La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

GESTION DES RESSOURCES AQUATIQUES CONTINENTALES Biométrie G6 Elodie, Volana, Vincent, Laure et Céline.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "GESTION DES RESSOURCES AQUATIQUES CONTINENTALES Biométrie G6 Elodie, Volana, Vincent, Laure et Céline."— Transcription de la présentation:

1 GESTION DES RESSOURCES AQUATIQUES CONTINENTALES Biométrie G6 Elodie, Volana, Vincent, Laure et Céline

2 INTRODUCTION Données sur les ressources Modélisation mathématique Finalité :choix du meilleur système dexploitation :compromis bon rendement et préservation du milieu Etablissement de quotas pour optimisation 2 modélisations analytique globale

3 PLAN Définitions pour la compréhension des modèles (Elodie) Modélisation analytique comparaison de 2 lacs (Volana) rivière (Vincent) Gestion de la pêche dans une lagune(Laure et Céline)

4 Quest-ce que la biomasse ? Biomasse B (en tonnes) Abondance en masse dune population sur laquelle sexerce lexploitation R recrutement G croissance BIOMASSE F Mortalité dexploitation M Mortalité naturelle

5 tc = âge de la première capture Recrutement R Nombre dindividus dâge tc qui rentre dans la phase dexploitation potentielle Recrue poisson qui atteint la taille ou lâge de recrutement Croissance G Étude des variations de taille moyenne dun individu (longueur et poids) en fonction de lâge Mortalité Z Diminution de leffectif d une population attribuable à la mort naturelle et aux captures par pêche

6 Mortalité totale = Mortalité par pêche +Mortalité naturelle Z = F + M Y = F * B et F = f * q Y:biomasse capturée F:coefficient instantané de mortalité par pêche q: efficacité de lengin de pêche B:biomasse moyenne annuelle dune population Effort de pêche f (en bateau standard) Matérialise lensemble des moyens mis en oeuvre pour lexploitation : taille et nombre de bateaux, matériel de pêche,techniques …

7 LES 2 MODELISATIONS Modélisation globale stock en cours dexploitation, longue durée Modélisation analytique campagne exploratoire - modèle de Beverton et Holt - modèle de Ricker Cohorte Ensemble dindividus nés à la suite dune reproduction généralement annuelle

8 LA PRODUCTION Unité : kg/ha.an Production totale ou écologique notée P, utilisée pour le modèle de Ricker Quantité totale de matière vivante élaborée pendant un intervalle de temps par les individus dune population Production exploitable ou rendement notée Y, utilisée pour le modèle de Beverton et Holt Partie de la production totale qui peut être exploitée par les pêcheurs ; c'est-à-dire la production théoriquement disponible en omettant les évitements

9 - Fonction exponentielle de survie - Fonction de croissance de Von Bertalanffy

10 HYPOTHESES DU MODELE BEVERTON-HOLT F et M sont constants Poissons dune cohorte exploités au même moment R est constant Tracé de Y/R EQUATION ET REPRESENTATION

11 Haplochromis Ihema Muhazi Daprès la thèse de Monsieur Plisnier (1990)

12 Données nécessaires Estimation de la mortalité totale Z Méthode de la capture linéarisée Pêche à la senne de plage Estimation de la biomasse B Méthode de laire balayée Pêche au chalut

13 Lac IhemaLac Muhazi Nb de strates 45 Superficie 90 km²35 km² B (tonnes) RS poissons 3412 Mortalité annuelle

14 COURBES DISORENDEMENT

15 Plus souple que B&H (aucune hypothèse concernant la forme de léquation de croissance) Permet de prendre en compte les variations des paramètres de mortalité et de croissance LA METHODE DE RICKER

16 Principe Découpage de la période dexploitation en n intervalles de largeur t Estimation de la variation de biomasse sur chaque intervalle : Calcul de la biomasse moyenne sur la période dexploitation :

17 Méthode particulièrement adaptée… Lorsque la pêcherie est saisonnière Lorsquune partie seulement de la population est exploitée

18 Évaluation de la production écologique pour lespèce Petenia splendida dans la zone inondable de la rivière San Pedro (Mexique) EXEMPLE

19 Le système détude Composé de: La rivière adjacente à… …la zone inondable traversée par… …trois drains. Caractérisé par des phénomènes de saisonnalité Variations saisonnières des paramètres de mortalité et de croissance

20 Paramètres de létude =1/2 mois Date moyenne de recrutement : 15 déc Pour chaque période dun demi-mois, on mesure: La croissance : L(t) La mortalité : Z P(t)G(t)

21 Evolution de Z en fonction du temps

22 La production écologique: avec G : taux instantané de changement de poids : biomasse moyenne sur chaque période de temps

23 Evolution de la production écologique P en fonction du temps

24

25 Pêche et aménagement dans la lagune hypersaline de Bardawil

26 Introduction Paramètres caractérisant la lagune Ecologie de la pêche dans la lagune La pêche Aménagement de la lagune Bilan

27 Introduction Lagune : écosystème marin côtier de faible profondeur, séparé de la mer par un cordon littoral (lido) et connecté à la mer par une ou plusieurs ouvertures étroites. Cest un milieu très productif exploité principalement pour la production de poissons Étude réalisée de 1968 à 1978 Lagune crée artificiellement par dragage de deux passes Lagune de région aride située au nord du M t Sinaï

28 Situation géographique

29 Paramètres caractérisant la lagune Salinité –elle augmente de la surface vers le fond et des passes vers le sud –présence dune halinocline en été –Lagune hypersaline avec une salinité moyenne entre 45 et 55 ppm

30 Évolution de la salinité

31 Température de leau Faible profondeur donc sensibilité à la température de lair et au rayonnement solaire

32 Oxygène –Teneur souvent proche de la saturation car eau peu profonde et agitée par le vent –Minimum nocturne sans effets néfastes sur faune et flore –Conditions danaérobiose près de la vase Substances nutritives –Teneur en éléments nutritifs indépendante de la salinité –La concentration ionique est généralement identique à celle de la mer

33 Flore et Faune –Fond recouvert par des ruppies : base du réseau alimentaire de la lagune nourrissant des algues épiphytes (Cladophora) et des diatomées –Nombreux crustacés –Au sommet de la pyramide alimentaire : différentes espèces ayant une valeur marchande (Muges, Daurades, Bars…) –Si conditions de salinité optimales : pénétration de poissons de mer (Sole commune…)

34 Écologie de la pêche dans la lagune Productivité de la lagune Production primaire des lagunes côtières fois > à celle des eaux continentales –Très forte production I des ruppies+algues épiphytes –Circulation de leau –Approvisionnement constant en matières nutritives dorigine marine –Production en continu

35 –La production halieutique sert dindice de productivité générale Entre 1972 et 1979, P ha = 2020 t = 31 kg/ha –Chaîne alimentaire : pyramide

36 Ex : la Daurade (Sparus auratus) –Migration de reproduction en hiver –Février : grandes quantités dalevins (classe 0) –Succession de 4 saisons de croissance classe IV : stade ultime

37 Effet des variations de la salinité sur la population De 1970 à 71, accroissement de la salinité ( ppm) Diminution des captures Modification de la composition des captures Emploi plus répandu des filets maillants Algues filamenteuses impossibilité dutiliser les sennes Salinité et utilisation des sennes de plage des captures de Daurades

38 Diminution de la profondeur des passes provoquée par leur ensablement Le transfert de leau de mer dans la lagune dépend de : –Evaporation –Profil des passes –Force et direction du vent –Hauteur et direction des vagues Aucune incidence des marées Circulation de leau dans la lagune permet équilibre de la salinité entretien régulier de la lagune Augmentation de la salinité due à lensablement des passes

39 Effets de la pêche sur la population des poissons – gestion de la lagune axée sur lexploitation optimale de la Daurade –Utilisation comme technique de pêche : les filets emmêlants, les sennes coulissantes et les sennes de plage –Développement progressif de la pêche artisanale : utilisation des filets emmêlants et des sennes coulissantes, utilisation des sennes de plage –Fermeture de la pêche en hiver : protection supplémentaire pour les jeunes et les adultes qui rejoignent la lagune après avoir frayé en mer –Abandon de la senne de plage qui capturait les petits poissons – Février à octobre : 2/3 des captures sont des jeunes – de la longueur des filets capacité de pêche des unités

40 la pêche Production plus importante que la consommation locale Exportation daurades vers lItalie Amélioration de la qualité des poissons et des conditions de transport Intensification de la pêche artisanale –Ensablement de 1969 salinité capture de daurades Assèchement prévu de la lagune avec de graves conséquences économiques et sociales dragage de la lagune Entretien et aménagement des passes retour à des conditions normales

41 –Amélioration des ressources halieutiques et des revenus des pêcheurs Continue du nombre dunités de pêche des prises par unité deffort Réglementation de leffort de pêche

42

43 Réglementation de l effort de pêche : Mesures dentretien de la lagune : dragages réguliers des passes pour éviter lensablement Perception dune taxe sur les prises Instauration du permis de pêche Fermeture de la pêche pendant la période de ponte Augmentation du maillage

44 Bilan Augmentation des captures et de leur valeur marchande

45 Augmentation du revenu annuel des pêcheurs Doublement de leffectif des pêcheurs AnnéeEffectif des pêcheurs Revenu annuel moyen($)

46 Augmentation du nombre de bateaux et du pourcentage de motorisation % de motorisation en 1972 : 38% en 1978 : 90% Développement de la commercialisation et des exportations


Télécharger ppt "GESTION DES RESSOURCES AQUATIQUES CONTINENTALES Biométrie G6 Elodie, Volana, Vincent, Laure et Céline."

Présentations similaires


Annonces Google