La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

3- La croissance de laprès-guerre : un âge dor ?.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "3- La croissance de laprès-guerre : un âge dor ?."— Transcription de la présentation:

1 3- La croissance de laprès-guerre : un âge dor ?

2 Caractère indiscutable de la croissance durant cette période avec en plus labsence de déséquilibres économiques significatifs Au delà des caractéristiques de la période la réflexion porte sur les causes du mouvement de croissance Analyse de limmédiate après-guerre puis des éléments plus structurels de la dynamique de croissance

3 3.1 La reconstruction de laprès-guerre : tirer les leçons des échecs de lentre-deux-guerres ? Un système international coopératif ou lintérêt bien compris des Etats-Unis ? Volonté dintégrer les dimensions économiques dans le règlement de la 2ème Guerre Mondiale Conférences internationales ont pour but de travailler à ce nouveau système

4 1- La conférence de Bretton Woods Objet de la conférence est la reconstruction dun Système Monétaire International Opposition de deux grandes thèses : Plan Keynes Plan White (secrétaire au trésor des Etats-Unis)

5 Double volonté : Réalimenter le commerce international en liquidités (stock dor est presque entièrement concentré aux Etats-Unis : 75 % du stock dor mondial en 1945) Éviter les replis nationalistes des années 30 et les engrenages de dévaluations compétitives Prendre acte de limpossibilité du retour à la convertibilité-or interne des monnaies Accords de Bretton Woods prévoient Système de changes fixes (variation des changes de + ou – 1 %) Système de Gold Exchange Standard (réserves sont constituées dor et de devises convertibles en or)

6 Création du Fonds Monétaire International qui a 2 grandes fonctions : Contrôle des parités (dévaluation ou réévaluation doivent être validées par le FMI) Aide aux États ayant des difficultés déquilibre de leur balance extérieure (système de prêts qui peut saccompagner de recommandations) Création de la BIRD (devenue Banque Mondiale) destinée à aider les pays européens dans leur reconstruction

7 Accords de Bretton Woods consacrent la place centrale du dollar, seule monnaie convertible en or (échec du retour à la convertibilité de la livre en 1947) Puissance économique des États-Unis se manifeste dans le domaine monétaire et financier Mais la période de laprès-guerre est marquée par une pénurie de dollar (dollar gap) compte tenu des excédents extérieurs des Etats-Unis Voir document 1 du dossier documentaire complémentaire

8 2- La création du GATT Définition dun nouveau cadre monétaire doit saccompagner dune logique de libre-échange Mise en place du GATT est plus complexe que celle de Bretton Woods : volonté de créer une Organisation Internationale du Commerce échoue (conférence de La Havane – 1948) Deux principes essentiels : Clause de la nation la plus favorisée Définition dun cadre de négociation (négociations multilatérales dans le cadre de « rounds » avec des objectifs précis)

9 3- Le plan Marshall La vérité, c'est que les besoins de l'Europe pendant les trois ou quatre prochaines années en vivres et en autres produits essentiels importés de l'étranger - notamment d'Amérique - sont tellement plus grands que sa capacité actuelle de paiement qu'elle devra recevoir une aide supplémentaire très importante ou s'exposer à une dislocation économique, sociale et politique très grave. Le remède consiste à briser le cercle vicieux et à restaurer la confiance des habitants de l'Europe tout entière. Le fabricant et le fermier, dans de très vastes régions, doivent pouvoir et vouloir échanger leurs produits contre des monnaies dont la valeur constante ne fasse pas de doute. En dehors de l'effet démoralisant qu'a le désespoir des peuples en question sur le monde entier, et des troubles qu'il peut provoquer, les conséquences de cette situation pour l'économie des Etats- Unis devraient être évidentes pour tous. Il est logique que les Etats-Unis doivent faire tout ce qu'ils peuvent pour aider à rétablir la santé économique du monde, sans laquelle la stabilité politique et la paix assurée sont impossibles. Notre politique n'est dirigée contre aucun pays, aucune doctrine, mais contre la famine, la pauvreté, le désespoir et le chaos. Discours à Harvard 5 juin 1947

10 Plan Marshall se traduit par des versements très importants des Etats- Unis vers les pays européens : 13 milliards de dollars entre 1948 et 1951 soit plus de 1 % du PIB américain Plan permet à la fois denclencher la reconstruction en Europe et de faciliter la reconversion de léconomie américaine Plan sarticule avec la coupure de lEurope autour du rideau de fer : clivage entre les pays occidentaux qui acceptent laide et les pays passés sous lorbite soviétique Voir document 2 du dossier documentaire complémentaire

11 Double constat Volonté dorganiser les échanges internationaux de manière coopérative domine limmédiate après-guerre (leçons de lentre-deux-guerres sont tirées) Mise en place des institutions de cette période est facilitée par la domination américaine (nouvelles structures correspondent assez largement aux intérêts américains)

12 3.1.2 Un nouveau rôle pour lÉtat Évolutions significatives dans limmédiate après-guerre concernant le rôle de lÉtat et les politiques sociales, en particulier en France 1- Nationalisations Nationalisations de 1945 renvoient à une double logique -sanction de certaines entreprises « collaboratrices » (Renault) -volonté de faciliter la reconstruction : énergie (création dEDF, GDF, CDF), une partie du secteur bancaire et des assurances, une partie des transports Royaume-Uni réalise également des nationalisations significatives Voir document 3 du dossier documentaire complémentaire

13 2 - Planification Création du Commissariat Général au Plan – J. Monnet Plan a pour objectif au départ de coordonner de manière efficace les efforts de reconstruction (articulation avec le plan Marshall) Plan évolue ensuite vers la définition dune stratégie de croissance à léchelle nationale (« ardente obligation ») mais aussi a une fonction de dialogue (commissions tripartites pour lélaboration du plan)

14 3 – La protection sociale La sécurité sociale est la garantie donnée à chacun qu'en toutes circonstances il disposera des moyens nécessaires pour assurer sa subsistance et celle de sa famille dans des conditions décentes. Trouvant sa justification dans un souci élémentaire de justice sociale, elle répond à la préoccupation de débarrasser les travailleurs de l'incertitude du lendemain, de cette incertitude constante qui crée chez eux un sentiment d'infériorité et qui est la base réelle et profonde de la distinction des classes entre les possédants sûrs d'eux-mêmes et de leur avenir et les travailleurs sur qui pèse, à tout moment, la menace de la misère. Envisagée sous cet angle, la sécurité sociale appelle l'aménagement d'une vaste organisation nationale d'entraide obligatoire qui ne peut atteindre sa pleine efficacité que si elle présente un caractère de très grande généralité à la fois quant aux personnes qu'elle englobe et quant aux risques qu'elle couvre. Le but final à atteindre est la réalisation d'un plan qui couvre l'ensemble de la population du pays contre l'ensemble des facteurs d'insécurité ; un tel résultat ne s'obtiendra qu'au prix de longues années d'efforts persévérants, mais ce qu'il est possible de faire aujourd'hui, c'est d'organiser le cadre dans lequel se réalisera progressivement ce plan. Exposé des motifs de lordonnance doctobre 1945

15 Mise en œuvre de la Sécurité Sociale en France se fait selon le principe « bismarckien » (droits sont liés aux travail et aux cotisations versées) Système nest pas généralisé comme le prévoyait lordonnance de 1945 Maintien des régimes antérieurs lorsquils prévoient des prestations plus importantes que le nouveau régime Autorisation donnée à certaines professions de ne pas y participer (agriculteurs, professions libérales) Voir documents 4 et 5 du dossier documentaire complémentaire

16 Royaume - Uni met en place un système universel (National Health Service) : protection bénéficie à lensemble de la population et est financée par limpôt Texte fondateur est le rapport Beveridge publié en 1942

17 Transformations structurelles de laprès guerre ne renvoient pas à une stricte logique économique Elles sinsèrent dans le contexte politique de la fin de la guerre : situation française marquée par la personnalité du général de Gaulle, le programme du Conseil National de la Résistance et une volonté de reconstruire une union nationale Elles sarticulent avec lévolution du rôle de lÉtat amorcée durant les années 30

18 Idée clé : mutations de laprès-guerre contribuent au redémarrage rapide de la croissance daprès-guerre Impact prend une dimension structurelle significative tant au niveau national quau niveau internationale Développement des réformes sappuie à la fois sur la volonté de ne pas reproduire les difficultés de lentre deux guerres mais aussi sur le rôle dominant des Etats-Unis qui imposent de nouvelles règles du jeu


Télécharger ppt "3- La croissance de laprès-guerre : un âge dor ?."

Présentations similaires


Annonces Google