La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Chapitre VI : Thermodynamique chimique. La vitesse d’une réaction concerne la cinétique. La thermodynamique permet uniquement de déterminer si la réaction.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Chapitre VI : Thermodynamique chimique. La vitesse d’une réaction concerne la cinétique. La thermodynamique permet uniquement de déterminer si la réaction."— Transcription de la présentation:

1 Chapitre VI : Thermodynamique chimique

2 La vitesse d’une réaction concerne la cinétique. La thermodynamique permet uniquement de déterminer si la réaction est spontanée ou non. Elle étudie les lois qui gouvernent les échanges d’énergie, celles qui concernent les transformations de l’énergie calorifique en toute autre forme d’énergie. La première loi de la thermodynamique est la loi de la conservation de l’énergie. L’énergie totale présente dans l’Univers se transforme au cours des processus chimiques ou physiques (l’énergie de l’Univers est constante). I. Définition

3 II. Système d’étude et énergie Il existe une convention de signe lors des échanges entre un système et le milieu extérieur. On le compare à un porte- monnaie, ce qui sort du système vers l’extérieur est négatif et ce qui rentre de l’extérieur vers le système est positif. Un système est dit ouvert lorsqu’il peut y avoir échange de matière et d’énergie entre le système et le milieu extérieur. Un système est dit fermé lorsque tout échange de matière est impossible (mais l’échange d’énergie est possible).

4 Lorsque la frontière d’un système fermé rend l’échange d’énergie impossible avec l’extérieur, le système est dit thermodynamiquement isolé. Les différentes énergies échangées entre un système et l’extérieur sont de plusieurs ordres : – énergie mécanique – énergie calorifique ou thermique – énergie électrique – énergie lumineuse II. Système d’étude et énergie

5 a) Les conventions de signes Quel que soit le type d’énergie échangée entre le système et le milieu extérieur, les quantités d’énergie reçues par le système sont affectées du signe +, et l’énergie cédée par le système est affectée du signe –. La thermochimie traite de la chaleur d’une réaction chimique. Extérieur Système + - II. Système d’étude et énergie

6 b) énergie et chaleur Considérons la combustion du méthane en présence d’excès d’oxygène : CH 4(g) + 2O 2(g)  CO 2(g) + 2H 2 O (g) + énergie La chaleur de réaction, notée Q, est la quantité de chaleur mise en jeu (dégagée ou absorbée) par la réaction chimique, lorsque les réactifs sont dans des proportions stœchiométriques, et que la réaction est totale.

7 b) énergie et chaleur Lorsque le système cède de la chaleur Q vers l’extérieur : la réaction est exothermique (Q < 0). Dans le cas contraire, lorsqu’une quantité de chaleur est gagnée par le système, réaction endothermique, la chaleur de réaction Q est > 0. La réaction est dite athermique lorsqu’il n’existe pas d’absorption, ni de dégagement d’énergie (chaleur).

8 L’état d’un système est défini par des grandeurs appelées variables d’état. Dans le cas d’un liquide pur, les variables d’état permettant de caractériser ce liquide sont la température, la densité, le volume, la masse, la couleur, l’indice réfractaire, le goût, la pression… On distingue deux types de variable d’état : – les variables extensives, proportionnelles à la quantité de matière du système (volume, masse…) ; – les variables intensives, indépendantes de la quantité de matière (température, pression, vitesse, concentration…). c) Les variables d’état

9 Considérons un système fermé contenant un mélange de n moles de gaz parfait. n t =  n i n t = nombre de moles total P t =  P i n i = nombre de moles d’un constituant P i = pression partielleP = pression totale. d) Les gaz parfaits PV = n i RT avec R : constante des gaz parfaits ; V le volume en m 3 et T la température en Kelvin.

10 Le système peut passer d’un état d’équilibre A à un état d’équilibre B en passant par différents chemins, en échangeant un travail W et de la chaleur Q. A B III. Le premier principe La notion d’énergie interne : U Considérons un système fermé, n’échangeant pas de matière avec l’extérieur

11 A B W 1 + Q 1 W 2 + Q 2 W 3 + Q 3 Lors du passage de l’état A à l’état B, le premier principe de la thermodynamique affirme que la somme algébrique W + Q du travail et de la chaleur échangée avec l’extérieur ne dépend que de l’état initial et de l’état final. W + Q = W 1 + Q 1 = W 2 + Q 2 = W 3 + Q 3 = constante La notion d’énergie interne : U

12 A B W 1 + Q 1 W 2 + Q 2 W 3 + Q 3 La somme algébrique W + Q du travail et de la chaleur échangée est une constante, elle correspond à la variation d’énergie interne  U AB du système. W + Q = U B – U A =  U AB La notion d’énergie interne : U

13 III. Le premier principe La variation d’énergie interne  U AB d’un système passant d’un état A à un état B est égale à la somme algébrique de toutes les énergies échangées avec le milieu extérieur au cours de cette transformation. Attention, W et Q ne sont pas des fonctions d’état car leur valeur dépend du processus pour faire passer le système de l’état A à l’état B. Au cours d’une transformation infinitésimale, les énergies mécaniques  W et calorifiques  Q échangées sont liées par la relation : dU =  W +  Q

14 dU est une différentielle totale exacte,  W et  Q ne le sont pas. La variation d’énergie interne  U accompagnant une transformation finie entre deux états A et B est donnée par l’expression : Un peu de calcul  W : correspond à un travail lié à la pression et un changement de volume du système : W = -p  V  Q : correspond à une élévation de température du système : Q = m c  T avec c la capacité calorifique

15 IV. Transformation à pression constante : l’enthalpie Considérons une réaction chimique effectuée sous la pression atmosphérique. Le système dans l’état A est caractérisé par une masse m, P, T A et V A. Dans l’état B, le système étant fermé et la pression constante, V B et T B ont changé. La variation d’énergie interne est :  U = U B – U A = W + Q p ; Q p : énergie calorifique à pression constante.

16  U = W + Q = – p  V + Q p Q p = U B – U A + pV B – pV A Q p = (U B + pV B ) – (U A + pV A ) On exprime la fonction enthalpie H selon la relation : H = U + pV IV. Transformation à pression constante : l’enthalpie

17 On a l’enthalpie dans les états A et B : H B = U B + pV B et H A = U A + pV A À pression constante, V B et V A ne dépendent que de l’état initial et de l’état final, ainsi Q P est lié directement à  H. Q p = H B – H A =  H IV. Transformation à pression constante : l’enthalpie

18 L’enthalpie d’un système chimique n’est pas accessible, en revanche on peut déterminer la variation d’enthalpie lors de la transformation d’état à un autre. Si  H=Q P (ou  U) > 0  réaction endothermique Si  H=Q P (ou  U) < 0  réaction exothermique IV. Transformation à pression constante : l’enthalpie REMARQUES En TP, on réalisera la mesure d’une enthalpie standard de réaction  H en mesurant la variation de température, en utilisant : Q p = m c P  T


Télécharger ppt "Chapitre VI : Thermodynamique chimique. La vitesse d’une réaction concerne la cinétique. La thermodynamique permet uniquement de déterminer si la réaction."

Présentations similaires


Annonces Google