La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Vers le Nord-est Projet « Autour du Brahmapoutre » F. Jacquesson Les langues.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Vers le Nord-est Projet « Autour du Brahmapoutre » F. Jacquesson Les langues."— Transcription de la présentation:

1 Vers le Nord-est Projet « Autour du Brahmapoutre » F. Jacquesson Les langues

2 Groupes selon les langues Populations à dialectes taï Populations à dialectes taï et le parler ahom disparu. et le parler ahom disparu. Populations à dialectes indo-aryens Populations à dialectes indo-aryens (assamais, bengali). Populations à langues tibéto-birmanes, dont : Populations à langues tibéto-birmanes, dont : Groupe Tani (nishi, mishing, galong etc.) Groupe Tani (nishi, mishing, galong etc.) Groupe Mishmi Groupe Mishmi Groupes « Naga » Groupes « Naga » Groupe Kuki-chin Groupe Kuki-chin Groupe Boro-garo Groupe Boro-garo Populations à langues mon-khmères Populations à langues mon-khmères (groupe les langues Khasi) Chhinjo Meyor en Cette jeune femme parle une langue très rare, le Zakhring-Meyor ou Zaiwa.

3 Dans cette région, les langues les plus anciennement attestées semblent bien être les langues du groupe Khasi. Aujourdhui, ces langues ne sont plus parlées que dans les collines orientales du Meghalaya. 1. Langues Khasi Ces langues Khasi, au nombre de 4 ou 5, sont proches par leur vocabulaire et leur grammaire des langues dites « Mon-khmères » parlées en Asie du Sud-est et notamment au Cambodge et au Viet-nam. On considère souvent que ces langues Khasi sont lultime témoignage dune extension vers lInde des langues Mon-khmères. Peut-être témoignent-elles dun ancien « pont » jeté entre les langues Mon-khmères et les langues Munda, parlées en Inde.

4 2. Langues Tibéto-birmanes Ensuite, apparaissent dans la région des langues Tibéto-birmanes. Nous sommes en effet entre Tibet et Birmanie. Ces langues sont très diversifiées. Leur « classification » est difficile. Quelques groupements se dégagent, avec des degrés de cohérence assez divers. Tani Mishmi Naga Kuki Boro-garo Les surfaces colorées ici ne représentent quune approximation. Dabord, il existe des langues Tibéto-birmanes dans dautres endroits. Ensuite et surtout, dans les zones colorées, on parle souvent dautres langues aussi. Beaucoup de gens sont bilingues, trilingues, ou mieux encore.

5 3. Langues Indo-aryennes Vers le début de lère chrétienne, linfluence de lInde centrale commence à sétendre vers lest. Le prestige de la culture des brahmanes se manifeste dans les donations des princes des « tribus », qui shindouisent peu à peu. La langue du flanc oriental de lInde ancienne, la magadhi, se répand en dialectes divers : cest le début de la formation des nombreux dialectes bengalis et assamais. De nos jours, assamais et bengali, proches lun de lautre, sont les langues de communication dans le Nord-est indien. Ce sont les langues des media, et de linstruction publique ; avec langlais.

6 4. Langues Taï Depuis le XIIe siècle, de petits groupes de langues Taï se sont infiltrés en Assam, en provenance de haute Birmanie. Ces groupes, à lorigine, venaient de Chine. Ceux qui sont arrivés au XIIe siècle dans la vallée du Brahmapoutre se sont plus tard appelés « Asam », et ce sont eux qui ont ensuite donné son nom à lAssam : Aasm en écriture locale. Ce mot est de nos jours prononcé Ahom et cette tradition Taï, dans la littérature française ou anglaise, est souvent appelée Taï-Ahom. Cette langue a disparu au XVIIe siècle. Aux XVIIIe et XIXe siècles, dautres groupes de langue Taï sont arrivés en Assam, notamment les Khamti.

7 5. Langues Munda des travailleurs du thé Loccupation anglaise, à partir de 1826, sest faite sous limpulsion des planteurs de thé, qui trouvaient en Assam un terrain favorable à la culture de cette plante. Jusqualors, les Anglais importaient le thé depuis la Chine, à grands frais. Mais sur place, pas de main dœuvre. Il fallut importer des ouvrières et ouvriers, en masse, depuis lInde centrale. Des dizaines de milliers de gens. Le plus souvent, il sagissait de populations de langues Munda. Les Tea Gardens, les exploitations de thé, ont longtemps été un monde clos, où la main dœuvre vivait loin de chez soi, et séparée de la population locale.

8 Le Nord-est indien est donc une région aux langues très diverses. Sur un territoire moins grand que la France, on parle plus de cent langues. Pour les linguistes, les anthropologues, les jeunes gens qui veulent « voir le monde », le Nord-est indien est une région extraordinaire. Toutefois, cette diversité est très inégalement répartie. La densité linguistique est très forte dans certains coins, beaucoup plus faible dans dautres. Dautre part, les différences dune langue à lautre peuvent être plus ou moins poussées, accroissant ou atténuant leffet du nombre plus ou moins grand de langues. On peut ainsi proposer, en excluant les langues des travailleurs du thé, une carte des zones plus ou homogènes, pour ce qui est des langues. Binoy (à g.) et Bikash Roy Debbarma sont, chacun a sa façon, deux personnages de la communauté Borok de létat du Tripura. Tous deux parlent kokborok, une langue Tibéto-birmane de type Boro-garo. Cette langue était autrefois très répandue au Tripura. Elle est maintenant menacée par lextension de la langue bengali.

9 Zones « froides » et »chaudes » de la diversité linguistique Nous avons tenté de représenter ici, pour le Nord-est indien, par des couleurs plus bleues les zones où les différences linguistiques sont moins marquées; par des couleurs plus rouges les zones où les langues sont à la fois plus nombreuses et plus distinctes. Ce schéma donne une idée de la situation actuelle. Si nous pouvions dresser la même carte vers lan mil, aurions-nous une situation différente ?

10 La diversité des langues est le résultat de deux phénomènes au moins, et qui vont en sens inverse. Dune part, la diversité actuelle peut résulter dune diversité antérieure : si des gens parlant des langues diverses se rencontrent dans une région, cette région aura, au moins pendant quelque temps, une plus grande diversité linguistique. Dautre part, la diversité linguistique peut très bien être un produit récent et local. La diversité nest pas quun héritage, elle peut aussi être un résultat, elle se crée – autrement, elle nexisterait pas. Or, elle se crée dans deux circonstances. Ou bien quand des gens qui parlaient des dialectes proches perdent contact : les dialectes tendent à devenir de plus en plus distincts. Ou bien quand des gens sont voisins et rivaux : ils recherchent toutes les occasions de rendre leurs parlers distincts. Saussure appelait cela « lesprit de clocher », et plus tard Bourdieu a décrit ce goût parfois fanatique de la distinction. Biphul Chandra Deuri, locuteur excellent de deuri, une langue quon a souvent cru disparue. Une maison mishing, un voisinage accueillant


Télécharger ppt "Vers le Nord-est Projet « Autour du Brahmapoutre » F. Jacquesson Les langues."

Présentations similaires


Annonces Google