La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Nous avons tous entendu cette petite phrase. Nous lavons peut-être dite… Cest un constat sans appel ! Mais le constat concerne qui ?

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Nous avons tous entendu cette petite phrase. Nous lavons peut-être dite… Cest un constat sans appel ! Mais le constat concerne qui ?"— Transcription de la présentation:

1

2

3 Nous avons tous entendu cette petite phrase. Nous lavons peut-être dite… Cest un constat sans appel ! Mais le constat concerne qui ?

4 Nous voulons tout le bonheur du monde pour nos enfants, et cest normal. Nous cherchons à leur éviter tout tracas, toute peine, nous disons : « il aura bien le temps ! » Mais, quand ce temps viendra, comment y sera-t-il préparé ?

5 Nous somme heureux de leur offrir tout ce quils désirent. Parfois même ce quils nauraient même pas pensé à demander ! Mais avons-nous essayé de le leur faire gagner ? Mériter ? Nous avons tué en eux tout goût de leffort !

6 « Tu pourrais me donner un coup de main ! - peux pas ! jai une interro demain ! - Oh ! alors, va réviser ! » - Et le cher enfant senferme dans sa chambre avec ses bandes dessinées….

7 Bien entendu, il est tellement surmené ! On ne va tout de même pas le faire travailler pendant les vacances ! Un petit job ? Inutile ! papa et maman donnent largent de poche… Et parfois la poche déborde ! Résultat : la jeunesse est livrée à elle-même, dans la rue, sans contrôle…

8 Ils ne savent pas ce que cest que désirer quelque chose… Ils ont toujours tout eu… Tout de suite, et sans effort.. Alors, si par cas ils veulent plus, tous les moyens sont bons ! Ils ne savent, ni attendre, ni mériter ce quils désirent.

9 Ils sont égoïstes ? Combien de fois les a-t-on envoyés chez les grands-parents qui sont en maison de retraite ? Combien de fois leur a-t-on donné lexemple de laide fraternelle entre voisins ?

10 Nous leur avons donné ce quils désiraient. Au début, leurs souhaits étaient de la classe du désir, et nous prenions plaisir à les satisfaire et à voir briller leurs yeux.

11 Et puis, le désir sest transformé en exigence. Leurs yeux nont plus brillé de plaisir lorsque nous leur donnions ce quils désiraient, ils ont brillé de colère lorsque nous ne pouvions satisfaire leurs desiderata…

12 Et nous, les adultes, nous étions pris au piège. Nous ne comprenions pas comment ils pouvaient être si exigeants… Et nous navions pas la force de résister à cette impérieuse volonté juvénile.

13 En lisant ce constat, beaucoup penseront : « cest bien vrai ! Cest tout à fait comme cela que ça se passe chez un tel… Une telle… » Ne nous leurrons pas ! Cela se passe ou sest passé aussi comme cela chez nous !

14 Bien sûr, jexagère. Il y a de la jeunesse magnifique. Prête à aller de lavant. A donner un ou deux ans pour des causes humanitaires. Ou simplement à sexcuser lorsquelle vous bouscule, ou à laisser sa place.

15 Cet été, un groupe de jeunes de toutes nations a rénové, dans lenthousiasme, un vieux « lavoir » sur ma commune. Et, avec la commune, ils nous ont conviés à un pot dhonneur pour nous montrer leur travail et ce quils avaient réussi.

16 Nous étions QUATRE adultes à ce pot de lamitié pour les féliciter de leur mois de travail acharné et des résultats obtenus ! Pas de quoi les motiver pour entreprendre un nouveau chantier !

17 Ce ne sont que des constatations. Des réflexions décousues, et parfois dures. Mais cela me fait mal au cœur que lon tire à boulets rouges sur les jeunes, alors que, souvent, cest nous qui sommes fautifs !

18 Alors… Peut-être quil faudrait essayer de ne pas recommencer les mêmes erreurs avec nos petits-enfants ???

19 Musique : Arpèges Jacky Questel – novembre 2005


Télécharger ppt "Nous avons tous entendu cette petite phrase. Nous lavons peut-être dite… Cest un constat sans appel ! Mais le constat concerne qui ?"

Présentations similaires


Annonces Google