La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Pierre le Vénérable Lettre à Louis roi des Français, prince illustre et magnifique, roi glorieux des Français, frère Pierre, humble abbé de Cluny. (traduction.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Pierre le Vénérable Lettre à Louis roi des Français, prince illustre et magnifique, roi glorieux des Français, frère Pierre, humble abbé de Cluny. (traduction."— Transcription de la présentation:

1 Pierre le Vénérable Lettre à Louis roi des Français, prince illustre et magnifique, roi glorieux des Français, frère Pierre, humble abbé de Cluny. (traduction libre faite à partir de lédition critique procurée par G. Constable, The Letters of Peter the Venerable, Cambridge, Harvard U Press, 1967, p Lettre à Louis roi des Français, prince illustre et magnifique, roi glorieux des Français, frère Pierre, humble abbé de Cluny. (traduction libre faite à partir de lédition critique procurée par G. Constable, The Letters of Peter the Venerable, Cambridge, Harvard U Press, 1967, p (…) (…) 1. Mais pourquoi poursuivre les ennemis de lespérance chrétienne dans des terres éloignées, alors que les juifs blasphémateurs, qui sont de loin plus nuisibles que les Sarrasins, nhabitent pas, eux, loin de nous, mais en notre sein, et que, avec tant de liberté et daudace, ils blasphèment, foulent aux pieds, flétrissent en toute impunité le Christ et les Sacrements chrétiens ? 1. Mais pourquoi poursuivre les ennemis de lespérance chrétienne dans des terres éloignées, alors que les juifs blasphémateurs, qui sont de loin plus nuisibles que les Sarrasins, nhabitent pas, eux, loin de nous, mais en notre sein, et que, avec tant de liberté et daudace, ils blasphèment, foulent aux pieds, flétrissent en toute impunité le Christ et les Sacrements chrétiens ?

2 Pierre le Vénérable 2. Comment le zèle nourrira-t-il les fils de Dieu, si les ennemis par excellence du Christ et des chrétiens séchappent indemnes ? Ou bien le roi des chrétiens aurait-il oublié ce qui fut dit par un certain roi des juifs ? « Yahvé, nai-je pas en haine qui te hait, en dégoût, ceux qui se dressent contre toi ? Je les hais dune haine parfaite, ce sont pour moi des ennemis » (Ps. 138, 21-22). 2. Comment le zèle nourrira-t-il les fils de Dieu, si les ennemis par excellence du Christ et des chrétiens séchappent indemnes ? Ou bien le roi des chrétiens aurait-il oublié ce qui fut dit par un certain roi des juifs ? « Yahvé, nai-je pas en haine qui te hait, en dégoût, ceux qui se dressent contre toi ? Je les hais dune haine parfaite, ce sont pour moi des ennemis » (Ps. 138, 21-22).

3 Pierre le Vénérable 3. Il est vrai quil faut détester les Sarrasins, car sils admettent comme nous que le Christ est né dune vierge, et quils partagent avec nous plusieurs croyances à son sujet, ils récusent Dieu et le fils de Dieu – alors que ce sont des croyances plus importantes – et ils nient sa mort et sa résurrection, en lesquels repose tout notre salut; mais que dire des juifs, qui rejettent en bloc le Christ et la foi chrétienne, qui récusent, blasphèment et raillent la naissance virginale et tous les sacrements de la rédemption humaine ? 3. Il est vrai quil faut détester les Sarrasins, car sils admettent comme nous que le Christ est né dune vierge, et quils partagent avec nous plusieurs croyances à son sujet, ils récusent Dieu et le fils de Dieu – alors que ce sont des croyances plus importantes – et ils nient sa mort et sa résurrection, en lesquels repose tout notre salut; mais que dire des juifs, qui rejettent en bloc le Christ et la foi chrétienne, qui récusent, blasphèment et raillent la naissance virginale et tous les sacrements de la rédemption humaine ?

4 Pierre le Vénérable 4. Mais cela je ne le dis pas afin dexhorter le glaive royal ou chrétien à tuer ces impies, car je rappelle ce qui est écrit à leur sujet dans les Psaumes; le prophète, en effet, sous linspiration divine, dit : « Ne les massacre pas, que mon peuple noublie » (Ps. 58,12). Car Dieu ne veut pas quils soient simplement tués ou totalement éradiqués; il veut les garder en vie afin de les livrer à de pires tourments et à une plus grande ignominie, comme le fratricide Caïn. Après avoir versé le sang de son frère, Caïn dit ceci : « le premier venu me tuera » (Gen. 4,14), Dieu lui répondit : tu ne mourras pas comme tu le penses, mais tu erras en gémissant « sur la terre qui a ouvert la bouche et qui a reçu de ta main le sang de ton frère (Gen 4.11). Ainsi en a voulu depuis la passion et la mort du Christ la juste sévérité de Dieu, et ainsi en sera-t-il jusquà la fin du monde de ces juifs maudits. 4. Mais cela je ne le dis pas afin dexhorter le glaive royal ou chrétien à tuer ces impies, car je rappelle ce qui est écrit à leur sujet dans les Psaumes; le prophète, en effet, sous linspiration divine, dit : « Ne les massacre pas, que mon peuple noublie » (Ps. 58,12). Car Dieu ne veut pas quils soient simplement tués ou totalement éradiqués; il veut les garder en vie afin de les livrer à de pires tourments et à une plus grande ignominie, comme le fratricide Caïn. Après avoir versé le sang de son frère, Caïn dit ceci : « le premier venu me tuera » (Gen. 4,14), Dieu lui répondit : tu ne mourras pas comme tu le penses, mais tu erras en gémissant « sur la terre qui a ouvert la bouche et qui a reçu de ta main le sang de ton frère (Gen 4.11). Ainsi en a voulu depuis la passion et la mort du Christ la juste sévérité de Dieu, et ainsi en sera-t-il jusquà la fin du monde de ces juifs maudits.

5 Pierre le Vénérable 5. Je rappelle que je ne demande pas quon les tue, mais quils soient punis dune peine proportionnelle à leur fourberie. Or quelle meilleure punition que celle par laquelle liniquité est condamnée, la charité confortée ? Quoi de plus juste quils soient dépouillés de ce quils ont frauduleusement acquis, que ce quils ont indignement dérobé leur soit enlevé ? Ce que je dis, tout le monde le sait. 5. Je rappelle que je ne demande pas quon les tue, mais quils soient punis dune peine proportionnelle à leur fourberie. Or quelle meilleure punition que celle par laquelle liniquité est condamnée, la charité confortée ? Quoi de plus juste quils soient dépouillés de ce quils ont frauduleusement acquis, que ce quils ont indignement dérobé leur soit enlevé ? Ce que je dis, tout le monde le sait.

6 6. Ce nest pas par lagriculture, par un office légal, par un quelconque métier honnête et utile quils accumulent des fruits dans leur grenier, du vin dans leur cellier, les pièces dans leur bourse, de lor ou de largent dans leurs coffres mais dans la mesure où ils dérobent avec fourberie aux chrétiens et achètent sournoisement aux voleurs, ils se procurent à vil prix les choses les plus chères. 6. Ce nest pas par lagriculture, par un office légal, par un quelconque métier honnête et utile quils accumulent des fruits dans leur grenier, du vin dans leur cellier, les pièces dans leur bourse, de lor ou de largent dans leurs coffres mais dans la mesure où ils dérobent avec fourberie aux chrétiens et achètent sournoisement aux voleurs, ils se procurent à vil prix les choses les plus chères.

7 Pierre le Vénérable 7. Si un cambrioleur, entrant par effraction dans une Église, par une hardiesse sacrilège emportent les candélabres, des vases, des encensoirs, des saints crucifix mêmes et des calices consacrés, puisquil fuit les chrétiens, il se porte vers les juifs et, jouissant chez eux dune sécurité condamnable, non seulement il se cache, mais ce quil a dérobé à la sainte Église, il le donne aux synagogues de Satan. Il distribue la coupe du corps et du sang du christ aux tueurs du corps et à ceux qui ont répandu le sang du Christ. 7. Si un cambrioleur, entrant par effraction dans une Église, par une hardiesse sacrilège emportent les candélabres, des vases, des encensoirs, des saints crucifix mêmes et des calices consacrés, puisquil fuit les chrétiens, il se porte vers les juifs et, jouissant chez eux dune sécurité condamnable, non seulement il se cache, mais ce quil a dérobé à la sainte Église, il le donne aux synagogues de Satan. Il distribue la coupe du corps et du sang du christ aux tueurs du corps et à ceux qui ont répandu le sang du Christ.

8 Pierre le Vénérable Par biens « soustraits » ou « extirpés », Pierre nentend pas simplement ce quun usurier peut prélever dune production « honnête » et que les financiers juifs finissent par acquérir à vil prix. Il se réfère surtout au « vol » dobjets ecclésiastiques écoulés chez les juifs puis cachés et vendus aux « synagogues de Satan ». Assimile-t-il le dépôt dobjets liturgiques en gage chez les juifs au vol et au recel ? Sans doute. (Iognat-Prat, p. 278). Par biens « soustraits » ou « extirpés », Pierre nentend pas simplement ce quun usurier peut prélever dune production « honnête » et que les financiers juifs finissent par acquérir à vil prix. Il se réfère surtout au « vol » dobjets ecclésiastiques écoulés chez les juifs puis cachés et vendus aux « synagogues de Satan ». Assimile-t-il le dépôt dobjets liturgiques en gage chez les juifs au vol et au recel ? Sans doute. (Iognat-Prat, p. 278).

9 Pierre le Vénérable Un autre aspect très important des rapports des juifs avec les seigneurs consistait dans les opérations du crédit; les responsa de Rashi dans ce domaine sinscrivent dans le cadre des problèmes dont les Sages ont fréquemment été saisis, à savoir les prêts à intérêt, voire lusure, consentis par les juifs aux chrétiens. Néanmoins, on y trouve aussi le témoignage des opérations de crédit en sens inverse, soit des prêts ou plutôt placements de capitaux par des seigneurs chez des marchands juifs. Dans les deux sens, les transactions étaient scellées par des serments et par le dépôt de gages, dont des objets sacrés, par exemple le dépôt de livres sacrés par le juif chez son créancier, afin de garantir lacquit de la dette et de lintérêt. A. Graboïs, « La société urbaine chrétienne dans la France septentrionale », Revue historique 600 (1996), p Un autre aspect très important des rapports des juifs avec les seigneurs consistait dans les opérations du crédit; les responsa de Rashi dans ce domaine sinscrivent dans le cadre des problèmes dont les Sages ont fréquemment été saisis, à savoir les prêts à intérêt, voire lusure, consentis par les juifs aux chrétiens. Néanmoins, on y trouve aussi le témoignage des opérations de crédit en sens inverse, soit des prêts ou plutôt placements de capitaux par des seigneurs chez des marchands juifs. Dans les deux sens, les transactions étaient scellées par des serments et par le dépôt de gages, dont des objets sacrés, par exemple le dépôt de livres sacrés par le juif chez son créancier, afin de garantir lacquit de la dette et de lintérêt. A. Graboïs, « La société urbaine chrétienne dans la France septentrionale », Revue historique 600 (1996), p. 245.

10 Pierre le Vénérable 9. En outre, afin que ce vol et ce commerce des juifs soient plus sûrs, une loi ancienne déjà ancienne mais véritablement diabolique, fut instaurée par les chrétiens. Selon cette loi, si une chose ecclésiastique ou, ce qui est encore pire, une coupe sacrée est découverte chez les juifs, ceux-ci nont pas lobligation de rendre les choses acquises par un vol sacrilège, et le juif nest pas tenu de dénoncer le voleur. Un crime odieux demeure donc dans le juif, qui est puni, chez le chrétien, par la pendaison. 9. En outre, afin que ce vol et ce commerce des juifs soient plus sûrs, une loi ancienne déjà ancienne mais véritablement diabolique, fut instaurée par les chrétiens. Selon cette loi, si une chose ecclésiastique ou, ce qui est encore pire, une coupe sacrée est découverte chez les juifs, ceux-ci nont pas lobligation de rendre les choses acquises par un vol sacrilège, et le juif nest pas tenu de dénoncer le voleur. Un crime odieux demeure donc dans le juif, qui est puni, chez le chrétien, par la pendaison.

11 Pierre le Vénérable 10. Le juif sengraisse et abonde en biens. Quil soit donc dépouillé de ces biens mal acquis ou que la plus grande partie lui en soit confisquée. Que larmée chrétienne qui, afin dexpulser le Sarrasin, accapare leur fortune et leurs terres, népargne pas les trésors mal acquis des juifs. Quon leur laisse la vie sauve, mais quon les dépouille de leur fortune afin que les troupes chrétiennes, aidées par les richesses des juifs blasphémateurs, puissent expulser les Sarrasins. 10. Le juif sengraisse et abonde en biens. Quil soit donc dépouillé de ces biens mal acquis ou que la plus grande partie lui en soit confisquée. Que larmée chrétienne qui, afin dexpulser le Sarrasin, accapare leur fortune et leurs terres, népargne pas les trésors mal acquis des juifs. Quon leur laisse la vie sauve, mais quon les dépouille de leur fortune afin que les troupes chrétiennes, aidées par les richesses des juifs blasphémateurs, puissent expulser les Sarrasins.

12 Le Contre la dureté invétérée des juifs « Je noserais pas tappeler un homme, de peur de mentir, car je reconnais que cette faculté qui distingue lhomme et le place au-dessus des autres animaux et des bêtes est en toi éteinte et même ensevelie ». Contre la dureté invétérée des juifs, V, 6-8, ed. Friedman. « Je noserais pas tappeler un homme, de peur de mentir, car je reconnais que cette faculté qui distingue lhomme et le place au-dessus des autres animaux et des bêtes est en toi éteinte et même ensevelie ». Contre la dureté invétérée des juifs, V, 6-8, ed. Friedman.

13 Le Contre la dureté invétérée des juifs Les écrits antijuifs de Pierre le Vénérable trahissent de façon exemplaire, parce que grossissante, le malaise dun clerc latin du XIIe siècle face à un autre et impossible soi-même. Pareille réaction de rejet participe de façon non négligeable aux processus délaboration dune identité juive. Les stéréotypes qui se forgent alors dominent encore largement nos représentations. (Iognat-Prat, p. 317). Les écrits antijuifs de Pierre le Vénérable trahissent de façon exemplaire, parce que grossissante, le malaise dun clerc latin du XIIe siècle face à un autre et impossible soi-même. Pareille réaction de rejet participe de façon non négligeable aux processus délaboration dune identité juive. Les stéréotypes qui se forgent alors dominent encore largement nos représentations. (Iognat-Prat, p. 317).

14 Le Contre la dureté invétérée des juifs Autres exemples: Autres exemples: Le schisme dAnaclet: descendant dune famille juive romaine convertie depuis trois quart de siècle au catholicisme, Pierre Leone (antipape Anaclet II) est candidat à la papauté avec Grégoire de Papareschi. Le schisme dAnaclet: descendant dune famille juive romaine convertie depuis trois quart de siècle au catholicisme, Pierre Leone (antipape Anaclet II) est candidat à la papauté avec Grégoire de Papareschi.

15 Le Contre la dureté invétérée des juifs Orderic Vital le caractérise dans sa jeunesse comme « un adolescent noir et pâle, ressemblant plutôt à un juif ou à un Sarrasin quà un chrétien, revêtu de riches vêtements mais déformé corporellement ». Orderic Vital le caractérise dans sa jeunesse comme « un adolescent noir et pâle, ressemblant plutôt à un juif ou à un Sarrasin quà un chrétien, revêtu de riches vêtements mais déformé corporellement ». Arnoul de Lisieux le décrit comme se livrant à linceste avec sa sœur et à des pratiques bestiales. Arnoul de Lisieux le décrit comme se livrant à linceste avec sa sœur et à des pratiques bestiales.

16 Le Contre la dureté invétérée des juifs Antijudaïsme ou antisémitisme Antijudaïsme ou antisémitisme La thèse de Hanna Arendt La thèse de Hanna Arendt La thèse de Yosef H. Yerushalmi La thèse de Yosef H. Yerushalmi La place de Pierre le Vénérable ? La place de Pierre le Vénérable ?


Télécharger ppt "Pierre le Vénérable Lettre à Louis roi des Français, prince illustre et magnifique, roi glorieux des Français, frère Pierre, humble abbé de Cluny. (traduction."

Présentations similaires


Annonces Google