La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

L’enseignement de spécialité SISR

Présentations similaires


Présentation au sujet: "L’enseignement de spécialité SISR"— Transcription de la présentation:

1 L’enseignement de spécialité SISR
BTS SIO – Atelier 5 L’enseignement de spécialité SISR

2 Un métier complexe Groupe de distribution recherche un : Technicien Réseau et bureautique dont les fonctions seront : Administration système Windows 2003,2008,SQL serveur  Gestion de la messagerie  (courriels entrants et sortants) Gestion des VPN/CISCO (gestion passerelles de connexion de site à site et pour les itinérants) Gestion du firewall  (sécurité du réseau interne) Gestion du serveur Isa proxy (sorties internet ) Gestion du serveur Revers proxy (authentification pour accès internet et messagerie ) Gestion du routeur PIX ( gestion des ports entrants et sortants) Administration de la sauvegarde (back up Arcserve) Support bureautique ( ordinateurs fixes, portables,imprimantes, logiciels  Microsoft office 2007 et windows XP/Win 7) Assistance utilisateurs multisites Gestion du parc informatique  assistance sur le standard téléphonique ( relations avec opérateurs) Support en téléphonie mobile ( blacberry notamment) Qualités requises pour ce poste : Bon niveau d'anglais Diplômé bac +2 minimum Ce diaporama commence par 3 offres d’emploi qui vont permettre de mieux fixer les exigences du métier auquel prépare le BTS SIO option SISR. Ces offres datent de janvier Elles sont reproduites dans leur intégralité. On voit dans cette première offre la somme impressionnante de compétences techniques demandées pour un poste Bac +2. Annonce janvier 2011 (www.lesjeudis.com) 2

3 Un métier exigeant Annonce janvier 2011 (www.lesjeudis.com)
Diplômé d'un bac + 2 minimum, vous avez acquis, de préférence au sein d'une SSII, une première expérience en administration de systèmes de production dans un environnement hétérogène Windows/Linux. Vous maîtrisez les environnements Microsoft, Linux ainsi que  la virtualisation sou VMware ou Xen. Vous avez développé des compétences dans la résolution d'incidents sur systèmes traditionnels et sur des baies SAN, NAS et dans l'installation et l'exploitation de serveurs virtualisés. Vous témoignez d'une réelle connaissance des technologies réseaux (LAN, WAN, Vpn…). Vous êtes structuré, doté d'un raisonnement rigoureux et avez une capacité d'analyse vous permettant d'assurer un support haut niveau sur des systèmes d'information complexes. Vous faites preuve non seulement d'un esprit d'équipe, mais vous savez également établir des relations de confiance avec les clients, grâce à vos qualités d'écoute et d'analyse. Enfin, la maitrise de l'anglais serait un plus apprécié. Cette 2ème ajoute aux compétences techniques des compétences comportementales non négligeables. Annonce janvier 2011 (www.lesjeudis.com) 3 3

4 Un métier respectant des procédures
Nous recherchons des profils : Technicien d’exploitation (réseaux/sécu) (H/F) Votre rôle Garantir au quotidien la disponibilité, la performance et la qualité des transmissions de données sur le réseau du client en heures ouvrés par la résolution des incidents dans le respect des procédures.  -  Supervision via l'outil d'administration du réseau client, prise d’appel client et gestion des incidents. Réception des mails client  afin de garantir le service vendu en application des procédures définies., -  Ouverture de ticket sur la base de ticketing, vérification de l’environnement sur site; connexion sur les équipements distants pour gérer l'incident. Lancement des actions correctives en vue de régler l'incident, -  Suivi des incidents et relance des intervenants  pour veiller au respect des délais; communication vers les clients et clôture des incidents pour respecter les conditions du contrat; passage de relais vers l’équipe mutualisée afin d’assurer un suivi de l’incident, -  Escalade des incidents critiques vers les Ingénieurs Suivi de Compte, et les incidents outils vers les ingénieurs Infrastructure et escalade vers les Responsable opérationnel de compte pour gérer les actions en dehors du périmètre des techniciens d'exploitations, - Réception des demandes d’exploitation des clients, création des tickets d’exploitation et  réalisation de la demande ou escalade selon le degré d’impact pour traiter la demande client,  Expertise demandée  :   La maîtrise des commandes CISCO, l'exploitation réseau Technologies CISCO Votre profil De formation Bac +2, vous justifiez d’une expérience de minimum 1 an concernant l'exploitation d'un réseau et vous possedez la certification CISCO CCNA. Vous êtes rigoureux, autonome, réfléchi et faites preuves d’excellentes qualités relationnelles, pédagogiques et d’esprit d’initiative. OBLIGATOIRE : Vous parlez couramment l’Anglais. Cette 3eme offre, très détaillée, est une véritable description de poste qui précise les procédures mises en place dans l’entreprise. Elle montre bien que le métier s’inscrit dorénavant dans un ensemble de pratiques très codifiées. Annonce janvier 2011 (www.lesjeudis.com) 4 4

5 Le sigle SISR c’est pas SEXY ! 
Par rapport au sigle SLAM c’est vrai (mais nous on sait chanter!  ) Par rapport au métier on retrouve les deux mots clés « systèmes et réseaux » Dire 6R plutôt que Esse I Esse R ? Dire Système et Réseaux ? Disait-on « option ARLE » ou option « réseaux » ? Dira-t-on option « système » ou option « système et réseau » On verra à l’usage. Le mot ARLE était plus « sexy » que le mot DAIGL et pourtant on emploie plus volontiers les termes « option développeur » et « option réseau ». Un petit clin d’œil sur le sigle ! 6R : Réseaux, Rigueur, Réactivité, Relationnel, Responsabilité, Restons calme ;-) . 5 5

6 SISR : la formation au métier
Solutions une action permettant de surmonter un problème1 (=> services) Infrastructure ensemble d'éléments structuraux interconnectés qui fournissent le cadre pour supporter la totalité de la structure1 (=> complexité) Système ensemble d'éléments interagissant entre eux en accord avec certains principes ou règles1 (=> complexité) Réseaux ensemble de nœuds (ou pôles) reliés entre eux par des liens (canaux)1 (=>complexité) 1 Wikipedia On doit s’appuyer sur le nom de notre spécialité qui nous éclaire quant à nos objectifs. Le terme solutions d’infrastructures réduit l’infrastructure à la partie répondant à un problème identifiée. Cette partie pouvant répondre par ailleurs à d’autres problèmes. C’est important du point de vue de la démarche car on n’appréhende pas le réseau comme un ensemble monolithique ou tout est dans tout et réciproquement, mais on adopte une démarche pragmatique orientée vers la résolution de problèmes utilisateurs. On est clairement dans une orientation SIO ! On trouve plusieurs points communs entre les 3 termes (infrastructure, système et réseau), ces points sont : ensemble, interconnexion, interaction. Tout cela est à la base de la complexité, en effet par définition un système complexe est composé d’un grand nombre de parties. Il ne faut pas s’étonner que les étudiants puissent avoir des difficultés dans cet apprentissage. Le choix modulaire qui restreint à chaque fois les objets d’étude offre une démarche pédagogique réduisant la difficulté. Y a-t-il redondance entre les termes, notamment infrastructure et réseau ? Non à cause du mot système, on distingue les éléments d’interconnexion permettant de relier les systèmes (commutateur, routeur, câbles, services spécifiques, etc.) et les systèmes supportant les services. 6 6

7 Pourquoi SISR et pas SIRS ?
Google « systèmes et réseaux » résultats, « réseaux et systèmes » résultats (SIO inversera-t-il la tendance ?  ) Google « administrateur système » résultats, « administrateur réseau » résultats (étonnant non ?) mais si on utilise « technicien » à la place « d’administrateur » ça s’inverse de nouveau (mais beaucoup moins) On met l’accent sur ce pourquoi le réseau existe => les services qui sont supportés par les systèmes Le système est à la base des éléments d’interconnexion et des services spécifiques réseaux Les métiers du support sont orientés systèmes Les services sont orientés systèmes Le réseau c’est en définitive une interconnexion de systèmes Par rapport au BTS ARLE on met nettement en avant le mot système. Cela a une grande conséquence sur nos contenus. Dans le BTS ARLE c’était le mot réseau qui était mis en avant dans le titre du diplôme et le mot système était « enfoui » dans le descriptif S2. Ici on indique clairement que l’administration des systèmes et des services est une partie importante du métier auquel on prépare. 7 7

8 Conception et maintenance de solutions d’infrastructure
L’unité SISR participe à tous les processus (sauf P4) Conception et maintenance de solutions d’infrastructure Production de services Fournitures de services P3 P1 P2 SISR s’inscrit dans l’ensemble des processus sauf le P4. P5 Processus support Processus métier Séminaire BTS SIO 2-3 février Direction générale de l’enseignement scolaire 8 8

9 P1 Analyse de la demande Etude de solutions Choix d’une solution
Spécification détaillée de la solution Mise en œuvre de la solution Production de services P1 P1 définit ce qui doit être fait en réponse à une demande et produit la réponse On met l’accent sur l’aspect « services ». On réagit à un cahier des charges et on prend en compte des éléments comme la qualité et la sécurité dès ce stade. Les choix techniques sont dépendants d’une demande exprimée. Les choix techniques sont toujours justifiés par rapport à un cahier des charges. Attention : le technicien participe, il n’est pas en responsabilité ici. Par contre les notions de respect du cahier des charges et de justification des choix techniques sont très importantes. Il faudra souvent scénariser nos séquences d’enseignement (les inscrire dans un scénario en rapport par exemple à un projet en cours). Séminaire BTS SIO 2-3 février Direction générale de l’enseignement scolaire 9 9

10 Fourniture de services
P2 Gestion de la qualité Mise en œuvre de la continuité de service Contrôle de la sécurité Assistance aux utilisateurs Prise en compte des changements Fourniture de services P2 P2 a un impact très fort sur notre enseignement. Il ne s’agit pas systématiquement pour l’étudiant de créer ex-nihilo mais souvent de maintenir un existant en répondant à des exigences définies dans un contrat de service. Il faut prendre en compte le métier du « support » et aussi toute l’activité quotidienne autour d’un infrastructure en fonctionnement (sauvegarde, supervision, vérification des fichiers d’activités…). P2 maintient le service en état de fonctionnement optimal et réagit à un dysfonctionnement Séminaire BTS SIO 2-3 février Direction générale de l’enseignement scolaire 10 10

11 P3 Installation Configuration Qualité
Disponibilité Sécurité Suivi d’activité Migration Conception et maintenance de solutions d’infrastructure P3 P3 nécessite un investissement dans des compétences supplémentaires par rapport à aujourd’hui (qualité, continuité, sécurité, supervision, etc.). P3 fournit tous les éléments techniques nécessaires à P1 et P2 Séminaire BTS SIO 2-3 février Direction générale de l’enseignement scolaire 11 11

12 P5 Bonnes pratiques Gestion des configurations
Valorisation du patrimoine Actualisation des compétences P5 fournit les informations sur l’existant à P1 P2 et P3 mais il prend en charge aussi l’évolution de ce patrimoine notamment dans le domaine des compétences professionnelles. P5 a aussi un fort impact sur l’enseignement. On prend en compte l’aspect « industriel » et non plus « artisanal » de notre métier et la nécessité de respecter de bonnes pratiques et de disposer d'un outil de gestion des configurations. P5 invite aussi à visiter les concepts de gestion associés à la valorisation des services (évaluation de leur valeur). P5 Séminaire BTS SIO 2-3 février Direction générale de l’enseignement scolaire 12 12

13 Rappels : un enseignement par modules
Il s’agit de construire les compétences permettant à un titulaire SIO d’intervenir dans les processus Il ne s’agit pas de construire l’ensemble de toutes les compétences portées par un processus (qui sont les compétences métiers du prestataire) Les processus décrivent le métier et non la formation au métier Les activités du métier déterminent les compétences nécessaires à leur prise en charge Les modules d’enseignement structurent la progression permettant l’acquisition des compétences C’est un gros changement par rapport au référentiel actuel ou S1 S2 S3 S4 étaient développés sur deux années. Séminaire BTS SIO 2-3 février Direction générale de l’enseignement scolaire > 13/31 13

14 Les modules SISR et les modules SI orientés SISR
ES – 4.2A SISR SISR1 Maintenance des accès utilisateurs SISR2 Conception des infrastructures réseaux SISR3 Exploitation des services SISR4 Administration des systèmes SISR5 Supervision des réseaux EC – 4.1 Enseignement commun SI1 Support système des accès utilisateurs SI2 Support réseau des accès utilisateurs SI3 Exploitation des données SI4 Programmation SI5 Support des services et des serveurs SI6 Développement d’applications SI7 Intégration et adaptation d’un service SISR S1 S2 S3 S4 EC 16 8 4 ES 12 PPE Les modules proposent une progression dans le temps. SISR s’appuie sur le troc commun notamment SI1 SI2 et SI5 mais aussi SI3 SI4 SI6 et SI7. Les modules SISR exigent comme prérequis certains modules du tronc commun. SI7 et les PPE participent à la consolidation des apprentissages SISR Séminaire BTS SIO 2-3 février Direction générale de l’enseignement scolaire > 14/31 14

15 Des modules opérationnels
On n’enseigne pas des savoirs académiques (architecture matérielle, la sécurité avec un grand S, la couche physique, la couche liaison …) On enseigne des savoirs et des savoir-faire associés à des objets précis (la sécurité d’une solution technique d’accès, la continuité de service d’un serveur, la qualité d’un service …) Les modules d’enseignement sont orientés compétences (une compétence est composée de savoirs et de savoir-faire) Les modules se veulent opérationnels, ils aboutissent à l’acquisition de compétences pratiques mais comprises => on n’enseigne pas de mode opératoire Les modules SISR construisent les compétences autour d’objets métiers La logique de construction des modules rompt avec la logique actuelle du S1 S2 S3 et S4 qui ressemblait beaucoup à un catalogue des savoirs. Les modules sont clairement orientés compétences opérationnelles. Le terme savoir académique qui fait référence plutôt à une académisation des savoirs, désigne le fait de travailler autour d’abstractions conceptuelles (de catégories) et de décliner cette abstraction dans toutes ces implémentations sans en choisir une en particulier. La démarche retenue dans les modules est de travailler la compréhension des concepts à partir d’objets et d’actions précis. On part de l’implémentation, non pas pour arriver à un concept général, mais pour arriver à un concept associé à cette implémentation. Par exemple on ne parlera pas de la sécurité en générale mais de la sécurité d’une solution technique d’accès, puis de la sécurité d’un système serveur, de la sécurité d’un élément d’interconnexion réseau … Attention, un enseignement par les compétences ne se réduit surtout pas à un enseignement pratique. Le savoir fait partie de la compétence ! Par exemple, si on n’enseigne pas la couche liaison en tant que tel, l’étudiant devra savoir repérer les problématiques associées à la couche liaison dans la prise en charge d’un problème réseau (diagnostiquer un problème de VLAN par exemple) car à travers le parcours des différents modules il aura compris le modèle OSI. Séminaire BTS SIO 2-3 février Direction générale de l’enseignement scolaire > 15/31 15

16 Des mots clés «métier» Actions Objets Support (polysémie) Maintenance
Conception Exploitation Administration Supervision Objets Accès utilisateurs Serveurs Services Infrastructures réseaux Installation, configuration, sécurisation sont sous entendues ici bien sûr. Des actions : on fait toujours quelque chose, on a une activité centrale. Des objets : les actions portent sur des éléments précis. Ces actions et ces objets sont emblématiques de notre métier, la liste n’est cependant pas exhaustive. Séminaire BTS SIO 2-3 février Direction générale de l’enseignement scolaire > 16/31 16

17 La définition des objets d’étude
On a définit de termes pérennes et génériques : on ne parle pas de poste de travail mais de solutions techniques d’accès. On a définit des niveaux opérationnels permettant de décomposer et de structurer l’apprentissage éléments du réseaux perçus par la solution d’accès : éléments d’interconnexion de la solution d’accès (commutateurs, points d’accès .etc.) et éléments paramétrés sur la solution d’accès (routeur, DNS, Proxy, authentification, VPN) éléments du réseaux non perçus par la solution d’accès VLAN, DMZ, tolérance de panne, protocoles de routage, sécurité, qualité… Solutions techniques d'accès Infrastructure d'accès utilisateurs Infrastructure Réseau Serveurs Services On s’inspire de l’architecture réseau CISCO à trois niveaux : Core layer,Distribution layer et Acces layer mais on ne la reproduit pas. La démarche retenue n’est pas destinée à concevoir des réseaux mais à découper de façon cohérente une progression pédagogique. On a construit pour ces raisons des objets particuliers notamment l’infrastructure d’accès utilisateur et l’infrastructure réseau. Définition : éléments du réseaux perçus par la solution d’accès éléments du réseau non perçu par la solution d’accès Définition complémentaire : 1) Infrastructure d’accès : éléments d’interconnexion de la solution d’accès (commutateurs, points d’accès .etc.) et éléments paramétrés sur la solution d’accès (routeur, DNS, Proxy, authentification, VPN) 2) Infrastructure réseau : VLAN, DMZ, tolérance de panne, protocoles de routage, sécurité, qualité, performance… On a aussi définit des termes pérennes et génériques, ainsi on ne parle pas de poste de travail mais de solutions d’accès, on ne parle pas de VLAN mais de séparation de flux … 17 17

18 La progression Le premier cercle et le 2eme cercle englobent aussi SI3, SI4 et SI6 car c’est le socle pour la suite. Séminaire BTS SIO 2-3 février Direction générale de l’enseignement scolaire > 18/31 18

19 Des principes importants
L’option démarre au 2ème semestre de la 1ère année Le tronc commun est parfaitement équilibré entre les deux options Les modules de 2eme année sont annuels => on peut faire plus et mieux On peut découper les modules de 2eme année car le stage se déroule au milieu de l’année (=> réflexion locale à tenir). Cette diapo met aussi l’accent sur un point important, on dispose d’énormément plus de temps dans la formation à la spécialité, ce n’est bien sûr pas sans conséquence sur les contenus. 19 19

20 SI1 support1 système des accès utilisateurs
Ce module permet de construire les savoirs et savoir-faire liés au support et au maintien en condition opérationnelle de solutions techniques d’accès dans leur dimension « système ». On définit comme solution technique d’accès tout outil numérique, fixe ou nomade, constitué de composants matériels et logiciels, permettant à un utilisateur d’accéder à des services en ligne. Configuration matérielle et logicielle, installation, administration Fonctions de base d’un langage de commandes Paramétrage et personnalisation Sauvegarde des données et sécurité contre les malveillances Contexte de formation : la solution technique d’accès se connecte à un réseau et utilise des ressources en ligne mais on ne se préoccupe que de la solution d’accès. Le réseau est fourni. Limite : dépannage, restauration du système, déploiement Savoirs : matériel, logiciels, systèmes (non serveur)… 1 Le terme support doit être compris dans sa polysémie, d’une part socle de compétences d’autre part assistance aux utilisateurs Ce module illustre bien le refus de l’enseignement d’un savoir académique (ou pour être plus précis comme l’a fait remarquer un participant de l’atelier qui parlait d’une académisation des savoirs). Les savoirs et savoir-faire sont toujours abordés sur un objet d’étude parfaitement identifié, la STA (solution technique d’accès) ici. On n’aborde donc pas le matériel en général ou bien encore le système en général mais le système et le matériel du STA par exemple. On n’abordera pas plus la sécurité en général mais la sécurité du STA. Mais encore une fois, à l’issue du module, des savoirs ont été mis en place. Que devient dans cet esprit le cours d’architecture matérielle ? Dans le référentiel, les savoir-faire suivants sont mentionnés : Comparer les caractéristiques de solutions techniques d’accès à des services en ligne Justifier le choix d’une solution technique d’accès Installer un composant matériel et un composant logiciel Il s’agit bien au travers par exemple d’un cahier des charges définissant les besoins d’une organisation en terme de STA, de choisir le matériel approprié. Et pour cela l’étudiant doit pouvoir comparer des processeurs, comparer des mémoires, comparer des unités de stockage, comparer des écrans, comparer des cartes mères, comparer des cartes vidéo, comparer des interfaces de connexion .etc. Ceci va impliquer la connaissance des éléments permettant les comparaisons et notamment les unités de mesures comme les octets, les MHZ .etc. La justification du choix exige de l’étudiant un argumentaire précis. Mais encore une fois on se limite ici au STA et à certains types de STA en fonction du cahier des charges, en même temps, c’est une approche qu’on peut facilement mettre en œuvre avec nos étudiants qui sont bien souvent très au courant des dernières caractéristiques de telle ou telle offre constructeur sans toujours avoir une démarche rigoureuse. L’installation du composant est souvent réduite aujourd’hui aux unités de stockage ou à la mémoire tant la miniaturisation rend les interventions impossibles, néanmoins quand cela est possible, elle permet à l’étudiant de mieux comprendre l’interaction entre les différents éléments d’un STA. On doit fuir le catalogue exhaustif des matériels et notamment un historique et chercher plutôt à construire des savoirs autour des rôles des composants matériels et de leur interactions. 2) Que devient dans cet esprit le cours d’architecture logicielle ? Installer, configurer et administrer le système d'exploitation d’une solution technique d’accès Exploiter les fonctions de base d’un langage de commandes La compréhension des fonctions d’un système d’exploitation est exigée. On doit s’appuyer sur une implémentation pour décrire des fonctions générales et autant que possible montrer comment on peut retrouver ces fonctions dans d’autres implémentations. Le système d’exploitation est réduit à celui d’une STA, c’est-à-dire que toutes les fonctions serveurs et toute la gestion des services ne sont pas vues ici (sauf groupe de travail). On doit s’intéresser à la gestion des utilisateurs locaux, à la gestion du système de fichier local, à la gestion du matériel .etc. On doit considérer dans un premier temps, le système comme un système autonome non connecté. 3) Différences entre système et applicatifs Installer un applicatif Paramétrer l'accès à un service ou à des ressources en ligne Exploiter un environnement de travail collaboratif L’étudiant doit faire la différence entre les éléments essentiels du système et les éléments facultatifs et aussi comprendre qu’un système n’offre rien de plus qu’un support à des applicatifs pour accéder au matériel de manière organisée et protégée. L’installation d’applicatifs doit permettre aussi d’aborder les outils standards notamment les outils bureautiques. Ce n’est pas quelque chose à prendre à la légère, les demandes d’assistance utilisateur sont souvent nombreuses à ce sujet et une certification comme le C2I est exigeante sur ces outils. Il faudra donc insister sur les différents éléments de configuration associés à ces outils. Le paramétrage de l’accès à un service rompt l’isolement du poste. Il nécessite bien sûr que le poste soit connecté au réseau. Si le SI2 se déroule en parallèle les paramétrage de base auront été abordés, sinon il faudra assurer le minimum car ce n’est pas l’adressage ou le nommage qu’on voit ici mais la connexion à des services utilisateurs standards comme la messagerie, le navigateur internet ou le répertoire de travail sur un réseau. En fonction des implémentations la STA se connectera donc à un service sur un serveur et nécessitera en ce qui concerne l’accès au répertoire de travail d’expliciter les notions d’authentification en différenciant l’authentification locale et l’authentification distante. Le travail collaboratif doit être abordée de 2 façons, le « groupe de travail » et l’utilisation d’un logiciel spécialisé. Le groupe de travail doit permettre d’aborder toutes les problématiques simples d’échange de documents sans passer par un serveur dédié et donc les problèmes de sécurité associés. L’environnement de travail collaboratif est nécessaire pour la formation et doit être expliqué ici dans sa dimension système et applicative. 4) Personnaliser l'environnement d’un utilisateur (aspects matériel et logiciel) Dans un même ordre d’idées la personnalisation d’un environnement est importante, elle est déterminée par un cahier des charges utilisateurs ou de l’organisation. La personnalisation prend aussi bien en compte les aspects ergonomiques pour l’utilisateur que les aspects de sécurité pour l’organisation. Les STA fournies par les organisations à leurs collaborateurs sont souvent bridées sur des nombreuses fonctions. Une première approche peut-être faite ici qui sera complétée par l’administration des systèmes SISR4 pour la spécialité SISR en 2eme année. La personnalisation matérielle peut prendre de multiples aspects qui vont du rajout de barrettes mémoires à l’installation de matériels spécifiques pour des personnes handicapées. 5) La sécurité du STA Installer une solution de sauvegarde des données. Sécuriser une solution technique d’accès contre les malveillances Encore une fois, il s’agit d’une première approche de la sécurité circonscrite à la seule STA. On parle ici bien sûr de tous les dispositifs de sécurité, antivirus, pare-feu personnel, détection de logiciels espions .etc. Enfin il est impératif que l’étudiant aborde aussi la problématique de la sauvegarde des données locales (notamment des siennes) ainsi que de la synchronisation des différents supports de stockage de données. 6) Tester et documenter Valider et documenter une solution technique d'accès A-t-on bien pris en compte le cahier des charges ? Cela fonctionne t-il ? Que doit-on documenter ? Séminaire BTS SIO 2-3 février Direction générale de l’enseignement scolaire > 20/22 20 20

21 SI2 support réseau des accès utilisateurs
Ce module permet de construire les savoirs et savoir-faire liés au support et au maintien en condition opérationnelle de solutions techniques d’accès dans leur dimension « réseau » et plus particulièrement au paramétrage de leur connexion à un réseau existant. Caractériser les éléments d’interconnexion d’un réseau Installer et configurer un élément d’interconnexion utiliser un service de base Analyser des unités de données de protocole Contexte de formation : le réseau doit fournir un système d’adressage et de nommage et un accès contrôlé à des réseaux externes. Il est mis en œuvre par l’étudiant. Limite : dépannage, sécurité, optimisation Savoirs : modèles réseaux, éléments d’interconnexion (carte réseaux, câble, commutateur, routeur .etc.) , adressage et nommage, analyse de trames… La solution technique d’accès se connecte à un réseau et utilise des ressources en ligne. On se préoccupe ici des éléments matériels et logiciels permettant cette connexion mais uniquement de ceux qui sont perçus par la STA soit au niveau paramétrage soit au niveau connectique. Tous les paramètres réseaux des solutions techniques d’accès doivent être compris par l’étudiant (adresse IP, masque, passerelle, DNS, Proxy …). La compréhension de ces paramètres passent par une explicitation de leur rôle et nécessite donc de s’appuyer sur des modèles de référence comme le modèle OSI aujourd’hui. Les matériels perçus sont les interfaces réseaux, commutateurs, les points d’accès, les routeurs, les médias de connexion. Les services perçus sont généralement l’adressage dynamique, le DNS, le Proxy, l’authentification. Tout cela permet d’étudier les principes de base : l’adressage, la commutation, le routage, le nommage …Les paramètres, les différents matériels et les services de base doivent être situés dans le modèle OSI ou dans les autres modèles utilisés. Un modèle est un outil important de compréhension pour l’étudiant, la référence permanente à celui-ci tout au long des deux années permettra d’ancrer ce savoir fondamental. L’analyse de trames doit permettre la compréhension d’un certain nombre de protocoles de bases (ARP, ICMP, DHCP, DNS …). Attention il faudra bien sûr adapter à IPV6. Ces protocoles sont donnés ici à titre d’exemple et non comme préconisation obligatoire. Attention, ici les services de base, comme le DNS ou le DHCP sont fournis et montrés mais pas nécessairement installés, cela est plutôt fait dans SI5 (support des serveurs et des services). On peut dans ce module utiliser des simulateurs pour illustrer les concepts mais un paramétrage physique est nécessaire. Séminaire BTS SIO 2-3 février Direction générale de l’enseignement scolaire > 21/22 21 21

22 SI5 Support des services et des serveurs
Pré requis : SI1 SI2 SI3 SI4 Ce module permet de construire les savoirs et savoir-faire liés au support et au maintien en condition opérationnelle de services et de serveurs. On entend par service  tout composant logiciel participant au transport, au partage et au traitement de données numériques à travers un réseau.   Installation et configuration serveurs et services Administration de base des serveurs et des services Langage de commandes Solution de sauvegarde et de restauration … Contexte de formation : l’’étudiant dispose de serveurs administrables, de services et de postes clients. Il les met en œuvre. Les services peuvent être ceux utilisés par SI6 en parallèle à savoir aujourd’hui WEB et SGBD. On privilégiera à terme la séparation entre le serveur WEB et SGBD. On disposera aussi des services réseaux nécessaires notamment le DNS. Un autre exemple peut être un serveur de fichiers avec authentification. Limite : qualité, continuité et sécurité Savoirs : Matériels et systèmes (différences avec solutions d’accès), architecture des services … Ce module s’appuie fortement sur les acquis du module SI1. Un premier travail consistera donc à faire la différence entre les matériels d’un serveur et d’une STA et le système d’un serveur et d’une STA. Un second travail consistera à différencier le système du serveur par rapport aux services qu’il supporte. Qu’est ce qu’un serveur met à la disposition d’un service ? Une gestion du matériel, une gestion des processus, une gestion des utilisateurs, un système de stockage, un système de fichiers… Il faudra définir la notion de service dans sa polysémie : le service perçu par l’utilisateur, les services utilisateurs et les services techniques. L’architecture d’un service correspond aux différents processus associés à ce service, aux fichiers de configuration du service, aux fichiers de données, aux comptes systèmes associés, aux fichiers d’activité , à la description des protocoles associés. On décrira notamment des services standards, des services orientés utilisateurs (smtp, pop, web, ftp, SGBD) mais aussi des services réseaux (Dns, Dhcp), tout cela à la date d’aujourd'hui bien sûr. Les services comme le DNS ou DHCP utilisés par SI2 sont donc approfondies ici notamment dans leur dimension d’installation et de configuration. Il y a un parallélisme intéressant à faire avec SI6, consacré au développement d’applications, qui utilise un service Web et un service SGBD ; une transversalité peut donc être mise en œuvre. La sauvegarde des données des services et des données utilisateurs des services est prise en charge au niveau du serveur, elle doit être automatisée. La restauration doit être testée. Séminaire BTS SIO 2-3 février Direction générale de l’enseignement scolaire > 22/22 22 22

23 SISR1 Maintenance des accès utilisateurs
Pré requis : SI1 SI2 SI3 SI4 Ce module aborde les savoirs et savoir-faire liés à la résolution d’incidents associés aux composants réseaux et système des solutions techniques d’accès utilisateurs. Un incident est un événement imprévu interrompant l'accès d'un utilisateur à un service et pouvant entraîner la perte de données. On s’intéresse ici aux incidents trouvant leur origine dans la partie système ou dans la partie réseau des solutions techniques d’accès utilisateurs . Prise de contrôle à distance Déclaration d’incidents Diagnostic Restauration Contexte de formation L’étudiant dispose d’un environnement en état de fonctionnement et notamment d’une solution d’accès configurée et d’un logiciel de gestion d’incident Limite : solution d’accès, infrastructure réseau d’accès Savoirs : Diagnostic et résolution d’incidents, restauration d’environnement … Ce module participe à la consolidation des compétences des modules SI1 et SI2. Il s’agit d’une compétence à développer pour nous qui devons répondre à une vraie exigence de la profession. C’est aussi souvent une entrée dans la carrière pour nos étudiants et on peut aussi d’ailleurs s’appuyer sur un véritable intérêt de leur part. En effet, nombreux sont nos étudiants qui sont sollicités pour des problèmes de dépannage. Ce ne sont pas pour autant des problèmes simples. Il faudra trouver un équilibre entre le diagnostic et la résolution dans nos scénarii, car l’objectif premier est souvent la remise en état de fonctionnement d’une solution technique d’accès et non l’identification exacte du problème ayant provoqué le dysfonctionnement. Il y a dans la prise en compte d’un incident des références très claires à des bonnes pratiques (notamment ITIL). L’incident doit être pris en charge de façon professionnelle. Il est notamment nécessaire d'utiliser un logiciel de gestion des incidents (intégré ou non dans un logiciel de gestion des configurations) installé par le professeur. La gestion des incidents est complété par SI7 en 2eme année notamment en intégrant la gestion des configurations et des compétences. La problématique des incidents associés aux accès réseaux paraît plus facile à aborder dans un premier temps. Les incidents d’une solution technique d’accès sont plus nombreux, on doit pouvoir repérer les incidents liés au matériel, au système, aux applications. On doit identifier les causes d’une dégradation des performances, éradiquer des virus ou des logiciels malveillants… On doit mettre en œuvre des solutions de restauration rapide d’un système ou d’une installation, ce qui passe aussi bien sur par une récupération des données utilisateurs. Séminaire BTS SIO 2-3 février Direction générale de l’enseignement scolaire > 23/31 23

24 SISR2 – Conception des infrastructures réseaux
Pré requis : SI1 SI2 SI3 SI4 Ce module aborde les savoirs et savoir-faire liés à la conception et à l’adaptation d’une infrastructure réseau. L'infrastructure réseau est vue comme l'ensemble des éléments matériels et logiciels nécessaires à une organisation pour mettre des services en ligne. On s’intéresse ici plus particulièrement à la réponse aux exigences de séparation des flux, de création de périmètres de sécurité et d’accès distants sécurisés. . Maquettage, prototypage Configuration séparation des flux, périmètres de sécurité Réseaux externes Accès distant sécurisés Contexte de formation L’étudiant installe et configure les éléments d’interconnexion et les services techniques réseaux nécessaires. Limite : qualité, disponibilité et contrôle Savoirs : Principes des architecture réseaux, normes et technologies, plan d’adressage … La notion d’architecture est importante, elle doit être comprise comme étant le plan précédant la construction. L’architecture d’un réseau s’étend au mode de connexion avec les réseaux externes. Le terme « réseau externe » est polysémique, selon qu’on se place du point de vue du réseau local ou du point de vue du réseau d’entreprise. On définit ici le « réseau interne » comme le réseau administré par une même unité d’administration, le « réseau externe » est donc le réseau administré par d’autres (le réseau qu’on ne maîtrise pas). L’infrastructure d’un réseau ne se confond pas avec un réseau local. Un réseau d’entreprise composé de plusieurs filiales internationales interconnectés est une infrastructure réseau. On doit étudier les architectures types quand elles existent (règles d’ingénierie dans le câblage des bâtiments, dans l’organisation des locaux techniques…) L’architecture d’un Internet doit être étudié ainsi que des architectures proposées par les constructeurs quand elles existent. Il faut autant que faire se peut s’appuyer sur le descriptif d’infrastructure réelle. Le mot principe signifie qu’il ne s’agit pas d’une étude détaillée mais des éléments de compréhension, ainsi le détail de certains éléments associés à la sécurité, la performance, etc. sera abordé en 2eme année. On a refusé ici l’emploi des mots dont on pouvait douter de la pérennité ou qui étaient trop associés à des technologies très évolutives. Ainsi on ne parle pas de VLAN ou de DMZ. Le VLAN est une façon de séparer les flux au niveau de la couche 2, les DMZ sont une façon de construire des périmètres de sécurité au niveau de la couche 3. On peut imaginer des flux séparés ou des périmètres de sécurité construits à d’autres niveaux, c’est pourquoi on a choisi l’utilisation des termes renvoyant à l’objectif et non à la technologie. Ceci est bien sûr discutable, mais on émet l’hypothèse que la gestion des flux et de la sécurité sera une activité pérenne et que les technologies évolueront. Les accès sécurisés permettent ici d’avoir une première approche des VPN qui seront largement consolidés en 2ème année. L’emploi du maquettage et du prototypage permet la réflexion et une certaine mise au point mais il faut impérativement que l’étudiant pratique la configuration des éléments d’interconnexion. Ce sera d’ailleurs une exigence dans la certification. 1) Précisions sur les termes utilisés Différence entre accès local, accès nomade et accès distant Accès local : poste fixe dans le réseau local Accès nomade : poste itinérant dans le réseau local Accès distant : poste accédant à partir d’un autre réseau notamment via internet Accès sécurisé : authentification, confidentialité, .etc. Séminaire BTS SIO 2-3 février Direction générale de l’enseignement scolaire > 24/31 24

25 Fin de la 1ère année Les étudiants SISR à la fin de la première année sont en capacité d’intervenir de façon opérationnelle dans les entreprise notamment sur des activités de support En fin de première année, les étudiants auront abordé un grand nombre de savoir-faire qui étaient jusqu’à présent vus en seconde année La nouveauté par rapport à ce qu’on faisait déjà, c’est la prise en charge des incidents et leur résolution Comme on peut le constater, on a fait plus et mieux ;-). Séminaire BTS SIO 2-3 février Direction générale de l’enseignement scolaire > 25/31 25

26 La 2eme année Qualité, sécurité, continuité
Services, système, infrastructures réseaux Exploitation, administration, supervision La qualité, la sécurité et la continuité sont vues à travers les services, les systèmes et les infrastructures réseaux. L’action définit une priorité pédagogique mais pas une exclusivité Pourquoi exploiter un service et non l’administrer ou le superviser ? Pourquoi administrer un système et non l’exploiter ou le superviser ? Pourquoi superviser un réseau et non l’administrer ou l’exploiter ? Pour la deuxième année on propose un cadre structurant mais offrant une vraie liberté pédagogique. La 2ème année s’articule autour de mots clés renvoyant à des objets d’étude, des actions à faire et des objectifs à atteindre. Elle aborde et approfondit des notions qui étaient rarement abordées par manque de temps dans le BTS IG-ARLE. La priorité pédagogique si elle n’est pas contraignante définit le positionnement du curseur dans l’approfondissement de tel ou tel objectif. Si on retrouve ici des mots clés du métier, leur acceptation n’est pas forcément l’acceptation courante, notamment pour l’exploitation des services. Le mot exploitation est employé depuis longtemps dans nos métiers mais ici on est dans une approche plutôt ITIL. L'exploitation désigne la conséquence de l'activité d'une organisation. L'exploitation des services est la partie du cycle de vie où les services et leur valeur sont effectivement livrés. Le suivi des problèmes ainsi que l'équilibre entre la fiabilité du service et le coût y sont pris en compte (articulation avec SI7). On vise l’exécution des travaux informatiques et la restitution des résultats de la production dans le respect des plannings et de la qualité attendue. Les systèmes et notamment les systèmes serveurs donnent aux services l’accès aux matériel (processeur, système de stockage, réseau). Pour les systèmes des STA la problématique du déploiement et de la maintenance est très forte. Pour les systèmes serveurs, il faut qu’ils offrent aux services une haute disponibilité et une sécurité importante des données. On n’exploite pas un système pour lui-même, le système ne produit pas un service mais est le support d’un service. Par contre on administre un système dans le sens ou on organise l’utilisation des ressources qu’il met à disposition et qu’on veille à la sécurité de ses ressources. En informatique, le titre d'administrateur systèmes désigne la personne responsable des serveurs d'une organisation (source wikipedia) Avec la supervision des infrastructures réseaux, on est clairement dans les « tuyaux », c’est-à-dire tous les matériels d’interconnexion, média compris. Superviser une infrastructure réseau c’est contrôler l’activité de ces matériels et ce qui circule dans les tuyaux. En se focalisant sur l’aspect supervision, on met bien l’accent sur la surveillance et le contrôle donc sur tous les instruments de mesure, sur toutes les réactions après alertes. Les tuyaux sont taillés pour supporter les pannes et la montée en charge. Les tuyaux comportent un ensemble de services techniques. Le technicien réseau est plutôt confronté au quotidien à des tâches de supervision qu’à la mise en place de nouveaux tuyaux. Il doit réagir à des alertes envoyées par les systèmes de supervision mis en place. Encore une fois, il s’agit du choix d’un focus qui n’a rien d’un traitement exclusif au niveau didactique. Séminaire BTS SIO 2-3 février Direction générale de l’enseignement scolaire > 26/31 26

27 Infrastructures réseaux
Trois périmètres technologiques pour structurer l’enseignement Systèmes Services Infrastructures réseaux On définit ici des périmètres technologiques qui vont circonscrire nos objets d’étude et réduire les notions enseignées dans chaque module. Ce ne sont pas des ensembles disjoints. En effet les systèmes et les réseaux s’appuient aussi sur des services pour leur propre fonctionnement. Il y a des services orientés utilisateurs (WEB, FTP, SMTP…), orientés systèmes (LDAP, SYSLOG, CRON …) et orientés réseaux (DNS, DHCP, SNMP…). Les services désignés ici sont les services perçus par l’utilisateur. Les systèmes offrent un support sécurisé et performant à l’exécution des services. Les infrastructures réseaux permettent aux utilisateurs d’accéder aux services dans des conditions de performances et de sécurité optimale. Les services c’est la valeur produite par l’informatique pour les utilisateurs. Les systèmes organisent l’utilisation du matériel par les services et les utilisateurs. L’infrastructure réseau gère la « tuyauterie » qui permet de relier les services et les utilisateurs. Séminaire BTS SIO 2-3 février Direction générale de l’enseignement scolaire > 27/31 27

28 Trois compétences « métier »
Administration Exploitation Supervision Encore une fois ce ne sont pas des ensembles disjoints. Le sens des mots se recoupent mais en même temps on perçoit bien qu’il n’y a pas une totale synonymie. Le terme exploitation renvoie à l’efficacité du service produit. Le terme administration renvoie à des tâches quotidiennes (habilitations, sauvegardes, dépannage utilisateur, déploiement de mises à jour …) et à des tâches d’optimisation de l’utilisation des ressources par les services (virtualisation, RAID, répartition de charges…). Le terme supervision renvoie à l’observation du fonctionnement du réseau et à la réaction par rapport aux dysfonctionnements. Séminaire BTS SIO 2-3 février Direction générale de l’enseignement scolaire > 28/31 28

29 Trois objectifs pour l’organisation
Sécurité Qualité Continuité Le sens des mots se recoupent mais encore une fois on perçoit clairement une différence. Ce ne sont pas des ensembles disjoints. Le terme qualité pourrait parfaitement englober les deux autres. Mais tout ça va mieux en le disant. Qualité : La notion découle directement de l'organisation tayloriste du travail et se rapporte à tout ce qui est mesurable dans l'ensemble des propriétés et caractéristiques d'un produit ou d’un service qui lui confèrent l'aptitude à satisfaire des besoins de consommateurs exprimés ou implicites. (source Wikipédia) Continuité au sens ITIL : la continuité de service est avant tout un mode de gestion qui demande des actions ininterrompues dans le temps. Ce mode de fonctionnement appliqué à une unité impose très souvent que les unités en relation doivent également fonctionner en continu, c'est toute la chaîne qui est impliquée. Sécurité : Ce sont les politiques et les procédures qui permettent d'éviter les intrusions (confidentialité), les incohérences (intégrité) et les pannes (disponibilité) des systèmes d'information, et qui définissent les règles d'authentification. (source Wikipédia) L’approfondissement de ces 3 objectifs sera forcément progressif dans la formation. Leur mise en œuvre a déjà commencé dans le BTS IG-ARLE. Système PKI, VLAN, HSRP, Firewall, VPN, clustering, répartition de charges, priorisation des flux, administration distante sécurisée, outils de supervision… sont des PTI qu’on trouve ou des TP qu’on fait. Ce qui est peut-être nouveau c’est l’approfondissement de ce travail sur la partie service orientée utilisateur. On peut facilement le mettre en œuvre dans un premier temps en partant du service emblématique et extrêmement sollicité dans les organisations que constitue un service Web. Séminaire BTS SIO 2-3 février Direction générale de l’enseignement scolaire > 29/31 29

30 SISR3 – Exploitation des services
Pré requis : SI1 SI2 SI3 SI4 SISR1 SISR2 Ce module aborde les savoirs et savoir-faire liés à l'exploitation des services. L'exploitation des services implique de gérer leur qualité, d'assurer leur continuité et leur sécurité. Elle participe à la détection des problèmes et peut être à l’origine d’une demande de production de service. . Qualité, sécurité, continuité de service Administration, supervision Fichiers d’activité, audit, métrologie Contexte de formation: L’étudiant installe et configure les éléments nécessaires à l’exploitation des services et les utilise. La qualité, la sécurité et la continuité doivent être démontrables pratiquement. Limite : la difficulté des services est variable. On peut étudier un service de façon très approfondi ou plusieurs services. Savoirs : Qualité, continuité, sécurité, contrat de service, plan de secours… L'exploitation désigne la conséquence de l'activité d'une organisation. Par rapport à SI5, on ajoute à l’architecture d’un service toutes les problématiques de qualité, sécurité et continuité. La notion de contrat de service doit nous guider et on peut s’articuler avec SI7. La notion de service est très polysémique. Ici on entend surtout les services orientés utilisateurs (et notamment les services stratégiques pour l’organisation) et non les services orientés système ou réseau. Le web est un service orienté utilisateur, le DNS est un service orienté réseau, la gestion des authentifications est un service orienté système. Attention ça ne veut pas dire qu’on ne traitera pas dans SISR3 le DNS, ça veut dire que le DNS ne constitue pas à ce niveau un objet privilégié d’étude. Par exemple si on monte un serveur WEB sécurisé on aura peut-être besoin de services complémentaires comme le DNS ou un gestionnaire de certificats. Ils seront traités comme étant des services techniques nécessaires. Un service d’un point de vue technique, ce sont des processus, des fichiers de configuration, des fichiers de données, des fichiers d’activités, des habilitations utilisateurs, des protocoles réseaux, des choix d’optimisation, des choix de sécurité, des vulnérabilités… On est bien sûr ici dans le « front office » mais on ne s’interdit pas des intrusions dans le « back office ». On doit rester souple, on peut ainsi gérer la totalité d’un service (du service utilisateur à la gestion des priorités du flux dans un Vlan) au niveau sisr3 mais ce qui doit être au centre de la démarche c’est le service rendu à un utilisateur et non les services techniques. Exemple d’exploitation des services avec le serveur WEB apache : hôtes virtuels authentification (back-End, provider, LDAP) Attaques DOS/DDOS Chiffrement SSL/TLS Montée en charge Analyse des logs etc. Séminaire BTS SIO 2-3 février Direction générale de l’enseignement scolaire > 30/31 30

31 SISR4 – Administration des systèmes
Pré requis : SI1 SI2 SI3 SI4 SISR1 SISR2 Ce module aborde les savoirs et savoir-faire liés à l'administration des systèmes. On définit comme système un système serveur ou tout système associé à des solutions techniques d'accès. On se préoccupe ici de la mise en production, de l'administration sécurisée, de la gestion des performances, de la sécurité et de la disponibilité des systèmes, ainsi que de l'automatisation des tâches d'administration. . Mise en production Disponibilité, sécurité Administration sécurisée locale ou à distance Automatisation des tâches Contexte de formation: L’étudiant installe et configure les éléments nécessaires. Une solution de mise en production, l’administration sécurisée , la continuité doivent être démontrables pratiquement. Limite : Pas d’exhaustivité au niveau des systèmes. Savoirs : Mise en production; Disponibilité, Administration sécurisée … L’automatisation des tâches et la mise en production peuvent être traitées en lien avec SI7. La virtualisation offre aujourd’hui des solutions intéressantes de disponibilité. La disponibilité inclut la répartition de charges (c’est vrai pour tout mais surtout ici). L’administrateur système veille à la disponibilité constante du système informatique. Il effectue des tâches de sauvegarde régulière en vue de prévenir la perte irrémédiable d'informations, organise les travaux de transformation du système informatique en vue de limiter la durée des mises hors service et attribue des droits d'accès en vue de limiter les possibilités de manipulation du système informatique au strict nécessaire pour chaque usager - ceci en vue de prévenir des pertes ou des fuites d'information. (source : wikipédia) Par rapport à SI5, on prend ici en charge toutes les problématiques de déploiement, de haute disponibilité, de répartition de charges et de sécurité même si ces problématiques relatives aux services orientés utilisateurs sont aussi prises en charge dans SISR3. Différence avec le service : un service ne se préoccupe pas des méthodes de stockage, des modalités d’accès au réseau, des modalités d’habilitations, des modalités de définition des permissions sur les ressources qu’il utilise, de la concurrence avec d’autres services… C’est le rôle du système associé au serveur sur lequel s’exécute le service. Tous les services ont accès à ce même environnement mutualisé par le système. On ne peut réduire ce module à la seule administration des systèmes serveurs, tant la configuration et le maintien des systèmes des STA sont critiques dans les organisations. Séminaire BTS SIO 2-3 février Direction générale de l’enseignement scolaire > 31/31 31

32 SISR5 – Supervision des infrastructures réseaux
Pré requis : SI1 SI2 SI3 SI4 SISR1 SISR2 Ce module aborde les savoirs et savoir-faire liés à la supervision des réseaux. On se préoccupe ici de performance, de disponibilité, et de sécurité au niveau des éléments d'interconnexion du réseau. Protocoles d’administration Optimisation des flux Disponibilité, sécurité Accès local et nomade sécurisé Contrôle, surveillance Contexte de formation: L’étudiant installe et configure les éléments nécessaires. On met l’accent essentiellement sur la supervision de ces éléments. Limite : On ne multiplie pas les éléments à installer ou à configurer Savoirs : Disponibilité, métrologie, sécurité … La supervision inclut de nombreux services techniques (snmp, log, outils de supervision …) Les accès sécurisés (VPN, authentification 802.1x, WAP, .etc.) nécessitent aussi de nombreux services techniques (PKI, Radius .etc.). La priorisation des flux (la gestion des débits) doit être vue. La convergence IP (téléphonie, visio, données .etc.) l’impose. Remarque : si on prend le cas de la téléphonie IP, il s’agit d’un service utilisateur et devrait donc plutôt être abordée dans le module « exploitation des services ». Ceci dit, compte tenu des impacts sur les matériels d’interconnexion elle pourrait aussi être abordée dans ce module. On doit ici configurer les éléments d’interconnexion pour assurer la qualité, la sécurité, et la continuité mais aussi utiliser ces éléments dans le cadre d’une supervision des équipements, et notamment réagir à des alertes programmées. Séminaire BTS SIO 2-3 février Direction générale de l’enseignement scolaire > 32/31 32

33 SI7 Intégration et adaptation d’un service
Pré requis : SI1 SI2 SI3 SI4 SI5 SI6 Ce module permet de construire les savoirs et savoir-faire liés à l’intégration d’un service dans l’organisation et à son maintien en condition opérationnelle à partir de la mobilisation complémentaire des compétences spécifiques aux deux spécialités. Gestion de configuration et gestion des incidents Evaluation de la valeur d’un élément de configuration Migration et remplacement Automatisation de l’installation Sauvegarde et restauration Réplication, répartition de données Veille technologique… Contexte de formation : tous les éléments matériels et logiciels (services, serveurs, infrastructure réseau, solutions d’accès …) sont installés. Les applicatifs sont développés. L’étudiant étudie ici les conséquences d’une modification de l’existant (soit par adaptation soit par ajout) et propose une prise en charge automatisée de l’évolution. Il doit pouvoir évaluer le coût des éléments installés et de la modification apportée. Il doit être capable de gérer les compétences nécessaires au maintien de l’existant et de proposer des améliorations en fonction des nouveautés technologiques. Limite : difficulté de l’environnement Savoirs : éléments de gestion, plan de continuité, migration, test d’intégration… SI7 Intégration et adaptation de service est un module ambitieux. Les étudiants des 2 options travaillent ensemble sur les mêmes services mais avec des préoccupations différentes qui se rejoignent. On prend en compte ici l’existant, on n’intègre pas un service dans un environnement vierge mais dans un environnement ou d’autres services fonctionnent déjà. On ne modifie pas un service qui ne tourne pas, mais on modifie un service auquel des utilisateurs ont accès et qui disposent de données à conserver. La problématique des migrations rarement abordée dans le BTS actuel le sera ici. Dans ce contexte et pour guider les interventions, la gestion des configurations est importante avec le double point de vue SISR (configuration des éléments d’infrastructures) et SLAM (composants, bibliothèques , versions, …). Cette gestion des configurations est totalement mise en œuvre ici. Dans la même optique, la gestion des compétences qui ont été nécessaires pour produire le service et qui seront donc nécessaires à son maintien est abordée ici (bases de connaissances, faq, wiki .etc.) mais aussi la veille technologique pour maintenir le service à jour où permettre son évolution. On abordera aussi les problèmes de réplication et de répartition des données. L’automatisation des installations pourrait permettre un travail en commun des deux spécialités. Le service informatique ici doit être valorisé et on prendra tout en compte pour cela, ainsi déterminer le coût d’un service doit pouvoir permettre de le facturer. Les éléments de gestion nécessaires à ces opérations seront abordés ici. Séminaire BTS SIO 2-3 février Direction générale de l’enseignement scolaire > 33/22 33 33

34 Un dernier point : les certifications
La prise en compte des certifications dans cette structuration pédagogique est possible Les certifications systèmes Windows Linux ou autres ne posent pas de problème Les parcours CISCO sont complètement intégrables L’objectif n’est pas de faire passer des certifications ; néanmoins c’est une réalité du métier. On peut plus facilement inscrire certaines certifications dans les modules mais elles exigeront de toute façon un travail complémentaire de la part des étudiants. Donc on peut préparer à une certification professionnelle tant que ce travail est convergeant avec la préparation du BTS ; au-delà c’est un choix personnel de chaque étudiant. Séminaire BTS SIO 2-3 février Direction générale de l’enseignement scolaire > 34/31 34

35 SISR Besoins de formation ? Questions ? 35
Séminaire BTS SIO 2-3 février Direction générale de l’enseignement scolaire > 35/31 35


Télécharger ppt "L’enseignement de spécialité SISR"

Présentations similaires


Annonces Google