La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Vers lère « CHINDIA » ? Dr. Zhan SU Professeur titulaire de management international et de stratégie de lentreprise Directeur du Groupe dÉtudes et de.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Vers lère « CHINDIA » ? Dr. Zhan SU Professeur titulaire de management international et de stratégie de lentreprise Directeur du Groupe dÉtudes et de."— Transcription de la présentation:

1

2 Vers lère « CHINDIA » ? Dr. Zhan SU Professeur titulaire de management international et de stratégie de lentreprise Directeur du Groupe dÉtudes et de Recherche sur lAsie Contemporaine (GÉRAC) Université Laval Novembre 2006

3 La compétition des pays émergents Tiré de Goldman Sachs, Octobre 2003

4 Projection de la Banque mondiale Source: Atlas géopolitique et culturel 2005, Le Robert Sept des dix grandes puissances économiques seront asiatiques

5 Croissance des pays 2005 PaysPIB / PPPTaux de croissance PIB Argentine518.1 billion8.7% Brésil1.556 trillion2.4% Chili187.1 billion6% Colombie337.5 billion5.1% Mexique1.067 trillion3% Venezuela153.7 billion9.3% Chine8.859 trillion9.9% Inde3.611 trillion7.6% Indonésie865.6 billion5.6% Corée du sud965.3 billion3.9% Malaisie290.2 billion5.3% Vietnam232.2 billion8.4% Russie1.589 trillion6.4% Pologne514 billion3.2% Bulgarie71.54 billion5.5% Roumanie183.6 billion4.5% Rép. dém. du Congo40.67 billion6.5% Algérie233.2 billion6% Economic Statistics by Country, 2005

6 Évolution du PIB mondial Source: Keystone India

7 Mythes et réalités de lémergence de la Chine et de lInde

8 La Chine attire lattention du monde entier Fardeau chinois (Brown, 1994) Illusion chinoise (Segal, 1999; …) Manipulation chinoise (Rawski, 2001) Faillite chinoise (Chang, 2001; …) Opportunité chinoise (…, 2003; …) Menace chinoise (…, 2003; …) Jungle chinoise (…, 2005; …) Chocs chinois (Brown, 2005; …) Responsabilité chinoise (…; 2005; …) Néo-colonialiste chinois (…, 2006; …)

9

10 Le « miracle chinois » Croissance: 9.4% de 1978 à 2005, de 147 milliards $US à 2224 milliards PIB par habitat: de 340 $US à plus de 1700 US$ en 2005 Commerce international: de 20 milliards $US en 1978 à Milliards en 2005; de moins de 1% du commerce mondial à 6% en 2005 (9.4%, 1 er en 2006?); excédant en 2005: 102 milliards (200 milliards en 2006?) Réserves en devises: de 0.17 milliards $US en 1978 à 1009 milliards en octobre 2006 Réduction de la pauvreté: de 500 millions à moins de 100 millions

11 La Chine a dépassé lInde de façon brusque et rapide Source: Banque Mondiale, Global Insight Inc.

12 Source OMC Croissance exceptionnelle des pays surlignés Chine : % Malaisie : + 600% Mexique : + 600% Brésil : + 300%

13 Contribution à la croissance du PIB mondial en % AnnéeChineÉtats-UnisEuropeJapon ,819,714,19, ,114,613,26, ,822,911,32, ,213,86,52, ,716,42,12, ,218,57,44,0 SOURCES: Banque Mondiale

14 Caractéristiques fondamentales de la Chine -Un pays en développement Encore plus que 100 millions de pauvres; le PIB / hab. actuel nest que celui des Coréens en 1982 et des Japonais en 1961; la richesse / hab. nest actuellement que de 2% de celle des Américains; il faudrait encore 25 ans pour atteindre le niveau actuel du PIB / hab. japonais et plus que 30 ans pour connaître la situation actuelle des Coréens en ce qui concerne lécart par rapport aux Américains -Un pays en transition Ce dont la Chine ne manque pas aujourdhui, ce sont les PROBLÈMES. Mais, tant et aussi longtemps que la croissance est au rendez-vous, … -Une puissance économique en émergence

15 Les facteurs déterminants de la croissance chinoise Introduction du système de marché (entreprises privées: 61% en 2004; capitaux étrangers: 8.7% de lactif total) Pouvoir de mobilisation et de contrôle du Gouvernement Investissements (44.2% en 2004) Marchés internationaux (69.8%) Consommations internes (53%)

16 Le modèle du développement chinois est remis en cause … Croissance vs gains réels Croissance vs efficacité économique Croissance vs justice sociale Croissance vs contraintes en ressources Croissance vs développement durable Croissance vs résistance extérieure Croissance vs développement

17 Inefficacité de léconomie chinoise Deux tiers du financement pour un tiers de la production (étatique) Un système financier inefficace et partiel: mauvaises créances, 30% du PIB 40% de consommation en ressources énergétiques en plus dans les entreprises sidérurgiques; 30% de plus dans le secteur de lélectricité; 5 fois plus de consommation en eau et 3 fois plus en énergie pour chaque yuans de PIB réalisés; 80% des accidents mortels pour 35% de la production mondiale de charbon … Coexistence de la pénurie et de la surproduction (86% de produits concernés) Investissements pour des intérêts politiques Investissements spéculatifs (immobilier,…)

18 Les mythes du « Made in China » Les produits « Made in China » sont le résultat dune production organisée globalement. Ex: pour les 12 millions de portatifs vendus en 2005 par la Chine aux Etats-Unis, la majorité des pièces clés (écrans, logiciels, cartes son, disques durs, etc.) sont en réalité importées de partout dans le monde pour être assemblées en Chine. La véritable contribution chinoise dans ce cas ne dépasse même pas 30% de la valeur finale du produit transigé. La Chine ne retient quune faible partie de la valeurs ajoutée du « made in China ». Ex: pour acheter un Airbus 380, la Chine doit exporter 800 millions de chemises. Une poupée Barbie, produite à 2 $US en Chine, sera vendue en moyenne à 16 $US aux États-Unis.

19 La Chine ne veut plus être le « col bleu du monde » Nouvelle stratégie de développement de la Chine: Plus de valeur ajoutée Plus defficacité Plus sociale Plus écologique Plus diplomatique Objectifs visés: - Croissance: doubler le PIB par habitant de 2000 dici Efficacité (consommation des ressources énergétiques par chaque unité du PIB): consommer 20% de moins en 2010 quen Capacité dinnovation: être parmi les 20 premiers pays innovateurs en Niveau de vie: être un pays développé en 2050

20 Le pire est-il à venir? La valeur de lexportation allemande par habitat: 8000$, la Chine, 800$. Le surplus commercial par habitat de lAllemagne: 1500$, la Chine: 100$. Étant donné que la population chinoise est 15 fois plus élevée que celle de lAllemagne, le surplus commercial chinois pourrait, en suivant une logique proportionnelle, dépasser 2000 milliards$. En 2003, le salaire annuel moyen des travailleurs citadins chinois était de 1708$. Même si le salaire augmentait de 10% par an en Chine, il faudrait 30 ans pour atteindre le niveau du salaire annuel moyen américain de 2003 (17.75$/heure). En réalité, laugmentation annuelle des salaires étant de 6% en Chine et de 3% aux États-Unis, il faudrait 100 ans pour que le coût des mains dœuvre chinoise et américaine sajuste. Le prix du terrain pour lusage industriel est encore 3 fois moins élevé en Chine quaux États-Unis. Jusquà maintenant, la production des biens industriels dans les pays occidentaux (soit 2/3 de la production manufacturière) na pas été vraiment touchée par le phénomène du Made in China. Durant les 15/20 années à venir, les biens déquipement chinois pourraient pénétrer davantage ces marchés et ce, avec un prix qui serait de 25 à 35% moins cher que le prix international.

21 La Chine va rester le géant des produits manufacturiers Source: Global Insight Inc

22 La Chine: un lab mondial ? Résultats dun sondage réalisé par « The Economist » en 2005 auprès des firmes américaines Pays privilégiés pour limplantation des centres de R&D dans les prochaines années : Chine (39%) États-Unis (29%) Inde (28%) Facteurs déterminants: Avantages fiscaux (70%) Marché intérieur actuel et futur Coûts de main dœuvre Abondance de main dœuvre qualifiée

23 La Chine: un pays en voie de développement, mais atypique Des avantages absolus au niveau des coûts, des avantages comparatifs au niveau de la productivité et des avantages compétitifs dans plusieurs segments du secteur technologique: - selon une étude de McKinsey (2002), la productivité chinoise dans quelques secteurs manufacturiers est déjà 20% plus élevée que celle des pays européens; - 30% des produits exportés en 2004 sont des high-tech; - les investissements en R&D: 1.3% du PIB; - plus de 38 millions de scientifiques et dingénieurs; - plus de étudiants chinois à létranger; - environ 1 million de demandes pour des brevets, marques et dessins industriels ont été reçues entre 2000 et 2004, dont 90% proviennent de lintérieur; - de plus en plus de MNE implantent leurs centres de R&D en Chine (déjà plus que 700).

24 Facteurs de croissance en Chine pour lavenir - Augmentation de la consommation intérieure (surtout celle de la population rurale) - Urbanisation (40% vs 60% en Asie) - Croissance du secteur tertiaire (40.7% vs 70% et plus) - Amélioration de la compétitivité des produits chinois sur le marché international (coûts de main doeuvre, productivité et qualité) - Développement des domaines de haute technologie

25 Qui nourrira la Chine de demain? Selon EPI, si en 2031, les Chinois atteignent le niveau de consommation des Américains daujourdhui, ils auront besoin de : 2/3 de la production actuelle mondiale de céréales 4/5 de la production actuelle mondiale de viande Plus que la totalité de la consommation actuelle occidentale en acier 20% de plus que la production actuelle mondiale de pétrole

26 Modèle chinois: au-delà de laspect économique Politiques chinoises: « Ascension pacifique », « Cohabitation avec les différences », « Développement dune société harmonieuse » Ainsi, la croissance économique et la justice sociale priment sur le droit individuel. Ce modèle met lemphase sur la tolérance envers les différents systèmes politiques et les choix de chaque pays. Afin de mener à la prospérité, on voit émerger le pragmatisme et labandon des idéologies - et ce, versus, les valeurs défendues par les États-Unis « Asianisme » Lintérêt collectif prime sur lintérêt individuel Respect de lautorité et de lordre Valorisation du travail Frugalité Vers une confrontation des civilisations???

27 La « réussite indienne »: un office et un laboratoire mondial Fin de la « croissance indienne »: 3.5% entre 1950 et % de 1980 à % en % en % en 2005 Compétitivité dans plusieurs segments de technologies et de services sur le marché international: lInde possède des secteurs dexcellence reconnus: –Technologies dinformation, biotechnologie, aéronautique, espace, services –Logiciel: 20% dans le monde, 10 milliards USD; 60% aux É-U; fournisseur exclusif pour 28 pays, etc. Émergence des entreprises indiennes de classe mondiale (Infosys, Dr. Reddys Lab, Mital, …)

28 LInde va accroître sa domination dans les technologies et les services Source: Evaluserve

29 Potentiels et défis En Inde: 51% des jeunes femmes urbaines disent quune voiture et une grande maison sont la clé du bonheur Augmentation de la classe moyenne en Inde –Inde : depuis 1991, la classe « moyenne » (qui regrouperait ici les très riches, les consommateurs et une partie de la classe montante) serait passée de 14% des ménages (en ) à 30% et dici , elle devrait représenter 40% des ménages soit près de 450 millions de personnes LInde a besoin dune croissance annuelle dau moins 8% juste pour fournir les emplois à des dizaines de millions de nouveaux travailleurs qui arrivent chaque année sur le marché du travail. (sinon, pas moyen de réduire la pauvreté)

30 Retard indien rattrapable? « lInde a toutefois du pain sur la planche pour stimuler les investissements : il lui faut réduire son énorme déficit budgétaire, améliorer la qualité de ses services publics, revoir sa législation du travail, trop contraignante, injecter davantage de capitaux privés dans les entreprises publiques, et mettre fin au « règne des inspecteurs », système quasi institutionnalisé de harcèlement bureaucratique des entreprises »

31 HISTORIQUE POLITIQUE ET ÉCONOMIQUE 1947 Indépendance de lInde: Nehru est élu 1er Ministre 26/01/1950Création de la République Fédérale Démocratique dInde 1951 – 1964Nehru: économie mixte, politique de développement par substitution aux importations (« modèle indien »), industries industrialisantes – 1977 et Mme Gandhi: « révolution verte », « révolution blanche », « révolution bleue » 1977Fin du règne de lIndian National Congress Rajiv Gandhi : réforme, « révolution dinformatique »

32 HISTORIQUE POLITIQUE ET ÉCONOMIQUE 1991Dette de 33% du PIB; Recours au FMI Narassima Rao : libéralisation, privatisation, ouverture; « révolution multi-colore » 1994LInde adhère au GATT (0MC suite aux accords de Marrakech en 1994). Reprise de la croissance 1998Vajpayee est élu 1er Ministre (Bharatiya Janata party): réforme et nationalisme hindouiste 2004 Singh est élu 1er Ministre : libéralisation

33 Faiblesses majeures en Inde Infrastructures déficientes Pénurie en ressources énergétiques (pétrole: plus de 70% sont importés) Endettements écrasants (déficits budgétaires: 10% du PIB) Inégalités sociales criantes Analphabétisme rampant Entraves majeures à des investissements étrangers Bureaucratie étouffante Corruption « généralisée » Difficultés de mener des réformes …

34 Infrastructures Nécessité daméliorer les infrastructures routières Nécessité damener une expansion de linfrastructure des télécommunications Coupures de courant entravent le commerce

35

36 Faiblesses majeures en Inde Infrastructures déficientes Pénurie en ressources énergétiques (pétrole: plus de 70% sont importés) Endettements écrasants (déficits budgétaires: 10% du PIB) Inégalités sociales criantes Analphabétisme rampant Entraves majeures à des investissements étrangers Bureaucratie étouffante Corruption « généralisée » Difficultés de mener des réformes …

37 Persistance des inégalités Ratio de pauvreté a diminué ces deux dernières décennies Proportion de personnes vivant dans la pauvreté –45% en 1983 –26% en 1996 –moins de 20% en 2007 (estimation) Cependant –260 millions de personnes (26,1% de la population) vivaient encore sous le seuil de pauvreté à la fin des années 1990 –Environ 70% des pauvres vivent dans les campagnes –Depuis 30 ans, seulement 27 cents sur chaque dollar investi revient effectivement aux pauvres. Le reste: détourné ou mal orienté par les politiciens et les bureaucrates –Les 10% les plus riches représentent 33% des dépenses de consommation finale des ménages –Un des plus bas IDH du monde

38 Faiblesses majeures en Inde Infrastructures déficientes Pénurie en ressources énergétiques (pétrole: plus de 70% sont importés) Endettements écrasants (déficits budgétaires: 10% du PIB) Inégalités sociales criantes Analphabétisme rampant Entraves majeures à des investissements étrangers Bureaucratie étouffante Corruption « généralisée » Difficultés de mener des réformes …

39 Lois (notamment concernant le travail) –Modèle de loi anglais: Commonwealth –Quelques failles et parfois excessif –Implantation des lois plus difficile –Législation du travail étouffante et rigide –Nombreux obstacles à lembauche et au licenciement –Absence de réformes

40 La Chine attire beaucoup plus dinvestissements Source: Banque Mondiale, Banque de réserve de lInde

41 Faiblesses majeures en Inde Infrastructures déficientes Pénurie en ressources énergétiques (pétrole: plus de 70% sont importés) Endettements écrasants (déficits budgétaires: 10% du PIB) Inégalités sociales criantes Analphabétisme rampant Entraves majeures à des investissements étrangers Bureaucratie étouffante Corruption « généralisée » Difficultés de mener des réformes …

42 Rapports de force politique Élection Indian national Congress Bharatiya Janata Party Nombre total de sièges

43

44

45 Index de perception de la corruption (IPC) Source : Transparency International 2003 RankCountryScore 1Finland9,7 11Canada8,7 11United Kingdom8,7 14Hong Kong8,0 16Germany7,7 18United States7,5 20Chile7,4 23France6,9 30Taïwan5,7 40Hungary4,8 54Brazil3,9 54Czech Republic3,9 64Mexico3,6 64Poland3,6 66China3,4 83India2,8 86Russia2,7

46 Index de perception de la corruption (2006) Country RankCountry2006 CPI Score 1Finland9.6 1Iceland9.6 1New Zealand9.6 4Denmark9.5 5Singapore9.4 14Canada8.5 17Japan7.6 18France7.4 20USA7.3 70China3.3 70India Viet Nam2.6 Source:

47 Pourcentage dentreprises qui voient des obstacles majeurs à la croissance en Inde (en 2003)

48 Comme la Chine, ce dont lInde ne manque pas aujourdhui, ce sont les PROBLÈMES. Mais, tant et aussi longtemps que la croissance est au rendez-vous, … …

49 Les entreprises québécoises face à lémergence des pays asiatiques: quel positionnement et quelles stratégies?

50 Sources : Statistique Canada et Desjardins, Études économiques La création demplois est au rendez-vous au Québec, mais avec des pertes dans le secteur manufacturier Ralentissement économique Récession du début des années 1990

51 Évolution des emplois dans le secteur manufacturier au Québec en 2005 Source : Statistique Canada Aliments et boissons Plastique et caoutchouc Vêtements Première trans. des métaux Produits de bois-5 500Produits métalliques Impression Informatique et électronique Produits chimiques Machinerie Meubles-1 700

52 La nouvelle tendance de la délocalisation La mondialisation affecte depuis longtemps lemploi manufacturier et notamment des emplois peu spécialisés Aujourdhui, elle rend vulnérables les emplois dans les services et certains emplois délocalisables sont hautement spécialisés. "There is no job that is America's God-given right anymore," Carly Fiorina, PDG, Hewlett-Packard (janvier 2004). Un an après, elle a perdu son emploi …

53 Un nombre considérable demplois potentiellement affectés Québec : ( 19.7%) ) Canada : ( 19.5%) Etats-Unis : ( 18.8%) Source: Van Welsum et Reif, OCDE, et CÉRIUM. Dont, au Québec : Secrétariat : Commis finances/assurances : Professionnels fin./comptab. : Services à la clientèle : Ingénieurs :

54 Sources : Statistique Canada et Desjardins, Études économiques Certains secteurs en déclin, dautres en croissance au Québec Variation des livraisons réelles en % e 2006 p Boissons et tabac(11,3)(5,5)(3,5) Usines de textiles(7,8)(3,0)(5,0) Produits textiles(4,0)(8,5)(6,0) Vêtements(8,3)(13,0)(10,0) Papiers(2,7)2,0(3,0) Produits en bois0,5(2,6)(3,5) Meubles(2,9)(1,3)(2,5) Aliments5,91,21,5 Produits du pétrole et du charbon6,28,74,0 Produits chimiques2,22,82,5 Matériel de transport8,514,47,0 Produits informatiques et électroniques7,817,15,0 Produits électriques5,14,52,5 Minéraux non métalliques8,02,01,5 Déclin Croissance

55 Source : Statistique Canada Malgré la force du dollar, les livraisons manufacturières pointent vers le haut Récession Ralentissement

56 La valeur des importations et des exportations du Canada Total Exports Total Imports Trade Balance

57

58 Echanges commerciaux du Canada et du Québec avec lInde Source: Strategis Exportations du Canada vers l'Inde Importations du Canada en provenance d'Inde Solde Exportations du Québec vers l'Inde Importations du Québec en provenance d'Inde Solde

59 Le pire est-il à venir ?

60

61 Punish Us, Please by Jim Stanford, Canadian Auto Workers, No 80, 25 avril 2004 Chinese officials have hinted darkly that if Canadian politicians express support for Tibetan independence in meetings with the Dalai Lama, there could be repercussions for our bilateral trade. We should take them up on that offer. Because the evidence is mounting that trade with China is doing us much more harm than good. A decade ago, we had a modest, balanced trading relationship. Since then, our exports to China have grown by $2 billion - but our imports have grown 8 times as much. That makes China our second- largest trading partner, and our $15 billion bilateral deficit is our largest anywhere. That imbalance represents at least 50,000 lost Canadian jobs. The bleeding is set to accelerate in the years to come, as Chinese exports become more diverse and technically sophisticated. Stop thinking about plastic toys from McDonald's; start thinking about cars, computers, and airplanes. Free-traders have a pat answer. China is a low-cost, labour-intensive country. It's good for us to import labour-intensive goods from them, in return for exports of knowledge-intensive goods and services from us. That's how "comparative advantage" works. Yet this standard free-trade model has never been more out to lunch than in explaining Canada-China trade. China's boom does not reflect a natural abundance of labour (which every poor country has). It reflects a deliberate, semi-planned strategy to construct advantage in increasingly sophisticated industries, with the help of powerful state interventions: subsidized capital, investments in infrastructure, a managed currency, and - of course - forcibly cheap and compliant labour.

62

63 Impacts « cachés » sur le Canada Une économie de plusieurs milliards par an pour les consommateurs Augmentation du niveau de vie de 5 à 10% Amélioration de la compétitivité internationale Effets pour la croissance économique Emplois créés dans des domaines reliés Revenus des entreprises canadiennes implantées en Chine

64 Source: lObservateur Économique Canadien, juin 2005

65 Le Québec/le Canada face à la compétition globale Lémergence de la Chine représente autant une menace quune opportunité. Cest surtout un défi. Si la Chine nétait pas le fournisseur majeur des biens de consommation sur le marché des pays occidentaux, un autre pays en voie de développement le serait. Ce qui importe, cest de pouvoir profiter des facteurs concurrentiels de la Chine en notre faveur, et ne pas de vouloir battre la Chine à tout prix et encore moins de rompre les liens avec elle. Pour réussir la compétition globale, il faut que les entreprises mettent plus demphase sur le développement de nouvelles compétences distinctes, au lieu de tenter uniquement de préserver tout ce qui existe. Il faut savoir faire différemment des concurrents principaux, au lieu de se contenter de les suivre passivement.

66 Choix stratégique fondamental Faire seul : exceller dans les domaines où nous détenons des atouts distincts, ou où il y a des enjeux stratégiques pour notre avenir; Faire faire : délocaliser de façon sélective et réfléchie certaines activités dans lesquelles nous avons peu davantages concurrentiels afin dexploiter les forces de la Chine pour renforcer notre compétitivité internationale et même pour éviter la disparition complète de certaines filières industrielles; Faire ensemble : exploiter la complémentarité et la synergie sous forme de partenariat; Ne pas faire ou ne plus faire : être capable de mener des changements radicaux nécessaires afin dassurer la pérennité des entreprises.

67 Positionnement stratégique nécessaire Dans les industries intensives en main- dœuvre et en capitaux Intégration par spécialisation (délocalisation sélective) Confrontation par différenciation Évitement par focalisation (niche) Dans les industries intensives en connaissances Développement par innovation Exploitation par pénétration des marchés étrangers Intégration par collaboration

68 Chaine de valeurs dune compagnie Gestion des ressources humaines Développement technologique Approvisionnement Logistique interne ProductionLogistique externe VentesService Avantage compétitif Activités de soutien Activités princip.

69 Les tests dévaluation de la valeur stratégique des ressources et des compétences Pertinentes Rares Non imitables Non transférables Sans substitut Valeur stratégique des ressources et des compétences Forte Faible Les ressources ou compétences sont- elles : oui non

70 u plus proactive u plus réfléchie u plus flexible u plus concertée u plus soutenue Pour réussir, il faudrait une démarche

71 Nous sommes condamnés à mener des changements. Sinon, le pire est à venir. « Ce ne sont pas les espèces les plus fortes qui survivent, ni les plus intelligentes, mais celles qui sadaptent le mieux au changement. » - Charles Darwin

72 Chaire en stratégies daffaires globales et marchés émergents asiatiques Mission : la sensibilisation à la nouvelle réalité de la compétition asiatique; la veille stratégique sur lévolution des marchés émergents asiatiques; le développement doutils daide à la prise de décision; la formation de spécialistes en la matière; les services aux entreprises et aux organisations. Responsable: Dr. Zhan Su Faculté des sciences de ladministration, Université Laval

73 Activités envisagées : création dun équipe de recherche spécialisée sur le monde asiatique; publication dun bulletin mensuel thématique; organisation dune série de conférences / séminaires pour les gens daffaires; création et animation dun cercle de gens daffaires intéressés à lAsie; formations sur mesure pour les entreprises; assistance et consultation auprès des entreprises et des organisations; … Vos soutiens sont plus que bienvenus!!! Chaire en stratégies daffaires globales et marchés émergents asiatiques Responsable: Dr. Zhan Su Faculté des sciences de ladministration, Université Laval


Télécharger ppt "Vers lère « CHINDIA » ? Dr. Zhan SU Professeur titulaire de management international et de stratégie de lentreprise Directeur du Groupe dÉtudes et de."

Présentations similaires


Annonces Google