La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Michel Gensollen 03/2001 1 Autour du libre 2003 : Le libre, un choix de société ? (21-23 mai 2003) Le modèle du logiciel libre est-il généralisable ?

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Michel Gensollen 03/2001 1 Autour du libre 2003 : Le libre, un choix de société ? (21-23 mai 2003) Le modèle du logiciel libre est-il généralisable ?"— Transcription de la présentation:

1 Michel Gensollen 03/ Autour du libre 2003 : Le libre, un choix de société ? (21-23 mai 2003) Le modèle du logiciel libre est-il généralisable ?

2 Michel Gensollen 03/ –Poser la questions : Le libre, un choix de société ? –c'est supposer que l'organisation repérable dans le cas des logiciels libres peut être étendue à d'autres domaines d'où les points abordés: –comment peut-on caractériser l'originalité du logiciel libre ? quel modèle ? –à quels domaines ces caractéristiques peuvent-elles être étendues ? s'agit-il d'un modèle [économique] général ? –avec quelles conséquences socio-économiques ? qualités du modèle ? compatibilité pendant la phase de transition entre des modèles divers

3 Michel Gensollen 03/ Plan I : Le libre : gratuité et bénévolat II : Le code ouvert III : Le lien court entre innovation et usages IV : Le libre : quelle société ?

4 Michel Gensollen 03/ Gratuité et biens collectifs Gratuité et analyse des services Bénévolat et rémunération des éditeurs I : Le libre : gratuité et bénévolat

5 Michel Gensollen 03/ Gratuité et biens collectifs –Pour beaucoup (mais non pour tous: cf. E.Raymond), les logiciels libres se caractérisent par la fourniture gratuite et le bénévolat de la production : un modèle de fourniture gratuite est-il justifié ? –une fois écrit (coût fixe), un logiciel a un coût variable de distribution nul (si distribution par réseau, sinon, un coût faible de distribution de support) –une fois acquis, le logiciel, pour être utilisé, peut demander des coûts de formation (qui peuvent être vendus classiquement) ce service peut servir à financer l'écriture du logiciel un tel modèle est-il généralisable ? biens collectifs –un tel modèle est applicable à tous les biens collectifs (Cm très faible) –il est avantageux (en terme de welfare) de remplacer les tarifications monopolistiques ou de second rang par des tarifs nuls et de financer les coûts fixes à partir de produits ou de services liés

6 Michel Gensollen 03/ Gratuité et analyse des services –Le modèle de la gratuité est aussi pertinent dans des domaines à coûts proportionnels (services de santé, d'enseignement,.. où le système du tiers payant est pratiqué). Les TIC "analysent" les biens et services –ils séparent les flux physiques (biens et services) et les flux informationnels qui leurs sont classiquement liés –permettent leur fourniture séparée La fourniture gratuite de la composante informationnelle –soulage le modèle du tiers payant –remet en cause le mode de fourniture des services (et le rôle des acteurs) –donne un rôle plus autonome aux consommateurs (est-ce souhaitable ?) –prépare l'évolution vers la fourniture du service par IA –Exemples : OCW du MIT pour l'enseignement, bases médicales en ligne

7 Michel Gensollen 03/ Bénévolat et rémunération des auteurs / éditeurs –La question du bénévolat n'est pas logiquement liée à celle de la gratuité de la fourniture: les "auteurs" pourraient être rémunérés par tiers payant selon leur succès (les ventes se faisant à prix nuls) Le bénévolat a joué un rôle important –pour le développement des logiciels libres et au début d'Internet –bénévolat particulier –bénévolat particulier: mise en commun (à coût très faible) d'un travail déjà réalisé pour soi-même dans le cadre du travail : correction de bugs par les gestionnaires de site (Apache) ou même d'un semi-travail (hobby) –néanmoins il faut l'assurance d'une relative réciprocité (sentiment d'être exploité) ne pas être en concurrence directe La gratuité de l'information pose le problème –non pas du bénévolat (rémunération des créateurs, auteurs, etc.) rémunération des éditeurs –mais de la rémunération des éditeurs (quels services ? quels coûts ?) –et de l'adéquation des biens aux consommateurs (si bénévolat, ne sont produits que les biens qui sont utiles aux producteurs: exemple des logiciels libres)

8 Michel Gensollen 03/ Bénévolat et salariat –Le bénévolat est-il un modèle généralisable ? Pour les travaux créatifs, la variable d'effort est très peu contrôlable, –tendance des entreprises à externaliser ces activités (à mettre les créateurs à leur compte) –moins de salariat [long] l'incertitude est très grande sur la qualité finale (le succès) –les créateurs, risque adverse, sont obligés d'innover en terme : –d'organisation de la production: partie salariale, partie à son compte –de mise en valeur des biens informationnels gratuit-bénévole dans un premier temps si succès, profit sur des produits liés, des services liés ou comme signal de qualité sur le marché de l'emploi

9 Michel Gensollen 03/ II : Le code ouvert II : Le code ouvert Le "code fermé" est propre au logiciel L'extension actuelle du code fermé Les conséquences du code fermé

10 Michel Gensollen 03/ Le "code fermé" est propre au logiciel propriété intellectuelle –Les législations sur la propriété intellectuelle sont soucieuses de protéger les conditions du progrès (technique ou culturel) : copyright dans le cadre du copyright, –le texte est protégé dans sa forme mais il est librement accessible –le code source devrait être fourni au consommateur brevets dans le cadre des brevets, –le processus de production est protégé mais "l'invention doit être exposée dans la demande de brevet de façon suffisamment claire et complète pour qu'un homme de métier puisse l'exécuter" –le code source et l'explication du passage de l'algorithme au programme devrait être fourni au consommateur secrets de fabrication dans le cadre des secrets de fabrication, –le reverse engineering est permis –si le code source n'est pas fourni, on a le droit de chercher à comprendre par tous les moyens comment fonctionne le programme

11 Michel Gensollen 03/ L'extension actuelle du code fermé –La lutte pour le code ouvert n'est pas une lutte contre les législations de type copyright ou brevet mais au contraire dans l'esprit de ces législations, qui reconnaissent que : La qualité d'un bien informationnel (culturel, scientifique, technique,..) dépend: –des biens qui l'ont précédé, –de la possibilité d'y avoir librement accès –de la possibilité de les utiliser, de les imiter, –de les adapter à ses besoins propres et de les bricoler, –de les utiliser pour la formation Actuellement, l'esprit du code fermé s'étend –ce qui ramène à l'état d'avant les Lumières (Encyclopédie) –extension de la durée des copyrights aux États Unis –multiplication des brevets et des coûts des litiges –utilisation des TIC pour remettre en question les libertés qui étaient au centre des législations sur la propriété intellectuelle (par ex. fair use) –en diffusant une culture du secret

12 Michel Gensollen 03/ Modèle fermé et modèle ouvert –Comment caractériser le modèle fermé dans tous les secteurs ? Les TIC jouent un rôle déstabilisateur: –ils permettent une diffusion à coûts faibles des informations –mais aussi des contrôles puissants de l'utilisation des produits informationnels Modèle ouvert (classique): –Production transparente, consommation privée Modèle fermé (qui risque de s'étendre) : –Secret de la production, transparence de la consommation –le produit dissimule la façon dont il a été conçu comment il pourrait être réparé et adapté –la demande, l'usage des produits sont suivis: modèle panoptique suivi des goûts (topologie des biens et des consommateurs des sites Amazon) suivi des utilisations (ergonomie) et des représentations (cognition)

13 Michel Gensollen 03/ Conséquences du modèle fermé Transformation du produit informationnel en service –pour protéger la valeur du bien informationnel, –on limite la copie (même partielle), le stockage, l'analyse –on réserve l'utilisation à des situations contrôlées (le DVD qu'on ne peut lire qu'une fois sans arrêt sur image) –on restaure les conditions du spectacle vivant (théâtre, conférence,..) Formation de monopoles étendus –barrières à l'entrée: coûts de la vérification des droits pour les films, coûts des procès pour les brevets, coûts d'accès aux modes opératoires dans le domaine scientifique –qualité de la production: la capitalisation des inventions ne pouvant se faire librement, la qualité dépend de la taille du producteur (frontière informationnelle des firmes): tendance à un monopole mondial –contrôle de la demande d'autant plus efficace que l'entreprise est en position de monopole

14 Michel Gensollen 03/ III : Le lien court entre innovation et usages Croissance exogène / croissance endogène L'orientation de l'innovation et de la recherche La destruction créatrice Le dialogue innovation – demande Caractéristiques et régulation des pré-marchés

15 Michel Gensollen 03/ Croissance exogène / Croissance endogène –Dans la modélisation classique, les producteurs trouvent sur étagère les solutions techniques et ils sont en concurrence pour leur mise en oeuvre. Dans les modèles de croissance endogène: –on distingue une phase d'innovation: invention de produits nouveaux –on cherche à expliquer la dynamique interne de l'ensemble recherche scientifique + progrès technique + innovation à partir de considérations sur les capitaux immatériels mis en jeu –on cherche éventuellement à rendre compte du couplage entre les phases de R&D, les phases productives et les choix des clients entre les solutions offertes Deux modèles: l'orientation de la recherche et la destruction créatrice

16 Michel Gensollen 03/ L'orientation de l'innovation et de la recherche –Dans le modèle de l'orientation de la recherche, On suppose qu'une remontée d'information est possible –des clients vers les distributeurs-producteurs –des producteurs vers des innovateurs qui dessinent les produits (aux plans techniques, ergonomiques, mais aussi marketing, pricing,..) –des innovateurs vers les chercheurs Modèle de la firme intégrée –établissement de quasi-contrats de recherche internes entre les BU clients et les centres de recherche (mais les chefs de produit n'ont aucune idée des produits d'ailleurs concurrents, qu'il faudrait introduire) –connaissance des clients si la firme n'est pas intégrée en distribution ? –comment driver le progrès technique: contrats longs, pool de brevets, etc.

17 Michel Gensollen 03/ La destruction créatrice –Modèle de l'innovation (Schumpeter) Des innovateurs très proches (issus) de la R&D –définissent des produits et montent leur entreprise (ou se font racheter) –sont finalement sélectionnés par le marché final –problème des barrières à l'entrée, du financement à risque –exemples récents, Silicon Valley (Stanford, Berkeley), Route 128 (MIT) –la déconfiture des dotcom montre les limites d'un tel modèle

18 Michel Gensollen 03/ Le dialogue innovation – demande production d'idée –Pour les biens informationnels, l'essentiel de la production est une production d'idée, de formes (innovation), la production (duplication) et la distribution (réseaux) représentent peu de chose (si modèle ouvert) D'où la possibilité d'un pré-marché –un contact direct entre le concepteur et l'utilisateur –le concepteur fournit les moyens d'adapter, les savoirs nécessaires à l'utilisation de produits qui ne se suffisent pas à eux-mêmes (culturels, produits complexes) –l'utilisateur fournit, par ses questions, l'information pertinente pour les produits à venir

19 Michel Gensollen 03/ Caractéristiques des pré-marchés Les pré-marchés sont complexes: triple différenciation –différenciation des consommateurs débutants, chevronnés (sachant décrire les bugs) utilisateurs-concepteurs (sachant réparer les bugs) –différenciation des concepteurs – distributeurs responsables de méta-produits (système d'exploitation) responsables d'applications responsables du produit diffusé –différenciation des produits produits stabilisés produits encore instables Blackboard – Communauté Modèle d'interaction du type Blackboard – Communauté –chacun apporte une contribution à un objet informationnel commun –chacun tire utilité de l'ensemble de cet objet (commons)

20 Michel Gensollen 03/ Les questions posées par les pré-marchés La régulation des pré-marchés –l'objet informationnel commun est complexe (FAQ, protocole des user lists,..) –il faut gérer les écarts de représentation entre contributeurs et utilisateurs cf.fonctionnement des communautés épistémiques hétérogènes –discipline pour minimiser les temps d'accès en écriture / lecture des utilisateurs / concepteurs (selon la rareté des temps des contributeurs) –comment maintenir un objet unique ? (le faut-il ?) pour que remonte l'information des utilisateurs (experts en caractéristiques de la demande) Faut-il tenir compte de ce que veulent les utilisateurs ? –les biens informationnels sont des biens d'accoutumance (addictive goods) pour les biens culturels, formation des goûts (externalité sociale) pour les biens complexes, formation des représentations / usages –comment transformer les contrôles sociaux antérieurs ?

21 Michel Gensollen 03/ IV : Le libre : quelle société ? Monde ouvert vs monde fermé Aspect propriété intellectuelle : propriété intellectuelle collective: société du tableau noir vs créativité cantonnée au monde de l'entreprise (capital) Aspect productivité ou la partie informationnelle est séparée et duplicable (analyse des services, rôle des réseaux et des TIC) et gains de productivité ou la partie informationnelle est rigidement liée (artificiellement) aux supports, servicisation et absence de gains de productivité Aspect uniformisation culturelle ou séparation des composantes logicielles (Cm = 0), des adaptations locales à faire par (avec) les utilisateurs (skin) ou les économies d'échelle imposeront une seule forme culturelle

22 Michel Gensollen 03/ Michel Gensollen ENST (EGSH) France Telecom (Direction du Plan et de la Stratégie) mail : site :


Télécharger ppt "Michel Gensollen 03/2001 1 Autour du libre 2003 : Le libre, un choix de société ? (21-23 mai 2003) Le modèle du logiciel libre est-il généralisable ?"

Présentations similaires


Annonces Google