La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Blois sur les bords de la Loire Cliquez à chaque vue.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Blois sur les bords de la Loire Cliquez à chaque vue."— Transcription de la présentation:

1

2 Blois sur les bords de la Loire Cliquez à chaque vue

3 Blois et ses vieux quartiers

4 Blois et ses belles demeures de la Renaissance

5 LHôtel dAlluye 8, rue St Honoré à Blois Florimond de Robertet ( ), trésorier de France et secrétaire des rois successifs Charles V111, Louis X11 et François 1 er, se fait construire un magnifique hôtel en 1498 de style Renaissance Italienne. Florimond de Robertet possédait le fief beauceron dAlluye. Cest pourquoi lhôtel porta ce nom.

6

7 Sculptures ornementales de la façade, côté rue

8 Hôtel Sardini 7, rue du Petit Chatel à Blois

9 Hôtel Sardini Façade côté jardin (25, 26 rue Vauvert à Blois) Un petit jardin botanique a été recréé pour montrer latmosphère des jardins du 16 e siècle. Il était à la fois un jardin potager (fenouil, fraises) garni de plantes médicinales (herbe aux poumons, herbe à éternuer) ou aromatiques ( menthe, sauge) et jardin dagrément (roses autour dune fontaine).

10 Hôtel Sardini 25, 26 rue Vauvert à Blois La grange du 16 e siècle est lancienne écurie de lhôtel Sardini et a servi au 17 e siècle de dépendance pour le grenier à sel de Blois

11 Qui était Sardini ? Scipion Sardini était un italien. Il accompagna ses frères en France et les assista dans leur négoce. Il accumula très vite une fortune considérable et dès 1560, il prêta de largent à la Cour de Catherine de Médicis. A partir de cette date, son ascension fut fulgurante : Il fit lacquisition en 1565 dun hôtel fastueux parisien qui existe toujours (5 e arrondissement) qui prit son nom. Il soffrit un hôtel à Blois qui prit également son nom. Deux ans plus tard, il épousa une suivante de la Reine, Isabelle de la Tour dAuvergne (elle fut légérie de Brantôme et de Ronsard). Il eut, grâce à ce mariage, le titre de vicomte de Buzancy. Il devint très impopulaire lorsquil augmenta certains impôts. On dît alors : « Naguère sardine, aujourdhui grosse baleine. Cest ainsi que la France engraisse les petits poissons italiens ». En 1600, Scipion Sardini devint le propriétaire du Château de Chaumont-sur-Loire.

12 Le grenier à sel Cest la maison où était déposé le sel et où on le vendait. Ce bâtiment a abrité également la juridiction chargée de juger les différends relatifs à limpôt sur le sel, la gabelle. A Blois, Charles V1 concède aux habitants le droit de vendre du sel mais en contrepartie, il leur demande largent nécessaire à lentretien des ponts et des fortifications de la ville

13

14 Blois et ses escaliers

15 Hôtel Phélypeaux Cet hôtel du 16 e siècle appartint à une famille illustre blésoise (plusieurs Ministres de Louis X1V et de Louis XV). Les fenêtres furent modifiées au 19 e siècle

16 A lépoque de Louis X11, plusieurs hôtels particuliers se construisent. Lhôtel de Vareilles a été édifié sur des fondations dune ancienne demeure du 13 e siècle. Très bien restauré, il a gardé son caractère Renaissance italianisant.

17

18 Maison de limage Saint-Michel Elle doit son nom à une statue de larchange Saint-Michel qui a disparu. Au 17 e siècle, elle est la propriété dHercule de Meules qui avait bien dautres propriétés dont celle rue du Puits-Châtel (N°1) Cétait une maison médiévale qui possédait une cave voûtée du 13 e siècle. Mais au 16 e siècle, elle est transformée au goût du jour. Elle appartint à Hercule de Meules

19 Lhôtel Belot Rue des Papegaults Cette maison date de lépoque de Louis X11 mais remise au goût du jour sous François 1 er. Au 18 e siècle, un évêché est construit au débouché de cette rue. Elle ne pourra plus être empruntée. Elle ne sera pas élargie et gardera son caractère médiéval.

20 Lhôtel Belot

21

22 Entrons dans les jardins de lEvêché

23 LEvêché

24 Détail du fronton de lEvêché Les jardins de lEvêché ont été aménagés au début du 18 e siècle après linstallation du nouvel évêque dans son palais épiscopal, devenu aujourdhui la mairie de Blois.

25 Dans les jardins de lEvêché : la roseraie

26 La rose de Clarisse

27 Dans le jardin de lEvêché Albert Chartier est un sculpteur Blésois, décédé il y a 20 ans ( ) En 1929, il sculpte une Vénus avec un Satyre, intitulés le Printemps. Il obtient alors le prix « Chenavard » et la ville de Blois lui achète en 1932 cette sculpture quelle place dans le jardin de lEvêché. On retrouve la trace dAlbert Chartier à Paris, au cimetière de Vaugirard mais aucune sculpture ne viendra embellir sa tombe. Le Printemps

28 Sur la terrasse, face à la mairie, Jeanne dArc domine la ville

29 Vue de la seconde terrasse de lEvêché Pour aménager les jardins de lEvêque, les travaux ont été considérables pour détruire, à cet endroit, les vieux remparts de la ville

30 Le jardin renaissance de lEvêché

31 La seconde terrasse de lEvêché

32 La Loire, si calme ici

33 Blois et ses vieux quartiers

34 Vue de la seconde terrasse de lEvêché La mairie et la Cathédrale

35 La Cathédrale St-Louis Elle est de style gothique tardif. En effet, un violent ouragan détruisit la nef en Mais elle fut reconstruite tout de suite grâce à Colbert dont la femme était Blésoise

36 Les gargouilles de la Cathédrale St- Louis et leur végétation

37

38 En 1697, léglise devint Cathédrale.

39 La maison des acrobates La façade est ornée de petits acrobates qui ont permis, grâce à leurs vêtements, de dater la maison (époque Louis X1) Cette maison communique par la passerelle avec lhôtel de Villebresmes

40 Détails Les acrobates

41 LHôtel de Villebresme Cet hôtel fut construit à la fin du 15 e siècle pour lun des membres de la famille de Villebresme, propriétaire du château de Fougères sur Bièvre. La bâtisse enjambe la rue. Denis Papin aurait demeuré dans cette maison

42 LHôtel de Saumery Au 17 e siècle, Jacques Charron, gouverneur de Blois, marquis de Ménars, marquis de Ménars,achète lhôtel de Saumery, non loin de léglise. Mais il possède aussi le château de Ménars qui devient un royal cadeau pour la Marquise de Pompadour un siècle plus tard. Sa fille Marie Charron épouse Colbert. En 1697, Monseigneur Bertier, premier évêque de Blois séjournera dans lhôtel en attendant la construction de son palais épiscopal.

43 La tour Beauvoir rue des Cordeliers Elle fut bâtie au 11 e siècle, simplement sur une butte de terre. Elle défendait alors le domaine ou fief des Beauvoir. Le Comte de Blois lacheta en 1256 et elle fut alors intégrée aux fortifications de la ville. Cette tour servit par la suite de prison à partir de 1430 (domaine alors Charles de Blois, le Prince poète exilé à Londres) jusquen 1940

44 Rue des Cordeliers : au bout de la rue, la tour Beauvoir

45 Vieilles demeures, souvent à vendre Rue du palais

46 Rue Denis Papin Cette rue, dominée par Denis Papin, a été créée à la demande de la Marquise de Pompadour. Celle-ci avait reçu le château de Mesnars en 1760 et pour se rendre à Blois, elle devait emprunter des chemins caillouteux. Elle demanda alors à son royal amant de pourvoir aux frais dune route pavée. Mme de Pompadour nen profita pas beaucoup puisque 4 ans plus tard elle mourait de tuberculose.

47 Denis Papin Denis Papin est originaire des environs de Blois et cest sans doute la raison pour laquelle les Blésois se sont souvenus de lui. Issu dune famille bourgeoise, il fait des études de médecine mais passionné dinventions, il nexercera pas son métier. Sa passion pour la physique le conduit à réaliser « une machine à incendie » que lAcadémie des Sciences examina en Il fait également des expériences sur le vide, non pas comme un funambule, mais en créant « une machine à faire le vide », ce qui le conduit à inventer un fusil à air comprimé. En 1679, il construit « le digesteur » qui deviendra notre cocotte-minute et la machine à vapeur. En 1704, il présentera son « bateau à roues à aubes » puis 3 ans plus tard une « machine à pomper leau » par la force du feu. Denis Papin est mort dans la misère en 1712

48 Rue Chemonton, un joaillier a conservé sur sa façade lemblème de Blois : une couronne et la fleur de lys mais aussi le hérisson (Louis X11) et le loup (Blois vient du mot celtique Blaye qui signifie loup). Mais on y voit également un peu plus loin, placées dune façon non ostentatoire, deux plaques. Elles indiquent que le célèbre prestidigitateur Robert Houdin y est né le 7 décembre 1805 et que le nom moins célèbre chocolatier, Auguste Poulain y fabriqua ses premiers chocolats en 1848

49 Un musée, situé au pied du château est consacré à Robert Houdin

50 Qui était Robert Houdin ? Fin dun horloger blésois, Jean Eugène Robert, puis Robert Houdin, fut un prodigieux manipulateur, un prestidigitateur extrêmement talentueux mais aussi un inventeur. Il mit au point, 15 ans avant Edison, la lampe électrique à filament végétal, le compteur électrique et des appareils ophtalmologiques. Dans sa maison quil avait surnommée « labbaye de lattrape », il stupéfiait ses invités : les portes souvraient toutes seules, les sonnettes carillonnaient au passage des gens, et un robot à lallure dun ermite lisait la bible. Il avait également réalisé un robot pour le travail du jardin et il avait remplacé son palefrenier par des manettes qui donnaient à heures régulières lavoine aux chevaux dans ses écuries. Un aristocrate, fasciné par ses inventions, linstalla dans un charmant petit théâtre. Après un début lent, son animation firent les délices de Paris.

51 Blois, ville des fontaines ville des fontaines. Le jardin Augustin Thierry est à lemplacement des jardins du Château de Blois, au pied de laile François 1er

52 Au loin, le pont Jacques Gabriel

53 Le pont Jacques Gabriel

54 Le pont Jacques Gabriel Le Pont Jacques Gabriel qui relie les deux rives de Blois fut édifié à partir d'avril 1717 et achevé en 1724 par cet Architecte. Sa construction fait suite à la destruction en 1716 de l'ancien pont médiéval situé en aval. Il est également le dernier pont en dos d'âne construit sur la Loire. Mais ses arches ont été à plusieurs reprises restaurées (destruction suite aux invasions des Chouans en 1793 puis des Prussiens en 1870 puis des Allemands en 1940).

55

56 FinFinFinFin

57 Ce diaporama a été réalisé grâce aux photos de Claude, Nelly, Clarisse, Jean-Pierre et de la réalisatrice Il est à usage non commercial Il ne doit pas être publié Il est adressé gratuitement par courrier électronique aux amis des amis Il ne doit pas être modifié Aucune de ses vues ne doit en être extraite Merci de respecter ces consignes La réalisatrice Cath Musique du X1e siècle : Hildegard Von Bingen


Télécharger ppt "Blois sur les bords de la Loire Cliquez à chaque vue."

Présentations similaires


Annonces Google