La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Introduction à la recherche en science politique Jean-Benoit PILET Université Libre de Bruxelles.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Introduction à la recherche en science politique Jean-Benoit PILET Université Libre de Bruxelles."— Transcription de la présentation:

1 1 Introduction à la recherche en science politique Jean-Benoit PILET Université Libre de Bruxelles

2 2 Exemples dapplication du schéma de Quivy et Van Campenhoudt Exemple 1: Etude de labstentionnisme Exemple 2: Etude de la transition vers la démocratie

3 3

4 4

5 5 Exemple 1: La participation politique Etape 1: La question de départ Certaines personnes votent, dautres sabstiennent. Quest-ce qui explique cette différence?

6 6 Etape 2: Lexploration (I) Etat de la situation sur la base des données à disposition Observation des taux de participation aux élections récentes Ce que jai appris: Hausse de labstention Différences selon les pays Différences selon les élections (locales, nationales, européennes)

7 7 Etape 2: Lexploration (II) Premières lectures scientifiques André Blais, What Affects Turnout? Annual Review of Political Science, 9 (2006): Les différentes variables explicatives des différences de turnout Institutionnelle (vote obligatoire, syst. Électoral, unicamérisme) Variables socio-éco (revenu, éducation, classe sociale) Offre politique (nombre de partis, profondeur des clivages) Approche dynamique (la participation du passé induit celle du présent) Van der Eijk, Cees and Marcel van Egmond (2007). Political effects of low turnout in national and European elections, Electoral Studies 26(3): Ce que jai appris: les partis de gauche sont plus touchés par labstention que les partis de droite. Cela peut avoir un impact sur les politiques publiques redistributives. Rosema, Martin (2007). Low turnout: Threat to democracy or blessing in disguise? Consequences of citizens' varying tendencies to vote, Electoral Studies 26(3): Ce que jai appris: labstention touche surtout les moins informés politiquement.

8 8 Etape 3: La question de recherche Les questions possibles Pourquoi le taux de participation (turnout) est-il plus élevé dans certains pays que dans dautres? (macro) Quels facteurs individuels affectent la propension à voter? (micro) Quelles sont les conséquences de labstention sur les politiques publiques menées? Quelles sont les conséquences de labstention sur le rapport des citoyens à la démocratie (confiance, satisfaction, rejet, etc)? Un choix (Ladner & Kersting, 2006): Pourquoi le taux de participation (turnout) est-il plus élevé dans certains pays que dans dautres?

9 9 Etape 4: se donner une problématique La problématique = lapproche ou la perspective théorique que lon décide dadopter pour traiter le problème posé par la question de départ. Elle est langle sous lequel les phénomènes vont être étudiés, la manière dont on va les interroger. (Quivy & Van Campenhoudt, p. 75)

10 10 Les approches de labstention au niveau macro Retour à Blais (2006) et lectures des grands travaux cités. Explications institutionnelles (types délection, jour du vote, vote électronique, etc) Explications socio-économiques (niveau de revenu, niveau déducation) Explications culturelles (religion) Explications par loffre politique (nombre de partis, polarisation, etc)

11 11 Ma problématique Approche institutionnelle: Le système électoral a-t-il un impact sur le taux de participation? La représentation proportionnelle induit-elle plus de participation que le scrutin majoritaire?

12 12 Etape 5: la construction du modèle danalyse 5.1. Formuler des hypothèses Les réponses que jattends a priori à ma question de recherche 5.2. Opérationnalisation Construction des outils de collecte de données (les indicateurs) Choix des méthodes et techniques danalyse des données

13 Lhypothèse: définition Lhypothèse est une proposition qui anticipe une relation entre deux termes qui, selon les cas, peuvent être des concepts ou des phénomènes. (Quivy & Van Campenhoudt, p. 139). Hyp: Les élections organisées à la proportionnelle connaissent un plus grand taux de participation que les élections organisées au scrutin majoritaire

14 14 Lexplication de lhypothèse Plus de participation en RP car Plus grand nombre de partis donc plus facile de trouver un parti quon aime Moins grand risque de vote perdu

15 Lopérationnalisation = processus de concrétisation de ce que lon veut étudier scientifiquement (Angers 1992: 102) Les étapes de lopérationnalisation Préciser les concepts de recherche En faire des concepts opératoires Déterminer les indicateurs/indices Choisir la méthode de collecte des données Choisir la méthode danalyse des données

16 16 Les étapes de lopérationnalisation Préciser les concepts de la recherche PR= quels systèmes? Maj = quels systèmes? Participation électorale= sinscrire sur les listes délecteurs? Votes invalides? Votes blancs? En faire un concept opératoire PR= système de listes avec distribution des sièges à la plus forte moyenne ou aux plus grands restes (STV exclu, systèmes mixtes exclus) Participation électorale= pourcentage délecteurs inscrits qui ont été voter, que ce soit de façon invalide, blanche ou valide.

17 17 Les étapes de lopérationnalisation (II) Déterminer les indicateurs/ les indices % de votes exprimés Différences moyennes entre turnout RP et maj. Choisir la méthode de collecte des données la plus appropriée Quel cas? Choix des élections municipales suisses Plus de cas Plusieurs systèmes électoraux suisses pour réduire la variation sur les autres variables Un laps de temps court pour réduire la variations autre que sur le système électoral Choisir la méthode danalyse des données Analyse de corrélation

18 18 Etape 6: Lobservation – La collecte de données Elections municipales en Suisse Elections locales Prendre le taux de participation pour les 1848 municipalités Prendre les informations suivantes sur lesdites municipalités Système électoral (RP vs. maj) Taille de la population Existence de partis locaux organisés Taux de participation aux élections cantonales

19 19 Etape 7: Lanalyse des données Les quatre étapes de lanalyse des données La préparation des données: décrire et agréger Lanalyse des relations entre variables La comparaison des résultats observés avec les résultats attendus (vérification des hypothèses) Linterprétation des écarts = passer à lexplication

20 20 Préparation des données Construction des indices prêts à lanalyse Variable binaire: maj vs. RP Population de la commune en chiffres absolus et en catégories Taux de participation municipal en % Taux de participation cantonal en % Indice de la force organisationnels des partis locaux

21 21 Analyse des données Différence moyenne de turnout entre RP et Maj+12.1% Analyse de corrélation PR.199 Taille population-.253 Force organisationnelle des partis-.052 Turnout élections cantonales.636

22 22 Retour à lhypothèse Elle est vérifiée. Le turnout moyen est bien supérieur dans les cantons de RP. La corrélation entre turnout et RP est positive. Mais faiblement. Explications: dautres facteurs sont plus importants. Habitude du vote (élections cantonales) Taille de la commune (personnalisation de la politique)

23 23 Etape 8: Les conclusions Réexpliquer sa démarche: Question de départ: Pourquoi certains pays ont plus de citoyens qui votent? Différentes explications Choix de linstitutionnel et du mode de scrutin Choix de la Suisse Justifier ses choix Institutionnel car plus aisé à changer au besoin que la culture politique Suisse car permet de faire varier le système électoral dans un même pays Expliquer ce quon a appris et découvert Plus de participation en RP Mais impact relativement limité Pistes pour des recherches futures Travail qualitatif auprès de groupes délecteurs dans des municipalités de taille différente pour voir si cest bien le système électoral proportionnelle qui les fait voter plus.

24 24

25 25 Exemple 2: Les déterminants des réformes électorales – travail post-doctoral Etape 1: La question de départ La littérature suppose que les gros partis préfèrent le scrutin majoritaire et les petits la RP (Colomer 2005). Pourquoi le CVP et le PS sopposent au scrutin majoritaire. Pourquoi?

26 26 Etape 2: Lexploration (I) Y a-t-il dautres cas étranges de grands partis pro-RP? Parti québécois à la fin des années 1990 Forza Italie en 2005 PC in New Brunswick dans les années 1990 PC in Prince Edward Island dans les années 1990 Y a-t-il des cas étranges de petits partis pro- MAJ? VLD et PRL dans les années 1990 D66 aux Pays-Bas

27 27 Etape 2: Lexploration (II) Lectures sur le choix stratégique et la réforme électorale Benoit, Kenneth, Models of Electoral System Change, Electoral Studies, vol. 23, Issue 3, 2004, pp Pour être stratégique, les acteurs doivent être bien informés. Andrews Josephine and Jackmann Robert (2005) Strategic Fools: Electoral Rule Choice Under Extreme Uncertainty, Electoral Studies 24 (1): Le choix stratégique en réforme électorale basé sur des simulations est extrêmement incertain. Colomer Josep (2005), Its Parties that Choose Electoral Systems (or Duvergers Laws Upside Down), Political Studies, 53 (1): En situation dincertitude forte, les partis jouent la sécurité (la RP).

28 28 Etape 3: La question de recherche La définition de lintérêt stratégique des partis se base-t-elle sur dautres éléments que les simulations de leffet hypothétique dune réforme?

29 29 Etape 4: se donner une problématique La problématique = lapproche ou la perspective théorique que lon décide dadopter pour traiter le problème posé par la question de départ. Elle est langle sous lequel les phénomènes vont être étudiés, la manière dont on va les interroger. (Quivy & Van Campenhoudt, p. 75) La problématique fait le lien entre lobjet détude et les ressources théoriques que lon pense adéquates pour létudier (Ibidem).

30 30 Les modèles explicatifs des réformes électorales Approche par les intérêts (Benoit, Boix) Office-seeking Policy-seeking Retrospective vs Prospective (McKuen) Satisfaction et réforme électorale (Bowler & Blais) Approche par les idées (Gaxie, Birch) Approche par les contraintes institutionnelles, sociales et historiques (Norris)

31 31 Choix de la problématique Approche stratégique, par les intérêts Office-seeking Policy-seeking Travail sur les résultats passés (retrospective) et sur les résultats futurs (prospective)

32 32 Etape 5: la construction du modèle danalyse 5.1. Formuler des hypothèses Les réponses que jattends a priori à ma question de recherche 5.2. Opérationnalisation Construction des outils de collecte de données (les indicateurs) Choix des méthodes et techniques danalyse des données

33 Lhypothèse: définition Lhypothèse est une proposition qui anticipe une relation entre deux termes qui, selon les cas, peuvent être des concepts ou des phénomènes. Elle est donc une proposition provisoire, une présomption qui demande à être vérifiée. Dès lors, lhypothèse sera confrontée, dans une étape ultérieure de la recherche, à des données dobservation (Quivy & Van Campenhoudt, p. 139).

34 34 Hypothèses H1: Les partis soutiennent une réforme si leurs résultats en sièges dans le passé étaient mauvais H2: Les partis soutiennent une réforme si leur participation passées au gouvernement étaient peu fréquentes H3: Les partis soutiennent une réforme sils peuvent espérer y gagner dans le futur.

35 Lopérationnalisation = processus de concrétisation de ce que lon veut étudier scientifiquement (Angers 1992: 102) = létape intermédiaire et essentielle entre lhypothèse et le travail empirique danalyse (Mace 1988: 47)

36 36 Les étapes de lopérationnalisation (I) Préciser les concepts de la recherche Mauvais résultats dans le passé: Translation des voix en sièges Faible participation au gouvernement: nombre dannées passées au pouvoir Bons espoirs en cas de réforme: plus de sièges dans le futur quactuellement Soutien à la réforme: Voter pour les projets/propositions de réforme En faire un concept opératoire Mauvais résultats: Moyenne de proportionnalité voix/sièges sur une génération politique (25 ans) Faible participation au gouvernement: années au gouvernement sur une génération politique (25 ans) Gains attendus: Différence sièges maintenant et sièges si réforme

37 37 Les étapes de lopérationnalisation (II) Déterminer les indicateurs/ les indices Gain/Loss Sim DISPROMEAN GVTYEARS VD: variable ordinale quadrinomiale Collecte des données Belgique, Colombie britannique, Canada, Israël, Italie (1993 et 2005), Japon, Pays-Bas, New Zealand, New Brunswick, PEI, Ontario, Québe, Royaume Uni Débats sérieux Partis faisant plus de 5% (N= 103) Analyse des données Régression multivariée (fonction Cauchit)

38 38 Etape 6: Lobservation Constitution dune base de données avec pour chaque pays La position des partis Leur score selon la simulation Leurs scores en voix et en sièges aux élections des 25 dernières années Leur présence au gouvernement sur les 25 dernières années

39 39 Etape 7: Analyse des résultats (I) Dependant variable: parties attitude about the possible change of electoral system Independant variable: expectation in term of seats

40 40 Analyse des résultats (2) Other possible explaining factors: years spent in government and mean of disproportionality Results: they do prove to be more significant

41 41 Analyse des résultats (3) Combining both retrospective and prospective variables: building a good explanatory model

42 42 Comparaison entre les résultats observés et attendus H1: Les partis soutiennent une réforme si leurs résultats en sièges dans le passé étaient mauvais Confirmé mais faible H2: Les partis soutiennent une réforme si leur participation passées au gouvernement étaient peu fréquentes Confirmé et fort H3: Les partis soutiennent une réforme sils peuvent espérer y gagner dans le futur. Infirmé

43 43 Linterprétation des résultats Vu lincertitude sur les résultats futurs, les partis se basent plus sur le passé Il en faut beaucoup pour convaincre un parti gagnant de soutenir le changement. Le principal, cest la présence au pouvoir. Si on y est souvent (CVP-PS), on ne veut pas changer Si on y est peu (PRL-VLD), on veut changer

44 44 Etape 8: Les conclusions Réexpliquer sa démarche (revenir sur les différentes étapes) Réexpliquer et justifier ses choix Expliquer ce quon a appris et découvert Nouvelles connaissances relatives à lobjet danalyse Nouvelles connaissances théoriques Pistes pour des recherches futures

45 45

46 46 Exemple 3: La politisation de limmigration Etape 1: La question de départ Dans certains pays, limmigration est un enjeu politique (PB, France, Flandre, Autriche) mais dans dautres pas (Irlande, Espagne, RU) Quest-ce qui explique cette différence?

47 47 Etape 2: Lexploration (I) Politisation de lenjeu de limmigration sur la base des scores des partis dextrême droite Forts: Flandre (Vlaams Belang), PB (LPF, PVV), Autriche (FPÖ), Suisse (UDC), Italie (LN, AN), France (FN) Moyen: RU (BNP), Danemark, Belgique FR Faible: Espagne, Portugal, Grèce, Allemagne, Irlande, Luxembourg Différents moments de politisation Fin années 1980-Début 1990: Flandre, Autriche, Suisse, Italie, France Fin années 1990: PB Fin années 2000: RU

48 48 Etape 2: Lexploration (II) Lectures sur le succès des partis anti-immigration van der Brug Wouter, Fennema Meindert & Tillie Jean, Why some anti-immigrant parties succeed and other fails? A Two-step model of aggregate electoral support, Comparative Political Studies, 38 (5), 2005: Causes multiples de leur succès: ouverture du système politique, intégration de lenjeu de limmigration par dautres partis, importance démographique de limigration Lectures sur la question de limmigration au-delà des partis dextrême droite Giugni, M. and F. Passy (2001). Political altruism? : solidarity movements in international perspective. Lanham, MD: Rowman and Littlefield Publishers. La politisation de lenjeu de limmigration dépend aussi de la mobilisation des mouvements pro-immigration Lectures sur les enjeux soulevés par limmigration A. Geddes & M. Bommes (Eds.), Immigration and Welfare: Challenging the Borders of the Welfare State, London: Routledge, Immigration et débat sur laccès aux droits sociaux

49 49 Etape 3: La question de recherche Quelles sont les conditions expliquant le degré de politisation de limmigration?

50 50 Etape 4: se donner une problématique La problématique = lapproche ou la perspective théorique que lon décide dadopter pour traiter le problème posé par la question de départ. Elle est langle sous lequel les phénomènes vont être étudiés, la manière dont on va les interroger. (Quivy & Van Campenhoudt, p. 75) La problématique fait le lien entre lobjet détude et les ressources théoriques que lon pense adéquates pour létudier (Ibidem).

51 51 Les modèles explicatifs de la politisation de limmigration Demand-side explanation Lexplication est à trouver dans la société et son évolution Hausse objective de limmigration Modernisation/Mondialisation avec des perdants et des gagnants (Kriesi) Lintégration légale des immigrés et sa facilité peut créer des tensions External supply-side Lémergence de lenjeu de limmigration est freinée ou facilitée par le système politique (political opportunity structure) et le système médiatique (discursive opportunity structure) International supply-side Lémergence de lenjeu dépend des qualités des entrepreneurs politiques qui veulent mobiliser lenjeu (partis pro et anti- immigration)

52 52 Choix de la problématique Combinaison de demand-side et dexternal supply side Rien sur linternal demand-side (déjà fort étudié)

53 53 Etape 5: la construction du modèle danalyse 5.1. Formuler des hypothèses Les réponses que jattends a priori à ma question de recherche 5.2. Opérationnalisation Construction des outils de collecte de données (les indicateurs) Choix des méthodes et techniques danalyse des données

54 Lhypothèse: définition Lhypothèse est une proposition qui anticipe une relation entre deux termes qui, selon les cas, peuvent être des concepts ou des phénomènes. Elle est donc une proposition provisoire, une présomption qui demande à être vérifiée. Dès lors, lhypothèse sera confrontée, dans une étape ultérieure de la recherche, à des données dobservation (Quivy & Van Campenhoudt, p. 139).

55 55 Hypothèses H1: The larger the number of immigrants relative to the population, the more likely it is that their presence gives rise to anti-immigrant mobilization. H2: the more easily immigrants can be culturally differentiated from the indigenous population; the easier it becomes to mobilize anti-immigration sentiments. H3: The more social rights immigrants have obtained, the more likely it is that their presence becomes a political issue. H4: the more open the political opportunity structure, the more easily immigration would be politicized.

56 Lopérationnalisation = processus de concrétisation de ce que lon veut étudier scientifiquement (Angers 1992: 102) = létape intermédiaire et essentielle entre lhypothèse et le travail empirique danalyse (Mace 1988: 47)

57 57 Les étapes de lopérationnalisation (I) Préciser les concepts de la recherche Importance démographique de limmigration Différenciation culturelle des migrants Droits sociaux Political opportunity structure Discursive opportunity structure En faire un concept opératoire Importance démographique de limmigration: % par rapport à la population totale? % maximum dans certaines zones? Est-on encore migrant si on obtient la nationalité? Différenciation culturelle des migrants: sur quels critères? Religion? Couleur de peau? Europe vs. autre? Langue? Droits sociaux: lesquels? Droits politiques aussi? Droits religieux? Political opportunity structure Degré de centralisation Nombre de partis Corporatisme Discursive opportunity structure Fréquence du sujet de limmigration dans les médis (fréquence) Ton employé pour parler de limmigration (framing)

58 58 Les étapes de lopérationnalisation (II) Déterminer les indicateurs/ les indices VD: politisation (medias, citoyens, partis) Nombre de migrants Degré de différenciation culturelle Droits Droit de vote Accès à la nationalité Accès au logement Accès au chômage Droits religieux POS Système électoral Centralisation Nombre de partis Participation des syndicats aux accords sociaux EOS Analyse de deux quotidiens (tabloid and quality papers) A quelle fréquence?

59 59 Les étapes de lopérationnalisation (III) Collecte des données 7 pays Forte politisation: Flandre, Autriche, Suisse, PB Faible politisation: Espagne, Irlande, Wallonie, UK Comparaison entre pays (cross-section) et à travers le temps (time-series) Analyse des données QCA Regression Quali (interviews)


Télécharger ppt "1 Introduction à la recherche en science politique Jean-Benoit PILET Université Libre de Bruxelles."

Présentations similaires


Annonces Google