La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Horizon Public Conseils 11 mai 2006 Rapport remis à M. Jean-Philippe BAYON et à M. Jean BESSON vice-présidents du Conseil régional Rhône-Alpes La mondialisation.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Horizon Public Conseils 11 mai 2006 Rapport remis à M. Jean-Philippe BAYON et à M. Jean BESSON vice-présidents du Conseil régional Rhône-Alpes La mondialisation."— Transcription de la présentation:

1 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 Rapport remis à M. Jean-Philippe BAYON et à M. Jean BESSON vice-présidents du Conseil régional Rhône-Alpes La mondialisation en Rhône-Alpes : exemples dimpacts sur léconomie, le tourisme et les modes de consommation

2 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport 2006 Le présent rapport fait suite à la consultation lancée par le Conseil régional Rhône-Alpes en juin Son contenu et son utilisation appartiennent au Conseil régional Rhône-Alpes et sont libres de droits. Toutefois, pour toute référence ou mention, ce dernier aura lobligation dindiquer que le rapport a été réalisé par le Cabinet « Horizon Public Conseils ». 2

3 Horizon Public Conseils 3 11 mai 2006 Sommaire Introductionp Les exemples dimpacts sur léconomiep Le commerce extérieurp Les délocalisationsp Les entreprises régionales à envergure mondialep Les salons professionnelsp La mesure de la performance et de la compétitivité internationale de Rhône-Alpesp Les exemples dimpacts sur le tourismep Le repositionnement de loffre touristiquep Lévolution de la stratégie de promotionp Les exemples dimpacts sur les modes de consommationp Lélaboration par les réseaux de grande distribution dune offre spécialisée dans le secteur alimentairep Le développement des enseignes mondialistesp Lorganisation dune filière structurée de commerce équitablep Lévolution de loffre dans le secteur de la restaurationp Points-clés et recommandationsp Les points-clés de létudep Nos recommandations opérationnellesp. 73 Annexesp. 74 La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport 2006

4 Horizon Public Conseils 4 11 mai 2006 Introduction Le Conseil régional Rhône-Alpes fait depuis plusieurs années figure de référence dans sa capacité à appréhender la dimension internationale. Il a ainsi ouvert la voie en matière de coopération européenne en initiant la coopération dite des « Quatre Moteurs pour lEurope », a été pionnier dans la mise en œuvre dun programme ambitieux de coopération décentralisée et dans lengagement en faveur de la francophonie. Il a récemment décidé de prolonger son action en se dotant dun outil danalyse lui permettant dintégrer pleinement le phénomène de mondialisation dans sa réflexion et lélaboration de ses politiques publiques. Tel est le rôle assigné à lobservatoire régional de la mondialisation. Dans cet esprit, il a décidé de lancer une étude dimpact de la mondialisation concernant trois secteurs clés de la vie régionale : léconomie, le tourisme et les modes de consommation. Au terme dune consultation lancée en application des disposition du Code des Marchés Publics, il a missionné le Cabinet Horizon Public Conseils. Pour chacun des trois thèmes détude, le Cabinet Horizon Public Conseils a employé une méthodologie systématique et qualitative. Lapproche systématique a permis de couvrir les huit départements concernés et de recueillir la quantité suffisante dinformations. Lapproche qualitative a permis de cibler les sources dinformation les plus pertinentes au regard de lobjectif recherché. Ont ainsi été contactés et interrogés des organismes consulaires, des organisations syndicales et professionnelles, des responsables de services publics spécialisés, des responsables politiques et administratifs de collectivités territoriales, des fédérations et associations de consommateurs, des professionnels du commerce et de la grande distribution, des experts qualifiés (journalistes spécialisés, universitaires, instituts privés, tendanceurs, sociologues). Le présent rapport est issu de lanalyse des informations recueillies à travers des publications officielles, des notes et des études internes, des entretiens individuels. La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport 2006

5 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 La perception de la mondialisation par les Français La notion de mondialisation a commencé à être perceptible par lopinion publique au milieu des années Le traitement médiatique des grands enjeux dactualité politiques, économiques et sociaux a en effet révélé au plus grand nombre linterdépendance internationale qui liait les pays entre eux, bien au-delà du cercle européen habituel. Ainsi, dès la fin des années 1990, plusieurs organismes détudes et institut danalyse de lopinion ont pu mené des enquêtes et mesuré la perception quavaient les Français de ce phénomène. En 1998, linstitut CSA réalisait lune des toutes premières enquêtes dopinion sur la perception de la mondialisation. 72 % des personnes interrogées se déclaraient méfiants, contre 24 % qui étaient plutôt confiants. 80 % estimaient quelle constituait un processus inéluctable. Une majorité se dégageait assez nettement pour déclarer que la France avait plutôt à gagner avec la mondialisation (54 %) et considérer dans le même temps quelle représentait une menace pour lemploi (57 %), les retraites (60 %) et la sécurité sociale (59 %). Le paradoxe était posé, et sera confirmé par la suite… Lenquête réalisée en septembre 1999 par BVA restituait en effet lambiguïté et le paradoxe de la perception de la mondialisation, vécue à la fois comme une source forte de croissance (57 %), mais aussi comme un danger social (65 %) et identitaire (56 %). La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport La mondialisation économique et financière…Plutôt daccord Plutôt pas daccord Ne sait pas aggrave les inégalités en France65314 favorise la croissance de léconomie française57376 menace lidentité de la France56395

6 Horizon Public Conseils 6 11 mai 2006 La menace identitaire était relativement forte en matière culturelle, y compris en matière culinaire. Ce dernier facteur sera démontré lors de notre étude relative à limpact sur les modes de consommation. LInstitut IFOP publie pour sa part un baromètre régulier sur la perception globale de la mondialisation. Lédition davril 2005 permet ainsi de mettre en perspective son évolution depuis La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport 2006 Face à la mondialisation, quel est parmi les éléments de lidentité française celui qui doit être défendu en priorité ? La langue française30 Les services publics24 La culture (cinéma, livres chansons)24 Les produits de la gastronomie21 Ne sait pas1 Total100 En pensant à léconomie, dites-moi si le mot « mondialisation » évoque pour vous quelque chose de plutôt positif ou de plutôt négatif ? Plutôt positif Rappel mai 2004 Rappel avril 2002 Rappel mai % 43 % 39 % 48 % Plutôt négatif Rappel mai 2004 Rappel avril 2002 Rappel mai % 56 % 47 % Ne se prononce pas Rappel mai 2004 Rappel avril 2002 Rappel mai % 6 % 5 %

7 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 La perception de la mondialisation en Rhône-Alpes Pour évaluer la perception de la mondialisation par les acteurs et décideurs de Rhône-Alpes, un questionnaires a été envoyé aux principaux responsables des secteurs couverts par la présente étude (en particulier économie et modes de consommation). 57 organismes ont ainsi été consultés et ont répondu à 7 items : Quelle perception avez-vous de la mondialisation en général ? Quelle perception avez-vous de la mondialisation en Rhône-Alpes ? Quels sont les impacts de la mondialisation que vous pourriez identifier récemment en Rhône-Alpes ? Quels sont les impacts de la mondialisation que vous pourriez identifier récemment dans votre secteur dactivité ? Daprès vous, quels sont les effets à venir de la mondialisation en Rhône-Alpes ? Daprès vous, quels sont les effets à venir de la mondialisation dans votre activité ? Quelles actions concrètes souhaiteriez-vous que le Conseil régional Rhône-Alpes engage pour accompagner les effets de la mondialisation ? Un nombre important de réponses sont générales et analysent le phénomène dans sa globalité. Plusieurs antennes régionales dorganismes nationaux fournissent même des argumentaires types reprenant des positions officielles : la Confédération paysanne a par exemple répondu en adressant son analyse et ses propositions suite à la réunion de Hong- Kong de lOrganisation Mondiale du Commerce et au sommet de lUnion européenne de fin Sans dénier lintérêt des positions exprimées, force est de constater quelles ne permettent pas davancer significativement dans lappréhension concrète et immédiate des enjeux régionaux et locaux. En revanche, plusieurs personnalités ont réellement tenté de pénétrer la problématique proposée, et danalyser linteraction entre le fait mondial et le fait régional. M. JURQUET – CCI Grenoble : « La position de Grenoble et son leadership mondial sur la question des micro et nano technologies poussent les acteurs internationaux à investir largement dans notre région. Cette conséquence positive en matière demploi et délévation des compétences dans ces secteurs a cependant son revers de la médaille : augmentation du foncier, disparité entre les salaires, focalisation des médias sur ces secteurs…. Face à ces phénomènes de risque de mono- industrialisation dune région il faut développer également des politiques à plus long terme et ne pas oublier les autres secteurs. La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

8 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 Des PME, comme « A Raymond » à Grenoble, ont réussi pleinement leur reconversion grâce à la mondialisation. Sur ce cas précis, il y a eu mutation des emplois. Cette entreprise qui a inventé le bouton pression a réussi une belle reconversion dans lautomobile et emploie près de 3000 salariés sur les 5 continents. Des impacts négatifs existent aussi. Le cas dHP est célèbre et concerne lemploi au plan local. La mondialisation a eu pour principale conséquence négative déloigner les lieux de décisions des lieux de production. Les décisions sont prises en ne tenant pas compte des critères locaux. Les décisions sont parfois rapides, sans appel et apparaissent brutales. Des PME et TPE souffrent également des impacts de la mondialisation. Par exemple, les moulistes rhône-alpins ont parfois du mal à faire face aux prix cassés de certaines entreprises du Sud Est asiatique. Lemploi et menacé ainsi que les savoir-faire. Les gains de compétitivité et de productivité ne sont pas évident et léquilibre économique de nombreuses entreprises est précaire. » M. SAVATIER – Conseil général de lArdèche : « A léchelle de Rhône-Alpes, la mondialisation est synonyme de délocalisations. Je pense à certains secteurs, comme le textile par exemple, qui semblent en souffrir directement et très profondément. A léchelle de lArdèche, elle entraîne un recul de notre industrie et un ralentissement de la fréquentation touristique. Dans les années à venir, les flux de circulation dans la Vallée du Rhône vont pourtant saccroître avec un trafic de plus en plus international. » M. ALLAND – Direction régionale du commerce extérieur : « Les entreprises de la région délocalisent les activités de main dœuvre peu qualifiée. Les entreprises étrangères simplantent ici, notamment en rachetant des PME qui détiennent des technologies novatrices. Le principal effet à venir est laccélération de la spécialisation des échanges, donc de le concurrence dans tous les domaines : coûts de production, avance technologique, marketing, concurrence fiscale (notamment en matière de fiscalité du patrimoine), comparaison des législations sociales, qualité des infrastructures de communication, qualité de vie, niveau de sécurité ou dinsécurité urbaine, cadre juridique des affaires. » La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

9 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 M. CHAPELON – CCI de Saint-Etienne : « Sur le département de la Loire,les impacts principaux actuels concernent essentiellement le textile traditionnel (prêt-à-porter, tissus, ruban, etc.) et le secteur mécanique qui souffrent dune concurrence très forte de lAsie ou des PECO, qui met en danger lexistence même des sociétés. Cet impact a parfois des aspects positifs, en obligeant les PME par exemple à se recentrer sur des produits à forte valeur ajoutée, ou sur des tâches nobles (conception, recherche et développement). » Les attentes vis-à-vis du Conseil régional Elles sont très ciblées sur les dispositifs dintervention de la Région. Les actions de formation sont souvent citées, ainsi que le soutien financier aux programmes de recherche et développement. Une part importante des attentes concerne le renforcement des aides à lexport. Naturellement, quelques « revendications catégorielles » sont aussi exprimées : certaines organisations consulaires souhaitent plus de budgets pour mener davantage dactions locales en faveur de leurs entreprises ou de leurs territoires ; de même sont demandées des interventions et des subventions plus conséquentes en faveur des secteurs les plus touchés. La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

10 Horizon Public Conseils 11 mai Les exemples dimpact sur léconomie La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

11 Horizon Public Conseils 11 mai Les exemples dimpact sur léconomie Problématique générale La notion de mondialisation est indéniablement associée à des mécanismes économiques. Elle est souvent perçue et vécue comme un phénomène issu des théories et des pratiques ultra- libérales, imprégnées des modèles financiers anglo-saxons, dénuée de toute dimension humaine et sociale. De fait, mondialisation rime souvent avec délocalisation et optimisation des profits. Louée par les uns, abhorrée par les autres, elle est ainsi lobjet de débats et de polémiques incessantes. Les questions concernant limpact économique de la mondialisation en Rhône-Alpes sont relativement simples. Entraîne-t-elle significativement une augmentation des échanges commerciaux internationaux ? Si oui, dans quelle ampleur ? La mondialisation crée-t-elle plus demplois nouveaux quelle nen détruit ? Les délocalisations sont-elles du seul fait de la mondialisation ? La participation des entreprises régionales au commerce mondial est-elle bénéfique pour lemploi local ? Les salons professionnels organisés en Rhône-Alpes souvrent- ils à des participants et des visiteurs étrangers ? Si oui, dans quelle proportion ? Comment peut-on mesurer le positionnement et le rayonnement international de Rhône-Alpes ? Sur quels leviers publics le pouvoir politique peut-il agir ? Pour répondre à cette batterie dinterrogations, il nous a semblé pertinent dappréhender successivement cinq champs : le commerce extérieur de Rhône-Alpes et son évolution pays par pays depuis 2003 ; lidentification et lanalyse dexemples de délocalisations réelles ou présumées ; le potentiel économique et social des entreprises régionales à envergure mondiale ; lorganisation et la fréquentation des salons professionnels ; lélaboration dinstruments dédiés à la mesure de la performance et de la compétitivité internationale de Rhône-Alpes. La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

12 Horizon Public Conseils 11 mai Le commerce extérieur Les échanges internationaux de Rhône-Alpes ne cessent de croître. En trois ans, les exportations ont progressé de 12,8 % et les importations de 12 %. Mais si les échanges se réalisent avec lensemble des cinq continents, on peut observer que la zone européenne reste très largement la zone déchange la plus dynamique. Elle assure en effet toujours près de 70 % des exportations de Rhône-Alpes en 2005, contre 71, 4 % en De même, elle fournit près de 72 % des importations en Rhône-Alpes en 2005, contre en 70,5 % Limage dune invasion de produits asiatiques reste très surestimée : lAsie ne couvre en effet que 13,9 % des importations de Rhône-Alpes en 2005, ce qui constitue même un très léger recul par rapport à 2003 (14,3 %). Evolution du commerce extérieur de Rhône-Alpes (en millions deuros) Source : direction interrégionale des douanes. Ces éléments globaux montrent que la construction européenne, et plus précisément lérection du marché unique, puis de lUnion monétaire, avec liberté de circulation des biens des personnes, a eu beaucoup plus dincidences et conserve un impact nettement plus puissant que le phénomène de mondialisation. La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport 2006 ExportationsImportations Europe Afrique Amérique Proche et Moyen-Orient Asie Autres Total

13 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 Lanalyse fine pays par pays des exportations depuis 2003 montre la part prédominante des pays les plus proches (Allemagne et Italie) qui assurent à eux seuls environ un quart des débouchés commerciaux de Rhône-Alpes à létranger. On peut toutefois noter une légère érosion de leurs part respectives. Ce phénomène de très léger repli peut également être observé sur dautres pays de lUnion européenne, comme la Belgique ou le Royaume-Uni, et un pays limitrophe non membre de lUnion européenne : la Suisse. LEspagne constitue à linverse un marché à progression légère mais constante. La Slovénie incarne typiquement le cas de marchés proches, qui nétaient pas des destinations dexport très intéressantes, mais qui se révèlent des marchés porteurs. La part dans le total des exportations de Rhône-Alpes demeure certes relative, mais le taux de progression est significatif. Plus quun effet de la mondialisation, il faut assurément y voir un effet de lélargissement de lUnion européenne et de lintégration des nouveaux membres de lEurope centrale et orientale, qui bénéficient de fonds structurels européens conséquents et qui ont des taux de croissance plus élevés que les pays de lEurope de lOuest. Evolution des exportations par pays (en millions deuros) Source : direction interrégionale des douanes La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport Part dans le total des exportation s Part dans le total des exportation s Part dans le total des exportation s 2003 Allemagne ,6 % ,0 % ,7 % Italie ,8 % ,1 % ,9 % Espagne3 4178,7 %3 1328,3 %2 8088,1 % USA3 3298,5 %3 0758,2 %2 9418,5 % Royaume-Uni2 1565,5 %2 4236,4 %2 2016,3 % Belgique2 0835,4 %1 9725,2 %2 0275,8 % Suisse1 6404,2 %1 6994,5 %1 5474,5 % Pays-Bas1 1102,8 %1 1283,0 %1 0433,0 % Turquie7842,0 %8622,3 %7882,2 % Slovénie7531,9 %4911,3 %2610,7 % 13

14 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 Lanalyse des importations pays par pays confirme la concentration des échanges internationaux avec les pays européens. Le poids de lItalie et de lAllemagne est toujours aussi important (quasiment un tiers des importations à eux deux, avec un avantage à lItalie). Pour les pays les plus lointains, on peut noter un recul régulier de la part des Etats-Unis, qui perdent quelques pourcentages année après année. La part de lAsie apparaît au premier abord stable. Une analyse plus précise montre une baisse des importations japonaises, et une progression dans les mêmes proportions des importations chinoises. Il existerait donc une sorte deffet de vases communicants au détriment du Japon et au profit de la Chine. Evolution des importations par pays (en millions deuros) Source : direction interrégionale des douanes La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport Part dans le total des importations Part dans le total des importations Part dans le total des importations 2003 Italie ,7 % ,6 % ,8 % Allemagne ,5 % ,5 % ,7 % Espagne1 9095,8 %1 8285,9 %1 7886,1 % Belgique1 8915,7 %1 7985,8 %1 6905,8 % Chine1 8775,7 %1 7015,5 %1 4985,1 % USA1 4404,4 %1 4904,8 %1 5705,4 % Royaume-Uni1 4174,3 %1 4124,5 %1 2954,4 % Suisse1 2763,9 %1 3114,2 %1 3324,5 % Pays-Bas1 1473,5 %1 2944,1 %1 2514,3 % Japon7412,3 %7732,5 %7952,7 % 14

15 Horizon Public Conseils 11 mai Les délocalisations Si aucun organisme officiel ne se risque à publier des statistiques fermes et précises sur les emplois supprimés en France à cause des délocalisations, un consensus des différents experts consultés semble se dégager pour lévaluer à environ 4 % du total des emplois salariés. Le taux serait donc faible, même si le nombre demplois concernés est important en valeur absolue. Pour autant, la forte médiatisation et laccélération des cas de délocalisation ont suffisamment marqué les esprits pour ériger les délocalisations en véritables menaces économiques. Avant de mesurer la densité et lintensité de ces délocalisations en Rhône- Alpes, encore convient-il de définir le terme. Plusieurs définitions sont possibles, ce qui tend à prouver quil y a plusieurs modes de délocalisation. Typologie des délocalisations La « délocalisation-déménagement ». Il sagit dun processus brutal qui consiste à fermer une unité de production en Rhône-Alpes et de la déplacer dans un pays étranger. Les produits sont ensuite réimportés vers le territoire régional, ou diffusés dans les nouveaux marchés. Lactivité économique régionale est ruinée par la disparition pure et simple de lunité de production. La délocalisation-déménagement peut être offensive : lentreprise cherche à se concentrer sur son métier ou un marché précis. Elle est souvent défensive : lentreprise se voit contrainte dimiter ses concurrents et daligner ses coûts de production sur les références les plus basses. La « délocalisation-sous-traitance ». Il ny a pas à proprement parler de déménagement, mais un processus par lequel le donneur dordres principal stoppe les commandes passées à ses sous-traitants régionaux et les confie à de nouveaux sous-traitants dont les unités de production sont situées à létranger. Lactivité économique régionale est ruinée par lasphyxie progressive des sous-traitants qui voient leur carnet de commande se vider petit à petit. Cela peut conduire le sous-traitant à opérer une délocalisation-déménagement. La « délocalisation partagée ». Lentreprise garde des activités (administration, recherche et développement, etc.) en Rhône-Alpes, mais développe ses unités de productions dans un pays étranger. Lactivité économique régionale nest pas ruinée, mais souffre dun réel manque à gagner. Quel que soit le type de délocalisation envisagée, les motivations sont le plus souvent liées à la recherche de baisse des coûts de production, en particulier des coûts de main dœuvre. La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

16 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 Les délocalisations en Rhône-Alpes Rhône-Alpes a connu ces dernières années plusieurs cas caractéristiques des différents types de délocalisation. Le cas de lentreprise Sotem (69) est un exemple de « délocalisation partagée ». Spécialisée dans la conception et la fabrication de moules de plasturgie, elle a conservé son siège et son bureau détude en Rhône-Alpes, mais a ouvert en 2005 une usine de production en Slovaquie. Les moules produits dans cette usine sont ensuite rapatriés en Rhône-Alpes. Peut également être cité lexemple des sites de Hewlett Packard à Grenoble et à LIsle dAbeau (38) où des réductions demploi et dactivité ont été annoncées en novembre 2005, et qui complètent le cas de la SCI SANMINA, sous-traitant de production du fabricant électronique, qui avait déjà été délocalisée en juin 2005 en Asie. Le cas de lentreprise Salomon est également représentatif. Dès 1994, le fabricant déquipements de ski avait ouvert un site de production en Europe de lEst. Interrogé dans le cadre dune étude sur la réalité des délocalisations françaises en Roumanie réalisée par la mission économique de Bucarest en avril 2005, un responsable de Salomon en Roumanie justifiait ainsi ce choix : « en 1993, lune des grandes décisions étaient celle de la diversification. Avec la création de lusine roumaine, il y a eu un transfert de production des usines françaises et italiennes vers le site de Roumanie (par exemple les chaussures de ski). Puis Salomon a fait beaucoup de Recherche et Développement, ce qui a permis à lentreprise de se développer sur dautres produits : roues de vélo, rollers, etc. Ainsi, le fait de pouvoir produire des chaussures de ski, produit intéressant mais peu technique, a libéré de la capacité de production du site français pour des produits nouveaux et plus techniques, comme les rollers ». La démarche engagée en 1994 sest amplifiée. Salomon a dores et déjà programmé la restructuration de son site de Rumilly et augmenté ses capacités de production roumaines en diversifiant les produits fabriqués et en optimisant ses relations avec des sous-traitants qui se sont eux aussi installées en Roumanie. Le fabricant haut-savoyard de skis rejoint ainsi ses principaux concurrents qui ont également fait le choix de produire hors des frontières originelles : K2 produit en Chine, Atomic en Bulgarie, Rossignol en Espagne. La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

17 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 Au-delà de ces exemples ponctuels, plusieurs secteurs entiers sont concernés et menacés. Les secteurs les plus touchés par ce phénomène sont lhabillement, le textile, la métallurgie, lindustrie déquipements mécaniques, lindustrie déquipements électriques et déquipements électroniques. Cela se traduit en terme demplois, même si lensemble des baisses de postes ne peut être intégralement imputé aux délocalisations. Plusieurs autres facteurs, comme les gains de productivité dus à la rationalisation des ressources humaines ou à la modernisation des outils de production, entrent naturellement en ligne de compte. Evolution de lemploi dans certains secteurs clé de léconomie de Rhône-Alpes Le phénomène a également des conséquences sur certains bassins demploi, tel celui de Romans-sur-Isère, directement touché par la crise de lindustrie de la chaussure. Déjà depuis longtemps affectées par la mondialisation, les entreprises de la chaussure ont à nouveau été fortement déstabilisées par la concurrence internationale qui a altèré leurs parts de marchés et leur situation financière respectives. Afin de restaurer leurs marges, les chausseurs du bassin d'emploi de Romans-sur-Isère et de Bourg de Péage ont été contraints de procéder à des restructurations importantes. Cela sest traduit par des dépôts de bilan en série (Stéphane Kélian, Charles Jourdan, etc.) et des pertes sèches de plusieurs centaines demplois. Dans un autre département, la Haute-Savoie, et dans un autre secteur, celui du décolletage, les perspectives de restructuration et de délocalisation se précisent. Avec plus de salariés et 500 entreprises spécialisées, la Vallée de lArve est en effet un phare de lindustrie française du décolletage qui fournit en pièces mécaniques de précision les constructeurs automobiles, de laviation, de lindustrie biomédicale. La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport 2006 Nombre demplois 2005Evolution Habillement par an Textile depuis 1992 Métallurgie depuis 2000 Equipement mécanique depuis 2000 Equipement électrique depuis

18 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 Le réalisateur Gilles PERRET vient de consacrer un documentaire au décolletage dans la Vallée de lArve. On y découvre la pression conjointe des fonds de pension anglo-saxons qui ont pris des participations importantes dans lactionnariat de ces entreprises souvent petites et dynamiques, et des donneurs dordre qui ont intérêt à ce que leurs sous-traitants soient le plus proches possibles des nouveaux marchés et des nouveaux sites de production. Cette pression conjointe pourrait se traduire à moyen terme par des délocalisations des unités de production actuellement actives dans la Vallée. Enfin, dans le rapport parlementaire quil a rédigé en 2004 sur la mondialisation et lenvironnement, Serge LEPELTIER indiquait que les délocalisations nétaient que très exceptionnellement motivées par le souci déchapper aux réglementations européennes et françaises de plus en plus strictes en matière de respect de lenvironnement. Si les délocalisations dactivités polluantes restent effectivement à ce jour peu nombreuses, il semble quelles ne soient pour autant pas impossibles dans quelques années. Robert PARIS, président du MEDEF Rhône-Alpes et fin connaisseur de lindustrie pétrolière, nexclut pas des délocalisations à venir dans les secteurs de lindustrie lourde et de la chimie. Dune part pour se rapprocher des marchés les plus demandeurs (en particulier lAsie), mais aussi dautre part parce que lopinion publique, en particulier depuis laccident de lusine AZF de Toulouse, est très hostile à la présence dindustries qui présentent des risques et des nuisances pour la population. Pour répondre à ces délocalisations, et surtout pour tenter datténuer ses répercutions sociales et économiques, les pouvoirs publics se mobilisent et mettent en œuvre des moyens nouveaux. Cela a par exemple été le cas sur le bassin de Romans où lEtat, les collectivités territoriales, la CCI, les filières professionnelles, sont parties prenantes dans un vaste plan daccompagnement et de redynamisation. Mais un travail en profondeur semble devoir être engagé dans la durée pour conforter les domaines dexcellence (par exemple à travers les pôles de compétitivité), soutenir la recherche et développement, encourager linnovation, développer la capacité de projection internationale des entreprises régionales. La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

19 Horizon Public Conseils 11 mai Les entreprises régionales à envergure mondiale (EREM) Cest en 1997 que le concept dentreprise régionale à envergure mondiale (EREM) a fait lobjet dune promotion grâce au rapport que Christian SAUTER lui a consacré. Sont des EREM les PME réalisant une part substantielle de leur chiffre daffaires à lexport et revendiquant une position de leader ou de domination dans leurs secteurs. Trois grands types dEREM peuvent être distinguées : Les entreprises familiales de troisième génération : le fondateur vise un marché local qui se développe en marché national. Le fils étend lactivité au marché européen, le petit-fils aux marchés extra-européens ; Les entreprises récentes créant ou développant une technologie innovante ; Les entreprises sous-traitantes accompagnant leur donneur dordres français dans la construction dusines ou déquipements dans les pays émergents. Sur les entreprises françaises qui peuvent être qualifiées dEREM, 300 environ sont situées en Rhône-Alpes. Ce chiffre, qui est relativement stable depuis une dizaine dannée, est très correct au regard du chiffre national, mais devient relatif dès quil est mis en relation avec les entreprises exportatrices de notre région. Deux actions sont à mener. Il convient naturellement tout dabord de réaliser un recensement exhaustif pour connaître précisément leurs caractéristiques et leurs besoins, et il convient de leur réserver des moyens daccompagnement spécialisés et adaptés afin de les aider à continuer à conquérir des positions à lexport. Lenjeu local est en effet très important. Jean-Luc SOST, directeur général dEntreprises Rhône-Alpes International, estime en effet que cette densité dEREM en Rhône-Alpes est un atout formidable pour notre région, et que les retombées de lexcellence internationale sont immédiates en terme de créations demplois : « chaque million deuros de chiffre daffaires supplémentaire à lexport suppose la création de 15 emplois ». De plus, si elles nacquièrent pas la taille mondiale, elle risque fortement dêtre fragilisées par rapport à leurs concurrentes, notamment européennes. Enfin, si les EREM contribuent directement à faire de Rhône-Alpes une grande région économique, elles contribuent tout aussi directement à accroître sa notoriété. La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

20 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 Exemples dEREM rhône-alpines Basé à Cluses (74), le groupe Somfy est le premier acteur mondial de la motorisation des stores et des volets roulants. Il est implanté dans 43 pays à travers un réseau de 45 filiales, 17 bureaux et un effectif total de employés. Quatre axes de développement ont été définis pour assurer la croissance du groupe : le renforcement de la compétitivité des prix pour faciliter laccès à la motorisation et en généraliser lusage ; linnovation des produits pour accroître lavantage concurrentiel et anticiper les nouveaux besoins des clients finaux ; la recherche de lexcellence opérationnelle et la proximité avec le terrain ; le développement par acquisition relais de la croissance organique. Le chiffre daffaires global de Somfy est de 569 millions deuros. La France représente moins du tiers du chiffre daffaires (30 %) ce qui montre le caractère excessivement international des activités. Il est intéressant de noter que ce taux a nettement diminué ces dernières années, ce qui conforte limpression dune « internationalisation » de lentreprise. LEurope au sens large est le premier marché : 18 % du chiffre daffaires est réalisé en Europe du Sud, 16 % en Allemagne, 15 % en Europe du Nord, 6 % en Europe de lEst et en Europe Centrale. Les marchés lointains restent à ce jour nettement en retrait par rapport au marché européen. Les continents Nord et Sud américains génèrent 10 % du chiffre daffaires. La zone Asie Pacifique est en démarrage, avec seulement 5 % du chiffre daffaires. Ce taux modeste ne doit pas occulter les réelles perspectives et le fort potentiel du marché asiatique. Il sagit dailleurs dune zone de développement prioritaire pour le groupe, qui renforce peu à peu sa présence. Ainsi, en janvier 2006, le groupe Somfy a annoncé la conclusion dune association avec Yue Qiu, lun des leaders du secteur en Chine. Une société commune, Lian Da, est annoncée. Elle sera détenue à 80 % par Somfy et à 20 % par Yue Qiu, qui apporte son outil de production et son réseau de distribution en Chine. Linvestissement global est estimé à 10 millions deuros pour des ventes actuelles denviron 5 millions deuros. Lobjectif des deux partenaires, et de Somfy, est de devenir lentreprise chinoise la plus performante du secteur. La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

21 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 Créée en 1930 par trois frères, Victor, Alfred et Gabriel LAFUMA, lentreprise du même nom associent les savoir faire en terme de tannerie et de sellerie pour créer et produire différents types de sacs. Lentreprise se diversifiera dans les années 1950 dans le matériel de camping. En 1984, Philippe JOFFARD, petit-fils dun des frères fondateurs, est nommé PDG pour relancer lentreprise. Cest sous son impulsion que lentreprise va « sortir des frontières » et prendre des positions stratégiques à linternational : 1986, création dune filiale de production en Tunisie ; 1988, création dune filiale de diffusion aux USA ; 1980, création dune filiale de diffusion et de contrôle qualité à Hong-Kong, etc. Ces quelques rappels historiques illustrent parfaitement la typologie des EREM familiales précédemment présentée. Après avoir élargi le périmètre de lentreprise avec lacquisition ou lassociation des marques MILLET, OXBOX et LE CHAMEAU, le groupe LAFUMA réalise aujourdhui un chiffre daffaires supérieur à 200 millions deuros, dont près de 83 millions deuros à linternational. Chiffre daffaires réalisé à linternational(en millions deuros) La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport /09/200530/09/2004 Montant% du C.A. total Montant% du C.A. total Europe (hors France) Allemagne Belgique Royaume-Uni Pays-Bas Italie Autres 53,7 9,4 8,9 11,1 4,2 4,7 15,4 26,5 % 4,7 % 4,4 % 5,5 % 2,1 % 2,3 % 7,6 % 50,2 11,9 8,9 8,5 3,9 4,2 12,8 28,0 % 6,6 % 5,0 % 4,8 % 2,2 % 2,3 % 7,1 % Amérique du Nord7,43,7 %9,15,1 % Autres, dont Asie21,710,7 %17,69,8 % TOTAL82,840,9 %76,943,0 %

22 Horizon Public Conseils 11 mai Les salons professionnels Dans le rapport dinformation parlementaire que le député Jean-Paul CHARIE a consacré à limpact économique des foires et salons en février 2006, le parlementaire démontre la capacité de ces manifestations à générer de la richesse et du rayonnement international. Les retombées sont ainsi évaluées pour la France à plus de 7,5 milliards deuros et emplois. La France se situe ainsi au premier rang européen et au second rang mondial, après les Etats- Unis et devant la Grande-Bretgane en matière dorganisation et daccueil de salons, foires et congrès. Avec plus de 2 millions de m² de surfaces dexposition, 80 parcs, 120 centres dont 95 palais des congrès, notre pays offre en effet un réseau dinfrastructures daccueil particulièrement dense. Rhône-Alpes est relativement bien positionnée dans cette offre, en particulier avec Eurexpo qui, grâce à ses m² de surfaces disponibles, se classe en troisième position des centres les plus importants, derrière Paris Porte de Versailles ( m²) et Paris Nord Villepinte ( m²). Les retombées pour les villes de Rhône-Alpes qui accueillent régulièrement des manifestations de type salons, foires ou congrès, sont importantes et varient naturellement selon le format de ces évènements. Avec ses journées congressistes, Evian évalue ses retombées économiques locales a environ euros. Le chiffre est évidemment plus élevé pour Grenoble (48,5 millions deuros) et surtout pour Lyon (354 millions deuros). Lampleur de ces retombées pour léconomie de lagglomération lyonnaise apparaît encore davantage lorsque lon observe les retombées générées dans dautres grandes villes françaises : Nantes avec 126,5 millions deuros ou Montpellier avec 66,1 millions deuros. Les salons professionnels à dimension internationale sont particulièrement intéressants en terme dimpact, en particulier pour les PME locales. La Coface évalue ainsi que pour un euro investi dans un salon professionnel international, une PME va gagner 38,5 euros en chiffre daffaires à lexport. Quatre secteurs semblent à conquérir pour les villes françaises intéressées pour organiser des salons professionnels : les jouets, le sport, la haute technologie et le médical. Ce secteurs constituent autant de cibles privilégiées pour les sites rhône-alpins. La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

23 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 Un potentiel à développer en Rhône-Alpes Sur les 111 salons organisés en 2006 en Rhône-Alpes (source Chambre Régionale de Commerce et dIndustrie), 42 sont réservés aux professionnels et, parmi ces 42, plus de la moitié ont une dimension internationale. Ces salons sont concentrés sur quelques sites : 21 sont organisés au centre Eurexpo de Lyon ; 4 au Palais des Congrès de Lyon ; 3 au centre Alpexpo de Grenoble ; 2 à lEspace Tête dOr de Villeurbanne ; 2 au centre Europole de Grenoble ; 2 à La Roche sur Foron ; 1 à lImpérial Palace dAnnecy ; 1 au centre Valexpo dOyonnax ; 1 à Val dIsère ; 1 à Valloire ; 1 à lEsplanade de la Porte de France à Grenoble ; 1 à lespace Rencontre dAnnecy-le-Vieux ; 1 au parc des expositions de Saint-Etienne ; 1 à lespace Double mixte de Villeurbanne. Outre une très nette domination du centre Eurexpo de Lyon, cette liste montre une forte défaillance des villes moyennes (Valence, Boug en Bresse, Roanne, Chambéry) qui narrivent pas à attirer de salons dampleur. En outre, même les deux grandes villes que sont Saint- Etienne et Grenoble ne parviennent pas à se positionner comme lieu daccueil attractif. Il sagit là dun point qui mérite une attention particuière. Sur les 49 villes membres du réseau France Congrès présidé par le maire de Deauville Philippe AUGIER, seules 7 sont en Rhône-Alpes : Aix-les-Bains, Chamonix, Evian-les-Bains, Grenoble, Lyon, Saint-Etienne et Val dIsère. Sur les 136 foires, salons et congrès organisées en France sur la période et disposant de lagrément international ou/et adhérent de Promosalons, seuls 15 se déroulent en Rhône-Alpes. La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

24 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 Une typologie des salons professionnels à dimension internationale peut être dégagée : les salons qui traitent demblée une problématique internationale (par exemple le salon Classe Export de Lyon) ; ceux qui traitent un thème technique ou un secteur dactivité très précis, et qui se sont ouverts sur linternational au fil des éditions (par exemple le Forum International de la Plasturgie - FIP dOyonnax, le salon Conceptville de Lyon ou le Mondial de lAménagement en Montagne de Grenoble) ; ceux qui sont des salons professionnels à forte retombées médiatiques (par exemple Lyon Mode City ou Nanobio-Europe de Grenoble) ; enfin ceux qui mêlent salon professionnel et manifestation grand public (Salon international du 4x4 de Val dIsère ou biennale du design de Saint-Etienne). Exemples de salons professionnels à dimension internationale Organisé annuellement depuis 1990, le salon Classe Export est exclusivement dédié au commerce international. Il a pour ambition de rassembler lensemble du dispositif du commerce international : institutionnels, consultants, prestataires de services (expatriation, marchés, communication, etc.), délégations d'entreprises étrangères à la recherche de partenaires français. Des conférences dinformation pays sont organisées, ainsi que des sessions de rendez-vous entre exportateurs et prestataires. Enfin, des trophées récompensent le développement à linternational des entreprises et la meilleur croissance à lexport. Lanalyse du bilan de lédition 2005 témoigne de lintérêt accru des entreprises rhône-alpines pour linternational entreprises ont visité le salon, elles étaient en experts de 65 pays étaient présents rendez-vous professionnels ont été organisés : 25 % concernent lEurope ; 25 % les PECO ; 21 % lAsie ; 9 % le Maghreb ; 8 % lAmérique du Nord ; 8 % le Moyen-Orient ; 2% lAmérique du Sud ; 1% lOcéanie ; 1 % lAfrique. La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

25 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 Ces chiffres confirment deux tendances déjà évoquées : le poids très important du continent européen dans les échanges internationaux, le désir douverture et lattrait de lAsie. Avec 38 % des chercheurs français, plis de entreprises, salariés et un chiffre daffaires de 8 milliards deuros (30 % de la production nationale), Rhône-Alpes est incontestablement une région leader en matière de plasturgie. La seule « Plastic Vallée » située à Oyonnax compte à elle seule plus de 650 entreprises, soit emplois et un chiffre daffaires de 2,4 milliards deuros. Il est donc naturel et légitime que Rhône-Alpes, et plus particulièrement lagglomération dOyonnax, accueille un évènement professionnel dampleur internationale consacrée à la plasturgie. Cest dans cette perspective que le Forum International de la Plasturgie (FIP) est organisé tous les trois ans. Lédition 2006, qui se tiendra du 13 au 16 juin, se déroulera dans un contexte particulier marqué par la réorganisation que connaît ce secteur industriel. Linnovation et le développement de valeur ajoutée dans les process et les produits sont aujourdhui des enjeux forts qui conditionnent lavenir de la filière avec PLASTIPOLIS, le pôle de compétitivité créé autour de la plasturgie. La dimension internationale de ce salon reste toutefois un objectif. Si le nombre dexposants étrangers est en très légère hausse (12 % en 1997, 13 % en 2000 et 15 % en 2003), le nombre des visiteurs étrangers reste très modeste, 5 % en moyenne à chaque édition. Lyon Mode City est un salon professionnel consacré à la lingerie et aux vêtements balnéaires, qui sest joint au salon professionnel Interfilière consacré aux tissus, pour constituer une manifestation unique réunissant des créateurs, des tisseurs, des distributeurs, des grandes marques et enseignes, et qui se tient annuellement à Lyon depuis Ce salon professionnel a un impact réel en terme de rayonnement international pour la Ville de Lyon (beaucoup plus modeste pour la région Rhône-Alpes) car il est devenu dès sa première édition un évènement à part entière, très fortement médiatisé. La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

26 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 Sa dimension internationale est indéniable, et constitue même une sorte de référence pour de très nombreux salons professionnels. La part des visiteurs étrangers frôle désormais les 60 %, le nombre de participants étrangers étant en effet très nettement supérieur au nombre de participants français : participants étrangers en moyenne pour français. Les visiteurs étrangers viennent en très forte majorité de pays européens; En 2005, étaient italiens, 893 espagnols, 767 allemands, 740 britanniques, 369 suisses et 279 belges. Cette édition sest caractérisée par une présence accrue des allemands et des suisses, et une érosion de la fréquentation espagnole due aux difficultés de la filière textile en Espagne. Outre les visiteurs européens, le salon attire des visiteurs issus des USA (486 visiteurs), du Japon (389), de Hong-Kong (366) et de Chine (291). Enfin, même sils nentrent pas pour linstant dans la liste des dix pays les plus représentés, certains pays ont très fortement accrû la présence de leurs professionnels. Cest le cas notamment du Brésil (+ 84 %), de la Russie et de lUkraine (+ 53 %), du Canada (+ 29 %), de la Nouvelle-Zélande (+ 21 %) et de lAustralie (+ 16 %). La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

27 Horizon Public Conseils 11 mai La mesure de la performance et de la compétitivité internationale de Rhône-Alpes La région Rhône-Alpes, dans son ensemble, est plutôt perçue comme lune des régions françaises les plus dynamiques. Plusieurs critères sont mis en avant : croissance, emploi, création dentreprises, et ouverture internationale. Les chiffres clés de Rhône-Alpes Dans le contexte de mondialisation tel quil évolue, les territoires se trouvent eux-mêmes dans un environnement concurrentiel qui les oppose les uns aux autres : la capacité à attirer les investissements extérieurs et la capacité à exporter et à se positionner sur les marchés étrangers sont devenues des enjeux stratégiques qui concernent naturellement le monde économique mais qui touchent nécessairement les collectivités publiques. Dans cet esprit, il est important pour les décideurs de disposer dun outil moderne mesurant lactivité internationale de leur territoire. Telle est la proposition globale qui a été conçue par Erai, Entreprises Rhône- Alpes International, et qui se traduit dans lélaboration et la mise en place dun tableau de bord de la performance internationale de Rhône-Alpes. Lenjeu est triple : Il sagit tout dabord dassocier tous les acteurs et décideurs régionaux (politiques, économiques, sociaux, culturels) pour élaborer ensemble une « vision » de Rhône-Alpes à lhorizon 2010 qui donne un sens, une direction à suivre. Il sagit ensuite de déterminer toutes les étapes, tous les objectifs quil faut décliner pour concrétiser la vision, avec un accent particulier sur les leviers publics régionaux, et davoir un instrument de suivi et de mesure composé des indicateurs les plus pertinents. Il sagit enfin de contribuer à lémergence et à la reconnaissance dune « identité Rhône-Alpes », facilement et indéniablement repérable tant à lintérieur du territoire quà lextérieur, et surtout de construire un discours commun, fédérateur, fondé à la fois sur la vision, laction et lidentité. La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport 2006 SuperficieDémographieEmploi total PIBPIB/hbtCréation dentreprises km²2004 : 5,9 millions 1999 : 5,6 millions 1990 : 5,3 millions 2,4 millions, soit 9,8 % du total national M , soit 10,7 % du total national 27

28 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 La vision de Rhône-Alpes en 2010 telle que suggérée par Erai repose sur cinq ambitions : Rhône-Alpes bénéficiera dun tissu économique bien préparé aux évolutions rapides de lenvironnement sur le plan international : « linternational est inscrit dans le code génétique de Rhône-Alpes » ; Rhône-Alpes sera positionné et reconnu sur léchiquier mondial comme pôle dexcellence sur quatre ou cinq domaines ; Rhône-Alpes sera un creuset en terme dentreprenariat, dinnovation et de créativité ; Rhône-Alpes développera sur lensemble de son territoire une dynamique intégrée Economie-Tourisme-Culture permettant à chacun de ces pôles de bénéficier du développement des autres pôles ; Rhône-Alpes sera moteur, en étroite collaboration avec les réseau régional des villes, dune dynamique au sein dune région transnationale « Europe du Sud » autour de quatre métropoles partenaires : Genève, Turin, Marseille et Barcelone. Linscription de linternational dans le code génétique de Rhône-Alpes Cette ambition se traduit dune part par linternationalisation des entreprises et des capitaux, dautre part par linternationalisation des ressources humaines. Concernant linternationalisation des entreprises et de capitaux, les indicateurs de performance sont la part de PME qui exportent par rapport au nombre total de PME en Rhône-Alpes, la part du chiffre daffaires réalisée à lexport par rapport au chiffre daffaires global des entreprises, la valeur de la tonne exportée, la destination des exportations, lorigine des importations, le taux de couverture du commerce extérieur, le nombre dentreprises disposant dune implantation à létranger, le nombre dentreprises détenues par des capitaux étrangers et leur nombre de salariés. Les leviers publics régionaux se situent dans les dispositifs daides à lexport, les dispositifs de la COFACE et la capacité à intégrer des entreprises de Rhône-Alpes dans le montage des projets européens. Concernant linternationalisation des ressources humaines, les indicateurs de performance sont la part et le nombre de cadres étrangers travaillant en Rhône-Alpes, le nombre et lorigine des chercheurs étrangers, la part de la population ayant suivi des études supérieures, les ressources humaines en sciences et technologies, la part des étudiants et des enseignants étrangers, la part des diplômés rhône-alpins travaillant à létranger et le classement des grandes écoles et des universités. La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

29 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 Les leviers publics régionaux sont essentiellement les programmes de bourses et de mobilité : bourses de formation à létranger, bourses internationales de recherche, bourse daccueil. dispositif denvoi de chercheurs à létranger pour plus de six mois. Laffirmation de pôles dexcellence Lune des principales difficultés réside dans la capacité à sélectionner, à choisir, les quelques domaines dans lesquels des moyens seront spécialement engagés pour faire émerger puis reconnaître des pôles dexception. Cette phase de détection et de sélection doit sappuyer sur des éléments objectifs : la croissance du marché à léchelle internationale, lexistence dune dynamique dentreprises, un environnement favorable (dont les centres de formation et de ressources), la capacité à utiliser limage des pôles dans la stratégie de valorisation globale de Rhône-Alpes. A partir de ces éléments, quatre domaines ont pu être dentifiés : les micro-nano technologies ; léquipement automobile et de véhicules industriels ; léconomie de la neige et de la montagne ; certaines biotechnologies. Plusieurs de ces domaines ont dailleurs été ciblés dans les candidatures et la mise en place des pôles de compétitivité ou des clusters. A titre dexemple récent, on peut citer le cluster «Industries de la montagne» présenté au salon de laménagement de la montagne de Grenoble en avril Avec les 185 stations alpines qui font des Alpes françaises le plus grand domaine skiable du monde, les emplois concernés, les 500 entreprises du secteur dont 90 % sont des leaders dans leur domaine, Rhône-Alpes est crédible dans son projet de créer un pôle dexcellence à rayonnement mondial. Cette démarche est menée par Erai, la Région Rhône-Alpes, le Comité Régional du Tourisme et la Chambre de Commerce et dIndustrie de Savoie. Les indicateurs de résultat pour mesurer la performance des pôles dexcellence de Rhône- Alpes sont liés au nombre dentreprises et demplois concernés, à la part du chiffre daffaires réalisé en Rhône-Alpes par rapport au chiffre daffaires global du secteur, à la taille estimée du marché mondial et à la part de marché de Rhône-Alpes, au budget annuel de recherche privée consacrée au secteur, au nombre de chercheurs privés et au nombre de dépôts de brevets dans le domaine. La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

30 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 Les leviers publics régionaux sont les crédits publics de recherche, les personnels publics de recherche, le nombre et le montant des contrats de recherche signés entre les laboratoires publics et les entreprises, les investissements publics dans les domaines concernés. La stimulation de linnovation et de la créativité Cette ambition passe dune part par la dynamisation de linnovation et de la créativité, et dautre part par linternationalisation du secteur culturel et des industries créatives. Concernant la dynamisation de linnovation et de la recherche, les indicateurs de performance sont la part de dépenses de recherche développement par rapport au PIB, le nombre de brevets déposés dans les instituts internationaux agréés, le nombre et le montant des contrats de recherche, le chiffre daffaires des secteurs innovants, le montant des investissements réalisés en capital-risque, le nombre dagences de design. Les leviers publics régionaux sont la part des budgets publics de recherche et développement par rapport au PIB, la part du budget alloué à Rhône-Alpes dans le 5 ème PCRD par rapport au budget national, le nombre de têtes de réseaux dexcellence européenne, les contrats de recherche signés entre les laboratoires publics et les entreprises, les aides de lANVAR–Oséo. Concernant linternationalisation du secteur culturel et des industries créatives, les indicateurs de résultat sont le nombre annuel dentrées des visiteurs étrangers dans les musées et les biennales, le nombre de compagnies artistiques étrangères produites, le nombre de manifestations culturelles internationales et leur nombre de visiteurs (avec la part de visiteurs étrangers), le nombre de manifestations culturelles rhône-alpines présentées à létranger. Les leviers publics régionaux les crédits daccompagnement à la mise en place des clusters créatifs (loisirs numériques, films, vidéo animation, architecture, édition, etc.), les subventions et aides allouées aux manifestations culturelles à rayonnement international (expositions, infrastructures, promotion, etc.). Limplication des territoires de Rhône-Alpes Les différentes parties du territoire régional doivent être considérés comme des acteurs à part entière du développement international, dabord parce que leur mobilisation et leur implication concourt à lattractivité de Rhône-Alpes, en suite parce quils peuvent eux-mêmes en tirer des bénéfices concrets en terme de développement. Limplication des territoires se traduit ainsi dune part par la dynamisation de leurs actifs, et dautre part par laccompagnement de la professionnalisation dun secteur clé : lindustrie touristique. La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

31 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 De nombreux indicateurs de résultat peuvent être présentés pour évaluer la dynamisation des actifs territoriaux : le trafic voyageur et fret des aéroports, le trafic voyageur et fret des lignes internationales et intercontinentales, les transport de marchandises et de voyageurs vers les pays limitrophes (en particulier lItalie), le taux de couverture en haut débit, le taux déquipement des PME en haut débit, le taux déquipement des foyers en ordinateurs et en connexion Internet (dont en haut débit), les surfaces commercialisables (immobilier dentreprises, foncier), les investissements réalisés par les institutionnels étrangers, les capacités des palais des congrès, les classements (Healey et Baker), les territoires concernés par une démarche environnementale (Agenda 21, Natura 2000), la superficie des zones protégées et des parcs naturels, le nombre dentreprises engagées dans une démarche environnementale (certification Iso). Les leviers publics régionaux sont les crédits aux infrastructures de transports, aux projets structurants type Minatech, aux infrastructures de communication (réseaux haut débit), aux pratiques de développement durable. Concernant la professionnalisation de lindustrie touristique, les indicateurs de performance concernent le montant de la consommation touristique, le nombre dentreprises et demplois salariés, le nombre de nuitées et la part des nuitées étrangères (avec un zoom sur les Alpes du Nord), le chiffre daffaires réalisé par les remontées mécaniques, la programmation des destinations régionales (dont les destinations ski) par les principaux tour opérateurs européens, le nombre de salons professionnels, le nombre de visiteurs étrangers aux salons professionnels. Les leviers publics régionaux sont les crédits alloués au tourisme (investissement, professionnalisation, communication et promotion), le nombre et la qualité des actions de promotion, surtout à létranger. Lémergence dune marque internationale Rhône-Alpes Lun des points faibles dans le rayonnement international de Rhône-Alpes est la caractérisation de son identité. Cette question se pose avec davantage dacuité encore à léchelle infrarégionale, où de nombreux habitants de Rhône-Alpes éprouvent le sentiment dêtre dans une région « administrative » et non dans une région culturelle ou historique. Lémergence dune marque Rhône-Alpes contribuerait ainsi à fédérer les habitants de Rhône-Alpes. Mais elle constituerait surtout un réel atout dans la promotion de Rhône-Alpes à létranger, où les dimensions culturelle, historique, quasi affectives qui sont défaillantes au niveau infrarégional, sont nettement moins importantes pour des publics étrangers qui nont jamais entendu parler de Bresse, de Savoie, de Chablais, dArdèche méridionale ou de Vercors… La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

32 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 La création dune marque Rhône-Alpes de dimension internationale nécessite la valorisation des actifs critiques, cest-à-dire des éléments à forte notoriété qui font lobjet dun traitement médiatique (positif ou négatif) régulier. Elle exige par ailleurs de professionnaliser et de coordonner le dispositif de marketing territorial. Concernant la valorisation des actifs critiques, les indicateurs de résultat passent par la mise en place de bibliométries soit dédiées à Rhône-Alpes, soit dédiées à chaque actif critique de Rhône-Alpes : entreprises leaders, domaines dexcellence, personnalités (scientifiques, grands noms de la culture, du sport ou de la gastronomie), sites naturels ou urbains à forte notoriété. Les budgets de communication et de promotion internationale constituent les deux leviers publics régionaux. Concernant la professionnalisation et la coordination du dispositif de marketing territorial, les résultats se mesurent par la part des investissements étrangers réalisés en Rhône-Alpes par rapport à lensemble des investissements étrangers réalisés en France, au nombre et à la part de projets présentés par lAFII, à lorigine des capitaux investis par rapport aux emplois créés. Les leviers publics régionaux concernent là encore les budget de promotion internationale, le rôle des agences départementales et régionales de promotion économique, les actions de promotion/prospection engagées sur les salons étrangers. La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

33 Horizon Public Conseils 11 mai Les exemples dimpact sur le tourisme La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

34 Horizon Public Conseils 11 mai Les exemples dimpact sur le tourisme Problématique générale Dans lintroduction de son dispositif stratégique et opérationnel 2006, le Comité Régional du Tourisme cite « lémergence dun nouveau tourisme, plus international, plus concurrentiel, plus sensible aux climats et aux tendances de consommation. A lhorizon 2020, le nombre de touristes va doubler, loffre mondiale va tripler ». A elles seules, ces quelques phrases suffiraient à témoigner de létroite interaction qui lie le secteur du tourisme aux problématiques internationales. De fait, la dimension internationale du tourisme ne constitue ni une nouveauté, ni une révélation pour les décideurs de Rhône-Alpes. Cest précisément parce que la recherche dune clientèle internationale a été très tôt au cœur des stratégies de marketing que Rhône-Alpes a pu figurer parmi les références européennes, voire mondiales. Or lattrait de Rhône-Alpes aux yeux des touristes étrangers semble sémousser peu à peu et, aujourdhui, la proportion des visiteurs étrangers représente moins de 20 % du nombre total des touristes accueillis. Ce résultat est jugé décevant par de nombreux professionnels et élus, qui partagent la conviction que le potentiel de conquête – ou de reconquête – est important. La libre circulation des personnes au sein de dune Union européenne très élargie, louverture internationale de nombreux pays, la facilité daccès et la performance sans cesse accrue des moyens de transports sont autant de facteurs qui favorisent laugmentation des flux de touristes à travers le monde. Dans le même temps, la découverte et la valorisation de nouveaux sites, linvention de nouvelles prestations, la diffusion des modèles économique de tourisme de masse ou à bas coût, sont autant de paramètres qui créent de nouvelles concurrences et ébranlent les fondements du tourisme traditionnel tel quil a été vécu et appréhendé en Rhône-Alpes, et ce même si les professionnels du secteur ont toujours su se positionner pour sadapter ou devancer lattente de la clientèle. La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

35 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 Avec un, niveau de consommation touristique globale évaluée à plus de neuf milliards deuros (source étude TNS Sofres réalisée en 2003), emplois directs, autant demplois indirects et emplois saisonniers, lenjeu économique et social est indéniable. Les marges de développement ne se situent pas du côté de la clientèle française dont le pouvoir dachat, au-delà des péripéties conjoncturelles, ne semble pas exponentiel. Les clients français deviennent même de moins en moins captifs et privilégient de plus en plus les courts séjours à létranger. Les marges de développement figurent donc très clairement du côté de la clientèle internationale : soit en attirant de nouvelles cibles, sot en fidélisant les cibles déjà consommatrices à condition toutefois de maintenir ou daugmenter les dépenses moyennes par personne. Limpact de la mondialisation sur le tourisme en Rhône-Alpes est donc bien réel, et semble avoir été intégré dans le dispositif stratégique et opérationnel du Comité Régional du Tourisme rendu public en décembre Le Comité Régional du Tourisme sest en effet réorganisé en hiérarchisant ses actions autour de trois pôles : lingénierie, la promotion, la communication. Au sein de ces trois pôles, la dimension internationale est pleinement appréhendée. Lors des différents entretiens que nous avons réalisés, la problématique internationale a été systématiquement traitée. Lenthousiasme des équipes sur le sujet est particulièrement visible et contribue à une forte mobilisation. Pour notre part, nous laborderons sous deux angles qui permettent naturellement dintégrer le champ daction du Comité Régional du Tourisme, mais aussi de le dépasser pour toucher les champs daction des opérateurs départementaux et locaux, les politiques publiques mises en œuvre pour soutenir et développer le secteur touristique, les actions conduites par les professionnels. Dans un premier temps, il sagira didentifier les répercutions récentes ou à venir de la mondialisation sur la formulation de loffre touristique. Dans un second temps, il sagira danalyser limpact de la mondialisation sur la façon de de promouvoir Rhône-Alpes comme destination touristique. La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

36 Horizon Public Conseils 11 mai Le repositionnement de loffre touristique Léconomie touristique est par nature extrêmement fragile. Composée dune multitude de très petites entreprises, TPE et micro-acteurs souvent indépendants et réticents aux démarches de mutualisation ou de fédération, elle constitue un secteur difficile à organiser. De plus, ce secteur est fluctuant car dépendant de nombreux phénomènes conjoncturels (situation économique, conditions climatiques, actualité géopolitique, etc.). Dans cet esprit, la mondialisation peut être appréhendée selon deux approches. La première consiste à considérer la mondialisation comme une « globalisation ». Selon cette approche, loffre touristique est intégrée dans une société de consommation qui vise à standardiser les comportements selon des modèles (issus de modes) facilement duplicables. Le consommateur souhaite retrouver des normes de confort, de qualité et de prix standardisées, quels que soient sa destination, son type de tourisme ou la date de son séjour. Le produit, par exemple lhébergement, répond ainsi à des normes conceptuelles identiques à tous les pays. Ce type de comportement exclut le sentiment de découverte et la recherche de surprises, mais répond en revanche au besoin de sécurité sur la qualité de la prestation. Le consommateur a limpression dobtenir un « dépaysement sans risque ». Ce phénomène de globalisation favorise les grands opérateurs touristiques, les groupes internationaux, les chaînes. Outre un effet sur la nature de loffre, il a également un effet très puissant sur son économie. Grâce à leur capacité financière, les grands opérateurs internationaux peuvent préacheter de grosses quantités de prestations (transports, hébergements, animations) en obtenant des remises conséquentes, ce qui leur permet de proposer des formules tout compris ou à la carte à des prix décroissants. Le développement dun tourisme international de masse standardisé et à coût maîtrisé est donc assuré par ces grands opérateurs, qui deviennent également des centres dintérêt et de profit pour les sociétés financières, parmi lesquelles un certain nombre de fonds dinvestissement. Ceux-ci trouvent en effet dans le tourisme un créneau où la prise de risque est très faible (standard = sécurité et fidélisation de la clientèle) et qui garantit une rentabilité immédiate évaluée à %. La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

37 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 La seconde approche vise à considérer la mondialisation comme la somme des spécificités et des diversités. Selon cette approche, léconomie touristique repose sur la valorisation des particularismes et des différences. Le consommateur est en quête dauthenticité, dunicité. Cette quête concerne loffre touristique elle-même : site, hébergement, prestations. Mais elle concerne aussi le consommateur qui peut exprimer une attente propre, des préférences, voire des exigences personnelles. Cette seconde approche est à lopposé du phénomène de globalisation précédemment décrit et constitue un refus de toute standardisation. Le poids des grands opérateurs internationaux est évidemment plus réduit, et ce sont les petits acteurs qui peuvent le mieux répondre à ce type de demandes, pour autant quils puissent présenter un rapport qualité/prix performant car cette approche nexclut pas la concurrence. Rhône-Alpes incarne une région où les deux approches se mêlent. On assiste aussi bien à lapparition dune offre touristique standardisée répondant aux caractéristiques de la globalisation, quau déploiement dune offre touristique très hétérogène caractérisée par une impressionnante diversité. Trois types de territoires peuvent ainsi être définis : les territoires qui ont une vocation touristique indéniable : stations alpines, sites naturels exceptionnels, patrimoines bâtis, etc. ; les territoires qui nont aucune vocation touristique (exemple la Vallée du Gier) ; les territoires qui ont un potentiel touristique médian : potentiels non développés ou conditionnés. Sur les territoires qui ont une forte vocation touristique, la standardisation des offres est très nette et la position des acteurs indépendants est de plus en plus fragile. La prégnance des grands opérateurs est réelle, mais ces derniers orientent leur développement vers des zones (notamment au Maroc et en Tunisie) où ils peuvent trouver des sites préservés, une main dœuvre bon marché et une pleine liberté pour implanter leur modèle. Sur les territoires qui nont aucune vocation touristique, loffre est embryonnaire et menacée. Sur les territoires dont le potentiel reste à développer, loffre est présente mais souffre parfois dun manque de lisibilité ou de structure. Les grands opérateurs sont absents et les acteurs locaux constituent lessentiel du tissu. La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

38 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 Deux exemples dopérateurs internationaux présents en Rhône-Alpes Créé en 1967, le Groupe Pierre & Vacances est le leader européen des Résidences Loisirs. En 2005, il a accueilli 6,4 millions de clients, dont 50% de Français. Le parc touristique se compose de appartements et maisons (dont en France), soit lits (dont en France). Le groupe décline six marques : Pierre & Vacances, Pierre & Vacances City, Maeva, Résidences MGM, Hôtels Latitudes et Center Parcs. Sa clientèle est européenne (chiffres 2005) : Le groupe Pierre & Vacances est trè fortement présent en Rhône-Alpes : LAlpe dHuez, Les Arcs, Autrans, Avoriaz, Les Carroz dArrache, Chamonix, Chamrousse, La Clusaz, Les Coches, Le Corbier, Courchevel, Les Deux Alpes, Flaine, Les Gets, Les Houches, Megève, Les Menuires, Méribel, La Plagne, Le Praz du Lys, La Rosière, Saint-François Longchamp, La Tania, Tignes, Val dIsère, Valloire, Valménier, Valmorel, Val Thorens, Vaujany, Villard de Lans. Aucun élément chiffré concernant lactivité du groupe Pierres & Vacances en Rhône-Alpes nest toutefois communicable publiquement. La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

39 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 Créé en 1976 le groupe Intrawest est le premier exploitant et promoteur de villages sports et loisirs en Amérique du Nord. Il est propriétaire de plusieurs centres de loisirs prestigieux avec des implantations en Arizona, Californie, Colombie britannique, Colorado, Floride, Nevada, New Jersey, Ontario, Quebec, Vermont, etc. Le groupe construit dans les Alpes, entre le Parc de la Vanoise et le massif du Mont Blanc, un centre de tourisme haut de gamme baptisé « Village Arc 1950 ». Il sagit dun village savoyard recréé de toutes pièces, dune superfifice totale de mètres carrés comprenant 750 résidences ouvertes à la vente, une station thermale, mètres carrés de surfaces commerciales. Les architectes ont eu le souci de dégager une ambiance dhistoire locale et dauthenticité en utilisant des matériaux traditionnels (bois, lauses, pierres, etc.) et en adoptant une conception durbanisme rappelant les villages dantan. Intrawest est le promoteur de lopération, qui associe également deux hébergeurs à dimension internationale : HMC hôtels et Radisson SAS. Cet investissement est le premier du genre pour Radisson SAS, chaîne hôtelière scandinave, qui ne sétait jamais positionnée dans un village de montagne auparavant. Lensemble des résidences est en catégorie 4 étoiles, aux normes internationales standard de confort. HMC hôtels regroupe 320 appartements et Radisson Sas 146 appartements. Radisson SAS gère également une auberge. La variété des restaurants illustre louverture internationale du centre et de la clientèle : chinois, japonais, thaïlandais, indien, irakien, latino américain. La clientèle est composée à 80 % danglais, les 20% restant se répartissant à égalité entre des ressortissants néerlandais, irlandais et français. La très forte proportion danglais se justifie dune part par la forte notoriété dIntrawest dans les pays anglo-saxons, dautre part par lattrait des anglais pour les investissements en pleine propriété. Lancé en 2002, le programme est en cours de développement et devrait être achevé en juin 2007 avec une capacité totale dhébergement de lits. La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

40 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 Valoriser la diversité de Rhône-Alpes Considérant la standardisation de loffre touristique, la diversité que présente la région Rhône- Alpes peut se révéler un facteur clé de succès particulièrement opportun à valoriser. La valorisation de la diversité de Rhône-Alpes peut en effet intéresser deux types de clientèles aux aspirations pourtant contradictoires : dune part la clientèle attachée à la sécurité dune offre standardisée, mais qui souhaite retrouver ces standards dans une variété de sites ; dautre part la clientèle refusant catégoriquement cette tendance à la standardisation et qui exprime une quête de différence et de spécificité. Pour ces deux types de clientèle, la diversité de Rhône-Alpes est un atout : diversité sur le plan géographique (du haut massif alpin à la Drôme provençale) ; diversité patrimoniale (sites naturels et sites urbains, dont Lyon classée au patrimoine mondial de lhumanité) ; diversité culturelle (histoire, gastronomie, etc.) ; diversité du mode touristique (must grand luxe, camping, gîtes etc.). Les professionnels de Rhône-Alpes ont dès lors un triple défi à relever sils souhaitent être compétitifs et attractifs par rapport à un marché touristique de plus en plus concurrentiel : défi sur la qualité ; défi sur lidentité et la spécificité ; défi sur la personnalisation du produit. Contracter des alliances interrégionales. Lindépendance et lautonomie sont deux qualificatifs qui caractérisent assez fidèlement le comportement des professionnels du tourisme confrontés par nature à une vive concurrence. Lesprit de concurrence se retrouve naturellement dans la conception (puis la promotion) de loffre touristique, et rares sont les exemples de coopération entre territoires. Or une alliance intelligente permettrait de « marier » des offres complémentaires et datteindre des masses critiques capables de rivaliser à un niveau international. Le Comité Régional du Tourisme a ainsi noté quune association de Rhône-Alpes avec PACA représenterait 25 % de lactivité touristique nationale. Elle fournirait le moyen et loccasion de créer des synergies fortes en terme dinfrastructures de transports (aéroports par exemple), et dimaginer de nouveaux produits articulés sur lélaboration de circuits inédits. Par ailleurs, des synergies ponctuelles et ciblées peuvent être étudiées, par exemple sur le thermalisme avec la région Auvergne, qui serait compatible avec laffichage prioritaire de Rhône-Alpes sur la thématique de leau et qui associerait une image de région terroir à celle dune région plus moderne. La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

41 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 Le développement de ce genre dactions interrégionales serait enfin de nature à accroître le rôle de Rhône-Alpes comme région leader en matière dinitiative et de dynamisme touristique, tant aux yeux des autres collectivités territoriales quà ceux de lensemble des professionnels du tourisme. Etre un, voire « le » moteur du tourisme français doit être un objectif pour les élus et les décideurs concernés, et suscitera un sentiment de fierté et de responsabilité chez les professionnels et les acteurs à condition déchapper à un contreproductif sentiment de supériorité. En cela, les démarches de professionnalisation sont à poursuivre et à amplifier. Sur les trois défis précédemment évoqués (qualité, identité, personnalisation) bien sûr, mais également sur tout ce qui concourt à la dimension internationale : pratique des langues étrangères, connaissance des us et habitudes. La mondialisation agit donc bien de manière concrète et visible sur loffre touristique de Rhône- Alpes, et pousse à une adaptation rapide et profonde qui doit permettre daccéder à un niveau dexcellence irréfutable et daffronter la concurrence dotés des meilleures chances. Quelle prenne la forme de la globalisation ou quelle soit vecteur de diversité, la mondialisation est par essence favorable au développement du tourisme car elle amplifie les attitudes nomades de circulation et encourage la découverte dautres horizons, dautres cultures, dautres pays. Pour tirer les meilleurs bénéfices du phénomène, il est impératif de savoir gérer la perception de Rhône-Alpes comme destination touristique. Tel est lenjeu des stratégies de promotion qui doivent être repensées en intégrant cette nouvelle donne. La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

42 Horizon Public Conseils 11 mai La redéfinition de la stratégie de promotion Si les opérateurs privés ont développé des services internes de marketing et de communication qui viennent en appui à la commercialisation de leur offre, les pouvoirs publics se sont également investis depuis longtemps dans la promotion des sites et produits touristiques de leurs territoires. Les syndicats dinitiative et les offices du tourisme au niveau local, les huit comités départementaux du tourisme au niveau départemental et le comité régional du tourisme au niveau régional constituent ainsi les outils opérationnels de promotion touristique en Rhône-Alpes. Ces outils définissent des stratégies et mènent des campagnes actives de promotion en liaison avec dautres acteurs institutionnels impliqués dans le secteur du tourisme : les chambres de commerce et dindustrie, les fédérations professionnelles, les responsables de filières, etc. A chaque niveau, la dimension internationale est devenue un axe systématiquement traité par ces différents organismes. Lexemple du Comité Régional du Tourisme Rhône-Alpes est à cet égard particulièrement éclairant : dabord parce quil dispose de moyens financiers (9,7 millions deuros) et humains (une cinquantaine de personnes) importants, mais aussi parce que quil a le recul et la distance nécessaires pour appréhender la complexité issue dune part des nouveaux modèles économiques appliqués au tourisme, et dautre part de lextrême diversité de loffre proposée en Rhône-Alpes. Limportance clé de la clientèle internationale en Rhône-Alpes La clientèle française représente en 2005 plus de 80 % de la clientèle touristique totale de Rhône-Alpes. Les touristes étrangers en représentent donc moins de 20 %, mais le nombre de nuitées quils assurent et le chiffre daffaires quils génèrent pendant leur séjour sont très importants pour léconomie régionale. Par ailleurs, le contexte international est globalement favorable au développement des flux touristiques. Au-delà des touristes étrangers qui connaissent déjà Rhône-Alpes, le potentiel de nouveaux visiteurs ne cesse de croître. Lattraction de ces nouveaux visiteurs est un enjeu fondamental pour Rhône-Alpes, notamment en ce qui concerne les nouveaux pays de lUnion européenne et les pays lointains. Le nombre de touristes venus des pays européens proches est en effet très élevé et ne semble pas pouvoir être fondamentalement accru. Il sagit ainsi de conserver cette clientèle, et daugmenter significativement les parts de marchés des clientèles plus lointaines. La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

43 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 Lévolution de la clientèle internationale depuis 2000 Source INSEE - Direction du Tourisme 2005 / traitement ORT – MITRA * progression logarithmique mesurant lévolution moyenne dune année sur lautre des nuitées de chaque nationalité La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport 2006 Nuitées > à Poids 2005 / Total étrangers Progression moyenne* ROYAUME-UNI %+0.6% BELGIQUE %+0.5% ALLEMAGNE %-5.9% PAYS-BAS %-7.9% ITALIE %-4.0% SUISSE %-3.0% ETATS-UNIS %-7.2% ESPAGNE %-0.5% JAPON %-3.9% RUSSIE %+14.2% Nuitées > à Poids 2005 / Total étrangers Progression moyenne* PAYS-BAS %-0,7% BELGIQUE %+1,0% ALLEMAGNE %+0,9% ROYAUME-UNI %+4,5% SUISSE %+1,4% DANEMARK %+6,9% 43

44 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 Conscient de lenjeu stratégique que constituent la captation et la fidélisation de la clientèle étrangère, le Comité Régional du Tourisme a souhaité dynamiser son approche des marchés étrangers en réorganisant ses modes opératoires. Trois pôles ont ainsi été constitués : le pôle Europe latine, le pôle Europe du Nord et Centrale et le pôle Marchés Longs Courriers. Chaque pôle regroupe un ensemble de pays qui présentent des caractéristiques communes. Le pôle Europe latine comprend les marchés de proximité : la France, la Suisse, lItalie et lEspagne. Le pôle Europe du Nord et Europe centrale : comprend la Grande-Bretagne, le Danemark, les Pays Bas, la Belgique, la Pologne et la République tchèque. Enfin, le pôle Marchés Longs Courriers comprend trois types de marchés : les marchés matures (USA, Canada et Japon), les marchés émergents (Chine, Asie du Sud Est et Emirats) et les marchés ouverts depuis 2005 (Inde et Russie). Le poids prépondérant de la clientèle européenne LEurope est ainsi appréhendée à la fois comme un marché, mais aussi comme une zone de haute concurrence : par exemple, en vingt ans, le nombre de destinations touristiques urbaines est passé de 60 à 400 en Europe. De plus, lélargissement de lUnion européenne se traduit directement par lémergence annoncée de nouveaux concurrents positionnés sur le marché du ski alpin (par exemple la Slovénie), qui profitent des fonds structurels pour développer leurs infrastructures et de la libre circulation des personnes pour faciliter les flux. La clientèle européenne semble avoir une bonne connaissance et une bonne lecture du produit Rhône-Alpes. Il existe même un effet de fidélisation dune partie de la clientèle qui revient régulièrement dans la région : on peut citer à titre indicatif les nombreux touristes néerlandais qui reviennent chaque été dans lAin, en Ardèche ou dans la Drôme. Cette fidélisation na toutefois pas que des effets positifs sur léconomie touristique. On assiste ainsi depuis quelques années à un basculement dune partie de la clientèle européenne qui passe du statut de touristes à celui de résidants secondaires. Deux effets pervers ont ainsi été observés : dune part la baisse sensible de nuitées générées dans lhôtellerie traditionnelle (les touristes ayant acquis une résidence secondaire nont plus le besoin dun hébergement touristique ; de plus, la résidence secondaire est un lieu daccueil pour les amis et la famille qui ne fréquentent plus non plus les hébergements touristiques) ; dautre part, la demande dacquisition de résidences secondaires, notamment de la part des anglais, des belges et néerlandais, a généré une très forte pression foncière qui a impacté à la hausse le prix de limmobilier de loisirs, rendant celui-ci plus difficilement accessible. La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

45 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 Pour capter les clients européens de lEurope latine, Rhône-Alpes joue essentiellement la carte de la proximité, mais se trouve de fait en compétition avec dautres régions françaises, comme PACA, la Franche-Comté ou même lAlsace. La clientèle suisse se maintient globalement, appréciant la gastronomie, la viticulture et le climat privilégié des territoires les plus septentrionaux de la région (notamment la Drôme provençale). La fréquentation italienne connaît un assez net repli, au profit de destinations soleil et low cost. Il sera intéressant dévaluer limpact de la nouvelle liaison directe ouverte le 16 décembre 2005 entre Grenoble et Rome et assurée par la compagnie italienne low cost « Blue Express » à raison de 4 aller- retour par semaine. Concernant les marchés de lEurope du Nord et de lEurope centrale, les huit comités départementaux du tourisme sont très actifs. Les touristes allemands, néerlandais et belges figurent en effet parmi les clients anciens et traditionnels de Rhône-Alpes, tant pour la pratique des sports dhiver que pour des séjours en période estivale. La clientèle britannique est très forte, et représente la plus forte part des touristes étrangers. Cette part a toujours été forte, mais a été encore renforcée par les dessertes low cost qui ont été mises en place ces dernières années. Rhône-Alpes est ainsi très bien desservie par Easyjet (Grenoble), Ryan Air (Saint-Etienne), Fly be et Jet 2 (Chambéry). Par ailleurs, laccès à Rhône-Alpes a été favorisé pour les marchés de lEurope du Nord grâce aux liaisons directes entre Stockholm et Grenoble par Flynordic, Amsterdam et Chambéry par Transavia et Bruxelles et Chambéry par Jetonly. Enfin, des liaisons récentes ont également été ouvertes avec lEurope centrale et lEurope de lEst, comme en témoigne la liaison Varsovie-Grenoble par la compagnie Centralwings. Toutes ces dessertes ne sont évidemment pas exclusives des connexions établies au départ ou à larrivée de Lyon Saint-Exupéry par les compagnies régulières. Mais la variété et la densité des liaisons low cost sur des aéroports régionaux autres que Lyon Saint-Exupéry démontrent bien linternationalisation de léconomie touristique régionale. Il convient toutefois dapporter deux nuances à ce phénomène : 1°/ Il tend à favoriser les destinations alpines au détriment des territoires du Sud de la région qui sont très mal desservis par les low cost. Lavenir de laéroport de Valence Chabeuil est dailleurs au cœur de cette problématique. 2°/ Il tend à se concentrer sur la période hivernale, doù la nécessité dassurer la promotion de la diversité de loffre touristique. La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

46 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 Les actions de promotion sur les marchés européens ont un format très traditionnel. Elles conjuguent des campagnes de presse et de communication grand public et une présence très régulière sur les salons professionnels. Rhône-Alpes est en effet une destination connue, et les accents de promotion sont davantage portés sur la valorisation datouts ciblés (qualité, activités, etc.) que sur laugmentation de la notoriété. Il en va naturellement tout autrement en ce qui concerne les Marchés Longs Courriers. Le potentiel des Marchés Longs Courriers Le travail de promotion sur les Marchés Longs Courriers est en effet radicalement différent et nécessite un effort important pour accroître la notoriété de la région et la positionner à des niveaux dexcellence et de concurrence comparable à la Suisse ou au Colorado. La clientèle des Marchés Longs Courriers est plutôt une clientèle haut de gamme, qui viennent pour les « must » : Lyon (Bocuse), Annecy, Megève, Courchevel, Chamonix, Val dIsère, La Plagne, Les Arcs, etc. Le niveau de leur exigence est à la hauteur du potentiel dachat. Il est donc impératif pour les destinations phares de Rhône-Alpes de maintenir des niveaux dexcellence et de qualité dans tous les domaines (accueil, nature des sites, prestations, etc.) et danticiper les attentes en proposant des innovations. Cela nécessite une collaboration étroite avec les agences, les grandes enseignes de tourisme et les tour-opérateurs. La démarche de promotion porte ainsi davantage sur le milieu des professionnels du tourisme, les prescripteurs, que sur le grand public. Pour autant, ce dernier nest pas oublié, et des actions sont conduites pour accroître la notoriété de Rhône-Alpes et la qualité de la perception. Cest notamment lobjectif des grandes missions de prestige conduites périodiquement dans les capitales ou les villes principales des pays prospects. Ces missions ont systématiquement quatre temps forts : un workshop, cest-à-dire un salon réservé aux professionnels du tourisme et aux médias ; des évènements et des animations (reconstitution des grenadiers de Napoléon ; démonstrations culinaires et cours de cuisine prodigués par les grands chefs Paul BOCUSE, Georges BLANC, Pierre TROIGROS, Marc VEYRAT, etc.) ; une soirée de gala. Les retombées médiatiques sont souvent excellentes. Pour la mission conduite à New York en mai 2000, elles ont par exemple été estimées à plus de euros. La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

47 Horizon Public Conseils 11 mai journalistes ont été directement concernés et pllus de 25 millions de consommateurs ou dopérateurs touristiques ont été touchés à travers les couvertures média de CBS, NBC, The New York Times, The New York Daily News, Nex Yorker Magazine, etc. La mission « Rhône-Alpes New York 2000 » sest en outre déroulée dans un contexte très spécifique marqué par la nouvelle tentative de développer une liaison aérienne directe entre Lyon et New York. La compagnie Delta Air Lines avait en effet réouvert cette ligne le 15 avril 2000, soit quelques semaines avant la mission. Une autre mission du même type a été conduites à Shangai en décembre 2003, année de la Chine en France. A la différence de New York ou des Etats-Unis, le marché du tourisme chinois en Rhône-Alpes est pour linstant à létat embryonnaire. Son développement est étroitement lié au développement plus général du tourisme chinois en France, en ayant à lesprit que moins de 5 % des touristes chinois visitant Paris passent par Rhône-Alpes. Un travail didentification et de notoriété est incontestablement à mener dans la durée pour espérer accroître ce taux, et profiter du potentiel que représentent les 100 millions de touristes chinois annoncés dans le monde pour Enfin, plus récemment, une opération « Rhône-Alpes à Moscou » sest déroulée du 24 au 27 avril Ces missions sont conçues, organisées et conduites par le Comité Régional du Tourisme et la Délégation Tourisme de la Chambre Régionale de Commerce et dIndustrie. Elles illustrent une démarche partenariale qui permet de renforcer lefficacité des moyens engagés. Dautres partenaires sont également désormais associés à la démarche de promotion du tourisme rhône-alpin. Cest le cas par exemple dErai, ou de Maison de la France. Le Comité Régional du Tourisme a récemment fait part de sa volonté de conforter et de développer ces partenariats, et de sappuyer sur des réseaux internationaux structurés tel celui des Alliances françaises. Il sagit assurément là de voies à explorer qui sont de nature à positionner Rhône- Alpes dans une concurrence mondiale. Cest également dans cet esprit quun travail de préemption sur le média Internet, média de communication mondiale par excellence, a été engagé. La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

48 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 Optimiser la présence sur Internet Internet accélère linformation, permet des comparaisons coût/qualité rapides et peut présenter des retours dexpériences, des témoignages, qui sont de nature à orienter les décisions et les comportements des prospects particuliers. Limpact dInternet est en effet unanimement reconnu en ce qui concerne la présentation des produits touristiques, leur commercialisation. Dailleurs, les grands opérateurs utilisent pleinement cet outil pour présenter et commercialiser les offres standardisées, et les sites dédiés à lachat de voyages, séjours ou prestations figurent parmi les sites les plus consultés (par exemple Lastminute.com). Cest pourquoi il devenait indispensable que Rhône-Alpes optimise pleinement sa présence sur Internet. Pour évaluer la présence de Rhône-Alpes sur Internet, il convient de mesurer le nombre doccurrences, cest-à-dire de références consultables, qui concernent les principaux vecteurs touristiques régionaux. Occurrences en pages francophones La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport 2006 Rhône-Alpes Rhône-Alpes Tourisme Lyon Lyon Tourisme Saint-Etienne Saint-Etienne Tourisme Ain Ain Tourisme Ardèche Drôme provençale Chamonix Paul Bocuse Megève Courchevel

49 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 Pour parvenir à toucher davantage de cibles, le Comité Régional du Tourisme a ainsi multiplié les entrées possibles sur son site en multipliant le nombre de langues et de traductions. Lobjectif est de se rapprocher de linternaute (donc du client potentiel) étranger en utilisant sa langue de communication. A cet égard, la comparaison du régime linguistique des différents sites institutionnels consacrés au tourisme en Rhône-Alpes est particulièrement révélateur. Le régime linguistique des sites Internet institutionnels dédiés au tourisme en Rhône-Alpes La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport 2006 AllamgneBelgiqueCanadaChineDanemarkEspagneGrande-BretagneItaliePays BasRussieSuisseUSA ain-tourisme.comXXXX ardeche-guide.comXXX drometourisme.comXXXXXX isere-tourisme.comXXX rhonetourisme.comX savoiehautesavoie.comX rhonealpes-tourisme.comXXXXXXXXXXX 49

50 Horizon Public Conseils 11 mai Les exemples dimpact sur les modes de consommation La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

51 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport Les exemples dimpact sur les modes de consommation Problématique générale Spécialisés dans létude et lanalyse de la consommation française, des organismes aussi sérieux et réputé que Centre de Recherche pour lEtude et lObservation des Conditions de Vie (CREDOC) ou les instituts privés spécialisés dans les enquêtes dopinion, la définition des tendances ou lanalyse des comportements collectifs, ont observé depuis quelques années un attrait du consommateur français pour les produits à connotation exotique. Cet attrait sexercerait plus particulièrement dans deux secteurs clé : lalimentation et la décoration intérieure (aménagement et ameublement). De façon plus marginale, un troisième secteur, lhabillement, serait également concerné à travers lémergence dune clientèle intéressée par les « vêtement ethniques ». Ce phénomène est relativement récent et les premiers effets tangibles peuvent être datés du milieu des années Il sest nettement accéléré ces trois dernières années avec lorganisation dune véritable offre commerciale reposant sur lélaboration de produits spécifiques, sur la mise en œuvre de plans de communication et de marketing adaptés, sur lapparition de réseaux spécialisés. Parmi les raisons qui peuvent être avancées pour expliquer cette évolution, on peut citer la structure de la population, et plus particulièrement le métissage dû aux brassages techniques, qui favorise désormais le multiculturalisme. La préservation des identités originelles, les coutumes, les habitudes des populations dorigine extra-européenne constituent en effet des leviers importants pour une évolution profonde de la consommation traditionnelle. Dans le même temps, on assiste à un formidable retour aux racines locales. Cette tendance sobserve sur lensemble des territoires, avec semble-t-il une motivation supérieure chez les jeunes générations (18-30 ans), notamment dans le domaine culturel. Louverture internationale saccompagne ainsi dune revalorisation du local (le « terroir »). 51

52 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport 2006 Loin dêtre antagonistes, ces deux tendance (ouverture internationale et recentrage local) saccordent au contraire parfaitement et permettent aux individus dassumer une identité mêlée de références mondiales, nationales, régionales et locales. Ce phénomène est ainsi très net en matière alimentaire, comme on peut lobserver à travers létude réalisée par lInstitut TNS- Sofres en janvier 2006 sur les plats préférés des Français. Pouvez-vous mindiquer, parmi les différents plats, les deux ou trois que vous préférez ? Plat%RangPlat%Rang Blanquette de veau24 %1Poulet frite8 %13 Couscous21 %2Pizza8 %13 Moules frites20 %3Brandade de morue7 %17 Côte de bœuf18 %4Bouillabaisse7 %17 Bœuf bourguignon17 %5Boudin aux pommes7 %17 Gigôt dagneau17 %5Hachis parmentier7 %17 Pot au feu16 %7Tajine dagneau6 %21 Lapin à la moutarde14 %8Poule au pot5 %22 Spaghetti à la bolognaise 13 %9Tête de veau sauce gribiche 5 %22 Steak frites12 %10Petit salé aux lentilles5 %22 Fondue bourguignonne12 %10Capaccio4 %25 Choucroute12 %10Quiche lorraine4 %25 Coq au vin8 %13Potée2 %27 Cassoulet8 %13Sans opinion1 %/ 52

53 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport 2006 Lacte de consommation sest modifié car la juxtaposition de références identitaires et territoriales a entraîné un élargissement des demandes, des besoins, des envies. Le consommateur veut consommer mondial, national, régional et local. A la question, « internationalisation des échanges, la mondialisation exercerait-elle une influence sur notre mode de consommation ? », la réponse est donc positive. Pour autant, il nest pas aisé de repérer des éléments irréfutables qui permettent de caractériser avec objectivité cet impact. La démarche retenue pour atteindre cet objectif a été de cibler des indicateurs unanimement reconnus comme performants en matière de consommation. La grande distribution, par les moyens techniques, financiers et humains quelle met en œuvre pour sinformer sur lévolution des comportements et pour adapter son offre produit, nous a ainsi paru être lun de ces indicateurs. Lévolution des actes dachat de produits équitables, qui sinscrivent souvent dans une démarche partenariale de coopération Nord Sud, constitue le deuxième indicateur. Lapparition de lieux de vente dédiés aux produits à connotation exotique, et lémergence de réseaux denseignes spécialisés, sera le troisième indicateur. Enfin, un zoom particulier sera mis sur le secteur de la restauration, traditionnellement ouvert aux cuisines du monde, mais également très réputé en Rhône-Alpes pour son enracinement régional et la promotion des produits locaux. 53

54 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport Lélaboration par les réseaux de grande distribution dune offre spécialisée dans le secteur alimentaire La présence de la grande distribution en Rhône-Alpes est ancienne. Rhône-Alpes est même une région de référence dans lhistoire de la grande distribution dans la mesure où deux des groupes majeurs sont nés dans la région : Carrefour en Haute-Savoie et Casino dans la Loire. Dans le panorama de léconomie régionale quelle publie régulièrement, la Chambre Régionale de Commerce et dIndustrie avait dans son édition 2003 réalisé une étude approfondie de létat de la grande distribution dans les huit départements. Avec un total de plus de grandes ou moyennes surfaces supérieures à 300 mètres carrés, et une surface globale de plus de 4,5 millions de mètres carrés ( m² entre 1999 et 2003 !), la Région Rhône-Alpes comptait parmi les plus équipées de France. La grande distribution en Rhône-Alpes (nombre d'établissements disposant d'une surface de vente supérieure à 300 m²) Source : Observatoires des CCI de Rhône-Alpes, 1/1/2003 AinArdècheDrômeIsèreLoireRhôneSavoie Haute- SaVoie Rhône- Alpes Hypermarchés Supermarchés dont maxidiscomptes Grands magasins et Magasins populaires Grandes et moyennes surfacesspécialisées dont équipement de la maison dont équipement de la pers autres TOTAL

55 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport 2006 Très concentrées en périphérie urbaine, elles détiennent plus de 65 % des parts de marchés des dépenses commercialisables, ce qui représente évidemment une part colossale des comportements de consommation. Pour maintenir et accroître ses parts, la grande distribution met en œuvre des stratégies très lourdes en terme doffre tarifaire et de campagnes marketing. Mais elle engage également dimportants moyens pour analyser les attentes des clients, mesurer les tendances, anticiper les besoins, créer les envies. Cest dans cette perspective que lévolution des comportement alimentaires est soigneusement suivie, et que des gammes spécifiques de produits sont élaborés puis diffusés. La création de gammes alimentaires exotiques Le Centre de Recherche pour lEtude et lObservation des Conditions de Vie (CREDOC) a réalisé en décembre 2005 un exercice danticipation des comportements alimentaires des Français. Lune de ses conclusions porte sur les produits exotiques, « une mode qui perdure ». Lorsque lon pose la question, « dans votre foyer, consomme-t-on des produits alimentaires dorigine exotique ? », on obtient un taux de réponse positive beaucoup plus élevé depuis 5 ans : 36,4 % en 1995 ; 37,1 % en 1997 ; 36,9 % en 2000 ; 40,6 % en 2003 ; selon les projections, ce taux dépasserait 50 % à lhorizon La fréquence de consommation est en outre fonction de facteurs discriminants, comme le niveau détudes ou le lieu dhabitation. Létude du CREDOC montre ainsi que lachat de produits exotiques est plus fréquent chez les individus les plus diplômés et chez les individus résidant dans les grandes agglomérations. Elle révèle aussi que lacte dachat seffectue auprès de traiteurs ou de restaurateurs, mais quil sest très nettement accrû dans les hyper et supermarchés. Il nest dès lors pas étonnant que les grands distributeurs, qui ont développé leurs propres marques ces dernières années, se soient positionnés sur ce créneau et aient également conçu des gammes complètes de produits exotiques. EnseigneCommuneSurface (m²)CA 2005 (Mios ) AUCHANST-PRIEST (69) ,2 CARREFOURVENISSIEUX (69) ,2 CARREFOURECULLY (69) ,3 55

56 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport 2006 Toutes les enseignes de grande distribution ont désormais augmenté le nombre de mètres linéaires consacrés aux plats cuisinés ou aux ingrédients exotiques. Le groupe stéphanois Casino fait figure de référence avec la gamme « Saveurs dailleurs » quil a créée et densifiée, et qui présente aujourdhui une offre de plus de 80 plats cuisinés représentant les spécialités culinaires du monde entier : USA, Mexique, Guatemala, Chine, Indonésie, Vietnam, Inde, Maghreb, Espagne, Italie, Grèce, Ecosse, Angleterre, Hollande, etc. La gamme la plus complète (plus de 200 produits) a été créée par Carrefour et se nomme « Destination Saveur ». En plus des plats cuisinés, cette marque propose des entrées, des desserts, des fruits, des boissons, des accompagnements (sauces, aides et ingrédients culinaires). Un comité de chefs, coordonné par Joël ROBUCHON et composé de références gastronomiques exotiques, valide les produits et ajuste les recettes dorigine aux goûts et habitudes alimentaires des consommateurs français. Dans le même esprit, la grande distribution a intégré dans son offre les produits issus du commerce équitable. Elle a même réussi à se les approprier en partie, comme le révèle une étude réalisée en mars 2006 par le département stratégie dopinion de lInstitut TNS – Sofres pour le compte du magazine « Pèlerin » et le Comité catholique contre la Faim et pour le Développement. Les grandes surfaces sont ainsi identifiées par les consommateurs comme le lieu dachat le plus adapté en ce qui concerne les produits du commerce équitable. Personnellement, si vous achetiez un produit issu du commerce équitable, vous préféreriez le faire… Dans un magasin de type grande surface33 % Dans une boutique spécialisée13 % Dans lun ou lautre, sans préférence41 % Sans opinion13 % Total100 % 56

57 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport 2006 Le groupe Carrefour a ainsi annoncé le lancement de sa gamme de produits équitables, « Agir Solidaire », qui sera en rayon à partir de juin La création de gammes alimentaires régionales Parallèlement à laugmentation de la consommation de produits exotiques, létude rendue publique par le CREDOC en décembre 2005 montre également lattrait très fort quexercent les produits traditionnels et les plats régionaux. Trois facteurs expliquent cet attrait : la perception que ces produits sont « goûteux », la volonté de défendre une sensibilité culturelle et identitaire, la recherche de sécurité alimentaire. Létude révèle que les consommateurs amateurs de cuisine et de plats exotiques sont également dexcellents consommateurs et acheteurs de produits du terroir, ce qui illustre la parfaite compatibilité dans ces deux comportements que lon aurait pu pourtant présumer comme contradictoires. Les grands distributeurs ont ainsi accompagnés leurs marques exotiques de marques régionales valorisant les produits locaux. La démarche marketing est méticuleusement préparée, et lensemble des produits bénéficie dune attention soutenue en matière de packaging, de présentation et de promotion. La grande distribution entend gommer limage dindustrie alimentaire au profit dune image plus conviviale et authentique. Depuis le lancement de leurs propres marques, les enseignes de la grande distribution ont réservé une place de plus en plus grande aux producteurs locaux et régionaux. A titre dexemple, 80% des produits labellisés sous des marques Carrefour (donc distinctes des grandes marques à forte notoriété) sont fabriqués par des PME, soit environ 35 % du chiffre d'affaires des hypermarchés concernés. Chaque enseigne a ainsi créé sa marque spécialisée sur les produits régionaux : Casino avec la gamme « Saveurs de Toujours… et des Régions » ; Carrefour avec la gamme « Reflets de France » ; Leclerc, avec la gamme « Nos Régions ont du talent », semble lenseigne ayant le plus développé ce créneau. On compte ainsi 28 produits directement inspirés des spécialités de Rhône-Alpes : ravioles de Romans, pâtes et fromages de Savoie, charcuterie de Lyon, myrtilles et marrons de lArdèche, olives de Nyons, nougat de Montélimar, etc. 57

58 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport 2006 Des actions de promotion adaptées La connotation exotique et lidentité régionale sont désormais des facteurs qui encouragent et déclenchent lacte dachat. Très régulièrement, la grande distribution organise ainsi des opérations de communication et des animations en magasins autour des produits exotiques ou régionaux. Concernant les produits exotiques, la célébration du Nouvel an chinois est devenue un grand classique dans lensemble des hypermarchés et supermarchés de Rhône-Alpes. De même, il ne se passe pas de trimestre sans une opération ou une animation articulée autour dun pays, dun continent, dune destination (semaine italienne ou mexicaine, etc.). Les promotions et animations ciblées sur les produits régionaux sont permanentes. Des producteurs locaux sont régulièrement associés et participent à des dégustations ou à des démonstrations, parfois dans des conditions contestées. Dans son essai « les coulisses de la grande distribution », léconomiste Christian JACQUIAU dénonce précisément ces actions qui seraient en réalité imposées aux producteurs par les enseignes dans des conditions discutables. La grande diversité des produits régionaux en Rhône-Alpes et leur renommée tant auprès des Rhône-alpins que des personnes extérieures à la région encouragent la pratique régulière de ces actions de promotion. 58

59 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport Lorganisation dune filière structurée de commerce équitable En 2002, dans le cadre dune étude quil réalisait pour le compte du ministère de lEconomie, des Finances et de lIndustrie sur les conditions de vie et aspirations des Français, le CREDOC concluait que 38 % des consommateurs tenaient compte des conditions de production et de lengagement citoyen des entreprises et que 50 % étaient disposés à payer plus cher si la production était éthique. La question qui restait posée était de savoir si ce type de consommation engagée était une mode ou une nouvelle tendance de la consommation, et si les modes de production éthique et les réseaux de distribution allaient sorganiser pour proposer une offre adaptée. Force est de constater quatre ans plus tard que, loin dêtre une mode passagère, la consommation éthique est devenue une habitude pour une part non négligeable des acheteurs, et que loffre s est structurée et organisée. Le lancement dun baromètres national du commerce équitable Le baromètre est une technique de mesure des comportements. Il sagit détudes comportant les mêmes items et qui se renouvellent annuellement. La pratique de ces baromètres est très répandue chez les analystes et tendanceurs qui souhaitent disposer dune information renouvelée en matière de comportement et dactes dachat, avec un suivi dans le temps. Plusieurs baromètres ont ainsi été mis en place récemment pour suivre lévolution des attitudes et comportements des Français à légard du commerce équitable et ses résultats. Régulièrement, lInstitut TNS – Sofres publie un baromètre sur les préoccupations des Français et leur réaction face à lactualité. En juin 2004, une partie de ce baromètre était consacrée au commerce équitable, et révélait que 38 % des consommateurs se disaient prêt à acheter des produits de commerce équitable (33 % pour des produits bio). Pour autant, lacte dachat nétait pas encore réellement constitué. Ces résultats confirmaient lintérêt croissant pour ce type de produits et la marge de progression encore très importante en matière de diffusion et de distribution. 59

60 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport 2006 En mai 2005, IPSOS rendait public un baromètre de notoriété du commerce équitable qui révélait une très nette progression de la notoriété (74 % des personnes interrogées avaient déjà entendu parler de commerce équitable). Lachat dachat semblait lui aussi en nette progression, mais restait très axé sur le seul café. Le premier véritable baromètre du commerce équitable a été lancé par lInstitut TNS – Sofres en avril Selon Anne-Hélène MANGIN, du département stratégie dopinions de TNS- Sofres, le baromètre a permis de dégager quatre enseignements majeurs : 1. Le commerce équitable est un concept familier et sympathique ; 2. Les achats de produits équitables ne se font pas au hasard ; 3. Lachat de produits équitables est porteur de sens ; 4. Le commerce équitable est crédible. Près dun Français sur deux (47 %) ont le sentiment de savoir exactement ou assez bien ce quest le commerce équitable. 26 % dentre eux sont capables den donner une définition exacte ou proche (achat/échange avec des petites producteurs/cultivateurs des pays en développement, etc.). 23 % sont capables de faire référence à ses valeurs (échange commercial sincère, juste et équilibré, respect de la dignité des petits producteurs, etc.). Pour plus des deux tiers des Français (69 %), le commerce équitable évoque un concept positif. Ce taux de sympathie est proche de celui mesuré pour le développement durable ou les produits bio (68 %). La connaissance et la sympathie sont dautant plus fortes que le capital socio-culturel est élevé : cadres, diplômés, foyers à hauts revenus, habitants de grandes agglomérations, individus sintéressant à la politique, individus sensibles aux thèmes de lécologie. 26 % des Français déclarent acheter régulièrement (au moins une fois par mois) un produit issu du commerce équitable. Ils placent ce commerce comme prioritaire par rapport aux autres lorsquils le trouvent en rayon. Pour 16 %, la mention « produit équitable » est synonyme de qualité. 50 % des personnes interrogées considèrent que cest une façon daider les populations pauvres, 35 % que cest une marque de respect vis-à-vis des producteurs et 15 % que cela concrétise leur envie de « changer le monde ». Parallèlement, 82 % se déclarent prêts à faire des efforts pour aider les pays du Tiers Monde et 86 % affirment vouloir apprendre à leurs enfants à « bien consommer ». 60 % des consommateurs ont confiance dans les produits issus du commerce équitable (contre 17 %). 49 % réfutent la phrase « je ne crois pas vraiment au commerce équitable » (contre 18 %). 60

61 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport 2006 La mobilisation régionale en faveur du commerce équitable En 2003, le Conseil régional Rhône-Alpes avait commencé à sintéresser au commerce équitable et avait fait réaliser une étude de contexte par le plateforme du commerce équitable. Mais cest à partir du deuxième trimestre 2004 que le Conseil régional sest réellement engagé dans une démarche active en faveur du commerce équitable : mai 2004 : signature de la charte « 500 villes sengagent pour le commerce équitable » ; juillet 2004 : adoption dun vœu sur la commande éthique par la collectivité ; octobre 2004 : adoption dun plan régional du commerce équitable. Le plan régional du commerce équitable comprend ainsi sept axes : lintégration du commerce équitable dans les coopérations décentralisées ; le soutien de projets pilotes ; une aide technique et juridique aux collectivités territoriales et aux réseaux ; un soutien aux projets dentreprises spécialisées dans le commerce équitable ; la mise en œuvre doutils régionaux structurants ; le soutien aux actions de sensibilisation et déducation ; la liaison avec les programmes de développement durable type « Objectif Terre ». En mai 2002, le label Max Havelaar a lancé une campagne auprès des collectivités territoriales françaises intitulée « 500 villes sengagent pour le commerce équitable ». Il sagit pour les collectivités signataires dune part dintégrer le facteur équitable dans leur pratique dachat et dautre part de sensibiliser leurs habitants au commerce équitable. Au 1 er avril 2006, seules dix collectivités rhône-alpines avaient signé lacte dengagement : le Conseil régional Rhône-Alpes, la Ville de Chambéry, la Ville de Cluses, la Ville de Grenoble, la Ville de Lyon, la Ville de Meylan, la Ville de Pressins, la Ville de Saint-Genis les Ollières, la Ville de Vaulx en Velin et la Ville de Villeurbanne. Ce résultat semble perfectible… 61

62 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport 2006 Larticle 1er du cahier des clauses techniques particulières de lappel doffre lancé par la Ville de Lyon pour le marché des traiteurs stipule que « la Ville de Lyon sest engagée au côté des collectivités publiques sur des actions de développement durable, aussi elle demande aux prestataires de fournir du café et du jus de fruit issu du commerce équitable dans le cadre de ces prestations ». La communauté dagglomération de Grenoble Alpes Métropole a initié et participé fortement au financement du projet Ofretic38.com qui entend organiser et développer loffre de produits et de services éthiques en direction des collectivités locales, des entreprises et des comités dentreprise. Début 2005, un site Internet a vu le jour, et présente une sorte de catalogues des produits disponibles dans lagglomération grenobloise. Lassociation EquiSol est devenue en Rhône-Alpes lun des moteurs de promotion les plus actifs en faveur du commerce équitable. Très fortement soutenue par les collectivités publiques, qui assurent lessentiel du financement des activités, elle mène des campagnes dinformation, de sensibilisation, déducation et de mobilisation. Elle assure par exemple lorganisation et lanimation des assises régionales du commerce équitable, dont la deuxième édition sest tenue en mai

63 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport Le développement des enseignes mondialistes Répondant à laugmentation de lintérêt des Français pour les produits à connotation exotique, beaucoup de commerces spécialisés se sont ouverts en Rhône-Alpes. Loffre ainsi proposée sest très nettement développée dans les grandes agglomérations : « Futon boutique », « Univers du Japon » à Lyon, « Comptoir irlandais » à Grenoble, etc. Les petites villes et les villes moyennes nont pas échappé à cette tendance et connaissent, certes plus modestement, une percée de ces nouveaux commerces : « Villa Marco » à Valence, « Meubles indiens » à Cluses, etc. Au-delà des commerces individuels, laugmentation de loffre est assurément due à lorganisation et au déploiement de véritables réseaux de distribution, de chaînes, de franchises. Le phénomène est extrêmement récent, et ses effets sont encore peu visibles. Pour autant, ce phénomène nous semble relativement ancré et profond. Trois exemples particuliers illustrent, en Rhône-Alpes, le développement de ces enseignes « mondialistes » qui proposent des produits issus de culture et dhorizons différents, et qui intègrent dans leur marketing (logo, nom, design intérieur, agencement, etc.) le nouvel engouement des consommateurs pour « ce qui vient dailleurs ». Le premier exemple, le réseau de boutiques « Artisans du Monde » concerne le secteur du commerce équitable, pour lequel on a déjà pu observer que la Région Rhône-Alpes portait une attention soutenue. Le deuxième exemple, la marque CHA YUAN, est significative et représentative de lévolution du comportement alimentaire, et constitue une tentative dappliquer des techniques modernes de distribution (marketing, système de franchises) à un produit ancien et traditionnel : le thé. Le troisième et dernier exemple sélectionné concerne le secteur de lameublement et de la décoration intérieure, avec lenseigne « La Maison coloniale », qui se développe et se positionne plutôt sur les nouvelles zones dactivités commerciales, à la différence des deux exemples précédents dont les implantations se situent davantage dans les secteurs de centre ville. 63

64 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport 2006 Exemple denseigne mondialiste en matière de commerce équitable Avec plus de 160 points de vente à travers lensemble de la France, le réseau de boutiques à lenseigne « Artisans du Monde » est le premier réseau national spécialisé dans le commerce équitable. Le réseau propose un catalogue dun millier de références environ de produits issus de lartisanat (arts de la table, décoration, textile, jouets, etc.) et de 120 références de produits alimentaires. Le réseau commercial, qui utilise jusquà présent la forme associative, se veut indépendant des canaux traditionnels de distribution, et notamment des grandes chaînes de distribution. Le choix sest dès lorigine porté vers un réseau de boutiques, le plus souvent situées en centre- ville, avec des surfaces de vente plutôt modestes. Il sagit donc avant tout dun réseau qui se développe autour des principes du commerce équitable et qui revendique son refus des principes libéraux de léconomie marchande. La notion de proximité est fortement mise en avant.. La densité du réseau en Rhône-Alpes est relativement forte puisque la région compte 25 points de vente, soit plus de 15 % du réseau total. Répartition des 25 boutiques « Artisans du Monde » en Rhône-Alpes AinArdècheDrômeIsèreLoireRhôneSavoie Haute- Savoie Bourg en Bresse Annonay Aubenas Privas Tournon Montélimar Romans Valence Crolles Grenoble Saint-Marcellin Vienne Voiron Montbrison Roanne Saint-Etienne Lyon Ouest Vieux Lyon Villeurbanne Chambéry Saint-Jean de Maurienne Annecy Annemasse Salanches Thonon-les- Bains

65 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport 2006 Exemple denseigne mondialiste en matière alimentaire Lexercice danticipation des comportements alimentaires des Français réalisée en décembre 2005 par le CREDOC montre que loffre et la demande en matière de thé a augmenté de façon spectaculaire. Selon lINSEE, les dépenses par ménage ont ainsi triplé en 21 ans (de 4,8 euros par an en 1979 à 13,4 euros par an en 2000). Létude du CREDOC note que « le phénomène touche tout le monde, mais surtout les hauts revenus, les plus diplômés et les habitants des grandes agglomérations (…). Les consommateurs associent aussi au thé des images de convivialité et de raffinement. Cest une façon de sévader et cela rejoint les modes vestimentaires et décoratives orientales ». Lextrapolation du marché à lhorizon 2020 prévoit une évolution de + 1,9 % par an, en euros constants. En 1990,Nadia BECAUD, passionnée de thé, crée CHA YUAN, une boutique dédiée au thé. Après avoir développé des relations étroites avec les producteurs asiatiques et avoir acquis une réelle crédibilité basée sur une expertise unanimement reconnue, elle fonde lInstitut du thé au sein duquel elle organise des cycles de conférences, des formations, des manifestations autour du thé. Peu à peu, profitant de lengouement que suscite le thé chez les consommateurs, et notamment chez les consommateurs rhône-alpins, elle ouvre dautres boutiques et lance un réseau de franchises. Le réseau est actuellement en cours de développement à travers la France, et quatre boutiques ont dores et déjà été ouverte à Lyon, Grenoble et Valence. 65

66 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport 2006 Exemple denseigne mondialiste en matière dameublement et de décoration « La Maison Coloniale » a ouvert son premier magasin en 1997 en région parisienne. Spécialisée dans lédition et la distribution dobjets et de meubles en provenance dAsie, cette enseigne diffuse en exclusivité des canapés, des meubles, des objets de décoration dInde, dIndonésie, de Chine et du Japon. Depuis 1997, plus de 80 magasins ont été ouverts en France et dans le monde (Moscou, Athènes, etc.), ce qui place cette enseigne en position de leader sur ce créneau. Les magasins sont gérés en propre ou en franchise, et ont une superficie moyenne de 450 m². Les emplacements et les choix dimplantation se concentrent principalement en périphérie des pôles urbains, notamment dans les zones dactivité commerciale les plus garnies qui garantissent une zone de chalandise importante. Cinq magasins à lenseigne ont déjà été ouverts en Rhône-Alpes : à Saint-Martin dHères (périphérie de Grenoble), à La Fouillouse (périphérie de Saint-Etienne), à Champagne et Saint- Priest (périphérie de Lyon) et à Valence. ***** Pour qualifier et déterminer limpact de la mondialisation sur les circuits de distribution et les modes de consommation, il serait intéressant de suivre lévolution des implantations à venir des trois enseignes sélectionnées : nombre des ouvertures nouvelles, choix des sites, évolution de loffre (qualitative et quantitative), campagne de promotion. Il semblerait également judicieux de suivre lévolution de la concurrence et lémergence de nouvelles enseignes. 66

67 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport Lévolution de loffre dans le secteur de la restauration Depuis très longtemps, le secteur de la restauration a présenté une très grande diversité dans son offre de choix. Cette diversité sest manifestée par la présence de petits restaurants indépendants spécialisés dans lart culinaire de tel ou tel pays. Cette offre était le plus souvent liée à lorigine même des restaurateurs qui, de nationalité étrangère, proposaient à la clientèle française un peu dexotisme et de dépaysement. Au fil des vagues dimmigration, on a vu ainsi sélargir peu à peu cette offre : cuisine européenne (Espagne, Grèce et Italie), cuisine méditerranéenne (Liban, Maghreb, Turquie), cuisine asiatique (Inde, Thaïlande, Vietnam), etc. Aujourdhui, la présence et le développement de ces restaurants spécialisés répond à des facteurs plus complexes. Bien sûr, lorigine ethnique et culturelle des restaurateurs eux-mêmes restent un élément important. Mais il nest plus le seul. La composition multiethnique et multiculturelle de la population est également un élément qui pèse de plus en plus. En outre, lattrait des Français dorigine pour les cultures lointaines et les goûts exotiques nest plus à démontrer. On assiste ainsi à un véritable retournement de la problématique commerciale. Là où le restaurant spécialisé était il y a quelques années encore une offre spontanée, il est aujourdhui une réponse à un besoin de consommation. Ce phénomène se traduit par une offre accrue, quelle que soit la taille des villes de Rhône-Alpes. Les restaurants spécialisés dans la cuisine étrangère (offres sélectionnées par le guide « Le Petit Futé ») VilleNombre de restaurants sélectionnés Nombre de restaurants sélectionnés – spécialités étrangères Part des restaurants – spécialités étrangères / Nombre total de restaurants Pays concernés Annecy %Argentine, Chine, Inde, Italie, Japon, Liban, Maghreb, Mexique, Thaïlande, Vietnam. 67

68 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport 2006 VilleNombre de restaurants sélectionnés Nombre de restaurants sélectionnés – spécialités étrangères Part des restaurants – spécialités étrangères / Nombre total de restaurants Pays concernés Grenoble %Afrique, Antilles, Belgique, Bolivie, Brésil, Cambodge, Canada, Chine, Espagne, Guyane, Inde, Italie, Liban, Maghreb, Mexique, Norvège, Pérou, Thaïlande, Vietnam. Lyon %Afrique, Arménie, Cambodge, Chine, Corée, Cuba, Espagne, Grèce, Inde, Iran, Irlande, Italie, Japon, Liban, Maghreb, Mexique, Pakistan, Polynésie, Portugal, Thaïlande, Turquie, USA, Vietnam. St-Etienne %Afrique, Chine, Inde, Indonésie, Italie, Maghreb, Mexique, Thaïlande, Vietnam. Valence %Angleterre, Arménie, Chine, Corée, Grèce, Inde, Italie, Japon, Liban, Maghreb, USA, Vietnam. 68

69 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport 2006 Lenvie dexotisme culinaire manifestée par les consommateurs a également suscité le développement de chaînes de restauration spécialisées. Le succès le plus spectaculaire est évidemment celui de la restauration rapide à laméricaine. Il est le plus visible, mais il est également le plus ancien puisque les premiers fast-food ont ouvert leurs portes en France il y a plus de vingt ans. Il nempêche que le déploiement des points de vente a été foudroyant, et que les chaînes spécialisées ont aujourdhui un maillage territorial particulièrement impressionnant. Le cas de lenseigne Mac Donalds est à cet égard unique. Mac Donalds compte ainsi plus de 100 points de vente en Rhône-Alpes, contre « seulement » 29 pour son principal concurrent, lenseigne Quick. Le duel Mac Donalds - Quick en Rhône-Alpes Un autre succès à signaler concerne le développement de chaîne de pizzerias. Mais le créneau de la vente de pizza est un créneau extrêmement concurrentiel, où se mêlent les innombrables pizzerias de proximité, les chaînes de commande par téléphone et livraison à domicile, les ventes nomades. Plusieurs enseignes sont néanmoins organisées en chaînes et se livrent une féroce concurrence. Leur nombre de points de vente en Rhône-Alpes restent cependant très en dessous de celui des chaînes de fast-food : 7 points de vente pour Pizza Hut, 6 pour Pizza Paï, 5 Dominos Pizza et 5 pour Pizza Del Arte. De plus, ils restent concentrés sur Lyon et Grenoble. Dautres enseignes spécialisées dans la restauration étrangère se sont lancées à la conquête du marché français. La région Rhône-Alpes nest pour linstant par encore très bien maillée, ce qui tend à privilégier lidée quun développement important est prévisible dans les toutes prochaines années. AinArdècheDrômeIsèreLoireRhôneSavoie Haute- SaVoie Rhône- Alpes

70 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport 2006 Veng Hour, traiteur chinois, compte ainsi quelques 17 restaurants à travers la France, mais 2 seulement en Rhône-Alpes (centre commercial La Part-Dieu). Pour sa part, Bodegon Colonial a déjà déployé 20 restaurants en France, dont 2 Rhône-Alpes. El Rancho Tex Mex a ouvert 18 restaurants en France, mais aucun à ce jour en Rhône-Alpes. 70

71 Horizon Public Conseils 11 mai Points-clés et recommandations La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

72 Horizon Public Conseils 11 mai Points-clés et recommandations 4.1 Les points-clés de létude 1.Le commerce extérieur de Rhône-Alpes est nettement dominé par les échanges intra- européens (70 % des exportations, 72 % des importations). 2.La part de lAsie dans les importations est stable (environ 14 %), la montée en puissance de la Chine seffectuant au détriment des produits japonais. 3.Les délocalisations ont eu un impact négatif sur lemploi régional denviron 4 % sur la période Il y a peu de délocalisations sèche, mais plutôt des délocalisations partagées. 5.Sur les EREM françaises, 300 sont en Rhône-Alpes. 6.Un million deuros de chiffre daffaires supplémentaire réalisé à lexport génère la création de 15 emplois nouveaux. 7.Les salons professionnels à dimension internationale sont concentrés à Lyon Eurexpo. 8.La fréquentation internationale des salons reste à développer, sauf pour Lyon Mode City. 9.La mesure de la performance et de la compétitivité de Rhône-Alpes nest pas effectuée. 10.Loffre touristique est soumise à une double pression : une standardisation des produits et une recherche dauthenticité. 11.La part des touristes étrangers représente moins de 20 % du nombre total de touristes. 12.La clientèle étrangère est très majoritairement dorigine européenne. Les Marchés Longs Courriers sont marginaux. 13.La grande distribution a intégré la mondialisation dans ses gammes alimentaires. 14.Les ZAC de Rhône-Alpes sont des lieux dimplantation privilégiée par de nouvelles enseignes à caractère exotique dans les domaines de lameublement et de lalimentation. 15.Rhône-Alpes a réussi la structuration dune filière commerce équitable. 16.La restauration de spécialités étrangères représente plus du quart de loffre totale de restauration. 17.Au-delà du déploiement massif de fast-food (104 points de vente Mac Donalds en Rhône-Alpes), on assiste au développement de chaînes de restauration spécialisées sur les plats étrangers. Le phénomène est émergent en Rhône-Alpes. La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

73 Horizon Public Conseils 11 mai Nos recommandations opérationnelles Lobservatoire régional de la mondialisation, dont le pilotage doit être assuré par les deux vice-présidents en charge de laction internationale, est avant tout un centre de ressources et danalyse. Nous recommandons la mise en œuvre de trois types doutils : 1. Des outils dinformation Mise en place dun tableau de bord de la performance internationale. Mise en place dun baromètre régional annuel du commerce équitable. Mise en place dune veille sur les développements commerciaux.. Réalisation détudes dimpact ciblées. Réalisation détudes dopinion thématiques. Réalisation détudes qualitatives thématiques. 2. Des outils de communication Organisation dun cycle de rencontres départementales préparant chaque édition des rencontres Rhône-Alpes de la mondialisation. Organisation des deuxièmes rencontres Rhône-Alpes de la mondialisation. Lancement dune lettre dinformation et/ou newsletter sur la mondialisation en Rhône-Alpes. 3. Des outils dintégration dans les dispositifs régionaux dintervention Réalisation dune étude de benchmarking auprès dautres collectivités régionales françaises et étrangères. Réalisation dune étude qualitative auprès des EREM de Rhône-Alpes (attentes et besoins). Organisation de réunions dinformation et de sensibilisation pour les services de la Région. Confrontation lors de la rénovation des dispositifs régionaux (en liaison avec la DGS). La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

74 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 Annexes La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

75 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 Annexes Annexe 1 – Liste des organismes consultés Annexe 2 – Indications bibliographiques Annexe 3 – Liste des foires et salons se tenant en Rhône-Alpes sur la période disposant de lagrément international et/ou adhérent de Promosalons Annexe 4 – Premières rencontres Rhône-Alpes de la mondialisation Annexe 5 – Tableau de bord de la mission détude La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

76 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 Annexe 1 Liste des organismes consultés ADERLY - Agence de Développement Economique de la Région Lyonnaise Artisans du Monde BVA Commission Départementales dEquipement Commercial (CDEC) de lAin CDEC de lArdèche CDEC de la Drôme CDEC de lIsère CDEC de la Loire CDEC du Rhône CDEC de la Savoie CDEC de la Haute Savoie CFDT Rhône-Alpes CGPME Rhône-Alpes Chambre régionale dAgriculture Chambre Régionale de Commerce et dIndustrie Chambre de Commerce et dIndustrie de lAin Chambre de Commerce et dIndustrie du Nord Ardèche Chambre de Commerce et dIndustrie de lArdèche méridionale Chambre de Commerce et dIndustrie de la Drôme Chambre de Commerce et dIndustrie de Grenoble Chambre de Commerce et dIndustrie de la Haute Savoie Chambre de Commerce et dIndustrie de Lyon Chambre de Commerce et dIndustrie du Nord Isère Chambre de Commerce et dIndustrie du Roannais Chambre de Commerce et dIndustrie de Saint-Etienne/Montbrison Chambre de Commerce et dIndustrie de la Savoie Chambre de Commerce et dIndustrie de Villefranche et du Beaujolais Chambre Régionale de Métiers Comité Régional du Tourisme La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

77 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 Conseil général de lAin Conseil général de lArdèche Conseil général de la Drôme Conseil général de lIsère Conseil général de la Loire Conseil général du Rhône Conseil général de la Savoie Conseil général de la Haute Savoie CREDOC CSA (Institut de sondage) EM Lyon – le Petit Paumé Equi Sol ERAI Fédération Rhône-Alpes de la FNSEA Fédération Rhône-Alpes de la Confédération Paysanne FO Rhône-Alpes Grand Lyon Groupe Carrefour Groupe Casino Groupe Auchan Groupe Leclerc IFOP MEDEF Rhône-Alpes Métro (Communauté dagglomération de Grenoble) Ministère du Commerce Extérieur (DRCE) Saint-Etienne Métropole TNS-SOFRES Ubi-France Union CGT Rhône-Alpes Valence Major La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

78 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 Annexe 2 Indications bibliographiques Rapports parlementaires BADRE Denis et FERRAND André, « La mondialisation, réagir ou subir ? », rapport dinformation remis au Sénat le 14 juin BLUM Roland, « La mondialisation », rapport dinformation remis à lAssemblée nationale le 24 novembre CHARIE Jean-Paul, « Foires, salons, congrès : pour que France rime avec croissance », rapport dinformation remis à lAssemblée nationale le 25 janvier DONNEDIEU de VABRES, « La mondialisation », rapport dinformation remis à lAssemblée nationale le 10 décembre DREYFUS Tony et NOVELLI Hervé, « Les échanges commerciaux entre la Chine et la France », rapport dinformation remis à lAssemblée nationale le 13 juillet FRANCOIS-PONCET Jean, « La mondialisation, fatalité ou chance ? », rapport dinformation remis au Sénat le 5 mars GRIGNON Francis, « Délocalisations : pour un néo-colbertisme européen », rapport dinformation remis au Sénat le 23 juin HERTH Antoine, « Le commerce équitable : 40 propositions pour soutenir son développement », rapport de mission parlementaire remis au Premier ministre en mai LEPELTIER Serge, « La mondialisation, une chance pour lenvironnement ? », rapport dinformation remis au Sénat le 3 mars ROUSTAN Max, « La désindustrialisation du territoire », rapport dinformation remis à lAssemblée nationale le 27 mai La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

79 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 Etudes et enquêtes ACFCI, « délocalisations : la peur nest pas une solution », novembre BVA, « Limpact de la mondialisation », septembre CREDOC, « Conditions de vie et aspirations des Français », début CREDOC, « Exercice danticipation des comportements alimentaires des Français », décembre CSA, « Les Français face à la mondialisation », novembre CSA, « Etude sur les délocalisations : caractéristiques et opinion des dirigeants français », mars IPSOS, « La transformation sociale à lère de la mondialisation », avril IPSOS, « Limpact de la mondialisation en France », novembre 2001 IPSOS, « la notoriété du commerce équitable », mai Mission économique de Bucarest, « La réalité des délocalisations françaises en Roumanie », avril TNS-SOFRES, « Les Français et le commerce équitable », juin TNS-SOFRES, « Les plats préférés des Français », janvier TNS-SOFRES, « Le baromètre du commerce équitable - édition 2006 », mars Ouvrages ADDA Jacques, « La mondialisation de léconomie », éditions La Découverte, avril BENICHI Régis, « Histoire de la mondialisation », éditions Vuibert, mars MOREAU-DEFARGES Philippe, « La mondialisation », éditions Presses Universitaires de France, août WOLTON Dominique, « Lautre mondialisation », éditions Flammarion, mars La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

80 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 Annexe 3 Liste des 15 foires et salons se tenant en Rhône-Alpes sur la période disposant de lagrément international et/ou adhérent de Promosalons EUROBOISLyon EurexpoFévrier 2007 EUROPACK/EUROMANUTLyon EurexpoOctobre 2007 EUROTIPSLyon EurexpoFévrier 2007 Foire Internationale de Grenoble Grenoble AlpexpoNovembre 2006 Foire internationale de LyonLyon EurexpoMars 2006 Foire internationale 74 – Mont Blanc La Roche sur ForonAvril-mai 2006 InterfilièreLyon EurexpoSeptembre 2006 Lyon Mode CityLyon EurexpoSeptembre 2006 Piscine InternationalLyon EurexpoNovembre 2006 PollutecLyon EurexpoNovembre 2006 Salon de lAménagement en Montagne Grenoble AlpexpoAvril 2006 SIG ProGrenoble AlpexpoMars 2006 SIMODECLa Roche sur ForonMars 2006 SIRHALyon EurexpoJanvier 2007 SOLUTRANSLyon EurexpoAvril 2007 La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

81 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 Annexe 4 Premières rencontres Rhône-Alpes de la Mondialisation 11 mai 2006 – Charbonnières-les Bains Présentation générale Unanimement reconnue comme référence en matière douverture et de rayonnement international, la Région Rhône-Alpes a décidé de conduire une réflexion de fonds sur la question de la mondialisation, et dengager une action pédagogique auprès des rhône-alpins pour les informer sur la réalité de ce phénomène. Cest dans cette perspective que vont se tenir le jeudi 11 mai 2006 les « premières rencontres Rhône-Alpes de la Mondialisation », dont la vocation est de réunir décideurs publics et privés, acteurs et chercheurs engagés dans les problématiques internationales, citoyens désireux de connaître et de comprendre les enjeux auxquels notre territoire régional est confronté. Organisées autour de deux tables rondes, ces « premières rencontres Rhône-Alpes de la Mondialisation » seront ainsi loccasion de recueillir un certain nombre dinformations, mais aussi dalimenter un débat largement ouvert au public. Les universitaires participant à la première table ronde identifieront et expliqueront les mécanismes de la mondialisation, son origine, son histoire. Ces propos seront complétés par des responsables du monde médiatique qui analyseront la manière dont la presse et la télévision traitent ce sujet. Lobjectif de cette première table ronde sera de qualifier la réalité de la mondialisation et dévaluer la perception que nous en avons. La seconde table ronde réunira des élus, des chefs dentreprises, des personnalités qualifiées de Rhône-Alpes, qui témoigneront et décriront les effets de la mondialisation quils ont pu observer sur leur territoire ou dans leur activité. Les problématiques économiques et touristiques constitueront des axes importants de ces interventions. Initiative inédite menée par une collectivité territoriale française, lorganisation de ces premières rencontres Rhône-Alpes de la Mondialisation participe dune ambition simple et forte : faire de Rhône-Alpes une région ouverte sur le monde ! La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

82 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 Programme 9 h 00 Accueil des participants 9 h 30 Accueil et ouverture des travaux par Jean BESSON, sénateur de la Drôme, vice-président du Conseil régional Rhône-Alpes 9 h 40 Première table ronde « la mondialisation, analyse dun phénomène surmédiatisé » présidée par Eric ARNOU, conseiller régional Rhône-Alpes Régis BENICHI, universitaire, auteur dune « Histoire de la Mondialisation » Alain FONTAN, rédacteur en chef adjoint – France 3 Rhône-Alpes Michèle JACOBS-HERMES, directrice des relations institutionnelles – TV5 Luis RIVAS, directeur de linformation et de lantenne dEuronews Bernard SOULAGE, universitaire, premier Vice-président du Conseil régional Rhône-Alpes Débat avec la salle 11 h 00 2ème table ronde « la mondialisation, perception du phénomène en Rhône-Alpes » présidée par Jean BESSON, sénateur de la Drôme, vice-président du Conseil régional Rhône-Alpes Henri BERTHOLET, Maire de Romans-sur-Isère Daniel BLANC-BRUDE, Président de la commission Relations Internationales, Tourisme et Energie du Conseil Economique et Social Régional Rhône-Alpes Daniel GOUFFE, Président dEntreprises Rhône-Alpes International Pierre HERISSON, sénateur de Haute Savoie, maire de Sévrier Didier PERREOL, président directeur général dEURO-NAT Débat avec la salle 12 h 45 Buffet Les rencontres sont animées par Pierre CHAPSAL, directeur associé du Cabinet Horizon Public La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

83 Horizon Public Conseils 11 mai 2006 Annexe 5 Tableau de bord de la mission détude 30/06/05Notification de la mission 22/09/05Réunion du comité de pilotage 20/10/05Réunion du comité de pilotage 09/11/05Réunion technique de préparation des Premières rencontres Rhône- Alpes de la mondialisation 03/01/06Réunion technique avec Erai 03/01/06Réunion technique avec le CRT 26/01/06Réunion du comité de pilotage 09/02/06Réunion technique de préparation des Premières rencontres Rhône- Alpes de la mondialisation 17/03/06Réunion du comité de pilotage 13/04/06Réunion technique de préparation des Premières rencontres Rhône- Alpes de la mondialisation 11/05/06Premières rencontres Rhône-Alpes de la Mondialisation Remise du rapport La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport

84 Horizon Public Conseils 11 mai avenue du Docteur Paul Santy – VALENCE Téléphone : Télécopie : Horizon Public Conseils La mondialisation en Rhône-Alpes Rapport


Télécharger ppt "Horizon Public Conseils 11 mai 2006 Rapport remis à M. Jean-Philippe BAYON et à M. Jean BESSON vice-présidents du Conseil régional Rhône-Alpes La mondialisation."

Présentations similaires


Annonces Google