La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

06/06/2014Douleur et Cancer IFSI Montbéliard Janvier 2009 C.Roy C.Colli 1 Douleur et cancer Une relation complexe.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "06/06/2014Douleur et Cancer IFSI Montbéliard Janvier 2009 C.Roy C.Colli 1 Douleur et cancer Une relation complexe."— Transcription de la présentation:

1 06/06/2014Douleur et Cancer IFSI Montbéliard Janvier 2009 C.Roy C.Colli 1 Douleur et cancer Une relation complexe

2 06/06/2014Douleur et Cancer IFSI Montbéliard Janvier 2009 C.Roy C.Colli 2 cette relation provoque une mobilisation : -Un besoin de communication -Des objectifs en commun -Un partenariat interdisciplinaire

3 06/06/2014Douleur et Cancer IFSI Montbéliard Janvier 2009 C.Roy C.Colli 3 Unités de soins pluridisciplinarité Unité de prise en charge de la douleur Equipe mobile de soins palliatifs

4 06/06/2014Douleur et Cancer IFSI Montbéliard Janvier 2009 C.Roy C.Colli 4

5 06/06/2014Douleur et Cancer IFSI Montbéliard Janvier 2009 C.Roy C.Colli 5

6 06/06/2014Douleur et Cancer IFSI Montbéliard Janvier 2009 C.Roy C.Colli 6 A terme sur le secteur Belfort- Montbéliard: A terme sur le secteur Belfort- Montbéliard: 1 EMSP + 1 Unité prise en charge de la douleur sur tous les sites du CHBM 1 EMSP + 1 Unité prise en charge de la douleur sur tous les sites du CHBM 15 (à 24) lits identifiés en Soins Palliatifs (14 en 2008) 15 (à 24) lits identifiés en Soins Palliatifs (14 en 2008) 1 USP de 10 lits (en projet) 1 USP de 10 lits (en projet) 1 équipe de coordination pour le domicile = HAD+Réseau ARESPA 1 équipe de coordination pour le domicile = HAD+Réseau ARESPA

7 06/06/2014Douleur et Cancer IFSI Montbéliard Janvier 2009 C.Roy C.Colli 7

8 06/06/2014Douleur et Cancer IFSI Montbéliard Janvier 2009 C.Roy C.Colli 8 La prévalence de la douleur dans la maladie cancéreuse 30 à 40% au moment du diagnostic 75 à 80% lors de la phase évoluée Source: 6 ème congrès SFETD 2006 Bruno Rioult (Nantes)

9 06/06/2014Douleur et Cancer IFSI Montbéliard Janvier 2009 C.Roy C.Colli 9 DU CANCER LA DOULEUR NEST PAS « UN MARQUEUR »

10 06/06/2014Douleur et Cancer IFSI Montbéliard Janvier 2009 C.Roy C.Colli 10

11 06/06/2014Douleur et Cancer IFSI Montbéliard Janvier 2009 C.Roy C.Colli 11 -Stimulation des nocicepteurs lors dun processus lésionnel. Pas de dysfonction des voies de transmission de la douleur. - Ex: douleur viscérale en cancérologie, rhumatologie, traumatologie, chirurgie, infectiologie, post opératoire…. - Douleur sourde, lourde, battante, déchirante, à type de coup de marteau, de broiement. - Lésion des nerfs périphériques, des racines, de la moelle, du système nerveux central par section, compression ou altération. - Ex: névralgie du V, douleur post- zostérienne, douleur du membre fantôme, compression médullaire, AVC, SEP, neuropathies périphériques, SDRC chronique, traumatisme nerveux, radiculopathie, plexite… - Douleur de topographie systématisée au territoire neurologique lésé, en éclair, à type de brûlures, de fourmillements, de décharges électriques, en étau, avec démangeaisons et déficit neurologique. - Bilan négatif, mauvaise réponse au traitement, tableau atypique, signes du registre du psychique. -Ex: céphalée de tension … - Mode de relation particulier avec les soignants, douleur de topographie variable. + Douleur mixte CLASSIFICATION DES DOULEURS Douleur nociceptive Douleur neurogène Douleur sine materia

12 06/06/2014Douleur et Cancer IFSI Montbéliard Janvier 2009 C.Roy C.Colli 12 Mécanismes générateurs de la douleur cancéreuse Douleurs nociceptives: 5 à 10% Douleurs neuropathiques 15 à 20% Douleurs mixtes 75 à 85% Douleurs psychogènes: très rares

13 06/06/2014Douleur et Cancer IFSI Montbéliard Janvier 2009 C.Roy C.Colli 13

14 06/06/2014Douleur et Cancer IFSI Montbéliard Janvier 2009 C.Roy C.Colli 14 Etiologies des douleurs cancéreuses Douleurs liées à lenvahissement tumoral: –Infiltrations –Compressions, destructions –Nécroses –Infections, ulcérations…

15 06/06/2014Douleur et Cancer IFSI Montbéliard Janvier 2009 C.Roy C.Colli 15 Etiologies (2) Douleurs liées au traitement du cancer: –Chimiothérapie (mucites, neuropathies…) –Radiothérapie (plexite, ostéoradionécrose…) –Post-opératoires (mammectomies avec curage axillaire, thoracotomies, amputations… –Iatrogènes ( PL, injections intrathécales, myélogrammes…) –Pathologies intercurrentes (zona, thromboses…) –NB: ttt de la douleur = indissociable du ttt du cancer

16 06/06/2014Douleur et Cancer IFSI Montbéliard Janvier 2009 C.Roy C.Colli 16 4 COMPOSANTES Émotionnelle DOULEUR ComportementaleSensorielle Cognitive

17 06/06/2014Douleur et Cancer IFSI Montbéliard Janvier 2009 C.Roy C.Colli 17 Evaluation: obstacles à lexpression verbale de la douleur Peur dune aggravation de la pathologie,…peur de la mort

18 06/06/2014Douleur et Cancer IFSI Montbéliard Janvier 2009 C.Roy C.Colli 18 Evaluation: obstacles à lexpression verbale de la douleur Peur de dévier le médecin du ttt du cancer

19 06/06/2014Douleur et Cancer IFSI Montbéliard Janvier 2009 C.Roy C.Colli 19 Evaluation: obstacles à lexpression verbale de la douleur Peur des explorations invasives

20 06/06/2014Douleur et Cancer IFSI Montbéliard Janvier 2009 C.Roy C.Colli 20 Evaluation: obstacles à lexpression verbale de la douleur Peur dinquiéter les proches

21 06/06/2014Douleur et Cancer IFSI Montbéliard Janvier 2009 C.Roy C.Colli 21 Evaluation: obstacles à lexpression verbale de la douleur Désir dêtre un « bon malade » qui ne se plaint pas

22 06/06/2014Douleur et Cancer IFSI Montbéliard Janvier 2009 C.Roy C.Colli 22 Rappels Antalgiques de paliers I à III Co-antalgiques Radiothérapie conventionnelle ou métabolique Chimiothérapie Techniques neuro-chirurgicales Radiologie interventionnelle

23 06/06/2014Douleur et Cancer IFSI Montbéliard Janvier 2009 C.Roy C.Colli 23 Morphiniques

24 06/06/2014Douleur et Cancer IFSI Montbéliard Janvier 2009 C.Roy C.Colli 24 Rappels pharmacologiques Morphine : Antalgique de palier III de lOMS Déprime le SNC Analgésie, dépression centres respiratoires, somnolence, modification EEG. Action excitatrice sur : lœil = myosis tube digestif = nausées vomissements appareil urinaire = rétention urine. Comme tous les opiacés, la morphine est capable dinduire un processus de sensibilisation à la douleur = tolérance aiguë à la morphine.

25 06/06/2014Douleur et Cancer IFSI Montbéliard Janvier 2009 C.Roy C.Colli 25 Morphiniques -1- Sulfate de Morphine: -Actiskénan® (5, 10, 20, 30 mg), Skénan® (10,30,60,100,200mg)LP -Sevredol® (10, 20 mg) -Morphine Aguettant® (sirop 5mg/ml) -Oramorph® (10, 30,100 mg unidose buvable et gouttes (1,25mg/goutte)

26 06/06/2014Douleur et Cancer IFSI Montbéliard Janvier 2009 C.Roy C.Colli 26 Morphiniques -2- Fentanyl: -Actiq ® (200, 400, 600, 800, 1200, 1600 μg) voie transmuqueuse. -Durogesic ® (12, 25, 50, 100μg) voie transdermique Oxycodone: -Oxycontin®, Oxynorm® Hydromorphone: -Sophidone®

27 06/06/2014Douleur et Cancer IFSI Montbéliard Janvier 2009 C.Roy C.Colli 27 MORPHINE injectable Les présentations disponibles sur le site de Montbéliard 0,5 mg pour 5 ml 10 mg pour 1 ml 20 mg pour 1 ml 100 mg pour 10 ml 200 mg pour 10 ml

28 06/06/2014Douleur et Cancer IFSI Montbéliard Janvier 2009 C.Roy C.Colli 28 … SURVEILLANCE…SURVEILLANCE… FREQUENCE RESPIRATOIRE ET SEDATION Score de respiration R0 = F > 10 et respiration régulière R1 = F> 10 et respiration irrégulière ou ronflements R2 = F < 10 et respiration irrégulière ou ronflements ou obstruction R3 = F < 8 et/ou pauses respiratoires, apnées Score de sédation S0 = éveillé S1 = somnolent par intermittence, facilement éveillable S2 = somnolent la plupart du temps, éveillable / stimulations verbales S3 = somnolent la plupart du temps, éveillable / stimulations douloureuses S4 = non éveillable, coma

29 06/06/2014Douleur et Cancer IFSI Montbéliard Janvier 2009 C.Roy C.Colli 29 Arbre décisionnel dadministration de la Naloxone Echelle de sédation > ou = 2 < 2 RienFréquence respiratoire < ou = 8 Fréquence respiratoire > 8 Protocole Naloxone sur prescription médicale anticipée 1. Arrêter ladministration des morphiniques 2. O2 : 6 à 10 l/min et stimuler le patient 3. Appel médecin

30 06/06/2014Douleur et Cancer IFSI Montbéliard Janvier 2009 C.Roy C.Colli 30 Effets secondaires-complications La dépression respiratoire : Rare, elle est prévenue par une surveillance clinique rigoureuse (elle suit toujours une période de somnolence accrue). Antagonisée par ladministration de Nalaxone (Narcan®).

31 06/06/2014Douleur et Cancer IFSI Montbéliard Janvier 2009 C.Roy C.Colli 31 Les autres complications Les nausées et vomissements : traitement en fonction du protocole du service. Le prurit : Peut nécessiter ladministration de Polaramine ou faibles doses de naloxone (prescription) La rétention aiguë durine : plus fréquente chez lhomme, nécessite un sondage urinaire.(prescription) Le ralentissement du transit digestif : fréquente nécessité dadministrer des laxatifs (prescription)

32 06/06/2014Douleur et Cancer IFSI Montbéliard Janvier 2009 C.Roy C.Colli 32 LES MOYENS NON-MEDICAMENTEUX

33 06/06/2014Douleur et Cancer IFSI Montbéliard Janvier 2009 C.Roy C.Colli 33 TENS TCC Magnétothérapie

34 06/06/2014Douleur et Cancer IFSI Montbéliard Janvier 2009 C.Roy C.Colli 34 NEURO STIMULATION TRANSCUTANEE Action par inhibition de la transmission du message nociceptif Implique une participation active du patient Indications larges: douleurs neuropathiques surtout

35 06/06/2014Douleur et Cancer IFSI Montbéliard Janvier 2009 C.Roy C.Colli 35 TCC: thérapie cognitivo- comportementale Les objectifs de la TTC: rendre le patient actif de son traitement, transformer les comportements douloureux en comportements bien portants, grâce à un nouvel apprentissage. Les processus mis en œuvre: l'éducation et l'information, la reformulation des croyances sur la maladie et le rôle à adopter, l'apprentissage des stratégies de coping, et la réassurance afin de renforcer l'efficacité personnelle (Dr Laroche, Saint Antoine, Paris). Il sagit donc de sappuyer sur les capacités de chacun à acquérir des compétences nouvelles. Apprentissage de stratégies permettant de « faire face », de couper avec des modes de vie qui handicapent le quotidien.

36 06/06/2014Douleur et Cancer IFSI Montbéliard Janvier 2009 C.Roy C.Colli 36 suivi psychologique Sophrologie Hypnose

37 06/06/2014Douleur et Cancer IFSI Montbéliard Janvier 2009 C.Roy C.Colli 37 Prise en charge par psychologue La douleur chronique est déstructurante, désocialisante, vecteur de dépression. Elle infiltre la vie du patient dans sa globalité. Une prise en charge psychologique est incontournable dans bon nombre de cas. Elle demande du temps, de la patience.

38 06/06/2014Douleur et Cancer IFSI Montbéliard Janvier 2009 C.Roy C.Colli 38 Sophrologie: « étude de la conscience humaine et des valeurs de lêtre » Méthode pour vivre « en conscience » Il sagit de donner de nouvelles habitudes à mon corps qui seront plus profitables pour moi Je pourrai alors me déployer dans lexistence dune manière un peu différente

39 06/06/2014Douleur et Cancer IFSI Montbéliard Janvier 2009 C.Roy C.Colli 39 Hypnose Etat de conscience modifié, pendant lequel le sujet se détache des contraintes externes et internes qui caractérisent son fonctionnement de veille. Ce détachement est perçu comme une libération et permet de lever, chez le sujet, une partie des résistances qui en lui s'opposent au changement thérapeutique

40 06/06/2014Douleur et Cancer IFSI Montbéliard Janvier 2009 C.Roy C.Colli 40 Accompagnement par les soignants. Accompagnement par les bénévoles. Accompagnement par les familles. Prise en compte des douleurs induites.

41 06/06/2014Douleur et Cancer IFSI Montbéliard Janvier 2009 C.Roy C.Colli 41 SOS

42 06/06/2014Douleur et Cancer IFSI Montbéliard Janvier 2009 C.Roy C.Colli 42 « Comme un cri jeté à la mer, écoutons et soulageons les personnes soignées, participons au maintien de leur qualité de vie, de leur confort durant lépreuve de la maladie. »

43 06/06/2014Douleur et Cancer IFSI Montbéliard Janvier 2009 C.Roy C.Colli 43 MERCI DE VOTRE ATTENTION


Télécharger ppt "06/06/2014Douleur et Cancer IFSI Montbéliard Janvier 2009 C.Roy C.Colli 1 Douleur et cancer Une relation complexe."

Présentations similaires


Annonces Google