La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Préhistoire et premières domestications[modifier | modifier le code]modifiermodifier le code Si lélan est aujourdhui le plus grand des cervidés, il.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Préhistoire et premières domestications[modifier | modifier le code]modifiermodifier le code Si lélan est aujourdhui le plus grand des cervidés, il."— Transcription de la présentation:

1

2

3 Préhistoire et premières domestications[modifier | modifier le code]modifiermodifier le code Si lélan est aujourdhui le plus grand des cervidés, il a longtemps été dépassé en taille par le cerf Megaloceros giganteus, qui la côtoyé durant la Préhistoire. Tous deux furent chassés et localement exterminés par lhomme ; après avoir survécu à trois glaciations, le mégacéros a totalement disparu, tandis que lorignal a peu à peu été confiné en zone circumpolaire.cervidésMegaloceros giganteusPréhistoireglaciationszone circumpolaire Des preuves archéozoologiques montrent que l'élan a été présent dans pratiquement toute l'Europe de l'ouest, après être arrivé de l'Est, il y a environ ans (au tout début de la glaciation de Mindel 3, puis présent partout dont en France (en même temps que le renne, le cerf mégacéros et le cerf élaphe, comme le montrent les ossements trouvés 4 dans la grotte Tournal à Bize (Aude), ou encore dans les grottes Jean-Pierre 1 et 2 5 et jusqu'au-delà des Pyrénées en Espagne 6 et au-delà des Alpes en Italie comme l'ont montré les fouilles de la grotte de Broion (Vicenza-Italie) 7.archéozoologiquesglaciation de Mindel 3 4TournalBize La domestication d'élans semble ancienne. Les Iakoutes de Sibérie lont utilisé comme animal de trait et comme monture. Ce dernier usage a plus tard été interdit en Russie, car des malfaiteurs montant des élans distançaient les chevaux de la police. Lélan a aussi servi à tirer de lourdes charges sur des terrains difficiles où le cheval senfonçait. Il a été domestiqué, mais non élevé en troupeau.domesticationIakoutesSibérieanimal de traitRussie Déclin en Europe de l'ouest[modifier | modifier le code]modifiermodifier le code Comme pour laurochs, des populations relictuelles délans ont survécu jusquau Moyen Âge, au moins dans les plaines humides en France, en Belgique, mais aussi en Suisse et en Allemagne avant que la chasse (pour la viande et les trophées) ne les élimine de ces contrées. Il est attesté par des textes ou des fossiles récents en France à lépoque gauloise jusquà lan 250. Il subsiste en Alsace au moins jusquau ix e siècle. Un texte mentionne un élan tué en 764 par deux seigneurs de la suite de Pépin le Bref à Nordlingen (Bavière). Il est signalé comme commun en Suisse jusque vers lan mille. Dans le Comté de Flandre où les zones humides étaient encore nombreuses avant les grands drainages médiévaux, les derniers élans auraient été tués vers lan 900, après une période dinvasion marine qui les a sans doute forcés à quitter le refuge desmarais, roselières et forêts de lactuelle Flandre maritime.aurochsMoyen ÂgeFranceBelgiqueSuisseAllemagnegauloise250Alsaceix e siècle764Pépin le BrefSuissean milleComté de Flandrezones humidesdrainages900maraisroselièresforêtsFlandre maritime En Europe centrale, lélan aurait survécu à la chasse jusquau xiv e siècle en Bohême, jusquau xvi e siècle en Mecklembourg, jusquen 1760 en Galicie et jusquà la fin du xviii e siècle en Hongrie 8. Un projet deréintroduction en France est porté par le Parc naturel régional de Brotonne 8.xiv e siècleBohêmexvi e siècleMecklembourg1760Galiciexviii e siècleHongrie 8réintroductionParc naturel régional de Brotonne 8 Longle dorignal entrait avec dautres produits animaux (crâne humain, os, dents dhippopotame) dans la composition de la poudre de guttete, remède réputé antiépileptique compris dans la pharmacopée maritimeoccidentale au xviii e siècle 9.hippopotamepoudre de gutteteantiépileptiquepharmacopée maritimexviii e siècle 9 Introduction et réintroductions récentes[modifier | modifier le code]modifiermodifier le code En 1904, des orignaux ont été introduits avec succès sur lîle de Terre-Neuve. Dautres tentatives moins fructueuses ont été effectuées sur lîle dAnticosti dans le golfe du Saint-Laurent. En 1910, dix élans furent introduits dans le Fiordland en Nouvelle-Zélande, mais ils se sont apparemment éteints. Cependant, on rapporte des contacts occasionnels, et il est possible que des orignaux demeurent en Nouvelle-Zélande.1904Terre-Neuveîle dAnticostigolfe du Saint-Laurent1910FiordlandNouvelle-Zélande En Europe, lélan a failli disparaître alors quil était largement présent durant la Préhistoire 10,11. Depuis que sa chasse est mieux contrôlée, et que des programmes de réintroduction et de protection lui ont été consacrés, des populations se sont localement reconstituées dans certaines régions russes au cours du xx e siècle. 1011russesxx e siècle Des populations se sont récemment reconstituées en Sibérie à lest de la Léna. Il nen restait presque plus en 1974 ; on en compte à qui profitent des immenses zones humides.SibérieLéna1974 Une population plus modeste se reconstitue en Tchécoslovaquie, à la même latitude que la Normandie.TchécoslovaquieNormandie En France, une réintroduction est envisagée, pour la gestion des zones humides 8.réintroductionzones humides 8 Pologne Le projet polonais de réintroduction délans date de Il concerne la forêt de Kampinos où le dernier élan connu a été abattu au xviii e siècle. Les élans réintroduits proviennent de Biélorussie. Ils ont dabord été élevés dans un enclos avant dêtre libérés dans lhabitat forestier en De ce noyau de recolonisation renforcé de quelques autres spécimens réintroduits dans le nord-est du district de Rajgród, est née une population dispersée qui a réussi à essaimer dans dautres secteurs de la Pologne où cette réintroduction est considérée comme un succès. De 1962 à 1965, la croissance démographique du groupe délans de laforêt de Kampinos a en effet été de + 20 %/an en moyenne. De 1961 à 1966, les gestionnaires du Parc Naturel National de Kampinos ont noté que 30 % des naissances étaient des jumeaux. La population des élans dans Kampinos est aujourdhui estimée à individus (3 à 4 par hectares). Des lynx ont également été réintroduits dans cette région 12 pour contribuer à réguler la population délans (animaux malades ou atteint de problèmes congénitaux liés à une faible diversité génétique1951xviii e siècle forêt de Kampinos Parc Naturel National de Kampinosjumeaux 12

4 PeTiT ViDéAu 8Krc 8Krc Mr8Krc Mr8Krc

5 MERCI

6

7 Titre Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle ZeauriniâleZeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle ZeauriniâleZeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle ZeauriniâleZeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle ZeauriniâleZeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle ZeauriniâleZeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle ZeauriniâleZeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle ZeauriniâleZeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle ZeauriniâleZeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle ZeauriniâleZeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle Zeauriniâle


Télécharger ppt "Préhistoire et premières domestications[modifier | modifier le code]modifiermodifier le code Si lélan est aujourdhui le plus grand des cervidés, il."

Présentations similaires


Annonces Google