La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

3.3. Indices et échelles. 1. Par différence à une typologie, un indice consiste en laddition des scores obtenus sur un nombre variable dindicateurs. On.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "3.3. Indices et échelles. 1. Par différence à une typologie, un indice consiste en laddition des scores obtenus sur un nombre variable dindicateurs. On."— Transcription de la présentation:

1 3.3. Indices et échelles

2 1. Par différence à une typologie, un indice consiste en laddition des scores obtenus sur un nombre variable dindicateurs. On a donc affaire à une variable ordinale ou métrique plutôt quà une variable nominale. Un score donné peut être atteint par des « chemins » très différents: fort score sur un indicateur ou score moyens sur plusieurs, etc. 2. Phases: a) Sélection des indicateurs b) Choix des états sur chaque indicateur c) Choix d'une méthode de sommation: équi-pondération ou non d) Choix de létalement des scores e) Remplacement des données manquantes 3. Ex: Participation des conjoints aux tâches domestiques: Repas, Rangements, Lessives, Courses, Administration, Agenda, Réparations; 4 états, par quarts; Pondération éventuelle par les heures ouvrées; regroupement éventuel par 1/5èmes; remplacement par moyenne dans le secteur 4. Ex. Répartition du pouvoir de décision: Achats importants, Vacances, Budget, Invitations et sorties, Agencement du domicile, Routines quotidiennes; 3 états: Ego, autrui, Egal; Equi- pondération ou constitution dune pondération par pré-test; Remplacement par valeur modale

3 Par différences aux indices, les échelles ajoutent en principe à cette sommation l'idée de hiérarchisation des indicateurs compris dans la mesure. Si la scalabilité est vérifiée, on na donc en principe quun chemin pour parvenir à un score donné. Les échelles dites dattitudes concernent des opinions croyances, normes, valeurs dont on estime quelles sont sous-tendue spar une dimension sous-jacente, allant dun pôle de rejet à un pôle dacceptation totale. La création de telles échelles obéit aux mêmes phases que les indices, avec deux étapes additionnelles: - lexamen des corrélations inter-indicateurs avec rejet des situations extrêmes: redondance et pluridimensionnalité; - si possible, validation par des comportements-critères On connaît différents genres déchelles. La plus simple est celle du modèle de Bogardus: ici, la scalabilité est tenue pour « évidente ». P.ex. Xénophobie : « Accepteriez-vous un …..comme 1) gendre, 2) membre de votre club; 3) voisin; 4) collaborateur; 5) citoyen; 6) visiteur dans la région; 7) Exclusion totale. Attention aux intervalles arbitraires et à une sensibilité variable aux stimuli proposés

4 Lapproche de Thurstone date des années 1927, en suite aux travaux de Weber et Fechner Elle consiste dabord en la réunion dun ensemble important de « propositions » supposées correspondre au continuum recherché Ces propositions sont soumises à des « juges » ( en fait des sujets érigés en experts) : une centaine selon Duverger, selon Grawitz. Chaque proposition est classée par chaque juge dans des « cases » (de 7 à 11) correspondant à des sortes de notes de positivité ou de négativité (sévérité, hostilité,etc) croissante. Les propositions dont la dispersion est grande sont éliminées Chaque proposition retenue est affectée dune note équivalant à la valeur médiane de ses classements par les juges. Les propositions, mélangées sont présentées aux « sujets » de lenquête ou de lexpérience, qui ont pour consigne de les accepter ou de les refuser La position dun sujet est donnée par la médiane des valeurs déchelle des propositions que le sujet a retenues.

5 Lapproche de Guttman se donne pour but de tester explicitement la « scalabilité ». Le principe est simple: il y a scalabilité si lacceptation dun item donné implique lacceptation des précédents, et que le rejet dun item donné implique celui des suivants. Analogie avec les niveaux scolaires. Les phases: sélection ditems « pertinents », avec réponse de préférence dichotomique; éliminer les items qui reçoivent plus de 80% dacceptation ou de rejet par une population-test; ordonner les items retenus de gauche à droite par ordre croissant de réponses positives et en ordonnant les répondants de haut en bas par ordre de réponse positive aux items les plus élevés Sil y a stricte scalabilité, on obtient alors une sorte de parallélogramme; les « erreurs » apparaissent comme des « trous » dans une séquence » ou comme des points isolés. Mesurer la valeur de léchelle, cest mesurer la distance entre la forme parfaite et la forme obtenue. La reproductibilité est calculée comme suit : R = 1 – (Nombre derreurs / (Nombre ditems x Nombre de sujets)) On estime que la limite de fiabilité est de R = min.0,9 On peut évidemment améliorer la scalabilité en éliminant des items particulièrement « perturbateurs » ou en éliminant du calcul les sujets – sils sont rares – dont les réponses paraissent non fiables ou aberrantes. Notons que la reproductibilité varie avec chaque échantillon.

6 Les échelles de Likert sont en fait une sorte dintermédiaire entre un indice et une échelle, car la scalabilité y est bien moins validée que dans les cas précédents. Il sagit de rassembler nombre de propositions, qui sont en fait des opinions ( éviter les faits…!), sur le thème envisagé. Ces propositions sont soumises aux sujets, qui les acceptent ou les refusent en indiquant leur avis sur une échelle en 5 positions (p.ex. tàf. daccord, assez…, ni/ni…,plutôt pas.., pas du tout daccord) Notons que les items doivent être clairement favorables ou clairement défavorables à lobjet visé On retient els items qui différencient le mieux et qui montrent la meilleure corrélation entre le score global et le score sur litem.

7 La technique des différenciateurs sémantiques dOsgood part de lidée que l « attitude » vis-à-vis de lobjet considéré comprend trois dimensions : - cognitive : propriétés attribuées à lobjet - évaluative: sympathie ou antipathie pour lobjet - active: intentions daction par rapport à lobjet On apparie alors à un « objet » donné ( p.ex. Mariage, Démocratie, Divorce, Université…) un ensemble dadjectifs à significations clairement opposées (p.ex. bon marché/luxueux; fort/faible; agréable/déagréable; bruyant/silencieux….) Ces adjectifs sont séparés par sept cases numérotées de 1 à 7


Télécharger ppt "3.3. Indices et échelles. 1. Par différence à une typologie, un indice consiste en laddition des scores obtenus sur un nombre variable dindicateurs. On."

Présentations similaires


Annonces Google