La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Écrire au cycle 2 Michel Driol IUFM de Lyon – Lyon 1.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Écrire au cycle 2 Michel Driol IUFM de Lyon – Lyon 1."— Transcription de la présentation:

1 Écrire au cycle 2 Michel Driol IUFM de Lyon – Lyon 1

2 Un problème complexe Pourquoi faire écrire ? Comment faire écrire ? Que faire écrire ?

3 1.1 Pourquoi faire écrire ? C’est en écrivant qu’on apprend à écrire Pas de génération spontanée de l’écriture : la lecture nourrit l’écriture Apprendre à lire et à écrire suppose pour l’enfant de se situer dans un univers où l’écrit a du sens

4 1.2 La littérature est nécessaire par la puissance de ses fictions parce qu’elle porte un intérêt autant aux choses qu’aux mots parce qu’elle permet des interprétations personnelles

5 1.3 Articuler lecture / écriture Les 2 modes de lecture de l’enfant : Lire pour apprendre à vivre : lecture fusionnelle, identification et aliénation Je soutiendrai donc que l’essence même du conte est peut-être de constituer, par le biais indirect de l’imaginaire et de l’enchantement du langage, un apprentissage de la vie, du monde, des relations humaines (Jacqueline Held, Connaître et choisir les livres pour enfants, Hachette, 1985, p 79)

6 1.3 Articuler lecture / écriture Les 2 modes de lecture de l’enfant : Lire pour apprendre à écrire : lecture distanciée, altération et altérité L’art de l’aliénation doit devenir l’art de l’altération. L’enfant ne demande qu’à s’identifier à celui qui écrit pour jouer avec la matière verbale. Donner à lire ce qu’on aurait envie de lire, n’est ce pas un projet attirant ? (Claudette Oriol Boyer, Lire écrire avec des enfants, Bertrand- Lacoste, 2002, p 19)

7 2. Comment faire écrire ? Remarques sur quelques modalités et principes

8 2.1 Aller vers l’autonomie Dictée à l’adulte Réécritures partielles de textes déjà existants apprendre à écrire à deux ou trois, puis seul, après une phase de préparation orale collective, et la constitution d’outils de guidage : listes de contrôles, grilles d’objectifs

9 2.2 La dictée à l’adulte Parler l’écrit : le pendant de la lecture faite à voix haute Réfléchir le texte avant de l’écrire – recherche individuelle et silencieuse – dictée Organiser une écriture en petit groupe – chaque groupe écrit à son tour

10 2.3 Vers l’écriture individuelle Proposer des aides Organisation : un stylo par groupe, feuille commune Mais écriture = aventure solitaire : écrire à deux : une transition nécessaire, rassurante

11 2.4 Des rituels d’écriture régularité : au moins hebdomadaire respect d’usages pour gagner du temps installation, préparation du matériel pas de gêne due à un voisin envahissant écriture collective : une feuille, un stylo documents en renfort : références de conjugaison, orthographe, répertoires

12 2.4 Des rituels d’écriture Consigne Réflexion en silence Vérification, rapide échange oral Limiter le temps : 20 minutes Lecture par l’adulte des textes produits ? dans le coin regroupement : prise de recul, amorce d’une éventuelle séance de réécriture

13 2.4 Des rituels d’écriture Ne pas laisser une séance d’écriture se transformer en séance d’orthographe Initier au brouillon : différence entre premier jet et texte mis en page, ratures Se monter écrivant : brouillonnant, corrigeant…

14 3. Que faire écrire ? Modestie Exigence

15 3.1 Se situer dans quelques « genres » Le conte ? Le récit de vie Le dialogue : les bulles de B.D. Les listes Des textes poétiques

16 3.2 Listes : quelques principes Chaque élève a quelque chose à écrire, bref, sur une structure donnée, avec préparation collective. Enjeu : la mise en mots Ensuite : révision « orthographique » Enfin : travail éventuel sur l’ordre des propositions

17 3.3.1 L’alphabet Le livre de l'alphabet muet Conception, Christiane Duchesne ; documentation, Claude Villeneuve ; rédaction, Célestin De La Grange ; illustration, Marie-Louise Gay -- [Montréal] : Brault et Bouthillier, c1987

18 3.3.2 L’alphabet Avez-vous remarqué combien l’Y est une lettre pittoresque qui a des significations sans nombre ? L’arbre est un Y ; l’embranchement de deux routes est un Y ; le confluent de deux rivières est un Y ; une tête d’âne ou de bœuf est un Y ; un verre d’eau sur son pied est un Y ; un lys sur sa tige est un Y ; un suppliant qui lève les bras au ciel est un Y. Victor Hugo Albums, 1839 Passer en revue les 26 lettres et leur associer un objet

19 3.3.3 L’alphabet

20 Écrire une phrase sur la caractéristique d’un personnage dont l’initiale est la lettre, en utilisant d’autres mots ayant cette initiale.

21 3.3.4 L’alphabet Jouer aux mariages : o est un d qui s’est fait couper la mèche y est un h qui fait la culbute Associer deux par deux les lettres, en découvrant un point commun, l’exprimer par écrit pour justifier la création des couples

22 3.3.5 L’alphabet : Mondo J.-M. G. Le Clézio « Mondo », dans Mondo et autres histoires, coll. Folio, Ed. Gallimard, 1978 (p. 61 à 63)

23 3.3.5 L’alphabet : Mondo L’homme avait pris dans son sac de plage un vieux canif à manche rouge et il avait commencé à graver les signes des lettres sur des galets bien plats. En même temps, il parlait à Mondo de tout ce qu’il y a dans les lettres, de tout ce qu’on peut y voir quand on les regarde et quand on les écoute. Il parlait de A qui est comme une grande mouche avec ses ailes repliées en arrière ; de B qui est drôle, avec ses deux ventres, de C et D qui sont comme la lune, en croissant et à moitié pleine, et O qui est la lune tout entière dans le ciel noir. Le H est haut, c’est une échelle pour monter aux arbres et sur le toit des maisons ; E et F, qui ressemblent à un râteau et à une pelle, et G, un gros homme assis dans un fauteuil ; I danse sur la pointe de ses pieds, avec sa petite tête qui se détache à chaque bond, pendant que J se balance ; mais K est cassé comme un vieillard, R marche à grandes enjambées comme un soldat, et Y est debout, les bras en l’air et crie : au secours ! L est un arbre au bord de la rivière, M est une montagne ; N est pour les noms, et les gens saluent de la main, P dort sur une patte et Q est assis sur sa queue ; S, c’est toujours un serpent, Z toujours un éclair ; T est beau, c’est comme le mât d’un bateau, U est comme un vase. V, W, ce sont des oiseaux, des vols d’oiseaux ; X est une croix pour se souvenir. …/…

24 3.3.5 L’alphabet : Mondo Avec la pointe de son canif, le vieil homme traçait les signes sur les galets et les disposait devant Mondo. « Quel est ton prénom ? » « Mondo », disait Mondo. Le vieil homme choisissait quelques galets, en ajoutait un autre. « Regarde, c’est ton nom, écrit là. » « C’est beau, disait Mondo. Il y a une montagne, la lune, quelqu’un qui salue le croissant de lune, et encore la lune. Pourquoi y a-t-il toutes ces lunes ? C’est dans ton nom, c’est tout, disait le vieil homme, c’est comme ça que tu t’appelles. » Il reprenait les galets. …/…

25 3.3.5 L’alphabet : Mondo « Et vous, monsieur ? Qu’est-ce qu’i1 y a dans votre nom ? » Le vieil homme montrait les galets, l’un après l’autre, et Mondo les ramassait et les alignait devant lui. « Il y a une montagne. » « Oui, celle où je suis né. » « Il y a une mouche. » « J’étais peut-être une mouche, il y a longtemps avant d’être un homme. » « Il y a un homme qui marche, un soldat. » « J’ai été soldat. » « Il y a le croissant de la lune. » « C’est elle qui était là à ma naissance. » « Un râteau ! » « Le voilà ! » Le vieil homme montrait le râteau posé sur 1a plage. « II y a un arbre devant une rivière. » « Oui, c’est peut-être comme cela que je reviendrai quand je serai mort, un arbre immobile devant une belle rivière. »

26 3.3.5 L’alphabet : Mondo Associer à chacune des lettres de son prénom, prises dans l’ordre, un objet qui lui ressemble et auquel on est lié, et composer ainsi son portrait, sa biographie « réels ou imaginaires ».

27 Les mots Joël Guenoun Les mots ont des visages Autrement

28 Les mots Traiter les mots comme des idéogrammes ou des calligrammes, de façon à ce que la forme de l’écriture (le signifiant) en évoque le sens (le signifié).

29 Les mots toit : les deux barres du t donnent les versants de cet abri dont les montants de la même lettre forment les parois. Le o c’est la table où la famille prend ses repas et le i c’est le feu ou le foyer avec la fumée qui s’en élève. oie : o la mare ou le corps du volatile, i sa langue d’où sort le cri, e à la fois l’œil, la tête et le bec ouvert. sel : s la langue repliée qui déguste, e le grain qui fond avec une saveur piquante, l la langue tendue (lire dans l’horizontal) Paul Claudel, Idéogrammes occidentaux

30 Les mots Décrire des mots qui par leur forme et la disposition de leurs lettres évoquent ce qu’ils désignent. Détailler les points de similitude relevés entre leur forme écrite et leur référent.

31 3.5 Les petits riens Les petits riens Elisabeth Brami illustré par Philippe Bertrand Seuil Jeunesse

32 3.5 Les petits riens : les verbes

33 Écrire « son petit rien », c’est-à-dire évoquer une action qu’on aime bien, qui fait du bien et qui ne coûte rien…

34 3.6. Hulul Hulul et compagnie Arnold Lobel École des loisirs

35 3.6. Hulul : les expansions du GN Des chaises aux pieds cassés. Et des chansons qu’on ne peut pas chanter, parce qu’on a complètement oublié les paroles. Et puis, des cuillers qui sont tombées derrière le poêle, et qui n’ont jamais été retrouvées. Et aussi, des livres qu’on ne peut plus lire parce que plusieurs pages ont été déchirées. Et des pendules arrêtées, parce que personne n’est là pour les remonter... Et la purée de pommes de terre restée sur une assiette, parce que personne n’a envie de la manger. Et les crayons trop courts pour écrire. Continuer la liste des choses tristes,ou faire la liste des choses gaies, (pour faire un thé au rire)

36 3.7. Échos Échos Eugène Guillevic illustré par Hélène Vincent Folio Cadet

37 3.7. Échos Faire parler les objets, les animaux, le monde qui environne… Écrire un écho en écho à Guillevic : 1er vers… 2ème vers disait le/la…. 3ème vers…

38 3.8. Définition, devinettes et métaphores Explorer le monde par le lexique Pomme – cerise – raisin – disque – ballon – cube – bonbon… Rapprocher, opposer les objets désignés par les mots la liste On manipule ainsi la notion de sème (mangeable, rond, carré, plat, en volume…)

39 3.8. Définition, devinettes et métaphores Construire alors un jeu de cartes rectoverso C’est rond, et ça sert à faire de la musique Disque

40 3.8. Définition, devinettes et métaphores Construire alors un jeu de cartes rectoverso C’est rond, et c’est bon et ça se mange Pomme Cerise Donc, affiner les sèmes lexicaux…

41 3.8. Définition, devinettes et métaphores Passage à la devinette Transformer la définition en devinette : qu’est ce qui est rouge, bon et se mange… Passage à une activité esthétique : pour montrer qu’on est plus malin que celui qui cherche

42 3.8. Définition, devinettes et métaphores Passage à la devinette Monika Besner et Jacques Charpentreau Les Cent plus belles devinettes Gallimard

43 3.8. Définition, devinettes et métaphores Les sirandanes J M G Le Clezio Seghers Jeunesse 2005 Qu’est-ce que les sirandanes ? Ce sont des devinettes, empreintes de malice et de tendresse, qui relèvent d’une lointaine tradition orale et portent sur la vie quotidienne à l’île Maurice. Si tous les peuples ont leurs devinettes, « le peuple mauricien a su pousser cet art jusqu’à la perfection, jusqu’à la poésie même ».

44 3.8. Définition, devinettes et métaphores Les sirandanes de Le Clezio Je marche sur un petit chemin jamais je ne me reposerai, jamais je ne reviendrai en arrière ? La rivière Le soir, je vois beaucoup de graines dans ma plaine. Quand je me réveille, je ne les vois plus ? Les étoiles

45 3.8. Définition, devinettes et métaphores Les sirandanes de Le Clezio La terre blanche, les graines noires ? Le papier avec l’écriture Petit bonhomme, grand chapeau Un champignon

46 3.8. Définition, devinettes et métaphores Dents : récifs des paroles Larmes : Rosée du chagrin Épée : rameau des blessures Air, maison des oiseaux, maison des vents Paix : repos des lances Vent : frère du feu, dommage des bois, loup des cordages Sang : ruisseau des loups, marée du massacre, rosée de la mort, sueur de la guerre, bière des corbeaux, eau de l’épée Guerrier : délice des corbeaux, arbre de l’épée, teinture des épées Main : siège du faucon, pays des anneaux d’or Les kenningar présentés par Jorge Luis Borgès in Histoire de l'infamie, histoire de l' é ternit é

47 3.8. Définition, devinettes et métaphores Les paupières : les volets de l’œil … : les balais des yeux La neige : le/la …. sur les sapins La lune : le, la, l’…. De la nuit Une étoile : …. Prévoir des ateliers de fabrication des métaphores…

48 3.8. Écrire avec Motordu La belle lisse poire du prince de Motordu Pef Folio benjamin

49 3.8. Écrire avec Motordu se mettre dans la peau d’un personnage qui fait des fautes de langage acquérir la norme permet de s’intégrer dans la société (le prince épouse la maîtresse d’école) et offre, en même temps,la possibilité de l’humour et de la connivence.

50 3.8. Écrire avec Motordu Un soir, la princesse dit à son mari : -Je voudrais des enfants. -Combien ? demanda le prince qui était en train de passer l’aspirateur. -Beaucoup, répondit la princesse, plein de petits glaçons et de petites billes. Le prince la regarda avec étonnement, puis il éclata de rire. -Décidément, dit-il, vous êtes vraiment la femme qu’il me fallait, madame de Motordu. Soit, nous aurons des enfants et en attendant qu’ils soient là, commençons, dès maintenant, à leur tricoter des bulles et des josettes pour l’hiver…

51 3.8. Écrire avec Motordu Comment faire écrire des mots tordus ? 1. Lister et classer les procédés utilisés par Pef

52 3.8. Écrire avec Motordu Différence d’une lettreChâteau / chapeau, fraise / braise Homophonie partielle ou totale drapeau / crapaud, douze / bouse Mots / maux Ajout soustraction en finale Huit / huîtres Ajout soustraction à l’initiale Onze / bronze Ajout soustraction au milieu Cousins / coussins Ajout et changement combinés pull / bulle Distorsion de la coupureLes tables / l’étable, l’hiver / les vers

53 3.8. Écrire avec Motordu Comment faire écrire des mots tordus ? 2. Inventer des mots tordus et les classer dans le tableau précédent. Comment aider ? Faire travailler sur le variations à l’initiale avec le dictionnaire

54 3.8. Écrire avec Motordu Comment faire écrire des mots tordus ? 3. Puis faire un récit à partir des mots tordus : trouver un mot tordu désignant un personnage et un lieu, par exemple (la salle de mains) : qui ? où ? quand ? fait quoi ? Se mettre d’accord sur un personnage (la mascotte de la classe, Motordu…) Écrire une phrase chacun : cela donne un album La journée de Motordu…

55 3.8. Écrire avec Motordu Comment faire écrire des mots tordus ? 4. On peut aussi aller plus loin : Un pneu de sa toiture creva. Quelle tuile, ronchonna le prince.

56 Peu à peu se conquiert la capacité de multiplier les ressemblances à l’intérieur d’un texte : c’est à dire, selon Jakobson, la capacité à travailler la dimension poétique du langage… Écrire au cycle 2


Télécharger ppt "Écrire au cycle 2 Michel Driol IUFM de Lyon – Lyon 1."

Présentations similaires


Annonces Google