La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

De nombreux contes et légendes tournent le loup en dérision. Sans doute est-ce pour combattre la peur du loup qui a longtemps régné… Voici une histoire.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "De nombreux contes et légendes tournent le loup en dérision. Sans doute est-ce pour combattre la peur du loup qui a longtemps régné… Voici une histoire."— Transcription de la présentation:

1

2

3 De nombreux contes et légendes tournent le loup en dérision. Sans doute est-ce pour combattre la peur du loup qui a longtemps régné… Voici une histoire slave qui nous montre comment le loup a été obligé de se coucher le vendre vide !

4 Il était une fois… Début magique ! Il était une fois un jeune loup affamé. Que fait-il ? Pardi ! Il part à la recherche dune bête à manger. Ses ambitions étant à la hauteur son appétit, il jette son dévolu sur un cheval. Il sen approche, se léchant déjà les babines, et lui dit : « Je suis bien content que tu sois là, cheval ! Car jai grand-faim, et je men vais te dévorer. » Notre cheval ne se démonte pas ! « Daccord ! lui dit-il. Mais auparavant, tu dois vérifier que tu as le droit de me manger. Est-ce que tu sais lire ? - Bien sûr ! répond le loup. - Alors, cest facile. Passe derrière moi et lis lécriteau que le roi a accroché à ma queue. Dessus, cest écrit si tu peux me manger ou non. »

5

6 Docile – ou stupide ! – le loup passe derrière le cheval pour rechercher lécriteau en question. Quelle ruade, grands dieux ! Le pauvre loup a voltigé à vingt mètres ! Et bien entendu, lorsquil se relève, il a beau regarder autour de lui… son repas a disparu !!! Il ne lui reste quà continuer sa recherche. Heureusement, non loin, il aperçoit deux moutons. Des moutons, quelle aubaine !

7 Oui, deux beaux moutons biens gras, occupés à boire à la rivière. Il en remue la queue de contentement, notre jeune loup ! Il sapproche des moutons et leur dit : « Je suis bien content de vous trouver ! Car je nai pas encore déjeuné, et je vais vous manger ! - Bon, disent les moutons dun air faussement résigné. Et, on peut savoir lequel de nous tu vas manger en premier ? » Le loup ne sétait pas posé la question… « Ben… enfin… je ne sais pas… - Tu devrais faire comme les autres loups, lui disent les moutons. Quand ils ne savent pas par qui commencer, ils nous font faire la course. Et ils mangent toujours le gagnant en premier. » Et, comme cest un loup décidément très bête, il décide de suivre le conseil des moutons.

8

9 Est-ce que vous avez deviné la suite ? Les moutons ont pris leur élan, et ils ont foncé dans le loup. Celui-ci en a vu trente-six chandelles ! Cest dur, cest très dur, un crâne de mouton ! Alors de deux moutons… Le loup a basculé dans la rivière, et, quand il en est sorti, tout penaud, tout trempé, son repas avait encore disparu. Car vous imaginez bien que les moutons ne lont pas attendu !

10 Le loup se met donc en quête dune autre bête à manger… Ah ! Voici un âne ! « Tu tombes bien, lâne ! Jai une faim… de loup, et je vais… » Mais lâne linterrompt. « Ah! que je suis bien chanceux de tavoir rencontré ! Je te cher- che partout depuis ce matin ! Mon maître célèbre le mariage de son fils, et il veut absolument que tu sois leur invité dhonneur. Monte vite sur mon dos, que je temmène à la noce ! et tu verras : il y a plein de bonnes choses, même des cochons rôtis !

11 Et nous sommes bien obligés de croire que ce loup est vraiment très bête, car il gobe cette histoire et, flatté, alléché, il saute sur le dos de lâne pour se rendre à la noce ! Les voilà partis vers le village dans cet équipage, et, en arrivant au village, lâne pousse de si vigoureux Hi ! Han ! que tout le monde sort sur le pas des portes.

12

13 Oui, mais… Mais lorsquils aperçoivent le loup, ils courent sarmer de piques et de bâtons et se précipitent vers cet étrange attelage… « Tu vois comme ces gens taiment ? (il est tout de même bien hypocrite, cet âne !) Ils viennent tous à ta rencontre ! » Tout de même, le loup est un peu inquiet. « Pourquoi donc ont-ils des bâtons ? » « Oh ! ne tinquiète pas, cest la coutume ici, les jours de noce. Cest ainsi que lon accueille les invités de marque. » Mais les paysans, vous en doutez bien, se jettent sur le loup et le rouent de coups de bâton !

14

15 Lanimal trop naïf dut se coucher le ventre creux. En léchant ses plaies et ses bosses, il prit la résolution de ne plus croire tout ce quon lui disait !!!

16 Et voici un conte dogresse qui nous vient dAsie. Mais il finit… Et puis non, je ne vous le dirai pas ! Vous verrez bien !

17 Il y a bien, bien longtemps, dans la ville de Rajagriha, en Inde, vivait une ogresse. Une vraie ogresse ! Et, chaque fois quelle ou ses enfants avaient faim, cétait tout simple : elle allait en ville, attrapait deux ou trois enfants bien dodus, et les ramenait dans son antre, pour les dévorer avec ses petits. Les mamans se lamentent, les papas se mettent en colère, mais tout cela ne change rien à la situation. Finalement, les femmes se réunissent pour essayer de trouver une solution à elles toutes (et remarquez ! Linitiative vient des femmes !).

18

19 « Tuons logresse ! » propose lune. « On ny arrivera pas, protestent ses compa- gnes, elle est trop grande et trop forte pour nous ! » « Dans ce cas, allons vivre ailleurs ! » dit une femme. Mais là non plus, personne nest daccord. Comment abandonner sa maison, sa ville, le travail du mari ? Cest alors quune troisième propose : « Allons voir le bouddha ! cest un sage, et il saura résoudre notre problème. » Et aussitôt, ces dames vont exposer leurs tracas au bouddha.

20 Comme à laccoutumée, le bouddha est assis en tailleur au bord de la rue, son bol près de lui (le bol, cest pour les pièces que lui donnent les passants). Il écoute attentivement ces dames, il réfléchit… Puis il sourit tout seul et dit aux femmes : « Laissez-moi faire ! »

21 Et justement, le lendemain, Kishimo-Jin (cest le nom de logresse, je ne vous lavais pas dit ? Oh ! Excusez-moi !) Kishimo-Jin, donc, vient en ville avec ses enfants. Le bouddha profite quun des petits traîne derrière pour lui faire signe : « Regarde dans mon grand bol, si tu veux connaître lavenir ! » Il est bien étonné, le petit ogre. Et, comme il est aussi bien curieux, il se penche, il regarde, regarde… et clac ! Le bouddha retour- ne le bol et lenferme dessous !

22 Lorsque Kishimo-Jin se rend compte quun de ses petits a disparu, elle devient folle dinquiétude. Mais elle a beau chercher, chercher partout, dans la ville, dans la campagne, dans la montagne… Impossible de le retrouver ! Alors, elle pense a aller demander aide au bouddha.

23

24 Celui-ci lui demande : « Pourquoi pleures-tu, Kishimo-Jin ? - Hélas ! répond-elle en sanglotant. Il mest arrivé un grand malheur. Je me promenais en ville avec mes enfants, et voilà que mon petit dernier a disparu ! Je ne le trouve nulle part. - Ah bon ? dit le bouddha en souriant. Cest terrible, ça, pour une maman ! Allons, ne pleure plus ! Regarde ! » Et, retournant le bol, il libère le petit ogre – qui dormait comme un bienheureux ! – et le rend à Kishimo-Jin. Maintenant, elle pleure encore, mais cest de joie ! Elle pleure et rit en même temps, tout en serrant bien fort son petit sur son cœur. Et le bouddha lui dit dune voix douce : « Maintenant, tu comprends pourquoi les mamans sont si malheureuses quand tu prends leurs enfants ?

25

26 Oui, oui, je comprend, gémit Kishimo-Jin. Mais, comprends toi aussi ! Il faut que je nourrisse mes enfants ! - Là, tu as raison, répond le bouddha. Alors, je te propose un marché : à partir daujourdhui, tu ne touches plus aux enfants de la ville. Et, en échange, chaque jour, les gens te donneront de quoi manger. Ainsi, tu pourras nourrir et élever tes enfants sans faire pleurer personne ! » Logresse accepta. Et, depuis ce jour,à Rajagriha, elle est la bienvenue. Et les enfants vont jouer avec elle et se pendre à ses bras, et même lui faire des chatouilles !!!

27

28 Maintenant, en Asie, Kishimo-Jin est devenue la déesse protectrice des enfants. Et, dans certaines régions, il nest pas rare que lon accroche des grelots aux vêtements des enfants pour lui rendre hommage.

29 Textes : inspirés de légendes du monde. Musique dinspiration celte : Carlos Nunez - Pasacorredoiras Diaporama de Jacky Questel, ambassadrice de la Paix Site :

30


Télécharger ppt "De nombreux contes et légendes tournent le loup en dérision. Sans doute est-ce pour combattre la peur du loup qui a longtemps régné… Voici une histoire."

Présentations similaires


Annonces Google