La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Théories du développement

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Théories du développement"— Transcription de la présentation:

1 Théories du développement
Guy Bajoit

2 Plan 1. Introduction 2. Les deux premières théories du développement
- Mesurer les inégalités et les commenter - Les questions et leurs réponses 2. Les deux premières théories du développement - Le contexte de la guerre froid - La théorie de la modernisation - La théorie de la dépendance et de la révolution 3. Les deux théories actuelles - Le contexte de crise des années - La théorie de la compétition - La théorie de la démocratie 4. Une vision utopique. - L’ethnocentrisme des théories - Le contexte de la mutation culturelle - La « théorie » de l’identité culturelle. Synthèse 5. Vers une nouvelle approche - Gérer des contradictions - Résoudre les problèmes vitaux de la vie commune

3 Introduction Mesurer les inégalités et les commenter
Les inégalités de développement sont immenses : la tension va de 1 à 75. (Voir le schéma de la « coupe de champagne » et comparer les PIB par tête). Les inégalités de développement ne cessent de grandir : malgré tous les beaux discours et les efforts pour promouvoir le développement, la majorité des pays du monde sont en « état de stagnation durable » plutôt qu’en « voie de développement ».

4 La répartition des richesses du monde est scandaleusement inégale
(Schéma dit de la coupe de « champagne ») 20% de la population du monde produisent et consomment 82,7% des richesses 11,7% 1,9% 2,3% 20% de la population du monde se contentent de 1,4% de la richesse Un quintile = 20% = millions de personnes sur les quelques millions d’humains = 20% = milliones de personas (de los milliones que poblan el planeta). Le développement inégal des quelques 177 pays qui composent la planète terre est un fait scandaleux. De tous les problèmes que doit affronter aujourd’hui l’humanité (la menace écologique, la domination masculine, les carences de la démocratie, le chômage et l’exclusion sociale…), le problème de l’inégal développement est sans doute le plus grave. Source : PNUD

5 PIB/tête (en US$, 2004, PNUD) Norvège : 36.600 USA : 35.750
Canada : Suède : Argentine : Chili : 9.820 Chine : 4.580 Indes : 2670 Burundi : 630 Sierra Leone : 520 moins de 1000 de 1000 à 2000 de 2000 à 5000 de 5000 à 10000 PIB/tête (en US$, 2004, PNUD) de à 20000 plus de 20000

6 Les questions et leurs réponses
Comment la sociologie explique-t-elle le « dynamisme inégal de développement » des sociétés humaines ? Pourquoi ce dynamisme est-il fort dans certains pays et pas dans d’autres, fort à certaines époques et plus à d’autres ? Les sociologues ne s’accordent pas entre eux pour répondre à cette question (métaphore de l’appareil photographique). Pourquoi un tel désaccord ? Questions aux sociologues.

7 Questions aux sociologues.
1. Cause ? Quelle est la cause principale du sous-développement ? Quel est l’obstacle principal au dynamisme du développement ? 2. Définition ? Qu’est-ce que le processus de développement ? Comment peut-on le définir ? 3. Que faire ? Que faut-il faire pour développer un pays, une collectivité ? Quelle politique faut-il mener ? 4. Qui ? Qui sera l’acteur principal (le pilote) du processus de développement dans une collectivité ? Sur qui doit-on compter ? 5. Exemples ? Où peut-on trouver des exemples historiques de tentatives de développement, menées avec cette politique et conduites par cet acteur ? 6. Coopération ? En quoi doit consister une bonne politique de coopération au développement ?

8 2. Les deux premières théories Le contexte
La guerre de et la redistribution des cartes de l’hégémonie mondiale La fin de l’époque coloniale L’époque des « trente glorieuses » La guerre froide et les deux voies de l’industrialisation au Nord : le capitalisme et le communisme.

9 Théorie de la modernisation
Cause ? Un problème culturel. La mentalité traditionnelle, les coutumes culturelles résistent à la pénétration de la modernité (conception du monde, modes d’organisations et de vie, technologie…). Exemples. Définition ? Le développement est la passage progressif et contrôlé de la société traditionnelle à la société moderne. Que faire ? Une politique de modernisation : infrastructures, économie (monnaie, commerce, réforme agraire, substitution des importations), administration publique, construction de la nation, armée, urbanisation, et surtout, éducation et culture. La démocratie : si possible ! Qui ? Les élites modernisatrices de l’État, au service de la bourgeoisie nationale. Exemples ? Les tentatives nationalistes (Inde, Indonésie, Egypte, Corée du Sud, Taïwan…) et les populismes latino-américains. Coopérer ? Assistance technique au processus de modernisation.

10 Théorie de la révolution (ou de la dépendance)
Cause ? Un problème politique. Le pillage systématique des richesses nationales par l’impérialisme (économique, politique et idéologique), avec la complicité des classes dominantes internes. Exemples. Définition ? Le développement est un processus de libération nationale (contre l’impérialisme) et social (contre les classes dominantes internes). Que faire ? D’abord, une révolution politique (prendre le contrôle de l’État : voie armée ou politique) ; ensuite, un programme de modernisation, mené au profit des classes populaires. Qui ? Les élites révolutionnaires du parti (ou du Front) qui prennent le pouvoir et le mettent au service du peuple. Exemples ? Les tentatives socialistes et communistes : Chine, Corée du Nord, Cuba, Algérie, Vietnam, Mozambique, Burkina-Faso, Nicaragua… Coopérer ? Solidarité politique (et militaire) dans la première phase ; assistance technique dans la seconde.

11 3. Les deux théories actuelles Le contexte
Au Sud : les tentatives nationalistes et socialistes n’ont pas donné des résultats très convaincants : échecs économiques relatifs, difficiles constructions des nations, résistances des oligarchies, corruption des politiciens et des militaires, augmentation de la pauvreté dans le monde rural (exode) et le monde urbain, répression et absence de démocratie. Au Nord : la crise économique des années (suite à la troisième révolution technologique) a changé radicalement la vie commune : le modèle communiste s’est effondré et le modèle capitaliste s’est transformé en un modèle « CCC » (communication, consommation, compétition) : Du mode de production capitaliste national au mode mercantiliste néolibéral De la démocratie parlementaire à la démocratie pragmatique Du mode disciplinaire au mode électif de socialisation et d’intégration De l’État providence à l’État social actif D’un ordre interétatique à l’hégémonie des grandes organisations multinationales.

12 Théorie de la compétition
Cause ? Un problème économique. La rationalité économique fonctionne mal à cause des interférences néfastes de la logique politique et bureaucratique des États. Exemples. Définition ? Le développement est un processus d’accumulation de richesses, qui résulte du fonctionnement du marché libre. Que faire ? Privatiser tout ce qui peut l’être (donc, pas tout !). Rationaliser l’État et le mettre au service du marché. Exporter : participer aux échanges mondialisés. Responsabiliser les individus. Respecter les ajustements structurels (les grands équilibres économiques). Qui ? Les élites innovatrices privées (l’intérêt privé est le meilleur garant de l’intérêt général), guidées par les grandes organisations internationales (OMC, FMI, BM, G8…) Exemples ? Le Chili, les « Dragons » asiatiques, les pays du Mercosur… Coopérer ? Supprimer l’assistance. Promouvoir l’autonomie, favoriser les échanges, créer des micro-entreprises.

13 Théorie de la démocratie
Cause ? Un problème social et écologique. Le modèle compétitif détruit la solidarité sociale (inégalités croissantes, carences démocratiques, logique de consommation) et l’environnement (logique de profit). Il n’est pas « durable ». Définition ? Le développement est un processus qui dépend avant tout de la démocratisation politique et sociale de la collectivité. Que faire ? Démocratiser la vie politique et sociale. Favoriser les revendications des acteurs populaires. Instituer la conflictualisation de la société. Obliger les États et les classes gestionnaires à s’occuper de l’intérêt général. Qui ? Les mouvements politiques et sociaux populaires (des ouvriers, des paysans, des jeunes, des femmes, des pauvres…) sont les garants du processus de développement. Exemples ? Multiples tentatives de revenir (ou d’en venir) à la démocratie dans beaucoup de pays d’Afrique, d’Am. Latine Coopérer ? Coopérer avec les acteurs de « base » (conscientisation, éducation populaire, syndicats, économie social solidaire…)

14 4. Une vision utopique (au sens positif de la notion !) Le contexte
Une prise de conscience dans le Sud : la généralisation au monde entier du mode de vie des 20% les plus riches de la planète semble bien impossible et indésirable (raisons écologiques, sociales et culturelles). Par conséquent, le développement ne saurait consister à imiter le mode de vie des pays occidentaux (à grimper dans la « coupe de champagne »). Une prise de conscience dans le Nord : beaucoup d’acteurs pensent que le modèle de développement qui y règne est mauvais, autant pour le Nord que pour le Sud. Ils cherchent une alternative, ils croient qu’ « un autre monde » est possible. Le mondialisme leur apparaît comme la dernière version de l’impérialisme occidental. Ils sont « alter » mondialistes. Une résistance : la mondialisation provoque des résistances, des réaffirmations d’identités culturelles locales (nationales, régionales, ethniques, communautaires, religieuses, intégristes…). L’ « anti » mondialisme se mêle à l’ « alter » mondialisme (même si ce sont bien deux mouvements radicalement différents).

15 L’ethnocentrisme des théories
Développe-ment et industriali-sation Qui ? L’État La société civile Voie capitaliste MODERNISATION État et bourgeoisie nationale Nationalisme COMPETITION Elites néolibérales internationalistes Libéralisme Que faire ? Voie socialiste REVOLUTION Dirigeants du Parti révolutionnaire Communisme DEMOCRATIE Mouvements sociaux (ex.: Ouvrier) Social-démocratie

16 « Théorie » (ou utopie) de l’identité culturelle
Cause ? La cause est bien culturelle. Les modèles de développement sont inefficaces parce qu’ils sont inadaptés aux cultures des peuples auxquels ils sont appliqués. Impérialisme culturel. Définition ? Chaque peuple devrait inventer son propre modèle, conforme à son identité culturelle, son histoire, sa mémoire. Que faire ? La base territoriale du développement est le local (non le national) et le culturel (non le politique), ce qui implique une fédéralisation. Il faut sauver du passé tout ce qui peut l’être (religion, coutumes, technologies…) et sélectionner dans la modernité tout ce qui ne nuit pas à l’identité. Qui ? Les élites culturelles des communautés Exemples ? Cette préoccupation pour l’identité culturelle est présente dans beaucoup de pays : Japon, Chine, Pays musulmans, Indes, Europe des Régions… Coopérer ? Mieux vaut ne pas intervenir : la coopération fait partie du problème et non de sa solution. « Restez chez vous ! »

17 Synthèse THEORIES MODER-NISATION REVOLU-TION COMPE-TITION DEMO_ CRATIE
IDENTITE CULTUR. Cause ? Les mentalités traditionnelles L’impérialisme économique et ses complices La logique politique et bureaucratique des États Les carences de la démocratie politique et sociale L’impérialisme culturel des modèles importés Définition ? Processus de transition de la tradition à la modernité Processus de libération nationale et sociale Accumulation de richesses grâce à la rationalité économique Processus de démocratisation de la vie politique et sociale Processus de réarticulation avec la culture, l’histoire et les traditions Que faire? Moderniser la vie économique, politique, sociale et culturelle. Prendre le pouvoir de l’État et moderniser au profit du peuple Privatiser, rationaliser, responsabiliser et respecter les ajustements structurels Démocratiser, instituer les mouvements sociaux et les conflits Autonomie locale et fédéralisme ; projets locaux adaptés à la culture Qui ? Elites modernisatrices de l’État Dirigeants du parti révolut. et de l’État Elites innovatrices privées Elites sociales, dirigeants des mouvement soc. Elites culturelles communaut. Coopérer ? Assistance technique Solidarité politique Créer des entreprises Mobiliser les bases populaires Ne pas intervenir

18 5. Vers une nouvelle approche Gérer des contradictions.
Le développement est un problème extrêmement complexe… alors que chaque théorie le réduit à quelques variables simples (on fait des photos !). Développer implique de savoir gérer des contradictions (donc, chercher des équilibres justes et précaires) entre des politiques opposées : Il faut moderniser (théorie 1), mais il faut aussi préserver l’identité culturelle (théorie 5) Il faut récupérer le contrôle des richesses nationales (théorie 2), mais il faut aussi participer aux échanges mondialisés (théorie 3) Il faut accumuler des richesses (théories 1 et 3), mais il faut aussi la distribuer pour améliorer la conditions de vie de tous (théorie 4) Il faut respecter la démocratie politique et sociale (théorie 4), mais il faut aussi un État fort (théorie 2) et une classe dirigeante entreprenante (théorie 3) Il faut respecter la volonté de la majorité des citoyens (théorie 4), mais il faut aussi respecter et écouter toutes les minorités (théorie 5).

19 Résoudre les « problèmes vitaux de la vie commune » (PVVC)
La vie commune implique la résolution de cinq problèmes vitaux, qui concernent directement les cinq contradictions que nous venons de signaler : PVVC 1. Il faut gérer la production des richesses, de telle manière que la collectivité ne consomme pas plus que ce qu’elle produit PVVC 2. Il faut gérer l’ordre interne (légiférer, juger, réprimer, gouverner) sinon les membres de la collectivité vivront dans une insécurité permanente PVVC 3. Il faut gérer la socialisation dans le rôles sociaux et leur intégration, sinon la division du travail ne permettra pas l’adaptation au milieu et la continuité ne sera pas assurée, de génération en génération PVVC 4. Il faut gérer le consensus et la solidarité entre des groupes sociaux porteurs d’intérêts différents, sinon ce sera la “guerre de tous contre tous” et la collectivité sera détruite par sa violence PVVC 5. Il faut gérer les relations avec les autres collectivités, sinon la collectivité sera constamment menacée de guerre et de destruction. Le développement est la capacité des acteurs (dirigeants et dirigés, dans leurs relations) d’une collectivité de résoudre les cinq PVVC, d’une manière économiquement et politiquement efficace, ainsi qu’éthiquement acceptable.

20 Sources : Guy Bajoit, Pourquoi les richesses du monde sont-elles si inégalement réparties ? Théories sociologiques du développement Guy Bajoit, Repenser le développement Ces deux articles ont paru dans Antipodes, n° spécial Le Développement, série « outils pédagogiques », réédition d’octobre 1997, et sont disponibles sur le site d’ITECO (www.iteco.be) Antipodes est une publication d’ITECO.


Télécharger ppt "Théories du développement"

Présentations similaires


Annonces Google