La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

PCEM1 Indicateurs de santé Pascal Astagneau Gérard Bréart.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "PCEM1 Indicateurs de santé Pascal Astagneau Gérard Bréart."— Transcription de la présentation:

1 PCEM1 Indicateurs de santé Pascal Astagneau Gérard Bréart

2 PCEM1 PLAN 1. Mesure de létat de santé de la population 2. La paradoxe français

3 PCEM1 Etat de santé d une population définition « état de bien être physique et moral dun groupe dindividus à un moment ou sur une période donnée » => phénomène dynamique de la naissance à la mort

4 PCEM1 Indicateurs de santé morbidité : mesure dune maladie ou de létat de santé dune population mortalité: mesure des décès dans une population

5 PCEM1 Indicateurs de morbidité (1) Prévalence : nombre de cas (nouveaux + ancien) dune maladie (m) à un moment donné (t) si N= population étudiée à t => taux de prévalence: P= m/N

6 PCEM1 Indicateurs de morbidité (2) Incidence : nombre de nouveaux cas dune maladie (m) survenus pendant la période risque (t1 à t2) sur la population exposée au risque entre t1 et t2 => taux dincidence : m/N(t2-t1)

7 PCEM1 Taux dincidence Durée d exposition au risque t1 t2

8 PCEM1 p = i.d d = durée moyenne de la maladie M G DC Exemple : linfection VIH depuis la trithérapie

9 PCEM1 Incidence et prévalence du VIH Infections ou décès pour 1000 adultes Année écoulées depuis le début de lépidémie Source : Banque Mondiale pour la Politique de développement

10 PCEM1 Indicateurs démographiques en France INSEE-CREDES 1997

11 PCEM1 Mortalité Taux de mortalité : nb de DC (d) pendant une période t / effectif moyen de la population pdt t (N) = > taux brut: nDC / N habitants => taux spécifique: pour une maladie, par classe dâge… Données en France - Tx brut : 920 / varie de 55 / < 25 ans à 7600 / ans diminue aux âges extrêmes

12 PCEM1 Mortalité Ne pas confondre avec : létalité : n DC / N malades ex: MCJ mortalité 1 / 1 million létalité 100% mortalité proportionnelle : nDC / N DC cf statistiques et causes de décès

13 PCEM1 Espérance de vie Définition Moyenne des âges au décès en prenant comme base la mortalité dune année donnée et rapportée à une cohorte fictive

14 PCEM1 Espérance de vie - Augmente de 0.2 an/an -Différence importante hommes/femmes : A la naissance (en 1999) 75 ans pour les hommes 82,5 ans pour les femmes A 60 ans 20,2 ans pour les hommes 25,5 ans pour les femmes -Meilleur rang de la France pour EV à 65 ans que EV à la naissance

15 PCEM1 France ESPERANCE DE VIE EUROPEENNE (2003) Années Source : Council of Europe, Demographic Yearbook Homme Femme

16 PCEM1 Mortalité infantile Indice de mortalité infantile: nb denfants DCD avant 1 an / 1000 naissances vivantes Indice de mortalité néonatale nb denfants DCD avant 28j / 1000 naissances vivantes Indice de mortalité périnatale nb de morts foetales et de DC avant 7j/ 1000 morts-nés et naissances VV

17 PCEM1 Evolution du taux de mortalité infantile dans quelques pays de l'OCDE Source IRDES (ex CREDES) 2003

18 PCEM1 Espérance de vie et taux de mortalité infantile (France Métropolitaine)

19 PCEM1 Causes de mortalité dans le monde

20 PCEM1 Causes de mortalité en France DC tout âgeDécès avant 65 ans CausesHomFemTotHomFemTot Maladies cardioV Tumeurs Morts violentes Maladies respiratoires

21 PCEM1 LA MORTALITE PREMATUREE Définition : avant 65 ans Nombre = /an Hommes Femmes

22 PCEM1 MORTALITE PREMATUREE Origine Cancer 1/3 chez les hommes 1/2 chez les femmes Evitabilité –Liée aux comportements -> prévention »Tabac »Alcool »Accident »Suicide »Sida –Liée au système de santé-> dépistage »Cardio-vasculaire »Cancer

23 PCEM1 SURMORTALITE CHEZ LES HOMMES Comparaison France / Angleterre-Galles Selon les 2 premières causes (hommes) < 25 ans accident suicide ansSIDA suicide ansCancer V.A.D.S. Alcoolisme

24 PCEM1 Années potentielles de vie perdue (1 à 64 ans)

25 PCEM1 Classement des pathologies selon les indicateurs

26 PCEM1 Le paradoxe français De bons indicateurs de santé –Dans l Union européenne: La France est en 4ème position pour l espérance de vie à la naissance (78 ans en moyenne) Elle est en 1ère position pour l espérance de vie à 65 ans (16 ans/homme et 20 ans/femme) Elle a le taux de mortalité cardio-vasculaire le plus bas Elle possède un faible niveau de mortalité pour les ans avec, notamment,un taux de mortalité infantile qui a diminué de moitié en 7 ans.

27 PCEM1 Le paradoxe français Des évolutions positives (1): –Poursuite de la baisse de la consommation d alcool –Baisse de la mortalité: cardio-vasculaire, liée aux chutes des personnes âgées, par sida, grâce à la généralisation des trithérapies, due à la mort subite du nourrisson

28 PCEM1 Le paradoxe français Des évolutions positives (2): –Amélioration notable de la qualité de vie des personnes âgées grâce au développement de la chirurgie de la cataracte, à l implantation plus fréquente de prothèses... –Amélioration de la prise en charge de la douleur –Amélioration de l accès aux soins et de la lutte contre l exclusion par la CMU –Amélioration de la démocratie sanitaire par la participation des usagers.

29 PCEM1 Le paradoxe français Un effort financier important par rapport aux ressources disponibles: –10% du PIB consacré aux dépenses de santé en 2000 (soit 140 millions d euros) 4e rang des pays de l OCDE pour la part du PIB consacrée à la santé en 1998 (11e rang pour les dépenses de santé par habitant) De 1995 à 2000, une hausse moyenne des dépenses de santé de 1,5% par an hors inflation

30 PCEM1 Le paradoxe français Des situations paradoxales (1): –La mortalité prématurée (ou le nombre de décès avant 65 ans) est forte en France. Cette surmortalité réduit considérablement l espérance de vie à la naissance, notamment par rapport aux autres pays de l Union Européenne. Elle traduit un recours encore trop faible à la prévention primaire.

31 PCEM1 Le paradoxe français Des situations paradoxales (2): –Les inégalités de santé sont marquées entre: sexes: l écart d espérance de vie entre femmes et hommes est de 7,5 ans (82,7/75,2) catégories sociales: l écart masculin de l espérance de vie à 35 ans entre les cadres/professions libérales et les ouvriers non qualifiés est supérieur à 6 ans (44,5/38), régions: l écart de l espérance de vie à la naissance entre un homme de Midi-Pyrénées et un homme du Nord pas de Calais est de 5 ans (76/71)

32 PCEM1 Le paradoxe français Des situations paradoxales (3): –le taux de couverture vaccinale est couvent insuffisant en regard de la forte densité médicale et de l importance du recours au système de soins, en particulier pour le ROR. –Le taux élevé d IVG est le témoin d une pratique insuffisante de la contraception.

33 PCEM1 Le paradoxe français Des situations paradoxales (4): –Le recours facile et parfois inapproprié aux antibiotiques induit des résistances bactériennes. Il faut alors prescrire des molécules plus puissantes et plus chères pour être efficace alors que la consommation d antibiotiques est déjà très importante en France. –les services d urgence sont sursaturés alors que parallèlement, la densité des médecins libéraux est forte en milieu urbain.

34 PCEM1 Le paradoxe français Un paradoxe expliqué par certaines orientations de politiques de santé: –Depuis l après-guerre l offre de soins est considérée comme LE pilier des politiques de santé. –Or, une réelle politique de promotion de la santé doit associer des démarches préventives aux soins curatifs. –D autant que les inégalités de santé reposent plus sur des inégalités d accès à la prévention que sur des inégalités d accès aux soins.

35 PCEM1 Le paradoxe français Le financement du système de santé est inadapté: –les modalités de financement sont toujours fondées sur la règle de « l annualité budgétaire ». –Or, les problèmes de santé actuels sont dominés par les maladies chroniques, impliquant une gestion du risque sur le long terme et, nécessitant des programmes à financement pluriannuel.

36 PCEM1 Le paradoxe français La complexité et le cloisonnement du système de santé entraînent une opacité et une perte d efficience –Les nouvelles réformes créent de nouvelles structures qui se surajoutent aux anciennes sans les remplacer. Les compétences ainsi réparties se complexifient. –La logique hiérarchique, verticale, perdure malgré la décentralisation. Elle a été complétée par une logique horizontale, contractuelle. C est le subtil « processus à la française »

37 PCEM1 Des situations paradoxales telles que: - la mortalité prématurée élevée (décès survenant avant 65 ans) -les inégalités de santé marquées entre sexes, catégories sociales et régions -le taux de couverture vaccinale souvent insuffisant... De bons indicateurs Des évolutions positives Un effort financier important EXPLIQUÉES PAR MAIS Des politiques de santé axées sur l offre de soins un financement du système de santé inadapté La complexité et le cloisonnement du système de santé

38 PCEM1 Objectifs … Faire face au vieillissement de la population Réduire la mortalité prématurée et les inégalités de santé Améliorer la performance du système de santé


Télécharger ppt "PCEM1 Indicateurs de santé Pascal Astagneau Gérard Bréart."

Présentations similaires


Annonces Google