La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LE PROFILING DES IDPs OPERATION DU TCHAD UNHCR Abeche 2008.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LE PROFILING DES IDPs OPERATION DU TCHAD UNHCR Abeche 2008."— Transcription de la présentation:

1 LE PROFILING DES IDPs OPERATION DU TCHAD UNHCR Abeche 2008

2 CONTEXTE GENERAL Le contexte général au Tchad reste fortement lié à la situation dans la région soudanaise du Darfour Au 31 Juillet 2008, le Tchad accueille plus de 250,000 refugies soudanais du Darfour, 56,000 Centrafricains et plus de 178,000 déplacés internes Tchadiens.

3 Développements majeurs Depuis Juin 2007, le Gouvernement tchadien est en négociations avec les groupes dopposition en Lybie. Des accords de paix ont été signés mais sont souvent violés. Le tout dernier accord vient dêtre signé a Dakar le 13 Mars Ladoption de la Résolution 1778 (2007) du Conseil de Sécurité des Nations Unies autorisant le déploiement de la MINURCAT et de lEUFOR en vue de la protection des civiles, réfugiés. IDPs et humanitaires. Le climat politique est resté très tendu, depuis Octobre 2007, ce qui avait conduit a la déclaration de l état durgence dans lest du Tchad des le 16/10/07. Reprise des hostilités en Novembre 2007 dans lest, puis en Février, Avril et Juin 2008.

4 Situation particulière des IDPs Située principalement dans les zones suivantes: Dar Sila : près de 120,000 personnes reparties dans 12 sites et quelques villages disséminés Dar Assoungha : près de 43,000 personnes, vivant dans un site et quelques 80 villages disséminés. Ouara et Salamat : près de 15,000 personnes, vivant dans plusieurs villages disséminés.

5 Caractéristiques de la population Les Dadjos et Massalits constituent plus de 90% des IDPs, et 10% autres (Mimis, Maba, Arabes, Kadjaske…) 65 % des ménages sont dirigés par les femmes et 35 % par les hommes. A noter que sur les personnes mariées, près de 30% vivent en ménages polygamiques % na jamais été a l école et seulement 5 % ont atteint le niveau secondaire. Activités économiques: 70% agriculteurs, 2 % éleveurs et 18% sans emploi (femmes au ménage, personnes âgées, élèves, …)

6 Causes du déplacement 1) Linsécurité générale liée a la crise du Darfour (les attaques des Janjaweeds) 2) La crise politique entre le Gouvernement Tchadien et les groupes dopposition militaires 3) Les conflits intercommunautaires

7 La réponse humanitaire Divers types dassistance délivrée depuis le début de lurgence en décembre 2005 tant par le Gvt, les UN que les ONGs. Assistance alimentaire irrégulière NFIs: distribués mais les mouvements des IDPs entre sites ou flux nouveaux nont pas permis un tracking efficace pour sassurer que tous ont reçu lassistance Abris durgence / bâches en plastic. Protection: plusieurs partenaires sont impliques (PU, INTERSOS, IRD, Save the Children, Oxfam-GB/Intermon, ACF-F) dont certains avec un peu plus dexpérience que dautres. Gestion des sites ; A commencé a se mettre en place en juin 2007 avec larrivée Concern WW et LWF/ACT dans la zone de Goz Beida et Koukou. Pour les IDPs vivant dans les villages dispersés, pas de gestion de site et donc la coordination demeure plus ou moins ad hoc entre certaines agences ou partenaires opérationnels.

8 Situation ayant conduit au Profiling Il ny avait pas de consensus sur le nombre des IDPs, ni sil fallait assister que les IDPs ou y inclure les autres populations affectées. Même parmi les IDPs, certaines agences/ONGs faisaient la différence entre ceux qui avaient la possibilité de sintégrer (et donc a exclure de lassistance) des groupes dits vulnérables. Chaque agence utilisait une méthodologie et des critères déférents détablissement des listes des bénéficiaires. Le besoin dintroduire la notion de ciblage de lassistance au lieu des distributions générales a été adopté par les acteurs humanitaires du Tchad et doit se traduire dans les listes conséquentes.

9 Objectifs de létude Estimer le nombre des personnes déplacées dans cette partie du Tchad touchée par linsécurité ; Déterminer les caractéristiques sociodémographiques des personnes déplacées ; Déterminer les lieux dorigine et les facteurs à lorigine des déplacements des personnes déplacées ; Cerner les conditions de vie des personnes déplacées depuis linstallation dans les sites afin de disposer des indicateurs nécessaires pour évaluer les besoins en protection et assistance des IDPs Analyser la vie communautaire des personnes déplacées et les rapports qui existent entre eux et les populations hôtes Apprécier les intentions de retour dans les villages dorigine et leurs motivations ainsi que les conditionnalités pour encourager les personnes déplacées qui nenvisagent pas le retour.

10 Réalisations et défis Une base des données qui renseigne sur la situation de départ est mise en place. Néanmoins elle nécessite une mise a jour continue. A terme, il serait intéressant de disposer dun système dinformation permanent de collecte et danalyse des données pour le suivi/évaluation plus efficace de laction humanitaire. Arriver a établir un lien entre linformation collectée dans les camps (Profiling) et celle collectée dans les zones dorigine (village assessment).

11 Impact (utilisation de linformation) Arriver a lappropriation des données par le Gouvernement (pour le moment, ils ont dautres priorités) Les acteurs humanitaires utilisent les données du profiling dans la conception et la mise en œuvre des programmes dassistance et de protection des populations affectées. Promouvoir une analyse approfondie des données et la diffuser a une plus grande échelle.

12 LECONS APPRISES DE LEXERCICE DE PROFILAGE Un outil important de protection et didentification des besoins spécifiques des IDPs Outil de programmation Limplication de plusieurs agences est nécessaire pour obtenir un consensus / appropriation des résultats dans les interventions humanitaires Outil permettant détablir un diagnostic de départ. Le profiling na pas pu répondre aux divers besoins des agences (les détails sectoriels sont limités). Dou la suggestion dintroduire un enregistrement détaillé des IDPs et mettre en place un système de gestion dinformation.

13 LECONS APPRISES DE LEXERCICE DE PROFILAGE-2 Il est souhaitable que le rapport final de létude soit produit dans les meilleures délais. Toutefois, en présence dune masse importante de données collectées, cette contrainte peut ne pas être respectée. Par ex. Il a fallu 6 mois pour finaliser le rapport du Tchad, et certaines données étaient devenues caduques. La suggestion serait de disposer dun rapport intermédiaire basé sur les informations urgentes pour laction humanitaire.

14 MISE A JOUR / PLANS FUTURES La reprise des combats occasionnant des nouveaux flux de populations, les déplacements secondaires entre les sites et les mouvements de retours observes au cours des derniers 12 mois nous obligent a organiser une mise a jour des données. Profilage dans le zones non couvertes par létude de 2007 pour des raisons dinsécurité. Le déploiement de lEUFOR/MINURCAT dans certaines zones nécessitent de mettre en place une stratégie de retour et de suivi des mouvements des populations. Quelques retours commencent a être observés. Le profilage se ferait donc tant dans les sites que dans les zones de retour.

15 MERCI. QUESTIONS ?


Télécharger ppt "LE PROFILING DES IDPs OPERATION DU TCHAD UNHCR Abeche 2008."

Présentations similaires


Annonces Google