La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Lacces pour tous en Afrique etude de capitalisation IED-Axenne-Novalis 7 th annual meeting club-ER, Mombasa, 23-26 march 2010.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Lacces pour tous en Afrique etude de capitalisation IED-Axenne-Novalis 7 th annual meeting club-ER, Mombasa, 23-26 march 2010."— Transcription de la présentation:

1 Lacces pour tous en Afrique etude de capitalisation IED-Axenne-Novalis 7 th annual meeting club-ER, Mombasa, march 2010

2 Constats/enjeux de lER Des montants financiers importants mais pas si importants au regard des besoins et des enjeux (même si impact dER difficiles à mesurer) Constats Montants inégalement répartis entre les pays (Ghana, Maroc) et entre zones dun même pays Certaines « success story » (Maroc) mais qui ne paraissent pas nécessairement reproductibles partout

3 Besoin de capitaliser sur ces différentes expériences Notamment questions de design institutionnel et financier Pour alimenter la stratégie AFD Etude réalisée par consortium IED-Axenne-Novalis

4 Plan de la présentation 1.Quelques éléments clés de létude 1.1. Resituer laccès au sein dune vision politique globale 1.2. Bilan des réformes institutionnelles 1.3. Quels coûts/tarifs/gestion commerciale? 1.4. Un continuum de solutions techniques 2. Enseignements pour la stratégie AFD 2.1. stratégie AFD 2.2. les « bonnes idées » de projets pour des projets « bancables »

5 1.1. Resituer laccès au sein dune vision politique globale Laccès peut avoir différentes formes : Lextension du réseau électrique dans le cadre de la Concession Nationale de la compagnie délectricité – nationale ou privatisée ; Lélectrification des bourgs et des centres secondaires – et plus largement des pôles de développement hors de la Concession Nationale de la compagnie délectricité réseau national ou moyens de production locaux avec un réseau de distribution MT et BT ; Lélectrification des localités très isolées et de petite taille systèmes individuels ou limités aux services communs – typiquement le photovoltaïque, ou encore par réseaux villageois (généralement diesel) ; Lélectrification périurbaine question de la densification des connections Répondant à différents objectifs : aménagement territoire/équité

6 Conséquence : un manque de clarté dans la répartition des responsabilités compagnie délectricité, opérateurs privés, Fonds dER/Agence Compagnie délectricité (Publique or privée) Agence dER ou Fonds dER Opérateurs spécialisés (ONGs, Ministères…) Électrification des pôles de développement à lintérieur des zones de concession principale Viable Électrification des pôles en dehors des zones de concession principales Viable Localités isoléesNon rentable Zones périurbainesNon rentable Viable économiquement Non rentable, nécessite un soutien public Grisé: peut être assuré par lopérateur national

7 1.2. bilan des réformes institutionnelles Il y a 15 ans, réformes sectorielles : compagnie délectricité (publique ou nationalisée) et un fonds/agence dER : uniformisation des modèles Bilan: souvent les agences dER simplement juxtaposées à un système électrique urbain difficile planification, peu de synergie Rôle clé du « champion » public : Côte dIvoire, Ghana, Afrique Sud, Maroc, Tunisie Un trop plein dacteurs institutionnels : problème de simplification post-réforme sectorielle (Mauritanie eau/ER).

8 Multiplicités dopérateurs mais les fonctions nécessaires pour réaliser un programme daccès avec succès sont-elles remplies ? Fonction industrielleFonction financièreFonction réglementaire Y a-t-il des opérateurs pour faire la P, T, D – où les compagnies délectricité voient leurs prérogatives réduites Y a-t-il des standards techniques optimisés ? Y a-t-il un réseau adéquat de fabricants et installateurs ? Avant le PPP, il faut du PSD – Private Sector Development Quel est le système financier pour financer lER ? Est-il bien pensé aux vues du niveau dinvestissement requis et du faible niveau de demande et de capacité à payer ? La demande rurale est-elle marginale par rapport au système principal ? Y a-t-il un effet de levier sur les rares subventions nationales et internationales disponibles ? A travers les fonds dER ? Les systèmes de crédit aux opérateurs privés sont-ils une réalité? Les outils de partage du risque sont-ils en place ? Doit être incitative, claire et suffisamment fiable et transparent pour donner confiance au secteur privé Doit garantir que la planification opérationnelle soit réalisée Garantir la clarté des rôles des différents acteurs Détermine les besoins de capacité dinvestissements, formule et réalise les activités de renforcement de capacité nécessaires

9 1.3. capacités de paiement/tarifs/gestion commerciale Capacités à payer la facture mensuelle délectricité Dépenses en énergie plus élevées en zone rurale (3-10$/mois) rapide saturation tx connection Problème du coût de branchement : /dép. annuelle <50 pbes financements ad hoc du raccordement : subvention FER, partage coûts, emprunt, mécanismes de revolving fund (Kenya) Enjeux de la gestion commerciale/distribution (compteurs prépaiement) pour baisser les coûts

10 1.4. Un continuum de solutions techniques, des options de production complémentaires Les technologies de production doivent être adaptées à des situations geo-économiques contrastées : Extension du réseau Solution principale Nécessite une production centralisée et peu coûteuse Production décentralisée Nécessite un réseau de distribution local Avec coûts locaux variables Le faible niveau de demande rurale implique quun gros acheteur est nécessaire pour rendre loption viable Hors-réseau Difficile à atteindre et Coûteux à gérer

11 Un coût compétitif – à certaines conditions: heures dutilisation/an et durée de vie + coût actualisé… Energies Reneouvelables - Formation AFD, janvier 2009 FilièreInvest. /kW Coût ct / kWh Cap mondiale installée Fonctionnemt (h/an) Photovoltaïque5 GWc1000 – Sur réseau Sur ~20 ans - Isolé7000 – Sur ~20 ans Eolien94 et 1,3 GW - terrestre Sur 5 à 10 ans Off shore > 10 ans Hydraulique - Grande Sur 15 ans Petite <10MW – 9,5Sur 6 à 15 ans Géothermie ,2 - 98,9 GW8000 Charbon ,2 – 5,68000 Fuel / diesel indifférent

12 2. Enseignements pour la stratégie AFD Enseignement 1 : impliquer tous les acteurs du systèmeEnseignement 1 : impliquer tous les acteurs du système 1.Grands porteurs de projet : agro industries; investisseurs; partage des risques / retours 2.Compagnies délectricité – en particulier pour intégrer les énergies renouvelables 3.Utilisateurs finaux afin de faciliter la connexion et réduire les coûts de gestion de la distribution 4.Petits opérateurs (soutien technique, gestion, financement) 5.Fonds ER / Agences et intermédiaires financiers : mise en place de mécanismes de financement adéquats 6.Institutions nationales pour la planification stratégique - technique et financière

13 Enseignement 2 : Besoin de vraies innovationsEnseignement 2 : Besoin de vraies innovations - mobilisation de moyens financiers et humains dédiés - consolider une liste de projets/approches à développer : constituent-elles des solutions pour lavenir? - consolider une liste de projets/approches à développer : constituent-elles des solutions pour lavenir? - identifier des partenaires africains pour mettre en œuvre ces idées - identifier des partenaires-bailleurs pour développer des approches intégrées Enseignement 3 : Enjeu dune diffusion à large échelleEnseignement 3 : Enjeu dune diffusion à large échelle –Limiter les projets pilotes : enjeu de la réplicabilité –Mixer prêts (pour les investissements)/subventions

14 Enseignement 4 : Financement de projets par la mobilisation de prêts et de dons Compte tenu des caractéristiques économiques des projets daccès, la bonification des financements est une nécessité, avec la composante subvention visant plus particulièrement: A.Études amont et renforcement de capacité Cadre institutionnel et réglementaire; planification stratégique; inventaire des ressources et études de faisabilité; formation technique et gestion B.Soutien à la mise en œuvre: Montage financier, ingénierie, maîtrise dœuvre, renforcement de capacités C.Soutien à linvestissement: partage des risques, concessionnalité (durée, taux, période de grâce), subventions à linvestissement

15 Agro industrie Résidu agricole Production délectricité (500kW 10MW) 50% 40% 10% Compagnie délectricité Viable économiquement Ligne de crédit concessionnelle Non rentable subvention à linvestissement Projet 1.i 30% 20% 50% Electrification Rurale

16 Projet 1.i: Grands porteurs de projet (agro industries) Prêt direct ou lignes de crédit à travers les banques commerciales nationales Porteur(s) de projet : agro industries Lignes de crédit à travers les banques commerciales nationales qui prêtent à leur tour Pays: Kenya, Cameroun, Ouganda, Tanzanie, … Une agro industrie investit dans la co-génération pour réduire sa facture énergétique A assez de résidus agricoles (balle de riz, huile de palme, déchets de bois, …) pour produire un excédent dénergie (sans rivalité dusage) Une banque de développement octroie un prêt à une banque intermédiaire qui à son tour prête à lagro industrie La rentabilité de linvestissement additionnel dépend des conditions de vente de lexcédent dénergie –Proximité du réseau et PPA –Emplacement des villages non électrifiés et niveau de demande; conditions de rachat –Risque perçu par le développeur au vu de la fiabilité de lacheteur à long terme Question: les banques locales vont-elles prêter à lagro industrie ? (risque commercial et de projet)

17 Site hydro Production délectricité 100kW 15MW Électrification rurale Compagnie délectricité IPP 40% 25% cts Risque du à lhydrologie Viable économiquement Ligne de crédit, concessionnelle pour sadapter au profil dinvestissement hydro Non rentable Subvention à linvestissement Acheteurs captifs; réseau privé Projet 1.ii Accès des tiers au réseau?

18 Projet 1.ii: Grands porteurs de projet – Producteurs Autonome (IPP) Prêt direct pour les opérations de taille ou lignes de crédit à travers les banques commerciales Porteur(s) de projet : IPPs Lignes de crédit internationales à travers les banques commerciales nationales qui prêtent à leur tour Pays: Kenya, Cameroun, Ouganda, Tanzanie, Guinée, … Un développeur privé investit dans une unité hydro Évalue la qualité du site et le risque physique Cherche acheteurs solvables : –Clients industriels importants et solvables avec demande stable –Compagnie délectricité : distance au réseau ? Tarif de rachat ? –Les communautés locales sont les dernières sur la liste: lIPP nest pas une entreprise de distribution et préfère sassocier à un distributeur fiable Problème: lIPP sera-t-il capable de mobiliser des fonds à long terme (15 ans) nécessaires pour atteindre des coûts du kWh attractifs (~5 cents / kWh)? Les banques nationales ne sont généralement pas intéressées par ces nouveaux projets à long terme

19 Compagnie délectricité nationale investissement : 700/kW coût du kWh : 80% fioul 90cts/L : Coût > 30cts/kWh Groupe électrogène Injection solaire investissement : 8000/kW Coût : cts/kWh avec financement long terme, sans stockage avec batterie Compagnie délectricité nationale Emprunte et maximise le nombre de connexions à court terme, … Mais subit des coûts opérationnels élevés sur le long terme Ne veut pas utiliser sa capacité à emprunter pour un faible nombre de connexion par $ Malgré la durabilité garantie à long terme Projet 2 Les coûts dinvest baisent, ici coûts conservateurs pour petites opérations isolées

20 Projet 2 : Compagnies délectricité Sassurer dune stabilité du coût de lénergie à long terme à travers les énergies renouvelables nécessite la mobilisation de financements bonifiés et de LT Emprunteur – opérateur technique et financier: Compagnie délectricité Pays: Région sahélienne: Burkina Faso, Mauritanie, Mali, Nord du Cameroun, Tchad, Sénégal… Pour les villages éloignés du réseau interconnecté, la norme reste lélectrification par groupe électrogène Les compagnies délectricité se concentrent sur les grandes villes, souvent les capitales administratives et sur les clients les plus rentables au sein des localités (grands consommateurs, regroupés) Visent à connecter un maximum de localités avec les faibles ressources disponibles Conséquences négatives à long terme, avec des coûts opérationnels toujours plus élevés (coût du carburant et vieillissement des générateurs qui résulte en baisses de rendement) Le solaire PV injecté est une alternative viable aujourdhui – mais les compagnies délectricité ne veulent pas mobiliser leurs maigre ressources financières pour un faible nombre de connexions

21 Projet 4i Fonds/Agence dER (AMADER) Gazogènes biomasse (3 à 500 kW) Subvention à linvestissement… ~80% Opérateurs locaux, Mali : PCASER Soutien technique et financier PCASER incapable de couvrir les coûts opérationnels Pôle de compétence

22 Projet 4i: Petits Opérateurs Privés Soutien technique et financier pour lintégration de la gazéification biomasse et pour réduire la dépendance aux carburants fossiles Emprunteur: Gouvernement national, qui rétrocède au Fonds dÉlectrification Rurale (FER) Contrepartie: FER ou Agence, puis petits opérateurs privés Pays possibles: Mali, Guinée, Cameroun Les opérateurs locaux électrifient le plus souvent à partir de diesel (connaissance de la technologie, faible coûts dinvestissement) Nécessite 80% à 90% en subvention initiale à linvestissement, le reste étant apporté sur fonds propres; FER donne une subvention directe et nest généralement quun compte en banque et non un intermédiaire financier; très peu de banques locales prêtent en réalité Après quelques mois/années, les opérateurs locaux sont coincés entre laugmentation des coûts du diesel et la faible capacité à payer des clients: il est impératif de réduire les coûts opérationnels Là où la biomasse est disponible au niveau du village, la gazéification avec mélange au diesel (jusquà 90%) est une option mais nécessite: o information o savoir-faire technique au niveau local o disponibilité du gazogène et capacité à le fabriquer

23 23 Fonds/Agence dER (AMADER) Subvention à linvestissement… ~80% Opérateurs locaux, Mali : PCASER Soutien technique et financier PCASER incapable de couvrir les coûts opérationnels Pôle de compétence biodiesel Projet 4ii

24 Projet 4.ii: Petits Opérateurs Privés Unité bio-diesel locale pour substituer du carburant dans un groupe de systèmes diesel Emprunteur: Gouvernement national, qui rétrocède au Fonds dÉlectrification Rurale (FER) Contrepartie: FER ou Agence, puis PME industrielle Pays possibles: Mali, Guinée, Cameroun, … la plupart des pays Africains … pareil quau 4i….. Ou la biomasse est disponible localement, mettre en place une petite unité de bio-diesel nécessite: o Information o Évaluation de la ressource biomasse o Savoir-faire technique o Cadre contractuel avec opérateurs locaux pour guarantir lachat du biocarburant à un tarif défini o Financement de linvestissement

25 Gouvernement national Banques et agences de développement Transferts de fonds Financements concessionnels Petits opérateurs Prêt concessionnel Don compagnie fabricant … Banques nationales Prêts concessionnels Prêts concessionnels, dons Instruments de partage du risque Autonomie financière, à travers lémission dobligations LT… Fonds/Agence dÉlectrification Rurale Projet 5

26 Projet 5: Mise en place dun Fonds dÉlectrification Rurale (FER) en tant quopérateur financier capable de mobiliser des fonds FER / Agence dER Pays: Madagascar, Congo-Brazzaville, Mali, Guinée – tous les pays engagés politiquement Aujourdhui, FERs ne sont pas structurés comme intermédiaires financiers, ie: –Avec la capacité légale demprunter auprès dagences internationales –De se refinancer à travers lémission dobligations (comme la « Rural Electrification Corporation » le fait en Inde) –Autorisée à prêter aux opérateurs locaux –La réalité: les banques locales ne souhaitent pas sengager sur ce secteur (sauf si banques de développement à mandat particulier) Le FER est un compte pour transférer des subventions Les agences internationales fournissent des prêts sectoriels aux Gouvernement qui en rétrocèdent une petite partie comme don au FER Il ny a aucun effet de levier sur don dans les sous-secteurs de lElectrification Rurale ou Périurbaine Il est crucial de structurer le FER pour faire levier sur les montants de dons qui resteront modestes

27 Financements concessionnels nécessaires pour soutenir tous les acteurs des programmes daccès Type de projetSoutien 1- Grand porteurs de projet (ex. agro industries ou Producteurs Autonomes) financés directement ou par banques commerciales A,B,C 2 - Compagnies délectricité, pour intégrer énergies renouvelables pour garantir stabilité des coûts à long terme de lER A,B,C 3 - Utilisateur finaux, compagnies délectricité, opérateurs pour augmenter les taux daccès en zone électrifiée A,B,C 4 - Petits opérateurs privés – pour lintégration des énergies renouvelables et faire baisser les coûts du kWh et donc augmenter la soutenabilité à LT A,B,C 5 - Structuration du Fonds dÉlectrification Rurale en tant quintermédiaire financier A,B,C 6 - Institutions nationalesA A. Renforcement de capacité et études amont B. Soutien à limplémentation de projet C. Soutien à linvestissement: partage de risque, prêts concessionnels, dons

28 Préparer lavenir… Quelles idées sont-elles reproduites dans un autre contexte?

29 Type of projectProjects : project idea under study on going project Large sponsors (eg agroindustries or Independant Power Producers) financed directly or through commercial banks Kenya : agroindustrial cogeneration by credit lines to local banks / Implementation on the 16th 2009 Jatropha in West Africa (Mali, Bénin, Sénégal, Burkina Faso) and Laos Utilities, to integrate renewables to ensure LT sustainability for rural electrification Sahelian Countries : mini-local grids diesel-solar Mauritania: mini-local grids diesel-solar Senegal : PASER phase 2 End-users, utilities, operators for increasing access rates in electrified areas Kenya : financial mechanism (revolving fund) to prefinance connection phase 2 Benin : grid extension including prepayment/cost reduction CAR : enhance production capacity in Bangui (hydroelectric) implementation early 2010 Private small scale operators - for integrating renewable energy and bringing down LT kWh costs, thus ensuring LT sustainability Botswana : Renewable Energy-based Rural Electrification PG (project idea, AFD loan in 2010) Cameroon: extension of mini-hydro and minigrid to Rumpi's area Morocco : global ER next phase Rural Electrification Fund structuring as a financing intermediary Project idea? Kenya? Planning capacity buildingKenya : Technical Assistance Indicative pipe of activities


Télécharger ppt "Lacces pour tous en Afrique etude de capitalisation IED-Axenne-Novalis 7 th annual meeting club-ER, Mombasa, 23-26 march 2010."

Présentations similaires


Annonces Google