La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Science et Société: le cas du conflit évolution / création

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Science et Société: le cas du conflit évolution / création"— Transcription de la présentation:

1 Science et Société: le cas du conflit évolution / création
Formation CIES 24,25,29,30 mars Science et Société: le cas du conflit évolution / création

2 La montée du créationnisme en Europe et en France
Introduction La montée du créationnisme en Europe et en France

3 2009: année Darwin : année de la Biodiversité
1809: naissance de C. Darwin 1859: publication de l’origine des espèces Campagne de terrain a bord du HMS beagle

4 Accueil de l’origine des espèces
1860: condamnation officielle église anglicane et catholique 1864: reconnaissance scientifique (médaille Copley Royal Society) I am not ashamed to have a monkey for his ancestor; but I would be ashamed to be connected with a man who used his great gifts to obscure the truth. Was it through his grandfather or his grandmother that he claimed his descent from a monkey? La British Association for the Advancement of Science (association britannique pour le progrès de la science) ou the BA comme l'appelle les britanniques, est une société savante créée en Cette association à but non lucratif a pour but de promouvoir l'ouverture à la science dans la société et d'encourager l'engagement de tous dans les sciences et la technologie. Elle organise chaque année un Festival de la Science à travers tout le Royaume-Uni et une Semaine de la Science. Meeting of the British Association in Oxford on 30 June 1860

5 Opposition création évolution: l’enseignement aux USA
1920: Naissance du mouvement créationniste (William Jennings Bryan). Il milite pour l’interdiction de l’enseignement de l'évolution (amendement de la Constitution des États-Unis). Le mouvement n’aboutit pas au niveau fédéral, mais en 1925, 15 États sur 48 (Bible belt) interdirent l'enseignement de l'évolution (Butler Act). 1925: Procès Scopes (un professeur de biologie), ou procès du singe (Scopes Monkey Trial), a lieu à Dayton, Tennessee (USA). Scopes condamné à une simple amende. Victoire « médiatique » des évolutionnistes. 1967: Le Butler Act est déclaré anticonstitutionnel par la cours suprême. 1982: Procès de Little Rock (« balanced treatment ») Le procès a été remporté par les évolutionnistes. 1987: Enseignement du créationnisme déclaré anticonstitutionnel par la cours suprême. 1990: Emergence du mouvement Intelligent Design 2005: Procès de Dover (qui opposa évolutionnistes et défenseurs du ID). Le procès a été remporté par les évolutionnistes. 2009: Louisiana Science Education Act autorise l’enseignement du créationnisme en cours de science en Louisianne… Et les écoles privées ont une liberté totale par rapport à l’enseignement de thèses créationnistes « It shall be unlawful for any teacher in any of the Universities, Normals and all other public schools of the State which are supported in whole or in part by the public school funds of the State, to teach any theory that denies the Story of the Divine Creation of man as taught in the Bible, and to teach instead that man has descended from a lower order of animals. » Butler Act. Le créationnisme est la croyance selon laquelle la Terre, et par extension l'Univers, a été créée par un être supérieur, un dieu. Il constitue l'une des croyances fondamentales des trois principales religions monothéistes (judaïsme, christianisme et islam) qui partagent le Livre de la Genèse. La plupart des traditions religieuses postulent, de manières très diverses, la création du monde par des puissances créatrices divines. il existe aux États-Unis depuis les années 1920 une vive opposition manifestée par les tenants du créationnisme littéraliste, souvent d'obédience religieuse. William Jennings Bryan, the Democratic Party’s three-time nominee for President of the USA. Bryan crusaded against evolution and was the prosecuting attorney in the Scopes Trial. Since the Scopes Trial, evolution has been tried 10 times in U.S. courts, and two times by the Supreme Court. In 1968, the U.S. Supreme Court struck down laws prohibiting evolution and ruled that teaching creationism in public schools would violate the constitution’s First Amendment separation between Church and State (Epperson v. Arkansas)5. Since then creationists’ have tried various ways of re-packaging creationism to get around the law. In 1981, Arkansas passed a "Balanced Treatment" Act requiring creation science to receive equal time with evolution in public schools. The next year, however, this act was over-ruled in court (McLean v. Arkansas Board of Education)10. Judge Overton (U.S. District Court) concluded that creation science is "simply not science", as it failed to meet the essential characteristics of science. Moreover, he concluded that the act is "a religious crusade, coupled with a desire to conceal this fact", and violated the First amendment’s separation of Church and State. In 1982, Louisiana passed an act requiring public schools to give equal time to creation science and evolution. Lower courts concluded that the actual goal of the act was to promote a religious doctrine, but the State appealed to the Supreme Court. In 1987, the U.S. Supreme Court ruled that the Louisiana statue is unconstitutional because creation science is not a science and instead its actual goal is to advance a particular religious belief (Edwards v. Aguillard)11. The reason for the Supreme Court’s decision is simple and clear: so-called "creation science" is not a science because it does not involve scientific research or other activities required to be an actual science. This "teach the controversy" argument seems reasonable to many people who are apparently unaware that ID is based on religion rather than science. Consequently, the ID movement (IDM) became very popular in the U.S. (e.g., in 2005, there were at least 17 bills in 13 states trying to introduce ID into classrooms), and it has become a global movement.

6 L’Intelligent Design (ID)
The theory of intelligent design is simply an effort to empirically detect whether the “apparent design” in nature acknowledged by virtually all biologists is genuine design (the product of an intelligent cause) or is simply the product of an undirected process such as natural selection acting on random variations. “Expelled: No Intelligence Allowed” rejects the notion that “the case is closed,” and exposes the widespread persecution of scientists and educators who are pursuing legitimate, opposing scientific views to the reigning orthodoxy. Argumentation (cf site): les scientifiques sont intolerants et refusent le dialogues Il y a de nb gaps dans la theorie de l’evolution qui est en fait peu soutenue par les donnees -> intolerance: pas vrai, cf papiers de tenants de l’ID publies dans Nature: Giertych M. evolution: nothing has been proved . NATURE 444 (7117): NOV Graebsch A. scientists fight creationism . NATURE 443 (7114): OCT

7 L’Intelligent Design: la face cachée
Suite à la décision de la cours suprême en 1987, changement du mouvement créationniste vers un mouvement moins biblique » et plus « scientifique », apparition de la thèse du dessein intelligent. Fondation en 1996 du Discovery Institute de Seattle (http://www.discovery.org/) qui fixe une ligne de conduite afin d’en finir avec le darwinisme et, plus généralement, avec la représentation matérialiste du monde qu’il accuse d’être à l’origine de la décadence de la civilisation occidentale. Wedge document: « Discréditant les conceptions traditionnelles de Dieu et de l’Homme, des penseurs comme Charles Darwin, Karl Marx et Sigmund Freud ont décrit les humains non comme des êtres moraux et spirituels, mais comme des animaux ou des machines soumis à un univers régi par des influences purement impersonnelles, dont les comportements et même les pensées sont dictées par les forces permanentes de la biologie, de la chimie et de l’environnement. Cette conception matérialiste de la réalité a essaimé dans presque tous les domaines de notre culture – de la politique et de l’économie en passant par l’art et la littérature » Ce texte expose sans complexe la nouvelle stratégie des créationnistes américains qui consiste à porter le débat sur le terrain de la science en étudiant : « les doutes sérieux qu’autorisent les découvertes les plus récentes de la biologie, de la physique et des sciences cognitives à propos du matérialisme scientifique, permettant de défendre fermement une appréhension globalement théiste de la nature. » Dès lors, les tenants du créationnisme, se sont attachés à donner à leur théorie une tournure moins « biblique » et plus « scientifique », ce qui a permis l’apparition de la thèse du dessein intelligent. Celle-ci a commencé à prendre corps institutionnellement dans les années 1990, notamment avec la fondation, en 1996, du Discovery Institute de Seattle qui assume le rôle de « think tank » du dessein intelligent. Des noms de chercheurs appartenant à diverses disciplines y sont bientôt rattachés : le biochimiste Michael J. Behe, le biologiste Paul Chien, le mathématicien William Demsky ou le microbiologiste Scott Minnich. C’est au sein du Discovery Institute que se développe le SCS, Centre pour la Science et la Culture (très exactement : le centre pour le renouveau scientifique et culturel) à qui l’on doit le fameux wedge document, un véritable programme de combat pour les tenants du dessein intelligent qui fixe une ligne de conduite afin d’en finir avec le darwinisme et, plus généralement, avec la représentation matérialiste du monde qu’il accuse d’être à l’origine de la décadence de la civilisation occidentale. On peut y lire par exemple : « Discréditant les conceptions traditionnelles de Dieu et de l’Homme, des penseurs comme Charles Darwin, Karl Marx et Sigmund Freud ont décrit les humains non comme des êtres moraux et spirituels, mais comme des animaux ou des machines soumis à un univers régi par des influences purement impersonnelles, dont les comportements et même les pensées sont dictées par les forces permanentes de la biologie, de la chimie et de l’environnement. Cette conception matérialiste de la réalité a essaimé dans presque tous les domaines de notre culture – de la politique et de l’économie en passant par l’art et la littérature »14. Ce texte expose sans complexe la nouvelle stratégie des créationnistes américains qui consiste à porter le débat sur le terrain de la science en étudiant : « les doutes sérieux qu’autorisent les découvertes les plus récentes de la biologie, de la physique et des sciences cognitives à propos du matérialisme scientifique, permettant de défendre fermement une appréhension globalement théiste de la nature. » Gérald Bronner Revue française de sociologie. 48 :

8 Le procès Dover (2005) et l’Intelligent Design
« Notre conclusion aujourd’hui est qu’il est anticonstitutionnel d’enseigner le dessein intelligent en tant qu’autre voie que celle de l’évolution dans les écoles publiques. Puisque la théorie du dessein intelligent n’est appuyée par aucune publication ni aucune donnée validée par les pairs, la science la rejette, au profit de preuves empiriques. Nous considérons que le dessein intelligent a échoué à trois niveaux : le dessein intelligent viole les règles de base de la science, centenaires, en invoquant une cause surnaturelle l’argument de complexité irréductible, au cœur du dessein intelligent, repose sur les mêmes arguments que la « science créationniste » des années 1980 et n’est pas une preuve en soi. les attaques du dessein intelligent vis-à-vis de l’évolution ont été réfutées par la communauté scientifique. » Paradoxe aux USA -> position claire scientifiques et juridique * ID violates the ground rules of science by relying upon supernatural rather than natural explanations. * The central claim of ID, the argument for "irreducible complexity", is "a negative argument against evolution, not proof of intelligent design", and it is no different from the flawed arguments of so-called "creation science", which were shown to be religious in the 1980's. * ID does not employ scientific research, and the expert testimony used to support ID has been refuted in many scientific, peer-reviewed studies.

9 Des décisions impopulaires aux USA
Sondage Pew (2005): 26 % des Américains se déclarent convaincus par les thèses évolutionnistes 64 % sont favorables à l'enseignement du dessein intelligent en plus de la théorie de l'évolution 38 % ne veulent pas que la théorie de l'évolution soit enseignée dans les écoles publiques Sondage Gallup ( ): 35-40% pensent que si l’homme s’était développé pendant des millions d’années, cette évolution avait été guidée par une volonté supérieure (conformément aux thèses du dessein intelligent) 43-47 % affirment que l’homme a été crée par Dieu, il y a moins de ans 9-14 % prétendent adhérer à des thèses évolutionnistes. Documentaire Jesus Camp: 25% évangélistes, 18% enfants non-scolarisés 95 % des jeunes Américains déclarent croire en Dieu les Etats-Unis ont toujours représenté l’exception la plus remarquable à la thèse classique de la sécularisation qui affirme qu’il y a un rapport inversement proportionnel entre le taux d’industrialisation et la place de la religion dans une société5. Interview B Stein Fossils say no -> non a la tectonique des plaques, non a Newton, etc…. 6% en France, sondage Ifop 51 % des jeunes Français et 34 % des jeunes Suédois Gérald Bronner Revue française de sociologie. 48 :

10 Aux origines de l’anti-évolutionnisme
1) Poor scientific literacy. Acceptance of evolution in the U.S. is correlated with overall education: Evolution is accepted by 74% of those with post-graduate degrees, 48% with college degrees, and 41% of those with a high school degree or less (Gallup Poll, 2007). 2) Fundamentalist religious belief. It is associated with opposition to evolution, and this factor is nearly twice as important in the USA compared to the European countries To understand why evolution is not more widely accepted, researchers in the previously mentioned international survey examined 10 variables suspected to influence rejection of evolution in a large, international survey (1). They found four factors which can explain people's attitudes toward evolution, which are consistent with what has been found in the USA: 1. Poor scientific literacy. Those who had a better understanding of science, and especially genetics, were more likely to accept evolution than less scientifically literate people in both Europe and the USA. This finding supports the concerns of many scientists and educators who have been calling for improving scientific literacy (see Section VI.), which should include addressing common misconceptions about evolution (see Section V.). 2. Fundamentalist religious belief is associated with opposition to evolution, and this factor is nearly twice as important in the USA compared to the nine European countries in the study. This result supports the idea that Europeans are more likely to accept evolution than Americans because they are generally less likely to interpret the Bible literally (see Section IV. and Section II.). 3. Politicalization. Evolution has been more politicized in the USA than in Europe or Japan, and politicizing the issues appears to influence people’s attitudes. The Republican party has adopted creationism as part of their platform, whereas there is no major political party in Europe or Japan that uses opposition to evolution as part of its political platform (see Section II.). 4. Human exceptionalism. There are two different types of opposition to evolution, the denial of evolution altogether versus refusing to apply evolution to humans. The authors found that most adults are unwilling to extend evolution to humans (see Section IV. and Section V.). 3) Politicalization. Christian fundamentalists are politically powerful and have been supported by former President G.W. Bush and the Republican party. Site ESEB:

11 L’acceptation de l’évolution dans le reste du monde
Confirmed by a British Council poll (N=10,000 adults, 10 countries) in 2009 Public acceptance of evolution is surprisingly low in many European countries, though not as low as the USA. Several factors contribute to low public acceptance of evolution, including poor scientific literacy, religious fundamentalism, and political activities of creationists. This section provides information about the public acceptance of evolution, especially in Europe and the USA. To understand why evolution is not more widely accepted, researchers in the previously mentioned international survey examined 10 variables suspected to influence rejection of evolution in a large, international survey (1). They found four factors which can explain people's attitudes toward evolution, which are consistent with what has been found in the USA: 1. Poor scientific literacy. Those who had a better understanding of science, and especially genetics, were more likely to accept evolution than less scientifically literate people in both Europe and the USA. This finding supports the concerns of many scientists and educators who have been calling for improving scientific literacy (see Section VI.), which should include addressing common misconceptions about evolution (see Section V.). 2. Fundamentalist religious belief is associated with opposition to evolution, and this factor is nearly twice as important in the USA compared to the nine European countries in the study. This result supports the idea that Europeans are more likely to accept evolution than Americans because they are generally less likely to interpret the Bible literally (see Section IV. and Section II.). 3. Politicalization. Evolution has been more politicized in the USA than in Europe or Japan, and politicizing the issues appears to influence people’s attitudes. The Republican party has adopted creationism as part of their platform, whereas there is no major political party in Europe or Japan that uses opposition to evolution as part of its political platform (see Section II.). 4. Human exceptionalism. There are two different types of opposition to evolution, the denial of evolution altogether versus refusing to apply evolution to humans. The authors found that most adults are unwilling to extend evolution to humans (see Section IV. and Section V.). Miller, J.D., E.C. Scott & S. Okamoto (2006): Public Acceptance of Evolution. Science 31 Site ESEB:

12

13 Créationnisme en Europe?
En Pologne, condamnation publique (2006) de l’évolution par le vice-ministre de l'éducation Miroslaw Orzechowski (Ext. dte) En, Italie, décret (2004) interdisant l'enseignement de l'évolution en primaire et dans le secondaire signé par la ministre italienne de l'éducation Letizia Moratti (Gvt Berlusconi). Il fut finalement retiré sur pression des scientifiques du pays. En Serbie, même tentative en 2004 de la part de la ministre de l’Education, Liliana Colic. En Grande-Bretagne, le groupe créationniste "Truth in Science" lance une opéaration d’envoi massif de matériel pédagogique sur l’ID dans les lycées. Un sondage (2006) BBC révèle que 40 % des interrogés sont pour l’enseignement du créationnisme en cours de science. Tony Blair approuve en 2006 l'enseignement créationniste dans certains établissements (public + mécénat). Aux Pays-Bas, en 2005 la ministre néerlandaise de l’Education, Maria Van der Hoeven, propose l’organisation d’un débat sur l’enseignement des théories de l’évolution dans les écoles de son pays suite à des déclarations anti-évolution. En Allemagne, le créationnisme semble déjà s’être propagé dans les établissements scolaires dans une ville universitaire de la Hesse. En Suède, ouverture du premier musée créationniste à Uméa en 1996. En Suisse, même projet. En Roumanie, l’évolution est retirée du programme des écoles publiques en 2007. En Russie, l’enseignement de l’évolution est actuellement examiné par la justice suite à une plainte d’une lycéenne soutenue par l’église orthodoxe. En France : 57. L’offensive d’Harun Yahya : Au début de l’année 2007, le créationniste turc Harun Yahya, a fait parvenir dans de très nombreux établissements scolaires français et centres de documentation, son ouvrage intitulé «L’Atlas de la Création». En réponse, le ministre de l’Education nationale, Gilles de Robien, a demandé aux recteurs d’académies de veiller à ce que ce livre «qui ne correspond pas au contenu des programmes établis par le ministère, ne figure pas dans les centres de documentation et d’information des établissements scolaires». Hervé Le Guyader, professeur de biologie de l’évolution à l’Université Paris VI, a été chargé par l’Inspection générale de l’Education nationale d’analyser de façon détaillée cet atlas. Hervé Le Guyader juge ce livre «beaucoup plus dangereux que les initiatives créationnistes précédentes, souvent d’origine anglo-saxone». Selon lui, le luxe de l’ouvrage et la méthode employée par l’auteur peuvent «s’avérer redoutablement efficace pour un public non averti». La teneur scientifique de ce livre lui semble par ailleurs «d’un pauvreté affligeante». L’Atlas de la Création a également été envoyé à de nombreux journalistes. 58. L’UIP Université Interdisciplinaire de Paris : L’UIP, association loi 1901, a été créée en 1995 sur les cendres de l’Université Européenne de Paris, fondée en 1989 pour succéder à l’Université Populaire de Paris. Soutenue à ses débuts par des entreprises prestigieuses, elle a progressivement été abandonnée par ses sponsors en raison des soupçons de néocréationnisme qui pesaient sur elle. L’UIP travaille activement à l’introduction de la spiritualité dans les sciences et dans la société. Elle serait par ailleurs très proche de la mouvance américaine de l’Intelligent Design. La diffusion sur ARTE en octobre 2005 du documentaire de Thomas Johnson, Homo sapiens, une nouvelle histoire de l’Homme a par ailleurs été très controversée en France. En effet, ce documentaire semble s’être très largement inspiré des travaux d’ Anne Dambricourt-Malassé, chargée de recherche au CNRS, rattachée au muséum d’histoire naturelle de Paris, et alors membre du conseil scientifique de l’UIP. Le documentaire a été accusé de véhiculer un message néocréationniste et de servir la cause de l’UIP. En Suisse : 59. Manifestation d’Harun Yahya en Suisse Romande : En Mars 2007, de très nombreuses écoles de la Suisse romande ont également reçu l’ouvrage d’Harun Yahya, l’Atlas de la Création. Georges Schürch, directeur général des Cycles d’Orientation Genevois a relaté que le livreur chargé de la distribution de cet ouvrage en Suisse romande lui aurait confié avoir un millier d’exemplaires à distribuer. Georges Schürch a, à cette occasion, rappelé que tout nouvel ouvrage ne peut être autorisé pour l’enseignement sans examen préalable. 60. Jacqueline Horneffer, secrétaire adjointe de l’instruction publique de Genève a demandé aux établissements scolaires de refuser la livraison de cet ouvrage, ce qu’ils ont fait. Selon elle, «le livre ne correspond pas aux théories scientifiques actuelles et ne respecte pas la séparation entre l’enseignement laïc et confessionnel». En Suisse, l’Atlas de la Création a également été envoyé à des journalistes et des scientifiques. 61. Le Centre Biblique Européen : Les créationnistes sont également représentés en Suisse par le Centre Biblique Européen et son animateur Daniel Mathez. Le Centre Biblique Européen est une maison d’édition créationniste qui a déjà publié une quinzaine d’ouvrages. 62. Le Groupuscule ProGenesis : Le groupuscule créationniste suisse ProGenesis œuvre pour la réhabilitation du livre de la Genèse, son but est d’imposer le créationnisme face à l’évolutionnisme, et ce par des moyens médiatiques ou ludiques. Dans cet ordre d’idée, ProGenesis a mis en place un projet nommé Genesis-Land. Il s’agit d’un parc de loisirs qui pourrait être construit dans le nord-est de la Suisse et qui aurait pour objectif de «diffuser le message chrétien comme un contrepoids à la théorie omniprésente de l’évolution de Darwin». En Belgique : 63. Tentative d’infiltration créationniste dans les écoles belges : Après la France, et parallèlement à l’offensive menée en Suisse, Harun Yahya a lancé la diffusion de son Atlas de la Création en Belgique en Mars Dans une circulaire datée du 22 mars 2007, la ministre chargée de l’enseignement obligatoire et de la promotion sociale, Marie Arena, met en garde «l’ensemble des équipes éducatives contre les valeurs véhiculées dans ce document». La ministre « compte sur la vigilance de chacun [...] pour veiller à ce qu’il ne constitue en rien un outil pédagogique à destination des élèves». 64. Mobilisation du monde universitaire bruxellois : Depuis le début de l’année 2007, des universitaires belges rattachés à l’ULB, Université Libre de Bruxelles, ont donné une série de conférences ayant pour thème central le questionnement suivant : Dieu ou Darwin ? Parmi ces différents travaux, l’on trouve une étude menée par Laurence Perbal, universitaire, portant sur «l’évaluation de l’opinion des étudiants de l’enseignement secondaire et supérieur de Bruxelles vis-à-vis des concepts d’évolution». Cette étude montre notamment «qu’une grande partie des individus interrogés semble considérer que la théorie darwinienne de l’évolution ne concerne que l’aspect physique de l’homme et non pas son âme ou sa conscience». Par ailleurs, «une grande partie des étudiants déclare n’avoir jamais entendu parler de la théorie néodarwinienne de l’évolution bien qu’elle soit au programme du cours de biologie de la dernière année des études secondaires». En Pologne : 65. La théorie de l’évolution et le darwinisme ont été publiquement remis en cause à l’automne 2006 par le vice-ministre polonais de l’Education et député de Lodz, Miroslow Orzechowski, rattaché à la Ligue des familles polonaises (LPR, parti d’extrême droite ultracatholique). Il a déclaré que «la théorie de l’évolution est un mensonge, une erreur qu’on a légalisé comme une vérité courante». Il a ajouté qu’«il ne faut pas enseigner les mensonges, tout comme il ne faut pas enseigner le mal à la place du bien et la laideur à la place de la beauté». Enfin, selon lui, la théorie évolutionniste n’est «qu’une histoire à caractère littéraire qui pourrait servir de trame à un film de science fiction». Peu avant cela, au début du mois d’octobre 2006, Maciej Giertych, eurodéputé LPR, père du ministre polonais de l’Education Roman Giertych, avait demandé le retrait de la théorie de Darwin des programmes scolaires, prétextant qu’elle n’est pas «soutenue par des preuves». En Russie : 66. En février 2007, en Russie, le ministère de l’Education et de la Science s’est vu attaqué par une jeune fille de 16 ans et son père n’acceptant pas que les manuels scolaires de biologie ne proposent qu’une théorie, celle de l’évolution, incompatible avec leurs croyances. Les plaignants ont alors été soutenus par des membres de l’église orthodoxe de Russie. Il semble qu’à l’heure actuelle, en Russie, l’enseignement de la théorie de l’évolution soit de plus en plus remis en cause par des élèves et leurs parents qui souhaitent pouvoir avoir accès à un enseignement plus proche de leurs convictions religieuses et personnelles. Le père Tchapline, vice-président du Département des relations extérieures du Patriarcat de Moscou, déplore le caractère idéologique de la théorie de l’évolution, seule théorie enseignée dans les écoles russes depuis l’époque soviétique. Le père Tchapline plaide en effet pour le droit des élèves et de leurs parents à avoir un enseignement qui ne va pas à l’encontre de leur foi. Ce droit, rappelle-t-il, est garanti par la législation internationale. En Italie : 67. Letizia Moratti, alors ministre italienne de l’Enseignement et de la Recherche de Silvio Berlusconi, a proposé en février 2004, dans le cadre d’une réforme de l’éducation et notamment des programmes scolaires, un décret visant à abolir l’enseignement de la théorie de l’évolution dans l’enseignement primaire et secondaire. On ne trouvait plus, dans les programmes scolaires, les cours portant sur la théorie de l’évolution. Les communautés scientifiques et journalistiques italiennes se sont alors mobilisées. En avril 2004, une commission a été chargée de réfléchir à la question. En février 2005, le rapport de cette commission a été rendu, celui-ci rappelle que l’étude de l’évolution est essentielle pour une vision globale de la vie, ainsi que l’importance des sciences naturelles dans la culture moderne. Par ailleurs, le rapport souligne que l’enseignement des théories darwiniennes permet de prévenir le racisme et l’eugénisme. Depuis lors, aucun nouveau décret n’a été publié. La réforme des programmes scolaires serait toujours en cours, mais ne devrait pas permettre la suppression des théories darwinienne de l’enseignement. En Grèce : 68. La théorie de l’évolution, sans être bannie des programmes scolaires, est souvent reléguée en fin de programme, en fin d’année scolaire. En conséquence, la théorie de l’évolution est rarement étudiée dans le secondaire par manque de temps. En Angleterre : 69. En Angleterre, des créationnistes donnent des conférences dans les écoles publiques et les universités. A l’été 2006, l’Angleterre a accueilli pendant trois jours le plus grand colloque international des créationnistes. Le syndicat enseignant le plus important en Grande Bretagne, The National Union of Teachers (NUT), a tiré la sonnette d’alarme et réclame une législation pour faire obstacle à l’influence croissante des groupes religieux dans le système éducatif britannique. Selon le NUT, donner plus de pouvoir aux groupes religieux se fera probablement au détriment de la cohésion sociale et interculturelle. La Royal Society, ainsi que l’Archevêque de Canterburry, ont pris position contre l’enseignement du créationnisme dans les établissements scolaires britanniques. Diverses organisations, comme le British Center for Science Education, dénoncent des tentatives d’introduction d’un enseignement créationniste dans les écoles. En Serbie : 70. En 2004, la ministre de l’Education, Liliana Colic, a été contrainte de démissionner de son poste après avoir ordonné aux écoles d’abandonner l’enseignement de la théorie Darwinienne de l’évolution, si les thèses créationnistes n’étaient pas également présentes dans les programmes scolaires. L’Académie des sciences et des arts ainsi qu’une quarantaine d’associations ont alors dénoncé ce danger qu’ils qualifiaient de dérive théocratique. Aux Pays-Bas : 71. En 2005, la ministre néerlandaise de l’Education de l’époque, Maria Van der Hoeven, a suscité le trouble en proposant l’organisation d’un débat sur l’enseignement des théories de l’évolution dans les écoles de son pays. Pourtant, six ans auparavant, une trêve avait été conclue entre les différents partis politiques de façon à ce que le darwinisme figure au programme de tous les établissements scolaires des Pays-Bas, y compris ceux d’appartenance confessionnelle que l’Etat finance, sans exercer pour autant un contrôle idéologique. Lors d’une interview, Maria Van der Hoeven a estimé que les théories de Charles Darwin n’étaient pas complètes et que de nouveaux éléments avaient été mis en évidence depuis, notamment par les tenants de l’Intelligent Design. Cependant, la ministre a annoncé qu’elle n’entendait pas introduire les thèses créationnistes dans les programmes scolaires, souhaitant seulement confronter ses partisans à ceux de l’évolution. L’initiative de la ministre Van der Hoeven n’a reçu qu’un très faible écho, y compris dans son propre parti, l’appel chrétien démocrate (CDA). Le D66, parti de centre gauche, allié du CDA, est totalement opposé au fait de placer sur un pied d’égalité le créationnisme et le darwinisme. Le VVD, parti libéral de droite, est du même avis. En Suède : 72. La Suède a ouvert le premier musée créationniste à Uméa en 1996. En Allemagne : 73. Dans une ville universitaire de la Hesse, en Allemagne, le créationnisme semble déjà s’être propagé dans les établissements scolaires. Les professeurs de science de la vie et de la terre d’un lycée privé reconnu par l’Etat, apprennent aux élèves qu’un créateur est à l’origine des différents «types principaux» d’animaux. Alertés, des parents d’élèves ont interpellé le ministère de l’Education du Land mais ce dernier a estimé qu’il n’y avait pas d’infraction directe aux programmes scolaires, et a déclaré ne pas être compétent sur ces questions. Certains parents ont alors retiré leurs enfants de cet établissement. En Espagne : 74. Un mois après la France, l’Atlas de la création de M. Yahya a été reçu par des professeurs de la faculté de biologie de l’université de Barcelone et par la bibliothèque de la même université. Sources: Rapport Lengagne-conseil de l’Europe, juin site de l’ESEB

14 Créationnisme en France?
En France, l'université interdisciplinaire de Paris (UIP, une association qui regroupe adhérents, existe depuis 1995 et organise des conférences soupçonnées de défendre le créationnisme. Jean Staune, secrétaire général de l'association, est proche des promoteurs du Dessein Intelligent aux États-Unis. Par ailleurs certains membres du conseil scientifique de l'association, tels que Rémy Chauvin ou Anne Dambricourt Malassé, défendent la théorie de la logique interne, proche du créationnisme. Depuis sa fondation, l’UIP a organisé à Paris plus de 16 grands colloques internationaux (dont 7 en collaboration avec l’UNESCO) ayant rassemblé plus de personnes et plus de 150 intervenants dont 20 Prix Nobel. La diffusion sur ARTE en octobre 2005 du documentaire de Thomas Johnson, Homo sapiens, une nouvelle histoire de l’Homme sur la thèse de Anne Dambricourt Malassé, suivi d’un débat avec Pierre-Henri Gouyon et Michel Morange. En France, l'université interdisciplinaire de Paris (UIP), une association qui regroupe adhérents[7], existe depuis 1995 et organise des conférences soupçonnées de défendre le créationnisme. Jean Staune, secrétaire général de l'association, est proche des promoteurs du Dessein Intelligent aux États-Unis. Par ailleurs certains membres du conseil scientifique de l'association, tels que Rémy Chauvin ou Anne Dambricourt Malassé, défendent la théorie de la logique interne, proche du créationnisme. Sources: wikipedia +Rapport Lengagne

15 L’atlas de la création En , envoi de milliers d'exemplaires d’un ouvrage “l’Atlas de la création” édité par un créationniste turc Harun Yahya (http://www.harunyahya.fr) aux universités et étb secondaires: France Belgique Suisse Espagne Grande-Bretagne EXTRAITS ‘’Harun Yahya est également devenu célèbre pour ses travaux qui ont révélé au monde entier l’imposture des évolutionistes, leurs affirmations trompeuses et les liens occultes existant entre le darwinisme et les sanglantes idéologies telles que le fascisme et le communisme.’’ ‘’Les fossiles (…) prouvent que les créatures vivantes n’ont subi aucun changement au cours de ces centaines de millions d’années.’’ (cf. The Fossils say NO) ‘’Bien au contraire, chaque découverte de fossiles constitue une réfutation du darwinisme et les caractéristiques de ces fossiles prouvent que ‘’LES ESPECES N’ONT JAMAIS CHANGE’’.’’

16 Directeur UFR Biologie
Bonjour Mardi 23 janvier, environ vingt exemplaires d’un très épais (7kgs) et très luxueux ouvrage en quadrichromie, ont été distribués par courrier dans les labos de l’UFR de Biologie. Cette distribution gratuite d’un ouvrage dénonçant l’évolution, ‘’les liens occultes existant entre le darwinisme et les sanglantes idéologies telles que le fascisme et le communisme’’ (cf texte de présentation), et vantant le créationnisme, n’est qu’une facette d’une opération plus large : pour ce que j’en sais des exemplaires ont aussi été réceptionnés à l’UFR de Pharmacie, à l’Académie de Lyon, dans des établissements du secondaire en Rhône-Alpes, dans des labos de la région parisienne… Ci-dessous vous trouverez quelques extraits de ce livre, extraits qui m’ont incité dans un premier temps à prendre contact avec tous les responsables de mention de master, d’UMR, de géologie, de pharmacie, du bureau du CS… le sujet ayant finalement été débattu au bureau de l’UCBL vendredi dernier. Pour sa part, l’inspection pédagogique régionale a recommandé aux collègues du secondaire de ne pas déposer cet ouvrage aux Centres de Documentation des établissements du secondaire, de ne pas l’utiliser, de n’en faire aucune photocopie… pour ne pas donner l’impression de le cautionner. D’une façon générale il n’est pas souhaitable de faire de la publicité autour de cet événement et des responsables de cette diffusion. Pourtant cet événement peut nous inciter à reconsidérer la place de l’évolution dans notre enseignement : comment maîtrisons-nous ce thème ? devons nous le présenter plus tôt ? insister sur les faits qui le sous-tendent ? sur les approches pluridisciplinaires ? sur la façon de les présenter ?... autant de pistes que nous aurons à travailler. Par ailleurs le Comité de Déontologie de l’UCBL souhaite faire une analyse exhaustive de ce livre. Pour permettre au Comité de travailler, il est nécessaire de déposer une dizaine d’exemplaires de cet ouvrage à l’UFR de Biologie pour une durée de 2 à 3 semaines (Laisser son nom avec l’ouvrage pour ceux qui veulent le récupérer). Bon courage à tous Hubert Pinon Directeur UFR Biologie Coup de pub incroyable -> Harun Yahya est publiciste

17 Le rapport Lengagne http://www.assembly.coe.int
En juin 2007, le Conseil de l'Europe fait un rapport sur les dangers du créationnisme dans l'éducation et (après de nombreux débats et retournements de situation, cf. intervention du vatican) propose un projet de résolution adopté le 4 octobre 2007. “La théorie de l'évolution est attaquée par des fondamentalistes religieux qui demandent que les thèses créationnistes soient enseignées dans les écoles européennes parallèlement ou même à la place de cette théorie. D'un point de vue scientifique il n'y a absolument aucun doute que l'évolution est une théorie centrale pour comprendre l'univers de la vie sur Terre.”  reconnaissance de la montée du créationnisme en Europe, cible principale=l’enseignement “Le créationnisme dans aucune de ses formes, telles que l’«intelligent design», n'est pas basé sur des faits, n’utilise pas de raisonnement scientifique et son contenu est désespérément inadapté aux classes scientifiques.”  refus du statut scientifique du créationnisme ou de l’ID “L'Assemblée invite les instances éducatives dans les Etats membres à promouvoir la connaissance scientifique et l'enseignement de l'évolution et à s'opposer fermement à toutes les tentatives de présentation du créationnisme en tant que discipline scientifique.”  appel à actions dans pays membres En juin 2007 un comité spécial du Conseil de l'Europe a préparé un dossier spécial sur les dangers du créationnisme dans l'éducation qui établi une liste d'organismes européens suspectés de faire la promotion du créationnisme.

18 Fondamentalisme regilieux en Europe et évolution
Muslim. Islam is increasingly common in Europe, In fact, the lowest rates of acceptance of evolution are in Muslim countries. Teaching evolution is banned in some Islamic countries (e.g., Saudi Arabia and Sudan). In Turkey, most people (75%) reject evolution as false, and anti-evolution attitudes are strong in Turkish provinces where Islamic fundamentalism is strongest. Catholics. Pope John Paul II accepted evolution as "effectively a proven fact”, Scientists asked Pope Benedict XVI to clarify the Church's position and urged him not to build more dividing lines between religion and science. In reply to this new debate, Pope Benedict XVI declared that the universe was built as an "intelligent project", which has been interpreted as support for creationism from the Vatican. Yet, more recently (2008), however, the Vatican declared that evolution is compatible with the Bible. Pope John Paul II accepted evolution as "effectively a proven fact" (at least for non-humans).6 In 1996, he stated: "In his encyclical Humani Generis (1950), my predecessor Pius XII has already affirmed that there is no conflict between evolution and the doctrine of the faith regarding man and his vocation, provided that we do not lose sight of certain fixed points… Today, more than a half-century after the appearance of that encyclical, some new findings lead us toward the recognition of evolution as more than a hypothesis. In fact, it is remarkable that this theory has had progressively greater influence on the spirit of researchers, following a series of discoveries in different scholarly disciplines. The convergence of results of these independent studies - which was neither planned nor sought - constitutes in itself a significant argument in favor of the theory."7 After Pope John Paul II’s death, however, evolution became a controversial issue in the Church.8 In 2005, Cardinal Christoph Schönborn (Austria) declared that Darwinian evolution is incompatible with a belief in God.9 He claimed that "Any system of thought that denies or seeks to explain away the overwhelming evidence for design in biology is ideology, not science…". Also, he stated that "Scientific theories that try to explain away the appearance of design as the result of 'chance and necessity' are not scientific at all, but as John Paul put it, an abdication of human intelligence." The Vatican's chief astronomer, Jesuit priest George Coyne, rebuffed Cardinal Schönborn's controversial comments and stating: "Intelligent design isn't science even though it pretends to be. If you want to teach it in schools, intelligent design should be taught when religion or cultural history is taught, not science."10 Several other Church leaders warn about the dangers of repeating past mistakes of supporting religious fundamentalism over science.8 The most famous example is the Church's persecution of Galileo in the 1600s for promoting Copernicus' discovery that the earth revolves around the sun (as this finding contradicts Psalm and Chronicles, which assert that the world cannot be moved). Galileo was forced to recant his views, his offending works were banned, and he spent the last years of his life under house arrest on orders of the Church's Inquisition. Galileo was only acquitted by the Church in 1993, 360 years later. Scientists asked Pope Benedict XVI to clarify the Church's position and urged him not to build more dividing lines between religion and science. In reply to this new debate, Pope Benedict XVI declared that the universe was built as an "intelligent project", which has been interpreted as support for creationism from the Vatican. Yet, more recently (2008), however, the Vatican declared that evolution is compatible with the Bible. Islam is increasingly common in Europe, and many Muslims oppose evolution. In fact, the lowest rates of acceptance of evolution are in Muslim countries12 (see Section I). Teaching evolution is banned in some Islamic countries (e.g., Saudi Arabia and Sudan). In Turkey, most people (75%) reject evolution as false,13 and anti-evolution attitudes are strong in Turkish provinces where Islamic fundamentalism is strongest. Like many Christians, Muslim fundamentalists share a dislike for secularism and science and prefer religious authorities to decide what is taught as science. A recent article entitled "Muslims against Darwin" states that "We Muslims see [Darwin] as a plague… We might have disagreements [with Christians], but we agree on the most fundamental truth of all - that there really is a God out there, and He is the One to Whom we owe our very life and existence."11 Radical fundamentalists are pushing for Muslim science to oppose so-called "Christian or Jewish science", and ironically some view evolution and Darwinism as a Christian plot. Anti-science and anti-evolution are often strong sentiments in immigrant Muslim communities in Western Europe. In 2007, a Turkish Muslim organization in Turkey produced a 600-page book "The Atlas of Creation", and distributed it to public schools in Belgium, France, Spain, and Switzerland (Figure 6). Some Turkish scientists have resisted creationists' campaigns to discredit evolution, and although they won a court battle in 1999, these scientists fear they are losing ground to creationists in the struggle for public opinion. Ali Gören, a medical professor and parliament member, recently called Darwinism a "scientific fraud", and launched a legislative drive to drop the teaching of evolution from public schools. He urged other legislators to protect students from evolution theory's "adverse effects" because, he claims, it encourages "atheism and separatism".14-15 Thus, anti-evolution sentiment in Europe is more complex and has more diverse sources of opposition than in the USA, as it comes from fundamentalist Catholics and Muslims, as well as Protestants. Many scientists and educators are concerned that teaching creationism in public schools could lead to more fundamentalist extremism and efforts to replace democracy with theocracy. The next section examines the intelligent design movement in more detail. Site ESEB:

19 Créationnisme et enseignement
Créationnisme vise l’enseignement. Les enseignants vont rentrer de plus en plus en contact avec des élèves, étudiants, parents d'élèves et collègues créationnistes. Nous ne disposons pas de statistiques actuellement mais de nombreux témoignages vont dans ce sens.

20 Dossier sciences et avenir: L’évolution contestée dans les écoles
Laurence Maurines, spécialiste de l’enseignement des sciences, montre que les interventions d’élèves portant sur un registre religieux se multiplient en cours de SVT et de physique. Réflexions d'élèves de terminale S que s'est attirées Adeline Lécot, prof. agrégée SVT dans un lycée de Créteil (94): «On vous a programmée pour enseigner l'évolution, madame. Vous n'avez pas l'impression d'être manipulée ?» «Vous ne savez pas que l'homme n'est pas un animal, madame ? C'est Dieu qui l'a créé.» Quelques cas d'enseignement du créationnisme ont été signalés ces dernières années, sans que l'on dispose de données chiffrées. «Il y a toujours eu des contestations, mais nous remarquons que de plus en plus de créationnistes cherchent à imposer leur avis dans les cours de biologie», témoigne Georges Grousset, inspecteur d'académie à Lyon. L'université n'est pas épargnée. En 2007, des fondamentalistes ont multiplié les incidents en licence à Lyon-I, allant jusqu'à interrompre des cours comme celui de Dominique Pontier, professeur de biologie évolutive, et obligeant ainsi le comité de déontologie de l'université à organiser une conférence sur «Sciences et croyances». Auteur de plusieurs ouvrages sur l’évolution et ancien professeur agrégé des sciences de la vie et de la terre, Jean-Baptiste de Panafieu réalise avec Nicolas Jouvin un documentaire sur la contestation de la théorie de l‘évolution dans un lycée de Seine-Saint-Denis (93). Il décrypte pour nous la montée des résistances, qu’il observe chez les jeunes, principalement musulmans. Auteur de plusieurs ouvrages sur l’évolution et ancien professeur agrégé des sciences de la vie et de la terre, Jean-Baptiste de Panafieu réalise avec Nicolas Jouvin un documentaire sur la contestation de la théorie de l‘évolution dans un lycée de Seine-Saint-Denis (93). Il décrypte pour nous la montée des résistances, qu’il observe chez les jeunes, principalement musulmans, 150 ans après la publication de l’Origine des espèces par Charles Darwin. Le Syndicat des enseignements du second degré (SNES), a organisé plusieurs colloques sur l’enseignement de l’évolution, à la demande de professeurs désorientés qui souhaitaient confronter leurs expériences, apprendre à répondre sans se troubler. Dans les écoles de la République, les professeurs de philosophie sont les mieux armés pour débattre et manipuler des idées contradictoires avec leurs élèves mais ils n’interviennent qu’en terminale. Quant aux professeurs de Sciences de la vie et de la Terre (SVT), ils sont insuffisamment formés, à en croire le biologiste Marc-André Sélosse, professeur des universités à Montpellier, qui plaide pour «un renforcement de la formation en épistémologie et en histoire des sciences des professeurs, comme des élèves». Qui sont les réfractaires? Principalement de jeunes musulmans, ce qui explique que le phénomène soit concentré –comme eux- dans les banlieues, par exemple autour de Paris ou de Lyon. Le lycée -qui s’est ouvert aux couches sociales qui n’y avaient pas accès auparavant- agit comme un révélateur. Les élèves anti-évolutionnistes viennent souvent de milieux populaires qui ne connaissant pas du tout la science, ou qui la tiennent pour une simple opinion. Beaucoup fréquentent l’école coranique. De la part de ces jeunes gens, il s’agit aussi d’un défi adolescent et politique. D’un combat identitaire et anti-raciste, car pour de mauvaises raisons, ils voient Darwin, qu’ils n’ont pas lu, comme un colonialiste. Enfin, ils contestent l’autorité et le savoir. Les professeurs sont désarmés, comme ils l’ont été face aux jeunes maoïstes dans les années 70. Il faudrait aider chacun à préciser les contours des sciences et ceux de la croyance : une urgence, alors qu’une enquête, menée en 2007 par Laurence Maurines, spécialiste de l’enseignement des sciences, montre que les interventions d’élèves portant sur un registre religieux se multiplient en cours de SVT et de physique. Cela permettrait aux professeurs d'expliquer aux élèves pourquoi une théorie « incomplète » n’est pas forcément fausse, l’une des idées reçues les plus répandues sur la théorie de l’évolution (lire le n° de février de Sciences et Avenir). lire le n° de février de Sciences et Avenir Le SNES (+rectorat), a organisé plusieurs colloques sur l’enseignement de l’évolution, à la demande de professeurs désorientés qui souhaitaient confronter leurs expériences, apprendre à répondre sans se troubler. Les professeurs SVT, ils sont insuffisamment formés, à en croire le biologiste Marc-André Sélosse, professeur des universités à Montpellier, qui plaide pour «un renforcement de la formation en épistémologie et en histoire des sciences des professeurs, comme des élèves».

21 Des enseignants créationnistes?
L’exception de l’Estonie et de la France, où seuls 30% des enseignants et futurs enseignants interrogés se déclarent croyants, dans tous les autres pays, cette part dépasse largement les deux tiers : 80 % dans la Roumanie orthodoxe, plus de 90 % dans l’Algérie musulmane ou la Pologne catholique. Les enseignants les plus croyants, qu’ils soient catholiques, orthodoxes ou musulmans, se distinguent nettement des athées et agnostiques (et certains chrétiens) par leur adhésion à des thèses plus créationnistes, à des valeurs plus conservatrices quant à l'éducation sexuelle, à des idéologies plus innéistes, voire plus sexistes, et enfin par une moindre sensibilité aux questions environnementales L'analyse des manuels scolaires montre par ailleurs que la place accordée à l'évolution varie beaucoup d'un pays à un autre. Pierre Clément, qui travaille sur ce thème avec la doctorante Marie-Pierre Quessada, signale ainsi que le thème précis des origines de l'homme n'est pas au programme dans plusieurs pays, tels que Malte et la Grande-Bretagne. Il a parfois été récemment supprimé comme au Maroc, en Tunisie, au Liban mais aussi au Portugal. Et quand il est présent, il n'est pas toujours enseigné : Grèce et Chypre par exemple. Ce sujet, "très chaud, souffle Pierre Clément, cristallise tous les conflits." Même en France, il est finalement peu présent dans les ouvrages. Délais de transposition didactique concernant les théories de l’évolution ? Pas loin de quatre-vingt-dix ans entre le Descent of man de Darwin (1871) et 1960, année de l'introduction de ce travail du grand Charles dans les programmes scolaires français. Projet BioHead-Citizen

22 Pourquoi l’enseignement de l’évolution est important?
"Nothing in Biology Makes Sense Except in the Light of Evolution" Theodosius Dobzhansky, The American Biology Teacher, volume 35, pages Evolution = concept clef pour comprendre la biologie fondamentale mais aussi applications en santé (résistances des pathogènes) et agronomie (sélection variétés, résistances ravageurs) => Réforme agrégation SVT début années 2000: l’évolution entre explicitement dans le programme Theodosius Dobzhansky, criticising anti-evolution creationism and espousing theistic evolution. The essay was first published in the American Biology Teacher, volume 35, pages Creationists’ efforts to determine what is and what is not science, provides a dangerous precedent for other groups to misuse science classes as a way to promote their religious, pseudoscientific, or other supernatural beliefs. The researchers who conducted previously mentioned international survey point out that their findings "should be troubling for science educators at all levels",1 and they advocate making major reforms in science education: "Basic concepts of evolution should be taught in middle school, high school, and college life sciences courses and the growing number of adults who are uncertain about these ideas suggests that current science instruction is not effective. Because of the rapidly emerging nature of biomedical science, most adults will find it necessary to learn about these new concepts through informal learning opportunities." Moreover, these scholars stress the need to counter the activities of the creationists lobby: “The politicization of science in the name of religion and political partisanship is not new to the United States, but transformation of traditional geographically and economically based political parties into religiously oriented ideological coalitions marks the beginning of a new era for science policy. The broad public acceptance of the benefits of science and technology in the second half of the 20th century allowed science to develop a nonpartisan identification that largely protected it from overt partisanship. That era appears to have closed.” The Council of Europe has recently voiced similar concerns about creationists' activities: "If we are not careful, creationism could become a threat to human rights which are a key concern of the Council of Europe... The war on the theory of evolution and on its proponents most often originates in forms of religious extremism which are closely allied to extreme right-wing political movements... some advocates of creationism are out to replace democracy by theocracy” (see Section VI.).5 Problèmes opposition créationnisme: Enseignement des sciences (légitimité de groupes religieux à décider de l’enseignement des sciences…) Enseignement laïque (cf. rapport Langagne, enseignement des sciences, laïcité et démocratie)

23 Plan de la formation Bases en évolution
Sylvain Charlat CR CNRS, Lyon Génétique, évolution Bases en évolution Les français et la théorie de l’évolution L’épistémologie: le bon niveau de réponse au créationnisme L’évolution humaine (1): aspects comportementaux L’évolution humaine (2): les sociétés humaines Dialogue science et société: évolution/création et d’autres exemples Dominique Guillo DR CNRS, Paris Sociologie Gabriel Marais CR CNRS, Lyon Génome, évolution Idees claires par rapport aux donnees qui sous-tendent la theorie de l’evolution Capables de donner une liste des preuves de l’evolution Reponse aux creationnistes passe par un eclaircissement de ce qu’est l’evolution d’un point de vue epistemologique (diff. sciences / croyances / philosophie) L’evolution de l’homme, qui est souvent au coeur du debat, insistant sur les aspects les moins connus/acceptes Terminera par intervention sur enjeux societaux de l’evolution, reviendra sur creation / evolution, mais pas seulement (autres obstacles que creationnisme, positionnement des scientifiques) Jeff Mauffrey MCF Univ. Marseille Ecologie, évolution Pierre-Henri Gouyon Prof. MNHN, X, INA Génétique, évolution

24 Programme MATIN L'APRES MIDI Mercredi 24 mars G. Marais 10h à 12h
S. Charlat 14h à 18h30 Jeudi 25 mars D. Guillo 9h à 12h 14h à 17h Lundi 29 mars J. Mauffrey Mardi 30 mars 9h à 11h30 P-H. Gouyon 13h30 à 17h Idees claires par rapport aux donnees qui sous-tendent la theorie de l’evolution Capables de donner une liste des preuves de l’evolution Reponse aux creationnistes passe par un eclaircissement de ce qu’est l’evolution d’un point de vue epistemologique (diff. sciences / croyances / philosophie) L’evolution de l’homme, qui est souvent au coeur du debat, insistant sur les aspects les moins connus/acceptes Terminera par intervention sur enjeux societaux de l’evolution, reviendra sur creation / evolution, mais pas seulement (autres obstacles que creationnisme, positionnement des scientifiques)


Télécharger ppt "Science et Société: le cas du conflit évolution / création"

Présentations similaires


Annonces Google