La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Dialoguons en HPSG Anne Abeillé LLF, Université Paris 7 14 février 2008.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Dialoguons en HPSG Anne Abeillé LLF, Université Paris 7 14 février 2008."— Transcription de la présentation:

1 Dialoguons en HPSG Anne Abeillé LLF, Université Paris 7 14 février 2008

2 PLAN Introduction à HPSG Les phrases averbales en HPSG Le dialogue en HPSG

3 Les grammaires dunification Generalized Phrase Structure Grammar (Gazdar et al), Lexical Functional Grammar ( J. Bresnan, R. Kaplan ), Head-driven Phrase Structure grammar ( C. Pollard, I. Sag )… Diff é rences avec l Ecole de Cambridge: - ne supposent pas lexistence dune faculté de langage autonome et innée, - ne supposent pas dhomomorphisme entre structures syntaxiques, sémantiques et morphologiques, - utilisent peu les représentations sous forme darbres

4 Head-driven Phrase Structure Grammar (Pollard & Sag 87,94)

5 Inspirations Lexical functional grammar : - r é habilitation des fonctions syntaxiques - les structures en constituant ne sont pas universelles Categorial grammar : - les entr é es lexicales codent leurs propri é t é s combinatoires - un syntagme bien form é est un constituant « satur é » Construction grammar - pas d autonomie de la syntaxe - s é mantique pas forc é ment compositionnelle

6 Jean court

7 Modèle HPSG Signature : ensemble des objets linguistiques possibles Théorie : sous-ensemble des objets linguistiques bien form é s La Signature comprend - une ontologie= une liste de types d objets linguistiques, organis é e selon une hi é rarchie, - une liste d attributs appropri é s pour chaque type, - une liste de valeurs appropri é es pour chaque attribut.

8 Modèle HPSG (2) un objet linguistique est bien form é s il est bien typ é : cest-à-dire sil y a dans lontologie un type qui lui correspond, quil contient tous les traits appropriés pour ce type, et quil satisfait les contraintes définies sur le type. Logique de King 1989 (Richter 2004)) : les sav bien formées dénotent des ensemble dobjets concrets (totalement spécifiés) ou Logique de Kasper & Rounds 1986 (supporte la sous-spécification mais plus contrainte)

9 Hiérarchie de types Structures de traits typés Ontologie: hiérarchie de types avec héritage de propriété Relation ISA ou IST ( immediate supertype ) Permet les classifications croisées

10 Hiérarchie de types (1)

11 Hiérarchie de types (2)

12

13 Hiérarchie de types (3)

14 Hiérarchie de types (4)

15 Structures de traits -conjonction de couples attribut=valeur -utilisées pour les syntagmes bien formés, les entrées lexicales et les règles - peuvent être typées selon une hiérarchie

16 Structure de traits

17 Arbre et structure de traits

18 Arbre syntaxique

19 Unification (1) Extension Une structure de traits A est une extension d'une structure de traits B (ce qui se note A B) si et seulement si : - tous les traits à valeur atomique pr é sents dans B sont pr é sents dans A avec la même valeur, - pour tout trait ayant une valeur non atomique, la valeur de dans A est une extension de la valeur de dans B.

20 Unification (2)

21 Unification avec types L'unification de deux structures de traits A et B typées (respectivement t et t') a pour résultat, si elle existe, la plus petite structure qui est à la fois une extension de A et une extension de B (comme pour l'unification simple) de type t'', où t'' est le plus grand type qui soit à la fois un sous-type de t et un sous-type de t'. Avec = est identique ou un sur-type de: A t B t = C t ssi C A, C B, C, C A C B C C t t et t t

22 Choix linguistiques description conjointe des informations phonologiques, syntaxiques et sémantiques description directe des structures observées lexicalisme : syntaxe morphologie syntaxe = structures de constituants + fonctions grammaticales + ordre séparation des règles de constituance des règles dordre argument syntaxique argument sémantique notion de construction : association non compositionnelle dinformations syntaxiques et sémantiques

23 6 fonctions grammaticales - Sujet - Spécifieur (déterminants…) - Complément (= direct, indirect, attribut…) - Ajout (= épithète, circonstanciel, relative…) - Extrait (=interrogatif, exclamatif, relatif…) -Tête : 1 - d é termine les traits morphosyntaxiques (MODE … ) 2- détermine les traits de Valence (SUJET, COMPS, SPR) 3- détermine le type sémantique (individu, situation…)

24 Types de mots

25 Types de syntagmes

26 5 types de syntagmes à tête syntagme Tête-Sujet BRANCHES[B-SUJ] exemples : Jean dort syntagme Tête-Sp é cifieur BRANCHES[B-SPR] exemples : le chat, du pain syntagme Tête-Compl é ment(s) BRANCHES[B-COMPS] exemples : manger une pomme, avec les mains, lecture du livre, attentif à Marie syntagme Tête-Ajout BRANCHES[B-AJOUT] exemples : gros gâteau, livre qui compte, bien lire syntagme Tête-Extrait BRANCHES[B-EXTR] exemples : quel livre lisez-vous, avec qui Jean parle

27 4 syntagmes

28 Jean regarde Marie

29 Un gros gâteau

30 Les 5 principes

31 Jean dort

32 Principes dordre des mots Syntagme-tête-sujet => B-Sujet précède B-Tête Syntagme-tête-compléments => B-Tête précède B- Comps Ordre des compléments sous-spécifié : Paul donne un livre à Marie Paul donne à Marie un livre Cette musique rend Paul fou Cette musique rend fou Paul Ordre libre entre ajouts et compléments : Paul donne gentiment un livre Marie Paul donne un livre gentiment à Marie Paul donne un livre à Marie gentiment

33 Ordre des mots

34 Syntagme coordonné

35 Luc et Max

36 Grammaires de contraintes Grammaires génératives mais -Vocabulaire infini Mot inconnu= SAV avec trait PHONO mais traits SYNT ou SEM sous- spécifiés -Degrés de grammaticalité selon le nombre de contraintes satisfaites

37 Sag 2007 SBCG Sign based Construction Grammar

38 II. Phrases à tête non verbale Cf. F Laurens 2007, 2008 Les mêmes types que les phrases à tête verbale sauf impérative DéclarativeInterrogativeExclamative Joli, ton chapeauPas vrai ?Que deau ! Bonne idée, ce cadeauQuid de la suite ? Quel plaisir ce cours! Très bien, ton résuméCombien le café ? A toi de jouerA qui la faute ?

39 Phrases averbales (1) Type tête seule Type tête-sujet Type tête-complément Bonne idée A toi de jouer Peut-être que tu as tort Quel plaisir ! A qui la faute ? Quid de la proposition ? Pas question de partir ainsi Certaines sont coordonnables avec des phrases à tête verbale : Il faut chaud mais pas question de sortir ainsi A qui la faute et que doit-on penser de cette évolution ? Quelle énergie et comme il chante bien ! Certaines sont enchâssables : On cherche à qui la faute On se demande pourquoi de tels bouleversements Je lui ai dit que peut-être quon allait regarder sur Marseille (C-Oral-Rom)

40 Phrases averbales (2)

41 Phrases averbales (3)

42 III Le dialogue en HPSG Int é gration d une composante dialogique à la grammaire Cf Ginzburg et Sag 2000, Ginzburg 2008 Contre certains courants en Grammaire g é n é rative La langue parlée : a highly degenerate sample, in the sense that much of it must be excluded as irrelevant and incorrect - thus the child learns rules of grammar that identify much of what he has heard as ill-formed, inaccurate, and inappropriate. (Chomsky, 1972, Language and Mind) Sag et Wasow 2007 « We believe not only that grammatical theorists should be interested in performance modelling, but also that empirical facts about various aspects of performance can and should inform the development of the theory of linguistic competence. That is, compatibility with performance models should bear on the design of competence grammars. »

43 Dialogue (1) Hypothèses : - assym é trie des interlocuteurs - d é pendance contextuelle (anaphores, ellipses … ) - chaque participant a un é tat d information structur é - chaque tour de parole, et chaque acte de langage= mise à jour de ces informations

44 Dialogue (2) Repr é sentation sous forme de structure de traits attribut TABLEAU = Dialog gameboard avec une partie publique et une partie priv é e pour chaque participant Les traits (de la partie publique) du tableau : -les engagements du locuteur (ensemble de propositions not é ENG-LOC), -les engagements de l'interlocuteur (not é s ENG-INT), -les questions en discussion (liste QED), -le mouvement pr é c é dent (MVT-PREC tableau).

45 Dialogue (3)

46 Un exemple simple OUI L1 - Tu viens ? L2 – Oui (= je viens) L1- Est-ce Marie est française ? L2- Oui (= Marie est française) L1- Je viendrai demain. L2- Oui. OUI constitue une assertion dont le contenu reprend celui du dernier tour de parole (ou de l é l é ment maximal de QED)

47 OUI (2)

48 3.1.Les types de phrases Ginzburg et Sag 2000, Beyssade et Marandin 2006 On s appuie sur une triple classification des phrases : type syntaxique, type de contenu, type dacte A chaque (sous)type de phrase correspond plusieurs structures syntaxiques, plusieurs types dactes mais un seul type de contenu : Phrase-déclarative => CONTENU proposition Phrase-interrogative => CONTENU question Phrase-impérative=> CONTENU visée Phrase-exclamative=> CONTENU proposition-haut-degré

49 Tests pour les types de phrase (1) S é lection par un verbe principal : Penser + proposition : Paul pense que tu viendras / * viennes * Paul pense comme / si tu viendras Se demander + question : Paul se demande si tu viendras / qui viendra * Paul se demande comme / que tu viendras / viennes Vouloir + visée: Paul veut que tu viennes / *viendras * Paul veut comme / si tu viendras

50 Tests pour les types de phrase (2) Particules finales déclarative ou exclamative + nest-ce-pas ? Tu viens, nest-ce pas ? Quelle est belle, nest-ce pas ? * Viens-tu, nest-ce pas ? * Est-ce que tu viens, nest-ce pas ? * Viens, nest-ce pas !

51 Tests pour les types de phrase (3) D é clarative ou interrogative + ou pas ? Tu viens ou pas ? Est-ce que tu viens ou pas ? * Quelle est belle ou pas ? *Viens ou pas !

52 Types de phrases

53 3.2. Les types dactes On d é finit quatre types d actes (ou de mouvement dialogiques) : assertion, interrogation, ordre et exclamation. assertion : le locuteur s engage sur un contenu de type propositionnel et demande son accord à l interlocuteur interrogation : le locuteur introduit une proposition ouverte (avec param è tres) dans les questions en discussion exclamation : le locuteur s engage sur un contenu de type propositionnel

54 Assertion

55 Interrogation

56 Exclamation

57 3.3. Les fragments

58 Les réponses partielles (1)

59 Réponses fragmentaires (2)

60 Réponses fragmentaires

61 Contre une reconstruction syntaxique L1- Qui viendra ? L2- Moi (* viendrai) L1- Qui a frapp é Bob ? L2- Lui-même (* a frapp é Bob) Mais on doit tenir compte du contexte syntaxique (pr é positions, cas … ) L1- A qui as-tu parl é ? L2- *De Paul L2- ?? Paul

62 Questions fragmentaires Ginzburg et Sag 2000 Deux types de questions partielles : les vraies questions (enchâssables) les questions de reprise : non enchâssables et prosodie sp é cifique L1- Paul est venu ?L1- Plusieurs collègues viendront L2- QUI ?L2- Qui ? Jai parlé à plusieurs participants mais je ne sais plus à qui

63 Questions fragmentaires Elles peuvent être r é duites à un syntagme nominal ou pr é positionnel Elles ont un contenu de type question qui varie en fonction du contexte Sans é l é ment quantifi é dans le contexte, on a seulement une interpr é tation de reprise. L1- Jai parlé à des collègues L2- A qui ? (= Tu as parlé à qui ?) L1- Quelques collègues viendront L2- Qui ? (= Qui viendra ?)

64 Questions fragmentaires Contre une reconstruction syntaxique: L1- Jai fait une bêtise. L2- Quoi ? (*as-tu fait ?) Jai mis mes clefs quelque part mais je ne sais plus où ça *Je ne sais plus où ça jai mis mes clefs analys é es comme des phrases sans tête avec syntagme interrogatif in situ, correspondant à un é l é ment saillant dans le contexte (quantifi é positivement)

65 (vraies) questions fragmentaires

66 Vraies questions fragmentaires (2)

67 Fragments coordonnés Séquences coordonnées (Mouret 2006, 2007) Paul va [à la gym] [le jeudi] et [au ciné] [le samedi] Les cours ont baissé [de 2%] [en décembre] mais [de 3%] [en janvier] Fragments « troués » (Abeillé 2006) Paul viendra vous voir et [Marie] [aussi] Certains nettoient derrière eux mais [dautres] [jamais]

68 Fragments « troués » Interprétation propositionnelle Je pense que Marie aussi - Analyse par ellipse (Bilger 1984, Merchant 2003) Jean viendra et Marie (viendra) aussi - Analyse par fragment (Culicover & Jackendoff 2005, Abeillé 2006) Jean viendra et [[Marie]SN [aussi]adv]Ph

69 Fragments « troués » Pas de reconstruction syntaxique Paul viendra et moi (* viendrai) aussi Paul viendra ainsi que Marie (*viendra) A qui avez-vous distribué des cahiers hier, et pas de livres ? A qui avez-vous distribué des cahiers hier et à qui n'avez-vous pas distribué de livres ? => Reconstruction sémantique

70 Conclusion Mode de représentation homogène pour les différentes types dinformation linguistique Cadre privilégié pour létude des phénomènes dinterface « Recent results have suggested that constructing an interpretation for a sentence involves the moment-by- moment in tegration of a variety of different information sources…the information sources includes lexical constraints… plausibility constraints…and discourse context constraints » Gibson 1998 HPSG= RSG= Really simpler grammar !


Télécharger ppt "Dialoguons en HPSG Anne Abeillé LLF, Université Paris 7 14 février 2008."

Présentations similaires


Annonces Google