permet au plongeur davoir sa bouteille sur le dos Assure le confort en plongée idéalement comme un sac à dos Des anneaux de préférence nombreux, en inox et bien placés pour accrocher dautres équipements légers (phares, parachutes) ou lourds (bouteille de décompression) - Des fonctions complémentaires pour le confort Petites poches pour le petit matériel (tables, etc…) Système de lestage largable ou non

22 La Stab : différents designs « Réglable » - le plus fréquent - Sanglage réglable - Points dattaches limités et plastiques -Volume partiellement enveloppant « Enveloppant » - le plus rare -Sanglage non réglable - peu ou pas de point dattache - Volume entièrement enveloppant « Dorsale » - Courant - Sanglage réglable - points dattache inox - Volume dorsal libre des contraintes du harnais « Wing » - Standard en « tek » -Sanglage réglable finement - Attaches très nbrses - Volume dorsal libre - Double enveloppe -Chaque élément sachète séparément

23 La Stab : linflateur Sert à gonfler et purger lentement lenveloppe 2 types: avec tuyau annelé (le plus fréquent), intégré à lenveloppe (« airtrim ») !!! Jeter un œil sur le type dinflateur de votre binome avant la plongée !!!

24 La Stab : linflateur 2 boutons (gonfler, purger), flexible déconnectable 1 embout (orifice de purge ou gonflage à la bouche en surface seulement) seuls les modèles « octopus » (ex: air2) permettent de respirer dessus Bien identifier le role des boutons (independemment formes/couleur) Inflateur + octopus Inflateur

25 La Stab : linflateur

26 La Stab : les purges Fenstop (on tire) ou Purge lente haute (« airtrim ») (très fréquente mais pas systématique) Purge rapide Haute (systématique / absente en plongée tek) Purge rapide Basse (systématique) Purge lente inflateur (systématique) !!! Jeter un œil sur les purges présentes avant la plongée !!!

27 La Stab : Méfiez-vous des purges hautes ! - Les purges hautes servent presque exclusivement en apprentissage (remontée incontrolée) ou pour simmerger « par les pieds ». - Elles ne sont pas présentes systématiquement ! Potentiellement problématique le jour où on les cherche… et quon les trouve pas !! - Elles constituent potentiellement des points de fuites: - vérifier quelles ne se dévissent pas - elles peuvent rester grippées en position ouvertes - la tirette se coince facilement sous les sangles (rplc par balles de golf) - le tuyau annelé peut être endommagé par une traction brutale pour utiliser le fenstop Vérifier systématiquement leur bon fonctionnement - 2 purges réellement indispensables: la purge lente de linflateur pour la remontée et lassistance et la purge rapide basse pour la descente tête en bas et le rinçage intérieur

28 La Stab : les pannes - Le bloc se barre sangle pas assez serrée (DANGER) - Le plongeur coule panne de purge haute ou fenstop, tuyau annelé endommagé (DANGER) - La stab ne gonfle pas pointeau du flexible de DS endommagé, déréglé, bloc fermé si DS sur dét. secondaire - La stab gonfle toute seule Inflateur bloqué (DANGER) - La stab se dégonfle lentement petite fuite sur lenveloppe, stab poreuse. - Petite fuite sur le connecteur du flexible joint interne usagé Linflateur sentretient comme une pièce de détendeur (révision…) Lenveloppe se rince intérieurement et extérieurement, vérifier lusure du flexible, tuyau annelé, état des purges.

29 Lordinateur de plongée

30 Les ordis : Principe Un capteur de pression + un programme informatique embarqué qui calcule en temps réel la saturation des tissus et affiche les informations sur la remontée en conséquence Pas rapport aux tables, une décompression optimisée… Ordi : 7 à 3m 6 à 3m MN90: 31 à 3m 43 à 3m 6 à 6m 16 à 6m 1 à 9m Profil équivalent MN90

31 Les ordis : Principe Profil équivalent MN90 …Mais des modèles mathématiques identiques sur le principe: les tables sont simplement éditées pour les profils les plus saturants et les plus simples: les profils carrés (toute la plongée est faite à la profondeur maximale) Il existe différents modèles de décompression. Aucun ordinateur nintègre le modèle MN90 mais des variantes des modèles Buhlmann ZHL-8, ZHL-16 (Uwatec), Wienke RGBM (Suunto, Mares). Ordi : 0 à 3m 6 à 3m 3 à 6m puis 9 à 3m Fin de palier MN90: 1à 3m 5 à 3m 4 à 6m puis13 à 3m Fin de palier 1 à 6m

32 Les non-ordis : la plongée aux tables Profondeur Temps °C Prof max Tables immergeables Ou « runtime » défini en plongée très profonde En dépit des apparences, la plongée aux tables na pas disparu (plongeurs pro, tek…)

33 Les ordis : laffichage Profondeur Affichage sans palier Temps °C P max Temps restant sans palier Indicateur de saturation Avec palier Prof du prochain palier Temps total remontée Indic vitesse remontée Autres infos utiles: - durée du palier - éventuellement pression bouteille et autonomie en min - info nitrox (gaz respiré, alerte PPO2max, info chg gaz)

34 Les ordis : Comment choisir ? Je ne veux plonger quà lair ordi air (occase) ou ordi air/nitrox standard <200 euros Je vais me limiter au nitrox élémentaire ordi air/nitrox (cad sans changement possible de gaz en plongée) Les produits les plus nombreux (Zoop, Gecko, Vyper, Puck…) <700 euros Je compte passer le nitrox confirmé ordi air/nitrox avec sélection possible dun autre mélange en plongée Ordi « Multimélanges » « Multigaz » (Vyper Air, Vytec, Galileo, Tec 2g, Frog…) Les plus polyvalents Jenvisage la plongée tek (trimix ou recycleur) ou veux le maximum doptions Ordi « Multigaz » (capable du trimix), open source pour certains (OSTC&DR5) parfois connecteur étanche pour recycleur (OSTC, DR5, Predator, HelO2,…) 1800 euros Je plonge aux tables (profondimètre + montre) ou « digital » <150 euros

35 Les ordis : Comment choisir ? Autres points à considérer: - est-ce que je peux changer facilement la batterie, idéalement moi-même ? - pile ou batterie rechargeable ? - est-ce que lordi peut-être mis à jour ? - Puis-je télécharger mon profil sur mon PC/Mac ? - Ecran LCD ou couleur (OLED, TFT) ? - Certains modèles existent aussi en format montre… (zoop=>D4, Vyper Air=>D6i, HelO2=>D9tx) mais cest plus cher… - Ordi à gestion dair: remplace le manomètre, indique lautonomie et majore parfois la déco en cas de respiration « anormale »: sans fil (lemetteur peut être acheté séparément de lordi) ou en console (implique dacheter son détendeur) - Boussole électronique: utilité et fiabilité variable (pas un bon critère de choix)

36 Les ordis : les pannes - Lordi ne démarre pas, se bloque Pile presque morte ou bug (DANGER) - Lordi naffiche pas la « bonne » profondeur Ordi non allumé avant de sauter à leau, problème de capteur, type deau. - Lordi ne séteint plus Contacts humides non sec - Ordi en mode erreur Procédure de remontée non respectée (vitesse, palier) (DANGER) Lordi se rince. Garder un œil sur les infos concernant létat de la pile - Compas qui nindique pas le nord Environnement (épave, bloc), capteur à recalibrer - Perte dinfo de pression Pile de lémetteur morte, interférences electriques (phares à leds ou HID, flash, scooter electrique)

37 Le petit matériel de sécurité

38 Lorientation: Compas vs Boussole vs Ordi « Boussole » : une aiguille aimantée avec rose des vents fixe « Compas »: une rose des vents aimantée avec couronne rotative graduée Fonctionne sans pile, sans calibration Chaque boussole/compas a une limite dinclinaison Doit disposer dun système permettant de suivre un cap « Compas » intégré à lordinateur Mémorisation de caps Les capteurs nécessitent dêtre calibrés régulièrement Pas de limite dinclinaison sur les compas 3D, limite non visible sur les 2D

39 Couteaux, ciseaux, line-cutter… Eezy-Cut Line-Cutter Sert à couper une ligne, filet, saucisson... Fait office parfois doutil (démanilleur…) Doit être accessible facilement Le système de verrouillage doit être manipulable avec des gants Ciseaux JESCO

40 Couteaux, line-cutter… Lame en titane ou céramique: aucun entretien nécessaire Lame en inox: rinçage et graissage car linox rouille quand même ! Saucisson post plongée Graisse silicone

41 Parachute 2 types: levage, signalisation Soupape de surpression sur les modèles à « bec de canard » (restent gonflés en surface) gonflage par un détendeur, par DS, par mini-bouteille Obligatoire: 1 parachute par palanquée (idéal: 1 parach/plongeur car 2 parachutes côte à côte = besoin dassistance et en cas de perte de binome) Type levage gonflage par détendeur (utile pour remonter une ancre mais peu visible en surface) Signalisation sans purge Signalisation à soupape Signalisation à purge et gonflage par direct system

42 Parachute et bout Limportant est davoir au moins 10m de bout entre le parachute et le plongeur pour effectuer les paliers les plus courants Le plus classique: La corde enroulée sur un plomb de parachute. Le plus versatile: Le dévidoir. Permet le largage en profondeur du parach. Nécessite un peu dentrainement mais peut servir également de fil dAriane en eaux chargées (genre établir un chemin entre lancre du CDF et une épave) NB: toutes les marques courantes (Scubapro, Mares, etc) sont à éviter sur ce type de produit.

43 Dautres équipements de sécurité quon peut avoir sur certaines destinations Flasheurs Fait mal aux yeux en plongée mais visible de très loin en surface. Piles changeables Fait pas mal aux yeux en plongée mais invisible en surface. Piles non changeables Miroir avec visée, sifflet (nautisme) Système de détresse satellite (EPIRB) en caisson étanche VHF étanche en plongée (Nautilus lifeline) Et aussi feux de détresse, fumigènes, pointeurs laser étanche…

44 Bonus: le « Save-A-Dive » kit !!

45 Les petites pièces et outils qui pourront vous sauver une plongée Consommables (lessentiel) - Sangle de masque - Sangle de palme - Joints toriques bouteilles - Joints toriques détendeur DIN - Joints toriques flexibles MP/HP - pivot HP (petite pièce mobile entre le manomètre et flexible HP) - insert bouteille - adaptateur DIN/Etrier (si detendeur DIN) - bouchons de ports HP/MP de détendeur - pile de remplacement pour ordinateur - colliers rilsan - embout de détendeur - graisse silicone - marqueur indélébile Outillage - Pince multifonction - Outil multifonction plongée XScuba - Jeu de clés allen - Clé(s) à molette - ou outil spécial - fixe palme (pour les détendeurs quon arrive plus à retirer du bloc) Le tout dans une boîte hermétique et résistante (pelicase, otterbox, etc…)

46 Le mot de la fin Noel approche !! Lhiver est la période idéale pour séquiper… (les fêtes, les soldes) Ne pas hésiter à se faire plaisir / faire plaisir (noubliez pas vos formateurs…) Et apprendre à connaître son matériel avant les plongées du printemps !


Télécharger ppt "Niveau 2 2012 - 2013 Programme théorique de la formation."

Présentations similaires


Annonces Google