La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Démographie et marché du travail Éléments d’économie contemporaine : cours 4.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Démographie et marché du travail Éléments d’économie contemporaine : cours 4."— Transcription de la présentation:

1 Démographie et marché du travail Éléments d’économie contemporaine : cours 4

2 Plan de présentation  La population.  Salaires  Participation et Chômage  Éducation

3 La population.  La population est grossièrement découpée en trois segments.  Les jeunes (0-19 ans)  Les adultes (20-64 ans)  Les vieux (64 ans et plus)  La raison de ce découpage est simple : elle reflète les grands segments économiques d’une vie.  Éducation  Travail  Retraite

4 La population  C’est aussi, sur le plan de l’activité gouvernementale, une répartition des dépenses et des revenus :  Jeunes : Dépenses de service de garde et d’éducation;  Adultes : revenus d’impôts et de taxes;  Vieux : dépenses en santé.  Nous le verrons, l’éducation, la santé et la dette constituent 73% des dépenses de l’état Québécois.

5 La population  La croissance de la population dépend essentiellement de quatre facteurs  Le taux de natalité;  Le taux de mortalité;  Le taux d’emmigration;  Le taux d’immigration.  Le taux d’accroissement naturel de la population est égal au taux de natalité auquel on soustrait le taux de mortalité.  Le solde migratoire total mesure le taux d’immigration auquel on soustrait le taux d’immigration.  L’accroissement total de la population est la somme des deux précédents taux.

6 La population  Les précédents taux permettent de caractériser « l’âge » d’une population.  Un faible taux de natalité et un faible taux de mortalité signifie une population vieillissante.  Inversement, un haut taux de natalité et un haut taux de mortalité signifie une population jeune.  Dans les autres cas, les effets dépendent de la force de chacun.  Un manière d’illustrer graphiquement ces phénomènes est par la pyramide des âges.

7 La population

8 Taux de croissance positif

9 La population Taux de croissance négatif

10 La population  Comparatif : l’Inde (2000)  L’Inde a un fort boom de naissance. C’est un « jeune » pays.  Conséquence : investissement massifs en éducation (construction d’écoles)

11 La population  Comparatif : Etats-Unis  Structure similaire à la nôtre

12 La population Population du Québec (2001)

13 La population Population du Québec (2011)

14 La population Population du Québec (2021)

15 La population Population du Québec (2031)

16 La population Population du Québec (2041)

17 La population Population du Québec (2051)

18 La population  Constat :  La population vieillît.  Le « mouvement » est déjà imprimé à la population (lent et sûr). Augmenter maintenant le taux de natalité aurait un impact en  Note :  Les projections sont basées sur le scénario de référence de l’Institut de la statistique du Québec.  Cette tendance est accentuée en dehors de Montréal.

19 La population  Le vieillissement de la population ont des impacts importants sur l’économie.  Diminution de la force de travail;  Pressions à la baisse sur le taux de chômage  Hausse des activités économiques liées à la retraite;  Résidences secondaires, camping, etc.  Diminution du salaire moyen;  Diminution des revenus gouvernementaux;  Diminution de l’épargne;  Hausse des dépenses en santé;  Diminution des dépenses en éducation;  Déplacement du poids politique;  Investissement en santé ou en éducation ?  Etc.

20 La population  L’indice de dépendance démographique mesure le ratio de « dépendance » à l’état de la population  C’est le ratio de la somme des jeunes et des vieux sur la population adulte : (n n 64 et + )/n  Les jeunes dépendent des subventions gouvernementales pour aller à l’école et aux services de garde.  Les vieux dépendent des subventions gouvernementales pour le système de santé.

21 La population  En 2000 : 0.6 bénéficiaires de services publics pour 1 travailleur  En 2051 : 0.9 bénéficiaires de services publics pour 1 travailleur.  À dépenses « équivalentes » (sans compressions/investissem ents), c’est au bas mot 50% d’augmentation pour l’état !

22 La natalité  La natalité est mesurée en termes d’enfants par 1000 femmes.  Ainsi, un taux de 15,3 signifie 15,3 naissances pour 1000 femmes.  Le taux de natalité est en baisse depuis les années 70.

23 La mortalité  La mortalité se mesure de manière similaire.  Ce dernier est en hausse depuis les années 70.

24 Population Impact cumulé du taux de mortalité, de l’immigration et de la natalité, Québec

25 Les salaires  Les salaires sont une mesure relative de la productivité des travailleurs.  À travail équivalent, celui qui sera plus productif sera mieux payé (car il produit plus d’unité de vente par heures).  Comment les salaires ont évolués depuis 1980 ?

26 Les salaires  Le salaire médian des Canadiens n’a pas changé entre 1980 et 2005 (dernier recensement).  Au Québec, le salaire médian a diminué de 5,5%, passant de $ à $ (dollars de 2005).  Les femmes ont vu leur condition relative s’améliorer. Le ratio de leur salaire médian passe de 75% à 85%.  Pour chaque dollar gagné par un homme, une femme gagne 85 cents.  Les immigrants ont vu leur condition relative se détériorer. Le ratio de leur salaire médian est passé de 85% à 63%.

27 Les salaires  Valeur médiane : là où exactement 50% des gens ont un salaire inférieur et 50% des gens on un salaire supérieur.  La proportion de gens aillant un diplôme universitaire a passablement augmenté (15% à 25%).  Malgré l’immobilité de la médiane, les quintiles inférieurs et supérieurs ont bougé :  Quintile supérieur de revenus : augmentation de 16%  Quintile inférieur de revenus : diminution de 20,6%  La majorité de ce changement s’est produit entre 2000 et 2005

28 Les salaires  Les changements salariaux sont également liés aux changements sectoriels.  Boom pétrolier.  Explosion de la bulle des TI.  La plus importante hausse salariale est chez les directeur de la production primaire (excluant l’agriculture) : 33%  C’est également une cause importante de l’écart de revenus entre les immigrants et les natifs canadiens.  Un nombre disproportionnellement élevé d’immigrants avaient une formation en science informatique ou en génie.

29 Les salaires  Les familles ont connu une hausse de leurs gains médians, passant de $ à $ (9,3%).  Gains médians : revenus + autres transferts gouvernementaux.  Cette hausse est essentiellement dû au fait que les gens en couple/mariés sont beaucoup plus susceptibles de travailler les deux qu’alors.  Les mères monoparentales demeurent l’unité familliale aillant le plus faible revenus, malgré la hausse de 10,9% de leurs salaires.  Passage de $ à $  Pour les pères monoparentaux : $ à $ (-8.5%)

30 Les salaires  Pourquoi les salaires sont-ils restés stables ?  Possibilités :  Aucune productivité supplémentaire depuis 1980;  Augmentation de la productivité, mais les gains de cette productivité est allée à la rémunération du capital physique.  La part des salaires dans est relativement stable sur la période : environ 75% (1974 à 2007)  Donc, la seconde possibilité n’est pas plausible.  La croissance du revenu intérieur a ralenti depuis  Revenu intérieur = PIB sans les importations.

31 Les salaires  La croissance du revenu intérieur entre 1963 et 1974 était de 67% supérieure à l’IPC (mesure de l’inflation).  De 1974 à 2007, cette croissance n’était que de 37%.

32 Participation et chômage  La population est décomposée en trois catégories.  Les gens qui ne veulent pas travailler (les retraités, par exemple)  Les gens qui veulent travailler et qui travaillent.  Les gens qui veulent travailler et qui n’ont pas d’emploi.  Les deux dernières catégories de population forment la population active.  Le taux de chômage est déterminé par le ratio de la troisième catégorie et de la population active.

33 Participation et chômage  Le taux de chômage est décomposé en deux :  Le taux de chômage structurel.  Le taux de chômage naturel;  Le premier est dû aux paramètres structurels de l’économie, notamment :  La règlementation (syndicats, salaire minimum, normes du travail, etc.);  La composante d’emplois saisonniers/annuels;  Le type d’industrie;  Etc.  Le second est dû au fait que trouver un nouvel emploi prend nécessairement du temps.

34 Participation et chômage  Quels sont les différences régionales dans la participation au marché du travail (mesuré en heures travaillées) ?  Décomposition selon des facteurs « observables »  Statut syndical;  Structure industrielle (industrie saisonnière);  Secteur d’activité;  Conditions d’emploi;  Taille de l’entreprise;  Tâche de direction ou non;  Caractéristiques démographiques;  Unité familiale;  Niveau de scolarité.

35 Participation et chômage  Autres facteurs difficilement observables :  Inégalité des salaires;  De plus grandes inégalités motiveraient davantage à de meilleurs emplois;  Impôts;  Des impôts plus élevés démotiverait les gens à travailler;  Influence des facteurs macroéconomiques;  Préférences locales et différences institutionnelles  Différence de préférences pour le loisir (vs. revenus);  Réglementation.

36 Participation et chômage  Les Ontariens travaillent en moyenne 1850 heures par années.  Les Québécois travaillent en moyenne 1750 heures par années.  Il y a donc différence moyenne de 1000 heures par année existe entre les travailleurs du Québec et de l’Ontario.  Comment se comporterait la participation des travailleurs du Québec s’ils avaient les facteurs observables de l’Ontario ?  Pourquoi l’Ontario ? C’est la province la plus similaire au Québec en termes de population et de structure industrielle.

37 Participation et chômage  Pour les travailleurs de courte durée, les facteurs observables expliquent les deux tiers des différences entre le Québec et l’Ontario.

38 Participation et chômage  Pour les travailleurs de longue durée, les facteurs observables n’expliquent pas les différences entre le Québec et l’Ontario.  C’est notamment dû à

39 Éducation  L’éducation procure de meilleurs revenus.  Peu importe le pays, la région ou le contexte, l’éducation procure de meilleurs revenus.

40 Éducation

41  L’éducation est également associée avec un plus faible taux de chômage.  Note :  Tertiaire = Université  Post-secondaire non tertiaire = CÉGEP Taux de chômage, pays industrialisés, selon le diplôme obtenu.

42 Éducation  L’éducation et la théorie économique :  Deux théories possibles :  Productivité accrue  « Signal » d’habiletés.  Dans les faits, probablement un mélange des deux théorie.  Dans la première théorie, le diplôme plus élevé est associé à une productivité accrue.  Un ingénieur peut estimer des coûts de construction avant de faire la construction à proprement dit.  Similairement, il peut anticiper et prévoir un projet. En conséquence, il diminue le risque (qui a un coût).  Or, productivité accrue  revenus plus élevés.

43 Éducation  Dans la seconde théorie, la productivité n’est pas liée à l’éducation. Elle dépend de l’individus (son intelligence).  Cette dernière n’est pas directement observable par les employeurs. Certains moins intelligents peuvent se faire passer pour des gens intelligents.  L’éducation sert alors comme mécanisme de révélation de l’intelligence. C’est un long test de QI.  Note : L’éducation est alors identique à une garantie de fabrication sur un marché quelconque (les voitures, par exemple). Une voiture sans garantie = moindre valeur.  Les employeurs peuvent alors choisir les employés en fonction de leur productivité révélée.


Télécharger ppt "Démographie et marché du travail Éléments d’économie contemporaine : cours 4."

Présentations similaires


Annonces Google