La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Passer à la première page h Guy Collin, 2012-06-29 MÉCANISMES FONDAMENTAUX D’ÉCHANGES D’ÉNERGIE ENTRE ATOMES Physique atomique Chapitre 12.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Passer à la première page h Guy Collin, 2012-06-29 MÉCANISMES FONDAMENTAUX D’ÉCHANGES D’ÉNERGIE ENTRE ATOMES Physique atomique Chapitre 12."— Transcription de la présentation:

1 Passer à la première page h Guy Collin, MÉCANISMES FONDAMENTAUX D’ÉCHANGES D’ÉNERGIE ENTRE ATOMES Physique atomique Chapitre 12

2 h MÉCANISMES FONDAMENTAUX D’ÉCHANGES D’ÉNERGIE ENTRE ATOMES Connaissant maintenant convenablement les atomes et les propriétés de leur nuage électronique, comment un groupe d’atomes peuvent-ils s’échanger de l’énergie ?

3 h Échange d’énergie cinétique Collision de première espèce nÀ travers le mouvement brownien, les atomes compris dans un réacteur s’échangent de l’énergie cinétique. nÀ une température T, il y a de disponible une énergie de 1/2 kT par degré de liberté : K en moyenne, un atome porte une énergie cinétique de 3/2 kT. nLa probabilité, P(E o ), de trouver un atome ayant une énergie supérieure ou égale à une valeur E o est donnée par la relation de BOLTZMANN :

4 h Distribution de BOLTZMANN Nombre T1T1 Énergie T2T2 T 1 < T 2 E0E0

5 h Excitation et ionisation par bombardement électronique On a déjà vu la mise en évidence des niveaux d’énergie d’excitation et d’ionisation de l’hydrogène atomique (Chapitre V). FRANCK et HERTZ ont réussi à mesurer électriquement la différence d’énergie entre deux niveaux. Par un système de cathode chauffée et de grille accélératrice d’électrons, ces auteurs ont excité la raie située à 253,7 nm du mercure. On a pu mesurer les potentiels d’excitation et d’ionisation de plusieurs atomes. On a pu même mesurer la valeur de la constante de PLANCK (effet photoélectrique).

6 h La décharge électrique dans les gaz n Le mécanisme de la décharge électrique est entièrement expliqué par des collisions, principalement des électrons accélérés par le champ appliqué. n L’aurore boréale et le ciel nocturne sont des cas particuliers de décharges électriques dans l’air à basse pression et à 100 km et plus d’altitude.

7 h Excitation et ionisation par haute température n Il s’agit d’excitation par collision entre particules neutres (collisions de première espèce). n Aux températures normalement produites au laboratoire (tout au plus quelques milliers de degrés) l’énergie cinétique moyenne disponible est de 1/3 eV (3/2 kT). n Cette énergie est trop petite pour exciter des radiations visibles. Mais il s’agit d’une énergie moyenne et il existe suffisamment d’atomes ayant une énergie plus grande pour que la lumière soit effectivement produite. n Même l’ionisation se rencontre également.

8 h Excitation par absorption de photon n Les raies spectrales en absorption sont les mêmes que celles observées en émission. n Mais toutes les raies d’émission ne sont pas nécessairement observables en absorption. n Tout dépend du peuplement des niveaux excités. n Dans le mécanisme d’absorption, tout comme en émission, il y a exacte résonance entre l’énergie du photon incident et l’énergie qui sépare les deux niveaux énergétiques de l’atome.

9 h La loi de LAMBERT-BEER n Si le matériel est transparent, le faisceau incident ne subit aucune atténuation I = I o. n La loi de LAMBERT-BEER stipule la relation qui existe entre le trajet optique et le coefficient d’absorption µ : IoIo I d Cellule d ’adsorption I est l’intensité transmise et I 0 l’intensité initiale.

10 h Phénomène de fluorescence Diffusion normale : diff. =  inc. Fluorescence : diff. > inc. Phosphorescence : diff. >  inc. (cas des transitions interdites). Effet RAMAN : diff.  inc. diff. Cellule d’absorption inc. Lumière monochromatique

11 h Fluorescence de la vapeur d’iode. Fluorescence verte inc. Lumière blanche Cellule d’absorption Lumière transmise (absence de violet) Phénomène de fluorescence

12 h La chimiluminescence n Ce phénomène arrive lorsque l’énergie dégagée par la réaction chimique est transférée à un atome. n L’atome libère cette énergie sous la forme de lumière. n La luminescence du ciel nocturne est interprétée par l’énergie provenant de la recombinaison des atomes d’oxygène et d’azote :  O + O + O  O 2 + O *, O *  O + h  N + N + O  N 2 + O *, etc.

13 h La photochimie n Absorption d’un quantum de lumière qui produit la réaction chimique. n C’est le contraire de la chimiluminescence. n Exemple : la photographie noir et blanc (réduction des sels d’argent).

14 h Collision de seconde espèce n Au cours d’une collision de première espèce, seule l’énergie cinétique est échangée entre les atomes. n Il existe des collisions dans lesquelles de l’énergie d’excitation électronique (pour les atomes) peut aussi être échangée. De telles collisions sont dites collisions de seconde espèce.

15 h Phénomène de résonance diff. = 253,7 nm Vapeur de mercure Lampe à mercure Lumière monochromatique = 253,7 nm Vapeur de mercure + sodium Lampe à mercure Lumière monochromatique = 253,7 nm diff. = 589,0 nm

16 h Le mécanisme réactionnel [1]Hg + h (253,7 nm)  Hg* [2]Hg*  Hg + h (253,7 nm) n C’est le phénomène de résonance. n En présence de sodium : [3]Hg* + Na  Na* + Hg [4]Na*  Na + h (589,0 nm)

17 h Transfert d’énergie électronique Niveau fondamental HgNa Énergie Niveaux excités Hg* 253,7 nm (4,88 eV) Na* Raie jaune (589,0 nm)

18 h Lois contrôlant les transformations physiques n Conservation d’énergie : rien ne se perd, rien ne se crée : Énergie (après) = Énergie (avant) Conservation de la quantité de mouvement  (  m i  i ) = 0 La règle de sélection  S = 0 traduit qu’au cours d’un échange d’énergie, il ne peut y avoir de renversement du spin de l’électron. n Conservation du moment cinétique total. n Conservation des charges électriques...

19 h Exemples de réaction conservant le spin 3 A*  3 A + h et 1 B*  1 B + h 3 A * + 3 B  3 A + 3 B 3 A * + 1 B  1 A + 3 B * 3 A * + 3 B  1 A + 1 B* 3 A * + 1 B  3 A + 1 B * n Il existe des exceptions dues à des perturbations externes :  Exemple : 1 Hg*  3 Hg + h (253,7 nm)

20 h Conclusion n Les échanges d’énergie inter-atomiques peuvent se réaliser de différentes façons :  par collision de première espèce : échange d’énergie cinétique seulement ; u par collision de deuxième espèce : échange d’énergie cinétique et d’énergie électronique ; u par absorption / émission de lumière (photon) ; u par réaction chimique, …

21 h Conclusion n Dans chacun de ces cas, la quantité d’énergie d’un système donné demeure inchangée de même que la quantité de mouvement (Principes de conservation de l’énergie et de la quantité de mouvement). n Par ailleurs, le cas échéant, les règles qui gouvernent les transitions électroniques demeurent. n On verra plus tard qu’il en est de même pour les molécules : cours de CHIMIE THÉORIQUE.


Télécharger ppt "Passer à la première page h Guy Collin, 2012-06-29 MÉCANISMES FONDAMENTAUX D’ÉCHANGES D’ÉNERGIE ENTRE ATOMES Physique atomique Chapitre 12."

Présentations similaires


Annonces Google