La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Le département de Charente-Maritime Gestion de lalimentation en eau potable en situation de crise.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Le département de Charente-Maritime Gestion de lalimentation en eau potable en situation de crise."— Transcription de la présentation:

1 Le département de Charente-Maritime Gestion de lalimentation en eau potable en situation de crise

2 LE SYNDICAT DES EAUX DE LA CHARENTE MARITIME Service public de leau à léchelle départementale 466 communes (sur 472) adhèrent au Syndicat pour lalimentation en eau potable Patrimoine kms de réseau 230 réservoirs deau potable 63 captages

3 Les différents types de gisement Fleuves et rivières : Alimentés par les nappes et par le ruissellement des pluies. Cette ressource est abondante mais nécessite des traitements coûteux.

4 Usine Lucien Grand Retenue deau brute Volumes distribués (15 Millions de m 3 /an) Usine Lucien Grand (traitement de leau du fleuve Charente) Barrages de Vendée Alimentation en eau potable du département Réseaux et eaux de surface Apport des barrages de Vendée Retenue deau brute de St Hippolyte m 3 /j m 3 /j 1,5 Millions de m 3

5 Les différents types de gisement n a p p e l i b r e n a p p e C a p t i v e Horizon imperméable Nappes captives: Entre 20 et 500 mètres de profondeur. Elles sont privilégiées pour lalimentation en eau potable car leur localisation les isole des pollutions de surface grâce aux terrains imperméables qui les recouvrent. Nappes libres: Captées entre 20 et 50 m par des puits ou des forages, elles représentaient le point dalimentation des communes à partir des années

6 47 captages en domaine Crétacé 1 ouvrage intéressant lEocène captif 15 captages en domaine Jurassique 14 en nappe libre 11 en nappe semi-captive 12 en nappe libre 3 en nappe captive AU TOTAL 63 captages 22 en nappe captive Les ressources en eaux souterraines (35 Millions de m 3 /an)

7 Leur capacité de stockage est supérieure aux nappes libres, elles se vidangent et se rechargent plus lentement (temps de séjour de quelques années à plus de ans). Peuvent supporter plusieurs étiages sévères consécutifs Potentiel des ressources souterraines Leur potentiel nest pas constant dans le temps. Le cycle de vidange et de recharge est dune année Fragiles en étiage sévère Les nappes libres :Les nappes captives :

8 Période estivale Période hivernale Littoral CONSOMMATION DEAU 2005 Moyenne journalière en m 3 CONSOMMATION DEAU 2005 Moyenne journalière en m Ville de LA ROCHELLE Presquîle dARVERT Intérieur Les besoins en eau potable (50 Millions de m 3 /an)

9 Evolution de la production en eau potable sur le réseau littoral Pics de consommation en Juillet et Août Les consommations en Juillet 2006 (> m 3 /j) ont dépassé les consommations estimées dans le Schéma Départemental dAlimentation en eau potable pour 2015

10 Lirrigation en Charente-Maritime Consommation deau : 80 à 100 Millions de m 3 en 3 mois Conséquence sur létat des ressources en eau souterraine : abaissement généralisé du niveau pièzométrique Influence des prélèvements agricoles Prise en compte de la gestion estivale depuis plus de 15 ans. Toutefois, cette problématique est encore présente sur quelques champs captants Exemple du forage en nappe captive de La Chapelle des Pots prochainement exploité pour leau potable Courbe de vidange naturelle de la nappe Courbes de vidange Influencée par les prélèvements deau pour lirrigation

11 Plus de 3500 forages dirrigation dans le département Les ouvrages dirrigation et leau potable Près de 110 points de prélèvement pour leau potable dans le département Malgré le grand nombre de forages privés, la concurrence directe est principalement observée sur un seul champ captant deau potable.

12 Gestion préventive de la ressource Dès le mois de Février, évaluation des ressources : Eau de surface : taux de remplissage des barrages vendéens et de la retenue deau brute de St Hippolyte, débit du fleuve Charente Vue aérienne de la retenue deau brute de St Hippolyte (capacité de stockage : 1,5 Millions de m 3 ) Fleuve Charente en crue (ville de Saintes) Même si en février la Charente est en crue, lestimation des débits du fleuve à létiage dépendra du taux de recharge des nappes en amont. Une crue du fleuve Charente en hiver nest donc pas forcément synonyme dun débit important en période estivale. Usine de traitement de leau Retenue deau brute

13 Gestion préventive de la ressource Dès le mois de Février, évaluation des ressources : Eau souterraine : niveaux piézométriques à comparer avec les chroniques des années antérieures Niveau maximum de la nappe (année 2000) Niveau année 2003 Niveau année 2004 Niveau année 2005 Niveau année 2006

14 Analyse de la vulnérabilité Exemple des derniers étiages sévères : 2003 : canicule entraînant une très forte consommation durant le mois dAoût. Impossibilité de stocker la nuit toute leau nécessaire pour la journée suivante (difficulté dapprovisionnement de lIle de Ré) 2005/2006 : travaux de stockage réalisés mais difficulté dappréhender la demande estivale en eau potable qui varie en fonction des facteurs climatiques (température, pluviométrie) et la date de la pointe de consommation La gestion de lalimentation en eau potable est tributaire de facteurs extérieurs et ne laisse aucune marge de manœuvre. Une gestion dalerte est donc nécessaire.

15 Gestion dalerte de la ressource Communication de la situation : notes du Syndicat des Eaux au Préfet (Février, Avril …) Organisation multi-ressources : Privilégier lutilisation des eaux de surface par rapport aux forages avant les jours de pointe : consignes aux exploitants de mise en réserve des eaux souterraines et doptimisation des eaux de surface via les interconnexions Utilisation optimale des interconnexions grâce à la télégestion : gestion des stocks deau et optimisation en fonction du transit, du stockage et de la qualité à maintenir

16 Saintes « Lucérat » Bâche au sol de « Mongré » Trizay « Le Bouil de Chambon » Ecurat « Pelouse de Réveiloux » Nieul-les-Saintes « La Métairie » Complexe de «Léguille » Usine « Sud-Charente » Complexe de St- Pierre-doléron « LAubier » Complexe de «Marsilly » Import des Barrages de Vendée Usine de « Coulonge » Complexe des « Evières » Complexe du Thou

17 Gestion dalerte de la ressource Communication de la situation : notes du Syndicat des Eaux au Préfet (Février, Avril …) Organisation multi-ressources : Privilégier lutilisation des eaux de surface par rapport aux forages avant les jours de pointe : consignes aux exploitants de mise en réserve des eaux souterraines et doptimisation des eaux de surface via les interconnexions Utilisation optimale des interconnexions grâce à la télégestion : gestion des stocks deau et optimisation en fonction du transit, du stockage et de la qualité à maintenir Renforcement de la surveillance (qualité et quantité) sur les ouvrages stratégiques : Note quotidienne (niveaux, débits, qualité) et note hebdomadaire (63 captages) diffusées aux acteurs de leau. Mise à disposition des données via une plate forme internet sécurisée.

18 Gestion de crise de la ressource Evaluation hebdomadaire de la marge de manœuvre en eau potable avec les services de la DDASS, par secteurs et en fonction des entités (en référence au Schéma Départemental) Notes au Préfet sur la nécessité de mettre en place des restrictions dusage et des incitations aux économies deau Communiqués de presse : presse écrite, radio, télévision Mutualisation des ressources : dépannage avec dautres collectivités (CDA La Rochelle, ville de Saintes) et réciprocité en hiver Etiage 2005 : problème général de disponibilité de ressources pour la façade littorale dépannage par la CDA La Rochelle Etiage 2006 : pic de consommation record de m 3 /j sur la façade littorale dépannage par la CDA La Rochelle Hiver 2005 : problème de qualité de la ressource la ville de Saintes dépannage par le Syndicat des Eaux graphique

19 Bilan de la gestion de la ressource Afin de garantir une gestion cohérente de leau potable, il est impératif : de maintenir des réseaux de surveillance (qualité et quantité) en partenariat avec les autres producteurs deau de se doter de marges de sécurité conséquentes (doublement de lusine de traitement deau de surface, nouveaux forages en eau souterraine, amélioration constante des transits et des stockages)


Télécharger ppt "Le département de Charente-Maritime Gestion de lalimentation en eau potable en situation de crise."

Présentations similaires


Annonces Google