La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

PROSPECTIVE ET DYNAMIQUE DU PARC NATUREL RÉGIONAL DES VOSGES DU NORD RECOMMANDATIONS STRATÉGIQUES.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "PROSPECTIVE ET DYNAMIQUE DU PARC NATUREL RÉGIONAL DES VOSGES DU NORD RECOMMANDATIONS STRATÉGIQUES."— Transcription de la présentation:

1 PROSPECTIVE ET DYNAMIQUE DU PARC NATUREL RÉGIONAL DES VOSGES DU NORD RECOMMANDATIONS STRATÉGIQUES

2 Responsable de létude Francis Munier, Maître de Conférences, Université de Strasbourg Avec la participation de Zhao Wang, Docteur ès Sciences Economiques, BETA Jean-Alain Héraud, Professeur, Université de Strasbourg René Kahn, Maître de Conférences, Université de Strasbourg Francis Kern, Professeur, Université de Strasbourg

3 P LAN DE PRÉSENTATION Introduction Faiblesses du PNRVN Forces du PNRVN Opportunités Le projet dun incubateur de linnovation sociale Cluster éco-tourisme et aménités

4 INTRODUCTION Suite à un bilan économique et social + analyse SWOT Recommandations stratégiques : Incubateur de linnovation sociale Cluster éco-tourisme sur la base des aménités

5 INTRODUCTION Fonctionnement du PNRVN selon une charte Dilution au niveau administratif Principe dallotopie du territoire Comment faire pour que le PNRVN sapproprie une stratégie de développement endogène qui lui permettrait dêtre davantage maître de son destin ?

6 FAIBLESSES DU PNRVN Le PNRVN affiche un dynamisme démographique moindre (par rapport à la Moselle, au Bas-Rhin, ainsi quà la France). Risque de vieillissement est important. Le taux de mortalité plus élevé le taux de natalité plus faible Le parc manque dattractivité pour les jeunes.

7 FAIBLESSES DU PNRVN Le PNRVN subit une « fuite » des jeunes diplômés. Il est naturel que les jeunes partent faire leurs études supérieures en-dehors du parc, mais la plupart ne reviennent pas, sans doute par manque dattractivité et par une offre demploi qui ne correspond pas à leur niveau universitaire.

8 FAIBLESSES DU PNRVN Lanalyse du logement indique une progression inquiétante des logements vacants les activités créatives ne sont pas suffisamment présentes ou dynamiques dans le PNRVN Lagriculture et le tourisme sont insuffisamment impliqués par les questions du développement durable Peu de possibilité de changement/innovation dans le domaine du tourisme. Produits du terroir peu commercialisés au sein du Parc, par conséquent, manque de produits- repères de lidentité du Parc.

9 FAIBLESSES DU PNRVN le PNRVN apparaît comme un « entre-deux » qui se nourrit essentiellement du dynamisme de ses marges (surtout alsaciennes).

10 FORCES DU PNRVN Les ressources naturelles sont variées et riches : grès, bois, sable, eau, plantes sauvages, etc. Ces ressources naturelles favorisent les industries liées à ces ressources Les paysage sont attirants, la qualité de la nature est reconnue (biodiversité), richesses historique et culturelle (sites et traces préhistorique et historiques, sites religieux, musées).

11 FORCES DU PNRVN La population bilingue est une force pour les acteurs des secteurs industriels et des services. La proximité de la capitale européenne (Strasbourg) Université de Strasbourg et Universités en Lorraine sont aussi des atouts aux yeux des acteurs. Le PNRVN est considéré comme vrai partenaire qui comprend les problématiques liées aux activités des acteurs, et qui les accompagne dans leurs projets innovants.

12 OPPORTUNITES Promotion du bois énergie et de la construction bois, notamment dans le cadre des bâtiments basse consommation. En profitant de la richesse du parc, proposer aux clients (des restaurants, hôtels, industries) des activités « composées » : colloques, conférences, sorties et découvertes, repas du terroir, etc. Les logements vacants (avec leur environnement rural ou naturel et le bois – lénergie renouvelable) peuvent être intéressants pour les projets genre « habitat écologique », qui sappuie à la fois sur le principe de développement durable et dinnovation. Modèle et « laboratoire » du développement durable (ex. la gestion de leau, les énergies renouvelables, lhabitat écologique): parfaite conscience des acteurs de ces enjeux, en profitant et en développant les savoirs locaux, avec les partenaires en recherches institutionnels et non-institutionnels. Sensibilisation des clients à la protection de la nature, dans le domaine de la restauration, cela est lié à la biodiversité (plantes sauvages, cuisines à lancienne, repas composé sain, produits du terroir – « circuit court», etc.)

13 R ECOMMANDATIONS STRATÉGIQUES Incubateur de linnovation sociale Cluster éco-touristique fondé sur les aménités

14 I NCUBATEUR DE L INNOVATION SOCIALE Un IIS consiste à se focaliser sur des entités concernées par les questions sociales et environnementales avec un renforcement des démarches participatives et dassociation de lensemble des parties prenantes Linnovation sociale peut ainsi se définir comme une coordination de relations entre des acteurs dévolus à la résolution de problèmes socio-économiques pour une amélioration des performances et du bien-être des collectivités.

15 I NCUBATEUR DE L INNOVATION SOCIALE Le processus dinnovation est central : il implique ainsi des formes dapprentissage collectif, lengagement et la participation dentités diversifiées et hétérogènes. En cela, la gouvernance de cette diversité est déterminante. Lobjectif peut aussi bien concerner une meilleure satisfaction des besoins, ou encore une nouvelle organisation sociale ou de nouvelles pratiques (nouveaux modes de coopération, réseaux déchange et de création de connaissances). Linnovation sociale peut ainsi combiner des logiques patrimoniales (orientée vers la pérennité de lactivité sur un territoire comme les filières historiques du PNRVN), entrepreneuriale (orientée vers la créativité) et sociale (en lien avec des attentes sociales comme par exemple la question des logements vacants).

16 I NCUBATEUR DE L INNOVATION SOCIALE Démarche de développement local durable qui respecte les engagements fondateurs de la charte du PNRVN Un développement compatible avec son environnement, une recherche permanente de la qualité, la prise en compte de la dimension sociale. Linnovation sociale se caractérise à la fois par le caractère nouveau dune solution tout en induisant des formes de solidarité et dintensification des coopérations entre les acteurs. Cela implique donc de mettre en exergue la vocation du PNRVN comme un lieu déchanges et dinnovations. Nous considérons quun incubateur est une réponse ad hoc à ces exigences.

17 Lincubation de linnovation sociale induit une triple articulation entre le territoire (défini par ses acteurs permanents dans lespace du parc), les milieux de la recherche et les entreprises. LIIS peut permettre à un territoire dêtre à lorigine dune innovation et non seulement un support de cette innovation. Lobjectif est bien de promouvoir une réelle endogénéisation du développement du parc restreint. I NCUBATEUR DE L INNOVATION SOCIALE

18 Loriginalité dun IIS est de faire en sorte que le PNRVN ne soit pas seulement un territoire géographique, où lintervention et lactivité des acteurs publics et privés soient subies, mais plutôt un territoire capable dinitiatives et dinnovations. LIIS autorise justement une dynamique de solidarité qui permet au PNRVN dêtre à lorigine dune innovation sociale.

19 INCUBATEUR DE LINNOVATION SOCIALE Linnovation sociale fait également écho à la notion de capital social qui désigne « un capital de richesse pour une société qui cultive son intelligence collective, ses formes de coopération, et qui fait fructifier ses capacités à inventer ensemble ». Il recouvre la notion plus commune du « mieux vivre ensemble » avec un rapprochement et une coopération grandissante entre les acteurs.

20 INCUBATEUR DE LINNOVATION SOCIALE Trois conditions qui se combinent et vont dans le sens de la construction dun capital social. La première est la réunion dune intelligence collective autour de la construction ou de la protection dun bien commun : le parc. La seconde est la notion dengagement des acteurs qui sy emploient : acteurs marchand et non-marchand. La troisième condition est sa dimension locale ou son ancrage territorial

21 MÉTHODOLOGIE DINCUBATION DE LINNOVATION SOCIALE Plusieurs étapes préliminaires : (1) Etablir un inventaire des acteurs susceptibles de participer à lIIS. (2) Organiser des réunions de travail en amont pour construire le projet dIIS selon une triple logique (territoire, chercheurs, entreprises) (3) Elaborer une analyse coûts / bénéfices du projet (4) Rechercher des financements (5) Créer des comités techniques et des comités dexperts (qui peuvent être entendu au sens large du terme en y incluant également les usagers) qui seront nécessaires pour sélectionner et accompagner les projets.

22 MÉTHODOLOGIE DINCUBATION DE LINNOVATION SOCIALE Intégrer les éléments suivants dans le processus dincubation (1) LIIS implique les laboratoires de recherche en sciences humaines et sociales relativement aux besoins du territoire (2) Il est nécessaire de recruter un responsable, un chargé de mission pour le suivi des porteurs de projets, voire un secrétariat.

23 MÉTHODOLOGIE DINCUBATION DE LINNOVATION SOCIALE (3) Un appel à projet devra être lancé à intervalle régulier (à définir) et devra répondre à des critères stricts définis par les comités comme par exemple le fait de viser un nouveau marché avec un intérêt général de développer des produits ou des services pouvant démontrer un intérêt général – de déboucher sur des créations demplois.

24 MÉTHODOLOGIE DINCUBATION DE LINNOVATION SOCIALE Quelques exemples : Projet dEco-rénovation Projet de coopératives dans le domaine de lEco-tourisme Projet dentreprise de conseil dans le domaine de la créativité Projet pour la mise en place dune entreprise assurant une meilleure cohésion dans les activités culturelles et artistiques dans le PNRVN Projet pour un centre de conférence dhébergement pour des rencontres scientifiques et entrepreneuriales selon des considérations écologiques au niveau de la construction. Projet sur la consommation et le coût de la vie liés à la vie quotidienne des ménages du Parc, sur le coût de la mobilité. Projet de création dune entreprise de créativité paysagère en lien avec le développement et le maintien de lenvironnement et des paysages dans le PNRVN.

25 MÉTHODOLOGIE DINCUBATION DE LINNOVATION SOCIALE Légitimité dun IIS Faire appel à la fois à un réseau dentités issues de lESS pour donner une légitimité entrepreneuriale et technique et à un réseau dentreprises reconnues pour leurs compétences (filières historiques notamment). Cette dynamique de type « bottom-up » est nécessaire pour apporter des ressources techniques, managériales et sociétales. Les Conseils Régionaux de Moselle et dAlsace (responsables du développement économique) doivent être partie prenante afin dassurer une légitimité institutionnelle selon cette fois-ci, une dynamique de type « top-down ».

26 QUELQUES ÉLÉMENTS PRATIQUES DANS LA MISE EN ŒUVRE DUN IIS Le choix du responsable de lincubateur nous semble essentiel Un deuxième élément concerne la proximité. Un troisième élément repose sur limportance de la qualité des échanges. La dimension collective constitue un quatrième élément. La triangulation avec la recherche est justifiée et devrait permettre laccompagnement, voire la mise à jour, de projets innovants

27 CLUSTER ECO-TOURISME ET AMENITES Cluster de léco-tourisme semble être une organisation adéquate au regard des exigences dun parc naturel régional. Le développement dun cluster aurait pour objectif notamment de promouvoir, de valoriser un bien commun qui correspond aux ressources naturelles et patrimoniales du PNRVN

28 CLUSTER ECO-TOURISME ET AMENITES Trois conditions essentielles sont identifiées pour promouvoir un bien commun comme une cible structurante dans la mise en œuvre et la réussite dun cluster. La première est lexistence dune intelligence collective. La seconde est lengagement des acteurs. La dernière condition est son ancrage territorial.

29 CLUSTER ECO-TOURISME ET AMENITES Le bien commun auquel nous nous intéressons est constitué par les espaces naturels et patrimoniaux du PNRVN. Sous certaines conditions, ces espaces procurent à la société un service collectif dit aménitaire. Notons que le bien commun nest pas seulement lespace public considéré en tant que tel, mais aussi la qualité de cet espace et le vivre ensemble qui sy déploie.

30 CLUSTER ECO-TOURISME ET AMENITES Dans le langage courant, le terme amène désigne « ce qui est aimable, agréable, qui procure ou suscite du plaisir ». Le terme daménité est de plus en plus employé par les acteurs de lenvironnement et du développement durable. Il a été introduit pour la première fois dans le champ juridique français en 1999 par la loi Voynet dorientation pour laménagement et le développement durable du territoire. Par extension, nous considérons que les milieux naturels et patrimoniaux du PNRVN procurent des services aménitaires

31 CLUSTER ECO-TOURISME ET AMENITES Ces services sont de trois ordres : Lagrément induit par la fréquentation dun lieu ou par la simple vision dun beau paysage. La forme de tourisme associée à cette définition reste « généraliste » et contemplative. Lagrément, le plaisir gratuit, directement ou indirectement offert par la vision ou la contemplation de la nature en tant quhabitats naturels et ensemble despèces animales et végétales en relation, ou par limmersion dans la nature sauvage. Laménité concerne aussi explicitement la biodiversité et ses fonctions, et donc, les espèces animales et végétales en tant quéléments des écosystèmes.

32 CLUSTER ECO-TOURISME ET AMENITES Lécotourisme devient un mode privilégié de valorisation économique de la biodiversité, mais aussi dans une certaine mesure des spécificités culturelles et historiques dun territoire. Si le bien commun est, en théorie, à tous, il nest pas forcément dans les faits, accessible pour tous. Le bien commun se différencie du concept de bien public

33 CLUSTER ECO-TOURISME ET AMENITES Lobjectif est de faire en sorte quun bien qui appartient en théorie ( BC) à tous devienne aussi un bien effectivement à lusage de tous.(BP) Cela renforcera dautant plus le sentiment dappartenance au PNRVN concernant les habitants du parc, et une attractivité plus forte pour les touristes et les potentiels nouveaux - arrivants. Cette métamorphose est possible par les stratégies croisées dacteurs : acteurs non marchands (administrations, associations), acteurs marchands (entrepreneurs), citoyens, et les collectivités dans le cadre dun cluster.

34 CLUSTER ECO-TOURISME ET AMENITES Ainsi, ce qui est en jeu dans la notion daménité est que les espaces naturels et patrimoniaux en tant que bien commun puissent être valorisés comme bien public. Linnovation réside dans le fait que cest laction conjointe dacteurs privés et dacteurs publics qui permet cette valorisation. Nous considérons donc que la transformation dun bien commun qui appartient à tous, en un bien public qui est accessible pour tous, peut saccomplir spécifiquement par la mise en œuvre dun cluster sous-tendu par un acteur public

35 CLUSTER ECO-TOURISME ET AMENITES Nous suggérons ainsi que les prestataires de services non marchands concourent directement au bien public, et que les acteurs entrepreneuriaux, prestataires de services éco-touristiques marchands, y contribuent également, mais de manière indirecte Celle-ci permet de mettre en exergue le fait quau delà des relations marchandes se noue une relation patrimoniale entre les acteurs et les ressources. Cette relation symbiotique entre des acteurs, dont les motivations diffèrent, nest pas évidente en soi. Cest la raison pour laquelle nous considérons que lélaboration dun cluster sera à même de développer une forme dintelligence collective dans le PNRVN sur cette thématique de léco-tourisme.

36 CLUSTER ECO-TOURISME ET AMENITES Cette initiative dun projet de cluster doit donc intégrer des logiques relationnelles précises entre les différents acteurs : Les éco-entreprises ont besoin des acteurs publics des milieux naturels et patrimoniaux Le tourisme peut également contribuer à la conservation et à la restauration des milieux et des patrimoines.

37 CLUSTER ECO-TOURISME ET AMENITES Dans la mesure où léco-entrepreneuriat peut contribuer à la sauvegarde des espaces naturels et patrimoniaux, nous mettons en évidence une innovation institutionnelle importante, à savoir quen permettant in fine dagir sur létat des milieux, les éco- entrepreneurs du tourisme concourent au bien public. Les éco-entrepreneurs sont amenés à développer des innovations sociales liées à la préservation de lenvironnement naturel et patrimonial. La combinaison des relations entre les acteurs indique une symbiose entre les promoteurs du tourisme et les acteurs de la conservation- restauration des milieux naturels et patrimoniaux.

38 CLUSTER ECO-TOURISME ET AMENITES A ce stade, il nous semble tout de même utile de pointer deux risques majeurs de léco-tourisme, que lexistence dun cluster pourrait corriger. Le premier est le fait que ce développement peut conduire à un tourisme plus important susceptible dendommager les ressources naturelles et patrimoniales et dengorger davantage les axes routiers. Mais celui-ci est en quelque sorte atténué par un second paradoxe du fait que lécotourisme sadresse plutôt à un public averti et souvent chevronné.

39 CLUSTER ECO-TOURISME ET AMENITES Dans ce cas, les aménités peuvent avoir un caractère marchand de prestations, dont les tarifs sont souvent élevés, ce qui renforce le caractère élitiste souligné précédemment. Ces prestations remettent en cause la nature de bien public auquel les éco-entrepreneurs contribuent.

40 CLUSTER ECO-TOURISME ET AMENITES Le défi auquel est confronté lécotourisme est donc double : il pourrait dune part, ne plus sinscrire dans un tourisme durable et dautre part, être inconciliable avec un tourisme social. Dans les deux cas lintervention publique reste indispensable (dans le cadre dun cluster) au niveau réglementaire et au niveau de lappui à des initiatives en direction de publics ciblés

41 CLUSTER ECO-TOURISME ET AMENITES Les paradoxes des aménités sous-jacents à léco-tourisme peuvent donc conduire à restreindre la portée des services éco-touristiques dans leur dimension sociétale. Nous avons exploré différentes modalités qui permettraient à lécotourisme de souvrir sur le tourisme social, de lever la contrainte que constitue le critère de non exclusion dans la détermination dun bien public. Il sagit daménager le critère dexclusion en conciliant les aspirations de certaines catégories dusagers avec les exigences de consommateurs de ces services. Cet aménagement nécessite lintervention des pouvoirs publics.

42 CLUSTER ECO-TOURISME ET AMENITES Plus globalement, lintervention des acteurs publics se situe à trois niveaux : Le premier est consubstantiel à la notion daménité elle-même. Le second niveau implique un appui aux éco- entrepreneurs dans laccompagnement au développement de leur projet. Le troisième niveau serait douvrir lécotourisme à de nouveaux publics en premier lieu scolaire mais, plus largement, jeune.

43 CLUSTER ECO-TOURISME ET AMENITES LINTÉRÊT ET LES ÉLÉMENTS PRATIQUES DE LA MISE EN ŒUVRE DUN CLUSTER ÉCO-TOURISME Lanalyse des aménités comme fondement de léco-tourisme a mis en avant certaines conditions et paradoxes : Lintelligence collective, lancrage territorial et lengagement des acteurs sont des conditions prégnantes La charte du PNRVN doit permettre de trouver un équilibre entre un tourisme qui ne soit pas un tourisme de masse et un tourisme qui demeure somme toute social et non seulement réservé à une élite. Ces contradictions apparentes peuvent être corrigées par lintervention publique

44 CLUSTER ECO-TOURISME ET AMENITES Les objectifs seraient les suivants : Développer des actions destinées à se connaître entre membres du cluster et en vue de connaître lenvironnement de léco-tourisme Développer des actions visant à renforcer les liens commerciaux entre les membres ou leur permettant daccéder à une capacité innovatrice et un seuil de compétitivité accrus Développer des actions de développement de partenariats impliquant des membres du cluster Développer des actions de promotion locale, nationale et internationale du cluster en vue éventuellement de renforcer lattractivité du PNRVN Développer des actions de partage de connaissances et déchange de bonnes pratiques entre clusters, y compris au niveau international Assurer une cohérence entre les exigences économiques et le maintien et la conservation des aménités naturelles et patrimoniales. A cet égard, le SYCOPARC doit être inclus dans le noyau du cluster et jouer un rôle de catalyseur

45 CLUSTER ECO-TOURISME ET AMENITES Pour que le cluster soit viable, certaines conditions nous semblent donc importantes La représentativité du cluster en terme de masse critique appréciée au regard de la couverture du PNRVN et du domaine de léco-tourisme Les modalités relatives à lintégration de nouveaux membres au sein du cluster Le niveau dinteractivité entre les membres du cluster Le niveau de vision commune et la qualité des actions programmées Les indicateurs de performance qualitatifs et quantitatifs consécutifs à la mise en œuvre du cluster La qualité de lanimation et du mode de gestion du cluster La valeur ajoutée attendue La complémentarité de laction publique La complémentarité avec dautres clusters tels que le cluster éco- construction

46 CLUSTER ECO-TOURISME ET AMENITES Lémergence du cluster doit répondre à des logiques impératives telles que : Diagnostic entreprises/territoire Analyser les forces et les faiblesses des entreprises Développer une identité commune et communiquer Trouver des thèmes communs de coopération Mise en place / développement du cluster Trouver des moteurs (entreprises, acteurs territoriaux) Partir des projets individuels des entreprises Construire un noyau dur dentreprises motivées Créer une cellule danimation (qualité, adaptabilité) Agir par étapes (actions modestes/ambitieuses) Cohésion institutionnelle pour inscription dans la durée Développer des supports techniques et financiers au cluster

47 CLUSTER ECO-TOURISME ET AMENITES Les domaines dintervention du cluster sont multiples. Dans le cas du PNRVN, ces domaines pourraient être les suivants : Communication / marketing Mutualisation de moyens pour les acteurs marchands notamment avec la mise en place de veille et daction commerciale commune Innovation permettant de développer une recherche collaborative, de coordonner des études, de réaliser des investissements collectifs. Gestion des compétences pour les salariés et les éco- entrepreneurs avec des formations techniques/management, des aides au recrutement, lorganisation dun pôle de formation, les échanges de bonnes pratiques

48 CLUSTER ECO-TOURISME ET AMENITES Lanimation est un élément clé de la réussite du cluster. Il faudra notamment veiller à ces différents points : Importance de lanimation comme critère dominant Création dune équipe danimation dédiée Lanimation doit être force de proposition sur les préoccupations à partager, les actions collectives à mener Il fait déterminer des prescripteurs du réseau auprès des entreprises potentiellement intéressées Déterminer des animateurs des actions collectives (des commissions de travail jusquà la réponse en commun à un appel doffre) Développer des relais de visibilité du cluster à lextérieur (salon, foires, etc.)

49 CLUSTER ECO-TOURISME ET AMENITES Les entreprises pourront en sappuyant notamment sur une image forte du PNRVN au sein du cluster : Produire mieux et davantage en mettant en commun des moyens Souvrir à de nouveaux marchés en partageant les connaissances et en scrutant ensemble les opportunités Faire des économies déchelle et de variété en mutualisant les services et en diversifiant loffre touristique

50 CLUSTER ECO-TOURISME ET AMENITES Le PNRVN pourra, par le biais de ce cluster, développer certains atouts : Sédentariser les entreprises Développer lattractivité du territoire Créer un environnement favorable à limplantation dentreprises Développer une image de « pôle dexcellence » performant Renforcer durablement le développement économique du territoire

51 CONCLUSION Loutil institutionnel que nous proposons est la mise en œuvre dun incubateur de linnovation sociale. A la fois le support et la cible nous semblent en cohérence avec les exigences de la charte et la nécessité de développement économique du PNRVN. Nous suggérons que la clustérisation de léco-tourisme dans le PNRVN permettra de concilier la double exigence du respect des aménités et du développement économique. Cluster dans lincubateur ? Une politique de développement économique dans le cadre spécifique dun parc naturel régional est spécifique et doit impérativement sinscrire dans une logique de croissance endogène (au niveau territorial) et durable (au niveau des ressources naturelles et patrimoniales). Le PNRVN est donc face à des choix pour lesquels il peut être maître de son destin avec un rôle accordé et renforcé aux habitants et entreprises de ce territoire.


Télécharger ppt "PROSPECTIVE ET DYNAMIQUE DU PARC NATUREL RÉGIONAL DES VOSGES DU NORD RECOMMANDATIONS STRATÉGIQUES."

Présentations similaires


Annonces Google