La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

T HÈME 3 : P UISSANCE ET TENSIONS DANS LE MONDE Un soldat iranien, en 1980, devant les raffineries dAbadan (Iran), lun des fronts de la guerre Iran-Irak.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "T HÈME 3 : P UISSANCE ET TENSIONS DANS LE MONDE Un soldat iranien, en 1980, devant les raffineries dAbadan (Iran), lun des fronts de la guerre Iran-Irak."— Transcription de la présentation:

1 T HÈME 3 : P UISSANCE ET TENSIONS DANS LE MONDE Un soldat iranien, en 1980, devant les raffineries dAbadan (Iran), lun des fronts de la guerre Iran-Irak ( ). Avec près dun million de morts, ce conflit est le plus meurtrier de lhistoire du Moyen-Orient, loin devant le conflit israélo-arabe.

2 Le Proche-Orient (expression employée par les diplomates français dès la fin du XIX ème ) désigne les régions orientales du bassin méditerranéen, de la Turquie à lEgypte. Cet espace était aussi désigné par lexpression « Levant ». Le Moyen-Orient (expression employée et imposée par les Anglo-saxons -Middle East- dès le début du XX ème ) désigne une zone médiane entre Proche et Extrême-Orient, centrée sur le Golfe persique. Cest un espace géographique limité par le Levant à louest, lIran et parfois le Pakistan et lAfghanistan à lEst. Il sétend du sud du Caucase à la péninsule arabique. LEgypte est incluse dans cette région. Lexpression de Moyen-Orient est de nature géopolitique. Situé au cœur de "larc des crises", le Proche et le Moyen Orient (PMO) représentent les principaux foyers de conflits dans le monde. Les rapports de forces, de rivalités entre États sy expriment à léchelle locale comme à léchelle internationale. Ces conflits sont liés à plusieurs facteurs (politiques, religieux, ethniques, rivalités pour les ressources naturelles…) qui se superposent parfois, ce qui rend la géopolitique de cet espace complexe. Quels sont les origines et les facteurs des conflits qui secouent le PMO aujourdhui ? Pourquoi le Moyen Orient est-il une région clé au sein de lespace géopolitique et économique mondial ? EGYPTE

3 I. Une région qui concentre de multiples et puissants enjeux A. Un carrefour géostratégique. B. Une mosaïque de peuples et de religions. C. Des ressources convoitées. II. Une histoire politique et diplomatique complexe A. Un espace largement influencé par les grandes puissances. B. Les racines politiques et territoriales des tensions et conflits. C. Israël et la question palestinienne. III. La montée de lislamisme politique A. Lémergence de lislamisme politique. B. La diffusion de lislamisme au Moyen-Orient. C. Le tournant du 11 septembre 2001.

4 AFRIQUE EUROPE ASIE Le Proche et le Moyen-Orient forment un espace ouvert au climat semi-aride (unité climatique), formé de déserts chauds ou froids, de hauts plateaux et de montagnes. Cette région occupe une position de carrefour entre lAfrique, la Méditerranée orientale et lAsie occidentale. Depuis lAntiquité, cet espace est un lieu de contacts traversé par de nombreux flux essentiellement : -humains : migrations de populations (ex : croisades, traite orientale, déplacements dus aux guerres et aux répressions…) -économiques : routes et échanges commerciaux (ex : Route de la Soie, creusement du canal de Suez en 1869 qui évite le contournement par voie maritime de lAfrique…) Le marché aux esclaves à Alexandrie (tableau dHector Horeau) : illustration de la traite orientale en Egypte. Réfugiés Kurdes en Turquie (1991) : après la guerre du Golfe, les Kurdes se révoltent contre le régime de Saddam Hussein. Victimes dune violente répression, ils sont près de à chercher refuge en Turquie La Route de la Soie est un réseau ancien de routes commerciales entre l'Asie et l'Europe. La route de la soie était un faisceau de pistes par lesquelles transitaient de nombreuses marchandises, et qui monopolisa les échanges Est-Ouest pendant des siècles, avant d'être supplantée par la voie maritime. Situé au Proche-Orient, le désert du Wadi Rum se trouve au sud de la Jordanie, à la frontière avec l'Arabie Saoudite. Cest dans ce désert qua été bâtie la cité de Petra. L'inauguration du Canal de Suez, 17 novembre 1869 (tableau Edouard Riou) : relier la mer Méditerranée à la mer Rouge en perçant listhme de Suez est une idée qui remonte à la plus haute Antiquité. Cest aux techniciens du XIX ème siècle quil appartiendra de ressusciter cette vieille ambition en creusant un canal maritime sur le sol égyptien. Situés au Nord de lIran, les monts Elbourz sont une chaîne de montagnes qui sétend des frontières de l'Arménie au nord-ouest, à la mer Caspienne au nord, jusqu'à l'est aux frontières du Turkménistan. C'est au sud de la chaîne qu'est situé le plus haut sommet d'Iran, le mont Damavand (5671 m) et la ville de Téhéran, (1300 m d'altitude). Les Croisés devant Jérusalem libérée (tableau dEmile Signol) : à larrière plan, on distingue le Saint-Sépulcre, vaste bâtiment recouvrant la tombe présumée du Christ ainsi que le Dôme du Rocher, bâtiment ommeyade qui fut construit sur le rocher d'où Mahomet aurait fait son voyage céleste.

5 Cet espace abrite aussi plusieurs lieux saints : - Jérusalem, ville trois fois sainte car elle contient les lieux les plus sacrés des religions juive (Le Mur des Lamentations, vestige du Temple de Salomon) et chrétienne (lEglise du Saint Sépulcre) et le troisième lieu saint de l'islam (le Dôme du Rocher et la Mosquée Al-Aqsa) - La Mecque (lieu de naissance de Mahomet, elle abrite la Kaaba au cœur de la Mosquée sacrée) et Médine (lieu de mort et tombeau du prophète). - Qom, Nadjaf et Karbala sont des lieux saints chiites qui accueillent centres théologiques (hawza) et lieux de culte (ex : mausolée de Fatima Masoumeh, sœur dAli à Qom) Sur le plan religieux, la diversité est également de mise. LIslam est la religion majoritairement pratiquée. Les musulmans sont divisés entre sunnites majoritaires et chiites et comptent aussi un certain nombre de groupes minoritaires. Les chrétiens (environ 10 millions) sont dispersés en plusieurs communautés dont les unes reconnaissent lautorité de Rome (comme les maronites du Liban) et les autres forment des Eglises autonomes de rite orthodoxe (comme les coptes en Egypte). Les juifs, autrefois dispersés dans le Moyen-Orient, sont désormais réunis dans les frontières dIsraël. Eglise du Saint Sépulcre Mur des Lamentations Dôme du Rocher Minaret de la mosquée Al-Aqsa La Kaaba La mosquée du Prophète (Médine) Rassemblement de pratiquants venus écouter un discours de lAyatollah Khamenei (2010). En arrière plan, le mausolée de Fatima Masoumeh, sœur dAli (lieu saint Chiite) Trois grands peuples composent lessentiel de la région : -les Turcs (60 millions) -les Arabes (190 millions) -les Perses (65 millions) Ils ont successivement imposé leur domination sur le territoire, ce qui nourrit des visions antagonistes du passé. Les Kurdes (25 à 30 millions) forment une minorité présente dans quatre pays mais sans Etat propre. Ils sont régulièrement victimes de discriminations et de persécutions. La présence des Juifs (5,5 millions) résulte dune immigration récente en Palestine, qui commence au début du XX ème siècle et qui se heurte aux populations arabes de la région. Sunnisme : courant majoritaire de lislam (90 % environ des croyants) qui sappuie sur la « sunna » cest-à-dire la « tradition » (ensemble des paroles, des actions et des jugements du Prophète). Les sunnites considèrent que le Calife doit commander les hommes. Il ne doit pas forcément être un héritier de Mahomet. Chiisme : courant de l'islam (9 % environ des croyants) qui considère que seuls les descendants de Mahomet et de son gendre Ali peuvent interpréter le Coran et diriger « lUmma » (la communauté des croyants).

6 Q UESTIONS / RECHERCHE : Que décide lOPEP en 1973 ? Pour quelle raison ? Pourquoi peut-on dire que le pétrole du Moyen-Orient est à la fois une arme et une monnaie déchange ? Q UESTIONS / RECHERCHE : Que décide lOPEP en 1973 ? Pour quelle raison ? Pourquoi peut-on dire que le pétrole du Moyen-Orient est à la fois une arme et une monnaie déchange ? Q UESTIONS : Pourquoi peut-on parler dinégalité des hommes par rapport à laccès à leau ? Quels sont les facteurs de crises et de conflits liés à la gestion de leau dans la région ? Comment certains pays gèrent-ils labsence deau douce ? L EAU, UNE RESSOURCE RARE ET INÉGALEMENT RÉPARTIE Q UESTIONS : Quels sont les principaux pays pétroliers de la région ? Comment lexploitation des hydrocarbures sorganise-t- elle au Moyen Orient ? L EXPLOITATION DES HYDROCARBURES AU P ROCHE ET M OYEN O RIENT La principale zone dhydrocarbure se situe dans la région du Golfe persique. Plus de 60 % des réserves mondiales estimées de pétrole et 40 % du gaz se trouvent dans cet espace ce qui en fait un lieu de production et un acteur majeurs dans lapprovisionnement mondial. Si les premiers gisements ont été découverts au début du XX ème siècle, lexploitation massive ne débute quaprès Aujourdhui, les principaux pays exportateurs sont lArabie Saoudite (22,5% des réserves mondiales), lIran (11,5%), lIrak (9,5%), le Koweït (8,5%), les E-A-U (8%), le Qatar qui, en 1960 créèrent lOPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole). Cest au moyen doléoducs et de gazoducs que les pays du golfe persique exportent leurs ressources sous la surveillance des Etats-Unis qui contrôlent militairement la route du pétrole qui passe par les détroits dOrmuz et de Bab-el-Mandeb et par le canal de Suez. Objectif principal de lOPEP : jusque dans les années , les compagnies pétrolières étrangères avaient les pleins pouvoirs sur le cours du pétrole et imposaient leurs prix aux pays producteurs. C'est pourquoi les principaux pays producteurs décidèrent de se regrouper de manière à pouvoir influer sur le cours du pétrole. La prise de contrôle de la production de pétrole se fit par une politique de nationalisation. Étant maîtres de leur production, les pays producteurs pouvaient ainsi influencer le cours du baril de pétrole et ainsi augmenter leurs revenus. L E PÉTROLE, FACTEUR ET ENJEU DE L ÉQUILIBRE GÉOPOLITIQUE AU M OYEN -O RIENT En 1973, plus de 40% du pétrole mondial est extrait au Moyen Orient. Le prix du baril passe de 3 à 12 dollars. Le 16 octobre 1973, les ministres du Pétrole des six pays du Golfe membres de lOPEP…décidaient pour la première fois dans lhistoire de leurs pays, que les prix du pétrole seraient désormais fixés unilatéralement par les pays exportateurs, et non par les compagnies concessionnaires…Le 17 octobre, les ministres arabes du Pétrole décidaient pour la première fois également…lutilisation du pétrole comme arme politique dans le conflit israélo-palestinien. Les mesures dembargo et de réduction de la production, prises après la guerre doctobre [Kippour] en ont ajouté un autre non moins important. Il sagit de laggravation du problème de la sécurité des ravitaillements avec pour conséquence la volonté de plus en plus manifestée par le Japon et les pays dEurope occidentale de se rapprocher des pays fournisseurs… En fait, le mot « arme » pétrolière prête à confusion dans la mesure où il est conçu exclusivement en terme dembargo ou de réduction des importations. [Le pétrole est] pour eux une monnaie déchange quils peuvent utiliser dans leurs rapports aux autres nations pour acheter des biens de consommation, pour sindustrialiser, pour se faire des amis et pour améliorer le niveau de vie des peuples de la région. Nicolas Sarkis 1, « le pétrole à lheure arabe », Paris, Stock, L'auteur, professeur d'économie pétrolière à Beyrouth, fut aussi conseiller de l'Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole. Il a donc vécu de l'intérieur les nombreuses négociations pétrolières. L E PÉTROLE, FACTEUR ET ENJEU DE L ÉQUILIBRE GÉOPOLITIQUE AU M OYEN -O RIENT En 1973, plus de 40% du pétrole mondial est extrait au Moyen Orient. Le prix du baril passe de 3 à 12 dollars. Le 16 octobre 1973, les ministres du Pétrole des six pays du Golfe membres de lOPEP…décidaient pour la première fois dans lhistoire de leurs pays, que les prix du pétrole seraient désormais fixés unilatéralement par les pays exportateurs, et non par les compagnies concessionnaires…Le 17 octobre, les ministres arabes du Pétrole décidaient pour la première fois également…lutilisation du pétrole comme arme politique dans le conflit israélo-palestinien. Les mesures dembargo et de réduction de la production, prises après la guerre doctobre [Kippour] en ont ajouté un autre non moins important. Il sagit de laggravation du problème de la sécurité des ravitaillements avec pour conséquence la volonté de plus en plus manifestée par le Japon et les pays dEurope occidentale de se rapprocher des pays fournisseurs… En fait, le mot « arme » pétrolière prête à confusion dans la mesure où il est conçu exclusivement en terme dembargo ou de réduction des importations. [Le pétrole est] pour eux une monnaie déchange quils peuvent utiliser dans leurs rapports aux autres nations pour acheter des biens de consommation, pour sindustrialiser, pour se faire des amis et pour améliorer le niveau de vie des peuples de la région. Nicolas Sarkis 1, « le pétrole à lheure arabe », Paris, Stock, L'auteur, professeur d'économie pétrolière à Beyrouth, fut aussi conseiller de l'Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole. Il a donc vécu de l'intérieur les nombreuses négociations pétrolières : rencontre entre le président F.D. Roosevelt et le roi Abdelaziz Ibn Saoud 2010 : Obama et le Roi Abdallah dArabie Saoudite 2002 : Rencontre entre G.W Bush et le Roi Abdallah dArabie Saoudite Au Proche et Moyen-Orient, la répartition de leau est inégale. Les conditions climatiques ainsi que les prélèvements grandissants (croissance démographique, développement économique…) entrainent des crises entre les pays dans lesquels coulent les fleuves. Les pays en amont sont privilégiés et souvent abusent dune eau difficile à partager. Cest le cas de la Turquie qui a construit sur lEuphrate et le Tigre des barrages multiples, détournant une partie des eaux des fleuves doù des relations tendues avec la Syrie. Cest aussi pour sapprovisionner en eau douce dans le lac Tibériade quIsraël a annexé le plateau du Golan (conquis en 1967 sur la Syrie). Certains pays dépourvus en eau construisent des usines de désalinisation deau de mer. Cest le cas des pays du golfe persique. Ces installations demandent cependant des financements importants (ce qui explique par exemple que le Yemen, PMA, nen possède pas). Le Pacte du Quincy : alliance stratégique qui en échange d'un accès au pétrole, engage les États-Unis à protéger militairement la dynastie des Saoud. Ce pacte se poursuit toujours aujourd'hui. En 1973, suite à la guerre du Kippour (appelée guerre du Ramadan ou doctobre dans le monde arabe : elle opposa en octobre 1973, Israël, à une alliance menée par lÉgypte et la Syrie et comprenant la plupart des Etats arabes. La guerre cesse à la suite d'un cessez-le-feu imposé par le Conseil de Sécurité de l'ONU sur les pressions des États-Unis et de l'Union soviétique) qui marque une nouvelle crise dans le conflit israélo-palestinien, les pays de lOPEP vont quadrupler le prix du baril de pétrole. Cette ressource devient alors une arme politique puisque son rationnement et laugmentation de son prix vont entrainer une désorganisation internationale de léconomie : la crise, régionale à la base, va sétendre sur le monde. Parallèlement, la manne financière dégagée par la vente du pétrole permet aussi aux pays du Golfe : -de moderniser leur économie -de développer le niveau de vie de leur population -de nouer des relations commerciales fortes (ex : EUA/Arabie Saoudite) En ce sens, cette ressource est aussi une monnaie déchange.

7 T EXTE 2 : L A DÉCLARATION B ALFOUR Le ministre des Affaires étrangères britanniques, Arthur Balfour, écrit à un membre de la Fédération sioniste pour favoriser la réalisation dun foyer juif en Palestine ottomane. « Jai le grand plaisir de vous adresser de la part du gouvernement de Sa Majesté, la déclaration suivante de sympathie pour les aspirations sionistes des Juifs, déclaration qui, soumise au cabinet, a été approuvée par lui : Le gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement létablissement dun foyer national [National Home] pour le peuple juif, et emploiera tous ses efforts pour faciliter la réalisation de cet objectif, étant clairement entendu que rien ne sera fait qui pourrait porter préjudice aux droits civils et religieux des collectivités non juives en Palestine, ainsi quaux droits et au statut politique dont les Juifs pourraient jouir dans tout autre pays. Je vous serais reconnaissant de porter cette déclaration à la connaissance de la Fédération sioniste. » Lettre de Lord Balfour à Lord Rothschild, Londres, novembre T EXTE 2 : L A DÉCLARATION B ALFOUR Le ministre des Affaires étrangères britanniques, Arthur Balfour, écrit à un membre de la Fédération sioniste pour favoriser la réalisation dun foyer juif en Palestine ottomane. « Jai le grand plaisir de vous adresser de la part du gouvernement de Sa Majesté, la déclaration suivante de sympathie pour les aspirations sionistes des Juifs, déclaration qui, soumise au cabinet, a été approuvée par lui : Le gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement létablissement dun foyer national [National Home] pour le peuple juif, et emploiera tous ses efforts pour faciliter la réalisation de cet objectif, étant clairement entendu que rien ne sera fait qui pourrait porter préjudice aux droits civils et religieux des collectivités non juives en Palestine, ainsi quaux droits et au statut politique dont les Juifs pourraient jouir dans tout autre pays. Je vous serais reconnaissant de porter cette déclaration à la connaissance de la Fédération sioniste. » Lettre de Lord Balfour à Lord Rothschild, Londres, novembre T EXTE 1 : L A F RANCE SOUTIENT LES MINORITÉS CHRÉTIENNES DE S YRIE En 1920, la France reçoit de la SDN un mandat sur la Syrie. Elle en détache, en 1921, le Liban où les communautés chrétiennes, qui lui sont favorables, sont majoritaires. « Les groupes minoritaires sont un peu pour nous en Syrie, ce quest en Afrique la masse de plus dun million dEuropéens qui nous donnent un appui et une raison dêtre durables. Ils ont lavantage de se prêter à lapplication du mandat en même temps quà la constitution de gouvernements indigènes dociles à notre direction, tandis que le gouvernement dune Syrie unitaire, constituée au profit des nationalistes, nous mettrait en présence dun pouvoir indigène le moins maniable auquel nous pourrions avoir affaire. » Robert de Caix, secrétaire général du mandat, T EXTE 1 : L A F RANCE SOUTIENT LES MINORITÉS CHRÉTIENNES DE S YRIE En 1920, la France reçoit de la SDN un mandat sur la Syrie. Elle en détache, en 1921, le Liban où les communautés chrétiennes, qui lui sont favorables, sont majoritaires. « Les groupes minoritaires sont un peu pour nous en Syrie, ce quest en Afrique la masse de plus dun million dEuropéens qui nous donnent un appui et une raison dêtre durables. Ils ont lavantage de se prêter à lapplication du mandat en même temps quà la constitution de gouvernements indigènes dociles à notre direction, tandis que le gouvernement dune Syrie unitaire, constituée au profit des nationalistes, nous mettrait en présence dun pouvoir indigène le moins maniable auquel nous pourrions avoir affaire. » Robert de Caix, secrétaire général du mandat, L E M OYEN ORIENT EN 1914 L E DÉMEMBREMENT DE L 'E MPIRE OTTOMAN EN 1920 Q UESTIONS TEXTE 1 Q UESTIONS TEXTE 1 : Quel groupe humain soutient la France en Syrie ? A quoi va aboutir ce choix ? Q UESTIONS TEXTE 2 Q UESTIONS TEXTE 2 : Quannonce la Grande Bretagne dès 1917 (déclaration Balfour) ? Définissez le sionisme. Q UESTIONS TEXTE 1 Q UESTIONS TEXTE 1 : Quel groupe humain soutient la France en Syrie ? A quoi va aboutir ce choix ? Q UESTIONS TEXTE 2 Q UESTIONS TEXTE 2 : Quannonce la Grande Bretagne dès 1917 (déclaration Balfour) ? Définissez le sionisme : Traité de Sèvre Territoires sous mandats F GB C OMPLÉMENT Au final, les jeunes Etats du Moyen Orient sorganisent autour de groupes humains soutenus par les puissances occidentales. Certains territoires acquièrent leur indépendance dans lentre-deux-guerres : cest le cas de lIrak en 1932 et lEgypte en Bien que dominants, Français et Britanniques sont contraints dassocier des compagnies américaines à lexploitation du pétrole. C ONTEXTE HISTORIQUE Depuis le XIX ème siècle, les grandes puissances européennes ont renforcé leur présence dans la région au détriment de lEmpire ottoman. La France se veut la protectrice des communautés chrétiennes du Levant. La Grande-Bretagne veut protéger sa route des Indes. Elle exerce un protectorat sur lEgypte et contrôle tous les émirats du Golfe persique. Conjointement, les deux puissances possèdent le canal de Suez. En 1914, lEmpire ottoman entre en guerre aux côtés de lAllemagne. Dès 1916, les Français et Anglais signent les accords Sykes-Picot qui prévoient le démantèlement du territoire, entériné par le traité de Sèvres en La SDN confie sous forme de mandats ladministration des provinces arabes de lEmpire ottoman : -à la France : la Syrie et le Liban (créé en 1920) -à la Grande Bretagne : la Palestine, lIrak et la Transjordanie La France sappuie en Syrie sur la minorité chrétienne au nom de sa protection et dans une logique impériale. Elle favorise rapidement la création dun territoire où ils sont majoritaires : le Liban. La Grande Bretagne souhaite la création dun foyer national juif en Palestine. Elle encourage le sionisme (mouvement nationaliste fondé en 1896 à Vienne par Théodor Herzl, visant à créer par limmigration un Etat juif en Palestine)

8 L E C ONTEXTE HISTORIQUE DE L A PRÈS GUERRE ( ) La Seconde Guerre mondiale modifie la situation au Proche et au Moyen-Orient. En 1945, les Etats arabes créent la Ligue Arabe (organisation des Etats arabes fondée au Caire avec le soutien de la Grande Bretagne). En 1946, la France évacue la Syrie et le Liban qui deviennent indépendants. En 1947, lONU vote difficilement un plan de partage de la Palestine entre un Etat juif et un Etat arabe. Les Britanniques se retirent de la zone en Le retrait des Européens correspond à larrivée, dans la région, des deux grandes puissances de la Guerre froide : Etats-Unis et URSS. Q UESTIONS /R ECHERCHES Quels sont les alliés des Etats-Unis dans la région ? Quels sont les alliés de lUnion soviétique dans la région ? Pour quels motifs le Moyen-Orient est une région daffrontement durant la Guerre froide ? Quels sont les pays qui ont changé de camps ? En quelle année ? Pourquoi ? Q UESTIONS /R ECHERCHES Quels sont les alliés des Etats-Unis dans la région ? Quels sont les alliés de lUnion soviétique dans la région ? Pour quels motifs le Moyen-Orient est une région daffrontement durant la Guerre froide ? Quels sont les pays qui ont changé de camps ? En quelle année ? Pourquoi ? L E M OYEN -O RIENT DIVISÉ DURANT LA GUERRE FROIDE. La Turquie, le Liban, Israël, lIran, lArabie saoudite et les émirats du Golfe sont intégrés au bloc occidental. LEgypte, la Syrie, lIrak et le Yémen du sud sont intégrés au bloc soviétique. Le Moyen-Orient devient une zone de tension extrême durant la Guerre Froide car lURSS est territorialement très proche des gigantesques réserves de pétrole de la région. Cest pourquoi, les Etats-Unis en font une zone stratégique dans leur politique du containment. En 1972, lEgypte abandonne le socialisme et entre dans le bloc occidental. LIran quitte le bloc américain en 1979 (révolution islamique) sans intégrer le bloc soviétique. C OMPLÉMENT Depuis 1991, linfluence des Etats-Unis perdure dans la région : - Soit par le soutien privilégié à certains régimes : Israël, Arabie saoudite… - Soit par des interventions directes en Afghanistan (2001) et en Irak (2003). Mars 2013 : rencontre entre Benyamin Nétanyahou (premier ministre israélien) et Barack Obama. Israël fut le premier voyage officiel du président américain lors de son nouveau mandat : les Etats-Unis interviennent militairement en Afghanistan, fief dOussama Ben Laden et renverse en quelques semaines le gouvernement Taliban. Aujourdhui, le pays nest toujours pas pacifié. (Soldats américains de la compagnie A du 2 ème Bataillon, 22 ème Régiment d'infanterie, 10 ème division de montagne. photo du sergent Kyle Davis) 2003 : les Etats-Unis interviennent militairement en Irak, dont le dirigeant, Saddam Hussein est soupçonné dentretenir des relations avec Oussama Ben Laden. Aujourdhui, le pays nest toujours pas pacifié. Ici, la destruction dune statue de Saddam Hussein sous le regard dun soldat américain et de la population locale. En arrière plan, une mosquée.

9 L ES LITIGES FRONTALIERS LIBANO - SYRIENS : L EXEMPLE DE S HEEBA Plusieurs litiges frontaliers entre Syrie et Liban sont apparus à la suite du retrait israélien du Liban Sud (2000), puis à loccasion du retrait de larmée syrienne en Ces problèmes sont une illustration concrète des difficultés du Liban à cerner les limites de son territoire. Le problème de Shebaa a émergé dans lactualité géopolitique au moment du retrait israélien (mai 2000). Il sagit dune région quasiment déserte … plus connue sous le nom biblique de mont Hermon. Lorsque larmée israélienne sest retirée, la zone des fermes de Shebaa (25 km2) n'a pas fait partie du périmètre évacué. Pour Israël, il sagissait dun territoire occupé en De surcroît, les cartes des armées libanaise comme syrienne la situaient en Syrie. En réalité, laffaire de Shebaa est ancienne et a fait lobjet de nombreuses discussions entre la Syrie et le Liban dans les années 1950 et Alors que la Syrie affirmait sa souveraineté sur cette zone, le Liban mettait en avant le fait que les terres relevaient du village de Shebaa. Un chercheur israélien qui a eu accès aux archives du Mandat français signale des erreurs et des négligences du Service cartographique de larmée française qui expliqueraient que les tracés établis à lépoque excluent les fermes de Shebaa du territoire libanais. Cependant, en labsence dun bornage établi par une commission et approuvé par les deux parties, jamais un accord officiel na mis un terme au litige. Et, de ce fait, le problème de Shebaa a refait surface après La guerre des six jours : en juin 1967, Israël attaque lEgypte. A la suite dune guerre éclair de six jours, lEtat hébreu occupe le Sinaï, le Golan, la Cisjordanie, Gaza et Jérusalem-Est. L ES LITIGES FRONTALIERS LIBANO - SYRIENS : L EXEMPLE DE S HEEBA Plusieurs litiges frontaliers entre Syrie et Liban sont apparus à la suite du retrait israélien du Liban Sud (2000), puis à loccasion du retrait de larmée syrienne en Ces problèmes sont une illustration concrète des difficultés du Liban à cerner les limites de son territoire. Le problème de Shebaa a émergé dans lactualité géopolitique au moment du retrait israélien (mai 2000). Il sagit dune région quasiment déserte … plus connue sous le nom biblique de mont Hermon. Lorsque larmée israélienne sest retirée, la zone des fermes de Shebaa (25 km2) n'a pas fait partie du périmètre évacué. Pour Israël, il sagissait dun territoire occupé en De surcroît, les cartes des armées libanaise comme syrienne la situaient en Syrie. En réalité, laffaire de Shebaa est ancienne et a fait lobjet de nombreuses discussions entre la Syrie et le Liban dans les années 1950 et Alors que la Syrie affirmait sa souveraineté sur cette zone, le Liban mettait en avant le fait que les terres relevaient du village de Shebaa. Un chercheur israélien qui a eu accès aux archives du Mandat français signale des erreurs et des négligences du Service cartographique de larmée française qui expliqueraient que les tracés établis à lépoque excluent les fermes de Shebaa du territoire libanais. Cependant, en labsence dun bornage établi par une commission et approuvé par les deux parties, jamais un accord officiel na mis un terme au litige. Et, de ce fait, le problème de Shebaa a refait surface après La guerre des six jours : en juin 1967, Israël attaque lEgypte. A la suite dune guerre éclair de six jours, lEtat hébreu occupe le Sinaï, le Golan, la Cisjordanie, Gaza et Jérusalem-Est. L EXEMPLE L IBANAIS Q UESTIONS Comment qualifier le Liban au niveau confessionnel ? Quel problème majeur cette situation engendre-t-elle ? Utilisez les repères chronologiques pour étayer votre argumentaire. Q UESTIONS Comment qualifier le Liban au niveau confessionnel ? Quel problème majeur cette situation engendre-t-elle ? Utilisez les repères chronologiques pour étayer votre argumentaire. R EPÈRES CHRONOLOGIQUES En 1920, la France crée le Liban, région à majorité chrétienne quelle détache de la Syrie. Le Liban obtient son indépendance en 1943 et adopte un « Pacte National » qui répartit les pouvoirs entre chrétiens, sunnites et chiites. En 1970, les combattants palestiniens de lOLP (Organisation de Libération de la Palestine) se réfugient au Liban. A partir de 1975, le Liban est en proie à une sanglante guerre civile qui va opposer chrétiens et musulmans et autoriser lingérence de ses pays voisins : la Syrie et Israël. Cette guerre ne prendra fin quen 1989 (accord de Taëf) En 1978, Israël occupe militairement le Sud-Liban, où lOLP avait trouvé refuge. En 1982, lopération « Paix en Galilée » est lancée pour contrer les attaques de lOLP depuis de Liban : lOLP quitte le Liban. Ce nest quen 2000 que larmée Israélienne se retire du pays. Le Liban se présente comme une mosaïque religieuse puisque chrétiens (maronites, orthodoxes...) partagent le territoire avec des musulmans de différents courants (sunnites, chiites, druzes…). Cette diversité religieuse, ajoutée au motif premier de création du Liban (protection des chrétiens) est source de tensions cycliques : elle débouchera en 1975 sur une guerre civile qui durera 13 ans, qui affaiblira le pays au point den faire un front israélo-syrien. La Syrie na jamais accepté la partition du pays. Elle nomme dailleurs le Liban « la petite Syrie ». En 1976, elle intervient pour mettre fin à la guerre civile. Elle se battra ensuite contre larmée israélienne et ne quittera le Liban quen Le problème évoqué dans le texte concerne un territoire exigu (les fermes de Sheeba : 25 km²) revendiqué à la fois par le Liban, la Syrie et plus récemment Israël (territoire occupé depuis la guerre des six jours). Les frontières établies lorsque la France a créé le Liban ont été mal bornées ce qui fait de ce territoire, aux limites floues une source de conflit. Q UESTIONS Quel problème frontalier est évoqué dans le texte ? Quels acteurs met-il en jeu ? Quelle est la cause principale du problème ? Q UESTIONS Quel problème frontalier est évoqué dans le texte ? Quels acteurs met-il en jeu ? Quelle est la cause principale du problème ? D ES FRONTIÈRES INSTABLES Héritées de la période de domination européenne, ces frontières ont été érigées sans tenir compte des réalités humaines, économiques ou historiques. Modifiées à de nombreuses reprises depuis leur création, elles morcellent la région et sont souvent discutées, voire niées.

10 C ONSIGNES Atatürk entreprend une modernisation rapide de la Turquie. Soulignez : -en rouge les réformes entreprises pour moderniser la société - en vert celles montrant sa laïcisation -en bleu les éléments du texte montrant que le kémalisme repose sur un Etat autoritaire et centralisé. C ONSIGNES Atatürk entreprend une modernisation rapide de la Turquie. Soulignez : -en rouge les réformes entreprises pour moderniser la société - en vert celles montrant sa laïcisation -en bleu les éléments du texte montrant que le kémalisme repose sur un Etat autoritaire et centralisé. Mustapha Kemal a lancé la Turquie dans une modernisation et une laïcisation à marche forcée. Le kémalisme entend porter le changement au cœur de la société, sur la base dun système politique centralisé et autoritaire, avec un parti unique. La politique de laïcisation, conduite dès les années 1920 (abolition du Califat en 1924, Constitution de 1928 qui ne reconnaît plus lislam comme religion dEtat, revendication de la laïcité comme principe de lEtat turc en 1937), est restée sans équivalent dans le monde jusquà aujourdhui dans un Etat musulman. L A T URQUIE D A TATÜRK Mustapha Kemal a fait de la Turquie le premier pays musulman à choisir un régime républicain et laïc. Il en fut aussi le premier président. En un peu plus d'une décennie (le sultanat est aboli en novembre 1922, la République proclamée en octobre 1923), il entreprend de moderniser une société encore largement rurale et influencée par les valeurs religieuses. Inspirées du modèle occidental, les réformes qu'il mène à un train d'enfer bouleversent profondément le quotidien des Turcs : l'enseignement passe sous le contrôle de l'État, les tribunaux religieux sont supprimés, des changements vestimentaires sont imposés (interdiction du fez 1 ), le calendrier musulman fait place au calendrier grégorien, le code civil abolit la polygamie et instaure l'égalité entre les hommes et les femmes, ces dernières se voyant par ailleurs accorder le droit de vote. L'une des ruptures les plus radicales consiste, en 1928, à remplacer l'alphabet arabe par le latin, marquant ainsi l'orientation de la Turquie vers l'Occident. Ne souffrant aucune forme de contestation, Mustapha Kemal donne, dans le même temps, un tour de plus en plus autoritaire à son régime : parti unique, interdiction de l'opposition, culte de la personnalité, réécriture de l'histoire... Modernisateur mais pas démocrate, celui qui se fit surnommer Atatürk (père des Turcs) fut-il un despote éclairé ? À l'heure où la Turquie frappe à la porte de l'Union européenne, le kémalisme demeure en tout cas le ciment d'une société divisée entre une classe urbaine occidentalisée et des secteurs de la population séduits par l'islamisme. 1. Chapeau traditionnel à la base grec et adopté par de nombreux groupes ethniques et religieux dans lempire Ottoman L A T URQUIE D A TATÜRK Mustapha Kemal a fait de la Turquie le premier pays musulman à choisir un régime républicain et laïc. Il en fut aussi le premier président. En un peu plus d'une décennie (le sultanat est aboli en novembre 1922, la République proclamée en octobre 1923), il entreprend de moderniser une société encore largement rurale et influencée par les valeurs religieuses. Inspirées du modèle occidental, les réformes qu'il mène à un train d'enfer bouleversent profondément le quotidien des Turcs : l'enseignement passe sous le contrôle de l'État, les tribunaux religieux sont supprimés, des changements vestimentaires sont imposés (interdiction du fez 1 ), le calendrier musulman fait place au calendrier grégorien, le code civil abolit la polygamie et instaure l'égalité entre les hommes et les femmes, ces dernières se voyant par ailleurs accorder le droit de vote. L'une des ruptures les plus radicales consiste, en 1928, à remplacer l'alphabet arabe par le latin, marquant ainsi l'orientation de la Turquie vers l'Occident. Ne souffrant aucune forme de contestation, Mustapha Kemal donne, dans le même temps, un tour de plus en plus autoritaire à son régime : parti unique, interdiction de l'opposition, culte de la personnalité, réécriture de l'histoire... Modernisateur mais pas démocrate, celui qui se fit surnommer Atatürk (père des Turcs) fut-il un despote éclairé ? À l'heure où la Turquie frappe à la porte de l'Union européenne, le kémalisme demeure en tout cas le ciment d'une société divisée entre une classe urbaine occidentalisée et des secteurs de la population séduits par l'islamisme. 1. Chapeau traditionnel à la base grec et adopté par de nombreux groupes ethniques et religieux dans lempire Ottoman U N C ONTRE - EXEMPLE : LA T URQUIE DE M USTAPHA K EMAL Atatürk (Père -ancien- des Turcs) de son vrai nom Mustapha Kemal ( ) est un militaire de carrière qui refuse le démantèlement de l'Empire ottoman par le traité de Sèvres. Accompagné de partisans, il se révolte contre le gouvernement impérial et crée un deuxième pouvoir politique à Ankara. Cest de cette ville quil mène à la tête de la résistance turque, la guerre contre les armées arméniennes, françaises, italiennes et grecques. Juin 2013 : Manifestation populaire à Istanbul (place Taksim) contre les dérives autoritaires et islamistes du gouvernement en place. Un drapeau turc à leffigie dAtatürk est brandi par un étudiant. R EPÈRES CHRONOLOGIQUES Dès 1916, les Anglais encouragent les Arabes de la région à se révolter contre le pouvoir ottoman, de plus en plus faible. Vaincu, lEmpire signe un armistice en 1918 qui sera suivi de son démantèlement en 1920 (Traité de Sèvres). Née de ses décombres, la République Turque verra le jour en 1923, à linitiative de Mustapha Kemal qui prendra le nom d« Atatürk », le « père des Turcs » en L A FRAGILITÉ DE LA NOTION D E TAT La plupart des pays de la région demeurent marqués par labsence de réelle tradition démocratique. La domination de chaque Etat est assurée en général par un groupe communautaire religieux, ethnique ou tribal. Seul Israël fait exception à la règle : elle se considère comme une démocratie en guerre. Un pays affiche une certaine originalité par rapport à ses voisins : La Turquie, seul Etat du Moyen-Orient a navoir pas connu la domination directe des Européens.

11 L A DÉCLARATION DE GUERRE À L I RAN DE S ADDAM H USSEIN Le statut juridique du Chatt-al-Arab doit redevenir celui davant le 6 Mars 1975…[il] doit être irakien et arabe de nom et de fait, et jouir de tous les droits qui découlent de la pleine souveraineté de lIrak. Nous avons pris la décision de recouvrer notre pleine souveraineté sur nos territoires et nos eaux. Nous réagirons avec fermeté aux tentatives de contrecarrer cette décision légitime… Nous déclarons au monde et à la nation arabe que avons levé le masque que porte la clique au pouvoir en Iran. Cette clique a fallacieusement utilisé la religion pour assurer son expansion aux dépens de la souveraineté et des intérêts supérieurs de la nation arabe, pour provoquer des conflits et diviser les fils de la nation, sans se soucier des conditions difficiles que connait la nation arabe ni la lutte que celle-ci mène contre les agresseurs sionistes et les forces impérialistes. La religion nest quun voile pour dissimuler le racisme et la haine millénaire des Persans à légard des Arabes. Elle est brandie pour attiser le fanatisme et la haine et dresser les peuples de la région les uns contre les autres, servant ainsi consciemment ou non les plans mondiaux du sionisme. Saddam Hussein, discours devant lAssemblée nationale irakienne, le 17 Septembre L A DÉCLARATION DE GUERRE À L I RAN DE S ADDAM H USSEIN Le statut juridique du Chatt-al-Arab doit redevenir celui davant le 6 Mars 1975…[il] doit être irakien et arabe de nom et de fait, et jouir de tous les droits qui découlent de la pleine souveraineté de lIrak. Nous avons pris la décision de recouvrer notre pleine souveraineté sur nos territoires et nos eaux. Nous réagirons avec fermeté aux tentatives de contrecarrer cette décision légitime… Nous déclarons au monde et à la nation arabe que avons levé le masque que porte la clique au pouvoir en Iran. Cette clique a fallacieusement utilisé la religion pour assurer son expansion aux dépens de la souveraineté et des intérêts supérieurs de la nation arabe, pour provoquer des conflits et diviser les fils de la nation, sans se soucier des conditions difficiles que connait la nation arabe ni la lutte que celle-ci mène contre les agresseurs sionistes et les forces impérialistes. La religion nest quun voile pour dissimuler le racisme et la haine millénaire des Persans à légard des Arabes. Elle est brandie pour attiser le fanatisme et la haine et dresser les peuples de la région les uns contre les autres, servant ainsi consciemment ou non les plans mondiaux du sionisme. Saddam Hussein, discours devant lAssemblée nationale irakienne, le 17 Septembre Saddam Hussein justifie dune guerre en utilisant : - les oppositions entre groupes humains (Arabes contre Perses) - les oppositions religieuses (sunnites contre chiites) Des motifs territoriaux (litige frontalier qui dure depuis 1975 = Chatt Al-Arab) - Des motifs politiques (les Iraniens sont accusés de faire le jeu du « sionisme »). Saddam Hussein, pour contrecarrer la puissance grandissante de lAyatollah Khomeiny, sérige comme le défenseur, le chef de file du monde arabe. D E PROFONDES RIVALITÉS ENTRE E TATS Depuis le retrait des puissances occidentales, les principaux États du Proche et Moyen Orient se livrent une lutte dinfluence dans la région, qui prend souvent la forme de nationalismes actifs. U N EXEMPLE : LA GUERRE I RAN -I RAK ( ) C ONTEXTE HISTORIQUE En 1979, le pouvoir iranien aux mains du Shah (pro-américain) est renversé par la révolution islamique qui porte au pouvoir l'ayatollah Khomeiny. Ce dernier proclame la république islamique et appelle dès 1980 les Irakiens à renverser le régime de Saddam Hussein arrivé au pouvoir un an plus tôt. Son objectif est de promouvoir le mouvement islamique à travers tout le Proche-Orient. C'est pourquoi, Saddam Hussein redoutant l'ascension de Khomeiny attaque l'Iran le 22 septembre Q UESTIONS Quelles sont raisons invoquées par Saddam Hussein pour justifier dune guerre ? En quoi cette déclaration illustre-t-elle les rivalités existant à léchelle régionale ? Q UESTIONS Quelles sont raisons invoquées par Saddam Hussein pour justifier dune guerre ? En quoi cette déclaration illustre-t-elle les rivalités existant à léchelle régionale ? Le « Chatt al-Arab » forme le delta du Tigre et de lEuphrate. Cette région est riche en pétrole. Depuis laccord dAlger de 1975, la frontière entre lIrak et lIran suit la ligne du fleuve mais lIrak revendique sa souveraineté unique sur la circulation fluviale. P ERSES A RABES C HIITES S UNNITES


Télécharger ppt "T HÈME 3 : P UISSANCE ET TENSIONS DANS LE MONDE Un soldat iranien, en 1980, devant les raffineries dAbadan (Iran), lun des fronts de la guerre Iran-Irak."

Présentations similaires


Annonces Google