La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

CREAPAGA Replacer la femme au cœur des structures sociales et économiques de la société burkinabé

Présentations similaires


Présentation au sujet: "CREAPAGA Replacer la femme au cœur des structures sociales et économiques de la société burkinabé"— Transcription de la présentation:

1 CREAPAGA Replacer la femme au cœur des structures sociales et économiques de la société burkinabé

2 R EPLACER LA FEMME AU CŒUR DES STRUCTURES SOCIALES ET ÉCONOMIQUES DE LA SOCIÉTÉ BURKINABÉ Les femmes burkinabés sont: - Elles sont tributaires des hommes sur le plan économique et financier - Peu présente dans la sphère publique (seulement 25% des femmes comme agent publique) - Marginalisées et plus vulnérables face aux IST Burkina, quelques caractéristiques: une société relativement pauvre, PIB/hab= 522$, IDH=0,305 avec des structures économique, sanitaire et sociale à développer, taux d'alphabétisation des + de 15 ans : 29% une société de tradition patriarcale

3 R EPLACER LA FEMME AU CŒUR DES STRUCTURES SOCIALES ET ÉCONOMIQUES DE LA SOCIÉTÉ BURKINABÉ Autres caractéristique de la société burkinabé: Lartisanat compte pour 30% du PIB national Il est ancré dans lhéritage culturel, social et économique du pays Mais absence dune politique cohérente qui permettrait la coordination des acteurs A la lumière de ces constats CREAPAGA désire: -> Accompagner les femmes burkinabés à la valorisation de leur savoir-faire …Par la création dune coopérative où elles pourront créer, échanger… …Pour faire de leurs activités des sources de revenus pérennes …Contribuer à les replacer au cœur des structures

4 Pauvreté structurelle Situation défavorable de la femme Poids de la tradition dans une société patriarcaleManque dorganisation au sein de létat Silence des femmes Corruption de la police et de la gendarmerie Précarité des moyens de subsistance paysans Explosion de la population urbaine Insécurité Peu de femmes ont des activités économiques qui rapportent un revenu suffisant ExcisionProstitution Propriété des terres réservée aux hommes Manque dinformations sur laccès aux besoins primaires Méconnaissance par les femmes de leurs droits Perte du savoir-faire Absence de visibilité Féminisation de la pauvreté Dépendance vis- à-vis du mari Déscolarisation Travail des enfants IllettrismeDélinquance Grossesse précoce Augmentation du taux de mortalité Marginalisation IST Fluctuation des prix des matières premières Manque de moyens de développement du secteur artisanal Manque de coordination des acteurs Pas dartisanat de qualité Concurrence des produits importés Baisse des activités artisanales Exode rural

5 Pauvreté structurelle Amélioration de la situation de la femme Poids de la tradition dans une société patriarcale Manque dorganisation au sein de létat Plaintes et dénonciation s Corruption de la police et de la gendarmerie Stabilité et suffisance des revenus des paysans Diminution des flux humains liés à lexode rural Baisse de linsécurité urbaine Formalisation dune source de revenu stable pour les femmes Baisse de la prostitution Partage de lexploitation des terres Améliorer laccès aux informations et la prise de conscience des besoins primaires Sensibilisation des femmes à leurs droits Plus de visibilité Réduction des inégalités socio- économiques hommes/femmes Réduction de la dépendance des femmes vis-à-vis de leur mari Affirmation de la femme dans les prises de décisions dans le ménage et au sein de la communauté Baisse du taux de mortalité Insertion et intégration des femmes marginalisées Baisse du taux de contamination par les IST/ VIH sida Augmentation des moyens pour développer le secteur artisanal Coordination des acteurs de lartisanat Amélioration la qualité de lartisanat Développement de la filière artisanale et valorisation du savoir-faire des femmes à Ouagadougou Fluctuation des prix des matières premières OBJECTIF: replacer la population féminine au cœur de la société et lui permettre dêtre un acteur des structures sociales et économiques du Burkina Faso. Renforcement et valorisation des activités artisanales des femmes OG OS2 Résultat 1 Résultat 2 OS1 Résultat 1 Résultat 2 Résultat 3 Activité 1

6 Logique d'intervention Indicateurs objectivement vérifiables (IOV) Source de vérificationRisques OBJECTIF GENERAL Replacer la population féminine au cœur de la société et lui permettre dêtre un acteur des structures sociales et économiques du Burkina Faso Objectif spécifiqu e 1 Développement de la filière artisanale et valorisation du savoir-faire des femmes à Ouagadougou - IOV 1 : augmentation de la présence de lartisanat local sur le marché de 2% par an - IOV2 : Augmentation du nombre de femmes reconnues comme artisanes de 60 % après 2 ans d'activité - IOV 3 : Diminution des doublons au niveau des différents acteurs de 25% après 5 ans d'activité - SV1 : rapport de cabinet d'audit privé après 5 ans - SV2 : statistiques nationales Résultats R1 : la qualité de l'artisanat féminin de Ouagadougou est améliorée - IOV1.1 : 50% des produits fabriqués dans la coopérative sont conformes aux standards de qualité pour l'exportation (continentaux et internationaux) au bout de 2 ans d'activité - IOV1.2 : diversification du savoir-faire: 1 femme maîtrise 3 techniques d'artisanat différentes en sortie de coopérative (après 2 ans) - SV1.1 : registre des ventes/suivi des flux par le chef de projet et le logisticien - SV1.2 : registre des formations et des diplômes par la coopérative et par un expert externe - Fluctuation des prix - Défaillance des fournisseurs - Absence de conformité aux standards de qualité du marché

7 R2 : les différents acteurs de lartisanat à Ouagadougou sont coordonnés - IOV2.1 : 80% des parties prenantes (acteurs de l'artisanat - associations, ONGs, coopératives) participent au moins à une réunion de synergie par an - IOV2.2 : présence d'au moins un représentant de chaque instance clé (autorités locales, Fédération des Artisans, Ministères) lors des visites d'échanges semestrielles - IOV2.3 : au moins une action concertée des parties prenantes par an - SV2.1 : rapports dactivité/compte rendu des rencontres par le chef de projet et experts externes - SV2.2 : suivi des comptes par le comptable - SV2.3 : registre démargement et formulaires de debrief sur les réunions par les participants - Pas prises au sérieux par le gouvernement et les autorités - Pas dadhésion de la population et des autorités morales - Pas de disponibilité ou pas envie de travailler ensemble R3 : L'artisanat des femmes de Ouagadougou est renforcé et valorisé par le biais d'une coopérative - IOV3.1 : 100% des femmes de la coopérative savent manipuler les outils linguistiques en sortie de coopérative - IOV3.2 : 100% des femmes issues de la coopérative ont un diplôme d'artisanat en sortie de coopérative (au bout de 3 ans) - IOV3.3 : 100% des femmes issues de la coopérative ont un revenu pérenne au bout de 5 ans - IOV3.4 : la coopérative est capable de sapprovisionner elle-même en matériel/équipement (100% de capacité dauto-sourcing) au bout de 2 ans - SV3.1 : Rapport de formations et registre des diplômes des participantes - SV3.2 et 3 : Rapport dactivités / suivi des bénéficiaires (entretiens personnalisés) par les responsables de la coopérative et par les professeurs - Les participantes sont découragées face à la lourdeur des démarches et de leffort à fournir - Elles cèdent aux pressions externes - Désistement des bailleurs - A1.1 : mise en place dune formation artisanale qualifiante pour les femmes - A1.2 : identification et mise en oeuvre de partenariats avec des fournisseurs capables de fournir des matériaux de qualité (prospection) - A1.3 : ateliers de sensibilisation sur la règlementation artisanale (1 tous les 3 mois) - Pas de collaboration des paysans en amont - Difficultés logistiques en approvisionnement et commercialisation (prix, récoltes, transport, etc.)

8 - A2.1 : organisation de réunions de synergies entre les acteurs clés (acteurs de l'artisanat - associations, ONGs, coopératives) pour mettre en lumière leurs intérêts communs - 1 réunion par an - A2.2 : organisation de visites (2/an) dans la coopérative pour les acteurs clés - A2.3 :organisation du Festival du Geste et des Savoir-Faire annuel '- Pas de collaboration des acteurs, absence dintérêt pour le projet - Lenteur dexécution, lourdeur des procédures administratives, manque de disponibilité - A3.1 : prospection et mise en place dune coopérative selon le système normatif burkinabe - A3.2 : cours d'alphabétisation pour les femmes qui en ont besoin au sein de la coopérative (accompagnement personnalisé) - A3.3 : Sensibilisation à leurs droits (économiques, création dentreprise) - A3.4 : mise en place de permanences régulières pour définir les stratégies économiques de chacune des femmes (typologie des bénéficiaires évoquée lors de la phase d'identification) - A3.5 : Formation entrepreneuriale (administration et savoir-faire) des femmes selon leur projet professionnel et ateliers de perfectionnement en conséquence -A.3.6 : édition semestrielle d'une "feuille de chou" (type newsletter), sur les activités, les besoins, les difficultés, les opinions (sujets d'actualité, etc.) de la coopérative - A.3.7 : organisation de visites dans la coopérative d'actrices extérieures pour favoriser la mise en réseau et mise en place de parrainage (rencontre avec des femmes/ force de proposition/ actrices du changement/ dans des groupement de défense des droits des femmes) - Opposition des autorités morales/des maris et pression sociale - Pas de collaboration des artisans en aval - Refus du changement ou pas dadhésion de la population par méfiance - Démotivation des femmes - Pas de disponibilité des services adéquats - Contrainte de temps : auront-elles assimilé les connaissances/compétences nécessaires pendant la durée du projet ?

9 Objectif spécifique 2 Réduction des inégalités socio- économiques hommes/femmes à Ouagadougou - IOV1 : réduction des inégalités de salaire dans 100% des foyers 2 ans après le début du projet - IOV 2 : augmentation de la représentativité des femmes au sein des cercles décisionnels de la communauté : 1 femme sur 4 hommes 2 ans après le début du projet - IOV 3 : sur 4 femmes qui ont des responsabilités à léchelle communautaire, les femmes atteintes dIST ont au moins une représentante 2 ans après le début du projet Résultats R1 : les femmes de Ouagadougou ont réduit leur dépendance économique vis-à-vis de leur mari - IOV1.1 : 60% des maris des femmes de la coopérative acceptent la co-décision sur les questions économiques avec leur femme au sein du foyer au bout de 2 ans - IOV1.2 : répartition égale de la propriété foncière/immobilière dans 6 foyers sur 10 au bout de 2 ans - SV1.1 : statistiques nationales - SV1.2 : enquête auprès des hommes (maris, pères des femmes de la coopérative) après 2 ans - SV1.3 : enquête auprès des femmes de la coopérative sur leur ressenti concernant leur place au sein de la famille dans la prise de décisions après 2 ans - Opposition des autorités morales - Pression des maris - Abandon des femmes face aux pressions R2 : les femmes atteintes de maladies sexuellement transmissibles sont intégrées dans la société burkinabè - IOV2.1 : 100% des femmes de la coopérative ont connaissance de leurs droits et des outils à leur disposition (soutien économique et judiciaire) au bout de 2 ans - IOV2.2 : 100% des femmes atteintes de MST nont plus besoin daccompagnement psychologique au bout de 2 ans - IOV2.3 : au bout de 2 ans, 60 % des femmes atteintes de MST participent activement à la vie locale - SV2.1 : rapports des ONGs et des autorités locales sur limplication des femmes dans la commune - SV2.2 : rapports dactivités et suivis - SV2.3 : évaluation des connaissances et rapports dactivités daccompagnement - Refus daccompagnement psychologique des femmes (culturel) - Refus de la population dintégrer les femmes VIH

10 Activités - A.1.1 : mise en place de partenariats avec d'autres associations et coopératives au Burkina Faso pour échanger des savoir-faire et du matériel et avec des sociétés de micro-crédit - A.1.2 : mise en place de partenariats avec des associations/des coopératives à l'étranger pour exporter les productions de la coopérative à l'étranger (création de réseaux d'exportation) - A.1.3 : création d'une crèche au sein de la coopérative pour les femmes membres - Pression des maris face à laugmentation des revenus de leurs femmes - Refus des femmes de laisser leurs enfants dans la structure daccueil (culturel) - A.2.1 : organisation d'ateliers-théâtre / ateliers créatifs (sessions mensuelles) - A.2.2 : prise en charge psychosociale des femmes (accompagnement personnalisé ; groupes de parole) - A.2.3 : mise en relation avec les professionnels de la santé - A.2.4: organisation de ciné-débat avec les autres femmes de la zone urbaine de Ouagadougou - A.2.5 : édition semestrielle d'une "feuille de chou" (type newsletter), sur les activités, les besoins, les difficultés, les opinions (sujets d'actualité, etc.) de la coopérative - A.2.6 : organisation de visites dans la coopérative d'actrices extérieures pour favoriser la mise en réseau et mise en place de parrainage (rencontre avec des femmes/ force de proposition/ actrices du changement/ dans des groupement de défense des droits des femmes) - Refus daccompagnement psychologique des femmes (culturel) - Pression sociale, opposition des autorités morales - Refus de la population de participer aux activités dinformation

11

12 DépensesUnité# d'unitésCoût unitaire ()Coûts () 1. Ressources humaines 1.1. Salaires (montants bruts incluant les charges de sécurité sociale et les autres coûts correspondants, personnel local) logisticienPar mois secrétaire administratifPar mois intendantPar mois comptablePar mois juristePar mois guide localPar mois Salaires (montants bruts incluant les charges de sécurité sociale et les autres coûts correspondants, personnel expatrié) chefs de projetsPar mois coordinateur de programmePar mois Sous-total Ressources humaines % 2. Voyages de supervision et suivi 2.1. Voyages internationaux Voyages aller-retour Paris-Ouagadougou-Paris (2 A/R tous les 6 mois)Par vol Prise en charge des frais locauxPer diem Sous-total Voyages de supervision et suivi % 3. Equipement, matériel et fournitures 3.1. Achat de véhiculePar véhicule Mobilier, matériel d'ordinateur Achat d'ordinateurs et accessoiresPar ordinateur Achat dimprimantes/photocopieusesPar appareil Sous-total Matériel et fournitures % 4. Bureau local 4.1. Entretien, réparation, carburant du véhiculePar mois Fournitures pour formations diverses (cahiers, bics, cartables, rames de papier) pour le personnel de la coopérative, les formateurs/animateurs et les femmes accueillies Par personne Autres services (tél/fax, éléctricité, maintenance,internet)Par mois Sous-total Bureau local % 5. Autres coûts, services liés aux activités 5.1 Amélioration de la qualité de lartisanat féminin (OS1 – R1) Analyse du contexte et identification des parties prenantes Unité Approvisonnement en matières premières Par mois Achats de machines de production Par machine Ateliers de sensibilisation à la règlementation de l'artisanat (1 tous les 3 mois) Par atelier

13 Recrutement de 2 formateurs en artisanat (tous les 3 mois, atelier de 2 semaines) Par atelier Coordination des différents acteurs de lartisanat (OS1 – R2) Réunion de synergie annuelle Par réunion Visites d'échanges (2/an) Par visite Festival des Geste et des Savoir-Faire Par festival Valorisation et renforcement de lartisanat local féminin via la coopérative (OS2 – R3) Création d'une coopérative (frais de notaire inclus)Coopérative formateur alphabétisation (2 fois par semaine par groupes de 3 à temps plein) Par mois Formation ponctuelle 5 semaines par an : entrepreneuriat / droits / SIDA- MST / microcrédit, etc. Semaine de formation Suivi et accompagnement personnalisé, ateliers de perfectionnement Par femme Réduction de la dépendance économique des femmes vis-à-vis des maris (OS2 – R1) Création de réseaux d'exportations (taxes, frais d'exportation, etc.) Par an Création de la crèche Structure Recrutement d'1 personne pour assurer une permanence à la crèche) Par mois Intégration des femmes atteintes de MST dans la société burkinabè (OS2-R2) Ateliers théâtre et créatifs Par mois Réunions d'échanges avec autres femmes de la zone urbaine de Ouagadougou Par mois Recrutement d'1 animateur de groupe psychosocial (1 fois par mois, pour les groupes de parole et ateliers théâtre, 1 jour par semaine) Per diem Actions de visibilité Banderoles/enseigne de la coopérativeUnité Newsletter (1 numéro par semestre, 200 exemplaires)Edition Suivi et évaluation Auditeurs externes (cabinet, service annuel)Par audit Consultants externes pour évaluation intermédiaire et finale du projet Par évaluation Sous-total autres coûts, services % 6. Sous-total des coûts directs éligibles de l'action Coûts administratifs (5-7% pour l'association en France) % 8. Total des dépenses du projet %


Télécharger ppt "CREAPAGA Replacer la femme au cœur des structures sociales et économiques de la société burkinabé"

Présentations similaires


Annonces Google