La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Restitution projet thématique Agriculture et Climat Février 2008.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Restitution projet thématique Agriculture et Climat Février 2008."— Transcription de la présentation:

1 Restitution projet thématique Agriculture et Climat Février 2008

2 - Présentation des étudiants: Rôle ambivalent de lAgriculture dans le phénomène de réchauffement climatique Les biocarburants en Europe : analyse de lefficacité dune politique publique Réflexion sur la mise en œuvre dune politique agricole de réduction de gaz à effet de serre : application à la production laitière en région Bretagne Analyse des propositions du Grenelle de lenvironnement au regard des enjeux relatifs au thème Agriculture & climat -Débat et bilan de cette restitution Déroulement de la restitution

3 Rôle ambivalent de lAgriculture dans le phénomène de réchauffement climatique Synthèse du travail réalisé pendant la première phase du projet : Agriculture et Climat Émilie, Tatiana, Jérémie, Thomas, Fabien

4 Lagriculture saura-t-elle concilier accroissement de production et limitation des émissions de GES ? - Défis de lagriculture : - Nourrir 9 milliards dindividus dici à Sadapter aux changements climatiques. - Agriculture et Gaz à Effet de Serre (GES) - A lorigine démissions de GES - Potentiel de réduction des émissions de GES. Rôle ambivalent de lAgriculture dans le phénomène de réchauffement climatique

5 Accroissement de la demande en produits agricoles: –Evolution de la démographie. –Changement des régimes alimentaires. –Usage non alimentaire des productions agricoles Offre malgré tout suffisante à l'horizon 2017: Source : OCDE, FAO, 2006 Une offre suffisante mais inégale face à une demande toujours en évolution

6 Répartition géographique des risques dus au réchauffement climatique Asie - Risque accru dinondations, davalanches, de glissements de terrain, et de perturbation des ressources en eau - Augmentation du risque de pénurie alimentaire par le déclin de la productivité agricole (-30% en 2050) Amérique latine - Chute de la biodiversité, assèchement des sols - Salinisation et désertification des zones agricoles Afrique - Pénurie deau - Réduction des zones disponibles pour lagriculture - insécurité alimentaire - Augmentation du niveau de la mer: populations des grands deltas Australie/Nouvelle-Zélande - Problèmes dapprovisionnement en eau. - Communautés côtières: Augmentation du niveau de la mer - Attente de certains bénéfices : augmentation de la période de végétation, diminution des gelées, baisse de demande énergétique en hiver Amérique du Nord - Perturbation du système forestier: parasites, maladies et incendies. - Croissance des rendements agricoles de 5 à 10% Europe - Retrait des glaciers, saisons de croissance plus longue, déplacements des espèces et risques sanitaires dus aux vagues de chaleur - Productions agricoles et croissance des forêts accrues mais risques dinondations en hivers

7 Source: IPCC, Dioxyde de Carbone (CO2) ; PRG de 1 par définition. Méthane (CH4) ; PRG = 23 Protoxyde d'Azote (N2O), PRG=296. Rôle de l'Agriculture dans les émissions de GES

8 Source: Auteurs à partir données EPA, 2004 Changement dutilisation des sols : résultat des pratiques agricoles (déforestation, élevage) à hauteur de 60 % (FAO). Agriculture alors responsable de près d'un quart des émissions mondiales. Emissions mondiales: Teq CO2 par an. Rôle de l'Agriculture dans les émissions de GES

9 Emissions en aval et amont de lagriculture: pas prises en compte. Cultures destinées à lalimentation animale: 70% (FAO) Elevage: lactivité agricole principale émettrice de GES. Source: Auteurs à partir données EPA, 2004 Rôle de l'Agriculture dans les émissions de GES

10 AtelierPropositions de réduction démission des GES Elevage Diminution du cheptel Augmentation de la productivité Modification de lalimentation bovine Gestion des déjections (méthanisation) Culture Développer les légumineuses et les protéagineux Séquestration du carbone dans le sol (augmenter la matière organique du sol) Promouvoir les techniques de non-labour Gestion de lépandage (limiter lémission de N2O) Utilisation de lénergie sur lexploitation Gestion du carburant (réglage et entretien du matériel agricole) Gestion du chauffage des bâtiments agricoles (en électricité, amélioration du rendement des chaudières…) Source: Solagro (2004). Lagriculture et la sylviculture, sources mais aussi puits de GES

11 Déforestation: « puits de carbone » et « sources de carbone » Les bioressources : seules matières renouvelables permettant de substituer pratiquement la plupart des produits issus du pétrole. Exemple : agro-carburants de deuxième génération : –Produits à partir de déchets végétaux et à base de cellulose –Meilleur rendement que les agrocarburants de première génération. –Evite une compétition entre les productions alimentaires et non- alimentaires. Lagriculture et la sylviculture, sources mais aussi puits de GES

12 Augmentation de la demande mondiale Une offre suffisante mais un réchauffement climatique qui va creuser les inégalités entre les régions du monde. Lagriculture, secteur contributeur du réchauffement. Lagriculture, secteur à haut potentiel de réduction des émissions. Conclusion

13 Discussion Engagement de l Union européenne à baisser ses émissions de GES de 20 % d'ici à 2020 Attribution à chaque Etat dun plafond d'émissions de CO 2 pour les secteurs non couverts par des quotas Diminution du secteur agricole de ses propres émissions et ouvertures vers de nouvelles perspectives permettant de réduire les émissions d'autres secteurs Protocole de Kyoto: 2012 nouvelles négociations L'Europe saura t-elle montrer l'exemple aux autres pays et promouvoir les mécanismes de flexibilité du protocole grâce à sa politique environnementale ?

14 Les biocarburants en Europe : analyse de lefficacité dune politique publique Hélène COULON, Michaël DESPEGHEL, Gwenolé DESPRES, Lénora JAN

15 Politique de développement des biocarburants Objectifs d'incorporation : 10% dans les transports en 2020 Substituts aux énergies fossiles + Bilan GES plus avantageux Kyoto : outil de lutte contre le réchauffement climatique

16 Les biocarburants : un vaste champ de recherche Evaluation de lefficacité écologique –Bilan énergétique –Bilan émission gaz à effet de serre Evaluation de lefficacité économique –Impact sur les marchés agricoles –Impact sur la balance commerciale

17 Analyse de lefficacité budgétaire de la politique de développement des biocarburants

18 La politique en faveur des biocarburants Niveau UE : aide à la production (45 /ha) –Blé Ethanol ETBE (47% éthanol + 53% Isobutène) –Colza Huile végétale EMHV ( 91% HV + 9% Méthanol) Niveau français : défiscalisation (TGAP) –ETBE 37/hl en 2005 –EMHV 60/hl en 2005

19 Analyse de lefficacité budgétaire Indicateur : coût budgétaire de la tonne de gaz à effet de serre non émise Point de comparaison : prix du droit démission (MAT européen échéance décembre 2008) Hypothèse : la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre est le seul objectif de cette politique

20 Calcul de lindicateur (I) Aide à la production (/ha) Coût budgétaire par unité dénergie (/kj) Rendement agronomique (kg/ha) Concentration énergétique (kj/kg) Proportion de bioénergie

21 Calcul de lindicateur (II) Aide à la production (/ha) Coût budgétaire par unité dénergie (/kj) Défiscalisation (/hl) Masse volumique (kg/l) Concentration énergétique (kj/kg)

22 Calcul de lindicateur (III) Aide à la production (/ha) Coût budgétaire par unité dénergie (/kj) Défiscalisation (/hl) Hypothèse : Productivité énergétique des biocarburants = celle de leurs substituts fossiles Quantité de GES non émise (g eq CO 2 /kj) = IES fossile - IES biocarburant Coût budgétaire de la tonne de gaz à effet de serre non émise (/tonne eq CO 2 )

23 Résultats (I) : Coût budgétaire de la tonne eqCO 2 non émise via la politique d'aide à la production (/t)

24 Résultats (II) : Coût budgétaire de la tonne d'eqCO 2 non émise via la politique de défiscalisation (/t)

25 Résultats (III) : Comparaison du coût budgétaire* de la tonne d'eqCO2 non émise et du prix du droit d'émission (/t) *ADEME

26 Discussion (I) : Indices effet de serre : comparaison des données choisies Différences entre les IES des biocarburants : SourceEssenceETBE (blé)DieselEMHV ADEME CONCAWE (hyp basse) CONCAWE (hyp haute)

27 Discussion (I) : Indices effet de serre : comparaison des données choisies Différences entre les IES des biocarburants Allocation des GES émis au co-produits –ADEME : allocation massique –CONCAWE : allocation énergétique

28 Discussion (II) : Comparaison des différents types de biocarburants EMHV moins coûteux IES de lEMHV est plus faible : –Processus de production plus économe en GES –Proportion de biocarburant plus élevée

29 Discussion (III) : Comparaison du coût des politiques au prix de la tonne de CO 2 sur le marché des droits à émettre Politique européenne apparaît plus efficace / défiscalisation / marché Objectifs associés différents : –Soutiens aux revenus agricoles –Développement dune nouvelle filière

30 Conclusion Choix des filières : EMHV plus efficace Défiscalisation : remise en question ?

31 Réflexion sur la mise en œuvre dune politique agricole de réduction de gaz à effet de serre : application à la production laitière en région Bretagne Coraline CHARBONNEAU, Pierre DEFRANCE, Mathieu DUFOUR, Louise FERNANDES, Alan KLOAREG, Guillaume VIVANT

32 Questions initiales Sources principales de GES en agriculture ? Sur quoi doit agir une politique de réduction ? Comment inciter à moins émettre ? Intérêt de létude ? Lier prix des produits et émission

33 Cadre de létude Étude du cas breton À la production laitière –Il y a différents systèmes de production –Quelles sont leurs émissions respectives? –Quel critère pour différencier les systèmes de production : Critère relatif au degré dintensification : différentes typologies Données utilisées : RICA 2000, OTEX 41 (lait)

34 Méthodologie 1 : Relation économique 2 : Relation agronomique 3 : Relation entre émission et prix du lait Émission GES = g (Q produite ) Q produite = f (P lait ) Émission GES = h (P lait )

35 Intérêt : Emissions = f (Prix) prix Quantité Emission Global Type 2 Type 1 Type 2 Global Offre Px donné Q1Q2Q tot E1 E2 E tot E2E1E tot Emission = h (prix)Type 1 Type 2 Global

36 Méthodologie : 1. Q produite = f (P lait ) Quotas donc pas de relation directe entre P et Q Coût marginal assimilé à une fonction doffre Cm = f (Q produite )

37 Charges dexploitation = f (Q lait )

38 Coûts marginaux = f (Q lait )

39 Sources démissions par poste : –Carburant –Aliments concentrés –Fermentation entérique (CH4) –Engrais En équivalent CO2 Travaux de recherche (J.F. Ruas, P. Dupraz, H. Van der Werf) Méthodologie : 2. Émissions GES = g (Q produite )

40 Pas de différence entre intensifs et extensifs Résultats : 2. Émission GES = g (Q produite )

41 Résultats : 3. Émission GES = g (P lait )

42 Politique : taxe au carbone P lait Emission taxe prix Δ E int Intensifs Extensifs Global Δ E ext Δ E global

43 Émissions non directement liées à lintensification Politiques : –Directe : sur les émissions de GES –Indirecte : sur la production de lait Conclusions

44 Fonction doffre individuelle Reste à faire lextrapolation au niveau de la filière Non prise en compte du foncier Court Terme Typologie A mieux adapter pour bien différencier les systèmes en termes démission de GES Prise en compte des GES seulement Non prise en compte des autres pollutions (sol, eau, paysage…) Émissions / produit vs. émissions / surface ? Limites de létude

45 Merci pour votre attention!!! Remerciements : J-F. Ruas P. Dupraz H. Van der Werf Cathie, Carole et Maryline

46 Quelle prise en compte des relations agriculture-climat ?

47 Pourquoi cette question ? Lagriculture représente près de 15% des émissions de G.E.S. mondiaux Au niveau mondial lélevage représente 9% des émissions totales de G.E.S. (dont 40% des émissions de CH4 et 65% des émissions de NO2) Répartition des émissions des G.E.S. en France par secteurs dactivités

48 Les objectifs du Grenelle Réunir pour la première fois lEtat et les représentants de la société civile afin de définir une feuille de route en faveur de lécologie, du développement et de laménagement durables. Aboutir à la fin du mois doctobre 2007 à un plan daction de mesures concrètes et quantifiables recueillant un accord le plus large possible des participants.

49 Lorganisation du Grenelle Groupes de travail Réunions interrégionales Chats et forums internet grand public Tables rondes Les comités opérationnels Début juillet- fin septembre 2007 Fin septembre- Début octobre Fin octobreJanvier – février 2008 Etape 1 Elaboration de Propositions dactions Etape 2 Consultation du public et des interrégions Etape 3 Décision Etape 4 La phase opérationnelle

50 Les propositions du Grenelle Maîtrise énergétique des exploitations agricoles –Objectif = 30% dexploitations agricoles à faible dépendance énergétique en 2013 Développement des biocarburants de deuxième génération et des biogaz Agriculture durable et productive –Réduction des intrants et approfondissement de la recherche agronomique –Certification 50% des exploitations en 2012, en HVE (Haute Valeur Environnementale) ou en Biologique –6% de la SAU en Biologique dici 2010, et de 20% dici 2020

51 Les limites du Grenelle Élevage et climat : le rendez-vous manqué du Grenelle –Élevage = 80% des émissions de GES de lagriculture française –Aucune mesure directe Controverses autours des agrocarburants de première génération –Opposition sur la rentabilité économique et environnementale des agrocarburants de première génération Impasse des discussions étude de lADEME

52 Conclusions Le Grenelle a permis une remise à plat globale des problèmes écologiques avec de nombreuses avancées De nombreuses améliorations sont à envisager sur : – les pratiques agricoles – les modes de consommations – la question de lélevage –les produits agricoles non alimentaire Quid de la loi dorientation de 2008 ? Le Grenelle, un exemple à suivre ? marion: On d é voile pas trop les am é liorations cf. notre 4pages marion: On d é voile pas trop les am é liorations cf. notre 4pages

53 Pour en savoir plus Grenelle de l'environnement : Quelle prise en compte des relations agriculture-climat ? Bodénan J.C, Lesurf L, Czerwinski X, Chantret F, Villacampa M. (2008) Le site du Grenelle de lEnvironnement :


Télécharger ppt "Restitution projet thématique Agriculture et Climat Février 2008."

Présentations similaires


Annonces Google