La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La Médecine Factuelle. MEDECINE BASEE SUR LES FAITS « Evidence-based medicine »

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La Médecine Factuelle. MEDECINE BASEE SUR LES FAITS « Evidence-based medicine »"— Transcription de la présentation:

1 La Médecine Factuelle

2 MEDECINE BASEE SUR LES FAITS « Evidence-based medicine »

3 Les grandes étapes de la philosophie médicale Lobservation La confrontation anatomo-clinique La médecine expérimentale La médecine basée sur les faits

4 Définition Approche reposant sur des bases objectives (faits ou «evidence»): prudence concernant linformation basée sur lexpérience (« intuition ») clinique prédictions parfois erronées des décisions basées sur la physiopathologie interprétation des données de la littérature sur base de leur niveau de preuve

5 Niveaux de preuve I. Essais randomisés de grande taille avec résultats bien tranchés: faible risque d erreurs de 1ère espèce ( faux positif) et de 2è espèce ( faux négatif). II. Essais randomisés de petite taille avec des résultats incertains: risque moyen à élevé derreurs et méta- analyses. III. Etudes non randomisées avec contrôles contemporains. IV. Etudes non randomisées avec contrôles historiques et avis d experts. V. Séries de cas, études non contrôlées, avis dexpert.

6 Etapes de la pratique de la médecine basée sur les faits Formulation du problème Repérage et rapport des faits Evaluation critique des faits Application à la prise en charge du patient Auto-évaluation

7 FAIRE UNE RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE

8 Les sources de documentation en pratique médicale

9 La documentation primaire = TEXTES ORIGINAUX

10 Les sources de documentation primaire Livres, traités et ouvrages (« textbook ») Périodiques: articles de recherche et de revue Littérature grise: thèses, brevets, comptes rendus de congrès, rapports de recherche

11 Les grands types de publication Les faits cliniques (« case reports ») Les études originales: - expérimentales - cliniques (dont randomisées) Les revues - narratives - systématiques - recommandations

12 Articles originaux

13 Rôle Un chercheur doit non seulement faire mais également écrire sa recherche : ce quil a fait, pourquoi il la fait, comment il la fait et quels enseignements il en a tirés.

14 Structure Quel est le problème ? = INTRODUCTION Comment a-t-on étudié le problème ? = MATERIEL ET METHODES Qua-t-on trouvé ? = RESULTATS Que signifient les résultats ? Quels enseignements peut-on en tirer ? = DISCUSSION

15 Articles de revue

16 Il faut distinguer les revues systématiques (systematic review, overview et, en cas dutilisation de méthodes quantitatives, méta-analyses): ont pour but de résumer lévidence scientifique dun sujet les revues narratives : non systématiques mélangeant opinions et évidence scientifique.

17

18 Les problèmes liés aux revues narratives non satisfaisantes le plus souvent et ne doivent pas être considérées comme le « standard » ne revoient pas systématiquement la littérature souvent écrites pour mettre en évidence un point de vue particulier ou pour des raisons «politiques»

19 Critères de Mulrow spécification de lobjectif de la revue source des données: éviter les biais liés à la sélection des publications sélection des données: critères (inclusion/ exclusion) utilisés pour la revue évaluation de la validité et de la qualité des études (critères à définir au départ) synthèse des données: qualitative et quantitative (méta- analyse) résumé et discussion des investigations futures à mener

20 Toutes les revues ne doivent-elles pas devenir systématiques? Antman et al JAMA 1992; 268: (traitement de l infarctus myocardique)

21 Objectifs de la revue systématique en médecine basée sur les faits Formulation du problème Repérage et rapport des faits Evaluation critique des faits Application à la prise en charge du patient Auto-évaluation

22 La méta-analyse = revue quantititative aussi systématique, exhaustive et objective que possible des meilleures preuves disponibles sur une question donnée, à un moment donné : avec, après : résoudre

23

24 Les biais dans les revues systématiques Biais venant des études originales: évaluation de leur qualité (notamment randomisation) Agrégation inappropriée des études: ne pas combiner des études trop différentes notamment au niveau des populations sélectionnées ou de la manœuvre appliquée Biais de publication: les études positives sont plus souvent et mieux publiées Biais liés aux lecteurs (opinion et a priori !): nécessité de bien décrire le protocole

25 Les recommandations (guidelines) En médecine basée sur les faits, les recommandations se basent sur des revues systématiques avec gradation selon leur niveau de preuve Cook, Ann Intern Med 1997; 127:

26 Niveaux de preuve I. Essais randomisés de grande taille avec résultats bien tranchés: faible risque d erreurs de 1ère espèce ( faux positif) et de 2è espèce ( faux négatif). II. Essais randomisés de petite taille avec des résultats incertains: risque moyen à élevé derreurs et méta- analyses. III. Etudes non randomisées avec contrôles contemporains. IV. Etudes non randomisées avec contrôles historiques et avis d experts. V. Séries de cas, études non contrôlées, avis dexpert.

27 Grades des réponses aux questions Grade supporté par A. au moins 2 investigations de niveau I. B. seulement 1 investigation de niveau I. C. uniquement des investigations de niveau II. D. au moins 1 investigation de niveau III. E. des évidences de niveau IV ou V.

28 Place de la méta-analyse dans les niveaux de preuve? = SUJET CONTROVERSE nest pas une expérience et donc na quune valeur exploratoire niveau 2 d office? Niveau 1 si IC ne coupant pas la ligne d équivalence?

29 La documentation secondaire = ensemble des moyens daccès, manuels ou informatisés, permettant de retrouver ces documents primaires

30 La littérature médicale journaux biomédicaux articles « peer reviewed » par an multiples langues

31 Objectifs de la documentation secondaire recense, classe et parfois analyse les documents primaires signalétique (ex. Index Medicus en utilisation manuelle) quand signale seulement les articles ou documents sans les résumer ou les analyser analytique (ex. MEDLINE) quand analyse plus ou moins succinctement (Abstract) le contenu des articles ou documents constituant la documentation primaire

32 Les principales sources de documentation secondaire En recherche manuelle: - Index Medicus: 3500 périodiques - Current contents En recherche informatisée: Medline-

33 MESH Medical Subject Headings = thesaurus où se trouvent rangés les mots-clés (headings) permettant de rentrer dans lIndex Medicus (et dutiliser plus efficacement le Medline) première section: contient les mots-clés classés par ordre alphabétique avec un système de renvoi facilitant le choix et la sélection des mots-clés deuxième section: contient les mêmes mots-clés mais classés par catégories dans un ordre hiérarchique (classification en arbre).

34

35 Avantages théoriques dune recherche informatisée économie de temps simplicité de la sélection informatique des références (mais se limite aux mots-clés fournis à lordinateur ou présents dans larticle ou l abstract) obtention dun listing des références base de données analytique (abstracts)

36 Termes à utiliser pour interroger une base de données Même principe que pour les grandes bibliographies secondaires imprimées : lexique (liste alphabétique des termes ayant servi à indexer les documents) et thesaurus (cf MESH)

37 champs de référence = présentation des références correspondant aux documents primaires: titre de larticle auteurs, adresse source, ISSN, année de publication, langue, pays abstract champ MESH, nom des substances citées dans larticle, numéro didentification de la référence dans la base

38 exemple Sculier JP, Paesmans M, Markiewicz E, Berghmans T.Related : Scoring systems in cancer patients admitted for an acute complication in a medical intensive care unit. Crit Care Med Aug;28(8): PMID: ; UI: Sculier JP, Paesmans M, Markiewicz E, Berghmans T.Related :

39 Interrogation de la base de donnée en langage contrôlé en utilisant des descripteurs (= mots-clés indexés : cf MESH) en langage libre en utilisant des mots libres en se limitant éventuellement à certains champs de référence (auteurs, titres,...) avec toutes les fausses informations quon risque den retirer mise en équation des mots-clés : à laide dopérateurs : - ou (OR) - et (AND) - sauf (ANDNOT)

40 Medline: adresses électroniques PubMed: GratefulMed:

41 En pratique : diverses sources didentification seront utilisées Banques de données électroniques recherche manuelle dans les journaux actes de congrès/conférences bibliographies des articles et livres concernés consultation dexperts et chercheurs dans le domaine


Télécharger ppt "La Médecine Factuelle. MEDECINE BASEE SUR LES FAITS « Evidence-based medicine »"

Présentations similaires


Annonces Google