La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La chlordécone dans les ressources exploitées en Martinique et en Guadeloupe: niveaux de présence et transport trophique Journées Micropolluants aquatiques,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La chlordécone dans les ressources exploitées en Martinique et en Guadeloupe: niveaux de présence et transport trophique Journées Micropolluants aquatiques,"— Transcription de la présentation:

1 la chlordécone dans les ressources exploitées en Martinique et en Guadeloupe: niveaux de présence et transport trophique Journées Micropolluants aquatiques, Paris, mars 2010 Jacques Bertrand*, Alain Abarnou*, Xavier Bodiguel **, Lionel Reynal**, Gilles Bocquené*, Jean-François Chiffoleau* & toute léquipe du SIH-Martinique * Ifremer-Nantes, ** Ifremer-Martinique,

2 2 La chlordécone Insecticide organochloré utilisé sur les bananeraies jusquen 1993 Hydrophobe Très peu soluble dans leau Adsorbé sur le matériel particulaire Affinité pour les lipides Persistant Polluant organique persistant (POP) Bioaccumulable Bioamplifiable dans les réseaux trophiques Potentiellement toxique pour les espèces fortement exposées C 10 Cl l0 O M.M.: 490,6 K ow : 4,6 (5,4) BCF = 60200, poisson marin Menidia menidia 1,1a,3,3a,4,5,5,5a,5b,6-Décachloro-octahydro-1,3,4-méthéno-2H-cyclobuta(cd)pentalen-2-one Kepone, Décachlorocétone

3 3 Effets biologiques de la chlordécone Ecotoxicité Santé humaine Valeurs toxiques de références (VTR) LAfssa recommande de retenir deux références toxicologiques : une limite tolérable dexposition répétée de 0,5 μg/kg p.c./j ; une limite dexposition aiguë de 10 μg/kg p.c./j à ne pas dépasser. Concentration maximale dans les poissons LMR : 20 µg/kg p.h.

4 4 La chlordécone dans la faune halieutique aux Antilles Objectifs Caractériser la contamination par la chlordécone de la faune dintérêt halieutique autour de la Martinique et de la Guadeloupe Evaluer les déterminants majeurs de cette contamination Rechercher la présence dautres contaminants (Martinique ) Voies dapproche Sédiments à lembouchure des cours deau Animaux dintérêt halieutique Partenariats DSV, CEMAGREF Marins-pêcheurs, Financements : Onema, ODE, Pite, Ifremer, Rôle dIfremer acquisition de connaissances, soutien aux actions des services de lEtat dans le cadre du Plan Chlordécone (hypothèses, stratégie déchantillonnage, interprétation)

5 5 Les zones à risque Cartes des risques de pollution des sols des bassins versants Martinique Guadeloupe

6 6 Chlordécone dans les sédiments aux embouchures des cours deau (Martinique) Une relation avec la contamination des bassins versants Nord-Atlantique (Basse Pointe : 549 µg/kg p.s. ; Macouba : 148 µg/kg p.s.) Baies centre-sud Atlantique du Galion (47 µg/kg p.s.) du Robert (Mansarde : 143 µg/kg p.s.) du François (92 µg/kg p.s.) Baies côte Caraïbe de Fort-de-France (Lézarde : 552 µg/kg p.s.) de Saint-Pierre (Roxelane : 69 µg/kg p.s.)

7 Chlordécone dans la faune en Martinique 232 échantillons de 51 espèces 83 % des valeurs (193 éch.) en dessous de 20 µg/kg p.f. 9 % des valeurs (22 éch.) au dessus de 50 µg/kg p.f. Médiane 1,4µg/kg p.f. ; max.: ~1000 µg/kg p.f. Aucune trace de contamination dans les poissons délevage. 2-DN4-Aut3-Aut2-Aut ZONE ,712, ,14,6 1 67,824,526,48, ,4 3 2,515,96,11, ,80 4 1,501,21 5 1,70 9 0,8 6 01,10,1 Conc. moyenne Chlordécone µg/g p.h.

8 Chlordécone dans la faune en Guadeloupe 176 échantillons de 18 espèces 81% des valeurs (142 éch.) < 20 µg/kg p.f. 13% des valeurs (23 éch.) entre 20 et 50 µg/kg p.f. 11 valeurs > 50 µg/kg p.f. médiane 0,3 (tous prélèvements confondus) MAX : 133 µg/kg p.f. ZONE2-DN3-Aut4-Aut2-Aut 5 61,022,33,10,1 2 22,034,811, ,112,72,8 3 16,715,518,50,1 1 12,017,20, , ,00,10 8 0,220, ,312,73,9 9 10,1 0, ,90,1 Conc. moyenne Chlordécone µg/g p.h.

9 9 Autres substances recherchées A lembouchure des principales rivières Dans les sédiments : Métaux (24 éch.) mercure, lithium, vanadium, chrome, manganèse, cobalt, nickel, cuivre, zinc, argent, cadmium, plomb, aluminium et fer Problème du bruit de fond géochimique aux Antilles Dans leau : Paraquat (8 éch.) Seuil de détection trop élevé (10µg/l) Dans les organismes Métaux : Ni, Cu, Zn, Ag, Cd, Pb et Hg (100 éch.) Arsenic total et arsenic minéral (50 éch.) Organostanniques (TBT, DBT, MBT) (25 éch.) Polluants organiques persistants : PCB, Pesticides organochlorés, PBDE, dioxines (PCDD et PCDF) (41 éch.) Pour les POP les poissons de Martinique sont 10 – 100 fois moins contaminés que ceux du littoral de métropole PCB pg/g pg/g TEQ PCDD/F 0,01 – 0,27 pg/g0,04 – 1,5 pg/g TEQ Total 0,02 – 0,34 pg/g0,4 – 6,5 pg/g

10 10 Chlordécone : Conclusions Une contamination avérée de la faune marine Centrée sur les fonds de baie au pied de bassins versants contaminés Touchant notamment, dans ces milieux, les espèces vivant en relation avec les sédiments vaseux Diffusant dans les réseaux trophiques De grandes tendances aux contours flous Des systèmes complexes (environ 180 espèces contribuent aux apports de la pêche martiniquaise) Une variabilité de la contamination à petite échelle Des transferts en lien avec la mobilité des individus Une diffusion de « proche en proche », sans limites précises Des questions en suspens Une caractérisation de la contamination à consolider, en priorité dans les zones les plus exposées (en cours) Des voies de transfert dans les écosystèmes marins méconnues (étude en cours) Une évolution temporelle et des modalités dextension méconnues (étude en cours) Impact de la contamination sur les écosystèmes non appréhendé

11 11 Difficultés rencontrées : la mesure de la chlordécone 2 protocoles analytiques : des résultats qui posent question Protocole Afssa Protocole Idhesa 2eme Inter comparaison IDHESA AFSSA IDHESA AFSSA

12 12 Chloretro: Devenir de la chlordécone dans les ré seaux trophiques des espèces marines consommées aux Antilles Comprendre le devenir de la chlordécone dans les réseaux trophiques côtiers martiniquais. 2 axes détude (2009 – 2011): Lentrée de la chlordécone dans les réseaux trophiques Sa propagation dans les réseaux trophiques Financement : 384,3k Onema-ODE 36,1 % ODE 24,1% PITE (DSV) 19,4 % Ifremer 20,3 % Baie du Robert

13 13 Stratégie détude

14 14 Limites de létude Sorties de baie Caractérisation des sédiments Quantification des apports

15 15 Futures études : priorités - Analyse de la chlordécone dans les organismes Exigences différentes pour contrôle et recherche - Connaissance des mécanismes, préciser lextension de la contamination vers le large - Devenir dans le temps de la contamination piégée dans le sédiment (Chlosed, étude exploratoire) - Programme intégré - Compréhension des mécanismes de la contamination du bassin versant- milieu marin côtier - Impact de la contamination sur les écosystème aquatiques avec modèle détude prioritaire : eau douce et le cas échéant extension au milieu marin littoral - Une priorité vis-à-vis du milieu marin : les voies de remédiation

16 16 Merci pour votre attention Rapport détude Bertrand J., Abarnou A., Boquené G., Chiffoleau J.F., Reynal L. (2009) - Diagnostic de la contamination chimique de la faune halieutique des littoraux des Antilles françaises Campagnes 2008 en Martinique et en Guadeloupe 123p.


Télécharger ppt "La chlordécone dans les ressources exploitées en Martinique et en Guadeloupe: niveaux de présence et transport trophique Journées Micropolluants aquatiques,"

Présentations similaires


Annonces Google