La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

2008 UNE ANNEE DE PRATIQUE DE LA MARQUE ET DU MODELE COMMUNAUTAIRES LA SURPROTECTION DES MARQUES FAIBLES José MONTEIRO LOREAL.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "2008 UNE ANNEE DE PRATIQUE DE LA MARQUE ET DU MODELE COMMUNAUTAIRES LA SURPROTECTION DES MARQUES FAIBLES José MONTEIRO LOREAL."— Transcription de la présentation:

1 2008 UNE ANNEE DE PRATIQUE DE LA MARQUE ET DU MODELE COMMUNAUTAIRES LA SURPROTECTION DES MARQUES FAIBLES José MONTEIRO LOREAL

2 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE La synergie cest ce que lon obtient en prime quand les choses fonctionnent en harmonie. Mark TWAIN

3 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE La marque faible et son prétendu corollaire, la protection faible, ne sont pas consacrés par le droit français. CA Paris 26 février 1999, EBS / EPS

4 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE Il parait arbitraire et artificiel dappliquer aux marques à faible pouvoir distinctif un traitement particulier consistant à éliminer de la comparaison les parties de la dénomination ayant un caractère générique ou banal: CA Bruxelles 1 er mars 1973 (Lux / Divolux)

5 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE La notion de marque faible est inhérente à la matière.

6 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE Un rapport existe bien entre le pouvoir distinctif de la marque et létendue de la protection qui sy attache. ( CJ Benelux 5 oct Juicy Fruit) Un rapport existe bien entre le pouvoir distinctif de la marque et létendue de la protection qui sy attache. ( CJ Benelux 5 oct Juicy Fruit)

7 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE Les marques faibles sont celles qui jouissent dun pouvoir distinctif moins élevé. JJ Evrard / P. Peters

8 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE Une marque faible, parce quelle nest distinctive quà la limite, nest protégée quen présence dune réelle contrefaçon, mais doit admettre la coexistence de limitation. Antoine Braun

9 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE La distinction entre marques faibles et fortes constitue la prémisse logique et nécessaire du jugement de confusion. MS Spolidoro

10 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE Dans lappréciation du caractère distinctif dune marque, le Tribunal doit prendre en considération les qualités intrinsèques de la marque, y compris le fait quelle est ou non dénuée de tout élément descriptif. (CJCE 22 juin 99: Lloyd)

11 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE L'appréciation de l'étendue de la protection de la marque antérieure est indispensable pour estimer le risque de confusion. Le périmètre de protection d'une marque dépend de sa force distinctive. (ATF 6 sep. 2007: SEVEN)

12 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE La nécessité détablir une graduation de la protection de la marque simpose comme une nécessité pratique. La nécessité détablir une graduation de la protection de la marque simpose comme une nécessité pratique.

13 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE La jurisprudence communautaire récente conduit à une surprotection des marques faibles.

14 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE Lexistence dun risque de confusion entre une marque enregistrée et un signe faisant lobjet dune demande, doit être appréciée globalement.

15 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE Les éléments communs doivent être dominants. Un élément commun est dominant sil nest pas subsidiaire …

16 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE … ou conserve, dans la marque contestée, une position distinctive autonome. (CJCE 6 oct 2005, Thomson Life) … ou conserve, dans la marque contestée, une position distinctive autonome. (CJCE 6 oct 2005, Thomson Life)

17 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE Dans tous les cas lélément commun doit être distinctif.

18 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE Au moment de déterminer létendue de la protection les éléments auxquels ne revient aucune force distinctive seront de mineure importance. (Bundesgerichtsof Astra / Estra Puren)

19 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE La jurisprudence classique: Les éléments peu distinctifs se voient accorder une faible importance dans lappréciation du risque de confusion: TPICE : CHUFI / CHUFFAFIT TPICE : ECHINAID / ECHINACIN 1 ère CR : GALVALLIA / GALVALLOY.

20 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE LE TOURNANT : La protection est indépendante du caractère distinctif. Même en présence dune marque à caractère distinctif faible il peut exister un risque de confusion.

21 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE TPICE : CONFORFLEX le terme FLEX constitue lélément dominant il existe un risque de confusion entre les marques FLEX et CONFORFLEX nonobstant son caractère evocateur

22 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE La sphère de protection réduite de la marque FLEX, compte tenu de son caractère évocateur, naffecte pas lappréciation du risque de confusion.

23 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE TPICE 16 mars 2005 FLEXI AIR Le terme FLEX présente un caractère distinctif intrinsèquement faible et est couramment utilisé dans le domaine capillaire; Néanmoins il existe un risque de confusion entre les marques FLEX et FLEXI AIR.

24 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE TPICE 15 octobre 2008: Il existe un risque de confusion entre les signes FERROMIX, ALUMIX, INOMIX et les marques FERROMAXX, ALUMAXX et INOMAXX malgré le faible caractère distinctif et le niveau élevé dattention du public pertinent.

25 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE TPICE 13 février 2007: RESPICUR Si le caractère distinctif faible de la marque antérieure permet dexclure lexistence du risque de confusion pour le public professionnel, cette circonstance nest pas suffisante en ce qui concerne les consommateurs finaux.

26 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE La faiblesse du caractère distinctif de la marque antérieure ne permet pas de neutraliser lidentité des produits et les similitudes globales des signes dans la perception du public des patients, ce qui nest pas le cas du public des professionnels.

27 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE TPICE 14 février 2008: GALVALLIA / GALVALLOY Le caractère distinctif est un des éléments parmi dautres dappréciation du risque de confusion.

28 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE En présence dune marque faible, il peut y avoir un risque de confusion, lorsque la marque dont lenregistrement est demandé contient des éléments encore moins distinctifs que lélément commun.

29 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE TPICE 18 octobre 2007: OMEGA 3 Le déposant de la CTM na pas intérêt à soulever le caractère faiblement distinctif du signe OMEGA 3.

30 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE La surprotection des éléments dépourvus de caractère distinctif nuit aux besoins du marché et de la concurrence.

31 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE Le caractère distinctif dune marque constitue une grandeur variable à laquelle il faut avoir égard aussi bien lorsque lon se demande si un signe est susceptible de protection que lorsquon sinterroge sur létendue de celle-ci. (CJ Benelux 16 déc. 91: Burberrys II)

32 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE Le caractère distinctif dune marque nest pas limité à la relation quentretiennent un signe et une liste de produits, au jour du dépôt, puisquau final cest la perception du public qui donne sa valeur à la marque.

33 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE Il existe nécessairement un rapport entre le pouvoir distinctif dune marque et létendue de la protection de celle-ci et ce, dans le sens du moins ou du plus.

34 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE Létendue de la protection doit être appréciée, non pas au moment du dépôt comme cest généralement le cas de la validité, mais à celui de latteinte au droit.

35 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE Les signes ne sont pas similaires ou dissimilaires in abstracto, mais dans la perception qu'en ont les consommateurs qui attachent moins de poids aux éléments peu ou non distinctifs des marques.

36 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE L'analyse de la similarité ne doit pas s'affranchir de l'examen du caractère distinctif per se des éléments communs aux marques.

37 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE Le caractère distinctif de la marque antérieure nest pas un correctif mais un élément essentiel dans la détermination du risque de confusion.

38 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE La sphère de protection nest pas une donnée mathématique mais dépend du caractère distinctif de la marque antérieure.

39 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE La notion de portée de protection laquelle est très étroitement liée à la valeur juridique et économique de la marque.

40 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE La protection ne saurait excéder la valeur de la marque, même au regard dun supposé « intérêt général » du public. Dailleurs la notion de risque de confusion dans lesprit du public nest après tout quune fiction à visage humain destinée à protéger les intérêts concurrentiels dun opérateur économique.

41 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE Arnaud Folliard

42 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE Sil est exact, quun signe est réputé posséder un caractère distinctif lorsquil est propre à distinguer les produits du titulaire, il nen demeure pas moins que tous les signes distinctifs nont pas la même aptitude à remplir cette fonction.

43 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE Une marque dotée dun pouvoir distinctif faible, remplit moins bien la fonction dindication dorigine quune autre marque à pouvoir distinctif plus grand et se rappellera moins facilement au souvenir du public. CJ Benelux 5 oct. 82 (Juicy Fruit)

44 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE Lorsque la marque est composée déléments qui sont tous du domaine public et que la protection ne sétend quà lensemble, la reproduction dun élément isolé, fût-il essentiel, nest pas constitutive de contrefaçon. Antoine Braun

45 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE Le véritable critère pour savoir si une marque est générique ou descriptive doit être recherché dans la gêne quelle apporterait aux concurrents pour présenter leurs produits. Si cette gêne est sérieuse, cest que la marque est nulle, car elle ne joue plus son rôle normal de signe distinctif, mais aboutit à conférer un monopole sur un terme utile à tous et à diminuer abusivement létendue du domaine public. A. Chavanne / J. Azema

46 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE Certes, un signe est distinctif ou ne lest pas. Et dès lors quil est distinctif il constitue une marque valable sans que lon ait à mesurer le niveau arbitraire quil comporte. Mais il est de fait que le caractère distinctif peut varier de degré et dintensité.

47 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE Il est conforme au bon sens de tenir compte de cette réalité. Cest là quil convient de distinguer les marques fortes et les marques faibles. Cette distinction na rien de juridique. Mais elle correspond à une situation de fait, qui influe sur lappréciation de létendue de la protection conférée. Paul Mathely.

48 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE Les entreprises devraient gérer leurs marques comme on gère un compte dépargne. On peut en effet retirer de temps à lautre de largent dun tel compte, mais le but recherché est de faire grossir le capital. Richard Biribauer (J & J)

49 APRAM - JOURNEE MARQUE COMMUNAUTAIRE Merci !


Télécharger ppt "2008 UNE ANNEE DE PRATIQUE DE LA MARQUE ET DU MODELE COMMUNAUTAIRES LA SURPROTECTION DES MARQUES FAIBLES José MONTEIRO LOREAL."

Présentations similaires


Annonces Google