La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

19/06/2014 1 La migration : théorie de la migration Claude Marois © 2012.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "19/06/2014 1 La migration : théorie de la migration Claude Marois © 2012."— Transcription de la présentation:

1 19/06/ La migration : théorie de la migration Claude Marois © 2012

2 La formation du système-monde : ( Manzagol,2003)  Remonte depuis l’essor des économies-monde européennes :  Révolution industrielle entre en Angleterre puis vers le continent européen : première mondialisation et période coloniale ;  Après la deuxième guerre mondiale, une nouvelle partition mondiale : les blocs Est-Ouest, les blocs Nord-Sud ;  Évolution vers un monde polynucléaire ;  S’articule autour des pôles urbains : concentration des capitaux, des informations et des personnes; 19/06/2014 2

3 Mondialisation des échanges :  Internationalisation : centrée sur la mise en relation des États ;  Transnationalisation : processus de diffusion croissante des grandes entreprises à travers le monde ;  Globalisation: processus de déploiement à l’échelle mondiale de la production, des informations et d’interdépendance grandissante ; 19/06/2014 3

4 Interdépendance et accentuation des échanges :  Des flux de marchandises, de biens, de services et de PERSONNES;  Vers un système migratoire mondiale : varie selon les grandes régions de la planète ;  Il y a des régions en réseaux ; d’autres, plus ou moins connectées ; 19/06/2014 4

5 Système mondiale migratoire :  Certains pays ont une migration externe plus ou moins importante : pays d’Afrique centrale, Asie du Sud-est etc.;  D’autres ont une proportion de leur population à l’étranger ( +15%) : Égypte, Mexique, Algérie etc. : des diasporas à travers le monde;  D’autres sont des pays d’immigration : Amérique du Nord, Europe occidentale et pays pétroliers; 19/06/2014 5

6 Des pays d’attraction et des pays de départ :  Des territoires d’attraction ;  Aux États-Unis : entre 1990 et 2000, la pays a accueilli 23 millions de personnes;  Dans l’Union européenne : on compte plus de 80 millions d’immigrants;  Des territoires de départ : Amérique centrale et Caraïbes, une bonne partie de l’Afrique, Europe de l’Est ; 19/06/2014 6

7 Sources: Hérault B. (2006):« Mondialisation et migrations internationales.» Les Dossiers de la mondialisation. Dossier no.5 Adresse. www. rdv-mondialisation.fr Wihtol de Wenden C.(2002):« La mondialisation des flux migratoires.» Ville- École-Intégration Enjeux, no.131, décembre p.23-37

8  Avec la mondialisation, la nature des flux migratoires change et de nouveaux enjeux émergent ;  Plusieurs vagues de mondialisation migratoire : 1) Périodes des puissances coloniales ; 2) Développement du système capitaliste et progrès techniques vers la fin du XIXè siècle :migration de masse surtout vers l’Amérique ( près de 60 millions d’Européens immigrèrent pour les Amériques entre 1900 et1914; 3) Depuis la fin des années ’80:accélération du processus d’interdépendance des économies

9 La troisième vague :  Interdépendance des économies : amélioration des moyens de transport, démocratisation des systèmes politiques, développement des nouvelles technologies de l’information;  Selon les Nations-Unies, il y aurait 190 millions de migrants dans le monde dont 115 millions dans les pays développés et 75 millions dans les pays en développement;  En 2005, 61% des migrants vivaient dans les pays développés : 34% en Europe, 23% en Amérique du Nord, 28% en Asie, 9% en Afrique et 4% en Amérique latine et Caraibes;  Polarisation des flux migratoires: les ¾ des migrants sont accueillis par 28 pays : l’Europe est la première destination avec 23% des migrants entre 1990 et 2005, les États-Unis viennent en deuxième place avec 20% (15 millions de personnes) ;

10 Selon les origines géographiques :  Depuis les années 90, 80% des migrants vivant dans les pays en développement proviennent d’autres pays en développement;  Seulement 54% des migrants vivant dans les pays développés sont originaires des pays en développement;  L’Asie est le principal réservoir migratoire : le migrant asiatique vit et circule dans un pays en développement;

11 Diversification croissante des formes migratoires:  1) Migration permanente ou d’établissement vers par exemple le Canada, les États-Unis et la Nouvelle-Zélande : le statut de résident permanent sous des motifs de regroupement familial, qualification professionnelle ou droit d’asile ;  2) Migration de travail : contractuels, stagiaires, saisonniers, personnels d’entreprises multinationale ; en 2005, 9.6 millions de personnes pour une population d’étrangers d’environ 20 millions ; phénomène grandissant à travers le monde ;

12  3) la migration familiale : important dans les Amériques et en Europe ; migrants par le programme des regroupements des familles; 4) la migration étudiante : environ 2 millions d’étrangers inscrits en 2000 dans les universités des pays développés;  5) Les réfugiés et demandeurs d’asile: varient beaucoup dans le temps ; en 2005, 13,5 millions dont près de 11,5 millions dans les pays en développement;  6) les migrants illégaux : 20 millions dans le monde dont environ 12 millions aux États-Unis; Migrants économiques ;  7) Migrants climatiques:  8) Migrants internes: les plus importantes;

13 Les facteurs de mobilité : conjonction de plusieurs facteurs.  1. L’urbanisation rapide des pays de départ : dans plusieurs cas en voie de métropolisation;  «L’imaginaire migratoire» : sous l’influence des médias, il y a des représentations des pays occidentaux de la part des migrants – consommation et liberté, des emplois et des salaires plus intéressants que dans les pays en développement, symbole de prospérité;  2. La généralisation progressive des passeports : droit de sortie plus facile;

14  3. La création de grands espaces de libre circulation de personnes et de marchandises: Union européenne, accord de libre échange Canada-États-Unis : ces accords encouragent des mouvements importants de personnes;  4. L’émergence de réseaux transnationaux stimule les migrations en chaîne : Chine, Roumanie, les Balkans, Afrique de l’Ouest : les réseaux nourrissent les flux migratoires;  5. L’évolution des législations et des politiques des pays d’accueil : les lois sur le droit d’asile;  6. D’autres facteurs moins réçents: solidarités transnationales de nature familiale, associative, culturelle, religieuse etc.;

15 L’émergence des réseaux :  L’émergence de réseaux transnationaux stimule les migrations en chaîne : Chine, Roumanie, les Balkans, Afrique de l’Ouest ;  Les réseaux nourrissent les flux migratoires ;  Ces nouveaux réseaux créent des circuits : les Iraniens en Suède, les Roumains en Allemagne, les Vietnamiens au Canada et en Australie, Bangla-Deshi au Japon, les Maghrébins et les Égyptiens dans les pays du Golfe et en Lybie;  Ces réseaux sont le reflet de la mondialisation des flux migratoires;

16 Marché du travail :  Selon l’OCDE, la part de la population immigrante a augmenté dans presque tous les pays membres : part des travailleurs qualifiés et non-qualifiés ;  Les taux de chômage de la population immigrante sont toujours plus élevés que la population d’accueil;  Pour la population immigrante, les écarts de salaire ont tendance à réduire en fonction de leur durée de résidence dans le pays d’accueil: en partie imputable aux politiques publiques et aux protections sociales dans les pays développés ( assurance chômage à certaines conditions, politiques d’intégration dans le pays d’accueil, reconnaissance des diplômes, lois de discrimination positive etc.)

17  Migration de plus en plus importante en provenance d’Asie : notamment au Japon, en Australie, au Canada,en Italie, en France;  Poursuite des migrations de population provenant de Russie et d’Ukraine vers l’Europe de l’Ouest et du Sud (Portugal et Grèce);  Ce sont les migrations permanentes et motivées pour fins d’emploi : contribuées à la hausse des flux dans les pays développés;  Les demandes d’asile : forte progression des flux – cinq pays d’accueil ont reçu 58% du total (2000) : Royaume-Uni, Allemagne, États-Unis, Pays-Bas, Belgique; Les nouveaux venus : Afghans, Irakiens, ressortissants de l’ex-URSS, l’ex- Yougoslavie, les Shri-Lankais, les Algériens, les Somaliens, les Sierra Léonais, leds Congolais, les Colombiens.

18 19/06/

19 19/06/

20 19/06/

21 19/06/

22 19/06/

23 La migration : théorie de la migration  Quelques définitions:  Migration: il y a plusieurs définitions possibles:  Concept décrivant un déplacement d’une zone administrative ou politique à une autre et qui implique un changement de lieu de résidence ;  Franchir une frontière administrative ou politique ; 19/06/

24 19/06/ Selon les Nations Unies, un changement de résidence permanent est d’une durée d’une année ou plus.  Il y a des personnes se déplaçant à l’intérieur des frontières administratives ou politiques: Des entrants: «in-migrants» Des sortants: «out-migrants»

25 19/06/  Courant migratoire: ce sont des migrants partageant une origine et une destination communes;  Champ migratoire: c’est un espace relationnel où on étudie les échanges qui se produisent dans cet espace entre points de départ et points d’arrivée. Ces échanges peuvent se rapporter à des personnes, de l’argent, des techniques et des idées.

26 Définitions: • Selon l’INED: • Migration: Déplacement d’une personne quittant son lieu de naissance ou de résidence pour un autre lieu. • On distingue deux types de migration: les migrations internes (à l’intérieur d’un même pays) et les migrations internationales (d’un pays vers un autre • Migration interne: Migrations à l'intérieur d'un pays (entre régions, entre communes ou municipalités etc.) • Migration internationale: Les migrations internationales désignent les déplacements de population d'un pays dans un autre, dans le but de s'y établir. • Ces dernières prennent le nom d'immigration et d'émigration selon que le pays considéré constitue le lieu de destination ou le lieu d'origine de ces migrations Le solde entre les mouvements d'immigration et d'émigration est appelé solde migratoire 19/06/

27 Statistique Canada  Migration: Déplacement entre deux régions au cours de la période couverte par les estimations. À l'intérieur du Canada, l'unité géographique de base est la division de recensement ou la région métropolitaine de recensement. Les pays étrangers sont regroupés au sein d'une seule région.  Migration internationale: Déplacement entre une région au Canada et un pays étranger. La migration internationale comporte deux composantes : l'immigration et l'émigration.  Migration interne: Déplacement entre deux divisions de recensement ou deux régions métropolitaines de recensement à l'intérieur du Canada. La migration interne comporte deux composantes : les migrations interprovinciale et intraprovinciale. 19/06/

28  Migration interprovinciale: Déplacement entre des divisions de recensement ou régions métropolitaines de recensement situées dans des provinces différentes. La province de départ est dite « province d'origine » et la province d'arrivée est dite « province de destination ».  Migration intraprovinciale: Déplacement entre deux divisions de recensement ou régions métropolitaines de recensement situées dans la même province. La région de départ est dite « d'origine » et la région d'arrivée est dite « de destination ».  Migration nette: Différence entre le nombre d'entrants et le nombre de sortants. 19/06/

29 Accélération des migrations :  Demande de main d’œuvre importante dans les pays industrialisés : pénurie de main d’œuvre dans les pays industrialiés;  Main d’œuvre temporaire, travailleurs étrangers etc.  La mondialisation accélère la circulation des élites : fuite des cerveaux – Centres de recherche, universités etc.  Migrations étudiantes; 19/06/

30 19/06/ Théorie de la migration  L’une des contributions importantes de la géographie aux études de population est dans le domaine des migrations.  Les phénomènes migratoires impliquent par définition des déplacements en lien avec les découpages politiques, géo- administratifs :  Pays  Province  Divisions de recensement  Subdivisions de recensement  Quartier  Secteur de recensement  Ilôt

31 19/06/  Le thème de la migration est un thème multidisciplinaire où chaque discipline apporte un point de vue spécifique ;  Et en géographie : un espace continuellement en mouvement, des territoires de circulation et d’échanges permanents ;  Aucun territoire n’est épargné et à toutes les échelles géographiques ;  La migration est à la fois une cause et une conséquence du changement social et économique :  Les territoires comme les régions à toutes les échelles géographiques sont fortement influencées par les flux migratoires;  Par exemple : les processus de changements dans les quartiers urbains en relation avec les migrations résidentielles.

32 19/06/ La migration: contribution majeure des géographes  Il y a plusieurs raisons qui peuvent expliquer cet intérêt pour l’étude des migrations:  Les changements démographiques rapides causés par les phénomènes migratoires ;  Le rôle important des lieux et de l’espace dans l’explication des phénomènes migratoires;  Le contexte de la globalisation de l’économie :

33 Distance, friction de la distance, réseaux : 19/06/  Par rapport à la distance, la théorie de la migration postule que le volume de migration est inversement relié à la distance:  Les zones contiguës aux centres d’attraction devraient en principe «donner» plus de migrants que les zones plus éloignées ;  …où les régions les plus proximales devraient théoriquement fournir plus de migrants que les régions les plus éloignées;  Plus la distance entre deux régions est grande, plus la résistance à la migration est grande : c’est la friction de la distance.  Cependant, la friction de la distance change selon les époques : les lieux se rapprochent de plus en plus par la diminution des coûts de transport, l’efficacité des réseaux ;  L’établissement des réseaux ;

34 Plusieurs approches:  Traditionnellement, plus orientée vers une démarche empirique plus particulièrement de type hypothético-déductive ;  D’autres approches : économie classique, béhavioriste, institutionnelle, économie politique etc. 19/06/

35 Axiomes de l’économie classique :  Les préférences à l’échelle de l’individu façonnent la nature de l’économie et les caractéristiques de la société;  La liberté individuelle, la préséance du consommateur et l’omniprésence des mécanismes du marché constituent les concepts de base de cette approche ;  L’économie du marché est considérée comme harmonieuse et s’autorégulant ; 19/06/

36 Présomptions de cette approche de l’économie classique :  Que les entreprises et les ménages sont trop petits pour influencer les prix sur le marché;  Que les ménages affectent leurs dépenses de manière à maximiser leurs inputs compte tenu des contraintes de budget et des prix en cours;  Que les entreprises cherchent à maximiser leurs profits;  Que les ménages et les entreprises possèdent toutes les informations sur les conditions du marché;  Que les facteurs de production sont interchangeables; 19/06/

37 Par rapport à la migration :  …postule que les déplacements de travail sont fonction des différences de salaires entre régions : en principe, le volume migratoire augmente au fur et à mesure que les disparités de salaire augmentent;  La migration mène à une solution optimale dans la répartition spatiale de la demande et l’offre de main-d’œuvre : au point que les salaires seront égaux dans le marché; 19/06/

38 Présomptions du modèle néo-classique :  Que les travailleurs cherchent à maximiser leurs revenus;  Que les travailleurs possèdent des informations parfaites concernant les opportunités d’emploi et les salaires;  Qu’il n’y a pas de barrière sociale ou économique à la mobilité de travail;  Que les travailleurs sont en grand nombre et homogène en termes de goût et de compétence;  Que le système tend vers des conditions d’équilibre; 19/06/

39 19/06/ L’étude des migrations: les questions géographiques. Peu importe la forme et le type de migrations, il y a sept questions qu’un géographe se pose continuellement: 1) Pourquoi il y a des migrations? 2) Quelles sont les raisons ou motivations ? 3) Qui migre? 4) Profil socio-économique ? 5) Quels sont les flux entre les origines et les destinations? 6) Importance des courants migratoires ?

40 19/06/ ) Quels sont les impacts de la migration sur la région de départ et sur la région de destination? Sur le plan démographique, économique, social, politique, environnemental ; 8) Quelles sont les interactions entre les différents lieux? Types migratoires, 9) Quelles sont les caractéristiques entre les lieux? 10) Quelles sont les différenciations spatiales causées par les migrations ? Par exemple : régions d’attraction et régions de répulsion ;

41 19/06/ Selon Noin, il y a deux grands types de déplacement: 1.Ceux liés aux genres de vie: des mouvements habituels, répétitifs, rythmés; – Dans les pays industrialisés: il y a ceux liés aux achats et aux loisirs; – Dans les sociétés traditionnelles: il y a les mouvements liés à l’activité pastorale (par exemple, les bergers) l’activité commerciale ou à la pratique religieuse. Ceux motivés par la recherche d’une vie meilleure: – Ce sont des mouvements migratoires de plus longue durée même définitifs; – Il y a un changement d’activité et de condition de vie dans plusieurs cas.

42 19/06/ Classification des formes de mobilité: (Noin, p., 237) On peut classer les formes de mobilité selon trois critères: La durée: mouvements quotidiens, fin de semaine, saisonniers ou temporaires, de longue durée, définitif; La distance:distinguer les déplacements à petite distance, à moyenne distance ou à longue distance ou bien des mouvements intra-urbains, intra-régionaux, interrégionaux, inter-provinciaux, internationaux. Les motifs du déplacement:motifs liés au travail, à la retraite, aux loisirs.

43  Rapport entre formes migratoires, échelles géographiques et approches géographiques :  Formes de migration : intra-urbain, interrégionale, interne et internationale ;  Échelles géographiques : micro, méso, macro ;  Approches : néo-classique, behavioriste, structuraliste, humaniste etc.: 19/06/

44 19/06/ FIG. 1. The structure of migration research and major recent reviews of the literature. MIGRATION INTERNATIONAL PETERSON (1978 HERMAN et al (1979) INTERRÉGIONAL Literature review GREENWOOD (1975) SHAW (1975) INTRAURBAN RESIDENTIAL MOBILITY QUIGLEY and WEINBERG (1977) CLARK and AVERY (1978) SHORT (1978) ROSSI (1980)

45 19/06/ Marois © 2007

46 19/06/ Migrations saisonnières et les migrations temporaires: (Noin, p., 253)  Elles sont de durée limitée et cyclique et souvent motivées pour des raisons économiques; Migrations saisonnières:  Caractéristiques des sociétés agricoles dont le calendrier dépend de l’économie rurale;  Phénomène souvent observé dans les pays du Tiers Monde:

47 19/06/  Plusieurs exemples à travers la planète ;  En Algérie pour les vendanges, i.e., la cueillette du raisin; en Tunisie pour la cueillette des olives;  Au Sénégal et au Mali vers la zone arachidière du Sénégal et de Zambie;  En Haute Volta vers les plantations de basse Côte d’Ivoire, etc.  Aux États-Unis, il y a de nombreux travailleurs saisonniers mexicains qui font la cueillette de fruits en Californie ;  Au Québec, il y a aussi de nombreux travailleurs mexicains qui font la cueillette des pommes ou de produits maraîchers.

48 19/06/ Déplacements liés au travail: (Noin, p., )  Souvent appelés navettes, mouvements pendulaires, migrations alternantes; Dans les pays développés, un volume important de personnes se rendent tous les matins à leur lieu de travail puis reviennent le soir vers leur lieu de résidence. Phénomène important dont la principale cause est certes la spécialisation fonctionnelle des agglomérations urbaines; Ce processus a provoqué depuis le début du siècle une discrimination spatiale entre les lieux de résidence et les lieux de travail.

49 19/06/ Les déplacements liés aux vacances: (Noin, p., )  Plusieurs facteurs ont contribué à ce type de déplacement:  Les vacances payées par l’employeur;  L’allongement de la période de congés;  L’une des caractéristiques importantes est d’être très concentrés pendant la période estivale (de juin à septembre).

50 19/06/ Processus et flux migratoires: (Hornby & Jones, chap. 12)  Dans les études de migrations, il existe plusieurs modèles descriptifs et explicatifs sur le comportement spatial des individus ou de groupes ;  Modèles issus de plusieurs perspectives d’analyse : économie libérale, marxiste, structuraliste, comportemental, etc.

51 19/06/  Le modèle le plus connu dans la perspective libérale : Le modèle des facteurs d’attraction et de répulsion «pull and push factor».  Postulat: Pour n’importe quel individu, la décision de migrer résulte de l’interaction de deux forces: d’une part, les pressions de son lieu de résidence permanent et d’autre part, les attraits d’un nombre potentiel de destinations.

52 19/06/  Facteurs de répulsion: Bas revenus, chômage, pressions politiques, raciales, religieuses, les désastres ou catastrophes naturelles, des facteurs politiques etc.  Facteurs d’attraction: Offre d’emplois, opportunités, tolérance politique, revenus élevés, facteurs politiques (notamment les politiques d’accueil aux immigrants ou nouveaux arrivants) etc.

53 19/06/ • Ce modèle soulève trois notions importantes: 1) Les migrations sont sélectives: certaines personnes ou groupes peuvent plus facilement migrer que d’autres – ceci est fonction de l’âge, du sexe et du statut socio-économique, c’est ce qu’on appelle la migration différentielle; 2) L’âge, le sexe et la structure occupationnelle des courants migratoires varient selon les caractéristiques de la région d’origine et des destinations; 3) Les individus réagissent différemment aux pressions et aux attraits: pour certains, ils ont besoin de peu de pression pour migrer c’est la propension des individus à migrer ou l’élasticité migratoire. par exemple, les jeunes adultes ont une propension à migrer que les personnes plus âgées ;

54 19/06/  Orientations de recherche (Marois, 2012):  les formes et types de migration, et selon les échelles géographiques ;  les raisons ou motivations de ces migrations ;  qui migre et quel est le profil socioéconomique ;  les flux entre les origines et les destinations, et l’importance des courants migratoires ;

55 19/06/  les impacts (démographiques, économiques, sociaux, politiques et environnementaux) de la migration sur la région de départ et sur la région de destination ;  les interactions entre les différents lieux ;  les différenciations spatiales causées par les migrations, par exemple dans  les régions d’attraction et les régions de répulsion ;  les modèles descriptifs et explicatifs sur le comportement spatial des individus ou de groupes.

56  La question de la vulnérabilité de certains groupes sociaux comme les réfugiés ou les personnes en attente de statut de réfugié et les migrants qui, en raison de leur situation sociale, économique et physique, sont des groupes fragiles et facilement exploités.  L’autre thème est celui des rémittences sociales et du rôle, par exemple, des rémittences des diasporas dans le pays d’origine, les migrations selon le sexe, l’exode des cerveaux, etc. 19/06/

57 Les thématiques du présent et de l’avenir: Références: ONU, FAO, IFPRI, OCDE  Les migrations et le défi démographique  Les migrations et le défi alimentaire  Les migrations et le défi de la cohésion urbaine  Les migrations face aux défis environnemental et climatique  Les migrations et le défi du financement du développement  Le défi de la gouvernance mondiale des migrations 19/06/

58 Les migrations et le défi démographique  1. Le nombre moyen d’enfants par femme est faible; 2. Le passage progressif des baby-boomers à l’âge de la retraite mènera à une augmentation importante de la part des personnes âgées dans la population totale – ces personnes devront être soutenues financièrement et socialement par une population «réduite» en âge de travailler; 3. L’accroissement de l’espérance de vie; 4. L’apport de nouveaux arrivants en âge de travailler - les migrants tendent à rajeunir la population mais les répercussions à plus ou moins long terme restent incertaines notamment à cause du caractère plus ou moins restrictif des politiques d’immigration et des comportements de natalité des migrants à l’avenir. 19/06/

59 Les migrations et le défi alimentaire  1. Insécurité alimentaire: une croissance des besoins alimentaires couplée à une croissance démographique concentrée dans les pays en voie de développement;  2. Croissance de la production agricole et potentiel restante de terres agricoles;  3. Le «land grabbing» ou l’acquisition internationale de terres agricoles ;  4. Les changements climatiques: effets globaux et effets régionaux;  L’IFPRI évalue entre 15 et 20 millions d’hectares de terres cultivables les cessions foncières consenties dans les PED à des investisseurs étrangers (soit une contrevaleur de 20 à 30 milliards de dollars). Les terres concernées se trouvent majoritairement en Afrique (Soudan, Éthiopie, Congo, etc.) mais l’Amérique du Sud, l’Europe de l’Est et l’Asie sont également concernées. (Rapport du Sénat français, no.54, 2012)  IFPRI: International Food Policy Research Institute 19/06/

60 Les migrations et le défi de la cohésion urbaine  La croissance exponentielle de la population urbaine des pays en développement : phénomène des méga-villes.  Trois facteurs à l’origine de cette croissance spectaculaire: exode rural, migration internationale, croissance démographique de la population locale, régionale;  Dans les pays en développement, la croissance économique est souvent inadéquate en terme de création d'emplois: par conséquent, des millions de personnes sont dans une situation de survivance vivant dans des conditions exécrables – ce problème peut provoquer un nouveau courant migratoire vers d'autres lieux souvent très éloignés; 19/06/

61 Référence: Site cartographique de Sciences Po. 19/06/

62 19/06/

63 19/06/

64 Les migrations et le défi du financement du développement  La dépendance d'un grand nombre d‘États et de ménages envers les transferts des migrants internationaux;  Les transferts d'argent des migrants, en forte et constante croissance représentent des flux parfois indispensables tant à la stabilité macro économique des pays;  Ces flux dépendent du renouvellement du stock de migrants; 19/06/

65 19/06/

66 Le défi de la gouvernance mondiale des migrations  Absence de gouvernance mondiale sur les mouvements de personnes assurerait une protection plus fiable des personnes en mouvement;  C’est le cas des réfugiées, des déplaçés etc. 19/06/

67 19/06/

68 19/06/


Télécharger ppt "19/06/2014 1 La migration : théorie de la migration Claude Marois © 2012."

Présentations similaires


Annonces Google