La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Connaître et combattre les Partenariats Public-Privé ATTAC Marseille 5/11/2013 Jacques Masson Bernard Mounier 29 Bd Longchamp Marseille 5 novembre 2013.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Connaître et combattre les Partenariats Public-Privé ATTAC Marseille 5/11/2013 Jacques Masson Bernard Mounier 29 Bd Longchamp Marseille 5 novembre 2013."— Transcription de la présentation:

1 Connaître et combattre les Partenariats Public-Privé ATTAC Marseille 5/11/2013 Jacques Masson Bernard Mounier 29 Bd Longchamp Marseille 5 novembre h30

2 Partenariat-Public-Privé. Une expression qui semble concilier l’inconciliable : l’État, les Collectivités locales, la démocratie, le service public, en France la République ; et les entreprises, les actionnaires, le « méchant marché », la recherche de profit. Cette synthèse se faisant au bénéfice de l’ « intérêt général », en favorisant les investissements au profit du public et de la relance. Mais les scandales des PPP défraient la chronique. Qu’en est-il de l’Eldorado de cette « société d’économie mixte », vantée en son temps par Gaston Defferre, qui venait de signer en 1960 des DSP pour l’eau et l’assainissement avec les ancêtres de Veolia et Suez ? Nécessité de définir d’abord généralement et globalement la notion de Partenariat public-privé, les PPP.

3 ATTAC Marseille 5/11/2013 Publicfonctions de l’État et des collectivités territoriales Leur envergure et leur compétence correspondent à des décisions politiques qui constituent un aspect de leur histoire. Public en anglais signifie aussi « collectif ». Ne pas confondre avec la typologie des biens de Samuelson. Même si, généralement, l’État couvre toutes les zones d’impossibilité ou d’imperfection des marchés. Privéce qui n’est pas étatique, mais la forme de la société co- contractante l’emporte sur son actionnariat qui peut être complètement public.. À cette nuance près, cette notion comprend l’ensemble des firmes qui ont pour objectif de réaliser des profits, mais aussi, les organisations de la société civile à but non lucratif (fondations, associations). On est dans la dichotomie État versus Marché, malgré l’irruption postérieure de la théorie des biens communs (Elinor Ostrom : « Ni État, ni Marché »). Partenariat :contrat, contrat administratif, co-contractants publics et privés, coopération étroite. Public, Privé, Partenariat ?

4 ATTAC Marseille 5/11/2013 Quelques définitions des PPP 1. PNUD : le PPP décrit le spectre des relations possibles entre les acteurs publics et privés pour assurer la délivrance de services publics en étroite coopération. Les acteurs privés peuvent inclure des entreprises privées, des ONGs et aussi des organisations communautaires. 1. CEA (Commission économique pour l’Afrique UN) : combinaison d’un besoin public avec des ressources et des capacités privées pour créer une opportunité de marché qui permettra de satisfaire le besoin et de faire un profit. 1. FMI : un PPP implique l’offre par le secteur privé d’infrastructures ou de services traditionnellement fournis par le gouvernement. 1. CEF-O-PPP,(Centre d’expertise français…) les PPP se caractérisent par l'ensemble des contrats de long terme passés entre une entité publique et un cocontractant public ou privé pour lesquels le cocontractant s'engage à réaliser une mission globale (conception, réalisation, construction, maintenance, entretien et financement) d'intérêt public allant de la construction d'ouvrage public à la gestion d'un service public.

5 ATTAC Marseille 5/11/2013 Quelques éléments d’histoire. « Au début était le privé » (Dardenne).C’est le règne de la « concession ». Mais le Public, au nom de l’intérêt général a dû prendre la main pour pallier les phénomènes d’exclusion favoriser l’extension des services. Cependant, en France pour des raisons institutionnelles et budgétaires les communes ont pu continuer à faire appel au privé pour investir dans des domaines limités, « petits réseaux ». Pérennisation du « modèle français des DSP ». À partir des années 60, offensive néolibérale pour dépecer l’État, et le réduire à ses fonctions d’ « État minimal » (théories de l’anarcho- capitalisme ; de la minarchie ; Nosik, etc.). Les théories de Coase amènent à se passer de l’intervention directe de l’État pour faire reculer les externalités négatives (Pigou = taxes d’État ; Coase = droits de propriété attribués pour ce qui est collectif, commun et/ou public, droits à polluer, crédits carbone, quotas, marché carbone)..

6 ATTAC Marseille 5/11/2013 Quelques éléments d’histoire Agenciarisation de l’État. Vente des actifs publics et Création d’autorités de « régulation indépendante » supplantant le rôle de l’État démocratique. Principal champ d’action dès les années 80 : les pays pauvres.  Plans d’ajustement structurel  Conditionnalités d’octroi de l’aide : PPP.  Mais les résultats de la mise en œuvre de concessions sont plutôt négatifs en matière de développement. Mise en route en France en 2004 de nouveaux contrats dits de « partenariat public privé » qui complètent, utilement pour les transnationales, les grandes sociétés, les banques et les fonds dédiés, le dispositif mis à leur service par les néolibéraux. Ils seront l’objet principal de notre étude.

7 ATTAC Marseille 5/11/2013 les Délégations de Service Public (DSP). L’entité publique, qui conserve ses compétences, sa maîtrise, son pilotage, sur le papier tout au moins, confie à une personne de droit privé, sur une durée égale ou supérieure à 10 ans, la gestion et l’exploitation d’un service public. La rémunération de l’opérateur est obtenue grâce à une redevance payée directement par l’usager. Les risques éventuels sont transférés au cocontractant.  Les concessions Investissement, entretien, gestion.  Les affermages Gestion, entretien, exploitation.  Les régies intéressées la rémunération principale du régisseur est « substantiellement liée aux résultats de l’exploitation ».  Dans la réalité, on constate une combinaison des types. Les Contrats de Partenariat (CP) et les contrats équivalents : les Baux Emphytéotiques Administratifs (BEA) ; les Baux Emphytéotiques Hospitaliers (BEH) ; les Autorisations d’Occupation Temporaire – Location avec Option d’Achat (AOT-LOA) :

8 Ordonnance du 17 juin 2004 Décrets d'application et des 19 et 27 octobre 2004 Initiatives sectorielles : - Ordonnance 'Santé' du 4 septembre 2003 modifiée - Loi 'LOPSI' du 29 août Loi 'LOPJ' du 9 septembre Loi de programmation militaire du 27 janvier Loi de Loi du 3 janvier 1991 Décret d'application du 31 mars 92 - Loi 'Sapin' du 29 janvier 1993 Décret d'application du 26 mars 93 - Loi 'MURCEF' du 11 décembre 2001 Concession Communication interprétative de la Commission sur le droit des concessions du 29 avril 2000 Directives et -18 du 31 mars 2004 Projet de directive 2013 Directives et -18 du 31 mars 2004 Droit français Code des marchés publics Décret du 7 janvier 2004 «PPP contractuel » Livre vert de la Commission sur les PPP Droit communautaire Marché publicContrat de partenariatDélégation de service public (concession, affermage, régieintéressée...) Marché public ATTAC Marseille 5/11/2013 Une certaine diversité dans la typologie des contrats de PPP selon le droit administratif interne français. Mais, si l’on adopte le point de vue du droit communautaire (directive « concessions » en préparation) et du droit français de la Commande publique, on ajoutera les Marchés publics.

9 ATTAC Marseille 5/11/2013 Le principe des contrats de partenariat public privé Ce sont ces contrats qui sont couramment désignés en France sous l’expression PPP.  L’État ou la Collectivité confie à un groupe privé le financement, la réalisation et éventuellement la maintenance, voire l’exploitation d’un équipement public, non finançable par l’usager final.  La puissance publique peut se retrouve r locataire pour plusieurs dizaines d’années, et peut ne devenir propriétaire des actifs qu’à l’issue de cette période. Les causes du développement des PPP  D’origine anglo-saxonne, «Private finance initiative » (PFI ; 700 projets en 20 ans), ces contrats se sont développés en France depuis France + GB = 2/3 marché PPP.  Cette orientation est soutenue par la Commission européenne et des institutions telles que la Banque Mondiale, la Banque Européenne d’Investissement, l’OCDE.  Et les bénéficiaires : banques et fonds de pension  La crise des dettes publiques accentue le recours au privé car il permet de dissimuler une partie de la dette.

10 ATTAC Marseille 5/11/2013 Les PPP et la mission MAPPP En France, ils ont été encouragés par le Gouvernement qui a créé une Mission d’Appui (MAAPP). Actuellement, plus de 500 projets de CPPP ont pu être recensés. Les domaines couverts sont multiples : hôpitaux, prisons, routes, stades, etc. La procédure d’évaluation par la MAPP

11 ATTAC Marseille 5/11/2013 RECAPITULATIF CP (contrats de partenariat) BEA/BEH (Bail emphytéotique Administratif ou Hospitalier) AOT/LOA (Autorisations d'Occupation Temporaire - Location avec Option d'Achat) Objet du contrat contrat global pour la conception, construction, exploitation, financement et maintenance d'un actif l'objet est principalement lié à la construction (les autres services étant limités) l'objet est lié à une mission d'intérêt général et comporte une obligation pour le partenaire privé de la construction et d'une option pour le pouvoir d'achat des actifs Secteurstous justice, police, santé, logements sociaux, services d'incendie et de sauvetage justice, police, défense Autorité publiquetoutes les entités publiques les autorités locales et établissements de santé l'État et les autorités locales Projet d'évaluation préalable Obligatoire Etat. La MAPPP énonce les raisons du recours au CP (complexité, urgence, « efficience » 5,5M€ [2008]) non obligatoire, excepté pour le secteur de la santé (BEH) obligatoire pour les projets de l'État au- delà d'un certain seuil financier Procédures de passation procédures formelles (dialogue compétitif, procédures négociées ou appel d'offres restreint) plus de flexibilité que pour les CP, sauf pour les BEH procédures formelles (dialogue compétitif, procédure négociée ou appel ou appel d'offres restreint) Propriété de l'équipement propriété publique-le partenaire privé est autorisé à utiliser le domaine public propriété publique ou privéepropriété publique Propriété de l'actif du projetpropriété publique (M ) le transfert de facto au partenaire privé pour la durée du contrat Rémunération du partenaire privé paiements publics (avec une possibilité de certaines recettes des utilisateurs) paiements publics Conception du projet la conception peut être effectuée par l'autorité publique ou le partenaire privé (partiellement) la conception est réalisée par le partenaire privé Durée du contrat liée à la durée de vie de l'actif ou à la durée du financement (généralement entre 20 et 30 ans, mais parfois plus longue) entre 18 et 99 annéesmaximum de 70 années Propriété des actifs au moment de la résiliation du contrat propriété publique les actifs sont transférés à l'autorité publique les actifs sont démantelés à moins qu'il n'ait été convenu que l'autorité publique les maintienne et en soit propriétaire Transparence et démocratie Secret dans les négociations Secret industriel et commercial Aucune participation des usagers dans les sociétés de projet Pas d’open data pour les contrats et leurs réajustements Idem

12 ATTAC Marseille 5/11/2013 Quelques PPP significatifs Le Ministère de la Défense  Ce CPPP d’une durée de 30 ans, est évalué à 3,5 milliards d’euros HT.  Co-contractants : le ministère de la Défense et «Opale Défense», groupement conduit par Bouygues Bâtiment Ile-de-France.  L'État devra payer à partir de 2014 une redevance annuelle de 150 millions TTC jusqu'en Le Tribunal de Paris Cité judiciaire des Batignolles, à Paris.  Contrat de 27 ans qui se termine en  À cette date, l’État aura payé 2,7 milliards d'euros pour un investissement de 679 millions. À comparer avec un emprunt obligataire de taux 3%.  Le projet Tolbiac, pour ce même tribunal mais en maîtrise d'ouvrage publique, était évalué à 575 millions d'euros.  La sortie du contrat : autour de 80 millions d'euros. L’indemnisation du risque contentieux était évaluée à 100 millions d'euros  L'État va verser en moyenne 90 millions de loyer jusqu'en 2043 à la société de projet Arelia, dont les actionnaires sont les investisseurs financiers Lloyds, DIF et SEIEF, ainsi que Bouygues Bâtiment Ile-de-France et Exprimm, toutes deux filiales de Bouygues Construction

13 ATTAC Marseille 5/11/2013 L’Écotaxe  Si l’État est pressé de mettre en vigueur l’écotaxe, c’est qu’il devrait indemniser la société de projet Ecomouv, cocontractante d’un contrat de partenariat, à hauteur de 800 millions d’€ en cas de renoncement et de 20 millions/an en cas d’inactivité à partir du 1/1/2014.  Pour une recette d’environ 1,2 milliard/an, la société se verra verser 240 millions/an, alors que son capital ne s’élève qu’à 30 millions d’euros tandis que le projet suppose 650 millions d’euros d’investissements.  « Le contrat de partenariat avec Ecomouv’, conclu le 20 octobre 2011, a une durée de 159 mois, soit 13 ans et 3 mois, dont 21 mois de déploiement et 11,5 années d’exploitation. Au terme du contrat, l’ensemble du dispositif est remis à l’État. Il prévoit un délai de 21 mois pour la mise en œuvre de la taxe poids lourds nationale » (Rapport Fabrice Verdier Député 27/3/13).  La firme a donc déjà emprunté 485 millions d’€ à 7,01% alors que le taux actuel des emprunts d’État ne s’élève qu’à 2,7%. Voilà qui réjouit « un consortium de banques emmené par le Crédit agricole, les banques italiennes Unicredit et Mediobanca, la Deutsche Bank, le Crédit lyonnais et la Caisse des dépôts » (Médiapart). L’attribution d’une telle manne au privé fait douter de l’équité du « dialogue compétitif » particulièrement opaque engagé par le gouvernement Fillion. Au détriment des citoyens et de la transition énergétique.

14 ATTAC Marseille 5/11/2013 La L2 à Marseille  Ce CPPP « est le plus important projet d'infrastructures attribué en France en 2013, pour un montant d'investissement de 620 millions d'euros » (Bouygues).  Travaux d’accompagnement financés par l’État 83 millions.  Durée : 30 ans.  Le projet est piloté par La Société de la Rocade L2 de Marseille, créée par le consortium mené par le groupe de Martin Bouygues, comprenant Colas, Spie Batignolles, Egis, Meridiam Infrastructure(filiale de Crédit Agricole Private Equity) et CDC Infrastructure.  Allianz finance 165 millions d’€ qui seront remboursés par l’État sur la durée du contrat. Le loyer total payé par l’État, qui couvre aussi les autres aspects du contrat, n’est pas encore publié.

15 ATTAC Marseille 5/11/2013 Le Stade Vélodrome  La rénovation du Stade Vélodrome de Marseille est réalisée dans le cadre d’un PPP.  Le principe même de cette rénovation, qui peut s’apparenter aux Grands projets inutiles, est discutable.  Elle consiste à couvrir les tribunes du stade et à porter sa capacité de à places alors que la fréquentation dépasse rarement spectateurs.  Le contrat de partenariat, qui fait porter le risque sportif sur la Ville et non sur la société de projet comme en cas de concession, a été conclu entre la Municipalité et le groupement Arema une filiale de Bouygues associée à la CDC et à la CE pour un montant de 268 M€. Les subventions publiques se montent à 132,57 M€.  Le groupement assurant la construction, la maintenance et l’exploitation moyennant pendant 35 ans une redevance versée par la Ville.  Ce contrat a été très critiqué en Août 2013 par la chambre régionale des comptes, tant sur les conditions de passation du marché que sur les conditions financières qui bénéficient selon la Cour à « l’OM, à l’UEFA et au constructeur ».

16 ATTAC Marseille 5/11/2013 Partenariats Public-Privé Les conséquences pour l’État et les collectivités.  Un endettement sur le long terme, mal consolidé, déséquilibrant la structure de la dette publique (maturité DP : 7 ans en moyenne).  Une absence de maitrise de l’équipement  Un coût final (pour les contribuables) plusieurs fois supérieur au coût de réalisation  Ces contrats sont des assujettissements des politiques publiques aux rentabilités des capitaux privés et des grands groupes.

17 ATTAC Marseille 5/11/2013  140 PPP contractés par les collectivités locales et 45 par l’État en 8 ans  Un stock de PPP avec l’État qui décroît. Il n’y a pas de nouveaux projets étatique après 2013,  qui sera cependant faste (Plan Campus, prison de la Santé, L2)  Les PPP sont en crise.  Quelle réforme sera entamée par l’État ?

18 ATTAC Marseille 5/11/2013 Des Inquiétudes et des critiques multiples  Au Royaume Uni et au Canada, pourtant précurseurs. Réforme Private finance 2.  En France, l’inspection Générale des Finances, la Cour des Comptes, les syndicats d’architectes.  Le gouvernement prépare la refonte du droit des PPP : alignement des BEA, BAH, OAT-LOA sur les contrats de partenariat. Quelles actions possibles ?  Informer sur la nocivité des contrats PPP.  Dénoncer l’utilisation de ce type de contrats, faire irruption dans les processus, contrôler leur mise en œuvre et leur « flexibilité». Exiger la publicité de ces contrats largement couverts par un « secret industriel et commercial » accepté par la personne publique.  La campagne des Municipales peut être l’occasion d’interpeller les candidats sur cette question.  Plus largement, il faut obtenir des retours en Régie publique.  Il faut abroger l’ordonnance de 2004.


Télécharger ppt "Connaître et combattre les Partenariats Public-Privé ATTAC Marseille 5/11/2013 Jacques Masson Bernard Mounier 29 Bd Longchamp Marseille 5 novembre 2013."

Présentations similaires


Annonces Google