La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

5 e leçon : Humanisme, libéralisme, républicanisme 1.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "5 e leçon : Humanisme, libéralisme, républicanisme 1."— Transcription de la présentation:

1 5 e leçon : Humanisme, libéralisme, républicanisme 1

2 modernité: = sortie du système de pensée théologico-politique « grand récit » catholique : la modernité européenne est la synthèse entre rationalisme et christianisme Athènes – Jérusalem – Rome

3 Humanisme, libéralisme, républicanisme ED: la modernité européenne est une déviation, une subversion philosophie: exercice du doute/raison => critique des systèmes théologiques Evangiles : primat de la singularité => irréductible à toute totalité naturelle

4 le mouvement franciscain pauvreté, « non-droit » >< au Pape >< à la théologie encore univers religieux théocentrisme

5 Renaissance : « humanisme » la modernité : le « système de pensée »

6 sur le plan artistique perspectivisme point de vue humain = pluriel, divisé vision dé-théologisée du monde

7 Fra Carnevale Annonciation 1448

8 sur le plan scientifique « révolution copernicienne » (1543) « rasoir dOccam » Copernic

9 géocentrisme

10 héliocentrisme

11 Luther Wittenberg 1517 : Thèses sur le plan religieux Réforme (1543)

12 Humanisme, libéralisme, républicanisme vita activa expérimentation, création, engagement citoyen >< vita contemplativa prière, méditation

13 Humanisme, libéralisme, républicanisme lhumanisme de la Renaissance humanisme théorique : faire de lH la valeur morale absolue = humanisme pratique : conscience de lhistoricité / relativité de la société

14 Nicolas Machiavel 1469 – 1527 « antiphilosophe » contingence Dieu Nature

15 Nicolas Machiavel 1469 – 1527 « machiavélique » = ruse, perfidie, cynisme « Mach-evil »

16 « scandale » : Le Prince écrit en 1513 publié en 1532 posthume

17 « scandale » : Le Prince raison conjoncturelle surenchère entre Protestants et Catholiques « anti-Machiavel » Jésuites

18 « scandale » : Le Prince raison de fond autonomisation du politique objet propre champ philosophique champ théologique

19 Nicolas Machiavel amoraliste, pas immoraliste « suivre la vérité effective de la chose plutôt que son imagination » prendre en considération les hommes « tels quils vivent », et non tels quils « devraient vivre »

20 Nicolas Machiavel amoraliste, pas immoraliste analyse des acteurs sociaux interactions circonstances

21 Nicolas Machiavel « humanisme civique » : républicanisme participation citoyenne Guichardin « République mixte » Aristote

22 22 Aristote typologie des régimes bons régimesmauvais régimes monarchie (+)tyrannie (-) aristocratie (±)oligarchie (±) « république » (-)démocratie (+)

23 Nicolas Machiavel « humanisme civique » : républicanisme participation citoyenne plèbe (popolo minuto) = acteur politique éloge des révoltes

24 Machiavel = penseur du pouvoir & de la liberté

25 Italie de la Renaissance émergence du pouvoir marchand

26 Italie de la Renaissance mosaïque dentités politiques Cités indépendantes Venise Gènes Florence

27 Cités-Etat prises en tenaille: 2 puissances médiévales résiduelles Pape (Guelfes) Empereur (Gibelins) 2 Etats émergents France Espagne

28 Médicis Cosme 1 er Laurent le Magnifique République de Florence

29 Jérôme Savonarole ( )

30 Jérôme Savonarole République chrétienne « démocratique » puritaine

31 Nicolas Machiavel pouvoir de la parole émergence des classes populaires

32 Piero Soderini ( ) Gonfalonier

33 Nicolas Machiavel « chef de cabinet » ambassades Italie unifiée popolo minuto armée citoyenne condottieri

34 Machiavel à San Casciano Le Prince Discours sur la 1 ère Décade de Tite-Live + Histoires florentines

35 Le Prince (1513) 1532 De Principatibus (lat.) Des Principautés Il Principe (ital.) Le Prince

36 « comment acquérir une Principauté ? » Cités-Etat -> Etat territorial ? unifier lItalie ? Machiavel

37 lecture 1 er degré : leçon de cynisme Encyclopédie, art. « machiavélisme » : « Le Prince enseigne aux souverains à fouler aux pieds la religion, les règles de la justice, la sainteté des pactes, et tout ce quil y a de sacré, lorsque lintérêt lexigera. On pourrait intituler le 15 e et le 25 e chapitres : « Des circonstances où il convient au Prince dêtre un scélérat »

38 lecture 2 e degré : critique du cynisme Jean-Jacques Rousseau « En feignant de donner des leçons aux rois, il en a donné de grandes aux peuples. Le Prince de Machiavel est le livre des Républicains ».

39 Machiavel croise les 2 points de vue point de vue du Prince M penseur du pouvoir point de vue du peuple M penseur de la liberté

40 « Dédicace à Laurent le Magnifique » « je ne voudrais pas quon mimputât à présomption, quétant de petite et basse condition, jose pourtant discourir du gouvernement des Princes et en donner les règles ; car comme ceux qui dessinent les paysages se tiennent dans la plaine pour contempler laspect des montagnes et des lieux hauts, et se juchent sur celles-ci pour contempler les lieux bas, de même pour bien connaître la nature des peuples, il convient dêtre Prince, et pour celle des Princes, dêtre populaire »

41 v° perspectivisme en peinture = point de vue pluriel, divisé manifeste à ladresse du peuple: « pour vous libérer, vous avez besoin dun Prince » manifeste à ladresse du Prince: « pour fonder un Etat, vous avez besoin du peuple »

42 penseur du pouvoir et de la liberté pas de fondement « toutes les choses de la terre sont dans un mouvement perpétuel et ne peuvent demeurer fixes » (Discours,I,6) contingence Fortuna

43 conflit Grands / Peuple « Dans toute Cité, il y a deux partis, celui des Grands et celui du peuple, et toutes les lois favorables à la liberté ne naissent que de leur opposition » (Discours, IV) conflit = constitutif de lunité de la Cité

44 ne pas être effrayés « des cris dun peuple effréné contre le Sénat », ou « de voir courir la populace en tumulte par les rues, fermer les boutiques, et même sortir de Rome en masse » ; « ceux qui condamnent les querelles du Sénat et du peuple condamnent ce qui fut le principe de la liberté ; ils sont beaucoup plus frappés des cris et du bruit quelles occasionnaient sur la place publique que des bons effets quelles produisaient » Discours sur la 1 ère Décade de Tite-Live

45 « virtu » (virtuosité) du Prince ? « Il vaut mieux être le Prince du Peuple que le Prince des Grands ». « On ne peut honnêtement et sans faire tort aux autres contenter les Grands, mais bien certes le peuple ; car le souhait des peuples est plus honnête que le souhait des grands, qui cherchent à tourmenter les petits, et les petits ne le veulent point être » (Le Prince, chap.9)

46 une politique moderne: alliance du Prince / Peuple >< « Grands » = politique féodale rencontre aléatoire entre linsubordination du peuple laudace dun Prince Machiavel

47 le Prince « idéal » = solitaire, marginal => indépendant entrave féodale / religieuse Machiavel

48 César Borgia Le Valentinois fils du Pape Alexandre VI

49 ce qui a manqué à Borgia: = la confiance du peuple = le ciment de la religion Machiavel

50 le « Prince » idéal force militaire (Borgia) & force idéologique (Savonarole) Machiavel

51 lion « faire peur aux loups » P militaire, policier renard « éviter les pièges et les filets » P religieux, idéologique maîtrise de lopinion « idéologie » Virtu du Prince :

52 « il est du devoir des princes et des chefs dune République de maintenir sur ses fondements la religion quon y professe ; car alors rien nest plus facile que de conserver son peuple religieux, cest-à-dire bon et uni. Aussi tout ce qui tend à favoriser la religion doit être le bienvenu, quand bien même on en reconnaîtrait la fausseté » (Discours, I, 12, p. 415) Machiavel

53 la politique pour la religion = la religion pour la politique Machiavel

54 le pouvoir = libéré de la tutelle théologico-politique des prêtres et de la noblesse larmée devient laffaire du peuple la religion devient un instrument politique : « idéologie » Machiavel

55 la pensée politique des 17 e / 18 e – –tenir compte de Machiavel: la politique théologique – –écarter sa dimension subversive éloge du conflit / petit peuple Libéralisme et républicanisme 55

56 le « contrat social » : = lEtat est institué par les hommes pour préserver leurs droits naturels individuels fiction : « tout sest passé comme si » double légitimation – –du pouvoir monarchique – –du marché (ordre marchand) Libéralisme et républicanisme 56

57 rejet des 2 modèles dominants : le modèle théologique (Jérusalem) – –« tout pouvoir vient de Dieu » – –lEtat = réalité surnaturelle (hétéronomie) le modèle naturaliste (Athènes) – –« lhomme est un vivant politique » – –lEtat = réalité naturelle (holisme) Libéralisme et républicanisme 57

58 matrice théorique – –libéralisme: Locke – –républicanisme: Rousseau <= Hobbes – –partisan de la monarchie absolue – – absolutisme : « moderne » Libéralisme et républicanisme 58

59 Cavendish Galilée Harvey protestants catholiques anglicans Thomas Hobbes ( ) 59

60 Cromwell

61 Le Léviathan (1651) 61

62 CB – –Hobbes = catholique + jusnaturaliste ED – –Hobbes = athée / juspositiviste Thomas Hobbes 62

63 L.Strauss, La persécution et lart décrire (1952) 63 « art décrire » ésotérique ou crypté, faussement conformiste, pour contourner la censure religieuse V° Descartes « javance masqué » V° Spinoza « Caute »

64 2 adversaires 2 adversaires 1) la pensée théologico-politique « Maîtres des Ténèbres » « Maîtres des Ténèbres » La peur des Enfers La peur des Enfers Thomas Hobbes 64

65 2 adversaires 2 adversaires 2) lhumanisme civique liberté du peuple liberté du peuple -> guerre civile -> guerre civile Protestants Protestants = Républicains = Républicains Thomas Hobbes Cromwell 65

66 double fiction philosophique double fiction philosophique –état de nature –contrat social Thomas Hobbes l 66

67 67

68 « Cest lart qui crée ce grand Léviathan, République ou État -lequel nest quun homme artificiel, quoique plus grand et plus fort que lhomme naturel, pour la défense et protection duquel il a été conçu » (Préface) Thomas Hobbes 68

69 Léviathan = Etat = réalité artificielle Léviathan = Etat = réalité artificielle –ni théologique –ni naturelle réunit les 2 pouvoirs réunit les 2 pouvoirs –temporel –spirituel Thomas Hobbes 69

70 état de nature besoin, désir = conservation égoïste de soi autrui = menace « lhomme est un loup pour lhomme » « guerre de tous contre tous » Thomas Hobbes 70

71 « droit de nature » : « la liberté qua chacun duser de sa propre puissance, comme il le veut lui- même pour la préservation de sa propre nature, autrement dit de sa propre vie » valeur morale (DN) => État de guerre => juspositivisme Thomas Hobbes

72 état dinsécurité guerre réelle Chute / Péché Thomas Hobbes 72

73 contrat social peur -> calcul -> instituer la paix renoncer à sa puissance la transférer à une instance tierce : Etat Thomas Hobbes 73

74 Etat = « monopole de la violence légitime » positivisme juridique Max Weber 74

75 peur des autres => peur de lEtat peur des autres => peur de lEtat => rapports interindividuels pacifiés => rapports interindividuels pacifiés désenchantement du politique désenchantement du politique finalité de lEtat = sécurité des individus finalité de lEtat = sécurité des individus – bonheur des citoyens – gloire de Dieu Thomas Hobbes 75

76 contrat horizontal entre individus contrat horizontal entre individus –pas de contrat entre Etat / Peuple => Léviathan reste dans létat de nature – par rapport aux criminels/séditieux – par rapport aux autres Etats (guerre) Thomas Hobbes 76

77 Machiavel = non-domination Machiavel = non-domination –sujet dun despote = esclavage –désir de liberté du peuple Hobbes = non-interférence Hobbes = non-interférence –état de guerre = privation de liberté –désir de sécurité des individus -> pouvoir absolu La liberté chez Machiavel / Hobbes 77

78 Hobbes fait scandale Hobbes fait scandale – dans le camp de la monarchie absolue : car rejet de toute légitimité religieuse –dans le camp des « droits de lH » : car éloge du pouvoir absolu car éloge du pouvoir absolu Thomas Hobbes 78

79 la philosophie politique du 18 e : « humaniser », « moraliser » Hobbes la philosophie politique du 18 e : « humaniser », « moraliser » Hobbes Locke : libéralisme Locke : libéralisme –aménagement moral de létat de nature Rousseau : républicanisme Rousseau : républicanisme –aménagement moral du contrat social Libéralisme et républicanisme 79

80 John Locke

81 parti whig (libéral) parti whig (libéral) – parti tory (conservateur) « Glorieuse Révolution » « Glorieuse Révolution » John Locke 81

82 Deux traités du Gouvernement civil Deux traités du Gouvernement civil John Locke 82

83 état de nature état de nature conservation de soi conservation de soi dénuement dénuement –> < violence Hobbes travail, propriété travail, propriété respect dautrui respect dautrui John Locke 83

84 Loi de nature : Loi de nature : « cette loi enseigne à tous les hommes quétant égaux et indépendants, nul ne doit nuire à un autre par rapport à sa vie, à sa santé, à sa liberté, à son bien ». John Locke 84

85 libéralisme libéralisme « société civile » « société civile » « marché » « marché » sociabilité naturelle John Locke 85

86 état de nature état de nature = instabilité = instabilité besoin dun arbitre besoin dun arbitre = Etat John Locke 86

87 contrat social contrat social Etat régulateur Etat régulateur confiance ( peur) confiance ( peur) trust trust « droit de résistance à loppression » « droit de résistance à loppression » John Locke 87

88 humanisation du schéma hobbesien humanisation du schéma hobbesien libertés fondamentales : libertés fondamentales : travail travail propriété propriété John Locke 88

89 Jean-Jacques Rousseau 1712 – 1778 Genève Encyclopédie 89

90 La Nouvelle Héloïse 1761 LEmile 1762 Le contrat social 1762 Jean-Jacques Rousseau 90

91 vision négative de la société marchande Etat : régénérer lhumanité centre de gravité moral: = citoyenneté Jean-Jacques Rousseau 91

92 Hobbes & Locke : schéma à 2 termes Rousseau : 3 e terme: lhistoire Jean-Jacques Rousseau 92

93 (1) « état de nature »: lhomme bon liberté = perfectibilité le « bon sauvage » Jean-Jacques Rousseau 93

94 (2) état de société, histoire = « second état de nature » travail/propriété domination, exploitation Discours sur linégalité (1755) Jean-Jacques Rousseau 94

95 Quelle solution ? Voltaire : « Jai reçu votre nouveau livre contre le genre humain… Il prend envie de marcher à quatre pattes ». Rousseau : « La nature humaine ne rétrograde pas » 95

96 (3) le contrat social Le Contrat Social (1762) ce que devraient être les institutions dun Etat libre protection des droits naturels = « changer la nature humaine » transformation morale de lhomme Jean-Jacques Rousseau 96

97 Révolution 1789 contresens : Rousseau opposé à toute révolution politique 97

98 la volonté générale concept moral, pas empirique moment où le sujet sarrache à ses passions, interroge sa conscience conscience de lintérêt général Jean-Jacques Rousseau 98

99 la volonté générale « La loi est lexpression de la volonté générale. Tous les citoyens ont droit de concourir personnellement, ou par leurs représentants, à sa formation » art.6 Déclaration des droits de lhomme et du citoyen 99

100 la volonté générale ne peut être représentée concept moral nest pas une addition empirique état desprit Jean-Jacques Rousseau 100

101 praticabilité ? 1. principes fondamentaux 2. délégation à un exécutif => lEtat Jean-Jacques Rousseau 101

102 2 alternatives au pessimisme anthropologique de Hobbes : libéralisme de Locke républicanisme de Rousseau Libéralisme et républicanisme 102

103 Locke : revalorise létat de nature primat de la société civile tradition individualiste anglo-saxonne lH = conscience psychologique besoins/ intérêts Libéralisme 103

104 « main invisible » intérêt personnel -> prospérité générale Adam Smith La Richesse des Nations (1776) 104

105 Rousseau : revalorise le contrat social primat de la citoyenneté tradition rationaliste continentale lhomme = conscience morale: arrachement à laliénation Républicanisme 105

106 « Deux conceptions de la liberté » Eloge de la liberté (1969) Isaiah Berlin 106

107 liberté négative = « ne pas être entravé dans ses choix par dautres » non-interférence liberté positive = « être son propre maître » non-domination Isaiah Berlin 107

108 quest-ce que la modernité ? = émergence de lindividu modèle de la « main invisible » = émergence de lautonomie modèle de la « volonté générale » laporie demeure Libéralisme et républicanisme 108


Télécharger ppt "5 e leçon : Humanisme, libéralisme, républicanisme 1."

Présentations similaires


Annonces Google