La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Lésions anopérinéales de la Maladie de Crohn Etude coopérative Rapporteur : M. NAKMOUCHE XX Journées Nationales De la Société Algérienne dHépatogastroentérologie.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Lésions anopérinéales de la Maladie de Crohn Etude coopérative Rapporteur : M. NAKMOUCHE XX Journées Nationales De la Société Algérienne dHépatogastroentérologie."— Transcription de la présentation:

1 Lésions anopérinéales de la Maladie de Crohn Etude coopérative Rapporteur : M. NAKMOUCHE XX Journées Nationales De la Société Algérienne dHépatogastroentérologie

2 Lésions fréquentes : 22 à 85% des MC En moyenne 50% des patients sont concernés Atteinte AP isolée ou associée à des lésions intestinales (colorectales +++) Précédent, accompagnent ou surviennent secondairement aux lésions intestinales Caractère chronique, gênant, récidivant Polymorphisme lésionnel Gravité potentielle = destruction sphinctérienne Traitement –Basé sur un bilan soigneux –Collaboration = Gastro – Procto – Imagerie – Chirurgien –Résultats imprévisibles sur le long terme

3 Objectifs Etudier les aspects anatomocliniques et évolutifs des LAP à Alger

4 Patients et Méthodes (1) Etude rétrospective Dossiers dhospitalisation, de consultation et de suivi de 582 patients recrutés dans 3 services de GE dAlger entre 1/1/1980 et le 31/12/2000 pour MC et suivis jusquau 31/12/2005 Bilan : Plusieurs examens proctologiques; endoscopie systématique; scanner AP; échoendoanale et IRM: récemment Classification de Cardiff non applicable à tous les patients (étude rétrospective).

5 Patients et Méthodes (2) LAP = 196/582 (33,7%) LAP sans MC intestinale = n=19 (3,3%) LAP avec MC intestinale = n=177 (30,4%) MC intestinale sans LAP = n=386 (66,3%

6 Comparabilité des groupes LAP+MICI(-) n= 19 LAP+/MCI + n=177 MCI+/LAP (-) n=366 Stat Age (ans)29,830,730,9NS Sexe Femmes Hommes 10 (52,6%) 9 (47,4%) 84 (47,5%) 93 (52,6%) 178 (46,1%) 208 (53,9%) NS Durée avt Dg (mois)16 ± 4,913 ± 5,313 ± 3,9NS F. Familiale (n=53)2 (10,3%)16 (9%)35 (9%)NS Tabac (+) (n=135)5 (26,3%)38 (21,5%)92 (23,8%)NS Manifestations extra intestinales (n=105) 4 (21%)34 (19,2%)67 (17,4%)NS

7 Chronologie des LAP LAP antérieures à la MC Intestinale: 17/196(8,7%) LAP concomitante à la MC Intestinale :50/196(25,5%) LAP postérieure à la MC Intestinale = 129/196(65,8%)

8 LAP = Les abcès/fistules anales(1) Isolées LAP+/MCI(-) n=19 LAP+/MCI+ n=177 Stat Nombre total de patient11/19 (57,7%)56/177 (31,6%)p=0,02 FA Abcès/Unique7 (63,6%)28 (50%)NS FA Abcès/multiples4 (36,4%)28 (50%)NS TS Sup3 (27,3%)16 (28,6%)NS TS inf6 (54,6%)21 (37,5%)NS FA complexe2 (18,2%)19 (34%)p=0,02

9 LAP = Les Abcès/fistules anales(2) FA associées à dautres LAP(2) LAP+/MCI(-) n=19 LAP+/MCI(+) n=177 Stat Nb total de patientsn= 6/19 (31,6%)n=48/177(27,1%)NS Ulcérations2 (10,5%)2 3 (13%)NS Condylomes3 (15,8%)26 (14,7%)NS Sténoses anales1 (5,9%)8 (4,5%)NS Fistules anogénitales1 (5,3%)12 (6,8%)NS (Plusieurs types de L peuvent être associés chez le même patient)

10 LAP = les fistules anales (3) Fistules anales complexes et délabrantes LAP+/MCI(-) n=19 LAP+/MCI(+) n=177 Stat 021 (11,8%)p=0,01

11 LAP = Lésions non fistulisantes LAP+/MCI(-) n=19 LAP+/MCI(+) n=177 Stat Nb total de patients 2/19 (10,5%)22/177(12,4%)NS Ulcérations2 (10,5%)16 (9%)NS Sténoses04 (2,3%)- Œdème06 (3,4%)- Condylomes012 (6,8%)- (Plusieurs types de lésions peuvent être associés chez le même patient)

12 Topographie des lésions intestinales LAP+/MCI(+) n=177 MCI(+)/LAP(-) n=386 Stat IG + Colon (n=258)70 (39,5%)188 (48,7%)p>0,05 Colon seul (n=137)64 (36,2%)73 (18,9%)p<0,05 IG seul (n=168)43 (24,3%)125 (32,4%)p>0,05

13 LAP et MC rectale MCI/AR+ n=177 LAP+/AR(+) n=68 LAP(-)/AR(+) n=109 Stat Nb total 24 (35,3%)19(17,4%)p=0,01

14 MCI+/LAP+= Influence des lésions anales fistulisantes sur le type anatomique des lésions intestinales initiales FA+/MC(+) n=125 MCI(+)/LAP(-) n=386 Stat F. Inflammatoires (n= 347) 83 (66,4%)264 (68,4%)NS F. Sténosantes (n= 81) 20 (16%)61 (15,8%)NS F. Pénétrantes (n=83) 22 (17,6%)61 (15,8%)NS

15 Nature du traitement initial des LAP Traitement médical seul = 111 (56,6%) Traitement médical et chirurgical = 85 (43,4%)

16 Traitement des LAP/MC (1) Nature du Tt Médical initial LAP+ n=196 ATB Métronidazole Ciprofloxacine Immunosuppresseurs Anti TNF Corticoides Aminosalicylates 196 (100%) 89 (45,4%) 101(51,5%) (86,7%) 131 (66,9%)

17 Traitement des LAP (2) Nature du Tt chirurgical initial Mise à plat dun abcès26 (13,3%) Mise à plat de fistule basse18 (9,2%) Drainage de fistule haute19 (9,2%) Fermeture directe fistule A/V4 (2%) Dilatation anale9 (4,6%) Colostomie ou iléostomie de diversion14 (7,1%) –Fistule ano ou recto3 (1,5%) –Lésions anales graves11 (5,6%) Proctocolectomie (lésions graves)4 (2%)

18 Résultats du traitement (1) A court terme LAP n=196 Rémission105 (53,6%) Amélioration55 (28%) Tt insuffisant ou échec36 (18,4%) Intervention chirurgicale Mineure30 (15,3%) Colo/iléo de diversion4 (2%) Proctocolectomie2 (1%)

19 Résultats du traitement (2) A long terme(n=139) LAP n= 139 Rémission/amélioration/stabilisation81 (58,3%) Echec58 (47,7%) – Persistance/récidive ou aggravation (drainage itératifs, colo/iléo de diversion+++) 58 (47,7%) –Amylose4 (2,8%)

20 Conclusions (1) Etude rétrospective coopérative réalisée à Alger LAP de la MC fréquentes = 33,7% –LAP isolées sans MC intestinale = 3,3% –LAP associées à MC intestinale = 30,4% Les lésions les plus fréquentes sont comme classiquement les suppurations observées isolément (67/582 = 11,5%) ou en association à dautres LAP (75/582=12,8%); elles peuvent être déjà graves et délabrantes (21/582 = 3,6%) au moment du diagnostic Les LAP isolées ne diffèrent des LAP associées à une MC intestinale que par la fréquence des lésions graves dans ces dernières (19/177 = 34% Vs 2/19 = 18,2%; p=0,01)

21 Conclusions (2) Les LAP sont le plus souvent observées au cours des atteintes coliques (64/177 = 36,2%) ou iléocoliques (70/137=39,5%) en particulier lorsquil existe une atteinte rectale (35,3% Vs 17,4%; p=0,001) La présence dune lésion anale fistulisante ninfluence pas le statut lésionnel pénétrant ou non pénétrant, de la lésion intestinale. Les résultats du traitement sont décevants : ils sont liés essentiellement à une prise en charge insuffisante, parfois tardive, au caractère incomplet des gestes chirurgicaux (drainage +++), mais également à la non disponibilité danti TNF.


Télécharger ppt "Lésions anopérinéales de la Maladie de Crohn Etude coopérative Rapporteur : M. NAKMOUCHE XX Journées Nationales De la Société Algérienne dHépatogastroentérologie."

Présentations similaires


Annonces Google